Navigation – Plan du site
Lectures

Éric DACHEUX et Daniel GOUJON (2011), Principes d’économie solidaire

Paris, Ellipses Marketing
Dominique Norbier
Référence(s) :

Éric DACHEUX et Daniel GOUJON (2011), Principes d’économie solidaire, Paris, Ellipses Marketing

Texte intégral

1Cet ouvrage se veut un outil pédagogique. Ce qu’il est, autant en ce qui a trait au fond qu’à la forme.

2Sur le fond, les auteurs entendent d’abord donner une définition de l’économie solidaire, puis montrer ses aspects économiques, politiques et symboliques, pour ensuite étudier sa capacité en tant que modèle apte à proposer des solutions pour sortir de la crise ou aller vers un développement durable. Cette démonstration est accompagnée d’une analyse de la diversité des activités économiques solidaires afin de proposer une classification.

3Sur la forme, la présence d’un glossaire regroupant les différents termes et concepts utilisés tout au long de l’ouvrage, celle d’un répertoire des initiatives solidaires citées mais aussi la présence tout au long de l’ouvrage d’encadrés détaillant différents théories et exemples d’activités solidaires ainsi que des résumés de chaque chapitre complètent cette visée pédagogique.

4L’ouvrage se divise en trois parties.

Aspect économique

5Une première partie est consacrée à l’aspect économique de l’économie solidaire. D’abord, on donne une définition, tâche difficile au vu du nombre et de la diversité des initiatives et projets que l’on peut rassembler sous cette appellation. Mais au-delà de cette définition, les auteurs cherchent également à accorder une place et un rôle à l’économie solidaire. Ce rôle diffère selon l’approche de l’économie adoptée : pratiques palliatives dans un système micro-économique ou pratiques alternatives et porteuses d’un modèle visant à remplacer le système existant, selon une approche macro-économique. Les auteurs, au terme de cette première partie, préfèrent une troisième voie dépassant la dichotomie entre individualisme méthodologique et holisme, celle du « relationalisme méthodologique » selon le terme du sociologue Pierre Corcuff. Les relations sociales sont mises au premier rang et l’économie solidaire peut alors se définir comme un ensemble d’initiatives citoyennes dont la finalité est de démocratiser l’économie : « créer des activités au service du lien social » (p. 7).

Aspect politique

6L’aspect politique de l’économie solidaire est le sujet de la deuxième partie, dans laquelle les auteurs veulent montrer sa « capacité à élargir et approfondir la démocratie » (p. 87).

7La démonstration se déroule sur trois chapitres. Dans un premier temps (chapitre 4), les auteurs définissent les concepts de démocratie et d’espace public et s’attardent sur la notion d’utopie et sur ses dimensions onirique (imaginer un ordre nouveau), politique (remettre en cause la fonction du régime actuel) et rationnelle (proposer une solution durable à partir des défaillances que la dimension politique a mises en évidence). Ce concept d’utopie est ensuite appliqué à l’économie solidaire, définie alors comme une utopie en acte (chapitre 5). Utopie, car face au désengagement des personnes qui se sentent exclues du système en place, face à l’impuissance des élites publiques à proposer un ordre autre, face de ce fait à une panne du symbolique, l’économie solidaire porte un projet alternatif de société (dimension onirique) et, tout en faisant une critique du système libéral (dimension politique), offre des solutions fondées sur des valeurs telles que la solidarité, la participation, la réciprocité (dimension rationnelle). En acte, car elle repose sur des initiatives concrètes dont le point commun est la création de lien social au sein d’une démocratie participative.

8Cependant, et afin de mesurer la capacité de l’économie solidaire à œuvrer dans ce sens, les auteurs ont besoin d’un outil qui leur permette de jauger et d’évaluer les pratiques de l’économie solidaire (chapitre 6). Adoptant une approche holiste, car il s’agit de rendre compte des activités de production, de répartition et de consommation, les auteurs vont utiliser le circuit économique. Ensuite, pour chacun de ces trois pôles, la valeur adaptative et la valeur alternative des initiatives solidaires concernées sont tour à tour évaluées selon deux axes, la coordination par le marché (la rentabilité, l’apport personnel, le prix) et l’intervention de l’État (respectivement dans la production, la répartition et la consommation).

9Cette analyse conduit les auteurs à faire un double constat. Si, d’une part, il faut bien se rendre à l’évidence que les initiatives solidaires sont peu homogènes, il faut néanmoins prendre acte que leur existence constitue des solutions de remplacement concrètes au système économique actuel. Seraient-elles alors les prémices d’une solution à la crise économique ?

Le bilan

10La troisième partie de l’ouvrage peut être vue comme un bilan dans le sens où est étudié l’effet de l’économie solidaire sur le plan européen (chapitre 7), puis mondial (chapitre 8) et que le dernier chapitre présente un état des critiques dont elle fait l’objet ainsi que de ses forces.

11À l’échelle européenne, il s’agit de la capacité de l’économie solidaire à proposer un projet politique alternatif, permettant de sortir du dualisme libéralisme/keynésianisme et de donner un nouvel élan au projet de construction européenne, selon les mots des auteurs « une utopie revendiquée qui réencastre l’économique dans le politique » (p. 153) au secours de « l’utopie pacifiste originelle du projet européen » (p. 165). Plus précisément, il s’agit d’inclure la société civile et la participation citoyenne aux côtés de l’État et du marché, c’est du moins l’hypothèse avancée par les auteurs.

12À l’échelle internationale, le bilan est mitigé, voire contradictoire. Certes, les expériences à l’international montrent un foisonnement d’initiatives solidaires, mais elles sont avant tout locales et leur effet se limite au territoire. Cependant, selon les auteurs, c’est surtout le modèle sous-jacent qui est à retenir, celui de la solidarité. En ce sens, ils avancent l’hypothèse d’une mondialisation de la solidarité (c’est-à-dire son expansion à l’échelle planétaire) contre la mondialisation financière (l’intégration à l’échelle mondiale des marchés).

13Pour chacun des maux de la mondialisation (affaiblissement du lien social, marchandisation croissante des activités, notamment des services, développement inégalitaire, captation du revenu global par le capital), les auteurs développent un argument, réponse de l’économie solidaire.

14En cela, ils présentent dans leur démonstration le projet utopique proposé par l’économie solidaire : la vision d’un projet de société, l’étude critique des faiblesses du système actuel, le rationalisme visant à y substituer des solutions dans le paradigme du nouveau modèle.

15Mais est-ce suffisant ? Se bat-on sur le même terrain ? Cette utopie en acte a-t-elle suffisamment de force, d’effet pour mener à bien cette œuvre ?

16Pour répondre à ces questions que le lecteur se pose à ce niveau de l’analyse, les auteurs terminent leur ouvrage par une revue des critiques faites à l’encontre de l’économie solidaire (tant internes qu’externes, théoriques et en pratique), mais également des forces qui lui permettraient de les surmonter.

17Dépassant les aspects théorique, analytique et descriptif de l’économie solidaire, les auteurs en font une troisième voie souhaitable, une piste pour sortir de la crise à la fois économique et politique perçue par eux comme une crise sociétale en manque de modèles alternatifs face à l’échec des modèles et des théories économiques dominants.

18Le lecteur pourra ou non adhérer au projet des auteurs. Mais, et c’est un autre mérite de la portée pédagogique de cet ouvrage, il sera amené à réfléchir, à s’interroger et à sortir du dualisme prédominant État/marché, libéralisme/interventionnisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Norbier, « Éric DACHEUX et Daniel GOUJON (2011), Principes d’économie solidaire », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 10 septembre 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/4341

Haut de page

Auteur

Dominique Norbier

Dominique Norbier est docteur en sciences économiques, à l’Université Nice Sophia Antipolis. Courriel : dominique.norbier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals