Navigation – Plan du site
Recherches

L’audit de la communication corporate sur Internet

Les dimensions informationnelle et ergonomique sont-elles dissociables sur un site Web d’entreprise ?
Amor Ben Amor
p. 133-141

Texte intégral

  • 1  Pour plus d’information, consulter notre mémoire : L’audit de la communication corporate sur Inter (...)

1La présente note est une sorte de résumé synthèse de notre mémoire de maîtrise1 présenté à la Faculté des études supérieures de l’Université Laval en novembre 2002. Notre première hypothèse de recherche est : « les sites Web d’Air Canada et de Tunisair se conforment aux trois types d’information appartenant à la dimension informationnelle d’un site Web à savoir l’information institutionnelle, financière et de recrutement». La deuxième hypothèse : « les sites Web d’Air Canada et de Tunisair se conforment aux fondements intrinsèques de l’aspect ergonomique en l’occurrence le référencement, le design et les critères techniques d’un site Web d’entreprise ». Dans les pages qui suivent, nous allons essayer de présenter brièvement notre méthodologie ainsi que les principaux résultats auxquels nous sommes parvenus.

Le site Web d’entreprise, un nouveau support de communication

2La communication corporate ne se limite plus, de nos jours, à ses moyens classiques comme, par exemple, le journal d’entreprise, les dépliants, les dossiers de presse, la publicité institutionnelle, la communication événementielle et les relations de presse. Le site Web constitue, désormais, un support communicationnel d’une importance prépondérante pour toute entreprise voulant mieux faire connaître sa vocation et ses activités sur Internet. Cependant, le site Web peut dans certains cas se limiter à montrer que l’entreprise est technologiquement branchée plutôt que d’assurer une fonction communicationnelle proprement dite. Dans ce cas, l’atteinte des objectifs tracés par l’entreprise peut être compromise parce que l’utilisation du site Web ne s’inscrit pas dans sa stratégie communicationnelle globale. De ce fait, l’attention accordée au site Web de l’entreprise doit être aussi importante que celle attribuée à ses moyens classiques de communication. Un intérêt particulier doit être apporté au contenu informationnel du site Web ainsi qu’à son aspect ergonomique.

3En naviguant sur Internet, on peut trouver des sites Web qui mettent davantage l’accent sur l’un des aspects au détriment de l’autre. L’on peut, en effet, trouver des sites où la dimension ergonomique prime sur le contenu informatif. Cela se manifeste par le recours exagéré aux possibilités qu’offrent les divers programmes informatiques (l’utilisation excessive des programmes tels que Flash et Java par exemple). Il est en outre possible de trouver sur ces sites des animations injustifiées parce que souvent non significatives, ainsi que beaucoup d’images et d’effets sonores parfois inutiles par rapport à l’importance du contenu informationnel. L’inverse est également possible. Certains sites se contentent de présenter un contenu informationnel sans pour autant respecter les critères techniques d’un site Web. Cela se manifeste généralement par la difficulté à télécharger des pages Web, un temps de réponse relativement long, un choix arbitraire des couleurs ou encore une incapacité de lire aisément le contenu informatif du site à cause de la petitesse des caractères utilisés, etc. Il convient donc de souligner l’importance d’accorder la même attention aux deux dimensions informationnelle et ergonomique pour faire du site Web un bon support de communication corporate.

Qu’est-ce qu’un audit ?

4La méthodologie suivie pour vérifier les hypothèses de notre recherche se base essentiellement, comme cela a été précité, sur l’audit de site Web. Pour donner un bref aperçu historique de la pratique de l’audit, l’on peut mentionner que c’est une pratique dont l’origine remonte à plusieurs siècles. Il portait, jadis, essentiellement sur la gestion financière. Mais de nos jours les audits sont devenus plus diversifiés et plus spécifiques. Cependant, bien que les types d’audit continuent à se diversifier, il y a consensus à l’effet qu’un audit constitue une enquête qui sert à mesurer des écarts par rapport à une norme, par rapport à un référent ou encore par rapport à un idéal. Cette enquête débouche généralement sur un certain nombre de recommandations qui aident l’entreprise à surmonter les problèmes qui entravent son fonctionnement et sa croissance. L’objectif premier de l’audit consiste habituellement à mieux gérer, à mieux contrôler et à mieux maîtriser une situation problématique. Néanmoins, il convient de recourir à la pratique d’audit même en l’absence d’une situation problématique. Un audit peut être de ce fait un moyen servant justement à anticiper les problèmes et à préparer les solutions appropriées. Il peut donc devenir un outil stratégique permettant à l’entreprise de prévenir et d’éviter les problèmes qui peuvent advenir et menacer, par le fait même, sa survie.

5La notion du référentiel est impérative pour la réalisation d’un audit. Il n’y a pas en effet un audit sans référentiel aux dispositions préétablies qui sont généralement les procédures, les règles et les instructions en fonction desquelles l’on peut mesurer les écarts. C’est la raison pour laquelle nous avons opté dès le départ pour l’élaboration d’une grille d’analyse (qui est une sorte de grille référentielle) regroupant les éléments qui doivent être respectés tant pour l’aspect informationnel que pour l’aspect ergonomique, pour que le site soit considéré comme un bon support de communication corporate. Après cette définition, certes un peu sommaire, de l’audit, il convient de préciser que, tout comme pour les autres types d’audit, l’audit de communication est une procédure de contrôle, d’évaluation et de diagnostic de l’état de communication d’une entreprise. Il peut être réalisé par une personne interne ou externe à l’organisation. L’audit de la communication est interne lorsqu’il recense toutes les actions entreprises et tous les moyens de communication utilisés par la firme. Il permet de faire le bilan après une enquête auprès des salariés pour évaluer les outils et les actions de communication menées. Il peut donc être une sorte de baromètre de climat interne pour l’entreprise. L’audit de communication est externe lorsqu’il opère selon les mêmes règles, mais en tenant compte de la concurrence, ce qui suppose une approche plutôt comparative. Il s’agit par exemple de comparer la notoriété d’une marque par rapport à la concurrence.

  • 2  L’action consistant à indexer le site Web dans les moteurs et annuaires de recherche pour optimise (...)

6Dans le cadre de notre mémoire, l’audit de communication porte plutôt sur le site Web, particulièrement sur ceux d’Air Canada et de Tunisair. Il constitue une sorte de diagnostic et une évaluation des deux dimensions fondamentales qui doivent être présentes sur un site Web, à savoir le contenu informationnel et l’aspect ergonomique. Le contenu informationnel, rappelons-le, se manifeste par les trois types d’information qui doivent être pris en compte sur un site Web, en l’occurrence l’information institutionnelle, l’information financière et l’information de recrutement. L’audit de l’aspect ergonomique porte, quant à lui, sur les aspects plutôt techniques comme le référencement2, le design, la vitesse de téléchargement des pages Web, la possibilité de recherche, la possibilité d’impression, l’utilisation des écrans d’introduction, l’aménagement de la page d’accueil, etc. L’audit de cet aspect ergonomique permet de dégager les lacunes et les avantages qui caractérisent l’aspect technique des sites Web d’Air Canada et de Tunisair. Il convient d’autre part de préciser que nous avons essayé de faire un rapprochement entre l’audit et la technique d’analyse de contenu. Cette analyse de contenu est plutôt qualitative et porte en premier lieu sur le contenu manifeste. Elle est qualitative parce qu’il ne s’agit pas de quantifier ce qui apparaît souvent ou ce qui est mentionné le plus. Il s’agit plutôt de s’intéresser à un thème général ainsi qu’aux sous-thèmes qui lui sont rattachés. Cette analyse de contenu porte essentiellement sur ce qui est écrit dans les pages Web consultées. Il ne s’agit pas de lire entre les lignes ou de s’intéresser aux idées latentes. Ce qui importe, c’est l’analyse de ce contenu manifeste en fonction d’une grille portant sur les critères d’évaluation d’un site Web. L’analyse de contenu permet, de ce fait, de faire l’audit de contenu des sites Web, et ce, en déterminant l’écart de ce même contenu par rapport aux critères et aux variables retenus dans la grille d’analyse.

  • 3  Cette expression est empruntée à Jean-Jacques Rechenmann (2001). Le benchmarking est une méthode q (...)

7Une approche comparative est par ailleurs adoptée pour faire l’audit des sites d’Air Canada et de Tunisair. Il s’agit en fait d’une double comparaison. Un premier niveau de comparaison entre le contenu des sites Web en question et les critères de la grille d’analyse et un deuxième niveau de comparaison qui est une sorte de Benchmarking3 entre des sites appartenant au même secteur d’activité, celui du transport aérien. Cela permet de dégager les similitudes et les différences qui caractérisent ces sites et cela rend possible, entre autres, l’évaluation des sites d’Air Canada et de Tunisair en faisant une comparaison avec les informations présentes sur les sites de compagnies aériennes comme Air France, Alitalia, Lufthansa et British Airways.

Principaux résultats de la recherche

8Faute de pouvoir présenter la grille complète renfermant tous les critères d’analyse, nous nous limiterons, dans ce qui suit, à présenter succinctement les principaux résultats de recherche sans nous attarder sur les ramifications et détails. Au terme de cette recherche, l’audit du contenu informationnel du site Web d’Air Canada montre qu’en matière de communication institutionnelle, l’entreprise tient à informer les internautes sur son profil, ses partenaires, ses commandites, ses engagements en matière d’environnement et ses services. Les communiqués de presse disponibles sur le site Web en question informent les visiteurs sur les activités et les nouveautés de l’entreprise. Le site d’Air Canada se distingue, non seulement par rapport à Tunisair mais également par rapport aux autres compagnies aériennes, par une sorte de baromètre de satisfaction qui permet aux internautes de donner leurs avis sur les réponses à leurs questions. Cela peut d’ailleurs projeter l’image de l’entreprise qui se veut à l’écoute de son public.

  • 4  Portable Document Format (PDF) est un fichier qui peut être ouvert grâce au logiciel Adobe Acrobat (...)
  • 5  Microsoft PowerPoint est un logiciel permettant de présenter un contenu informationnel sous forme (...)

9Pour ce qui est de la communication financière, le site Web d’Air Canada contient des informations sur toutes les activités financières de la compagnie. Des rapports, bulletins, notes, communiqués et circulaires financiers sont disponibles sur le site Web de l’entreprise. Ces documents sont téléchargeables en format « PDF »4 et « PPT »5, ce qui facilite la tâche de l’internaute voulant en obtenir des versions imprimées. Toutefois, le site d’Air Canada, contrairement à celui d’Air France par exemple, est dépourvu d’information expliquant à l’internaute comment devenir actionnaire ou investisseur dans l’entreprise bien que cela puisse parfois encourager les internautes à se porter acquéreurs de quelques actions ou à investir dans l’entreprise. Il convient d’autre part de regrouper toute l’information financière d’Air Canada dans un sous-site accessible dès la page d’accueil, et ce, en vue de faciliter la tâche de l’internaute s’intéressant particulièrement à l’activité financière de l’entreprise et de lui épargner, de ce fait, la recherche de ce type d’information dans des sous-rubriques du site Web.

10En ce qui concerne la communication de recrutement, le site d’Air Canada contient des informations sur toutes les offres d’emploi disponibles. En outre, les métiers de l’entreprise y sont présentés et l’internaute peut, par conséquent, avoir une idée préalable du poste convoité. Le profil et la formation requise du demandeur d’emploi sont précisés pour chaque offre d’emploi, ce qui rend moins abstraits les emplois que la compagnie propose. Par ailleurs, l’entreprise donne aux internautes la possibilité de répondre en ligne à ses offres d’emploi. Cependant, l’internaute peut se trouver devant l’obligation de chercher les informations inhérentes aux offres d’emploi dans des sous-rubriques du site en question. Regrouper toutes les informations dans un sous-site accessible dès la page d’accueil peut optimiser la recherche de l’internaute s’intéressant en particulier à ce genre d’information. Il est par ailleurs à noter que la compagnie Air Canada aurait pu utiliser cette rubrique pour justifier et expliquer les causes de licenciements auxquels elle a procédé. Rappelons que ce support de communication peut constituer un outil de gestion de crise. Globalement, le site Web d’Air Canada se conforme aux trois types d’information appartenant à la dimension informationnelle d’un site Web, à savoir l’information institutionnelle, financière et de recrutement.

11Pour le site Web de Tunisair, l’audit du contenu informatif montre qu’en matière de communication institutionnelle, contrairement à Air Canada et à la plupart des autres compagnies aériennes, l’entreprise ne donne pas des informations sur son profil et ses partenaires. Elle se contente de rappeler quelques événements qui ont marqué son histoire. Cela n’aide pas les internautes à mieux connaître l’entreprise. Le site ne contient pas, par ailleurs, des informations sur les activités de la compagnie en matière de commandite et d’environnement. En plus, les communiqués de presse qui sont présentés sur le site ne sont pas actualisés. L’internaute peut en effet visiter à maintes reprises le site Web de la compagnie et remarquer qu’il n’y a pas de nouveaux communiqués mis à sa disposition. Cela peut donner l’impression que le site est vraiment statique. Pour ce qui est de la communication financière et de la communication de recrutement, il n’y avait aucune information relative à l’un ou l’autre de ces aspects. Ce genre d’information est complètement inexistant sur le site. Le site Web de Tunisair ne se conforme donc pas aux trois types d’information appartenant à la dimension informationnelle d’un site Web d’entreprise.

12La deuxième hypothèse de cette recherche stipule que « les sites Web d’Air Canada et de Tunisair se conforment aux fondements intrinsèques à l’aspect ergonomique, en l’occurrence le référencement, le design et les critères techniques d’un site Web d’entreprise ». En vue de vérifier cette hypothèse, l’audit a porté sur plusieurs critères inhérents aux trois dimensions précitées. En ce qui concerne le référencement, l’audit montre que les sites Web d’Air Canada et de Tunisair sont présents dans les principaux outils de recherche sur Internet. Ils ne sont, cependant, pas classés dans les 20 premiers résultats de recherche par mots clés. Ils ne sont donc pas optimisés à la recherche par mots clés.

13Par ailleurs, les deux compagnies n’optent pas pour la stratégie des liens réciproques avec des sites partenaires pour optimiser leur référencement. Pour le design, les identités visuelles des deux entreprises sont reprises sur leurs sites Web. Les couleurs utilisées dans les pages Web des sites sont appropriées puisqu’elles favorisent une lecture aisée du contenu informationnel. Les couleurs d’arrière plan et des textes produisent un contraste permettant une lisibilité optimale. Les feuilles de style utilisées sur le site d’Air Canada augmentent la cohérence de l’ensemble des pages Web et leur confèrent une présentation standard. Pareille remarque pour les polices et caractères qui sont assez grands pour permettre une lecture aisée des textes dans les pages Web. Les pages Web des sites sont, entre autres, aérées et renferment des espaces vierges susceptibles de guider l’œil et d’aider à structurer les différents éléments présentés à l’écran.

14Finalement, pour les critères techniques, notamment, nous avons remarqué qu’il y a plusieurs points qui séparent et distinguent les sites des deux entreprises. Comme c’est le cas pour le référencement et le design, nous allons nous limiter aux plus substantiels. Par exemple, le téléchargement de la page d’accueil d’Air Canada ne dépasse pas les 10 secondes avec des connexions à haute ou à moyenne vitesse. Alors que pour le site de Tunisair, le téléchargement de la page d’accueil prend parfois 32 secondes. Rappelons pour ce point que la plupart des spécialistes du Web recommandent que le téléchargement de la page Web ne dépasse pas les 10 secondes parce qu’au delà de 10 secondes, l’internaute risque de changer d’avis et d’opter pour un autre site.

15Une deuxième différence, et non des moindres, se traduit par le manque d’assistance sur le site Web de Tunisair. Sur le site d’Air Canada, l’on peut trouver dans presque toutes les pages du site un moteur de recherche placé dans une partie de la page très visible et facilement accessible. L’on peut également trouver un plan du site, ce qui est susceptible de rendre la navigation plus rapide et plus facile. La possibilité d’impression a également été prévue sur le site d’Air Canada notamment en format PDF et PPT, ce qui n’est pas le cas sur le site de Tunisair. Le site d’Air Canada se conforme donc davantage que celui de Tunisair aux critères inhérents à l’aspect ergonomique.

16Après avoir présenté, très sommairement, les principaux résultats de l’audit, il appert que la différence entre le site d’Air Canada et celui de Tunisair est ostensible tant pour le contenu informationnel que pour l’aspect ergonomique. Il convient, toutefois, de préciser que notre mémoire a bien entendu des limites qu’il faut prendre en considération. En effet, l’audit porte sur les sites Web des entreprises Air Canada et Tunisair et non sur leurs moyens classiques de communication. De ce fait, les remarques avancées ne concernent que la communication par l’intermédiaire du site Web et ne peuvent en aucun cas être généralisées à la communication globale de ces entreprises. De surcroît, il convient de tenir en compte que les sociétés Air Canada et Tunisair n’ont pas les mêmes moyens matériels. Il est donc possible que cela se reflète sur le site Web. Une entreprise ayant des moyens importants est en mesure de consacrer un budget important pour l’optimisation du rendement de ce nouveau support de communication. Ce qui risque de ne pas être le cas d’une entreprise ayant d’autres priorités et dont les moyens sont moins importants.

Haut de page

Bibliographie

ARGENTI, Paul (1998), Corporate Communication, Boston, Irwin/Mc Graw-Hill.


CORBEL, Bernard, et Bernard MURRY (1996), L’audit qualité interne : démarche et techniques de communication, Paris, Afnor.

DÉPELTEAU, François (1998), La démarche d’une recherche en sciences humaines : de la question de départ à la communication des résultats, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

D’HUMIÉRÈS, Patrick (1993), Management de la communication d’entreprise, Paris, Eyrolles.

FRELAUX, Pierre-Yves (1999), Trouvez un job sur Internet, Paris, Les Presses du Management.

GAILLEY, Bernard (1996), Politique sociale de l’entreprise et performance économique, Paris, Les Éditions d’Organisation.

GIROUX, Sylvain (1998), Méthodologie des sciences humaines, la recherche en action, Saint-Laurent (Québec), Éditions de Renouveau Pédagogique Inc.

HENRIET, Bruno, et François BONEU (1990), Audit de la communication interne, Paris, Les Éditions d’Organisation.

HEUDE, Rémi-Pierre (2000), Guide de la communication pour l’entreprise, Paris, Maxima.

JEAMIN, Philippe, et Luc MARCO (1991), Entreprise : Les concepts à la mode, Paris, Édition Lerras.

LAMOUREUX, Andrée (1998), Recherche et méthodologie en sciences humaines, Laval (Québec), Éditions Études Vivantes.

L’ÉCUYER, René (1988), L’analyse de contenu : notion et étapes, Québec, Presses de l’Université du Québec.

MARCENAC, Luc, Alain MILON et Serge-Henri SAINT-MICHEL (1996), Communication des entreprises, Paris, Hachette.

MOREL, Philippe (2000), La communication d’entreprise, Paris, Librairie Vuibert.

NERTHOLIE, Aldosa, Monique LE BITIAN et Martinem MONIN (1998), Informations, communication et organisation, Paris, Édition Breal.

NIELSEN, Jakob (2001), Conception des sites web : l’art de la simplicité, Paris, Campuspress.

RECHENMANN, Jean-Jacques (2001), L’audit du site web : mode d’emploi, Paris, Éditions d’Organisation.

SÉRIEYX, Hervé (2000), L’entreprise du troisième type, Paris, Éditions du Seuil.

SHNEIDERMAN, Ben (1998), Designing The User Interface : Strategies For Effective Human Computer Interaction, Maryland, Addison Wesley Longman.

TERNOIS, Martin (1995), La communication d’entreprise, Paris, Les Éditions d’Organisation.

WESTPHALEN, Marie-Hélène (1997), La communication externe de l’entreprise, Paris, Dunod.

WESTPHALEN, Marie-Hélène (1998), Communicator, le guide de la communication d’entreprise, Paris, Dunod.

WOLTON, Dominique (1997), Penser la communication, Paris, Flammarion.


WOLTON, Dominique (2000), Internet et après : une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion.

ZACCARIE, Paul-Laurent (1993), Audit de la communication globale, Paris, Les Éditions d’Organisation.

Haut de page

Notes

1  Pour plus d’information, consulter notre mémoire : L’audit de la communication corporate sur Internet, le cas des sites Web d’Air Canada et de Tunisair, (P 90.5 UL 2002 B456), à la Bibliothèque des sciences humaines et sociales de l’Université Laval.

2  L’action consistant à indexer le site Web dans les moteurs et annuaires de recherche pour optimiser son classement sur les listes de réponse après la requête de l’internaute.

3  Cette expression est empruntée à Jean-Jacques Rechenmann (2001). Le benchmarking est une méthode qui consiste simplement à observer ce que font les concurrents.

4  Portable Document Format (PDF) est un fichier qui peut être ouvert grâce au logiciel Adobe Acrobate Reader. Le fichier PDF permet de préserver l’apparence graphique d’un texte en ligne et facilite, de ce fait, son impression.

5  Microsoft PowerPoint est un logiciel permettant de présenter un contenu informationnel sous forme de diapositives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amor Ben Amor, « L’audit de la communication corporate sur Internet », Communication, Vol. 23/1 | 2004, 133-141.

Référence électronique

Amor Ben Amor, « L’audit de la communication corporate sur Internet », Communication [En ligne], Vol. 23/1 | 2004, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/3979 ; DOI : 10.4000/communication.3979

Haut de page

Auteur

Amor Ben Amor

Amor ben Amor est inscrit au programme de doctorat sur mesure en communication publique, Département d’information et de communication à l’Université Laval. Courriel : benamor2002@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals