Navigation – Plan du site
Recherches

Débats non formels et engagement des acteurs territoriaux autour du développement de zones arides, fragiles et menacées en Tunisie

Balkis Mzioudet Faillon et Vincent Meyer

Résumés

Les auteurs analysent la confiance territoriale et les questions de communication dans la zone aride, fragile et menacée de Menzel Habib, dans le Sud-Est tunisien. La désertification et les difficultés socio-économiques, le désengagement progressif de l’État et les événements de la révolution tunisienne de 2011 ont amplifié le désarroi de la population. Instaurer un débat avec la population, pallier le défaut informationnel et limiter un blocage communicationnel passent par la reconnaissance d’un statut d’expert à cette dernière et une revalorisation de son savoir trop longtemps négligé.

Haut de page

Texte intégral

1En matière d’enjeux de développement territorial couplés à des actions et à des stratégies de communication, le sud-est de la Tunisie représente un terrain d’étude particulier. Parmi les transformations en cours, celles liées au changement des pratiques agricoles et pastorales, et ainsi des modes de vie des populations, dans un contexte de lutte contre la désertification (LCD) font débat. Ce dernier a — par ses formes — des répercussions importantes sur l’économie d’une société encore rurale. C’est ce débat et ces contradictions — entre autres, les objectifs territoriaux divergents, la promotion de l’industrie ou des pratiques agricoles, la préservation du patrimoine naturel et le développement territorial — que nous allons détailler en nous appuyant sur les acquis du programme de recherche franco-maghrébin Langages, objets, territoires, et hospitalités soutenu par l’Agence universitaire de la Francophonie et sur un microterrain considéré comme une vitrine du développement écologique et socio-économique : la délégation de Menzel Habib dans le gouvernorat de Gabès. Cette zone souffre d’une grande aridité climatique en raison des faibles pluies et de la forte activité éolienne. Elle se caractérise aussi par une activité économique au ralenti (faible productivité agricole, absence d’activités industrielles et touristiques), ce qui a encouragé l’exode de la population vers les zones côtières ou à l’étranger. La parcellisation des terrains, la forte pression pastorale et l’extension des terres agricoles aggravent encore la situation.

  • 1  La LCD est un phénomène qui met en avant la dégradation des sols et des espèces à cause des problè (...)

2Si, dans ce monde rural « en profonde mutation, de nombreux travaux convergent pour montrer le rôle décroissant de l’agriculture (en termes d’emploi et de revenu) et corrélativement l’importance croissante des autres secteurs d’activités » (Sghaïer et Picouet, 2000 : 83), la population rurale doit de plus en plus exercer des activités extra-agricoles pour augmenter ses maigres revenus. Cette pluriactivité a engendré un déplacement des membres de la famille rurale vers les villes et une rupture progressive à l’égard des pratiques agricoles. Ces différents éléments contraignent les structures administratives, institutionnelles et de recherche, tout comme la population, à s’organiser pour pallier les insuffisances et les risques inhérents à des zones maintenant qualifiées d’arides (du point de vue du climat), de fragiles et de menacées (sur le plan socio-économique, démographique et politique). La Tunisie s’est aussi investie dans la préservation de l’écosystème par la promotion de l’engagement des citoyens. Certaines zones sont devenues de quasi-laboratoires cumulant les dispositifs et les actions de LCD1. Les chantiers prioritaires consistent à sensibiliser la population au respect de l’environnement et aux risques par des campagnes d’information et de prévention pensées dans le cadre d’observatoires de LCD.

3Dans ce contexte, notre contribution met au jour, en premier lieu, les effets d’un débat qui se construit et qui agit au jour le jour dans les interactions les plus banales de la vie quotidienne et dont l’objet est la non-transparence adoptée par les institutions de tutelle, qui se manifeste par l’absence d’une rétroaction informationnelle et d’un dialogue avec la population. Les éléments de ce débat, mêlant rumeurs et conversations ordinaires, comprennent aussi le mauvais ciblage des actions et le non-respect des valeurs territoriales (par exemple le changement des habitudes agricoles d’une région à vocation pastorale vers une agriculture arboricole). Comme l’action des institutions de tutelle et des chercheurs associés aux observatoires est l’objet de méfiance, les questions portent également sur la place et l’intérêt de chaque acteur dans ce débat.

4En second lieu, on détaillera les controverses qui l’animent. Les oppositions ou les revendications qui naissent entraînent un déficit informationnel et communicationnel. En ce sens, s’il convient de rompre avec une « culture du secret » ou de rétablir la « transparence », il est tout aussi important de réduire les écarts ou les oppositions entre les perceptions expertes et non expertes. Ces dernières — presque paradoxalement — relancent la communication et permettent de renforcer l’engagement des acteurs autour d’une valorisation territoriale. Ainsi, ces controverses, pour reprendre le propos de Michel Callon (2006a),

[…] mettent clairement en évidence les jeux d’oppositions et d’alliances suivis par les acteurs pour identifier, contenir et éventuellement dévier les contraintes qui pèsent sur eux ou pour imposer des logiques inattendues. […] dans une controverse, rien n’est plus important que les mécanismes par lesquels se fixent l’identité des participants, les rôles qu’ils jouent et les sujets qu’ils abordent (p. 146 et 150).

5Cette implication des citoyens dans des débats non formels permet toutefois d’organiser un autre dialogue plus en adéquation avec les exigences du territoire où d’autres savoirs experts sont reconnus. Autrement dit, considérer la population locale comme experte de son territoire contribue à la réussite des stratégies de communication mises en œuvre (Sidi Hida, 2006). Ainsi le débat se fonde-t-il en priorité sur la participation et l’engagement de non-experts qui sélectionnent avec soin ceux avec qui ils vont ou doivent partager leurs connaissances. Exploiter au mieux la diversité des savoirs et des connaissances et les mettre à la disposition des nouveaux décideurs sera un enjeu majeur dans le développement de ces zones où la participation citoyenne comme la démocratie directe restent encore des valeurs instables.

Communication et dispositifs d’observation

6Les données recueillies essentiellement par une démarche ethnographique (observation participante périphérique et entretiens) montrent que les paysans refusent de manifester leur désapprobation par rapport aux programmes de développement qui ne répondent pas à leurs besoins et relèvent surtout de discours politiques. On peut donc noter une première contradiction qui est que malgré les moyens mis en œuvre — création d’observatoires — pour informer la population, il persiste un mauvais ciblage des récepteurs. Cette identification biaisée des destinataires et des consommateurs de l’information et de leurs besoins s’avère rapidement fortement préjudiciable : défaut de confiance, boycottage, détournement des pratiques (Calandre, 2006).

7Si nous parlons de débat non formel, c’est que l’accès au débat public en Tunisie signe aussi (et encore) des rapports de pouvoir et de dépendance. Il s’organise principalement, pour notre terrain, lors d’événements proposés par les chercheurs comme des journées de sensibilisation et des campagnes d’information (dispositifs de débat formel) auxquelles les paysans préfèrent ne pas assister. En effet, alors qu’ils doivent intervenir dans la mise en place de projets territoriaux pour impliquer des non-scientifiques dans le débat et encourager la responsabilisation de chacun dans le projet, les chercheurs se heurtent à un refus. Celui-ci est aussi motivé par une crainte des paysans de se voir dépossédés de leur savoir, car les chercheurs profiteraient de ce dernier sans reconnaissance en retour. Les chercheurs qui travaillent à traduire le langage non scientifique en langage scientifique (Callon, 2006b) peinent donc à les faire participer. Comme les traditions et les connaissances non expertes circulent à travers les symboles, les rites, les codes, les messages, etc., réussir à concilier tradition et modernité reste un défi des acteurs du développement. Aussi la restitution de l’information aux paysans devient-elle centrale dans la mesure où ces derniers s’interrogent sur l’usage et l’avenir de leur savoir-faire.

Collecter de l’information ? Pourquoi ? Pour qui ?

8L’observatoire Menzel Habib est une plate-forme d’apprentissage réunissant des scientifiques pluridisciplinaires (économistes, biologistes, informaticiens, etc.) ainsi que des étudiants, des agents administratifs, notamment des représentants politiques locaux, des agents ministériels et des représentants d’organismes et d’associations sociales. Rémi Clignet (1998) fait ressortir les divergences dans les intérêts des chercheurs, des pouvoirs publics et des organismes de financement (investisseurs et bailleurs de fonds) à la suite de la mise en place d’observatoires :

Les difficultés de mise en place et de fonctionnement d’un observatoire varient selon que les décideurs sont surtout impressionnés par le caractère spectaculairement « scientifique » de l’instrument ou qu’ils reconnaissent que les recettes politiques dont ils se servent habituellement ont cessé d’opérer. Même dans un pays industriel, on ne vend pas son projet de recherche de la même manière à un bailleur de fonds soucieux de montrer qu’il finance une science de qualité et à un bailleur anxieux d’avoir une réponse à un dilemme concret (p. 287).

9Dispositif-clé, cet observatoire n’est pas axé uniquement sur la collecte d’information territoriale (études géologiques, atmosphériques, par exemple), sur les populations et sur les espèces animales et végétales, mais devient aussi un dispositif pour valoriser le partage de connaissances associant stratégies d’acteurs, données sur les ressources naturelles et politiques territoriales. Pareil dispositif a donc la triple caractéristique :

  • de coconstruire un statut collectif censé représenter un intérêt général supérieur fondé sur un principe de bien commun pour lutter contre la désertification ;

  • de parler et d’agir au nom des populations, de « traduire » leurs demandes et leurs besoins en montrant que leurs intérêts sont aussi ceux des acteurs engagés ;

  • de restituer et de publiciser les résultats auprès des autorités, des décideurs concernés et, bien évidemment, de la population touchée.

  • 2  Dans l’enquête, nous avons nous-mêmes rencontré maintes difficultés dans l’approche de cette popul (...)

10Les chercheurs et les agents administratifs et institutionnels tentent de mettre en place des stratégies territoriales propres à Menzel Habib. Travailler à intégrer les politiques de développement dans les habitudes des citoyens n’est pas chose aisée. Les convaincre, par exemple, que l’arrachage abusif ou le surpâturage sont néfastes pour l’environnement nécessite leur participation et leur engagement dans les projets. Une population avec un niveau de scolarité assez modeste exige une traduction particulière de l’information scientifique et des démarches administratives2. Comme l’indiquent Michel Callon et Bruno Latour (2006) :

Un acteur grandit à proportion du nombre de relations qu’il peut mettre, comme on dit, en boîtes noires. Une boîte noire renferme ce sur quoi on n’a plus à revenir [en ce cas, la nécessité de lutter contre la désertification]. Plus on met d’éléments en boîtes noires — raisonnements, habitudes, forces, objets —, plus l’on peut édifier de constructions larges (p. 19).

  • 3  Par exemple, les chercheurs ont proposé de nouveaux outils et de nouvelles méthodes agricoles pour (...)

11En ce sens, l’observatoire est conçu comme une boîte noire dans laquelle interagissent d’une manière souvent discrète et imperceptible des acteurs humains et non humains. Ainsi l’étude des débats informels entre les différents acteurs fait-elle apparaître des actions auparavant invisibles, des dysfonctionnements et des blocages3 qui s’expriment, par exemple, par le détournement des pratiques agricoles, l’arrachage abusif, l’absentéisme répété des paysans aux journées de sensibilisation, les échecs des campagnes de vaccination du bétail. Réduire les divergences, les incohérences dans les décisions et les incompréhensions exige de repenser la gestion informationnelle. Traduire l’information pour qu’elle soit accessible et comprise par le plus grand nombre nécessite la mise en place d’espaces de négociation et de débat pour déterminer ce à quoi doit servir l’information collectée dans l’observatoire et à qui elle doit revenir.

12Il est donc essentiel de mettre l’accent sur le processus informationnel et la qualité des données collectées. Par rapport à cette collecte d’information de l’observatoire, nous avons sérié différentes stratégies appliquées par les acteurs territoriaux (culture du secret, rumeur, filtrage, rétention et déformation de l’information) et ces stratégies sont autant d’obstacles communicationnels. Si cette culture du secret, les mensonges et les rumeurs nuisent à l’information, elles orientent surtout les stratégies et les jeux de pouvoir des acteurs. Travailler d’une manière isolée, ne pas échanger de renseignements et ne pas arriver à un consensus entre population, agents institutionnels et administratifs et chercheurs sont des situations qui rendent les projets de développement précaires. Par ailleurs, le conflit persiste non seulement à cause de la divergence de stratégies des institutions, mais aussi en raison des inégalités dans l’attribution d’aides et de subventions à des personnes privilégiées par les autorités locales (omdas) qui ont déjà bénéficié de dons. En outre, à une échelle plus grande, la prolifération des partis politiques, après la révolution tunisienne, ne participe pas à rétablir un débat public, à se déclarer acteur sur un territoire ou à marquer ses différences et à s’engager de façon durable. Le renouvellement de leur discours et l’apport de solutions appropriées à une population usée et désabusée devraient pourtant être leurs priorités.

Une autre forme d’expertise ?

  • 4  Dix chercheurs interviewés dans quatre laboratoires de l’Institut des régions arides de Médenine.

13Sur ce type de terrain, pour reprendre un propos de Jean-Yves Trépos (1996), le non-expert « échoue à se faire admettre comme expert » (p. 32). La résistance des scientifiques à coopérer, reconnaissant uniquement la légitimité de leur savoir, accentue également le déséquilibre avec un savoir « non scientifique ». Certains chercheurs4 interrogés ne comprennent pas le comportement des agriculteurs, par exemple pour ce qui est de l’entretien des parcelles. Ils jugent que les méthodes scientifiques sont les seules méthodes efficaces pour la LCD. Pour laisser une autre forme d’expertise s’exercer, un expert doit être prêt à céder une partie de sa marge de manœuvre. La disparité entre savoirs expert et non expert ravive les tensions et les conflits entre les acteurs du développement. En outre, les agriculteurs et les bergers ne comprennent pas les recherches et les projets réalisés dans leur région. Les autorités et les institutions locales reportent la responsabilité des échecs sur l’absence d’implication citoyenne dans les débats formels et reprochent aux paysans leur désintérêt qualifié parfois d’insouciance. Ce manque de dialogue révèle encore davantage le décalage entre les traditions ancestrales et l’expertise scientifique. Nous avons interrogé des vétérinaires sur l’absence des éleveurs lors des journées de vaccination d’espèces caprines contre la fièvre de Malte (soit 6 113 têtes vaccinées sur 15 000 prévues, selon les propos du délégué de Menzel Habib). En 2008, et avec un taux de couverture de vaccination assez faible de 40,75 %, les éleveurs préféraient soigner leurs animaux contre la bronchite (ou le nahaz) par un breuvage à base de poivre. Ainsi devient-il essentiel de penser l’intégration du savoir-faire des paysans de Menzel Habib et, par la suite, valoriser l’engagement de tous les acteurs dans les projets de développement territorial.

14Le défaut dans l’organisation des campagnes de vaccination (étant donné que 4 767 têtes ont été déplacées pour la transhumance), la méconnaissance de certains éleveurs de la date et du lieu de rassemblement en raison d’une mauvaise circulation de l’information et des accusations portant sur les effets néfastes des vaccins (viande moins tendre et ayant un goût chimique) encouragent le « boycottage » de toute campagne de sensibilisation. Le différend entre la population locale et les associations agricoles et les groupements de développement s’amplifie donc à cause de l’incompréhension née de l’inefficacité des projets et d’une absence de contre-expertise reconnue. Revaloriser le savoir expert par un savoir « non expert » est possible grâce au respect de tous les acteurs territoriaux et à une restitution de l’information. La redéfinition de stratégies territoriales claires revient aussi à redonner sens aux valeurs ancestrales et aux us et coutumes comme ceux de la tribu de Béni-Zid.

15Les paysans, par la conservation de leurs pratiques ancestrales, apportent leurs jugements qualitatifs sur les effets à long terme pour ensuite enrichir les bases de données de l’observatoire Menzel Habib. D’ailleurs, évoluant dans cet environnement, ils sont les experts de leur milieu. Par exemple, les expériences et les connaissances des agriculteurs en matière de gestion des ressources aquifères sont riches. Ils procèdent à des aménagements hydrauliques des eaux de ruissellement en construisant des tabias (dressements biologiques) et des barrages. Mais Trépos (1992) montre que les mouvements d’une contre-expertise, « […] dans la mesure où leur légitimité sociale n’est pas complètement fixée, connaissent également des remises en cause […] » (p. 61).

16Cela est encore plus difficile quand les sujets dominants traitent des conditions climatiques, de la phytoécologie, de la pédologie ou de la cartographie des terres et des parcours naturels. C’est sans doute aussi la raison pour laquelle les agriculteurs, les éleveurs et les porteurs de projets revendiquent tous l’inutilité des réunions avec les agents institutionnels et associatifs. Leur absence dans les séminaires et les manifestations organisés par le chercheur en est la meilleure illustration ; ce sont des lieux où aucune contre-expertise ne peut se déployer.

Vous m’avez parlé des réunions avec les agents administratifs et chercheurs à Menzel Habib, pourriez-vous m’en parler davantage ? (Enquêteur)

Écoute, ils nous font asseoir sur des chaises et invitent de hauts responsables pour discuter des choses que moi je ne comprends pas. Deux heures assis à parler… et on attend les résultats. Les réunions, c’est pour les autres gens et pas pour nous. Ils parlent avec les chiffres, l’argent, des investissements… Je ne comprends pas trop les chiffres, les tableaux, des augmentations, des diminutions, des objectifs à atteindre. C’est quoi tout ça ? (Agriculteur)

17Le recours aux stratégies de prévention pour la LCD doit tenir compte de la culture et des habitudes territoriales. En effet, interdire à une population, d’origine pastorale, de faire paître ses animaux dans certains périmètres a fait l’objet de conflits violents et de fortes résistances. Nous sommes bien dans ce que décrivait déjà Salah Omrani (1982), à savoir que les tensions et les conflits socio-économiques entre structures institutionnelles, de recherche, administratives et la population ne sont pas simplement dus à l’aridité climatique, à la fragilité de la situation, mais aussi aux promesses non tenues, au non-respect des traditions ancestrales qui se traduisent par un défaut de transparence informationnelle.

18La proposition de nouveaux outils ou pratiques est donc vécue comme une situation de stress à la fois pour le chercheur et le paysan. On comprend très vite les réticences à déplacer « certaines compétences humaines ou sociales dans les objets techniques » (Akrich et al., 2006 : 198). En effet, le paysan peut, dans ce cas, réagir d’une manière inattendue ou résister au changement. Ainsi les scientifiques doivent-ils expliquer le bien-fondé de leurs recherches à travers des arguments persuasifs et solides tout en privilégiant la transparence et la simplicité. Pour expliciter, par exemple, les avantages d’une charrue minimisant les risques de déplacement de sols fertiles, les chercheurs se sont appuyés sur des expériences à la fois dans les laboratoires et sur des terrains tests dans la région de Menzel Habib, et sur les agents associatifs locaux, qui sont plus proches de la population.

Controverses et confiance territoriale

19Pour le dire un peu brutalement, la traduction que la population locale fait des différents dispositifs qui accompagnement la LCD peut se résumer à cette citation de Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991) :

[…] les grands ne font pas le bien commun, mais leur propre bonheur ; leur richesse n’est pas dans la condition du bien-être de tous, elle ne sert que leur bien-être propre ; le travail qu’ils accomplissent n’est pas utile au bien commun, il est au service de leur vanité ou de leur ambition personnelle (p. 275).

20Menzel Habib est perçu comme un territoire de médiation par les acteurs du développement. Les interactions langagières en son sein donnent encore le primat à l’oralité, mais aussi au tacite, aux allants de soi ; ainsi les pratiques « non expertes » peinent-elles finalement à être traduites et deviennent l’objet de controverses qui ne se déploient jamais au grand jour. En effet, compte tenu de la complexité des difficultés de cette population, un énoncé, un diagnostic, un jugement ou un acte professionnel pose forcément problème. Comme l’indique Michel Callon (2006b), « [t]raduire c’est rapporter un énoncé à un autre, une catégorie à une autre. Traduire c’est référer » (p. 211). Si tout ne peut pas être traduit, c’est d’abord que tout ne peut pas être dit. Le dicible, comme l’exprime Pierre Bourdieu (1980)

[…] dans un certain champ est le résultat de ce que l’on pourrait appeler une mise en forme : parler, c’est mettre des formes […] le discours doit ses propriétés les plus spécifiques, ses propriétés de forme, et pas seulement de contenu, aux conditions sociales de sa production, c’est-à-dire aux conditions qui déterminent ce qui est à dire et aux conditions qui déterminent le champ de réception dans lequel cette chose à dire sera entendue (p. 138).

21Il se réalise donc un travail d’euphémisation « pouvant aller jusqu’au silence […] une formation de compromis, une combinaison de ce qui était à dire, qui prétendait à être dit, et de ce qui pouvait être dit » (Bourdieu, 1980 : 138).

Suivre les controverses : LCD ou survie socio-économique

22Il est particulièrement intéressant de « suivre » les disputes, les controverses et les différends et la manière dont les acteurs les déploient ou les euphémisent. En effet, pour appuyer le propos d’Akrich et al. (2006), ils constituent « un outil d’analyse majeur, car la lisse ordonnance des choses se trouve défaite, livrant du même coup la composition de ce qui est engagé dans les situations pacifiées et montrant l’ampleur du travail nécessaire pour faire tenir ensemble ces éléments »(p. 194).

23Si la controverse la plus importante se déploie autour du changement des pratiques agricoles qui a aussi influencé l’évolution de la confiance (Mzioudet Faillon, 2011), la plus significative est sans doute la polémique autour du risque de désertification. Avec l’intervention de nouveaux acteurs, le désengagement progressif de l’État et l’échec de certains projets territoriaux, les décideurs locaux, les chercheurs et les institutions devraient chercher des stratégies cohérentes et adaptées au contexte de ces territoires arides, fragiles et menacés. Le gouvernement s’est focalisé dans les années 1970 sur la question écologique, mais a négligé la dimension socio-économique.

24Ainsi la construction d’une vision partagée du risque de désertification est-elle loin d’être évidente. Les perceptions du risque de désertification sont différentes d’un acteur à un autre. Celles des paysans, par exemple, s’appuient sur leurs expériences personnelles et l’observation de l’écosystème. Se référer à leurs coutumes et à leurs conventions sociales, c’est simplement faire preuve de « bon sens ». Les scientifiques, eux, se réfèrent aux modèles internationaux, aux calculs statistiques, météorologiques, biologiques, etc. et font ressortir des indices et des seuils.

25« Moi, je lui dis longueur, lui me dit largeur » est un proverbe évoqué par deux agriculteurs qui montre l’incompréhension et la déception des paysans à l’égard des méthodes scientifiques employées par les laboratoires et les structures administratives et institutionnelles. Les agriculteurs, les bergers et les éleveurs sont conscients du risque de la désertification et des effets néfastes de la déforestation, du surpâturage, du déboisement, par exemple, mais accusent les scientifiques et les décideurs d’amplifier ce phénomène par des recherches inefficaces. Ils se pensent impuissants devant l’ampleur du problème et remettent leur destin à Dieu.

Comment réagiriez-vous si les associations agricoles, la délégation ou l’État éliminaient toutes ces aides ? (Enquêteur)

On se remet à Dieu le Tout-Puissant. Moi, je suis pratiquant et je fais mes cinq prières tous les jours. Dieu ne laisse jamais les gens mourir de faim. Je ne me fie qu’à Dieu, ni chercheurs, ni administration, ni rien du tout (Agriculteur).

26Toutefois, si les paysans dénoncent les échecs répétés et les politiques défaillantes du gouvernement et des laboratoires, ils convoitent aussi les aides nationales et internationales. Ils déclarent également qu’ils sont prêts à laisser les chercheurs faire des études sur leur territoire à condition que les changements ne soient pas radicaux et ne bouleversent pas leurs traditions ancestrales.

27La perception de la désertification dépend également du niveau de vie de l’acteur. Les citoyens aisés de Menzel Habib sont plus sensibles à ses risques et collaborent souvent avec les chercheurs comparativement aux plus démunis. Ils s’engagent et s’impliquent dans les programmes de LCD en respectant les quotas, en participant plus régulièrement aux journées de sensibilisation et en suivant les consignes des agents de développement. Actifs, ils s’opposent au fatalisme des citoyens pauvres. D’ailleurs, les grands agriculteurs ont su profiter du projet d’irrigation et, grâce à leurs capacités d’autofinancement, concurrencent ceux de Sidi Bouzid et de Sfax. En revanche, les personnes moins aisées et soucieuses de satisfaire leurs besoins à court terme se trouvent piégées et condamnées à vendre du matériel d’irrigation. Cela a ravivé les incompréhensions entre citoyens et l’opposition aux politiques territoriales. Faut-il aller jusqu’à partager l’analyse de Sophie Ponthieux (2006), pour qui « l’<arriération> et la pauvreté sont […] principalement la conséquence de valeurs qui conduisent à l’incapacité de développer des relations de confiance » (p. 46) ?

  • 5  Les chercheurs dans les régions arides utilisent le terme fraction pour désigner l’ensemble de fam (...)

28La deuxième controverse se déploie autour de l’incompréhension des attentes de chacun et de la divergence quant aux priorités. Selon Salah Omrani (1982), les divergences et les controverses se sont multipliées surtout à partir de l’époque coloniale. Depuis, les autorités locales et le service du paysannat encouragent le changement d’une économie pastorale en faveur d’une économie agricole intensive. Émietter les terres d’une manière inéquitable amplifie le désaccord foncier. Entre certaines collectivités territoriales comme les élus du conseil de gestion qui ont bénéficié de cette politique, des fractions5 de population et des tribus qui se voient exproprier de leur héritage et un État encourageant la privatisation des terres, l’aménagement est perçu comme arbitraire. D’ailleurs, l’incompréhension des paysans les a poussés à planter des arbres la nuit et à la hâte dans le but d’accéder aux titres de propriété. La controverse agricole et foncière se focalise ainsi sur la répartition des terres collectives. En effet :

[…] pour la direction des forêts, ces terres doivent rester collectives et il n’est pas question de les apurer. Les ayants droit voient dans ce régime « une fiction inventée contre eux » et cherchent par tous les moyens à défendre leurs intérêts, chaque collectivité est soucieuse de préserver ses droits sur ces terres (p. 209).

29Autre objet de controverse : dresser des priorités. Améliorer la qualité de l’eau et l’accès à la santé publique, construire des écoles dans les zones reculées, lutter contre les épidémies caprines, créer de l’emploi, par exemple, représentent autant d’enjeux pour cette population. Les divergences entre les objectifs et les moyens à court terme des citoyens et ceux à long terme des institutions de tutelle et des chercheurs sont difficiles à gérer. Si les uns mettent en avant l’efficacité des solutions techniques devant le désintérêt de la population pour les projets mis en place, les autres insistent sur la corruption, l’opportunisme, le contournement des règles et la non-transparence informationnelle. Il est donc nécessaire d’instaurer des espaces de négociation pour retrouver la confiance.

Pourquoi il y a une rupture ? Est-il au niveau de la perception du risque ? C’est-à-dire, il y a ceux qui pensent au court terme et ceux pensent au long terme (Enquêteur).

  • 6  Laboratoire d’économie et des sociétés rurales de l’Institut des régions arides de Médenine.

Bien sûr, c’est logique, c’est sa priorité et pourquoi l’autre [le chercheur] pense à long terme ? Parce qu’on s’inspire de ce qui se passe à l’échelle mondiale qu’on le veuille ou non (Chercheur du LESOR6).

  • 7  Henchir Snoussi est un terrain de 300 habitants situé dans la délégation de Menzel Habib. Il fait (...)

30Les controverses apparaissent surtout lorsque les acteurs ont tendance à tenter des comportements opportunistes en privilégiant leurs intérêts personnels aux dépens des autres. Comme la population locale est fortement assistée par l’État, son engagement est lié aux aides et aux subventions procurées. Les aliments, comme l’orge et le maïs, sont de moins en moins subventionnés et les éleveurs se sentent fragilisés et dépendants de la crise mondiale et du désengagement progressif de l’État (voir le cas de Henchir Snoussi)7. Par conséquent, la forte absence des citoyens dans les campagnes d’information se fait sentir et s’explique par leur incompréhension de l’utilité des campagnes de sensibilisation et par leur méfiance à l’égard de tout représentant de l’État. Sur notre terrain, la confiance territoriale se définit bien comme une situation de dépendance et d’inquiétude (Williamson, 1993).

Créer un climat de confiance ?

31Reposant sur la vulnérabilité et la dépendance, la confiance n’empêche pas l’acteur de calculer ce qu’il va gagner et ce qu’il va céder afin de privilégier son intérêt personnel au détriment des autres (Williamson, 1993). Pour Robert Putnam (1995), elle est considérée comme un capital social et un « outil mobilisable pour l’action publique […] » (p. 43). Au-delà des dimensions rationnelle et sociale de la confiance, le côté éthique suppose la bienveillance, l’honnêteté et la bonne foi des interactants (Koenig, 1999).

32Au sein de la communauté scientifique, les chercheurs échangent dans un climat de confiance réciproque. Comme les laboratoires appartiennent aux institutions de tutelle, les relations sont surtout réciproques et étroites entre chercheurs et agents administratifs. On l’aura compris, ce n’est pas le cas avec la population. La transparence et l’honnêteté dans la transmission de l’information restent capitales dans la reconstruction de la confiance (Accetto et al., 1990 ; Van Delft et Lotterie, 1993). Les agents institutionnels devraient ainsi assurer une communication continue avec les paysans de Menzel Habib. Une confiance amoindrie par les échecs répétés et les promesses non tenues est difficile à reconstruire. Longtemps écartés des projets de développement, les paysans sont maintenant mis sur le devant de la scène. La majorité déclare qu’elle n’est pas dupe des projets à venir.

33Les bergers, les éleveurs de bétail, les agriculteurs et les porteurs de projets entretiennent donc des relations de confiance rationnelles avec les autres acteurs. Ainsi cette population fortement assistée par les subventions et les dons nationaux et internationaux éprouve-t-elle une confiance de plus en plus tendue vis-à-vis des structures gouvernementales à cause de la conjoncture socio-économique (flambée des prix des combustibles, manifestations et grèves ouvrières, fuite d’investisseurs) et de l’actualité géopolitique (révolutions arabes, guerre civile en Libye, immigration illégale massive, par exemple). Pour bénéficier des avantages socio-économiques, ils se fondent sur un calcul fait entre ce qu’ils vont gagner et ce qu’ils vont débourser à la suite de leurs engagements (argent, effort, concession morale, cession de terrain, par exemple). Dans cette situation, les chercheurs ne peuvent que concevoir la confiance comme un engagement fragile et vulnérable ouvrant sur une situation incertaine. Ces impressions sont appuyées par le malaise qu’éprouvent certains chercheurs lorsqu’ils se rendent dans la région de Menzel Habib pour leurs enquêtes. En effet, la population les voit comme impuissants et inopérants devant ses détresses. Accusés d’être les complices d’un gouvernement corrompu, les chercheurs, qui sont en contact direct avec les agriculteurs et les bergers, compatissent avec les citoyens. L’inefficacité des stratégies et l’inadaptation des solutions par rapport au contexte expliquent le désarroi de tous les acteurs devant l’immense défi de la LCD. La population s’est parfois exprimée avec violence et brutalité pour manifester son exaspération : agression de bergers et de troupeaux transhumants, assassinat d’un agent chargé de surveiller les terres collectives.

34On l’a vu supra, la reconnaissance des compétences de l’acteur est un facteur déterminant du développement des projets et un moteur d’émergence de la confiance. Toutefois, celui qui est prêt à s’engager dans une relation de confiance s’apprête également à céder une partie de sa marge de manœuvre. Pour résumer, et à partir de nos enquêtes menées dans la région de Menzel Habib, les acteurs définissent la confiance comme une situation incertaine, puisqu’il est difficile de prévoir le comportement d’autrui, notamment l’opportunisme. James Coleman (1990) souligne que la confiance permet de souder le groupe, d’accroître la motivation de ses membres et de faciliter le dialogue en cas de défaut communicationnel. Ici, il peut renforcer l’opportunisme collectif. Ce manque de communication entre tous les acteurs est vécu comme une contrainte qu’il faut lever urgemment, à défaut de quoi la reconstruction de la confiance sera périlleuse.

35Pour ce faire, il reste encore la possibilité pour les acteurs d’adopter une approche participative qui encourage les uns et les autres à débattre ensemble et à créer des espaces de négociation qui ouvrent sur des logiques contractuelles. En outre,

[…] il est à noter qu’un engagement écrit (signature d’un formulaire, d’un reçu, d’un bulletin d’engagement) est plus fort qu’un engagement oral. Lorsqu’il est écrit, l’engagement semble également renforcé par le fait d’être public (aux yeux d’autres personnes, éventuellement du même quartier, de la même ville, et pas seulement des expérimentateurs et des participants signant l’engagement eux-mêmes) (Rubens, 2011 : 40).

36Le contrat étant le garant par excellence en cas de désaccord, la confiance est complémentaire aux calculs des intérêts individuels (Joly et al., 1998).

S’engager pour mieux communiquer

37Dans ces zones arides, fragiles et menacées plus que sur d’autres terrains sans doute, comme l’indiquent Boltanski et Thévenot (1991), « les êtres qui se croisent ne participent pas d’un même engagement » (p. 51) et dans la LCD, il est essentiel de « produire des associations qui durent plus longtemps que les interactions leur ayant donné naissance » (Akrich et al. 2006 : 18). On a vu que la LCD pousse tous les acteurs territoriaux à élaborer des stratégies informationnelles et communicationnelles pour aider les occupants des terres de Menzel Habib à préserver leur environnement, d’une manière durable, et à valoriser leur territoire. Or, proposer un reportage sur les problèmes écologiques et réunir tous les acteurs pour débattre les risques du surpâturage ou des maladies arboricoles, par exemple, sensibilise certes les acteurs aux projets de développement, mais ne garantit pas leur implication. Celle des paysans ne doit pas se limiter à la collecte informationnelle, mais plutôt viser à les engager et à les faire participer aux actions de LCD, ce qui, compte tenu du contexte, doit débuter par des micro-actes.

38Devant les défis que pose la LCD, la communication ne devrait donc pas se limiter à la sensibilisation des acteurs. D’après les travaux de Françoise Bernard et de Robert-Vincent Joule (2004), la communication engageante permet à la personne de changer de comportement tout en améliorant ses connaissances, notamment dans le domaine des questions environnementales. Cette communication s’insère dans une logique participative et coopérative. Ainsi mettre en exergue idées, information, connaissances, traditions, stratégies et pratiques favorise-t-il l’engagement des acteurs.

Adopter des comportements favorables

  • 8  Pour relativiser les propos sur le désengagement constaté de l’État, il faut aussi signaler ses ef (...)

39Faire référence à la communication engageante nous permet de mettre l’accent sur le changement de comportements qui pourrait se faire à partir des campagnes de sensibilisation organisées et existantes sur ce territoire8. Nous savons déjà que l’information échangée lors de ces temps formels entre acteurs n’a pas nécessairement d’effets sur leurs actes. Le débat non formel brouille en plus les différents messages. Il faut donc réfléchir à augmenter la persuasion des sujets pour accompagner un changement de comportements (Bernard et Joule, 2004).

40Le dynamisme de la communication contraint les acteurs territoriaux à mettre en avant la pluridisciplinarité pour la LCD. Robert-Vincent Joule et al. (2007) proposent d’engager et d’impliquer tous les individus dans cette cause écologique et socio-économique et de les inciter à envisager de changer leurs comportements. L’engagement dans la LCD suit une stratégie de communication rassemblant tous les acteurs du développement : citoyens et structures administratives, institutionnelles et scientifiques. Celle-ci vise à aider les paysans à adopter des comportements favorables à la préservation de leur écosystème et au renforcement de la confiance. Dans le cadre de la LCD dans la région de Menzel Habib, il semble bien que

[…] les méthodes incitatives puissent être efficaces dans le domaine de l’environnement ; cependant, leurs effets ne sont pas durables. Ainsi, dès que la récompense incitant les personnes à modifier leur comportement est retirée, les anciennes habitudes reprennent le dessus (Rubens, 2011 : 40).

41L’engagement dans la durée reste essentiel quand la gestion de l’écosystème doit aussi être une solution pour aménager le territoire. À cause de la disparition d’arbres et de plantes autochtones, due au déboisement abusif dans la région de Menzel Habib, chacun détruisait les forêts notamment celles de Ségui, Oued Zitoun et Hajri, pour vendre le bois. Aujourd’hui, certains agriculteurs et bergers connaissent les multiples avantages de cette végétation favorisant le développement d’autres espèces. Toutefois, et en raison de l’absence de substituts et de la précarité socio-économique, ils continuent à surexploiter ces ressources naturelles.

  • 9  Facteurs édaphiques : facteurs externes liés au sol et qui ont une influence profonde sur la répar (...)
  • 10  La Jeffara tunisienne est une plaine pastorale située entre les montagnes de Matmata et la frontiè (...)

42Avec l’aide des agents du Groupement de développement agricole, les bergers, les agriculteurs et les pasteurs ont appris à travailler ensemble. Leur combat consiste à préserver les terres de Menzel Habib contre les dangers du surpâturage et du déboisement abusif. Les interactions entre les variables édapho-climatiques9 et le couvert végétal sont influencées par les conséquences anthropozoïques (relatives à l’apparition de l’homme). La réduction des effets de la sécheresse sur les steppes sableuses de la Jeffara10, grâce à l’atténuation des caractéristiques édaphiques et à la sensibilisation des acteurs de terrain, a favorisé le recouvrement végétal.

Responsabiliser les acteurs

43Cette responsabilisation des citoyens pour faire face à des situations urgentes reste possible. Offrir des récompenses et des subventions permet certes aux paysans de s’engager et de collaborer avec les chercheurs et les structures administratives et institutionnelles. Par contre, lorsque les motivations sont moins saillantes ou lorsque les contraintes sont imposées et superflues (changement des anciennes charrues contre de nouvelles plus écologiques, proposition d’aliments de substitution pour le bétail, etc.), le risque de désengagement est élevé et amoindrit la confiance entre acteurs (Mzioudet Faillon, 2011).

  • 11  La distribution d’affiches illustrées par des photos et des schémas, des messages publicitaires à (...)

44Selon Françoise Bernard (2007), responsabiliser les sociétés est un processus qui passe par la valorisation des valeurs et la participation des acteurs. Sinon, comment persuader les différents acteurs du bien-fondé des politiques territoriales ? En effet, informer et sensibiliser le plus grand nombre sont des vecteurs évidents des stratégies préventives11, mais l’enjeu ici est de passer d’une représentation de l’engagement collectif avec une faible confiance et une réserve de controverse à une modification d’un comportement individuel utile à tous. Dans les campagnes de sensibilisation observées, la persuasion par des textes explicatifs, des graphiques, des schémas, des photos et des témoignages a un effet encore limité sur le comportement des acteurs.

45Joule et al. (2007) soulignent les deux principes élémentaires de la communication engageante qui pourraient s’appliquer pour notre terrain. D’abord, l’obtention d’actes préparatoires consiste à simplifier l’information pour la rendre plus facilement assimilable par la population cible. Grâce aux campagnes préparatoires de sensibilisation, les individus acceptent plus facilement les actes. Ensuite, leur exposition à une argumentation persuasive augmente leur engagement. En effet, le message, le contexte, la source, le récepteur et les canaux de communication sont des facteurs renforçant la persuasion. Mickael Pallak et William Cummings (1976) considèrent que l’engagement public est plus efficace que celui qui est privé. Par conséquent, les autorités locales (délégation de Menzel Habib et groupements de développement) et les chercheurs devraient s’intéresser de près aux techniques de médiation et de négociation impliquant une forme contractuelle écrite en coprésence des autres acteurs territoriaux.

46Cette forme de l’engagement reste importante dans la mesure où, selon Carl Hovland et al. (1957), l’écrit, sous forme d’un texte public, a plus d’influence sur l’engagement des acteurs que lorsqu’il est privé. On l’a déjà noté, les acteurs éprouvent toutefois une méfiance vis-à-vis des services publics et de l’administration. Longtemps, le gouvernement tunisien a été accusé de répressions ; les représailles et la corruption ont favorisé l’abus de pouvoir à des fins privées, le refus d’accès à l’information et l’injustice de prospérer. De là, la liberté dans la prise de décision demeure essentielle, puisque cette forme d’information laisse à l’individu le choix de s’engager et d’être responsable de ses actes et de ses jugements :

[…] c’est lorsque l’engagement est fort, c’est-à-dire écrit plutôt qu’oral, qu’il est un élément déterminant pour obtenir des changements significatifs et durables. Les incitations, quelles qu’elles soient, sont efficaces à court terme (et tant que la récompense existe) mais les comportements ne perdurent pas lorsqu’elles disparaissent (Rubens, 2011 : 39).

Supposons qu’il vient ici récupérer sa terre est-ce que vous acceptez ? (Enquêteur)

  • 12  Groupement de développement agricole.

Non, il a signé un contrat. La récupération de la terre n’est possible qu’après la fin du contrat ; après les trois ans. Les autres qui n’ont pas signé des contrats, il faut les convaincre chaque année de l’orge. En fait, il y [en] a beaucoup qui veulent intégrer leurs terres dans le régime des forêts (Responsable GDA)12.

47Les attitudes souhaitées doivent donc faire l’objet d’une formalisation ou contractualisation même élémentaire : la signature d’un « pacte » écrit — dans une société où prime encore l’oralité — est paradoxalement le seul élément susceptible de renforcer l’engagement individuel.

Conclusion

48En définitive, faire comprendre à un éleveur, à un pasteur ou à un berger, qui, comme ses ancêtres depuis des siècles, exerce l’élevage et le pâturage, que son bétail est responsable de la désertification ouvre une confrontation culturelle et idéologique inédite entre citoyen, chercheur et administrateur. Reconstruire la confiance devient donc indispensable pour valoriser au-delà des problèmes écologiques ces zones arides, fragiles et menacées (créer des circuits touristiques, aménager des sites, par exemple). Rémi Clignet (1998) et Isabelle Droy et al. (2000) la considèrent même comme déterminante pour l’élaboration de projets de développement. Si ces projets restent essentiels pour notre terrain et dans le Sud tunisien en raison des problèmes écologiques, du manque d’infrastructures et de l’instabilité socio-économique, les transitions politiques récentes comme la destitution de délégués et la prolifération de partis politiques accentuent encore l’incertitude.

49La confiance est plus que jamais essentielle pour reconstruire les relations entre acteurs, restaurer un débat à partir des connaissances expertes de la population, dresser des priorités qui limitent le sentiment d’opportunisme des acteurs et renforcer les engagements individuels devant les échecs répétés d’une politique territoriale fondée sur une action collective inopérante. Dans le contexte actuel, les acteurs sont poussés à entrer dans des relations de confiance avec une pression liée aux objectifs, au temps, au manque de ressources (Bornarel, 2004), mais aussi dès lors, comme le mentionne Williamson (1993), avec des comportements opportunistes privilégiant l’intérêt personnel aux dépens des autres (surtout pour une population locale toujours fortement assistée par l’État).

50Les projets de développement mis en place dans la région de Menzel Habib ont provoqué des bouleversements dans les habitudes agricoles, politiques et socio-économiques. Les divergences dans les perceptions du risque de désertification, entre une population et des structures administratives, de recherche et institutionnelles en quête d’amélioration écologique, sont patentes. Le blocage informationnel souvent mentionné par les paysans ravive la brèche entre savoir expert et savoir non expert d’une part, et remet en cause la légitimité des résultats scientifiques, d’autre part. Adopter une approche participative encouragera sans doute les acteurs à débattre ensemble et à créer des espaces de négociation et de confrontation entre les savoirs.

51Il ne s’agit pas ici, tant s’en faut, de proposer un discours enchanté sur les possibilités d’un débat public qui engagerait différemment les acteurs, mais de poser les bases de la communication à un moment où, depuis le début, la révolution tunisienne, les grèves répétées, la multiplicité des partis politiques, la montée des prix des produits agroalimentaires, les intempéries fréquentes (neige, pluie, chaleur, tempêtes de sable, etc.), le chômage, l’insécurité et la corruption renforcent encore les besoins d’une population de plus en plus agacée.

Haut de page

Bibliographie

ACCETTO, Torquato et al. (1990), De l’honnête dissimulation, Paris, Verdier, Coll. « Terra d’altri ».

AKRICH, Madeleine et al. (2006), Sociologie de la traduction, textes fondateurs, Paris, Les Presses de l’École des mines, Coll. « Sciences sociales ».

BERNARD, Françoise (2007), « Communication engageante, environnement et écocitoyenneté : un exemple des <migrations conceptuelles> entre SIC et psychologie sociale », Communications et Organisation, 31, p. 26-41.

BERNARD, Françoise et Robert-Vincent JOULE (2004), « Lien, sens et action : vers une communication engageante», Communication et Organisation, 24, p. 347-362.

BOLTANSKI, Luc et Laurent THÉVENOT (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BORNAREL, Frédéric (2004), « La confiance contrainte : résultat d’une recherche conduite dans un cabinet de conseil en management », XIIIème conférence de l’AIMS (Normandie, 2 au 4 juin 2004) [En ligne], http://www.strategie-aims.com/events/conferences/10-xiiieme-conference-de-l-aims/communications/474-la-confiance-contrainte/download (Page consultée le 15 mai 2011).

BOURDIEU, Pierre (1980), Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

CALANDRE, Natacha (2006), Pratique et perception des risques nutritionnels : la mère face aux malnutritions infantiles au Vietnam. Thèse de doctorat en économie et gestion du développement agricole : agro-alimentaire et rural, sous la direction de P. Lucie SIRIEX et Nicolas BRICAS, Montpellier, École nationale supérieure d’agronomie.

CALLON, Michel (2006a), « Pour une sociologie des controverses technologiques » dans Madeleine AKRICH et al., Sociologie de la traduction, textes fondateurs, Paris, Les Presses de l’École des mines, Coll. « Sciences sociales », p. 135-157.

CALLON, Michel (2006b), « Quatre modèles pour décrire la dynamique de la science » dans Madeleine AKRICH et al., Sociologie de la traduction, textes fondateurs, Paris, Les Presses de l’École des mines, Coll. « Sciences sociales », p. 200-251.

CALLON, Michel et Bruno LATOUR (2006), « Le grand Léviathan s’apprivoise-t-il ? » dans Madeleine AKRICH et al., Sociologie de la traduction, textes fondateurs, Paris, Les Presses de l’École des mines, Coll. « Sciences sociales », p. 11-32.

CLIGNET, Rémi (1998), « Notions d’observatoires, réalités du Sud », dans Rémi CLIGNET (dir.), Observatoires du développement, observatoires pour le développement, Paris, ORSTOM, p. 281-291.

COLEMAN, James Smoot (1990), « Social capital in the creation of human capital », dans Frédéric BORNAREL (2005), « Relations de confiance et renforcement du contrôle : Résultats d’une étude conduite dans un cabinet de conseil », XIVème conférence internationale de management stratégique, Pays de la Loire, Angers, 2005, En ligne], http://www.strategie-aims.com/events/prices/2/theses/7/thesis_assets/7/download (Page consultée le 14 mars 2012).

DROY, Isabelle et al. (2000), « Les observatoires ruraux à Madagascar 1995-1998 : une méthodologie originale pour le suivi des campagnes » [En ligne], http://www.reseau-impact.org/IMG/pdf/ror_mada_stateco7_dec2000.pdf (Page consultée le 28 mars 2012).

HOVLAND, Carl et al. (1957), « The effect of <commitment> on opinion change following communication » dans Lolita RUBENS (2011), Être engagé, informé ou hypocrite : quels leviers pour favoriser les comportements pro-environnementaux ? Thèse de doctorat en psychologie sous la direction de P. Patrick GOSLING et Annie MOCH, Nanterre, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

JOLY, Pierre Benoit et al. (1998), « Coordination et incitations dans les contrats de recherche : le cas des accords public/privé », Revue Économique, 49(4), p. 1129-1149.

JOULE, Robert-Vincent et al. (2007), « How can people be induced to willingly change their behavior ? The path from persuasive communication to binding communication », Social and Personality Psychology Compass, 1, p. 493-505.

KOENIG, Christian (1999), « Confiance et contrat dans les alliances interentreprises » dans Christian THUDEROZ et al. (1999), La confiance : approche économique et sociologique. La sociologie des entreprises, Paris, La Découverte, p. 127-150.

MZIOUDET FAILLON, Balkis (2011), Informer et communiquer en confiance ? Dispositifs et territoires en zones arides : le cas de l’observatoire Menzel Habib (Tunisie). Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Vincent MEYER et Mongi SGHAÏER, Metz, Université Paul Verlaine, Centre de recherche sur les médiations.

OMRANI, Salah (1982), Le territoire des Béni-Zid (Sud tunisien) : modes de production et organisation de l’espace en zone aride, Thèse de doctorat de 3e cycle sous la direction de Jean-Trist LE COZ, Montpellier, Université Paul-Valéry Montpellier 3.

PALLAK, Mickael et William CUMMINGS (1976), « Commitment and voluntary energy conservation » dans Lolita RUBENS (2011), Être engagé, informé ou hypocrite : quels leviers pour favoriser les comportements pro-environnementaux ? Thèse de doctorat en psychologie sous la direction de P. Patrick GOSLING et Annie MOCH, Nanterre, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

PONTHIEUX, Sophie (2006), Le capital social, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

PUTNAM, Robert (1995), « Bowling alone : America’s declining social capital », Journal of Democracy, 6(1), p. 65-78.

RUBENS, Lolita (2011), Être engagé, informé ou hypocrite : quels leviers pour favoriser les comportements pro-environnementaux ? Thèse de doctorat en psychologie sous la direction de P. Patrick GOSLING et Annie MOCH, Nanterre, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

SGHAÏER Mongi et Michel PICOUET (2000), Observatoires des relations populations-environnement en milieu rural tunisien : pour une gestion durable des ressources naturelles. Rapport scientifique, Médenine, DYPEN II, IRA.

SGHAÏER Mongi et al. (2009), Élaboration d’un plan d’action de développement local durable et de lutte contre la désertification (Rapport PALLCD) dans la délégation de Menzel Habib, Gabés, Gouvernorat de Gabès.

SIDI HIDA, Bochra (2006), « Les ONG de développement : logiques d’acteurs et stratégies de développement : le cas du Maroc » [En ligne], www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/dvlp/documents/DT_25_Bouchra.pdf (Page consultée le 25 mars 2012).

TRÉPOS, Jean-Yves (1992), Sociologie de la compétence professionnelle, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

TRÉPOS, Jean Yves (1996), La sociologie de l’expertise, Paris, Presses Universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

VAN DELFT, Louis et Florence LOTTERIE (1993), « Torquato Accetto et la notion de <dissimulation honnête> dans la culture classique », dans Louis VAN DELFT et Florence LOTTERIE (dir.), L’honnête homme et le dandy, Tübingen, G. Narr, p. 35-57.

WILLIAMSON, Oliver Eaton (1993), « Opportunism and its critics », Managerial and decision economics, 14(2), p. 97-107.

Haut de page

Notes

1  La LCD est un phénomène qui met en avant la dégradation des sols et des espèces à cause des problèmes écologiques. Depuis les premiers programmes de LCD mis sur pied par l’UNESCO en 1950, les politiques s’intéressaient uniquement au déséquilibre des écosystèmes vivants et négligeaient le facteur humain et les systèmes de vie. Récemment, la mise en place d’observatoires a suscité l’intérêt d’économistes et de sociologues. Ces derniers ont maintenant intégré les interactions entre les populations et l’environnement à leurs études sur la désertification pour mettre l’accent sur les effets des comportements des citoyens sur l’écosystème.

2  Dans l’enquête, nous avons nous-mêmes rencontré maintes difficultés dans l’approche de cette population ; l’absence d’un retour informationnel et la méfiance à l’égard de tout représentant de l’État expliquent les silences, le refus d’être interrogé et presque systématiquement une déformation de l’information.

3  Par exemple, les chercheurs ont proposé de nouveaux outils et de nouvelles méthodes agricoles pour le labourage. Rapidement, ces charrues cylindriques ont ravivé les tensions avec les agriculteurs. Par ailleurs, les nouvelles pratiques comme l’élevage d’escargots et de lapins ou la plantation de champignons de Paris ont presque immédiatement été vouées à l’échec.

4  Dix chercheurs interviewés dans quatre laboratoires de l’Institut des régions arides de Médenine.

5  Les chercheurs dans les régions arides utilisent le terme fraction pour désigner l’ensemble de familles élargies.

6  Laboratoire d’économie et des sociétés rurales de l’Institut des régions arides de Médenine.

7  Henchir Snoussi est un terrain de 300 habitants situé dans la délégation de Menzel Habib. Il fait l’objet d’expérimentations depuis février 1997 pour étudier le comportement d’espèces autochtones : l’Acacia tortillis, le Calligonum azel, le Periploca laevigata, le Rhus tripartitum et l’Atriplex. La fraction tribale Ouderna,qui détient la majorité des terres collectives, participe au projet d’amélioration des parcours pastoraux. L’État procure aux ayants droit 80 kg d’orge par habitant et par an en contrepartie de l’exploitation des propriétés par les chercheurs et les agents institutionnels et administratifs. Toutefois, l’usage excessif de l’eau (en quantité et en qualité) et la variation des compensations, surtout dans les années de grande sécheresse, menacent ce projet de défense et d’amélioration pastorales (Sghaïer et al., 2009).

8  Pour relativiser les propos sur le désengagement constaté de l’État, il faut aussi signaler ses efforts pour lutter contre ce fléau grâce à une sensibilisation des acteurs territoriaux (organisation de colloques, de séminaires, d’ateliers et de stages de formation, échanges d’experts et intégration de la primauté de la dimension écologique dans les cours d’enseignement secondaire et universitaire, par exemple).

9  Facteurs édaphiques : facteurs externes liés au sol et qui ont une influence profonde sur la répartition des êtres vivants.

10  La Jeffara tunisienne est une plaine pastorale située entre les montagnes de Matmata et la frontière tuniso-libyenne. Elle couvre une centaine de kilomètres carrés. Cette région fait l’objet de maints projets de développement pour lutter contre la désertification sur les plans économique, social et écologique (Djerba, Gabès, Zarzis, Ben Guérdane, Matmata).

11  La distribution d’affiches illustrées par des photos et des schémas, des messages publicitaires à la télévision et des témoignages d’agriculteurs à la Radio Tataouine permettent déjà d’engager le processus de sensibilisation de la population cible.

12  Groupement de développement agricole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Balkis Mzioudet Faillon et Vincent Meyer, « Débats non formels et engagement des acteurs territoriaux autour du développement de zones arides, fragiles et menacées en Tunisie », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3699 ; DOI : 10.4000/communication.3699

Haut de page

Auteurs

Balkis Mzioudet Faillon

Balkis Mzioudet Faillon est docteure en sciences de l’information et de la communication et chercheuse au Centre de recherche sur les médiations (EA 3476) à l’Université de Lorraine. Courriel : balkismzioudet@gmail.com

Vincent Meyer

Vincent Meyer est professeur des universités et chercheur au Centre de recherche sur les médiations (EA 3476) à l’Université de Lorraine. Courriel : vincent.meyer@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals