Navigation – Plan du site
Lectures

John CORNER et Jeremy HAWTHORN (dir.) (1993), Communication Studies. An Introductory Reader

Londres, Edward Arnold, 4e édition
Anna Kurtycz
p. 173-175
Référence(s) :

John CORNER et Jeremy HAWTHORN (dir.) (1993), Communication Studies. An Introductory Reader, Londres, Edward Arnold, 4e édition.

Texte intégral

1Définir à la fois la communication et la recherche en communication n’est pas une tâche facile. De ce fait, le travail auquel John Corner et Jeremy Hawthorn se prêtent, en faisant un compendium introductif de lectures en communication, semble en même temps difficile et intéressant ; difficile, parce que cela implique de faire un choix dans un champ divers et riche ; intéressant, parce que la compilation nous donne accès aux textes et aux auteurs venus de disciplines différentes.

2Les éditeurs de ce livre présentent une sélection d’écrits en communication liés d’une façon ou d’une autre à la recherche en communication. Ils constatent que la recherche en communication n’est pas une nouvelle discipline, mais une façon d’organiser les idées, les objets et les méthodes d’étude. Selon Corner et Hawthorn, la recherche en communication (Communication Studies) porte sur la façon dont la signification humaine est faite, à partir de la production et de la réception de différents types de signes. Elle porte tant sur la production des systèmes de signes visuels et verbaux que sur l’utilisation de la technologie pour enregistrer et pour transférer ces signes.

3Le livre compte quatre sections. La première traite de la définition et des différentes approches de la communication ; la deuxième, de la relation socioculturelle au langage ; la troisième porte sur la perception et l’interaction ; finalement, la quatrième section porte sur les médias et les processus culturels. Chaque section présente une introduction au sujet qui justifie la sélection des textes, ainsi qu’une petite explication des textes sélectionnés et une recommandation de lectures futures. Dans la première section, les textes ont été choisis du fait qu’ils donnent une idée préliminaire des caractéristiques de la communication. Nous trouvons ici des auteurs comme Colin Cherry, George Gerbner, Michael Argyle et Bill Nichols. Dans la deuxième section, l’objectif a été de montrer au lecteur les limites d’une attribution de sens unique au langage. Les textes retenus, des auteurs comme Basil Berstein, Gunther Kress, Deborah Tannen et Trevor Pateman, montrent que la complexité et l’étendue de la langue ont forcé les chercheurs à limiter leur approche. La troisième section, qui souligne la nature active des représentations, propose des articles qui montrent que nous ne sommes pas des individus recevant d’une façon passive les impressions extérieures. Au contraire, nous sommes des agents actifs qui, de façon individuelle et collective, interprètent la réalité à la lumière de leurs besoins et intérêts. Ici nous trouvons des auteurs comme Stuart Sigman, Walter Lippmann et même Sigmund Freud. Finalement, la section quatre aborde les types de communication qui sont industrialisés, justifiant le choix d’articles à partir du fait que les médias sont centraux dans l’organisation des sociétés modernes. Anthony Giddens, John Ellis et Ien Ang sont quelques-uns des auteurs de cette section.

4Devant l’impossibilité de traiter dans un seul livre tous les textes représentatifs qui font de la communication leur sujet, une sélection a été nécessaire. Comme les éditeurs l’expliquent lors de l’introduction, leur sélection répond à une série de critères issus de leur propre travail et de leur propre définition de la communication. La compréhension du processus de communication humain peut seulement avancer du moment où nous aurons pris conscience de l’existence des différents systèmes de signes, des technologies et des contextes dont la communication fait partie. Dans ce sens, le but est de présenter les lignes de convergence en sciences humaines et sociales afin de faire une nouvelle catégorie dans laquelle s’organisent l’enseignement et la recherche en communication. Comme Corner et Hawthorn l’expliquent, ils n’ont pas l’objectif de développer une théorie générale de communication, mais ils cherchent plutôt à organiser l’enseignement et la recherche en communication. En l’occurrence, ils ont pris des textes qui soulèvent des questions, encouragent la discussion ou qui renvoient vers leur propre pratique d’enseignement (John Corner est senior lecturer à l’Université de Liverpool et Jeremy Hawthorn est professeur à l’Université de Trondheim en Norvège).

5Aujourd’hui, le compendium vit sa quatrième édition (la première a paru en 1980) et il cible les étudiants du niveau d’un Bachelors. Ceux qui ont lu les éditions précédentes remarqueront que la quatrième édition insiste plus sur la question de la réception communicative. Il y a un retour à certaines questions fondamentales sur le rapport entre les médias et les représentations des individus et des groupes. Ainsi, les textes abordent les conditions de la vie privée et publique dans la modernité et la postmodernité, aussi bien que le caractère et la fonction des systèmes de communication au sein de ces conditions. Tant les matériaux que les lectures recommandées ont été mis à jour par rapport à ces aspects.

6L’intérêt du livre est double. D’un côté, il donne la possibilité de lire des textes qui abordent la communication à partir de perspectives très différentes. De l’autre, le livre nous parle de ce que la recherche en communication représente pour les deux auteurs. Il est intéressant de voir que la sélection des textes considérés « classiques » retenus par les auteurs (qui inclut Berstein, Goffman, Argyle, Lippmann et Lang) diffère sensiblement de celle que préconise, par exemple, l’université française (avec Habermas, Adorno, Benjamin, Bourdieu, etc.).

7Malheureusement, les auteurs ne justifient pas la façon dont ils présentent les lectures. Nous retrouvons une sélection de textes qui, certes, ont des choses en commun, mais qui restent encore trop souvent des éléments isolés. De plus, la distribution des lectures ne s’organise pas de façon historique, des textes récents côtoyant des textes plus anciens. L’absence d’un ordre chronologique ne permet pas de suivre l’évolution des idées dans le champ de la communication. Finalement, nous aurions aimé des fiches d’auteur plus complètes, incluant également le moment historique de l’écriture et le courant de pensée auquel le texte correspond.

8En fin de compte, nous pouvons conclure que Communication Studies. An Introductory Reader est un ouvrage intéressant pour discuter et pour découvrir la diversité de la recherche en communication, surtout dans le contexte académique pour lequel il a été proposé. Toutefois, il demande, dans ce cadre académique, un bon suivi de la part des enseignants qui, à partir de la sélection des lectures que le livre offre, doivent diriger et encourager tant la réflexion que la discussion, et combler des lacunes relatives à la question historique et au lien entre les auteurs. Bien sûr, la sélection pourrait être critiquée (chaque sélection laisse de côté des ouvrages capitaux), mais elle a le mérite de donner un goût à la recherche en communication en tant que domaine varié, riche et passionnant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Kurtycz, « John CORNER et Jeremy HAWTHORN (dir.) (1993), Communication Studies. An Introductory Reader », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 173-175.

Référence électronique

Anna Kurtycz, « John CORNER et Jeremy HAWTHORN (dir.) (1993), Communication Studies. An Introductory Reader », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3951

Haut de page

Auteur

Anna Kurtycz

Anna Kurtycz est doctorante en communication pour l’environnement, Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord. Courriel : kurtycz@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals