Navigation – Plan du site
Recherches

La recherche des communautés virtuelles

Une analyse communicationnelle des conversations du forum en ligne
Silvia Branea

Résumés

Le but de l’analyse des discussions qui ont pour thème « Je veux rentrer du Canada en Roumanie » sur le forum en ligne roumain Hotnews.ro sera de décrire la façon dont certains des participants aux débats perçoivent les différences culturelles entre eux et les Canadiens et la façon dont les Roumains au Canada construisent leur identité par rapport à l’identité canadienne. L’analyse couvre la période de septembre 2008 à mars 2010.

Haut de page

Texte intégral

1Nous pouvons dire au sujet des émigrants roumains qu’ils ont « une double présence » — ils sont à la fois là-bas (le pays qu’ils habitent plus ou moins temporairement) et ici (leur pays d’origine) (Trandafoiu — http://search.ebscohost.com). Lorsque nous observons l’intensité de la communication en ligne entre les Roumains canadiens et les Roumains de Roumanie, nous pouvons dire qu’entre ces deux espaces physiques (là-bas et ici), il existe un troisième espace, virtuel, qui n’est ni ici ni là-bas, mais à la fois ici et là-bas.

2Les communautés virtuelles qui apparaissent sur Internet donnent un nouveau sens au terme communauté. Elles offrent à leurs membres un sentiment d’identité et d’appartenance qui peut favoriser des relations interpersonnelles de proximité et assurer un soutien continu entre des personnes qui habitent dans différentes parties du globe.

3À travers les communautés virtuelles, plusieurs collectivités, groupes ou individus « essayent de définir leurs propres frontières pour présenter leurs identités dans un espace qui, en effaçant toute barrière, pourrait détruire la capacité même de différenciation et de référence à l’altérité » (Dinescu, 2008 : 323. Traduction libre). Ces délimitations ou frontières sont imposées à la fois de l’extérieur et de l’intérieur. De l’extérieur, les frontières sont imposées par l’appareillage technologique, par les nations et les institutions qui autorisent certains droits d’usage tout en restreignant de manière implicite d’autres usages. De l’intérieur,

les frontières de l’espace virtuel sont auto-imposées par certaines collectivités qui, en délimitant leurs propres frontières au sein des frontières déjà établies par le fonctionnement du réseau, peuvent affirmer leur propre individualité, marquer de façon positive leur différence, et construire un imaginaire collectif (Dinescu, 2008 : 323. Traduction libre).

4Le forum de discussion constitue un mode de communication fréquemment utilisé par plusieurs groupes, collectivités ou individus. Considéré comme l’un des modes de communication asynchrone les plus usuels sur Internet, il met l’internaute en contact avec une grande quantité d’information. La technologie de l’hypertexte accroît la capacité de lire et d’écrire des messages en temps réel, tout en créant une base de données composée de l’ensemble des textes qui se trouvent dans les ordinateurs interconnectés (Raufman and Ben-Cnaan, 2009).

5L’une des formes particulières du forum de discussion se situe dans la zone des relations intra et interethniques. Dans le cas des forums interethniques, les tons et les termes utilisés sont parfois identiques : on commence par l’énonciation, la description d’un problème et l’on aboutit à des attitudes inflexibles au ton impératif (« on doit faire » ; « on doit réagir »). Lorsque les contacts entre des ethnies ne sont pas directs, les discussions et les débats sont plus durs. Par contre, les points de vue exprimés dans les forums peuvent adopter l’argumentaire du « bouc émissaire » lorsque les discussions se font entre internautes appartenant à des communautés ethniques qui partagent une histoire commune.

L’identité hybride

6Thomas K. Fitzgerald (1992) a abordé la question de l’identité chez les émigrants qui ont connu des difficultés économiques et psychologiques dans leur pays d’adoption. Mark Valenta (2009) a étudié plusieurs communautés d’émigrants en Norvège et il a remarqué que les réseaux d’amis de la plupart des émigrants se sont établis selon des critères d’appartenance ethnique autour de la question du maintien d’une identité hybride. Valenta qualifie ces émigrants « d’équilibristes » parce qu’ils essayent de maintenir un équilibre entre leur propre culture, devenue minoritaire, et la culture majoritaire du pays adoptif, en jonglant avec ces deux systèmes codifiés de sens dans leur vie courante. Devant leurs compatriotes d’origine, ils soutiennent soit avoir conservé intégralement leur culture, soit l’avoir adaptée aux normes du pays adoptif, mais uniquement pour des aspects mineurs, superficiels.

7Nous trouvons les mêmes propos chez les participants au forum « Je veux quitter le Canada et rentrer en Roumanie ». Beaucoup insistent pour dire qu’ils trouvent au Canada tout ce dont ils ont besoin pour préserver leur identité roumaine. Par exemple, ils peuvent acheter des mici et des sarmale dans les restaurants roumains des grandes villes canadiennes ou ils peuvent retrouver leurs amis roumains pendant leurs temps libres. Cependant, ils admettent que pour se sentir acceptés par les Canadiens, ils doivent « ajuster » leur identité afin de la rendre compatible avec la culture dominante. Il en résulte une identité hybride, une identité roumano-canadienne.

Le cadre d’analyse

8La distance culturelle apparaît dans la foulée de la tendance à établir de nouvelles frontières entre l’individu et l’altérité. Erik Erikson utilise le terme distanciation pour décrire ce phénomène (Ladmiral et Lipiansky, 1989), qu’il définit comme le désir de consolider ce qui caractérise le « moi » tout en accentuant les différences par rapport aux « étrangers ». Le processus de distanciation commence dès l’enfance, en même temps que les processus de construction de l’identité personnelle et de groupe : « Le phénomène identitaire structure les relations interpersonnelles comme espace social ; il a comme effet de maintenir une tension et un équilibre entre la similitude et l’altérité, l’unité et la diversité, la continuité et la différenciation » (Ladmiral et Lipiansky, 1989 : 129).

9Notre analyse des discussions qui se déroulent dans les forums en ligne s’inscrit dans l’approche communicationnelle dite « constructiviste » en ce qu’elle permet de saisir les réalités sociales en tant que constructions historiques et quotidiennes par des acteurs individuels et collectifs (Mucchielli et Guivarch, 1998). Le principe fondamental du constructivisme appliqué au domaine de la communication affirme que le sens d’une situation ou d’un évènement n’est pas donné a priori, mais émerge d’une construction collective par les acteurs qui se trouvent dans cette situation ou au cœur de l’évènement, une construction qui se réalise dans et au moyen des communications entre eux. Cette approche a surtout été développée par des auteurs préoccupés par l’épistémologie et la méthodologie postmodernes (par exemple, Green et al. 2006).

Objectifs et méthodologie

10Cette étude veut examiner comment certains participants aux débats dans les forums roumains en ligne perçoivent les différences culturelles entre eux et les Canadiens d’origine. Les messages analysés ont été affichés sur le site Hotnews.ro pendant plus d’une année (de septembre 2008 à mars 2010) en réponse au thème « Je veux rentrer en Roumanie. Qu’en dites-vous ? ». Les opinions, pour ou contre, exprimées par des personnes qui avaient immigré depuis plusieurs années au Canada, se sont attachées à plusieurs aspects, dont le niveau de vie au Canada et en Roumanie, les récents changements en Roumanie, particulièrement concernant l’admission de la Roumanie dans l’Union européenne, et les systèmes d’assurance médicale des deux pays. Au total, les messages remplissent 399 pages qui contiennent, en moyenne, 20 messages par page.

11Nous nous sommes intéressée à la perception, exprimée dans le forum Hotnews.ro, qu’ont les internautes roumano-canadiens d’eux-mêmes en tant que membres d’une minorité au Canada. Ces internautes sont majoritairement des jeunes hommes scolarisés (études universitaires), et la discussion, voire la confrontation a surtout porté sur la langue, la politique, l’économie et le mode de vie.

12Le matériau analysé comprend des fragments de messages qui font référence, de façon explicite ou implicite, aux relations entre les immigrants roumains et la population hôte (les Canadiens). Nous avons privilégié les fragments touchant l’ethnicité, la culture, l’identité, les ressemblances ou les différences entre Roumains et Canadiens et les relations interpersonnelles au Canada ou en Roumanie. Dans notre choix, nous avons tenu compte de la plasticité des termes, de l’expressivité et de la longueur des messages.

13Hotnews.ro est l’un des plus importants sites d’information roumains. En date du 6 mars 2010, le forum du site enregistrait 18 960 membres et affichait les sections suivantes : « Actualité », « Santé », « Rendez-vous avec les parents », « Tell me what’s e-happening on the internet » (« Dis-moi ce qui se e-passe sur Internet »), « J’ai vu – j’ai entendu – j’ai lu », « Conseils gastronomiques » et « Forum des étudiants ».

14Les textes analysés ne sont pas représentatifs de l’ensemble et ils ont été choisis en raison de leur diversité et de leur complémentarité. Les points de vue exprimés sur les caractéristiques de l’identité canadienne sont minoritaires par rapport à ceux sur les avantages ou les désavantages de vivre en Roumanie et au Canada.

15L’analyse portera principalement sur les réponses à la question « Comment est structuré le discours des acteurs qui communiquent (implicitement ou explicitement) et qui parlent de leur identité ? ». Nous avons privilégié trois dimensions : la construction de l’identité canadienne, la perception de la culture canadienne comme une culture « proche » ou une culture « étrangère » et, finalement, le rapport à l’identité roumano-canadienne. Nous nous appuyons sur l’étude de Ladmiral et Lipiansky (1989) dans notre tentative de mettre en évidence le processus de construction de l’identité par l’autodéfinition, la comparaison et l’établissement ou non d’un rapport favorable avec les Canadiens d’origine. La description de l’équilibre et de la tension propres à toute construction identitaire aura pour but de détecter, dans la mesure du possible, la présence ou non de la distance culturelle entre les Roumains et les Canadiens. L’analyse de la distance culturelle se fera à l’aide des éléments suivants : similitude et altérité, unité et diversité, continuité et différenciation.

L’analyse des dialogues du forum « Je veux rentrer du Canada en Roumanie »

16Les différences culturelles apparaissent très tôt. L’un des internautes adopte un ton ferme dans sa critique du multiculturalisme au Canada qui représente, à ses yeux, une « expérience sociale d’amplitudes beaucoup plus larges que l’expérience communiste » (le 10 janvier 2009, 06 :15, message no 684).

17Selon un autre internaute, la distance culturelle entre les Roumains du Canada et ses « minorités visibles » (non européennes) est plus grande que celle existant entre eux et les Canadiens d’origine européenne, en raison de leur proximité géographique et historique :

La population originaire, de provenance européenne qui a créé la société canadienne, est progressivement remplacée, par le gouvernement, avec une collection de groupes ethniques de Chine, d’Inde, d’Afrique et du monde islamique dénommés visible minorities [minorités visibles] (le 11 février 2009, 01 :55, message no 753).

18Un troisième n’est pas d’accord avec les principes du multiculturalisme (une communauté de communautés, l’unité dans la diversité), qu’il qualifie de « nouvelle religion » :

La religion officielle au Canada s’appelle multiculturalisme et en théorie elle affirme l’égalité de toutes les cultures. En pratique, le soi-disant principe nommé Affirmative action permet au gouvernement de favoriser les minorités visibles dans de divers domaines y compris obtenir un boulot (le 23 janvier 2009, 15 :04, message no 710).

19Le rapport des internautes d’origine roumaine avec les Canadiens est double : d’un côté, il y a l’étranger « proche » — le Canadien d’origine européenne — et, de l’autre côté, l’étranger « éloigné » — le Canadien des « minorités visibles ». La reconstruction (déconstruction) de l’identité par rapport au Canadien européen s’opère par similitude, unité et continuité, alors que celle par rapport au Canadien des « minorités visibles » s’opère par la différenciation, la délimitation d’avec l’étranger auquel on ne veut pas s’associer dans l’espace public :

Dans le système des écoles publiques, les enfants sont endoctrinés depuis leur bas âge dans l’esprit du multiculturalisme en développant un sentiment de culpabilité pour leur appartenance à la culture européenne (qui est accusée de tous les maux — y compris la destruction de la planète) ; les médias et l’université sont des porteurs enthousiastes de cette idéologie ; la liberté de la parole est déjà perdue — le soi-disant discours politique correct [politically correct] est imposé à tous les niveaux [le 23 janvier 2009, 15 :04, message no 710].

20Les commentaires suivants soulignent la similitude des comportements roumains et canadiens dans des situations de la vie quotidienne :

Si je viens en Roumanie les pantalons abîmés (comme si j’avais trébuché, en marchant sur le trottoir) et que j’entre dans une banque pour me renseigner sur un crédit, à l’hôtel de ville ou n’importe quel endroit où travaillent des Roumains aisés, sais-tu quelle sera la réponse ?[...] Crois-tu que si tu t’habilles comme un bum [mendiant] et que tu entres dans une banque canadienne tu auras plus de succès ? (le 10 septembre 2009, 15 :38, message no 1344).

Si au Canada ou en Roumanie on habite dans un grand immeuble, personne ne te salue ; si on habite dans une maison et qu’on parle avec les voisins et ils te connaissent alors c’est possible d’être salué. Je n’ai vu aucune différence (le 17 septembre 2009, 02 :25, message no 1362).

21Les deux groupes (Canadiens d’origine roumaine et d’origine européenne) partagent un autre trait identitaire commun, soit celui des proverbes pour exprimer certaines « vérités » du sens commun, par exemple, le proverbe très connu « Le renard, ne pouvant pas atteindre les raisins, dit qu’ils sont trop verts et bons pour des goujats ».

22Si certains comportements sont similaires, certaines différences d’attitudes sont attribuables à la culture d’origine anglaise de la majorité des Canadiens :

C’est une caractéristique de la société canadienne […] provenant des Anglais. Ils ont un proverbe selon lequel il vaut mieux ne rien dire que de dire une méchanceté (le 10 septembre 2009, 15 :38, message no 1344).

23De l’avis d’un internaute plus âgé, la question de l’adaptation d’un immigrant roumain à la société canadienne dépend, en partie, justement de l’âge « ni trop jeune, ni trop vieux ». Pour ceux et celles qui se trouvent à un âge mitoyen, le Canada offre beaucoup de similitudes avec le pays d’origine et une continuité dans la trajectoire d’une vie :

Après un certain âge [l’homme est retraité] beaucoup de personnes ne peuvent pas s’adapter à un environnement si différent — comme le Canada par exemple — aussi facilement que pendant leur jeunesse et les priorités sont tout à fait différentes par rapport à l’âge de 30 ans disons. L’émigration, d’habitude, ne fait pas partie d’elles (le 29 juin 2009, 00 :58, message no 1091).

Pour des personnes plus jeunes, le Canada peut sembler ennuyant et je peux comprendre pourquoi. Si on n’est pas habitué au rythme de vie de Bucarest, par exemple, extrêmement alerte, dans une agitation continue (et on aime cela), les villes canadiennes vont sembler trop tranquilles. La société canadienne est extrêmement tranquille, ce qui rend une grande partie de la vie quotidienne prévisible (le 15 mars 2009, 19 :11, message no 821).

24Cependant, l’âge mitoyen n’est pas un facteur déterminant, comme l’atteste Dana (pseudonyme), une résidente de Vancouver récemment arrivée au Canada et qui est surtout préoccupée par des situations qui concernent son enfant (l’administration des parcs publics, les relations entre les enfants dans un espace public).

25Elle a, en général, une attitude critique à l’égard des espaces publics et des gens de son pays d’adoption. Elle oppose certains aspects (défavorables) du Canada à d’autres (favorables) de la Roumanie. Cette opposition est présentée de façon explicite (les parcs extraordinaires du troisième secteur de Bucarest) ou de façon implicite (les enfants roumains se lient d’amitié très vite dans les parcs sans attendre, au préalable, des ententes formelles conclues entre leurs parents) :

Je suis maintenant à Vancouver, BC, Canada. Le Canada, dans ma vision, peut-être aussi à cause du fait que j’ai un enfant de presque deux ans, est la suivante : ici les enfants ne se lient pas d’amitié dans les parcs, mais à l’intérieur, dans des endroits de jeu spécialement aménagés et qui coûtent beaucoup d’argent ; ils ont des collègues de playdate, ils n’ont pas d’amis ; les parents n’ont pas d’amis non plus, mais ils ont « des membres du même groupe » de jeu (s’ils ont des enfants) ou de la communauté, s’ils n’ont pas d’enfants (le 7 avril 2009, 21 :18, message no 890).

26Comparativement aux autres, le message de Dana est le plus pessimiste, plus univoque concernant la distance culturelle entre les Roumains et les Canadiens.

27La position la plus critique est exprimée par Vizitator_pax vobiscum, qui s’attarde à un point bien précis : la pratique répandue de la délation au Canada :

Une autre caractéristique qui m’a choqué dans le pays considéré par l’ONU comme ayant le plus haut niveau de vie : le phénomène de la délation (que vous avez mentionné dans votre commentaire). TOUS les habitants de ce pays sont des informateurs fanatiques et compulsifs. Incroyable mais vrai ; il paraît qu’ils transforment cette occupation secondaire dans un hobby, un fait qui démontre leur vrai caractère (le 16 juillet 2009, 00 :28, message no 1115).

28Selon lui, cette pratique révèle certains traits fondamentaux des Canadiens — la stupidité, l’inculture et l’hypocrisie — qui seraient irréconciliables avec ceux des Roumains — la loyauté, la sincérité, l’intelligence et la culture personnelle. Le ton est tranchant et sans appel.

Des opinions extrêmes et des opinions modérées

29La circulation des messages dans un forum ou un groupe de discussion contribue à construire la réalité non seulement par l’échange d’information entre les internautes, mais aussi en dévoilant certains points de vue plus ou moins implicites. Non seulement la composition des messages peut reconfigurer les cadres de la réalité (frames), les internautes, en raison de l’apparent anonymat que procure le forum, peuvent exprimer des idées et des croyances plus critiques, voire plus radicales que dans une situation de dialogue face à face. Nous avons tenté de classer nos fragments de messages dans les catégories binaires « modéré » et « extrême ». Vu le niveau de culture relativement élevé des internautes du forum Hotnews.ro, nous nous attendions à trouver des opinions plutôt modérées, tolérantes, en accord avec la position du politiquement correct.

30Nous considérons comme une opinion extrême celle qui marque une distance culturelle maximale entre les Roumains et les Canadiens et qui « construit » l’identité canadienne en l’affublant des attributs de « l’étranger » et du « différent ». Associer l’identité canadienne aux minorités visibles (les groupes ethniques de la Chine, de l’Inde, de l’Afrique et du monde musulman) représente un exemple d’une opinion extrême. Cette association renvoie à une attitude explicite d’intolérance envers les minorités dans la société canadienne et à l’égard de la politique multiculturelle de ce pays. Un deuxième exemple met en opposition de façon irréconciliable les relations interpersonnelles conviviales entre Roumains et les relations interpersonnelles distantes entre Canadiens d’origine, tout particulièrement entre les adultes et les enfants. Un dernier exemple oppose le Canadien, cet « étranger », cette « personne douteuse », au Roumain, à la fois « loyal », « sincère », « intelligent » et « cultivé ».

31Les opinions modérées se révèlent plus tolérantes, épousent les visions interethniques et accentuent les similarités entre les Roumains et les Canadiens. La construction des identités roumaines et canadiennes fait appel à des composantes linguistiques, géographiques et ethniques ou raciales communes, dont la plus manifeste est leurs origines européennes. Cette référence aux racines européennes communes est particulièrement forte lorsque les internautes évoquent la présence des « autres » minorités visibles.

32Par contre, ces mêmes internautes « modérés » établissent des distinctions selon leur appartenance à des classes sociales, leurs champs d’activités professionnelles, leurs quartiers résidentiels et certaines valeurs culturelles.

33Les Roumains et les Canadiens seraient également tolérants, également hypocrites et, pour les gens plus âgés et ayant connu la vie rurale, également moins adaptés à la vie urbaine trépidante.

34Lorsque nous comparons la longueur des textes et l’intensité dans l’affirmation des points de vue des internautes, nous remarquons une prédominance des opinions modérées et tolérantes ainsi que l’absence, comme nous l’avions présumé, d’une forte distance culturelle entre Roumains et Canadiens. Ce résultat peut s’expliquer, en partie, par le caractère non représentatif de l’échantillon des textes analysés, mais aussi par le profil particulier des participants au groupe de discussion sur Hotnews.ro. Ceux-ci appartiennent, comme la majorité des membres des réseaux d’information, à une population plus scolarisée, plus sensibilisée aux attitudes modernes, tolérantes, et qui comprend que la différence culturelle ne doit pas être considérée comme dangereuse ou limitative, mais plutôt comme nécessaire dans un monde où la richesse culturelle est de plus en plus vue comme centrale pour la stabilité et pour le développement d’une société.

Haut de page

Bibliographie

BHABHA, F. (2009), « Between exclusion and assimilation : Experimentalizing multiculturalism », McGill Law Journal, 54(1).

BRAMADAT, P. et D. SELJAK (dir.) (2008), Christianity and Ethnicity in Canada, Toronto, University of Toronto Press.

CITOYENNETÉ ET IMMIGRATION CANADA, « Le multiculturalisme canadien : une citoyenneté ouverte à tous et à toutes » [En ligne], http://www.cic.gc.ca/francais/multiculturalisme/citoyennete.asp (Page consultée le 23 mai 2011)

DINESCU, L. S. (2008), « Frontiere din spaţiul virtual » dans R. CONSTANTINESCU (dir.), Identitate de frontieră în Europa lărgită, Iaşi, Polirom.

FITZGERALD, T. K. (1992), « Media, ethnicity and identity » dans P. SCANNELL (dir.), Culture and Power, Newbury Park (CA), Sage, p. 112-133.

FORNADE, Dan, « Românii din Canada. Scurt istoric al emigraţiei » [En ligne], http://membres.lycos.fr/romanianamericana/romanianamericana/100_ro-can_ro.htm

GREEN, J. L. et al. (2006), Complementary Methods in Education Research, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates.

GURAK, L. J. (2005), « The promise and the peril of social action in cyberspace » dans M. A. SMITH et P. KOLLOCK (dir.), Communities in Cyberspace, New York, Routledge.

LADMIRAL, J. R. et E. M. LIPIANSKY (1989), La communication interculturelle, Paris, Armand Colin.

MAVRIKAKIS, C. (2000), « Politiques culturelles de la visibilité », Journal of Canadian Studies, 35(3).

MUCCHIELLI, A. et J. GUIVARCH (1998), Nouvelles méthodes d’étude des communications, Paris, Armand Colin.

RAUFMAN, R. et R. BEN-CNAAN (2009), « Red Riding Hood : Text, hypertext, and context in an Israeli nationalistic Internet forum », Journal of Folklore Research, 46, p. 43-66.

SILVERMAN, D. (2004), Interpretarea datelor calitative. Metode de analiză a comunicării şi interacţiunii, Iaşi, Polirom.

THUDEROZ, C. (2002), Negocierile. Eseu de sociologie despre liantul social, Chişinău, Ştiinţa.

TRANDAFOIU, Ruxandra (2006), « Communicating diasporas : Identity discourses and symbolic homes through the use of communication technologies by Romanian migrant workers » [En ligne], http://search.ebscohost.com.

VALENTA, M. (2009), « Immigrants’ identity negotiations and coping with stigma in different relational frames », Symbolic Interaction, 32(4), p. 351-371.

VASILESCU, I. P. (1997), « Românii despre ei înşişi. Studiu de teren » dans M. ZLATE (dir.), Psihologia vieţii cotidiene, Iaşi, Polirom.

WEINFURT, K. et F. MAGHADDAM (2001), « Culture and social distance : A case study of methodological cautions », Journal of Social Psychology, 141(1), p. 101-110.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Branea, « La recherche des communautés virtuelles », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3688 ; DOI : 10.4000/communication.3688

Haut de page

Auteur

Silvia Branea

Silvia Branea est maître assistante à la Faculté de journalisme et de communication du Département de communication
et maître assistante et docteure agrégée à la Faculté des langues étrangères, master 
en études canadiennes à l’Université de Bucarest. Courriel : brsalt@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals