Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Louis VEY (1995), Jacques Becker ou la fausse évidence

Lyon, Aléas Éditeur
Yves Laberge
p. 209-201
Référence(s) :

Jean-Louis VEY (1995), Jacques Becker ou la fausse évidence, Lyon, Aléas Éditeur.

Texte intégral

1Relativement peu de monographies ont été consacrées aux cinéastes français d’avant la Nouvelle Vague. Parmi ceux-ci, le réalisateur Jacques Becker (1906-1960) reste surtout connu pour ses quelques films remarqués, produits pour la plupart durant les années 1950, dont voici une sélection : Casque d’or (1952), Touchez pas au grisbi (1954), Ali Baba et les quarante voleurs (1954), Les aventures d’Arsène Lupin (1957), sa biographie filmée du peintre Modigliani intitulée Montparnasse 19 ou Les amants de Montparnasse (1958) et enfin une œuvre posthume, Le trou (1960), sur le milieu carcéral, sorti un mois après sa mort. Inscrit dans la lignée réaliste, Jacques Becker ne faisait partie d’aucun courant ni de la Nouvelle Vague française (1958-1962), caractérisée par sa spontanéité et son renouveau. On le considérait plutôt comme un continuateur de son ami Jean Renoir (dont Becker avait été l’assistant), par la parenté de leur style et par la justesse de sa direction d’acteurs. Néanmoins, les réalisateurs de la Nouvelle Vague issus des Cahiers du cinéma (Godard, Rohmer, Truffaut) reconnaissaient le talent du metteur en scène et la valeur indéniable de ses films, alors que le reste de la critique pouvait à l’occasion louanger certains de ses films sans toutefois considérer Becker lui-même comme un réalisateur important et vraiment original. Quiconque a vu le film Touchez pas au grisbi se souviendra d’une séquence d’anthologie, montrant la distribution des gifles par Jean Gabin, jouant le rôle d’un malfaiteur charmant mais agressif.

2Les œuvres de cinéastes comme Becker font maintenant l’objet de redécouvertes et de relectures depuis la récente réédition de plusieurs de leurs films en format DVD. Si l’on excepte les catalogues (relativement récents) de rétrospectives et d’autres opuscules, il n’existait avant le livre de Jean-Louis Vey qu’une seule monographie, écrite jadis par Jean Queval, en 1962, dans la célèbre collection « Cinéma d’aujourd’hui » aux Éditions Seghers, consacrée à l’œuvre du cinéaste Jacques Becker. Deux autres titres sont parus depuis (Nauman, 1997 et 2001). Ceux pour qui le nom de Jacques Becker semblera familier se souviendront que celui-ci est le père de Jean Becker, également réalisateur (entre autres) du film L’été meurtrier (1983), qui mettait en vedette Alain Souchon et Isabelle Adjani.

3Le livre Jacques Becker ou la fausse évidence est arrivé à point nommé. Non seulement Jean-Louis Vey a comblé une lacune, après plusieurs décennies de silence de la critique sur ce corpus, mais il propose dans son livre un excellent modèle de monographie dans le domaine des études cinématographiques. D’abord, Jean-Louis Vey réussit à redonner aux films de Becker leurs lettres de noblesse, en réhabilitant des œuvres qui étaient restées incomprises, ou simplement considérées comme de beaux films anodins. Les témoignages plus emphatiques se résumaient alors à quelques commentaires élogieux provenant d’autres cinéastes contemporains de Jacques Becker, comme Jacques Doniol-Valcroze, Jean-Pierre Melville ou François Truffaut, qui avaient durant les années 1950 signé des critiques pour des revues spécialisées comme Les Cahiers du cinéma. Ensuite, Jean-Louis Vey met en place différents outils méthodologiques qui permettent de repérer diverses interprétations de l’ensemble de l’œuvre du cinéaste.

4Dans les premiers chapitres, l’auteur cherche le fil conducteur qui pourrait relier les films de Becker, pourtant caractérisés par des genres disparates et des atmosphères très variées. Celui-ci met en évidence les thèmes dominants (la solitude, les difficultés du couple), thèmes qui, tout au long de son œuvre, reviennent inévitablement d’un film à l’autre, faisant de Becker un véritable auteur au cinéma. Depuis les écrits d’Andrew Sarris (1996), on convient que l’auteur au cinéma se caractérise par l’unité thématique et stylistique dans l’ensemble de son œuvre, peu importe les adaptations, les films de commande et les différents collaborateurs rencontrés. La dernière moitié du livre, plus audacieuse, prolonge les premières intuitions en utilisant la grille psychanalytique pour tenter de mieux saisir les thèmes particuliers du sadomasochisme et de l’autodestruction dans l’œuvre de Becker, et spécialement dans son avant-dernier long métrage, Montparnasse 19, l’un des derniers films tournés avec Gérard Philippe.

5Le livre Jacques Becker ou la fausse évidence se veut une référence pour s’initier aux films de ce réalisateur. Malgré le nombre restreint d’ouvrages consacrés à ce cinéaste disparu prématurément (Nauman, 1997 et 2001), on peut considérer cette monographie de Jean-Louis Vey comme une excellente initiation à l’œuvre méconnue de Jacques Becker.

Haut de page

Bibliographie

NAUMAN, Claude (1997), Le système des personnages dans les films de Jacques Becker, (s. l.), Presses universitaires du Septentrion.

NAUMAN, Claude (2001), Jacques Becker, Paris, BIFI – Bibliothèque du film, Coll. « Ciné-regards ».

QUEVAL Jean, et al. (1962), Jacques Becker, Paris, Éditions Seghers, Coll. « Cinéma d’aujourd’hui ».

SARRIS, Andrew (1996), American Cinema Directors and Directions, 1929-1968, New York, Da Capo Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Jean-Louis VEY (1995), Jacques Becker ou la fausse évidence », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 209-201.

Référence électronique

Yves Laberge, « Jean-Louis VEY (1995), Jacques Becker ou la fausse évidence », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3965

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Yves Laberge est chargé de cours à l’Institut québécois des hautes études internationales à Université Laval. Courriel : Yves.Laberge@fp.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals