Navigation – Plan du site
Lectures

Patrick J. BRUNET et Martin DAVID-BLAIS (dir.) (2004), Valeurs et éthique dans les médias : approches internationales

Québec, Les Presses de l’Université Laval
Franck Debos
p. 182-187
Référence(s) :

Patrick J. BRUNET et Martin DAVID-BLAIS (dir.) (2004), Valeurs et éthique dans les médias : approches internationales, Québec, Les Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Les réflexions contenues dans cet ouvrage sur les valeurs et l’éthique dans les médias partent de deux phénomènes incontournables et fortement impactant sur le comportement de l’individu à savoir :

  1. La mondialisation marchande, économique et culturelle qui a une incidence sur le concept d’éthique en posant le problème d’une logique de confrontation ou de cohabitation entre une vision unique de l’éthique avec une éthique à multiples facettes en fonction des spécificités socioculturelles des pays concernés. Ce phénomène reflète une réalité qu’il ne faut pas sous-estimer ou encore moins « démoniser » page xv).

  2. La forte expansion des TICs avec Internet en figure de proue qui affecte les comportements collectifs, les façons de communiquer ainsi que les médias qui constituent dans notre société les relais essentiels de l’information et de la communication.

2Ces deux phénomènes peuvent permettre d’appréhender la société « mondialisée » comme une superstructure et un système général d’information (chapitre 12, Claude Tangha et Roland Yatchou). De ce système découle un sous-système médiatique qui peut véhiculer une approche internationale de l’éthique dans les médias. Celle-ci peut être pertinente dans la mesure où elle repose sur une cause commune capable de transcender les spécificités socioculturelles sans tomber dans l’uniformisation prônée par une vision universelle et impérialiste du Bien ce qui sous-entend la présence de flux de régulation. Ceux-ci permettraient une libre analyse des faits par rapport à certains médias qui n’exposeraient que leur perception des choses.

3Ce risque de déformation de la réalité des faits imposant une vision « orientée » de l’éthique est reprise dans de nombreux chapitres de l’ouvrage.

4Dans le premier chapitre Patrick J. Brunet nous met en garde contre le risque de « spectacularisation » du monde par l’intermédiaire de la télévision et d’Internet. L’auteur dresse en sept points un portrait axiologique et éthique de la télévision des « sociétés de l’information » reflétant une éthique relativiste et individualisante dans les contenus diffusés qui se situe bien loin du respect de la réalité observée, des valeurs fondamentales liées à la dignité humaine, du bien et de l’intérêt commun.

5La télévision et Internet ont leurs propres codes, langages et artifices, qui pour être attractifs ne peuvent refléter la réalité dans son ensemble et la vérité. Cette situation implique le besoin urgent de développer l’éducation en matière de valeurs et d’éthique en général notamment en terme d’éducation du regard afin d’appréhender de façon critique et responsable cette « spectacularisation » du monde.

6Ce point de vue est complété par de Martin David-Blais (chapitre 4) à propos de la presse écrite et de la dualité entre sa fonction de diffusion de connaissance et son rôle commercial. Cet antagonisme peut impliquer une mise en doute de la fiabilité de l’information diffusée. En prenant l’exemple de la nouvelle religieuse et de la couverture journalistique des mouvements millénaristes, l’auteur montre qu’à partir d’une solide connaissance des pratiques journalistiques, des conditions concrètes de production des nouvelles, des valeurs et des a priori des journalistes, nous pouvons considérer que les informations véhiculées sont fiables. Il faut néanmoins intégrer l’importance du désir de reconnaissance des responsables du média, considérée en terme de notoriété (augmentation de son lectorat et de sa crédibilité).

7En écho à cette réflexion Jacques Rivet (chapitre 2) traite de l’éthique de la communication publique. Celle-ci est fondée sur le principe de transparence des faits et gestes que doit rapporter le journaliste. Il définit une éthique de la communication publique sous l’angle journalistique en tenant compte de deux propriétés : la « textualité » (les signes d’enregistrement d’une parole publique) et la « loquacité » (la répétition d’une opinion, des idées et des propos personnels de la communication publique). Les trois conséquences de ces propriétés à savoir « l’exemplarité », « la représentativité » et « la notoriété », au lieu de prouver l’exactitude des informations véhiculées par la communication publique peuvent être détournées au profit d’intérêts spécifiques de personnes ou d’institutions sociales et politiques du pays considéré. L’éthique de la communication publique renvoie au risque de déformation du concept de morale vers un certain moralisme qui va « réifier » et « instrumentaliser » l’éthique.

8La notion du Bien ne sera plus recherchée pour elle-même mais pour la forme ou la mise au service d’un intérêt (se donner bonne conscience, conforter sa position, déstabiliser et incriminer un tiers). L’analyse par Gilles Gauthier (chapitre 3) des jugements de valeur des columnists sportifs québécois illustre efficacement ce risque.

9Il détermine ainsi des jugements de valeur agentifs (personnels, comportementaux et discursifs) et situationnels (factuels, hypothétiques, diagnostics et prédictifs) dans lesquels un certain moralisme se substitue à l’éthique par une intensification de l’attitude morale, une obsession de la pureté et de la perfection rejetant tout accident et déviance, ou bien encore un certain conformisme moral voulant transformer une norme privée de conduite en morale publique.

10Avec la mondialisation, le spectaculaire développement du secteur de l’information semble paradoxalement avoir été accompagné d’une certaine pénurie de cadres interprétatifs permettant aux individus de donner un sens à l’information qu’ils reçoivent. La notion d’éthique dans les médias est alors à rapprocher de l’importance de la diversité médiatique.

11En prenant l’exemple de la campagne présidentielle du Brésil en 2002, Mauro P. Porto (chapitre 5) montre que les médias ont été caractérisés par une faible diversité des opinions présentées avec peu de schémas interprétatifs. L’auteur tend à prouver l’importance de faire la promotion de la diversité dans les médias par des actions réglementaires (principes d’équité et d’équilibre à respecter) de la fonction des journalistes ainsi que par des initiatives de la société civile. La notion de diversité signifie la nécessité de refléter tous les points de vue pouvant exister sur un sujet donné, de diversifier les médias et de faire en sorte qu’ils puissent s’ouvrir à tous les groupes d’opinions et d’intérêt dans une société considérée. La mondialisation renvoie à un processus d’expansion globale du capital qui instrumentalise le rapport à autrui et où les nouvelles sont consommées comme des produits. Ce phénomène inhibe l’esprit critique du consommateur et rend peu significative la langue utilisée.

12Daniel Castillo Durante (chapitre 6) parle du fast news et du fast culture qui par l’intermédiaire des médias, en l’occurrence les radios commerciales, poussent les personnes à consommer plus et penser moins. L’éthique dans les médias serait ici préservée et développée dans les radios culturelles qui, associées aux TICs, permettraient de créer un réseau où les savoirs locaux, régionaux et nationaux échangeraient des informations capables de remettre en question les visions stéréotypées et figées des médias commerciaux.

13Ce processus de globalisation observé depuis 1980 peut aussi mettre en danger la pérennité des valeurs autochtones et leur rôle intégrateur au niveau des communautés notamment sur le plan moral, économique, politique et culturel. De ce fait le mouvement d’expansion des médias transnationaux peut transformer les valeurs communautaires d’une population donnée. Toutefois d’après Anshu N. Chatterjee (chapitre 13), ces médias internationaux doivent développer une stratégie de « glocalisation » afin de s’implanter dans les pays où les valeurs autochtones sont fortement ancrées dans la culture et les institutions. Dans le cas du sous-continent indien, leur intégration et leur croissance ont eu pour effet de renforcer les valeurs communautaires préexistantes. La multiplication des médias traditionnels ainsi que des nouveaux médias entraîne une offre pléthorique de produits communicationnels sur tous les marchés.

14Comme l’énonce Michel Mathien (chapitre 7), la fin des « deux blocs » sur le plan géopolitique a donné aux médias occidentaux un champ de liberté très grand mais qui entraîne souvent, à cause de la pression concurrentielle, une surenchère et une dérive du journalisme vers le sensationnel, ce qui aboutit à terme à une perte de leur crédibilité. Même si les médias présentent des informations exactes et vérifiées, elles sont souvent orientées dans le but de satisfaire des objectifs commerciaux en terme de parts de marché. L’éthique des médias est une question qui n’a jamais été aussi importante car le développement des TIC permet aux entreprises d’utiliser de nombreux outils de communication suggestive et persuasive.

15Les médias ont donc une responsabilité sociale forte à l’égard du public et leurs pratiques professionnelles devraient être centrées sur cette notion (Boris Libois, chapitre 8). Il faudrait élaborer un standard normatif garant du professionnalisme dans le traitement de l’information qui serait fondé sur le statut de l’information, son contenu et sa méthode d’élaboration. Le système médiatique, notamment les moyens de communication publics, pourrait ainsi remplir ses fonctions culturelles et sociales.

16Ce point de vue est illustré par Nicolas Lorite Garcia (chapitre 9) en prenant comme exemple le cas des médias catalans. Dans ce contexte, la présence d’un code de déontologie et d’un manuel de rédaction sur les minorités ethniques évalués par le MIGRACOM (Université Autonome de Barcelone) n’a pas changé les pratiques journalistiques de cette région qui présentent la réalité multiculturelle de la Catalogne de façon négative avec une vision très « eurocentrique ». Sur le plan éthique, les médias régionaux devraient équilibrer les informations développées par les grands médias internationaux.

17Ces réflexions posent le problème d’une éthique professionnelle pour les médias.

18En prenant comme référent l’évolution de la presse en Côte d’Ivoire, Aghi Auguste Bahi (chapitre 10) insiste sur les responsabilités des journalistes dans la formation à la citoyenneté. Toutefois, comme le précise l’auteur, l’éthique journalistique et son rôle régulateur pour une morale pratique du métier n’est possible que si en amont existe un « ethos » politique et social. L’éthique professionnelle des journalistes, de la presse et des médias en général ne doit être qu’un reflet d’une démarche éthique engagée par la société dans son ensemble. L’éthique des médias doit définir des normes et des règles qui orientent les activités des acteurs concernés en vue du « bien » c’est-à-dire d’un ensemble de prescriptions admises à une époque et dans une société données.

19Cette éthique peut être « descriptive » (observation des pratiques de l’information), « stratégique » (actions de régulation des médias), « normative » (droits et devoirs à respecter) et « réflexive » (légitimation des pratiques et des normes). Ces principes généraux de l’éthique peuvent se traduire de façon différente selon la culture et l’histoire de chaque pays (Christian Agbobli, chapitre 11). Il n’empêche que quel que soit le contexte socioculturel pris en compte, les médias, dans une logique de marché, ont tendance à privilégier le profit à un code de déontologie si ce dernier freine leur développement, comme dans le cas du Togo. Nous serions donc face à des comportements qui ne relèvent pas de l’éthique telle que définie précédemment mais plutôt proche de la propagande et d’une déformation de la vérité.

20Ce constat n’est pas seulement localisé géographiquement puisqu’il se retrouve également sur le continent asiatique (Indrajit Banerjee et Eric Loo, chapitre 14). En effet d’après leur analyse, malgré un paysage politique plus diversifié, les médias d’Asie manquent d’indépendance et subissent des contraintes imposées par l’État qui a des intérêts puissants dans le secteur médiatique privé. Il paraît donc urgent, dans ce contexte, de créer des organismes professionnels au service des praticiens des médias, reconnus par les États et surtout par les communautés sociales. Ces dernières doivent contrôler ces médias et leur insuffler un véritable sens de la responsabilité sociale. Ces organismes verraient leur rôle renforcé par la croissance des TICs, notamment Internet, lesquels permettraient de présenter des points de vue et opinions parallèles indépendants de tout lobby politico-économique.

21Pour conclure, cet ouvrage montre de façon pertinente et efficace, par la diversité des exemples qu’il contient, l’importance et la préoccupation de plus en plus forte de l’éthique et des valeurs s’y rattachant dans les médias sur le plan mondial. Il aurait cependant été intéressant d’approfondir l’impact de l’utilisation « marketing » des médias sur le comportement des consommateurs et de le mettre en parallèle avec l’intégration de la dimension « éthique » dans la stratégie et la communication des entreprises qu’elles affichent comme le développement chez elles d’une responsabilité sociale.

22Comme le disent justement I. Banerjee et E. Loo « [i]l est important que les praticiens des médias ne soient ni des choses du gouvernement, ni des pions au service des forces du marché. Après tout ils sont redevables aux citoyens d’abord, aux consommateurs après ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Debos, « Patrick J. BRUNET et Martin DAVID-BLAIS (dir.) (2004), Valeurs et éthique dans les médias : approches internationales », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 182-187.

Référence électronique

Franck Debos, « Patrick J. BRUNET et Martin DAVID-BLAIS (dir.) (2004), Valeurs et éthique dans les médias : approches internationales », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3432

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals