Navigation – Plan du site
Lectures

Ruth AMOSSY (2010), La présentation de soi. Ethos et identité verbale

Paris, Presses universitaires de France, Coll. « L’interrogation philosophique »
Sylvain Quidot
Référence(s) :

Ruth AMOSSY (2010), La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « L’interrogation philosophique »

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Ruth Amossy se livre au délicat exercice de mettre en perspective l’ethos dans sa diversité euristique. L’auteure en présente une lecture « panoramique » et une critique transversale ; il est donc proposé « de reprendre le sujet en croisant les notions de <présentation de soi>, empruntée à la sociologie, et d’ <ethos>, empruntée à la rhétorique et à l’analyse du discours, afin de mieux comprendre comment l’image que nous construisons de nous-mêmes dans nos échanges avec autrui remplit des rôles sociaux de première importance » (p. 6).

2C’est donc par une « traversée des disciplines » que l’ethos est envisagé. En ouverture, après un judicieux retour sur ce précepte « antique » qui, comme le suggère Aristote, fait plus appel aux modalités structurantes de l’énonciation qu’à celles de l’énoncé, Amossy invite à dresser l’inventaire de la notion à l’aune de sa forme rhétorique contemporaine. Ce cheminement didactique procède à une relecture de la théorie de l’argumentation dans le discours (Amossy, 1999), dont l’hypothèse forte envisage l’ethos comme une fonction « intégrante » du discours. L’état des recherches est proposé dans la grande diversité des champs (politique, médiatique, littéraire, professionnel) et des genres (débat télévisé, éditorial, consultation médicale, roman) qui empruntent la notion d’ethos. Par ce parcours réflexif, Amossy envisage d’abord l’ethos comme présentation de soi. De fait, l’ethos est critiqué classiquement dans une perspective sociodiscursive inspirée majoritairement des travaux de Goffman (1973) et de Kerbrat-Orecchioni (1980). Ensuite, un détour par les chemins du dialogisme chez Bakhtine est envisagé, enfin, et dans une perspective plus originale, l’argumentativité « au gré de laquelle toute parole oriente des façons de voir », une analyse, inspirée des travaux en analyse du discours (Maingueneau, 2002) ou en sociologie des champs (Viala, 1993), est suggérée.

3Aussi, par le truchement de la présentation de soi et des modèles culturels de la réception comme celui des stéréotypes, c’est la pertinence d’un « ethos préalable » qui est discutée dans ses articulations indissociables de l’« ethos discursif ». Là encore, Amossy invite au moyen d’exemples fournis à considérer l’ethos dans son rapport à la parole et au pouvoir qui fait tantôt de l’ethos préalable une fonction essentielle, tantôt une disposition caractéristique secondaire que le locuteur peut infléchir dans l’énonciation. Par rapport à cette question centrale, Amossy suggère le concept d’une possibilité de retravail de l’ethos préalable. L’auteure renvoie à la manière dont peuvent se conduire les allers-retours entre ces deux composantes de l’ethos. De fait, cette approche répond aux interrogations de Gumperz et au manque d’études sur un « savoir d’arrière-plan » propre à la réception de l’ethos. Et Gumperz de souligner : 

Le cadre, le savoir d’arrière-plan propre à chaque participant, ses attitudes avec les autres participants, les postulats socioculturels concernant les rôles et les statuts, les valeurs sociales associées à diverses composantes du message jouent également un rôle décisif. Pourtant, l’étude de ces facteurs contextuels est restée jusqu’ici principalement descriptive (1989 : 55).

4En repoussant les frontières épistémiques de l’ethos par la voie transdisciplinaire, Amossy permet d’en réinterroger les schèmes discursifs dans le contexte discursif actuel. En optant pour ce positionnement méthodologique sociodiscursif, l’auteure s’emploie à réactiver le débat lancé par Bourdieu dans sa critique d’Austin. On rappellera ici que pour Bourdieu, « [l]e pouvoir des paroles n’est autre chose que le pouvoir délégué du porte-parole, et ses paroles — c’est-à-dire, indissociablement, la matière de son discours et sa manière de parler — sont tout au plus un témoignage et un témoignage parmi d’autres de la délégation dont il est investi » (1982 : 105).

5Pour Bourdieu, l’enjeu est de savoir ce qui anime les frontières de l’ethos dans l’hexis, la praxis et au-delà dans l’habitus. C’est dans sa mise en pratique que l’ethos se joue, dans l’exercice des enjeux sociétaux qui s’y attachent :

Le monde social est donc à la fois le produit et l’enjeu de luttes symboliques, inséparablement cognitives et politiques, pour la connaissance, dans lesquelles chacun poursuit non seulement l’imposition d’une représentation avantageuse de soi, comme les stratégies de « présentation de soi » magnifiquement analysées par Goffman, mais aussi le pouvoir d’imposer comme légitimes les principes de construction de la réalité sociale les plus favorables à son être social (individuel et collectif, avec par exemple les luttes sur les limites des groupes) ainsi qu’à l’accumulation d’un capital symbolique de reconnaissance (Bourdieu, 1998 : 223).

6Par ce glissement ontologique dans l’exercice de l’objet, c’est la perméabilité des frontières de l’ethos qui est interrogée. Aussi, la deuxième partie répond aux théories annoncées en se consacrant aux modalités verbales de la présentation de soi. En passant de la dialectique « je-tu », jusqu’aux conditions d’exercice d’un ethos collectif, ce sont les dynamiques interactionnelles qui nous sont présentées. En ce sens, on peut légitimement se demander si l’œuvre de l’ethos et l’ethos-œuvre sont une seule et même chose. Comme le rappelle Maingueneau (2002) par la voix de Auchlin (2001), l’ethos est plus une tecknè qu’un concept. En rejoignant par des voies nouvelles ces dispositions, Amossy nous aide à situer l’ethos moderne entre confiance et reconnaissance ou peut-être, comme le proposait Bourdieu (2001), comme une invitation pratique à l’éthique.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, R. (1999), Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan.

AUCHLIN, A. (2001), « Ethos et expérience du discours : quelques remarques » dans M. WAUTHION et A.C. SIMON (dir.), Politesse et idéologie. Rencontres de pragmatique et de rhétorique conversationnelle, Louvain, Peeters, p. 77-95.

BOURDIEU, P. (1982), Ce que parler veut dire : l’économie des échanges, Paris, Fayard.

BOURDIEU, P. (1998), Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

BOURDIEU, P. (2001), Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil.

GOFFMAN, E. (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, vol. 1 : La présentation de soi et les relations en public, Paris, Minuit.

GUMPERZ, J. (1989), Engager la conversation. Introduction à la sociolinguistique interactionnelle, Paris, Minuit.

KERBRAT-ORECCHIONI, C. (1980), L’énonciation de la subjectivité dans le discours, Paris, Armand Colin.

MAINGUENEAU, D. (2002), L’ethos, de la rhétorique à l’analyse du discours [En ligne]. http://dominique.maingueneau.pagesperso-orange.fr/intro_company.html. Page consulté le 15 octobre 2011

VIALA, A. (1993), « Sociopoétique de Le Clézio », dans G. MOLINIÉ et A. VIALA, Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique, Paris, Presses universitaires de France, p. 139-220.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Quidot, « Ruth AMOSSY (2010), La présentation de soi. Ethos et identité verbale », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3035

Haut de page

Auteur

Sylvain Quidot

Sylvain Quidot est docteur en sciences de l’information et de la communication. Courriel : sylvainquidot@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals