Navigation – Plan du site
Lectures

Michel MATHIEN (dir.) (2005), La médiatisation de l’histoire, ses risques et ses espoirs

Bruxelles, Bruylant
Jean-Pierre Chamoux
p. 204-207
Référence(s) :

Michel MATHIEN (dir.) (2005), La médiatisation de l’histoire, ses risques et ses espoirs, Bruxelles, Bruylant.

Texte intégral

1La tâche de l’historien est bien différente de celle du journaliste remarque le préfacier, l’historien Jean Favier. Leur rencontre était plutôt épisodique dans le passé récent ; elle tend à se multiplier sous la pression des circonstances contemporaines. Cet appel fréquent des médias à l’histoire souligne toutefois l’incompatibilité entre le propos historique et celui des médias : la méthode historique impose de la rigueur, de l’humilité et une distance par rapport aux faits et aux hommes qui ne sied guère au style médiatique, impliqué dans l’actuel, dans l’émotif, dans la sensation du moment.

2Une vingtaine de contributions illustrent l’ambiguïté de cette rencontre entre la discipline historique et les médias, presse, radio et surtout télévision. Une très grande majorité de ces communications abordent des thèmes proches de nous dans le temps, des sujets qui ont été abondamment couverts par les actualités contemporaines des faits (journaux, films documentaires, radio), c’est-à-dire des périodes historiques dont une partie des acteurs est encore de ce monde : second conflit mondial, décolonisation, Moyen-Orient, conflit Yougoslave etc.

3L’introduction de M. Mathien et la conclusion du livre (G. Arboit et M. Mathien) remarquent bien que l’engouement des médias français pour l’histoire traduit une « manie du passé » propre à une société nostalgique. Cette mode va de pair, nous suggèrent-ils, avec un moralisme anachronique qui projette sur le passé les critères de la vie sociale présente. Il en résulte parfois une ré-écriture émotive de l’histoire qui n’a plus guère à voir avec la méthode historique. Cette démarche est entretenue par le souci hagiographique des acteurs survivants (à propos de la Résistance française ou des évènements d’Algérie, fréquemment évoqués dans ce livre) et par des « reportages » historiques rétrospectifs, un genre qui fleurit depuis des années à la télévision, au cinéma et dans la presse, sous couvert d’histoire, mais dont le propos peut parfaitement dériver vers du révisionnisme !

4Le dessin des caricaturistes porte un regard aigu sur les évènements politiques, contribuant bien souvent à construire ou à diffuser les mythes historiques. De Daumier à l’image d’Epinal pour la France, de Sholz à Ulk pour l’Allemagne, la caricature politique témoigne remarquablement sur l’esprit de son époque. Le chapitre 11 du livre (U. Koch) examine le rôle joué par les journaux satiriques et par la caricature depuis la fin de la guerre 1939-1945 face à la montée en puissance des rapports franco-germaniques. Comparant et commentant les stéréotypes diffusés par la caricature des deux bords du Rhin au long de cette période qui vit se réconcilier les « ennemis héréditaires », l’auteur relève la persistance de ces stéréotypes (casque à pointe, nez gaullien, couples Giscard-Schmidt et Mitterand-Kohl etc.) et associe ces clichés avec l’histoire antérieure de nos peuples. Clichés qui n’empêchent pas le rapprochement de la France avec l’Allemagne, malgré les imprévus de l’histoire contemporaine et les incompréhensions qui en résultèrent, par exemple lors de la ré-unification de la RFA en 1989.

5Quelques-uns des chapitres de l’ouvrage se plongent dans une histoire plus ancienne, par exemple celle, millénaire, du Vatican (G. Arboit). Rappelant l’indéfectible lien entre la papauté et la narration de l’histoire européenne depuis deux mille ans, insistant sur le constant propos historique de l’Église depuis ses origines gréco-latines, ce texte note que le pontificat de Jean-Paul II, profondément imbibé par l’histoire, n’est pas en rupture avec les pratiques antérieures du Saint-Siège. Au contraire, nous démontre l’auteur, la symbiose entre le faire-savoir du Vatican et sa tradition historique est une constante à travers les siècles, servie dans les temps modernes par ses propres médias (journaux, radios et désormais télévision vaticanes) comme il le fut dans le passé par les arts et par l’architecture romaine, au profit du message de Dieu et de la propagation de la foi !

6Les rapports présents entre l’histoire et la justice sont aussi au coeur de plusieurs autres textes intéressants : l’osmose (peut-être même la confusion ?) entre la chronique judiciaire et la chronique historique, mélangées l’une à l’autre dans les pages des journaux, ressort de plusieurs affaires qui ont illustré la mobilisation de l’Histoire par la Justice : procès de Nuremberg, de Pétain et de Laval, plus récemment de K. Barbie, de Touvier, du général Aussaresse, des Aubrac. J-P. Cointet n’hésite pas à stigmatiser des « dérives » analysées aussi par B. Fleury-Vilatte et J. Walter à propos des procès Papon. Notamment, entre justice et médias, ces derniers émettant leur propre sentence avant que la justice ne juge ; ou entre histoire et justice, cette dernière tendant à travestir l’historien en « expert » dont le témoignage devient une articulation rhétorique du procès, offrant au juge un refuge précieux pour dire le droit d’aujourd’hui à la lumière d’une écriture rétrospective de l’histoire assistée par la justice !

7La grande loi française de 1881 sur « la liberté de la presse », intangible dans ses principes depuis plus d’un siècle, a toutefois subi des amendements significatifs en 1944 et en 1990 qui touchent de près à l’histoire. Revenant sur les multiples affaires de diffamation soumises aux tribunaux français, notamment relatifs à la période troublée de la seconde Guerre Mondiale, le chapitre 18 (D. de Bellescize) aborde cet aspect particulièrement sensible de la justice historique. Ce texte insiste d’abord sur l’étroite interprétation de la diffamation par la loi française : délit de presse sévèrement encadré par une jurisprudence stable depuis plus d’un demi-siècle. Il souligne aussi l’importance que le législateur accorde à l’oubli des injures dix ans après les faits, soucieux qu’il fut de préserver la concorde civile longtemps après l’évènement dolosif. Enfin, l’auteur revient sur la contradiction que soulève le « devoir de mémoire » introduit en 1990 dans cette loi centenaire, devoir moderne dont l’application devient d’autant plus ambiguë qu’elle est désormais coincée, selon les circonstances et les faits, entre l’impératif traditionnel du pardon des offenses (inscrit dans les ordonnances de 1944) et la retour de la loi du talion (inspirant l’amendement Gayssot de 1990).

8Vérité historique et vérité judiciaire sont-elles en définitive compatibles s’interroge cette juriste ? La conciliation entre les deux ne parait guère établie, nous laisse-t-elle entendre, à la lueur de la cette loi qui laisse bien peu d’espace à l’historien pour écrire l’histoire lorsque celle-ci dérange le récit officialisé par le juge ! Cette « confusion entre vérité et sincérité » peut en effet déboucher sur une histoire officielle, dite par les institutions de la République, déni de l’histoire scientifique qui naît peu à peu de la confrontation entre des sources contradictoires et de l’interprétation de ces sources à partir desquelles se forme la connaissance historique durable... Une démarche savante qui n’est guère compatible avec la pression de l’actualité judiciaire, ni avec la recherche du scoop historique !

9Avec les inégalités propres à tout ouvrage collectif, ce livre, premier d’une nouvelle série sur « médias, sociétés & relations internationales » qui devrait suivre chez ce même éditeur, éclaire utilement la rencontre entre la presse et l’histoire. Le succès croissant des publications consacrées à la matière historique va en effet de pair avec une fréquentation croissante de l’histoire par les médias qui trouvent dans ce domaine une source inépuisable de copie !

10Si cet intérêt suscite la joie de certains historiens qui trouvent ainsi une tribune imprévue dans leur siècle, elle en inquiète d’autres, réticents à faire descendre le savant dans l’arène médiatique et judiciaire lors des récents procès relatifs à la période de l’occupation allemande en France entre 1940 et 1945. Ouvert par cet ouvrage, le débat se poursuivra sans doute jusqu’à ce que la période troublée contemporaine devienne véritablement historique, c’est-à-dire qu’elle n’ait plus de témoin vivant !

Haut de page

Bibliographie

MARQUIS, Dominic (2004), Un quotidien pour l’Église. L’Action catholique, 1910-1940, Montréal, Leméac.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chamoux, « Michel MATHIEN (dir.) (2005), La médiatisation de l’histoire, ses risques et ses espoirs », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 204-207.

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Michel MATHIEN (dir.) (2005), La médiatisation de l’histoire, ses risques et ses espoirs », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3444

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux est professeur à l’Université Paris-Descartes. Courriel : jean-pierre.chamoux@univ-paris5.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals