Navigation – Plan du site
Lectures

Patricia FLEMING, Gilles GALLICHAN et Yvan LAMONDE (dir.), Histoire du livre et de l’imprimé au Canada. Volume 1. Des débuts à 1840

Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2004
Eric Champagne
p. 314-317
Référence(s) :

Patricia FLEMING, Gilles GALLICHAN et Yvan LAMONDE (dir.) (2004),Histoire du livre et de l’imprimé au Canada. Volume 1. Des débuts à 1840, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Texte intégral

1Cet ouvrage, le premier volume d’une trilogie, inaugure l’entreprise monumentale d’une histoire du livre et de l’imprimé au Canada. Par ces deux termes, les auteurs entendent signifier qu’ils ne couvriront pas seulement le livre codex, « mais aussi les journaux et périodiques, les annonces et affiches, les formules et formulaires, les partitions musicales et les illustrations des livres et périodiques » (p. XVIII), et ce, sur tout le territoire de l’Amérique du Nord franco-britannique, de l’arrivée des colons jusqu’en 1980. Un défi audacieux qui, à en juger du premier volume — des origines à 1840, soit des premières colonies à la signature de l’Acte d’Union —, est relevé avec un brio remarquable. L’aspect le plus intéressant de cette Histoire est sans doute le fait qu’elle a été menée par quelques dizaines de chercheurs anglophones et francophones, chacun y allant de sa spécialité. Ainsi se dévoile une pléiade de courts chapitres faisant part de l’état actuel des recherches dans autant de secteurs. Il n’appartient qu’au lecteur intéressé d’enrichir ses connaissances par l’étude des nombreux ouvrages répertoriés en fin de volume, au terme des sept grandes thématiques abordées.

2La première d’entre elles s’attarde à la littérature autochtone, aux récits des premiers explorateurs et aux tentatives d’évangélisation des missionnaires. Cornelius J. Jaenen prend soin de rappeler que

[…] les nations autochtones avaient six principaux modes de transmission culturelle, guère différents de l’impression et de la gravure européenne : les pétroglyphes, ou gravures rupestres ; les pictogrammes, ou peintures rupestres ; les ceintures wampum ; les rouleaux d’écorce et de peaux de bête ; les poteaux ou mâts totémiques ; enfin, les hiéroglyphes, ou l’emploi de caractères iconiques pour représenter un mot ou un son (p. 14).

3Les missionnaires ont eu tôt fait de s’adapter à ces modes de représentation et de traduire leurs propos sous une forme imagée, en dessins dont il subsiste quelques exemples. Les explorateurs, quant à eux, rendirent compte — parfois de manière exagérée — de leurs exploits en terre d’Amérique en agrémentant leurs dires de gravures plus ou moins représentatives de ce qu’ils avaient vu. Fait à noter, la première presse à imprimer de l’Amérique du Nord franco-britannique ne fut mise en fonction qu’en 1752, à Halifax ; avant cela, tout imprimé provenait d’Europe.

4Patricia Lockhart Fleming, dans la deuxième partie du livre — consacrée à l’imprimerie —, raconte en détail la vie des premiers industriels du livre : « [e]xerçant un métier pétri de traditions à une époque de mutation industrielle et technique accélérée, les imprimeurs d’Amérique du Nord britannique oscillaient entre conservatisme et innovation » (p. 104). Il faut dire que l’on devait se débrouiller avec le peu que l’on avait sous la main, les stocks arrivant d’Europe se faisant souvent attendre longtemps. Les débuts sont ainsi modestes, mais formateurs.

5Dans la troisième partie, consacrée à la diffusion, Fiona A. Black rappelle que « le commerce et les liens de communication dans les colonies étaient inévitablement façonnés par l’environnement politique et physique » (p. 121). Avant la vague d’immigration des années 1820 et la construction des chemins de fer dans les années 1830, on se souciait donc d’abord de distribuer les imprimés plutôt que de les produire sur place. Et comme le montre aussi Elizabeth L. Eisenstein dans son ouvrage classique consacré à La révolution de l’imprimé à l’aube de l’Europe moderne, c’est la bourgeoisie marchande et libérale qui a contribué à la mise sur pied d’institutions pour qui la diffusion d’écrits et d’édits était primordiale : assemblées parlementaires, cours de justice, écoles, associations diverses. L’émergence d’un espace public va de pair avec la diffusion de textes, et il est très intéressant de voir répétés en terre d’Amérique des faits et gestes que les spécialistes ont pour tradition d’ancrer en Europe de l’Ouest.

6Mais qu’en est-il des lecteurs ? Bien sûr, il fallait savoir lire, ce qui n’était pas donné à tous, mais tout de même, selon Michel Verrette, « il appert que les Français venus s’installer en Nouvelle-France avaient un niveau d’alphabétisation plus élevé que la moyenne des habitants de la France » (p. 176). Pour ce qui est des anglophones, on peut croire qu’il s’en trouvait bon nombre qui pratiquaient la lecture, la religion protestante y donnant une importante particulière. Dans les colonies, les livres étaient rares, mais à tout le moins, « grâce aux périodiques locaux qui reproduisaient des articles étrangers, les habitants des zones reculées se tenaient au courant de l’actualité européenne et américaine » (p. 197).

7Les auteurs de la cinquième partie — la plus volumineuse — s’intéressent à toute une panoplie d’imprimés, de l’annonce publique aux journaux et magazines, en passant par les almanachs. On passe ainsi d’une vision large du médium, de son apparition et de sa diffusion, à une optique microsociologique, portée par ses manifestations et ses usages sociaux, ce qui s’avère un excellent choix de la part des responsables du projet. On apprend ainsi que les almanachs, malgré leur présence indéniable dans les chaumières des premiers habitants de nos contrées, ont été l’objet de peu d’études exhaustives. Anne Dontertman et Judy Donnelly soulignent que l’exactitude et l’actualité étaient « les vertus cardinales de cet imprimé qui constituait souvent, avec la Bible, le seul ouvrage de référence et même, l’unique lecture de beaucoup de familles » (p. 288).

8Mais ne publie pas qui le désire, et l’on ne publie pas tout ce qu’on désire. Comme partout ailleurs, des institutions ont eu tôt fait de gérer ce qui pouvait être rendu public sous forme imprimée. À ce titre, Gilles Gallichan montre éloquemment que

[…] à une époque où la liberté de la presse était encore associée à la licence, voire à la révolution, les gouverneurs se sont attribué les pouvoirs de tolérer, d’interdire ou de condamner toute publication sur laquelle ils n’exerçaient pas un plein contrôle (p. 339)

9et ce, particulièrement lors des périodes mouvementées telles que celles entourant les révolutions américaine et française et la révolte des Patriotes au Bas-Canada en 1837-1838. Le lectorat étant restreint, les imprimeurs se devaient de respecter les tenants du pouvoir afin de continuer à exercer leurs droits. Les textes prenant à partie les instances politiques et religieuses étaient ainsi censurés ou carrément interdits.

10Enfin, dans la dernière partie consacrée aux auteurs et aux éditeurs, on montre bien les difficultés auxquelles ceux-ci durent faire face pour voir reconnaître leur art, particulièrement hors des terres coloniales. On assista d’abord à la naissance d’une littérature locale, diffusée dans les journaux, dans des pages consacrées aux lecteurs, poètes et essayistes qui s’escrimaient de leur plume. Mais les écrivains surent aussi s’adapter aux changements sociaux.

[…] dès 1840, en se jetant dans les eaux de l’édition de l’ère victorienne, les auteurs des colonies britanniques concentrèrent leur attention sur un auditoire de masse en émergence plutôt que sur un petit groupe de lecteurs élitaires (p. 373).

11Le premier volume de cette Histoire se clôt ainsi sur les événements ayant mené à la signature de l’Acte d’Union, dont les répercussions sont traitées dans le deuxième tome, qui s’étend de 1840 à 1918.

12En somme, voilà les débuts d’une magnifique Histoire du livre et de l’imprimé au Canada. La rigueur employée dans le premier volume augure bien pour la suite. Il va sans dire qu’une œuvre encyclopédique ne peut que caresser les sujets qu’elle touche, et c’est d’ailleurs son objectif : embrasser le plus largement possible le vaste domaine de l’imprimé en Amérique du Nord franco-britannique (à noter que les volumes sont édités simultanément en anglais et en français). À cet effet, on ne peut qu’applaudir à une telle entreprise, et lui souhaiter tout le succès qu’elle mérite. Cependant, on pourrait aussi souhaiter que les volumes formant cette trilogie soient éventuellement édités en un format moins onéreux (le premier tome se détaille 75 dollars), ce qui permettrait au public en général — et non aux seuls spécialistes — de s’approprier un pan souvent ignoré de notre histoire.

Haut de page

Bibliographie

Eisentein, Elizabeth L. (2003), La révolution de l’imprimé à l’aube de l’Europe, traduit de l’anglais par Maud Sissung et Marc Duchamp, Paris, Hachette, 2e édition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Champagne, « Patricia FLEMING, Gilles GALLICHAN et Yvan LAMONDE (dir.), Histoire du livre et de l’imprimé au Canada. Volume 1. Des débuts à 1840 », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 314-317.

Référence électronique

Eric Champagne, « Patricia FLEMING, Gilles GALLICHAN et Yvan LAMONDE (dir.), Histoire du livre et de l’imprimé au Canada. Volume 1. Des débuts à 1840 », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 26 janvier 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/318

Haut de page

Auteur

Eric Champagne

Éric Champagne est candidat au doctorat, département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal. Courriel : eric.champagne@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals