Navigation – Plan du site
Lectures

Michel MATHIEN (dir.) (2005), La médiatisation de l’Histoire. Ses risques et ses espoirs, préface de Jean Favier

Bruxelles, Bruylant
François Demers
p. 201-203
Référence(s) :

Michel MATHIEN (dir.) (2005), La médiatisation de l’Histoire. Ses risques et ses espoirs, préface de Jean Favier, Bruxelles, Bruylant.

Texte intégral

1L’ouvrage donne suite à un colloque tenu à l’Université Robert Schuman de Strasbourg les 22 et 23 mai 2003. Manifestement, son thème très large a permis d’accueillir des communications très diversifiées qui ont été traduites en textes de longueurs inégales. Mais le livre révèle un effort (réussi) de mise en ordre de ces produits hétéroclites sur le fond et quant au genre ; réflexions brèves, études de cas, plaidoyers ou analyses fouillées. L’un des outils de l’ordonnancement passe par la division en deux grandes parties, chacune divisée en deux sous-parties. La table des matières reflète le classement qui contient au final, une introduction, une conclusion, une bibliographie générale, une fiche de présentation des auteurs, un index général, une préface signée Jean Favier, ainsi que 20 chapitres dont les titres, à l’évidence choisis minutieusement, permettent au lecteur de se faire une idée suffisamment précise du contenu de chacun. Par exemple, chapitre 7 : « Les stéréotypes dans les relations internationales et la médiatisation de l’histoire, » ou chapitre 11 : « Le couple franco-allemand, l’Europe et la médiatisation de l’histoire par les caricaturistes (1945-2003). » Autrement dit, la table des matières offre la vitrine indispensable dans ce genre d’ouvrage qui n’est généralement pas lu en continu et dans son intégralité, mais qui invite à une lecture sélective en fonction du domaine d’intérêts ou de recherche du lecteur.

2Il s’agit dans l’ensemble d’un ouvrage soigné où l’on ne rencontre que très peu de coquilles. Les textes coulent de manière limpide : le français est correct sinon impeccable, le vocabulaire et les phrases facilement compréhensibles.

3Comme le titre général l’indique, le contenu revisite la question de la vulgarisation des activités d’une discipline scientifique, dans ce cas-ci l’histoire, par les médias. Comme il est habituel dans un tel cas, le concept de médias offre peu de précision. Il ne désigne pas vraiment les médias comme entreprises. Il vise manifestement plus les contenus journalistiques que les autres, les médias de masse plus que les spécialisés, les « de qualité » plutôt que les « populaires », les quotidiens plus que les revues, les écrits plus que les médias électroniques. De plus, comme il s’agit d’un regard essentiellement porté par le camp des « scientifiques », on retrouve un peu partout les traces de la longue plainte du milieu académique contre les médias. L’ouvrage n’offre pas vraiment de théorisation de cette problématique générale, y compris dans l’introduction et la conclusion. Mais on peut identifier ici et là des éléments du préjugé favorable en faveur de la science historique comme moyen d’identifier la véritable signification de l’actualité, ces éléments formant d’ailleurs une sorte de plaidoyer à l’appui de l’utilité sociale de l’activité historique. On trouve donc des échos aux thèses qui affirment la légèreté du traitement médiatique et qui se méfient plus encore de l’image que de l’écrit ; qui dénoncent le faible recours à l’histoire scientifique et à ses schèmes d’explication ou à ses maîtres autorisés ; qui pointent du doigt les dommages parfois considérables de cette façon de faire, des distorsions volontaires et involontaires aux oublis destructeurs comme dans le cas des guerres « tribales » en Afrique.

4L’un des plus volumineux et complexes des chapitres, le numéro 10, signé Gérald Arboit et intitulé « L’histoire dans la médiatisation du Siège apostolique, » (p. 163-191), a particulièrement attiré mon attention, probablement en raison de son association avec le livre d’histoire de Dominique Marquis (2004) qui décrit la tentative réussie de l’Église de Québec, jusqu’à la deuxième Guerre Mondiale, pour utiliser la presse de masse à son profit. Le chapitre de Arboit décrit lui aussi les efforts du Vatican pour harnacher l’histoire et les médias à son profit. Et il le fait dans le même esprit, respectueux et compréhensif. Bien entendu, il insiste sur l’impulsion déterminante apportée par feu Jean-Paul II, le pape médiatique par excellence. Ce chapitre offre ainsi une sorte de bilan de ce pontificat, tout en déplaçant sa préoccupation du traitement de l’histoire par les médias/ journalistes vers l’usage que d’autres puissants acteurs sociaux, ou institutions, font de l’histoire.

5Le même glissement s’est opéré dans la deuxième sous-partie de la seconde partie intitulée : « L’histoire et les médias face à l’évolution de la justice. » On se retrouve à nouveau avec un jeu à trois où la relation centrale n’est pas celle des Médias et de l’Histoire mais celle de l’Histoire avec la Justice et vice-versa. On y aborde la question des lois qui encadrent la presse et des témoignages des « autorités » en science historique devant les tribunaux.

6Le colloque ayant rassemblé uniquement des chercheurs franco-français sous l’égide du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur les médias en Europe (CERIME), on ne se surprend pas d’y trouver beaucoup de textes sur les, plaies ouvertes de l’histoire des Français (et de l’Europe) : la guerre d’Algérie, l’Occupation allemande et la collaboration avec les nazis, la construction de l’Europe. D’autres traumatismes plus périphériques sont évoqués, notamment la colonisation de l’Afrique (chapitre 14), le conflit israélo-palestinien (chapitre 15) ou la guerre en ex-Yougoslavie (chapitre 16).

7Au terme de la lecture de cet ouvrage, il faut relire attentivement le sous-titre de l’ouvrage — « ses risques et ses espoirs » — et l’introduction, car ces éléments encadrent le corps du livre et réorientent les préoccupations dominantes des chapitres. Malgré les nombreuses communications qui dénoncent la pratique des médias et la subordination de l’Histoire aux argumentations, la conclusion ose inviter les journalistes à « utiliser » l’Histoire comme matière d’un débat « pour un avenir solidaire ». Si l’Histoire, ses experts et ses vérités se retrouvent constamment manipulés, vaut mieux qu’ils le soient dans un sens profitable à l’humanité.

8Il faut reconnaître à Michel Mathien, ancien journaliste, spécialiste des médias et du journalisme, grand partisan de l’Europe le mérite d’avoir tenté, à travers sa direction de réhabiliter discrètement le rôle des journalistes, de considérer comme inévitable leur exploitation de l’Histoire et de penser à les conscrire pour une œuvre tournée vers le futur plutôt que vers le passé et le souvenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Demers, « Michel MATHIEN (dir.) (2005), La médiatisation de l’Histoire. Ses risques et ses espoirs, préface de Jean Favier », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 201-203.

Référence électronique

François Demers, « Michel MATHIEN (dir.) (2005), La médiatisation de l’Histoire. Ses risques et ses espoirs, préface de Jean Favier », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3442

Haut de page

Auteur

François Demers

François Demers est professeur au Département d’information et communication à l’Université Laval. Courriel : francois.demers@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals