Navigation – Plan du site
Lectures

Jacques WALTER, La Shoah à l’épreuve de l’image

Paris, Presses universitaires de France, 2005
Vincent Lowy
p. 369-373
Référence(s) :

Jacques WALTER (2005), La Shoah à l’épreuve de l’image, Paris, Presses universitaires de France.

Texte intégral

1Épreuve au triple sens du mot, à la fois révélation, composition et compétition : le titre de l’ouvrage de Jacques Walter résume astucieusement les enjeux de son questionnement. Dans l’environnement médiatique actuel, l’utilisation des images engage aussi bien les constructions de mémoire que le rapport au présent et la perception de l’actualité. Dès lors, il est fondamental de comprendre comment certains problèmes de représentation passent le cap de la médiatisation. Et depuis un quart de siècle, chacun sait que la question de la Shoah est un motif permanent et renouvelé de controverses, et que des croisements polémiques continuent de refuser à cette partie de l’histoire le statut de passé réifié. Pour les historiens, pour les enseignants, pour les cinéastes, les récits en images renvoyant à l’expérience génocidaire des Juifs d’Europe catalysent les passions : l’utilisation des archives, des films documentaires et de reconstitution, celle des témoignages, sur des supports eux-mêmes en constante évolution, tout cela doit être mis en perspective avec les interrogations liées à la responsabilité collective et à la construction d’une société de l’image. La question des sources, la documentation liée aux représentations elles-mêmes, est également déterminante : d’où viennent les images, sont-elles authentiques, retouchées, remontées ? Qui les a produites et diffusées, et à travers quels filtres ? De quelle expertise relèvent-elles ? À quel type de transmission sont-elles dévolues ? Au cœur du travail de Jacques Walter, une phrase du linguiste Dominique Maingueneau ne passe pas inaperçue : « Le discours est demandeur de Tradition et créateur de sa propre Tradition » (p. 109).

2La démarche de l’auteur procède d’une double transversalité : cet ardent militant de la transdisciplinarité mobilise tour à tour les ressources du sociologue, de l’historien des médias, du sémioticien pour analyser divers documents témoignant de l’émergence de la Shoah dans l’espace public de la fin du xxe siècle. De la résurgence des thèses négationnistes à la commission Mattéoli sur les biens juifs spoliés, en passant par les procès Barbie et Papon : ce sont quantité de polémiques associées à différentes scènes (l’émission de télévision, le procès, l’exposition de photographies, le film humoristique…), et autant de formes de cristallisation mémorielle qui sont ici analysées.

3Lorsque, à la fin des années 1970, les rescapés juifs des camps nazis commencent à s’exprimer massivement et à être identifiés en tant que groupe constitué, ils engagent un processus complexe qui s’étend sur une vingtaine d’années et débouche sur l’institutionnalisation de la Shoah, moment de l’histoire récente désormais incontournable pour l’ensemble des sciences humaines et sociales. Jacques Walter tente de déconstruire cette mutation de regard, de rendre apparentes les médiations successives qui l’ont rendue possible. Pour introduire sa recherche, il déclare : 

L’émergence des témoignages dans les médias a partie liée avec une mobilisation d’acteurs individuels et collectifs d’origine hétérogène (survivants, historiens, journalistes, associations, médias…). Or, on ne dispose pas d’une médiatisation de ce processus qui intégrerait pleinement la dimension médiatique. En découle un intérêt pour le renouveau des études des formes de l’action collective à dimension protestataire, qui mettent la question du cadre et des arènes publiques au cœur de l’analyse des mouvements sociaux (p. 8).

4Il distingue dès lors trois niveaux symboliques, qui vont fournir le cadre méthodologique de son travail.

Le macro-niveau des facteurs socio-historiques comme explication de la montée des témoignages, le mésoniveau des polémiques entre experts comme cristallisation de leurs enjeux, le microniveau des dispositifs médiatiques comme lieu de leur façonnage (p. 8).

5Il parle de « coups de sonde » pour décrire ses recherches et, en effet, il pratique une véritable « mise en résonance », jetant sur une série d’objets médiatiques (série en apparence hétérogène) un regard structurant, qui permet au lecteur d’embrasser d’un seul mouvement les différentes dimensions de l’espace public où se structurent les champs mémoriaux, au-delà des conflits d’interprétation liés à la mémoire vive et à la fabrique de l’opinion. Attentif aux processus de transmédiatisation, le chercheur met à profit un concept ingénieux : l’idée que les scènes d’expertise percolent, c’est-à-dire « se filtrent et se transforment », se chassent ou sont déduites les unes des autres. Cette figure, loin de n’être qu’une formule, lui fournit le cadre d’une grille de lecture efficace, dans laquelle viennent s’inscrire ses différents objets d’étude.

6Dans une première partie intitulée « Dispositifs médiatiques », l’auteur travaille sur une première série d’objets, autour de la question des régimes testimoniaux : sont successivement passées au crible les émissions historiques à la télévision, la construction de l’identité des déportés (identité experte, identité historienne et identité victimaire) et les archives audiovisuelles des survivants (comme celles collectées dans le cadre du projet Survivors of the Shoah Visual History Fondation, dont les modalités d’enregistrement sont minutieusement décrites). Jacques Walter analyse en particulier le débat des Dossiers de l’écran qui accompagne la diffusion d’Holocauste en 1979. S’appuyant sur les travaux d’Isabelle Veyrat Masson (2000), mais en y apportant sa compétence de socio-sémioticien, il procède à une analyse particulièrement fine des dispositifs et des statuts à l’œuvre dans cette émission décisive, situant ce grand moment de la télévision des années 1970 au centre d’une construction plus large, la mémoire de la déportation, dont on sait qu’elle connaît à ce moment-là un passage crucial de la mémoire résistantialiste à la mémoire génocidaire : on passe douloureusement de la mémoire de Buchenwald à celle d’Auschwitz. L’auteur procède à une rigoureuse confrontation des points de vue et des arguments, démontrant l’irruption de l’incommunicabilité de l’expérience concentrationnaire dans l’espace public.

  • 1 Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d’exterminations nazis (1933-1999), (...)

7La deuxième partie, « Conflits d’interprétation médiatisés », évoque différents débats particulièrement dissensuels : la réception d’une exposition de photographies des camps1, puis les échanges qui ont marqué la diffusion de deux films très remarqués (La liste de Schindler et La vie est belle). La question des documents photographiques est explorée à travers la réception de cette importante exposition sur les images des camps, dont la presse a rendu compte de façon laudative mais inutilement sensationnelle, mettant par exemple en avant une série de clichés pris depuis les chambres à gaz par des membres des Sonderkommandos résistants, clichés archi-connus des spécialistes mais présentés par certains journalistes comme s’il s’agissait de nouveautés. Cette méprise est à l’origine de débats particulièrement féroces, entre les tenants de l’indicible (groupés autour du réalisateur de Shoah et directeur de l’importante revue Les Temps modernes, Claude Lanzmann) et les chercheurs qui ont signé le catalogue de l’exposition, en particulier le philosophe et historien d’art Georges Didi-Huberman. Jacques Walter décrypte les arguments des uns et des autres, et confirme l’opposition entre images photographiques et récits testimoniaux, le divorce entre voir et savoir qui caractérise les représentations génocidaires. Pourtant, selon lui, si le débat toujours recommencé entre sacralisation et laïcisation de la Shoah pourrait être revu « à l’aune de l’anthropologie religieuse, c’est plutôt le recours à l’argument, dans une dynamique experte, qui est pertinent » (p. 118).

8Au sujet de La liste de Schindler et de La vie est belle, Jacques Walter doit s’appuyer sur un appareil polémique beaucoup moins riche : entre anathèmes et plaidoyers pro domo, difficile d’utiliser les campagnes de presse qui accompagnent la sortie de ce type de films pour trouver des arguments critiques, en particulier auprès des cinéastes eux-mêmes, qui multiplient les déclarations à l’emporte-pièce sinon platement consensuelles. Le travail de Jacques Walter relève davantage ici de l’analyse minutieuse d’une revue de presse, en insistant sur les modalités des interventions historiennes et l’émergence de communautés d’interprétation. Au-delà des conflits mémoriels, la notion d’expertise continue de sous-tendre son analyse. S’il pose quelques questions relatives au contenu de ces deux films (scènes problématiques, levée des tabous, utilisation du comique et de l’émotion), tentant au passage de démêler les discours indigents de Roberto Benigni, il se concentre surtout sur les prismes psychologiques, esthétiques et éthiques à l’œuvre dans la réception de ces films. Il confronte notamment les différentes interventions qui marquent la sortie de La vie est belle dans la presse juive, en insistant sur le rôle de l’humour, élément fondamental dans les traditions juives, mais qui, entre dérision interdite et rire inavouable, pose avec La vie est belle la question des régimes testimoniaux : les rescapés n’interviennent pas ou très peu au moment de la sortie du film de Roberto Benigni, contrairement à ce qui s’était passé pour celui de Steven Spielberg, comme si ce film désarmait toute approche d’ordre testimonial par ses stratégies d’écriture ambiguës (refus du réalisme, faux judaïsme, pseudo-happy end…).

9Enfin, la dernière partie, intitulée « Transmédiatisations », porte sur deux autres moments de télévision et un objet multimédia : une interview de Maurice Papon diffusée par TF1, un cédérom consacré au Ghetto de Varsovie (1997), enfin un film documentaire datant de 1999, Chroniques couleurs du Ghetto de Lodz, diffusé par Canal+. Ces analyses répondent en quelque sorte à l’étude de l’émission de 1979 et montrent le chemin accompli en vingt ans. En particulier, Le monde de Léa dans laquelle se trouve une interview de Maurice Papon (ministre du Budget au moment de l’émission des Dossiers de l’écran), aisément mis en difficulté par un journaliste connu pour son impertinence, Paul Amar, journaliste qui donne néanmoins une tribune à l’ancien secrétaire général de préfecture qui peut dès lors se faire passer, à peu de frais, pour une victime (les persécutions médiatiques en valent-elles d’autres ?). L’auteur, soucieux de démontrer que les scènes médiatiques percolent, montre ensuite comment un numéro de l’émission Arrêt sur images fait à son tour le procès d’une émission déjà dénoncée comme une parodie de justice ou comme un exemple de tribunal médiatique.

10Le travail de Jacques Walter est original à plusieurs titres : s’il apporte des éclaircissements sur les mécanismes de la transmédiatisation et, au sens plus large, sur les schémas de médiation qui résultent de telle ou telle configuration, l’auteur ne se contente pas de revisiter des territoires déjà balisés. Il observe des objets souvent négligés voire méprisés, objets nouveaux même s’ils sont anciens (mais sur cette question de la Shoah, qui a pensé avant lui à décrypter en profondeur une émission de télévision de 1979 avec les outils et le recul scientifiques qu’autorisent 25 années de distance ?) sous l’angle singulier des phénomènes de transformation, de l’analyse de la réception des documents à celle des polémiques qui y sont associées. Le véritable événement théorique que constitue cet ouvrage consiste justement à travailler sur les dispositifs du débat, sur les modalités de protestation, mais en apportant non pas des éléments propres à alimenter le débat lui-même mais en livrant une analyse percutante du paradigme testimonial, aboutissant à une vraie identification des strates mémorielles et discursives. Si bien que nous n’avons pas là un pâle succédané de l’ouvrage récent (et d’un point de vue théorique quasi définitif) de Georges Didi-Huberman (2004), mais au contraire une somme complémentaire, construite sur des points d’ancrage différents, résultant d’approches socio-historiennes novatrices. En témoigne cette proposition qui conclut le livre, pour évaluer les phénomènes de réception de l’image : la méthode des scénarios,

[…] fondée sur une approche participative et projective pour recueillir les « traductions », par les acteurs, des façons de produire et de transmettre des témoignages (p. 265).

11Meccano prospectif et engageant, La Shoah à l’épreuve de l’image est un ouvrage riche de propositions, que l’on referme comme on ouvre un chantier.

Haut de page

Bibliographie

Didi-Huberman, Georges (2004), Images malgré tout, Paris, Éditions de Minuit.

Veyrat-Masson, Isabelle (2000), Quand la télévision explore le temps, l’histoire au petit écran, Paris, Librairie Arthème Fayard.

Haut de page

Notes

1 Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d’exterminations nazis (1933-1999), Paris, Patrimoine photographique/Société française de photographie, commissaires : Pierre Bonhomme et Clément Chéroux (12 janvier-25 mars 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Lowy, « Jacques WALTER, La Shoah à l’épreuve de l’image », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 369-373.

Référence électronique

Vincent Lowy, « Jacques WALTER, La Shoah à l’épreuve de l’image », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 08 mai 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/357

Haut de page

Auteur

Vincent Lowy

Vincent Lowy est docteur en Sciences de l’information et de la communication, chercheur au Centre d’études et de recherche interdisciplinaire sur les médias en Europe, Université Marc Bloch, Strasbourg 2. Courriel : vincentetmarion@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals