Navigation – Plan du site
Lectures

Éric DACHEUX, Comprendre le débat sur la constitution de l’Union européenne

Paris, Éditions Publibook, 2005
Adriana Dudas
p. 305-309
Référence(s) :

Éric DACHEUX (2005), Comprendre le débat sur la constitution de l’Union européenne, Paris, Éditions Publibook.

Texte intégral

La multiplication des débats publics européens peut-elle créer un espace public européen ? Nous l’avons dit, nous ne le croyons pas, alors même que nous pensons, par ailleurs, que le développement du débat public européen est indispensable à la bonne santé démocratique de l’Europe politique (p. 25).

1Le livre d’Éric Dacheux s’ouvre sur ce paradoxe qu’il expliquera à travers des arguments, contre-arguments et exemples.

2Le livre renferme cinq chapitres, une introduction, une conclusion d’une valeur explicative appréciable, une annexe méthodologique et une section très informative sur les repères historiques menant au traité constitutionnel européen. Complexe et réflexif sur la question du débat public européen, l’ouvrage adopte une logique d’argument – contre-argument : ce que la communication politique est et ce qu’elle n’est pas, ce que le débat apporte et ce qu’il ne réussit pas à accomplir, ce que l’Europe est et ce qu’elle n’est pas. À travers ces constructions on saisit facilement la position de l’auteur. Contrairement aux détracteurs de la communication politique d’aujourd’hui, il défend le lien inévitable et irremplaçable entre la communication et la démocratie, tout en soulignant les faiblesses inhérentes à cette liaison.

3Dans son premier chapitre, l’auteur explique comment cette liaison fait naître le débat public. Il consacre les quatre chapitres suivants à l’examen de cette liaison telle qu’elle s’est installée dans l’espace de l’Union européenne. L’organisation du livre se saisit dès le premier abord : après l’avoir précisé, l’auteur applique le concept clé de l’ouvrage (le débat public) à la réalité de l’Union européenne. Cela lui permet, d’une part, de décrire la nature et le fonctionnement de cette structure super-étatique et de recourir, d’autre part, à ce même concept pour expliquer l’évolution de cette structure.

4Dans le deuxième chapitre, le débat public européen est circonscrit au niveau national à travers des exemples des dernières dix années : de 1993 (l’entrée en vigueur du traité de Maastricht) à 2003 (adoption d’un projet de Constitution par la Convention). À l’aide d’exemples de débats européens en France, l’auteur définit, circonscrit, l’espace public (autre concept clé de l’ouvrage) en rapport avec d’autres espaces symboliques et souligne les spécificités de ces débats pour chacun des acteurs qui y participent : les institutions politiques, la société civile (les citoyens) et les médias. À travers des exemples tirés de débats organisés autant par les pouvoirs publics que par la société civile, l’auteur nous dresse une liste de leurs caractéristiques, des thématiques débattues, des acteurs qui ont participé, des limites ainsi que des leçons qui auraient pu être tirées de ces débats.

5Le troisième chapitre situe le débat public sur la constitution dans l’espace symbolique, faute d’un territoire clairement circonscrit, de l’Union européenne. Ainsi, faute d’un espace public clairement défini, l’auteur rappelle les problèmes tels que l’espace géographique trop vaste, la diversité des langues et des repères politiques, l’absence d’une histoire commune. C’est dans ce contexte qu’il examine, dans une démarche structurée en fonction des acteurs, les débats issus d’une volonté politique, ou engagés par la société civile et leur reflet dans les médias européens. Comme dans le cas des débats nationaux, l’auteur explique le désintérêt des citoyens mais surtout des médias devant le projet européen.

6Dans son quatrième chapitre, l’auteur souligne que le débat public, s’il peut s’avérer utile, ne constitue d’aucune façon une solution miracle aux limites qu’impose le contexte européen : linguistiques, civiques, identitaires, géographiques, temporelles et conjoncturelles. L’auteur propose, à partir de son examen des dix années de débats publics européens qui ont mené au débat sur la constitution européenne, une série de suggestions susceptibles d’améliorer ce débat : la formation du public, l’inscription des débats dans la durée, la participation systématique des intervenants des différents pays de l’Union pour offrir un éclairage différent de la question traitée, le choix des thématiques qui reflètent les craintes et les espoirs des citoyens (et non l’agenda européen), l’organisation de débats sectoriels et la mise en place de procédures permettant la synthèse et la transmission rapide des débats aux instances dirigeantes et aux participants.

7En dernier lieu, l’auteur analyse le débat sur le traité constitutionnel pour conclure que les leçons des dix ans de débats n’ont été ni comprises ni appliquées au présent débat. Ce dernier chapitre nous éclaire sur l’organisation et le fonctionnement de l’Union européenne et sur l’historique du traité constitutionnel, pour s’interroger sur le pouvoir du débat public constitutionnel à mettre fin au déficit démocratique qui traverse les institutions constituantes.

8Les conclusions du livre sont, en partie, contradictoires. D’une part, concernant l’acceptation du traité constitutionnel, l’auteur insiste pour dire que la tenue du débat public est un événement plus significatif que le résultat du vote en soi. D’autre part, malgré le grand intérêt suscité par le débat public, l’auteur affirme qu’il ne réglera jamais le problème du déficit démocratique que traverse actuellement l’Union européenne. L’apparente contradiction découle de la faible sensibilisation du grand public à la constitution de l’Europe malgré l’intérêt qu’a suscité le débat et ses vertus pédagogiques. En fait, le faible impact du débat sur la population serait attribuable à l’absence d’une nouvelle utopie européenne qui aurait pu mobiliser la population à s’intéresser aux enjeux du débat. C’est justement cette référence à l’utopie dans la conclusion du livre qui le rend si innovateur.

9Dans le contexte de l’Union européenne, Dacheux introduit un « moteur à quatre temps de la démocratie », les quatre « temps » se nommant l’utopie, l’idéologie, le mythe et la nostalgie.

Le conflit intégrateur entre utopie et idéologie dynamise la démocratie, l’utopie d’aujourd’hui ayant la vocation à devenir l’idéologie de demain. Mais si l’utopie disparaît, elle est remplacée, dans l’ordre symbolique, par la nostalgie. Elle se voit alors combattue par le mythe (p. 149).

10Selon ce schéma,

[…] les démocraties de l’Union sont entrées dans une spirale régressive, où le conflit intégrateur entre utopie et idéologie laisse place, peu à peu, à un antagonisme destructeur entre mythe et nostalgie (p. 149).

11L’auteur pose ainsi le problème de la reconstruction utopique de l’Europe (au lendemain de l’effondrement du communisme) comme une opposition à l’idéologie communiste. À l’heure actuelle l’idéologie libérale est la seule alternative qui s’offre aux citoyens européens, et que plusieurs rejettent. En l’absence d’une véritable alternative, le public se réfugie dans une nostalgie xénophobe (contre la mondialisation et pour une sécurité identitaire). Pour la combattre, les élites proposent un avenir mythique. D’où la spirale régressive.

[…] la nostalgie xénophobe sert de repoussoir au mythe libéral qui lui-même renforce la nostalgie xénophobe. Cette spirale régressive est, pour l’instant, freinée par une dynamique militante qui conteste globalement et agit localement, qui préserve une contestation démocratique nationale tout en réparant le tissu social de proximité (p. 150).

12Selon l’auteur, le projet européen n’incarne pas une nouvelle utopie européenne mais européanise une idéologie américaine. Ceux qui ne s’y retrouvent pas se détournent de l’espace public et se confortent dans la nostalgie.

13Pour qu’apparaisse une nouvelle utopie et qu’elle se cristallise dans le débat public, il faut, d’une part, croire en la possibilité d’une nouvelle utopie et, d’autre part, améliorer et poursuivre le débat public en appliquant les quatre principes suivants :

  • le débat public ne doit pas essayer d’imposer l’Union européenne aux citoyens, car les citoyens sont l’Union ; 

  • sans une nouvelle utopie, la participation aux débats publics européens ne peut concerner que le public déjà sensibilisé ; 

  • l’Union européenne ne souffre pas d’un déficit de communication mais d’un déficit démocratique ; 

  • aucune éthique de la discussion ne peut garantir l’intercompréhension entre les acteurs.

14D’ailleurs la compréhension totale n’est pas nécessairement souhaitable, car elle signifie soit la réduction totale de la liberté d’interprétation (le totalitarisme), soit la fusion des pensées (la communion).

15L’auteur répète qu’il ne faut pas penser que le résultat du vote sur la constitution, quel qu’il soit, puisse mettre fin au débat. Au contraire, il faut lancer d’autres débats européens, et surtout ceux qui concernent l’identité et le territoire européens.

16Cet ouvrage est remarquable à plusieurs titres notamment pour les informations sur l’Union européenne (son histoire, son fonctionnement, ses débats), le regard qu’il pose sur la communication dans et sur l’Union européenne mais surtout pour ses propositions de résolution de la crise démocratique en Europe. Cependant, certains aspects nous paraissent discutables. Les chapitres 2 et 3 mettent un peu trop de temps avant d’aboutir au débat sur le traité constitutionnel, qui est l’élément central du livre. Il va de soi que les premiers chapitres permettent au lecteur de bien situer et de bien comprendre le débat public sur le traité constitutionnel. Toutefois, la division si marquée entre les débats nationaux (lire le débat national en France) et européens nous apparaît peu pertinente. Une analyse plus globale des débats, et des différences de taille, aurait permis selon nous de réduire, en partie, la complexité des exemples et d’éviter certaines répétitions.

17L’intérêt du livre réside dans la problématique qu’il aborde et l’ouverture vers de nouvelles interrogations. La complexité du sujet ramène en premier plan des éléments apparemment contradictoires tout en permettant au lecteur de s’interroger sur leur portée. Une question demeure cependant. L’auteur souligne l’absence de projet ou de direction qui plonge l’Union européenne dans une crise, ce qui attise la méfiance des gens.

[…] or, une communauté politique qui ne sait pas où elle va est condamnée à la méfiance de ses membres. Elle est en crise… (p. 144).

18D’où le besoin d’une utopie qui doit naître, selon lui, des débats publics européens et qui s’inscrit nécessairement dans la (longue) durée. Cependant, à notre avis, l’Europe doit d’abord poser le problème de l’urgence si elle veut trouver une direction, une utopie. Il est évident que présentement la constitution de l’Europe progresse même si elle n’a pas vraiment choisi une direction et qu’elle s’enlise dans des débats qui ne réussissent pas à sensibiliser les citoyens. Cette manière de faire ne risque-t-elle pas d’amenuiser davantage la confiance des citoyens ?La mise en place d’une Europe institutionnelle rencontre déjà de la résistance, il reste à savoir si des débats de fond réussiront à freiner (à temps) le désenchantement (comme croit l’auteur) en rassemblant les citoyens autour de la construction d’une utopie mobilisatrice. Et, en dernier lieu, nous nous questionnons sur la place qu’occupera la société civile dans l’émergence de cette nouvelle utopie (à travers les débats publics, comme spécifie l’auteur). Nous ne doutons pas de la montée du militantisme et de la vivacité de la société civile en Europe, mais nous savons bien que la présence du civisme n’est pas toujours un garant de sa force d’impact.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adriana Dudas, « Éric DACHEUX, Comprendre le débat sur la constitution de l’Union européenne », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 305-309.

Référence électronique

Adriana Dudas, « Éric DACHEUX, Comprendre le débat sur la constitution de l’Union européenne », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 26 janvier 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/315

Haut de page

Auteur

Adriana Dudas

Adriana Dudas est candidate au doctorat, département de science politique, Université Laval (Québec). Courriel : adriana.dudas.1@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals