Navigation – Plan du site
Lectures

Camille LAVILLE (2010), Les transformations du journalisme de 1945 à 2010 : le cas des correspondants étrangers de l’AFP

Bruxelles, Éditions De Boeck/Ina éditions
Aimé Jules Bizimana
Référence(s) :

Camille LAVILLE (2010), Les transformations du journalisme de 1945 à 2010 : le cas des correspondants étrangers de l’AFP, Bruxelles, Éditions De Boeck/Ina éditions

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, l’auteure propose une analyse diachronique de l’agence de presse française AFP (Agence France-Presse), du lendemain de la Seconde Guerre mondiale (1945) aux années 2000, en vue de faire ressortir les transformations qui ont affecté à la fois les pratiques et l’identité journalistiques ainsi que la nature de l’information. Son hypothèse est qu’une nouvelle configuration a émergé durant cette période étudiée :

Formée par l’environnement médiatique mondial et le jeu des différents acteurs (journalistes, entreprises de presse, clients), cette configuration s’est caractérisée par un changement progressif de son mode de régulation, évoluant d’une régulation à dominante politique à un mode de régulation dans lequel l’intérêt économique et commercial se fait de plus en plus présent (p. 7).

2Cette hypothèse repose sur un découpage historique précis. La période 1945-1965 est caractérisée par une régulation dite politique et celle de 1995 à 2010 est marquée par une régulation plus économique. Séparés par une période de transition, ces deux modes de régulation ont chacun une incidence sur les pratiques et l’identité journalistiques des employés de l’AFP. L’explication du changement sociohistorique qui s’opère d’un mode de régulation à l’autre se fait par l’intermédiaire des concepts de configuration et d’idéal-type, empruntés respectivement à Norbert Élias et à Max Weber.

3En partie tiré d’une thèse de doctorat en cotutelle (Université Paris 8 et Université Laval), l’ouvrage est fondé sur des entrevues semi-dirigées avec une cinquantaine de journalistes de l’AFP distribués à travers trois groupes d’âge (25-45 ans, 45-65 ans, 65 ans et plus). À l’exception de six journalistes dont l’auteure propose des portraits nominatifs, les participants interviewés dans cette étude sont anonymes (c’est une exigence éthique de l’Université Laval). Le participant type est décrit comme un agencier ayant travaillé dans l’un ou l’autre des nombreux bureaux de l’AFP à l’étranger.

4Le premier chapitre (première partie) est consacré à l’histoire de l’agence de presse. Comme le rappelle l’auteure, l’origine de l’AFP remonte à la création de la toute première agence d’information par Charles Louis Havas en 1832 (agence Havas). Cependant, la mise sur pied de l’Agence France-Presse en remplacement de l’Office français d’information sous Vichy, au lendemain de la libération de Paris en 1944, constitue son véritable acte de naissance. Avec le statut d’établissement public, l’AFP opère sous la double dépendance politique et financière de l’État français. En 1957, un nouveau statut semi-public entre en vigueur. L’emprise de l’État français se fait néanmoins toujours sentir quant à la direction de l’agence. Sur le plan international, ce statut ambivalent de l’AFP la place dans une situation inconfortable vis-à-vis des agences concurrentes, principalement anglo-saxonnes, jalouses de leur indépendance par rapport à l’État. Durant plusieurs décennies, l’AFP va résister à toute velléité de transformer le statut de 1957, remis en question à chaque crise interne.

5Le second chapitre est consacré à l’évolution des innovations techniques et à leurs incidences sur les pratiques des agenciers. Confronté à un manque de moyens de communication performants, l’agencier des années 1945-1970 doit faire preuve d’autonomie, de créativité et de débrouillardise. Au cours des années 1970-1990, l’informatisation des bureaux de l’agence AFP permet aux agenciers de transmettre leurs dépêches plus rapidement et plus efficacement. Cette évolution s’appuie principalement sur les technologies de transmission satellitaire et du téléphone cellulaire ainsi que sur divers outils informatiques. De 1990 à 2010, l’évolution s’est poursuivie avec les supports multimédias. Cette période est caractérisée par une multiplication des concurrents, pas nécessairement d’autres agences, mais surtout les chaînes d’information en continu.

6Cette transformation a entraîné deux conséquences : d’une part, une surveillance plus grande des agenciers par leur rédaction et d’autre part, une surveillance accrue des concurrents exacerbée par un mode de fonctionnement dans l’urgence. La création en 1995 du service de veille Alerte et analyse est liée à cette double surveillance. Par ailleurs, « urgenter une information est aussi un moyen pour l’agence et pour ses journalistes de mettre leurs informations en valeur et de rechercher une plus grande visibilité auprès des clients » (p. 72). Une grande tendance à rendre les dépêches « urgentes » menace néanmoins la hiérarchisation de l’information, indique l’auteure.

7Dans la deuxième partie, l’auteure présente, en trois chapitres, trois générations de correspondants qui se sont succédé à l’agence. Chaque chapitre est introduit par deux portraits d’agenciers. La première génération est caractérisée par un engagement professionnel fort et un style d’écriture personnel. Ces correspondants de l’après-guerre confèrent au journalisme une mission éducative (conception de service public). Fréquentant beaucoup les élites politiques, ils ont « le réflexe professionnel de s’adresser en priorité aux sources institutionnelles et aux porte-parole officiels » (p. 95). Les journalistes de cette première génération disposent d’une grande marge de liberté dans l’écriture. Leurs dépêches sont écrites dans un style personnel où le témoignage s’énonce souvent à la première personne. C’est ce que l’auteure appelle le « je testimonial » (p. 99).

8La deuxième génération dite « intermédiaire » est celle marquée par la professionnalisation avec une entrée dans le métier qui passe certes par la formation universitaire, mais avec des profils variés. Sa vision du journalisme est à cheval entre la conception de service public et une conception que l’auteure qualifie de « politisée » dans la mesure où les journalistes « peuvent sensibiliser le public à certains enjeux et, éventuellement, contribuer à changer le monde » (p. 113). La multiplication des acteurs sociaux et l’informatisation entamée par l’AFP dans les années 1970 vont avoir un effet sur les pratiques des agenciers. Pour s’adapter à de nouveaux clients et à de nouveaux outils techniques, l’écriture journalistique s’éloigne peu à peu du style personnel plus littéraire. La concision est le nouveau mot d’ordre pour la rédaction des dépêches.

9La troisième génération est celle du XXIe siècle avec une conception du métier dominée par la logique marchande et l’individualisme. La visée commerciale de l’AFP, à titre d’entreprise de presse, pousse ses dirigeants à privilégier cette nouvelle génération en adéquation avec les impératifs commerciaux au détriment des agenciers de l’ancienne génération, malgré l’expérience de ces derniers. Dans un univers professionnel marqué par la pige et la précarité, la plupart des journalistes de la jeune génération de l’AFP possèdent une formation universitaire et une formation dans une école de journalisme. L’étude révèle que la formation professionnelle est devenue, au fil du temps, un passage obligé pour accéder à l’emploi journalistique. Par ailleurs, les prétendants journalistes se pressent au portillon de l’AFP en raison du prestige associé au fait de travailler pour une agence internationale, mais aussi de la sécurité d’emploi dans un contexte de morosité économique qui caractérise les entreprises de presse.

10La nouvelle génération appartient donc à la nouvelle configuration à régulation économique (cf. l’hypothèse). Avec ce nouveau mode de régulation, les pratiques journalistiques se sont transformées à travers le rapport aux sources principalement en raison de l’omniprésence des services de communication et de l’essor d’Internet. Avec la surabondance de l’offre, le travail journalistique « consiste de moins en moins à rechercher et collecter de l’information et de plus en plus à la recevoir et à en faire le tri » (p. 134).

11En permettant une collecte d’information plus large et plus diversifiée, Internet a aussi changé la pratique journalistique de l’agencier :

Internet donne accès à une très grande diversité de sources et éventuellement de points de vue, dont les points de vue de ceux qui contestent les discours officiels. Internet permet donc aux journalistes de s’affranchir dans une certaine mesure des contraintes que les sources, notamment les sources professionnelles, cherchent à leur imposer (p. 135).

12Par ailleurs, les chaînes d’information en continu constituent une autre source d’information importante pour les agenciers. À l’affût de l’information internationale, ces derniers surveillent en permanence la couverture de la télévision en continu. L’auteure souligne cependant que les journalistes de l’agence de presse subissent une forte concurrence des chaînes de télévision en continu qui, grâce à leur force d’attraction en matière d’auditoire et d’image, attirent beaucoup plus les sources locales. Cet avantage de la télévision en continu en fait un définisseur « de l’agenda médiatique international » (p. 138).

13Cette situation pose un défi à l’agencier qui veut rester dans la course au temps par rapport aux concurrents, mais qui s’expose du même coup aux fausses informations et aux rumeurs. Pour contrer la concurrence féroce des chaînes de télévision en continu, l’AFP mise sur le développement de son propre service d’images, à l’exemple de sa consœur Associated Press (AP), avec le service audiovisuel APTN. AFPTV a été créée en 2001, mais reste encore loin de ses concurrentes anglo-saxonnes. Au moment de rédiger le présent compte-rendu, le président de l’AFP, Emmanuel Hoog, soulignait, au cours d’une conférence devant le Conseil des relations internationales de Montréal, l’accent qui est mis par l’agence sur l’image, y compris en continu, tout en rappelant le défi posé par la vitesse de circulation de l’information quant à la vérification et à l’authentification des sources (Collard, 2012).

14Enfin, la jeune génération évolue dans un contexte de perte d’autonomie, voire de surveillance. Grâce aux nouvelles technologies, l’agencier est joignable en permanence par le desk (bureau central, régional ou local) qui dispose de la double capacité de suivre de près ses correspondants étrangers et ses concurrents. Cette possibilité place le desk en position de contrôler et d’ajuster au besoin la couverture interne en fonction de la surveillance de la concurrence. En outre, la nouvelle génération doit composer avec une écriture des dépêches plus homogénéisée et qui tend vers un style anglo-saxon jugé à la fois susceptible d’intéresser de nouveaux clients dans un marché mondialisé et plus efficace sur le plan rédactionnel.

15De manière générale, l’ouvrage exploite peu les travaux en sociologie de l’information qui auraient pu être utiles pour expliquer plusieurs thèmes comme les contraintes journalistiques du temps et de la concurrence, le biais en faveur des sources institutionnelles et les stratégies de séduction des services de communication.

16Dans la troisième et dernière partie, l’auteure retrace l’évolution du mode de traitement de l’information. De 1945 à 1960, le contexte international est marqué par la prégnance du fait politique et diplomatique dans l’information agencière. L’emprise du politique au sein de l’AFP est liée, certes, à son statut particulier et à son financement par l’État français, mais se traduit aussi par la proximité des journalistes avec les hommes politiques et par la sensibilité des agenciers aux intérêts nationaux : « Sans être un outil de propagande, l’Agence France-Presse se fait donc le porte-parole du gouvernement » (p. 158).

17De 1960 à 1990, les transformations politiques et économiques de la société ont entraîné une perte de vitesse du fait politique au profit d’une diversification de l’offre informationnelle avec de nouveaux contenus, notamment les rubriques économie et société (life style). Symptomatique des transformations du paysage médiatique, l’explosion de l’offre informationnelle est consécutive au développement de la presse magazine et des chaînes d’information en continu.

18Durant la période 1990-2010, le divertissement prend une plus grande place avec notamment l’essor de l’information people et de l’information insolite. Dans la même foulée, on remarque une plus grande sensibilité de l’AFP aux exigences de ses clients qui se sont diversifiés, avec comme résultat une multiplication des thématiques dans une logique d’offre personnalisée (information en ligne, information financière). Avec cette logique de personnalisation dans un environnement hyperconcurrentiel est apparue la nécessité d’ajouter la couleur dans les dépêches destinées aux clients : « La <mise en couleur> des dépêches par les journalistes est un indice du passage au journalisme de communication », avance Camille Laville (p. 178). Cette hypothèse qui semble intéressante aurait peut-être mérité un développement plus substantiel.

19Le dernier chapitre aborde le passage d’un journalisme évènementiel à un journalisme situationnel dans l’évolution des dépêches. Le premier insiste sur l’évènement. C’est le modèle factuel des années 1950 fondé sur la description et non sur l’explication. Le second, qui s’impose dans les années 1990 dans le but de se démarquer de la concurrence et pour mieux répondre aux demandes des clients, privilégie les « papiers à attribut ». Ces papiers ne sont plus uniquement centrés sur le factuel, mais déclinent l’évènement sous différents formats. Le journalisme situationnel (ou journalisme de décryptage) met l’accent sur la mise en contexte des évènements et sur l’analyse : « L’analyse est pour l’agence un moyen de produire un discours original et distinctif, offrant une plus-value par rapport à l’information brute qui, du fait même de son abondance et de son accessibilité, est dévalorisée » (p. 197). La mise en forme de l’information pour la rendre attrayante prend de plus en plus de place. Ce passage est un marqueur générationnel d’une configuration à une autre.

Haut de page

Bibliographie

COLLARD, Nathalie (2012), « Agence France-Presse : pas de concession à la vitesse », La Presse, 26 mars, p. 3 [Arts].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aimé Jules Bizimana, « Camille LAVILLE (2010), Les transformations du journalisme de 1945 à 2010 : le cas des correspondants étrangers de l’AFP », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3631

Haut de page

Auteur

Aimé Jules Bizimana

Aimé Jules Bizimana est professeur au Département des sciences sociales à l’Université du Québec en Outaouais. Courriel : aime-jules.bizimana@uqo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals