Navigation – Plan du site
Lectures

Jean LOHISSE, La communication : de la transmission à la relation, deuxième édition revue et augmentée par Annabelle Klein

Bruxelles, De Bœck, 2006
Sarah Cordonnier
p. 342-346
Référence(s) :

Jean LOHISSE (2006), La communication : de la transmission à la relation, deuxième édition revue et augmentée par Annabelle Klein, Bruxelles, De Boeck.

Texte intégral

1Le manuel se distingue de l’ouvrage de vulgarisation, dans les sciences de la nature, en ce qu’il expose les savoirs, les connaissances et les règles de leur élaboration tels qu’ils sont partagés par la communauté scientifique concernée. C’est du « paradigme », d’un consensus autour des principes généraux, que découle le fait que les étudiants, même en deuxième cycle, ne sont pas nécessairement conduits à « lire des textes qui ne soient pas écrits spécialement pour les étudiants » (Kuhn, [1970] 1983 : 226). Kuhn remarque, pour en déplorer l’inefficacité, qu’il en va autrement dans les sciences humaines où l’étudiant sera constamment confronté à une variété de problèmes et aux « diverses solutions incommensurables apportées à ces problèmes, solutions sur lesquelles il devra finalement lui-même porter un jugement » (ibidem).

  • 1  L’opération vulgarisante pouvant être vue comme le « symptôme en acte du scientisme » (Jurdant, 19 (...)

2L’ouvrage de vulgarisation, en revanche, parmi les autres dimensions qui le définissent, peut être caractérisé par la coupure qu’il instaure entre « spécialistes » et « profanes »1, principalement du fait que les conditions de production de la science sont passées sous silence au profit des seuls résultats présentés.

3Dans les sciences humaines, il en va différemment. En perpétuelle recherche d’elles-mêmes depuis leur apparition à la fin du xixe siècle, elles se distinguent par « la possibilité permanente de se référer à des concepts, paradigmes ou théories anciens, c’est-à-dire d’opérer une “rétroaction paradigmatique” » (Bouilloud, 2000 : 169), possibilité d’autant plus utilisée que l’on a affaire à une discipline ou à une thématique récemment abordées, comme c’est notamment le cas de la communication. La communication : de la transmission à la relation, qui se présente comme un exercice de haute responsabilité, « amorcer […] les grandes lignes constitutives d’une science de la communication » (quatrième de couverture), propose donc de fait un positionnement théorique fort dans l’orientation de la discipline considérée. On peut alors regretter que l’ouvrage ne fasse pas une place explicite aux choix théoriques préalables et à la conception de la science et des sciences humaines qui informent pourtant profondément le propos de l’auteur. Cette absence tient pour partie du fait que, paradoxalement, il s’agit d’un ouvrage dont « l’optique restera […] celle de l’introduction et de la vulgarisation » (p. 12). Les choix théoriques orientant la sélection et l’organisation des informations exposées dans l’ouvrage n’apparaissent qu’en creux dans une présentation à la fois chronologique et thématique, où les apports de l’anthropologie aux sciences de la communication sont présentés à la fin. Le lecteur pourra en déduire que l’auteur privilégie cette approche (qu’il a lui-même pratiquée) à d’autres théories rejetées, elles, dans le passé, voire dans le « périmé » (surtout celles que l’on trouve dans la première partie, « Les grands courants mécanistes et leurs évolutions »). Quant aux sciences humaines, l’auteur semble les envisager comme insérées dans un processus évolutif tendant à la scientificité propre aux sciences de la nature.

4Ainsi, et particulièrement dans la première moitié de l’ouvrage, apparaissent de nombreux modèles et schémas, selon le principe qu’un bon chercheur « systématise avec rigueur, sous forme d’axiomes » (p. 161) et que ce sont des théories qui nous sont ici présentées, définies comme « soit un ensemble d’idées organisées en système cohérent autour d’un noyau central, soit un cadre méthodologique formel proposant un modèle explicatif partiel ou paradigmatique » (p. 21). Autrement dit les théories seraient un ensemble de lois explicatives qui « fonctionnent », selon une visée de compréhension « poppérienne », et elles ne seraient pas nécessairement situées dans un cadre spatio-temporel unique, ce qui constitue pourtant le caractère incontournable des sciences humaines (Passeron, 1991, par exemple).

5Ne s’intéressant qu’aux seules théories, l’auteur en vient à les considérer non seulement comme coupées des recherches qui leur ont donné corps mais également comme premières — au sens où elles nécessitent des « vérifications empiriques » et que les hypothèses doivent être étayées par des « preuves scientifiques » (p. 44) —, sans toutefois évoquer leurs mises en œuvre concrètes. Ces théories apparaissent alors comme des entités détachées de leurs conditions sociales et discursives de production, indépendantes des pratiques des chercheurs.

  • 2  Un « nombre appréciable », un « grand nombre », « beaucoup » de chercheurs ou d’auteurs, de « nomb (...)
  • 3  Encore que l’auteur soit favorable à une évolution vers un « idéal systémique de transdisciplinari (...)

6Pourtant, si l’on s’attache à la terminologie employée dans cet ouvrage, toute une vie sociale très hiérarchisée des scientifiques se manifeste : d’un côté, une multitude indéfinie de chercheurs2 de second ordre et de l’autre, une élite de « pionniers », « père fondateur », « noms prestigieux », « noms célèbres », « grands noms », « grandes personnalités », « personnalité importante », « figure(s) marquante(s) », « maître » dont un « maître de Genève » (en qui l’on doit reconnaître de Saussure), « éminents chercheurs », « chef de file ». Entre ces deux extrêmes s’articule la vie scientifique structurée par des disciplines3, écoles et courants. L’auteur établit parfois des distinctions entre ces derniers ; contrairement à une « école », « un courant » désigne des groupes provisoires et fluctuants, encore que l’on puisse trouver un « courant nommé l’École analytique » (p. 83). La science est présentée, à travers ces actants du discours, comme une suite logique d’actions qui se situe en parallèle dans les « théories » et dans une vie scientifique caractérisée par la présence de chercheurs de grand renom et de leurs « disciples » réunis autour de modèles dont on sait qu’ils vont être dépassés puisque l’on se place dans une histoire des « lignes de fond » et non dans le cadre des « théories qui font l’objet de recherches aujourd’hui » ou des « études théoriques en voie d’élaboration ». Les chercheurs sont des pantins dans un théâtre de marionnettes où ils ne voient pas les fils qui les agitent tandis que les théories, possédant leur personnalité en propre, se développent par elles-mêmes, comme on peut le voir, par exemple, dans les lignes qui suivent :

La théorie s’est enrichie, complexifiée, étendue. Sur le mécanisme des schémas originels se sont greffées des variables extérieures, plus ou moins reconnues, plus ou moins acceptées par les auteurs, intégrées parfois comme par devers eux, comme imposées, dans leurs cheminements intellectuels (p. 82-83).

7Néanmoins, les chercheurs jouent un rôle important, lié à l’ambivalence nécessairement instaurée par la « coupure » entre sciences et non-science, entre spécialistes et profanes. Leurs « préoccupations bien pratiques » sont valorisées lorsqu’elles donnent lieu à des recherches, pour autant que soit évité, de façon absolue, le « sens commun ». Si l’utilité des travaux est préférable aux « théories spéculatives », les attentes des acteurs peuvent les faire basculer vers un usage non souhaité de ces théories, vers des usages néfastes. Le rôle social de la science se situe au niveau impalpable de ces théories incarnées, comme on peut le lire dans la conclusion du second chapitre, portant sur « les théories fonctionnalistes en communication de masse » :

Vu sous l’angle de la présentation des grandes théories de la communication, il semble donc que tant d’efforts se soldent, globalement, par un bilan peu productif. Ce serait cependant ne pas tenir compte de l’émulation créée par tous ces travaux dans le champ concret de la communication. Avec eux se nourrissent, souterrainement, les courants d’études de la communication en acte, dans la réalité vécue des individus et des organisations, dans la complexité des réseaux et des contextes. Ce n’est pas chaque analyse qu’il importe de voir ici, mais le mouvement général de transformations dont la dynamique ne s’observe qu’avec un peu de recul et n’apparaîtra vraiment qu’à la lumière des évolutions ultérieures (p. 65).

8Cette diffusion immatérielle est en même temps inéluctable, car les théories n’ont pour autre but que de dévoiler la Réalité pour ensuite y retourner. Les théories peuvent être « appliqu[ées] de façon méthodique et rigoureuse au domaine des relations humaines » (p. 163) mais « l’objectif est […] la construction d’une représentation des choses proposant un modèle pour la lecture de ce qui est » (p. 174).

9Nous n’aborderons pas les théories présentées dans cet ouvrage ni ne signalerons les incohérences, fautes de frappe, d’orthographe et de grammaire, imprécisions et négligences, qui s’y trouvent. Cette présentation « actantielle » vise plutôt à soulever un problème plus général : est-il légitime de procéder, dans le champ des sciences humaines où l’objet est toujours réflexif et situé, à une démarche qui s’apparente à celle de la vulgarisation des sciences de la nature en ce qu’elle « désigne sans cesse un texte absent qui serait celui de la vraie science » (Jeanneret, 1994 : 102) ? Car c’est bien ce qui est donné ici à voir, au travers de la mise en scène d’une « complexité » (maintes fois évoquée mais jamais éclairée), et dont l’effet est encore renforcé par une omniprésente rhétorique de la simplification. Ni les enjeux sociaux de la connaissance ni les démarches scientifiques heuristiques ne trouvent leur place dans l’ouvrage.

Selon les points de vue qu’elle privilégie dans la présentation de la science, la vulgarisation scientifique, comme d’ailleurs l’enseignement scientifique, pourra tout aussi bien contribuer à une telle mystification [serait objectif ce qui est mesuré, ce qui épargne l’argumentation dans la prise de décision politique] ou au contraire fournir des ressources pour distinguer ce qui ressortit réellement à la démarche scientifique et ce qui est de l’ordre de son exploitation rhétorique (Jeanneret, 1994 : 138).

10On peut regretter que ce manuel ignore la leçon de Weber pour qui, ayant posé que jugement de fait et jugement de valeur sont distincts mais non exclusifs, il importe avant tout « d’indiquer clairement […] où et quand cesse la recherche réfléchie du savant et où et quand l’homme de volonté se met à parler » (Weber, 1965 : 134). Sans cette rigueur que rappelle Jeanneret, le risque est fort de s’orienter vers la « mystification » plutôt que vers une véritable « démarche scientifique ».

Haut de page

Bibliographie

Bouilloud, Jean-Philippe (2000), « Sciences sociales et demande sociale. Pour une méthodologie de la réception », Sciences de la société, n° 49, p. 167-178.

Jeanneret, Yves (1994), Écrire la science : formes et enjeux de la vulgarisation, Paris, Presses universitaires de France.

Jurdant, Baudouin (1973), « Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique » Thèse de doctorat, Strasbourg, Université Louis Pasteur.

Kuhn, Thomas S. ([1970] 1983), La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion.

Passeron, Jean-Claude (1991), Le raisonnement sociologique : l’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan. (Coll. « Essais et recherches ».)

Weber, Max (1965), Essais sur la théorie de la science, traduit et présenté par Julien Freund, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1  L’opération vulgarisante pouvant être vue comme le « symptôme en acte du scientisme » (Jurdant, 1973 : 16).

2  Un « nombre appréciable », un « grand nombre », « beaucoup » de chercheurs ou d’auteurs, de « nombreux chercheurs ».

3  Encore que l’auteur soit favorable à une évolution vers un « idéal systémique de transdisciplinarité ». Bien qu’il faille « s’interdire la reconstruction des frontières entre disciplines que s’est efforcé de renverser tout le mouvement systémique, quelques garde-fous restent cependant nécessaire pour éviter de tomber dans le fourre-tout » (p. 172).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Cordonnier, « Jean LOHISSE, La communication : de la transmission à la relation, deuxième édition revue et augmentée par Annabelle Klein », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 342-346.

Référence électronique

Sarah Cordonnier, « Jean LOHISSE, La communication : de la transmission à la relation, deuxième édition revue et augmentée par Annabelle Klein », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 08 mai 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/340

Haut de page

Auteur

Sarah Cordonnier

Sarah Cordonnier est membre du Laboratoire Communication, Culture et Société (C2So), École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines, Lyon. Courriel : sarah.cordonnier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals