Navigation – Plan du site
Articles

Signification politique du climat

Bernard Lamizet

Résumés

Le climat fonde une approche politique particulière de l’espace et du temps, en suscitant des représentations particulières se situant dans l’histoire, la mémoire, la prévision et le domaine du développement durable. Le climat représente aussi une forme particulière de limitation des pouvoirs et de représentation de la contrainte dans le discours politique et dans les médias, jusqu’à figurer une forme de violence. Enfin, les significations du climat se situent dans l’inconscient.

Haut de page

Texte intégral

La signification politique du climat dans l’histoire

1Dans l’histoire, avant d’être l’objet d’une connaissance objectivée, rationalisée, puis scientifique, le climat est, d’abord, un champ d’expression de l’imaginaire. Il est une source de peur et d’inquiétudes ou, au contraire, de joies et d’heureuses surprises, à la fois par le récit d’événements climatiques connus mais non encore rationalisés et par des références à des menaces ou à d’heureuses surprises dans des discours politiques et culturels ainsi que dans les références aux évolutions du climat et aux transformations de l’espace liées au climat.

2Selon E. Le Roy Ladurie, l’agriculture est l’un des champs sociaux articulés de la façon la plus étroite au climat et à ses incidences. En raison des exigences et des contraintes liées au climat et à ses évolutions, l’agriculture constitue le domaine d’activité sociale dans lequel on peut le mieux lire les incidences du climat sur la vie sociale. Mais, dans le même temps, on peut sans doute lire dans la place du climat dans les premières époques de l’histoire la trace d’un climat qui relève du réel ou de l’imaginaire et non du symbolique. « Ce climat qui les accablait ou les comblait, écrit E. Le Roy Ladurie à propos des paysans, ils n’ont pas songé systématiquement à nous en donner la chronique rigoureuse et suivie » (1983 : 30). L’histoire politique ancienne du climat se lit ainsi dans l’histoire de l’agriculture et des prescriptions qui font d’elle un champ politique d’institutions, de normes et de représentations.

3Les transports, les déplacements, en particulier la navigation, constituent l’autre champ d’activité sociale soumis étroitement aux contraintes et aux exigences du climat. C’est la raison pour laquelle les intempéries et les accidents du climat ont nourri depuis toujours la construction de l’identité des héros par l’imaginaire politique. Le climat joue ainsi, depuis toujours, le rôle d’une forme d’épreuve à laquelle sont soumis les personnages des mythes et des récits politiques. Mais c’est aussi le climat qui oriente, en leur donnant une forme de légitimité, les choix politiques de l’aménagement ou de l’utilisation des territoires ou de la construction des réseaux. C’est ainsi que l’on peut lire, dans L’art de la guerre, de Sun Tzu : « Et c’est pourquoi je dis : Connaissez l’ennemi, connaissez-vous vous-même, votre victoire ne sera jamais menacée. Connaissez le terrain, connaissez les conditions météorologiques, votre victoire sera alors totale » (1972 : 176).

4Dans le champ de l’imaginaire politique, le discours religieux propose des formes d’idéalisation ou de divinisation du climat. Le climat représente, ainsi, la place du manque dans le champ politique. Le climat désigne ce sur quoi les hommes n’ont pas de prise, ce à quoi les hommes sont contraints de se plier. C’est ainsi que la figure du tonnerre, en particulier, va constituer l’un des attributs de la puissance divine, tant dans les mythes et les religions de l’Antiquité que dans les représentations de la divinité dans la religion judéo-chrétienne ou dans les différentes religions du monde. Cette idéalisation et le fait de faire partie de la puissance des dieux donnent au climat la dimension d’une limitation de l’expérience des hommes. Finalement, les logiques de l’imaginaire permettent de mieux comprendre les formes de représentation de la puissance reconnue au climat. C’est dans les mythes et les légendes des héros que les sociétés expriment la place du climat dans leur imaginaire politique et construisent, ainsi, des formes de modèle de la puissance et du pouvoir.

5Le XVIIIe siècle va proposer une autre représentation de la signification politique du climat. Ce moment de l’histoire représente un temps de rationalisation du politique, ce qui donne toute leur signification aux essais de théorisation, en particulier par Montesquieu, des incidences du climat sur les pratiques politiques et les modes d’organisation des pouvoirs. En fait, pour Montesquieu, l’importance politique du climat tient à ce qu’il fonde et structure le psychisme et, par conséquent, la sociabilité. « S’il est vrai, écrit-il, que le caractère de l’esprit et les passions du cœur soient extrêmement différents dans les divers climats, les lois doivent être relatives et à la différence de ces passions, et à la différence de ces caractères » (1748/1961 : 239). Finalement, le climat est invoqué, dans cette logique, comme une forme de détermination des sentiments et de la rationalité. La dimension politique du climat se fonde, dans une telle approche, sur l’apport qu’il représente dans la constitution du sujet du politique. Le climat structure la dimension singulière de la médiation politique en préparant son rapport au collectif ainsi qu’aux formes de l’appartenance et en le rendant intelligible.

6Dans la suite, le débat politique sur le climat s’est focalisé davantage sur les questions technologiques (incidences sur le climat de l’usage des technologies) dans une problématique de la faute et de la responsabilité et dans la perspective du développement durable. Le discours politique sur le climat porte, à partir du XIXe siècle en particulier, sur la dégradation de l’environnement liée aux excès de l’urbanisation et de l’industrialisation. Dans ces conditions, tandis que le problème politique du climat se pose, au XVIIIe siècle, du point de vue de la rationalisation du politique et propose une élucidation de la causalité qui fonde les systèmes politiques, il se déplace au XIXe siècle vers le champ des pathologies. La connaissance du climat n’est plus seulement une connaissance fondant la rationalité des régimes : elle est une médiation de résolution des crises et des pathologies sociales.

7C’est ainsi que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est fondé en 1988 pour, selon les termes de la mission qui le définit,

[…] évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique […] nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. C’est, ainsi, le concept de risque qui se trouve désormais au cœur de la problématique politique du climat (http://www.ipcc.ch/​home_languages_main_french.shtml#.UegoC1P9nAc).

8Ces déplacements de la place du climat dans le débat politique montrent qu’il s’agit, chaque fois, d’une instance de rationalisation politique d’une crise : le climat intervient pour rendre possible et pensable le débat sur la résolution du point significatif de la tension majeure caractérisant le fait politique de l’époque. C’est ce qui correspond à l’instance du réel, dans la tripartition entre le réel, le symbolique et l’imaginaire qui fonde les significations des logiques politiques et qui définit les modalités de leur interprétation. L’évolution des termes de la dimension politique du fait climatique exprime, en fait, les déplacements successifs de ce que représente le fait climatique dans le champ politique et les changements successifs du statut politique reconnu au climat.

Le climat comme approche politique particulière de l’espace

9La problématique du climat constitue une approche politique singulière de l’espace et un mode de rationalisation précis de la spatialité, en particulier liée à l’absence de frontière et à l’impossibilité de définir des territoires du climat. C’est toujours dans la problématique de l’espace que se posent les questions climatiques, de Montesquieu qui fonde sur le climat les rationalités d’une géopolitique en train de naître aux expressions proposées par le GIEC, qui situe sa vocation « à l’échelle du globe ». C’est que l’on peut, sans doute, reconnaître une première caractéristique de la spatialité climatique : elle échappe aux frontières, aux logiques nationales de l’identité des espaces politiques, elle s’inscrit dans une approche globalisée de l’espace politique, dans une logique mondialisée de l’espace. Sans doute peut-on observer une relation dialectique entre deux faits contemporains l’un de l’autre dans une sorte de synchronie assez significative. Le premier est la mondialisation des échanges économiques, des firmes, des entreprises et des capitaux, qui accompagne la mondialisation des logiques politiques, avec le développement des organisations internationales et de la dimension internationale des processus diplomatiques. Le second est la prise de conscience de la signification politique de faits d’environnement qui échappent, en quelque sorte par définition, aux logiques nationales et aux frontières. La reconnaissance de la dimension politique du fait climatique et l’inscription du climat dans les fondamentaux des stratégies et des projets politiques donnent toute sa consistance à cette approche de l’espace qui va au-delà des logiques territoriales, pour construire une rationalité de « l’espace long », comparable au « temps long » de Braudel.

10L’espace est conçu, dans de telles problématiques, comme un champ de force et de flux, éventuellement antagonistes, qui élaborent une approche dynamique de la spatialité. L’espace ne se pense plus, dans ces conditions, comme un ensemble de lieux qui permettent de situer des faits ou des acteurs : il est pensé comme un champ de confrontations de forces, et c’est cette confrontation qui donne du sens à la spatialité.

11Cette approche de l’espace du point de vue du champ de force, cette rationalisation de l’espace comme un ensemble de forces mises en œuvre les unes contre les autres — ou les unes par rapport aux autres — amènent à déplacer la question du climat. Au lieu d’être pensée comme une question neutre, ne servant qu’à élaborer des processus de causalité de phénomènes naturels et d’évolutions de la matérialité géographique de l’espace, une telle logique de l’espace comme champ de rapports de force fait du climat lui-même une dynamique de force et de confrontation. En servant à penser les rapports de force entre pays, entre régimes ou entre systèmes économiques et institutionnels, le climat devient un thème constitutif des identités politiques en présence les unes des autres dans ce qui devient, ainsi, un espace public transnational de débats et de confrontations. Dans le rapport du groupe d’experts qu’il animait, ainsi, M. Rocard revenait en ces termes sur le réchauffement climatique à propos de la suppression de la « taxe carbone » :

L’Occident ne doit jamais oublier qu’il lui appartient de changer profondément le modèle culturel et technologique qu’il offre au monde. La croissance légitime des émissions des pays émergents est plus forte que prévu. Dans un tel contexte, les efforts des pays « industrialisés » demeurent très insuffisants. La faible réduction des émissions observée en Europe depuis vingt ans est due, pour l’essentiel, au changement de mode d’énergie pour la production d’électricité, qui n’induit cependant aucun changement de la part de ceux qui l’utilisent, et à l’effondrement des économies de l’Est. (2009: 5)

12Ces propos permettent de bien situer l’enjeu politique de la question du climat. En effet, ils situent l’une par rapport à l’autre les trois confrontations qui structurent le débat politique sur la question du climat et qui permettent de prendre toute la mesure politique de sa signification. Comme dans d’autres cas, c’est parce qu’il est l’objet d’une confrontation constitutive d’identités politiques que le climat acquiert la dimension d’un objet politique.

13La première est la confrontation entre les pouvoirs nationaux et les formes internationales de gouvernance. Le climat est un ensemble de données et de processus qui échappent aux distinctions spatiales élaborées par les frontières nationales et à l’emprise des pouvoirs des États. Sans doute, d’ailleurs, est-ce justement la raison pour laquelle des penseurs comme Montesquieu font de lui un principe d’explication de la naissance des régimes politiques. Dans ces conditions, la compréhension et la maîtrise des évolutions du climat, leur prévisibilité, les possibilités d’action sur elles constituent des formes internationales ou transnationales de gouvernance et de pouvoir. C’est ainsi que la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (New York, 19 mai 1992) stipule, dans son préambule, que les parties sont « conscientes que le caractère planétaire des changements climatiques requiert des pays qu’ils coopèrent le plus possible et participent à une action internationale, efficace et appropriée, selon leurs responsabilités communes mais différenciées, leurs capacités respectives et leur situation sociale et économique ».

14La seconde confrontation constitutive de la dimension politique du climat oppose les logiques de prévention et de protection de l’environnement et les politiques libérales de développement économique et industriel. C’est ainsi que l’économiste Alain Quinet évoque les logiques qui ont entouré l’instauration de la « taxe carbone » (Le Monde, 1 août 2009) : « A la différence de l’objectif de 100 euros, le 32 euros n’est pas le résultat d’un travail purement « technique ». Il est déjà le fruit d’un compromis. Entre d’un côté, des experts engagés dans le domaine de l’environnement qui considèrent que, face au risque climatique, le principe de précaution doit pousser à commencer haut - vers 40 euros -, de l’autre, des partenaires économiques et sociaux, soucieux de rendre cette contribution acceptable ».

15Le débat sur le climat s’inscrit, en ce sens, dans le champ de la confrontation, déjà ancienne, entre les logiques industrielles et les logiques environnementales qui est à l’origine, précisément, de la construction de l’identité politique de l’écologie et de l’expression de l’engagement politique écologiste. Cette confrontation est la forme que revêt la critique de l’économie industrielle quand elle est mise en œuvre dans le champ de l’écologie. « La science et la technologie, écrit ainsi U. Beck, ne simplifient pas les débats sur les mondes techniques qui apparaissent. Au lieu d’éteindre les incendies politiques, ils versent sur les flammes l’huile des controverses éthiques, écologiques et politiques » (2003 : 208).

16La troisième confrontation à envisager se situe entre les acteurs politiques ainsi que les décideurs et les opinions publiques. En effet, le débat politique commence à s’établir et les identités politiques commencent à changer et à se déplacer quand le doute commence à s’imposer, quand les identités politiques cessent de pouvoir se fonder sur des adhésions franches à des vérités reconnues. C’est quand les opinions ne reposent plus sur des vérités que l’espace public cesse d’être un champ de croyances et d’engagements partagés pour devenir un champ de confrontation, de contestation et, au-delà, d’élaboration d’identités politiques conflictuelles. Alors, entre les pouvoirs et les opinions s’instaurent le doute et le débat qui donnent naissance à l’élaboration de la critique de la décision, à la construction des identités politiques de contestation et à la mise en œuvre de la critique des pouvoirs, des décideurs et des acteurs institutionnels. Quand le doute s’établit, quand les opinions cessent d’adhérer aux prescriptions des pouvoirs, alors, le climat devient un enjeu de débat public et structure les espaces politiques de contestation et de confrontation. On peut encore lire U. Beck sur ce point : « Il est nécessaire, écrit-il, d’élargir les sources de la légitimité de la domination politique : à la démocratie et à l’efficacité vient s’ajouter <la perception des menaces civilisationnelles que l’humanité fait peser sur elle-même> » (2003 : 459).

Le climat comme extension du champ des pouvoirs

17Dans la logique politique du climat, le point central est, sans doute, la relation du climat aux pouvoirs qui structurent l’espace politique. En fait, quatre pouvoirs sont, en particulier, confrontés à la question du climat qui leur donne une signification complexe et des enjeux multiples.

18Le premier pouvoir engagé dans la problématique du climat est le pouvoir de la prévision : il existe des articulations entre pouvoirs politiques et prévisions climatiques, et la prévision climatique contribue à l’élaboration d’une autorité politique des médias dans l’espace public. La prévision constitue depuis toujours l’une des dimensions de la relation du pouvoir au climat. C’est ainsi que les quotidiens ont, très tôt, affirmé leur importance sociale en proposant des prévisions météorologiques à côté des informations sur le politique ou la société. Mais le pouvoir de la prévision représente aussi un pouvoir plus strictement institutionnel et politique à partir du moment où la prévision météorologique est associée à la connaissance de l’espace et du temps qui caractérise les acteurs du pouvoir.

19On peut citer trois expressions du pouvoir de la prévision météorologique dans l’histoire. La première de ces expressions est sa mise en œuvre dans la gestion de la politique économique et dans les choix d’investissements des politiques publiques. En écrivant La cigale et la fourmi, au moment où se constituent, en France, les formes durables de la centralisation du pouvoir, La Fontaine propose une représentation allégorique du rôle de la prévision dans les politiques économiques publiques, montrant ainsi que la question est présente dans le débat public dès cette époque. La seconde expression du pouvoir de la prévision météorologique est la mise en œuvre de la prévision du climat dans la conduite de la guerre. La connaissance du climat et la capacité de prévoir les événements ainsi que les évolutions climatiques sont des moyens de s’assurer la maîtrise du combat dans les guerres et les affrontements armés. Une autre forme de ce pouvoir de la prévision météorologique, enfin, est sa mise en œuvre dans les choix d’urbanisme, d’architecture et d’aménagement de l’espace. La prévision climatique constitue l’une des formes du pouvoir urbain, car elle permet aux acteurs qui en sont capables de s’assurer la maîtrise du pouvoir sur la ville dans le temps long, dans une certaine pérennité de leur mandat et de leur statut politique. La prévision du climat et la capacité d’en tenir compte dans l’aménagement de l’espace constituent, ainsi, un mode majeur d’expression du pouvoir dans l’espace urbain.

20Le deuxième pouvoir lié au climat est celui de la norme. L’expertise sur le climat s’engage dans l’élaboration de normes politiques d’acceptabilité et d’inacceptabilité des situations climatiques qui s’expriment, en particulier, dans les discours politiques et dans les logiques de planification. Le climat acquiert une dimension politique à partir du moment où s’instaure, à son propos, un système de normalisation, de jugement et d’acceptabilité. La fixation de normes d’acceptabilité et de prévisibilité est l’une des formes d’élaboration et de mise en œuvre d’un pouvoir dans le champ du climat, ne serait-ce que parce qu’un tel système de normes entraîne, de la part des pouvoirs, l’élaboration et la mise en œuvre de normes de pratiques sociales et la fixation de logiques de jugement dans le cas d’inobservation de ces normes. Le débat contemporain sur le réchauffement climatique représente une forme d’expression de telles normes, puisqu’on ne peut parler de réchauffement que dans le cas où la chaleur qui règne dans les espaces sociaux dépasse une certaine norme. C’est parce qu’en juin1988, la chaleur est considérée comme excessive, selon les normes en vigueur, par un météorologue, James Hansen, et qu’il est entendu par le Sénat des États-Unis, que le réchauffement devient une question politique et que les pouvoirs vont s’en emparer pour imposer des normes de vie et de pratiques sociales de l’espace.

21Le troisième pouvoir lié au climat est celui de la protection. Une politique du climat met en œuvre des politiques de prévoyance et de protection qui constituent autant de formes de visibilité de la puissance publique et de manifestations de sa présence et de son existence. L’efficacité de ces mesures peut fonder l’adhésion des publics aux politiques ainsi engagées et aux institutions qui les conçoivent. Par ailleurs, l’efficacité de telles mesures peut constituer un critère d’évaluation des politiques mises en œuvre, en particulier dans la durée et le temps long. La protection climatique a toujours constitué l’un des attributs reconnus à la puissance publique et l’une des médiations de légitimation du fait institutionnel.

22La protection climatique constitue un mode d’exercice du pouvoir pour deux raisons qui permettent de mieux en comprendre la signification politique. D’abord, elle implique, de la part de l’acteur qui la met en œuvre, à la fois une capacité d’observation et d’analyse de la situation, qui se manifeste par le grand nombre d’institutions de prévision météorologique constituées dans tous les pays, et une appréciation juste des nécessités qui s’imposent aux populations. Ensuite, les accidents climatiques qui requièrent l’intervention de la puissance publique constituent des occasions de manifestation d’une forme de besoin de la part des populations qui fonde leur adhésion aux logiques institutionnelles et leur considération des acteurs du pouvoir. Finalement, la protection climatique représente, dans les situations d’urgence, une forme d’expression des pouvoirs dans la vie singulière des populations et dans les lieux ordinaires de la sociabilité et de l’espace public. La protection climatique fonde la légitimité des pouvoirs sur l’urgence qui s’impose aux États et aux sociétés politiques.

23Dans le temps long, la notion de protection prend un autre nom : celui de prévention. La prévention est la politique qui consiste à empêcher, dans le long terme, la survenue d’accidents climatiques. Elle va manifester les pouvoirs des acteurs institutionnels dans le temps long de la vie sociale, et elle concourt à inscrire le politique dans la dialectique du temps long et du temps court, constitutive de la signification politique de la temporalité. Mais la prévention climatique a une autre dimension politique : elle est un objet d’évaluation — et, donc, de débat public —, en particulier dans les situations dans lesquelles elle est mise à l’épreuve. C’est ainsi, par exemple, que lors de la survenue de la tempête Xinthia, en Charente, en mars 2010, l’insuffisance de la prévention avait été critiquée, ce qui avait instauré un débat politique. L’Institut français des formateurs aux risques majeurs et à la protection de l’environnement (IFFO-RME) a, ainsi, selon sa présidente, la mission de « produire de l’information préventive afin d’éviter des réactions inadéquates ».

24Le quatrième pouvoir qui apparaît dans le politique est celui de la contrainte : des contraintes peuvent être imposées aux acteurs, aux décideurs ou aux pays, pour leur faire respecter des normes climatiques. Des sanctions peuvent être prises par certains acteurs de pouvoir en cas de dérèglements climatiques provoqués par des acteurs politiques ou économiques. La contrainte en matière climatique s’inscrit dans le même champ que l’ensemble des contraintes et des sanctions qui peuvent être imposées dans le champ de l’environnement et de l’écologie politique et qui définissent ce que l’on peut appeler la « puissance politique écologique ». La contrainte climatique fait aussi partie d’une forme de volontarisme politique des décideurs et des pouvoirs, et articule, en quelque sorte, l’éthique et le politique dans l’élaboration d’une forme de justice climatique.

25D’une manière générale, on peut remarquer une reconfiguration du champ des pouvoirs liée au développement des avoirs sur le climat. Sans doute les nécessités de la gestion et de la régulation des espaces sociaux sous la contrainte du climat et de ce que l’on a convenu d’appeler « le changement climatique » sont-elles de nature à déplacer et à reformuler l’ensemble des pouvoirs politiques et l’étendue de leurs compétences et de leur application. Par ailleurs, on peut noter l’apparition de nouveaux pouvoirs et l’affirmation, liée aux politiques des climats, de pouvoirs nouveaux, en particulier locaux ou supranationaux. L’apparition de nouvelles institutions comme le GIEC est une illustration de l’instauration de ces nouveaux pouvoirs.

Le climat, la diplomatie et la géopolitique

26Mais cette inscription du climat dans le champ politique et cette reconnaissance de la signification politique du climat s’inscrivent aussi dans une géopolitique. Ce n’est pas seulement dans le champ national que se pense la signification politique du climat : c’est aussi à l’échelle internationale. On peut parler d’une géopolitique du climat. Une problématisation internationale des questions climatiques fait apparaître l’existence de logiques climatiques communes à plusieurs pays et met en œuvre l’organisation de nouveaux espaces climatiques transnationaux. C’est dans ces conditions que naît le GIEC, forme contemporaine d’institutionnalisation internationale de la question climatique. Le GIEC marque une limitation des pouvoirs nationaux par la reconnaissance à la fois de la nécessité d’une concertation entre les pays (le GIEC désigne une institution d’échanges et de concertation) et de la nécessité d’une institutionnalisation de la dimension climatique, puisque le GIEC désigne une institution pérenne.

27Cette dimension géopolitique de la question climatique a deux significations. D’une part, elle exprime le constat selon lequel le climat s’inscrit dans une logique qui, comme tout processus en partie naturel, échappe aux frontières et aux identités territoriales et, d’autre part, elle exprime le fait que le climat représente, comme toute instance géopolitique, une forme de limitation des pouvoirs nationaux et des identités politiques définies dans le cadre des approches nationales.

28Dans ce cadre géopolitique, le développement des politiques climatiques donne lieu à l’élaboration de toute une diplomatie singulière, à la mise en œuvre de procédures de négociation et à une véritable économie politique du climat, en particulier dans l’articulation aux problèmes environnementaux, comme la production de CO2 ou la problématique internationale du réchauffement. Des conférences internationales, à Poznan, puis à Copenhague, ont manifesté dans l’espace public international cette activité diplomatique de négociation et de concertation autour de la question climatique. C’est ainsi que l’établissement de normes climatiques ou la concertation sur les incidences de la vie sociale sur le climat sont l’objet de négociations et d’échanges diplomatiques qui montrent que le climat est devenu un enjeu de la diplomatie, comme l’a été peu à peu l’ensemble des problèmes liés à l’environnement et au cadre de vie.

29Cette activité diplomatique met en œuvre des procédures de négociation et de confrontation entre acteurs et entre pouvoirs qui conduisent à la reconnaissance d’une limitation de souveraineté liée au climat et à l’élaboration d’une forme de supranationalité climatique dans la reconnaissance de nouvelles compétences aux organisations internationales. En effet, il se produit un double mouvement. D’une part, les autorités et les pouvoirs des pays reconnaissent, dans le cadre de ces négociations, une dimension diplomatique et transnationale à la question climatique. D’autre part, dans le même temps, et par une forme de signification politique dialectique, cette reconnaissance même signifie que le climat est devenu un enjeu d’exercice de pouvoir. S’il y a lieu de limiter le pouvoir des États en matière climatique, c’est aussi parce que ces pays s’étaient fait reconnaître une autorité et un pouvoir dans le champ du climat et de la régulation des évolutions du climat.

30Les questions climatiques font apparaître de nouveaux questionnements politiques internationaux du point de vue de la solidarité transnationale. En effet, les processus climatiques échappent aux frontières territoriales et, dans ces conditions, ils constituent un objet pour les formes et les logiques nouvelles de la diplomatie et de la relation entre les États. Par une forme de déplacement des enjeux et des logiques de la géopolitique, le climat est désormais l’objet de ce que l’on pourrait appeler une « géoclimatologie politique », ou d’une « géopolitique du climat ». Ce n’est plus dans le cadre national que se pense la politique du climat, c’est bien dans le cadre d’une concertation internationale, de nature à faire apparaître de nouveaux rapports de force et de nouvelles solidarités, de nouvelles alliances et de nouveaux antagonismes.

31Cela donne toute sa signification à l’articulation contemporaine, sur le plan géopolitique, entre causalité et responsabilité dans les relations entre les pays. En effet, cette dimension internationale de la politique climatique s’inscrit, comme un grand nombre de processus géopolitiques, dans des logiques de responsabilité. Le climat est un champ dans lequel on peut déterminer et évaluer des processus engagés et mis en œuvre par des États, et dans lequel, par conséquent, on peut reconnaître des responsabilités dans les processus de dégradation climatique qui frappent le monde.

32L’intervention de l’ONU dans le domaine du climat marque, ainsi, l’internationalisation de la dimension politique de la question climatique. La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, élaborée en 1992, exprime cette institutionnalisation de la dimension internationale de la question climatique. « Les décisions concernant les politiques d’ordre macroéconomique ou autre qui semblent sans rapport avec les changements climatiques peuvent avoir une incidence notable sur les taux d’émission » (GIEC, 2007 : 83). Ce texte situe bien la question climatique à la fois dans le champ de la négociation et de la concertation internationales, dans le cadre de l’ONU, dans le champ des responsabilités des États et dans une articulation aux logiques économiques et aux capacités des pays.

33En fait, cette convention de l’ONU situe la question climatique à la fois dans le champ de l’internationalisation, faisant du climat un objet de plus de la concertation internationale, après la guerre ou la décolonisation, et dans le champ de la dialectique entre le temps long et le temps court, puisqu’elle inscrit le débat sur le climat dans le champ des changements climatiques. C’est parce qu’il y a changement, c’est-à-dire processus et articulation entre le temps des événements, des acteurs et des pouvoirs et le temps des évolutions de la nature et des paysages, que les institutions comme l’ONU s’emparent, ainsi, de la question du climat et lui donnent une dimension internationale. En effet, la question climatique s’inscrit, ainsi, dans le champ d’une concertation institutionnalisée et pérennisée entre les pays de nature à concevoir et à mettre en œuvre « une action internationale, efficace et appropriée », pour reprendre les termes mêmes de la Convention des Nations Unies.

La diplomatie, la négociation et le débat public

34L’expression sans doute la plus forte, aujourd’hui, de la reconnaissance d’une signification politique du climat est la construction d’un véritable espace politique de négociation et de débat autour des questions climatiques. C’est en suscitant des conférences et des négociations internationales que le climat, comme l’agriculture en d’autres temps, fait naître une nouvelle approche de l’espace sur le plan politique et fait de lui l’enjeu de nouvelles logiques de pouvoir et de relation entre les pays.

35On peut lire, ainsi, dans Le Monde des 8-9 novembre 2009, cet extrait d’un article de H. Kempf intitulé « Les négociations en vue d’un nouveau traité devraient se poursuivre au-delà de la conférence de Copenhague » :

IL N’Y AURA sans doute pas de protocole de Copenhague. La perspective que soit signé, en décembre, un traité aussi complet que le protocole de Kyoto s’est évanouie à Barcelone, où s’est achevée, vendredi 6 novembre, une session de préparation de la conférence de Copenhague sur le climat.

Le pessimisme s’est imposé en raison de l’incapacité des pays développés à mettre clairement sur la table le type d’engagements qu’ils étaient prêts à prendre. Les pays africains ont même quitté temporairement la table des négociations, afin de signifier leur mécontentement devant l’absence d’engagements chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre des pays du Nord.

36On peut lire également, dans Le Monde des 9-10 octobre 2011, sous la signature de L. Caramel (2011), quelques lignes sur l’issue de négociations organisées à Panama :

Les négociations toujours dans l’impasse à deux mois de Durban.

La dernière session de négociations sur le climat avant la conférence de Durban, fin novembre, s’est achevée, vendredi 7 octobre à Panama, sur des avancées techniques, mais sans solution concernant l’après-protocole de Kyoto. La prorogation du protocole — qui expire fin 2012 — par une seconde période d’engagement des pays industrialisés à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre a, une nouvelle fois, été réclamée par les pays en développement. Si les Européens restent ouverts, le Japon continue d’y être opposé. Il ne serait cependant plus hostile à des solutions permettant d’assurer la continuité des instruments du protocole. De leur côté, les États-Unis lient toujours tout engagement contraignant de leur part à une démarche similaire des pays en développement. La négociation est maintenant entre les mains des politiques, qui devront tenter de trouver un compromis à Durban. D’ici là, une rencontre ministérielle est prévue à Stellenbosch (Afrique du Sud), les 20 et 21 octobre.

37Ces lignes sont intéressantes à plusieurs titres, parce qu’elles mettent en évidence trois aspects de la dimension politique du climat. D’abord, il s’agit de l’organisation même d’une négociation. L’usage de termes comme protocole, session de négociations, histoire d’un compromis situe la question du climat dans le champ des pratiques habituellement reconnues comme pratiques diplomatiques. Le climat fait ainsi partie de l’un des domaines contemporains de la diplomatie. Ensuite, le texte montre l’établissement d’un rapport de force entre puissances — en l’occurrence, il s’agit de la confrontation entre le Japon et les pays européens et de la confrontation entre les pays du Nord et ceux du Sud, illustrée par « le départ des pays africains de la table des négociations » ou par la confrontation entre les États-Unis et les pays en développement. Enfin, le climat apparaît ici comme l’un des enjeux des logiques contemporaines de la « gouvernance », puisqu’il s’agit de l’un des aspects possibles d’un « engagement » des pays industrialisés et d’une symétrie, ou d’un équilibre, entre engagement et « contraintes » des pays du Nord et de ceux du Sud.

38Cette dimension de négociation et de confrontation s’articule, dans le champ du climat, à l’institution d’un débat public dont les questions climatiques deviennent l’enjeu. La reconnaissance du climat comme une question de débat et de discussion dans l’espace public, en dehors du fait qu’elle est illustrée par la présence de nombreuses informations dans les médias, est illustrée par de nombreuses tribunes et de nombreuses prises de position qui illustrent la construction de véritables identités politiques dont l’enjeu est la position des acteurs dans le débat public. C’est ainsi dans cette problématique que, dans Le Monde du 21 septembre 2007, N. Stern et L. Tubiana parleront d’un « new deal » sur le climat, en évoquant « l’urgence de l’action et d’un engagement collectif » et en parlant, dans les relations entre pays industrialisés et pays en développement, de « l’élaboration d’un partenariat sur un nouveau modèle de développement ».

39On peut lire aussi, dans Le Monde des 2-3 octobre 2011, un éditorial, forme discursive par laquelle un journal prend position en intervenant dans le débat en tant qu’acteur. Cet éditorial évoque « l’histoire d’une négociation oubliée » en exprimant une appréciation, une évaluation, de la situation. C’est ainsi, par l’expression de jugements de valeur, que le climat devient un enjeu de débat, que l’énonciation du discours sur le climat prend, dans l’espace public, la forme d’échanges de positions différentes, affirmant des identités dans la confrontation.

40De cette façon, Le Monde publie, dans son édition des 11 et 12 septembre 2011, un article de S. Foucart intitulé « Trouver le responsable des calamités météorologiques », dans lequel l’auteur montre comment les recherches scientifiques sont invoquées dans le débat à l’appui de positions pour les légitimer et pour leur donner la caution de l’autorité de chercheurs. Le climat acquiert, ainsi, une dimension politique dans la mesure où, dans le débat, les discours des chercheurs deviennent des arguments, acquièrent une force politique en tant que discours d’autorité et de légitimation.

41C’est, enfin, dans ce champ que « les variations climatiques » se voient reconnaître un rôle dans « le déclenchement de conflits ». Dans un article publié dans Le Monde du 26 août 2011, H. Kempf écrit : « Les chercheurs n’attribuent pas la cause des conflits à El Niño, mais estiment qu’il pourrait aggraver les situations politico-économiques déjà instables. Des sociétés dépendant fortement de l’agriculture et présentant un faible revenu semblent ainsi plus dépendantes des perturbations météorologiques. » On semble assister, ainsi, à un retour de la « théorie des climats » élaborée au XVIIIe siècle par des auteurs comme Montesquieu. C’est de cette façon que le climat va acquérir la dimension politique essentielle d’un enjeu de la confrontation fondamentale entre la logique de la causalité et celle de la signification.

Le climat et le temps politique

42La médiation politique de la temporalité est la double articulation du temps singulier et du temps collectif et du temps court et du temps long. La temporalité se constitue en médiation politique à partir du moment où elle articule le temps de l’expérience propre du sujet, de la singularité de son expérience personnelle, et le temps des institutions, des appartenances et des systèmes sociaux, qui représentent la dimension collective du temps. Mais cette médiation entre la part singulière du temps et sa part collective s’articule à une autre médiation, entre deux horizons de la temporalité, entre deux échelles. Le temps court est celui qui se mesure à l’échelle de la mémoire du sujet ; il s’agit du temps de la journée, des dates, de la succession des différents moments qui scandent l’expérience singulière du sujet. Le temps long est celui dont le sujet n’a pas l’expérience, mais dont il ne peut avoir qu’un savoir ; il s’agit du temps des évolutions lentes, dont les manifestations ne sont qu’indirectement présentes dans l’espace public. Le temps long est un temps qui permet de comprendre les évolutions et de leur donner du sens, mais il échappe aux observations et aux pratiques immédiates des acteurs. Il s’agit du temps des institutions, et non de celui des acteurs.

43La figure du climat est présente dans ces différentes dimensions de la temporalité. D’abord, le temps politique court est celui de l’expérience du climat dans les modalités courtes de la vie sociale. Il s’agit, par exemple, des contraintes que le temps qu’il fait peut faire peser sur la vie des institutions. La neige empêche les personnes d’aller travailler, le froid et le chaud imposent des contraintes singulières en matière d’habillement et, au-delà, en matière de conception des vêtements et de la mode vestimentaire. Mais il existe aussi des événements climatiques qui ont des incidences sur la vie sociale dans le temps court. C’est ainsi que la tempête Xynthia ou les tsunamis, survenus en 2010, ont eu des incidences à la fois sur les habitations et sur la vie institutionnelle. Le président du conseil général de Vendée demande par exemple (« TempêteXinthia : après le deuil, la polémique », Lemonde.fr, 7 mars 2010) que de nouvelles normes soient observées dans la reconstruction des habitations, tandis que des polémiques surviennent autour des modalités de la construction des habitations. « Une récente étude de la direction départementale de l’Équipement (DDE), écrit ainsi Le Monde, précisait que cette commune était construite sur de vastes espaces gagnés sur la mer, ne tenant pas compte de la mémoire du risque. » Les événements climatiques sont ainsi des occasions au cours desquelles les débats politiques se reformulent, les décisions et les actes des pouvoirs sont mis en cause, ce qui est la caractéristique de la dimension proprement politique des débats publics. C’est dans le temps court qu’a lieu le débat, c’est dans la prise en considération de l’événement dans l’immédiateté de sa violence que s’inscrit la dimension politique de l’événement climatique. C’est dans le temps court que le climat met à l’épreuve les logiques et les pratiques de l’exercice des pouvoirs. On retrouve, ici, à propos des événements climatiques ce que l’on peut donner comme définition du temps court en politique : il s’agit du temps de la confrontation des pouvoirs au réel de la mise à l’épreuve de leurs limites et de leur exercice effectif par les acteurs qui en sont porteurs.

44La distinction entre le temps court et le temps long reprend, en quelque sorte, la distinction proposée par Carl Schmitt entre le pouvoir des normes et celui des hommes : le temps long désignant le temps du pouvoir des normes et le temps court, celui du pouvoir des hommes. « L’expression que ce ne sont pas des hommes, mais des normes et des lois qui doivent dominer et <être souveraines> est très ancienne », écrit-il (1989/1993 : 136), proposant, ainsi, une distinction entre le temps de « l’être », qui est celui de l’expérience, et, en l’occurrence, de l’expérience politique des pouvoirs et des institutions, et le temps du « pur devoir-être », dit-il, en termes hégéliens. La question du climat peut se poser, du point de vue politique, dans cette articulation, puisque le politique peut instaurer des normes pérennes, relevant du temps long, de nature à réguler et à structurer les pratiques sociales dans le temps court des événements. D’un côté, il existe des normes permettant de comprendre les événements et, en particulier, les événements violents comme les catastrophes, en les inscrivant dans les évolutions lentes des sociétés et des espaces sociaux et dans les savoirs disponibles sur le climat. De l’autre, il existe des événements relevant de l’expérience des personnes, impliquant les acteurs et les pouvoirs dans le quotidien des accidents et dans le temps politique des décisions sur l’espace et ses aménagements.

45Le temps long, pour reprendre les propos de Schmitt, c’est donc le temps des normes. Il s’agit de la prise en considération des dynamiques et des processus d’évolution et de transformation des logiques climatiques et leur articulation aux processus de transformation des modes de vie et des logiques d’aménagement et d’usage de l’espace. Le temps long désigne, finalement, le temps de la pérennisation des pratiques et des logiques stratégiques de l’espace public dans les logiques institutionnelles des identités. Il s’agit du temps dans lequel les faits politiques trouvent une signification en s’articulant aux identités, dans leur mémoire et dans leur imaginaire.

46C’est la raison pour laquelle il existe un temps long du climat. Celui-ci désigne, justement, le temps dans lequel le climat ne s’inscrit pas seulement dans une logique d’événements et dans des pratiques sociales liées aux accidents climatiques qui peuvent survenir, mais s’inscrit aussi dans les normes, pour reprendre les termes de Schmitt, c’est-à-dire dans les structures qui donnent du sens aux pratiques et aux faits du temps court en les confrontant à la mémoire et à l’imaginaire constitutifs des identités politiques. Le temps long du climat est le temps qui permet de penser la signification politique du climat en confrontant les événements qui se produisent à la mémoire des événements déjà survenus, mais aussi en confrontant la réalité des épreuves auxquelles les événements climatiques soumettent les hommes à la dimension symbolique de leur culture politique et à la dimension imaginaire de leurs projets de société.

47C’est dans le champ de ce temps long que peut s’élaborer et se penser le concept de changement climatique. En effet, ce concept désigne une dynamique par laquelle, au fil du temps social et du temps politique, les impératifs et les contraintes liés au climat se transforment et imposent de nouvelles formes de rationalité sociale et politique. Le changement climatique désigne le processus par lequel le climat, dans son évolution et dans ses dynamiques, structure de nouvelles identités politiques, déplace les logiques d’appartenance et d’adhésion, suscite de nouvelles conflictualités et de nouveaux rapports de force. Le concept de changement climatique désigne le processus au terme duquel les logiques d’intelligibilité et de rationalité de la signification du climat et les incidences de ses transformations s’imposent à la vie sociale et aux pratiques culturelles. Le changement climatique désigne le processus au cours duquel les évolutions du climat et de ses contraintes imposent un déplacement des modes de rationalité politique du climat. En 2007, dans son rapport de synthèse sur les changements climatiques, le GIEC propose, ainsi, des « résumés à l’intention des décideurs » qui articulent les impératifs du temps long de l’évolution du climat aux stratégies institutionnelles des acteurs politiques et des pouvoirs. On peut lire, par exemple, ceci : « Faire face aux changements climatiques suppose un processus itératif de gestion des risques qui prenne en considération les mesures d’atténuation comme les mesures d’adaptation et qui tienne compte des dommages et des avantages connexes, de la durabilité, de l’équité et de l’attitude à l’égard des risques. » (GIEC, 2007 : 22).

48Le « changement climatique » est une dynamique qui permet de penser la signification du temps long du climat en le distinguant, précisément, de la temporalité des acteurs et des pouvoirs qui se réfèrent à lui comme à une instance de légitimation dans l’élaboration et la mise en œuvre de leurs stratégies et des normes qu’ils imposent dans le cadre de l’exercice des pouvoirs dont ils sont porteurs. Mais on se rend compte aussi de la prise en considération de la dimension politique du changement climatique par la référence à « l’équité » et à « l’attitude à l’égard des risques », qui renvoient à des logiques politiques, et par la référence aux « décideurs », à qui le rapport est explicitement destiné.

49Par ailleurs, le temps politique défini par le climat est aussi le siège d’une médiation entre le singulier et le collectif. En effet, il articule le temps singulier, celui des pratiques individuelles des habitants des pays, et le temps collectif, celui des organisations, des institutions politiques, des industries, des activités économiques. Le rapport du GIEC que nous avons cité exprime cette articulation entre le temps singulier du climat et son temps collectif par trois références particulières. La première est la référence à la notion de risque. « On a davantage de raisons de penser, écrit-on dans le rapport du GIEC, que certains segments de la population deviennent plus vulnérables, notamment les pauvres et les personnes âgées, dans les pays en développement comme dans les pays développés » (GIEC, 2007 : 65). La seconde expression de la médiation au temps singulier est la référence à l’incertitude. La notion d’incertitude désigne les situations particulières dont la singularité se définit, justement, par le fait qu’elles échappent aux lois et aux régulations. Enfin, le rapport du GIEC se réfère à la singularité en proposant une typologie des incidences des changements climatiques, en particulier dans le domaine de la santé. En effet, la référence à la santé impose des données sur des faits singuliers, autour de la notion de risque et autour de la notion même de maladie.

Le climat et le développement durable

50La problématique du climat est l’une des formes que revêt le discours politique sur le développement durable dans l’expression de quatre formes de rationalité qui expriment le rapport au temps long dans une perspective économique de développement, d’activité et de croissance.

51D’une part, le climat est le champ de formulation de toute une thématique politique de l’articulation et de l’opposition entre temps long et temps court ainsi qu’entre immédiateté et pérennité des décisions et des pouvoirs. En articulant le climat à l’impératif du développement durable, les discours des médias et des acteurs politiques situent le climat dans une approche du temps long orientée vers l’avenir et la croissance. L’articulation entre le temps long et le temps court renvoie, en fait, dans le champ du discours sur le climat, à une autre articulation. Il s’agit de l’articulation entre la dimension proprement écologique et environnementale de l’habitat — qui articule le temps long et le temps court autour de la réflexion sur les évolutions géographiques des pays et des espaces — et la dimension économique des activités et des richesses — qui articule le temps long et le temps court autour de la réflexion sur les activités et leurs implications sur l’espace, l’aménagement et l’emploi. Finalement, l’articulation entre le temps long et le temps court donne au thème du climat le statut d’un thème situant le développement durable dans une perspective d’économie politique.

52D’autre part, la protection contre les événements climatiques susceptibles de dégrader l’environnement et la prise en considération du climat dans la conception des projets de futur des villes et des espaces sociaux sont instrumentalisées comme des données qui structurent les politiques de développement durable. Cette dimension de prévention est invoquée comme l’une des instances de légitimation des mesures prises dans ce domaine. C’est la thématique du risque qui donne, ici, une signification environnementale et géographique à l’articulation entre le climat et le développement durable. Le rapport du GIEC que nous avons cité évoque, sur ce point, des « politiques d’ordre macroéconomique » (GIEC, 2007 : 73). Cette référence à la macroéconomie exprimant, précisément, la dimension économique du temps long. Le climat constitue, en ce sens, l’un des champs du politique dans lesquels peut pleinement s’exprimer une ouverture des politiques publiques sur le temps long.

53Par ailleurs, le climat constitue un critère de recevabilité et d’acceptabilité dans le débat sur les politiques de développement durable. En fait, le climat joue ici le rôle d’une norme et s’inscrit dans une logique de valeurs, qui se situe à la fois dans le moment de la décision, en fondant une comparaison entre différents choix possibles, et dans le moment de l’évaluation, en fondant une évaluation des politiques effectivement mises en œuvre. Le climat est l’une des instances qui permettent d’aller au-delà des seuls critères de fonctionnalité et d’usage dans le choix des politiques de développement durable et de se situer, pour les choisir et les évaluer, par rapport à des critères prenant en considération des données qui semblent appartenir encore à l’imaginaire politique, puisqu’il s’agit de données sur le temps long impliquant des horizons de développement parfois lointains.

54Enfin, dans la problématique du développement durable, la protection contre les risques liés au climat est une instance de légitimation des décisions et des pouvoirs fondée sur le savoir et la compétence technique ainsi que sur le souci politique du temps long. C’est même, sans doute, la question climatique qui a pu constituer l’instance majeure de légitimation de la référence au développement durable dans les choix politiques. Si le développement durable est devenu un critère d’évaluation, de choix et d’évaluation des politiques publiques, c’est en raison de son incidence sur l’environnement et l’espace, et, en particulier, sur la question climatique. On peut citer, sur ce plan, deux références particulières dans des débats récents.

55La première est l’articulation du problème du réchauffement climatique et du problème de la consommation énergétique. En effet, si le thème du réchauffement est devenu urgent, c’est en grande partie parce que la réflexion sur ce point a été suscitée par l’exigence d’une réflexion sur la diminution de la consommation de l’énergie. À partir de ce moment-là, une réflexion critique devenait possible et nécessaire sur les prévisions de réchauffement dans le temps long, et, par conséquent, la réflexion sur le climat et son évolution rendait pensable l’articulation entre politiques de développement durable et politiques énergétiques.

56La deuxième articulation entre climat et développement durable se situe dans le champ des politiques urbaines. Le « changement climatique », c’est-à-dire l’articulation entre le temps long et la politique du climat, faisait ainsi partie explicitement des axes d’intervention du cinquième Forum mondial des villes organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’Habitat (ONU-Habitat) (Rio de Janeiro 22 au 26 mars 2010). C’est ainsi que New York se dote d’une task force lui permettant de réguler les effets du climat sur le long terme du développement urbain. Le climat est ainsi intégré aux politiques publiques de développement urbain comme l’une des menaces possibles qui justifient l’élaboration d’une politique de prévention et qui, ainsi, s’inscrivent dans le champ des déterminations qui permettent de comprendre les politiques urbaines et de leur donner une signification complexe.

57Dans un « appel » publié le 12 décembre 2009, 14 maires de grandes villes faisaient, ainsi, état d’une forme d’articulation entre la responsabilité des villes dans le changement climatique (au sens d’une dégradation du climat liée à la pollution urbaine) et un engagement « concret » de leur part dans des « plans climat » entendant atteindre des objectifs « exigeants » en matière de réduction des émissions contribuant au réchauffement climatique. C’est en ce sens que l’espace de la ville et les politiques urbaines constituent un champ d’élaboration et de mise en œuvre d’un débat public et d’une politique de développement reconnaissant le climat comme l’une des données justifiant leurs orientations et leur donnant une signification.

La violence climatique

58Comme tout fait politique — peut-être même est-ce ce qui le définit pleinement comme un fait politique —, le climat est l’objet d’une transgression des médiations, d’une interruption de sa mise en œuvre symbolique, d’une forme de violence. On peut observer la survenue d’une forme de violence dans les événements et les processus climatiques quand ceux-ci imposent une rupture du temps social en amenant des transformations de l’espace, en suscitant des changements de politique ou en provoquant des situations de chaos. « Deux jours après le puissant séisme qui a dévasté le Chili et détruit en grande partie la ville de Concepcion, à 500 km au sud de Santiago, écrit par exemple, Le Monde, la plupart des 220 000 habitants de la deuxième cité du pays vivent et dorment dans les rues jonchées de décombres ou sous des tentes de fortune qu’ils ont confectionnées eux-mêmes » (Legrand, 2010). Le climat impose des situations et des événements manifestant une véritable violence que subissent les personnes, atteintes dans leur corps, dans leur psychisme, dans leur situation matérielle et symbolique. Et, comme toute situation de violence, la violence climatique est de nature à défier les institutions et l’État. Cette disparition de l’État frappé par la violence des événements climatiques est ainsi exprimée par le premier ministre d’Haïti, après le séisme de 2010 :

La France, écrit G. Allix, propose la coopération décentralisée, dans laquelle des collectivités locales occidentales aident directement leurs homologues du Sud. Pour décentraliser, il faut déjà avoir un centre, tranche le premier ministre haïtien. Moi, je n’ai pas de ressources budgétaires et quasiment aucun contrôle sur les compétences normales d’un État: qu’est-ce que vous voulez que je decentralise? (Allix, 2010).

59On peut parler de violence climatique dans ces situations au cours desquelles s’instaure un véritable chaos dans l’espace public, qui fait disparaître les expressions de l’identité et de l’appartenance, les structures et les institutions du politique, les formes mêmes de la conscience du lien social.

60La violence climatique est, d’abord, une représentation des événements climatiques dans une forme d’anthropomorphisme, voire de « politomorphisme », les événements climatiques subis étant assimilés à des pratiques violentes. Parler de violence à propos du climat, c’est déjà, sans doute, inscrire le climat dans des logiques susceptibles d’interprétation et de formulation du point de vue politique. L’idée même de violence climatique est, en soi, porteuse, par la contradiction qu’elle exprime, d’une représentation des éléments climatiques sur le plan de la rationalité politique. On peut dire que cette analyse constitue en elle-même une intégration du climat au champ des concepts et des problématiques du politique.

61Mais, dans un deuxième temps, on peut observer que le climat est un champ dans lequel s’exercent de véritables violences écologiques, industrielles ou agricoles. La confrontation des sociétés aux impératifs du climat instaure des situations de violence que l’on peut désigner par le concept d’urgence climatique. Le concept d’urgence désigne, en effet, dans le champ politique, les situations dans lesquelles on est à la limite de la mise en œuvre du fait institutionnel, les situations de mise à l’épreuve du politique et de la société mêmes. L’urgence est une situation dans laquelle l’exercice des pouvoirs est à la fois nécessaire et limité, incontournable et impossible.

62Les situations climatiques extrêmes sont de nature à entrer dans les situations préparant les guerres. « Les fluctuations de température affectent directement l’agriculture et l’horticulture, exacerbent les désastres naturels, et peuvent influencer la virulence des maladies végétales, animales et humaines », expliquent David D. Zhang, de l’université de Hongkong, et ses collaborateurs (Kempf, 2010). « Dans les situations de stress écologique, poursuivent-ils, la guerre pourrait devenir le moyen ultime de redistribuer des ressources en diminution. ». Il s’agit, en quelque sorte, d’une violence indirecte, le climat faisant partie des situations considérées comme pouvant entraîner des guerres ou comme pouvant en donner une interprétation.

63Mais il existe une forme d’instrumentalisation du climat à des fins de violence. La guerre a, par ailleurs, élaboré des armes nouvelles, de nature à infliger des violences de forme naturelle ou environnementale pesant, en particulier, sur le climat ou suscitant des événements climatiques. La violence climatique désigne aussi les violences provoquées sur le climat dans les situations de guerre. L’usage de certaines armes est de nature à dégrader les situations climatiques et, ainsi, à entraîner des dommages du même ordre que ceux qui sont entraînés par les événements climatiques extrêmes sur les personnes, sur les cultures, sur les espaces. Les bombes ont, ainsi, pour effet de dégrader les situations climatiques des pays contre lesquels elles sont utilisées.

64Enfin, le climat est un champ dans lequel s’exercent des formes économiques de violence ou de transgression des relations de médiation entre les pays ou entre les acteurs politiques. Nous sommes ici dans le champ de ce que l’on a pu appeler de façon très générale « la guerre économique », cet ensemble de pratiques attaquant indirectement les pays en s’en prenant à leur situation économique, à leur activité de production, à leurs échanges. Les attaques dirigées en particulier contre les cultures sont des guerres climatiques car, comme les événements climatiques, elles entraînent, dans le temps long, une dégradation des sols et des espaces cultivés. Sans doute peut-on, de façon plus générale, donner le nom de « guerres climatiques » aux violences entraînant de façon durable une dégradation des atmosphères de vie, puisqu’il s’agit de processus dont la mise en œuvre, le déroulement et les conséquences sont du même ordre que ceux des dérèglements liés au climat et aux processus propres qui font partie des événements climatiques et météorologiques.

65Comme toute violence, la violence climatique peut ainsi caractériser aussi bien des situations individuelles, des dommages causés à des personnes, que des situations collectives, les conséquences de la violence frappant des pays tout entiers, comme en situation de guerre.

Le statut politique du climat dans l’espace public

66Ces expressions de violence liées au climat et aux situations de dérèglement climatique posent de façon un peu radicale la question du statut politique de la question climatique. Si le climat se voit ainsi reconnaître un statut politique, c’est parce qu’il est susceptible de transformer les espaces de vie et parce qu’il amène à se poser la question de l’espace politique, de ses structures et des processus qui le régulent ou qui, au contraire, lui portent atteinte. L’importance de la question du climat et sa reconnaissance comme question politique dans l’espace public peuvent s’apprécier, en particulier, par l’évaluation du statut qui lui est reconnu dans l’information et dans les médias, qui varie de la simple information pratique à l’information donnant lieu à un débat. En effet, les médias constituent un mode d’approche et d’appréciation des structures et des logiques de l’espace public et du débat politique.

67La rubrique « climat » des médias est d’abord destinée à donner des informations pratiques aux lecteurs. Elle relève de la dimension utilitaire des médias, et le climat n’est pas encore pensé comme un objet de débat. Les prévisions météorologiques sont proposées depuis toujours par les médias dans un but proprement pratique, sans comporter d’analyses et d’interprétations. L’autre dimension reconnue au climat est celle d’une information documentaire, et, en particulier, dans une perspective historique de confrontation entre des situations liées à des périodes différentes ou dans une perspective géographique de comparaison avec la situation d’autres pays. C’est ainsi que les médias proposent des informations sur les événements climatiques, mais le font dans une logique de documentation, voire, dans certains cas, dans une logique de sensationnalisme, les événements climatiques étant présentés comme des faits divers exceptionnels de nature à éveiller, comme tout fait divers, empathie et curiosité.

68On a pu assister à la naissance d’une information à caractère scientifique sur le climat, l’information sur le climat s’inscrivant dans la dimension didactique des médias, dans le cadre d’un projet culturel du même ordre que l’information scientifique, culturelle ou littéraire. La question climatique a été l’objet d’une reconnaissance et d’une appropriation par les médias au même titre que d’autres faits scientifiques, à mesure que l’écologie et la préoccupation de l’environnement prenaient une place de plus en plus importante dans l’espace public. En ce sens, la place du climat dans les médias ne peut se dissocier de la place de l’écologie dans l’espace public et de la diffusion des acquis, des questionnements et des méthodes faisant de l’écologie une science.

69Enfin, la question du climat relève d’une information médiatée de nature politique, à la fois en raison de l’implication des pouvoirs et des acteurs politiques, en raison de la visibilité d’une activité internationale liée au climat et en raison de la naissance d’une critique politique fondée sur la thématique du climat. Il se produit, ainsi, une forme de dialectique entre l’approfondissement des connaissances scientifiques sur le climat, dans le champ de l’écologie ou dans celui de la géographie, et l’élaboration d’une culture politique du climat, en particulier à mesure que l’engagement politique écologiste, prenant une place de plus en plus importante dans l’espace public, a introduit des questionnements et des objets nouveaux dans le débat public. Les analyses des processus climatiques ont, en particulier, donné lieu dans l’espace public, de la part de l’écologie, à un questionnement critique de plus en plus engagé à l’égard du libéralisme. C’est en ce sens que s’est instauré un débat critique sur les exigences et les implications de la notion de progrès, comportant, en particulier, une critique des pollutions de l’environnement et des dégradations du climat entraînées par le déploiement et la multiplication des activités industrielles. C’est parce que le climat fait ainsi l’objet d’un débat, par exemple autour de la notion de progrès, que s’instaure un débat à la fois politique et scientifique sur la critique de la science, opposée à sa mise en avant. Dans le domaine du climat comme dans beaucoup d’autres domaines, la science est invoquée comme argument destiné à légitimer des positions politiques exprimées dans le débat public et à en délégitimer d’autres.

Le climat et l’imaginaire politique

70Le climat s’institue comme thème politique d’expression et de représentation parce qu’il nourrit tout un imaginaire. Or, le politique ne se constitue pleinement que dans la mesure où, comme tous les champs de la vie sociale et de l’activité de représentation, d’information et de communication, à côté de l’instance de la contrainte (le réel) et de l’instance de la représentation (le symbolique), il comporte une instance de l’imaginaire. Le thème du climat nourrit tout un imaginaire politique, qui contribue à la construction de la signification des faits climatiques et de la rationalité de leur interprétation. Cet imaginaire politique du climat est, en particulier, élaboré selon cinq dimensions.

71D’abord, il s’agit des politiques du tourisme et de l’aménagement touristique, qui élaborent et exploitent les imaginaires climatiques associés à certains pays. On peut parler, sur ce plan, d’une rhétorique de l’imaginaire. Le climat et les représentations de la dimension climatique des pays et des séjours sont l’objet de représentations destinées à susciter le désir de leurs destinataires. La rhétorique de l’imaginaire climatique est de nature à faire du climat un thème porteur des arguments et des justifications destinés à entraîner des choix et des décisions.

72Ensuite, il s’agit d’un imaginaire de l’événement climatique, qui vient nourrir toute une culture de discours politiques d’inquiétude et toute une thématique de la responsabilité des pouvoirs et des acteurs politiques. L’historien J. Le Goff remarquait dans Le Monde : « L’écologie, la peur du réchauffement climatique engendrent des propos producteurs de transes et de cauchemars » (Le Goff, 2010). L’imaginaire politique va, en particulier, se fonder sur un ensemble de stratégies de valorisation ou, au contraire, de dévalorisation, d’inquiétude ou, au contraire, de plaisir, associant des évaluations à la référence aux sites et aux pays qui sont l’objet de la représentation. C’est une rhétorique de la valeur qui est ainsi construite, reposant sur les formes et sur les figures de l’imaginaire climatique.

73Le climat nourrit ainsi tout un imaginaire du risque dans le champ politique. Cet imaginaire du risque nourrit, d’ailleurs, toute une mythologie du climat dans l’histoire des imaginaires politiques. C’est ainsi que les dieux grecs étaient associés à des figures climatiques. Par exemple, Zeus ou Jupiter était associé à la foudre et à la figure de l’orage, dans la religion grecque et dans la religion romaine, tandis que, dans l’Ancien Testament, le paradis est représenté sous les traits d’un paysage éternellement situé dans un climat de douceur et de tempérance.

74L’imaginaire politique présent dans le débat sur le climat met aussi en scène la question du progrès. Le débat sur le climat s’inscrit dans les formes et dans les logiques du débat sur le progrès, selon que la préoccupation climatique constitue un atout ou, au contraire, un obstacle dans la relation des sociétés à l’imaginaire du progrès et aux valeurs qu’il implique. Sans doute peut-on dire que le débat sur le climat constitue l’un des enjeux du débat contemporain sur le progrès, en particulier autour des activités de nature à entraîner une amélioration ou, au contraire, une dégradation des situations climatiques. Tout un imaginaire s’est ainsi développé autour des dangers de certaines activités industrielles, dans la construction d’un imaginaire de la peur et de la menace, tandis que d’autres activités sont présentées, dans les discours d’imaginaire politique, comme étant de nature à améliorer les conditions climatiques.

75Enfin, l’imaginaire politique du climat vient féconder toute une rhétorique de la faute et de la culpabilité de certains acteurs et de certains pouvoirs dans les thématiques de l’imaginaire écologique et environnemental. Un imaginaire de la faute ou, au contraire, de la volonté et de la responsabilité est ainsi associé, dans l’imaginaire politique du climat, à certains acteurs et à certains processus historiques. C’est ainsi qu’un site comme Avaaz, animé par B. Winckler, met en œuvre toute une rhétorique destinée à désigner des responsables de la dégradation du climat. C’est également sur ce plan que se situe le discours de l’ancien vice-président des États-Unis, Al Gore, selon qui tout ne serait qu’affaire de volonté politique.

Nous sommes confrontés à une crise climatique qui a le caractère d’une urgence planétaire. Même si ces mots semblent terrifiants, ils sont malheureusement pertinents pour décrire la relation radicalement nouvelle qui s’est établie entre l’espèce humaine et l’écologie terrestre. Rien, dans notre expérience passée, ne nous prépare au défi auquel nous sommes maintenant confrontés, mais c’est un défi que nous devons surmonter. La bonne nouvelle est que nous avons tout ce qui est nécessaire pour résoudre la crise, si nous agissons rapidement. Ce qui manque peut-être, c’est la volonté politique. Mais en démocratie, la volonté politique est une ressource renouvelable, et le moyen de la renouveler est de diffuser la connaissance de cette situation auprès d’autant de personnes que possible (Gore, 2006).

Le climat et l’aménagement de l’espace

76Le climat constitue une référence par rapport à laquelle s’élaborent et se conçoivent les politiques d’aménagement de l’espace et d’aménagement du territoire, dans une problématique de prévention des risques et dans une problématique d’amélioration de la vie et de l’habitat. Le climat joue, en l’occurrence, le rôle d’une donnée d’intelligibilité de l’espace permettant de comprendre et de prévoir les évolutions de l’espace sur lequel portent les projets d’aménagement. C’est ainsi, en particulier, que les risques sismiques interviennent comme une référence dans l’aménagement des territoires concernés ou, au contraire, dans le réaménagement des espaces frappés.

77D’une manière plus générale, le climat constitue une instance de légitimation et de rationalisation des politiques d’aménagement. On peut envisager, en ce sens, l’élaboration d’un concept d’aménagement climatique de l’espace politique. De telles logiques d’aménagement de l’espace reconnaissent deux rôles à la connaissance du climat et de ses évolutions. D’une part, il s’agit d’une instance de légitimation et de justification des choix d’aménagement et, d’autre part, la connaissance du climat constitue un savoir destiné à l’amélioration des aménagements ou à la transformation des sites. Dans ces conditions, le climat devient l’une des catégories rendant raison de l’engagement des acteurs et des institutions de l’aménagement : il représente un réel susceptible de limiter les pouvoirs des acteurs et des institutions de l’aménagement du territoire.

78Instance réelle du politique, le climat, par les événements qu’il suscite, fait apparaître les implications des politiques d’aménagement de l’espace et, au-delà, leurs significations et les engagements politiques qu’elles expriment. C’est ainsi que les tempêtes survenues en Vendée en 2010 ont manifesté les insuffisances des politiques d’aménagement du littoral et les défauts de l’urbanisation inconsidérée qui a caractérisé l’absence de politique réellement concertée d’aménagement de l’espace dans cette région.

79En ce sens, le climat constitue une instance qui permet de comprendre les significations implicites ou non dites des politiques d’aménagement et des usages sociaux de l’espace. Les événements climatiques sont, ainsi, des circonstances réelles qui permettent de prendre la mesure des politiques et d’en interpréter des significations qui ne sont pas toujours sensibles en temps normal.

80C’est bien ainsi que le climat joue un rôle politique majeur en ce qu’il met, en quelque sorte, à l’épreuve la dimension sociale des espaces et des territoires. C’est l’autre raison pour laquelle le climat représente une instance réelle du politique manifestant les logiques d’exercice des pouvoirs et les logiques qui donnent du sens aux engagements des acteurs politiques.

81Le réchauffement climatique déplace la question politique de l’aménagement de l’espace social en inscrivant les politiques d’aménagement du territoire dans une temporalité nouvelle pour les choix politiques et l’exercice des pouvoirs : l’approche de la temporalité politique dans un temps long des processus planétaires. Les choix politiques ne se pensent plus, dans ce cas, dans l’espace et la temporalité des pouvoirs classiques des États ou des unions d’États, mais ils changent d’échelle, en s’inscrivant à l’échelle d’un espace et d’un temps planétaires, dont la connaissance et la rationalité sont ceux d’une climatologie indépendante des institutions politiques classiques. Sans doute la difficulté de l’articulation, dans les discours sur le réchauffement, entre les discours des décideurs, des pouvoirs et des politiques et les discours des experts tient-elle à cette différence d’échelle d’espace et de temps entre les deux types d’acteurs. C’est justement ce qui fait tout l’intérêt d’une réflexion sur la signification politique du climat : elle fait apparaître la spécificité de la signification du discours des politiques sur l’espace en la distinguant d’autres types de discours et de références.

Les apories et l’inconscient politique de la question du climat

82Pour finir, penchons-nous sur les apories de la question du climat, sur ce que la question vient faire apparaître comme impensés politiques. La notion d’urgence désigne une première forme de limitation des pouvoirs dans l’impossibilité de penser les événements climatiques en temps réel et dans la nécessité d’intervenir rapidement. Le recours à la thématique de l’urgence, la description des situations climatiques extrêmes comme des situations d’urgence sont des façons de faire apparaître l’impensé politique du climat. L’urgence révèle toujours un impensé politique. Le climat se caractérise par ailleurs, dans certains cas, par une imprévisibilité des événements qui constitue une autre forme d’aporie politique. L’imprévisibilité est la marque d’une incapacité des pouvoirs à se projeter dans le futur et à prendre des mesures de prévention. L’absence d’interprétation possible de certains événements ou de certaines situations climatiques conduit à la constitution d’une instance d’irrationalité climatique. Il y a une forme d’irrationalité politique du climat qui se manifeste, en particulier, dans les erreurs de gestion et de politique, comme celles qui ont pu être dénoncées à l’occasion de certaines catastrophes mal maîtrisées. Dans certains cas, c’est l’impossibilité d’une concertation et d’une « diplomatie du climat » qui constitue l’aporie politique du débat climatique. Pour s’inscrire pleinement dans une logique politique, le climat devrait, comme toutes les activités politiques, s’inscrire aussi dans une diplomatie et dans une internationalité. C’est le sens des récentes conférences internationales de Poznan et de Copenhague qui posent, à l’occasion de la réflexion et du débat sur le climat, le problème d’une limitation des pouvoirs nationaux et d’une régulation internationale.

83Sans doute convient-il d’aborder, in fine, la question d’une forme d’inconscient politique exprimé dans le discours sur le climat. Il s’agit d’une forme d’interprétation du discours politique, d’un champ particulier de la sémiotique politique, qu’il convient d’interroger. Cette dimension inconsciente pourrait, en particulier, se trouver exprimée dans quatre objets. D’abord, sans doute les logiques d’acteurs et de pouvoirs qui sont présentes dans les discours sur le climat sont-elles porteuses de conceptions inconscientes de la force, d’une certaine violence, caractéristiques de certaines identités politiques. Par ailleurs, l’inconscient politique est sans doute à l’œuvre dans l’énonciation de discours sur la sécurité ou l’insécurité, sur l’exposition à la nature, qui peuvent être mis en relation avec d’autres discours politiques se référant aux mêmes logiques. D’autre part, la thématique de « l’histoire naturelle du monde », qui se fonde en grande partie sur des approches relatives aux évolutions climatiques, s’inscrit, dans l’inconscient politique, dans une logique de la temporalité fondée sur le temps long, comme dans les mythes. Ce rapport particulier à la temporalité peut être l’objet d’une interprétation sur le plan de la psychanalyse politique. Enfin, l’articulation des logiques climatiques et des expressions religieuses de l’imaginaire politique peut, sans doute, être l’objet d’une interprétation sur le plan de l’inconscient, autour, en particulier, de la figure du père et de la figure de l’interdit.

Haut de page

Bibliographie

ALLIX, G. (2010), « Peut-on reconstruire Haïti ? », Le Monde, 31 mars.

BECK, U. (2003), Pouvoir et contre-pouvoir à l’heure de la mondialisation, traduit de l’anglais par A. DUTHOO, Paris, Flammarion, Coll. « Champs ».

CARAMEL, L. (2011), « Les négociations toujours dans l’impasse à deux mois de Durban », Le Monde, 9 octobre.

FOUCART, S. (2011), « Trouver le responsable des calamités météorologiques », Le Monde, 11 et 12 septembre.

GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) (2007), Changements climatiques 2007. Rapport de synthèse, sous la direction de Rajendra K. PACHUARI et de A. REISINGER, Genève, OMM et PNUE.

GORE, Al (2006), « La crise climatique menace l’avenir même de la civilisation », Le Monde, 12 octobre.

KEMPF, H. (2009), « Les négociations en vue d’un nouveau traité devraient se poursuivre au-delà de la conférence de Copenhague », Le Monde, 8-9 novembre.

KEMPF, H. (2010), « En Chine, les périodes froides ont coïncidé avec les guerres », Le Monde, 31 juillet.

KEMPF, H. (2011), « Les variations climatiques favoriseraient le déclenchement de conflits », Le Monde, 26 août.

LE GOFF, J. (2010), « Nous ne sommes plus au Moyen Âge », Le Monde, 14 mars.

LEGRAND, C. (2010), « Au Chili, les habitants de Concepcion vivent dans l’inquiétude et le chaos », Le Monde, 3 mars.

Le Monde (2011), Le climat, ou l’histoire d’une négociation oubliée, Éditorial, Le Monde, 2-3 octobre.

LE ROY LADURIE, E. (1983), Histoire du climat depuis l’an mil, deux volumes, Paris, Flammarion, Coll. « Champs ».

MONTESQUIEU (1748/1961), De l’esprit des lois, deux volumes, édité par G. Truc, Paris, Garnier, Coll. « Classiques Garnier ».

ROCARD, M. (dir.) (2009), Rapport de la conférence des experts et de la table ronde sur la contribution Climat et Énergie, Ministère de l’Écologie du Développement durable et la Mer et Ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, 28 juillet.

ROCARD, M. (2012), « La taxe carbone n’est pas une taxe bobo », Le Monde, 12 septembre.

SCHMITT, C. (1989/1993), Théorie de la constitution (1989), traduit de l’allemand par Lilyane Deroche, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Quadrige ».

STERN, N. et TUBIANA, L. (2007), « New deal pour le climat », Le Monde 21 septembre.

SUN TZU (1972), L’art de la guerre, traduit du chinois par F. WANG, Paris, Flammarion, Coll. « Champs ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lamizet, « Signification politique du climat », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 09 septembre 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/4324 ; DOI : 10.4000/communication.4324

Haut de page

Auteur

Bernard Lamizet

Bernard Lamizet est professeur à l’Institut d’études politiques de Lyon. Courriel : bernard.lamizet@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals