Navigation – Plan du site
Articles

L’élaboration du volet portant sur l’adaptation dans le Plan Climat de Paris 2007

Analyse et limite de la démarche participative
Guillaume Simonet

Résumés

L’article étudie l’évolution du traitement du thème de l’adaptation du territoire parisien aux impacts des changements climatiques. Guidé par les résultats des entretiens menés auprès des participants de l’atelier de travail responsable de traiter de ce thème, l’auteur procède à une analyse documentaire et organisationnelle. L’étude montre que l’atelier fut l’expression de plusieurs enjeux d’affaires urbains locaux et un révélateur de toute la complexité inhérente à l’opérationnalisation d’actions allant dans le sens d’une réduction des vulnérabilités du territoire parisien devant une évolution dans la variabilité climatique régionale.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la lignée des travaux de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les politiques climatiques locales portent désormais une attention croissante au volet « adaptation » (Van Aalst et al., 2008 ; Corfee-Morlot et Agrawala, 2004). Cet élan est soutenu par l’urgence du problème, lui-même conforté chaque année par de nouveaux résultats issus de modélisations climatiques ou de scénarios socioéconomiques à venir. Ainsi, l’idée d’une inéluctabilité de devoir adapter les systèmes humains à de nouvelles conditions climatiques, aussi bien en ce qui a trait à la durée, à la fréquence et à l’intensité des événements météorologiques extrêmes qu’aux changements graduels dans la variabilité climatique, se dessine peu à peu. Dans ce contexte, les sciences humaines et sociales, déjà à l’œuvre lors des premières évaluations d’impacts, sont amenées à se focaliser davantage sur l’adaptation (Stehr et Storch, 2005).

2En France, à la suite de l’adhésion à la CCNUCC (1992) et du premier Programme national de lutte contre le changement climatique (2000), la Mission interministérielle de l’effet de serre (MIES), l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) se sont associés pour élaborer le Plan Climat 2004 en huit points, parmi lesquels figurait l’adaptation aux changements climatiques. Ce plan incitait les collectivités à se doter d’un plan Climat Énergie Territorial, et l’agglomération grenobloise devint la première à lancer un plan Climat local en 2005 (Bertrand et Larrue, 2007) avant qu’une stratégie nationale d’adaptation au changement climatique soit publiée (2007). Ces initiatives furent renforcées par les conclusions du Grenelle de l’environnement traduites par la loi Grenelle I (adoptée le 23 juillet 2009), laquelle mentionne que « l’État incitera les régions, les départements et les communes et leurs groupements de plus de 50 000 habitants à établir, en cohérence avec les documents d’urbanisme et après concertation avec les autres autorités compétentes en matière d’énergie, de transport et de déchets, des <plans climat-énergie territoriaux> avant 2012 » (Journal officiel, 2009). Plus récemment, cette loi fut confirmée par la loi Grenelle II (promulguée le 12 juillet 2010) qui donne aux régions le pouvoir d’élaborer un schéma régional climat air énergie devant inclure une analyse de la vulnérabilité du territoire et un volet sur l’adaptation aux changements de la variabilité climatique régionale (Journal officiel, 2010).

3Ce survol de la rapide émergence du thème de l’adaptation sur le plan politique n’a cependant pas entraîné une mise en œuvre opérationnelle de stratégies de réduction de la vulnérabilité des territoires et des populations aux impacts climatiques appréhendés. En effet, il s’est rapidement avéré que l’adaptation aux changements climatiques se heurtait à des limites freinant sa mise en œuvre, comme le résument les conclusions du quatrième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC ou IPCC en anglais) : « Un large spectre d’options d’adaptation est disponible, mais il en est demandé beaucoup plus afin de réduire la vulnérabilité aux changements climatiques futurs. Il y a des barrières, limites et coûts, mais ils ne sont pas tous complètement connus » (IPCC, 2007). En dehors des barrières liées à la difficulté de définir l’adaptation aux changements climatiques, plusieurs autres obstacles sont pointés dans la littérature scientifique : Füssel (2007) associe les limites d’application au manque de volonté politique, Crabbé et Robin (2006) soulèvent le sous-financement et le manque d’expertise auxquels font face certaines institutions, tandis que Wilbanks et Sathaye (2007) pensent que l’absence d’estimation de coûts chiffrables aux gains apportés par d’éventuelles actions d’adaptation joue un rôle prépondérant. D’autres auteurs tels que Dessai et Hulme (2003) mettent en relief la difficulté de baser des décisions sur des résultats de projections climatiques effectuées par des modèles au haut degré d’incertitudes dans leurs calculs, pendant que Smit et Pilifosova (2003) insistent sur la nécessité d’un bon état des éléments constituant la capacité adaptative du système ciblé (conditions sociales, économiques, institutionnelles et technologiques ; bon fonctionnement des réseaux de communication) pour envisager des actions efficaces. Ajoutées à cela, les barrières institutionnelles sont pointées comme étant un frein majeur dans l’implantation de stratégies d’adaptation dans de nombreuses études de terrain, tout comme la difficulté de communication entre les scientifiques, les décideurs et la population (Kelly et Adger, 2000 ; Naess et al., 2005 ; O’Brien et al., 2004 ; Brewer, 2007). Enfin, certains auteurs mettent en avant la complexité des systèmes humains dans le succès ou l’échec d’élaboration et de mise en œuvre de politiques d’adaptation. Ainsi, plusieurs études mettent l’accent sur les barrières cognitives comme contraintes principales à l’élaboration d’actions d’adaptation ou dans le processus de mise en place, que ce soit à l’échelle de la population (Lorenzoni et al., 2007) ou à celle des décideurs et des institutions (Stedman, 2004 ; O’Riordan et Jordan, 1999), certaines études montrant même l’existence persistante d’un déni de la problématique au sein de certaines communautés (Norgaard, 2006) ou d’une frange de certaines populations (Lorenzoni et al., 2007). D’ailleurs, l’exemple du déni fait partie d’une large panoplie d’attitudes aux origines cognitives, mentales et psychologiques complexes, qui, selon Grothmann et Patt (2005), ne sont pas assez prises en considération en ce qui a trait à l’influence qu’elles peuvent avoir sur les politiques climatiques. Bazeman (2006) conclut que l’importance de tels facteurs « humains », qu’ils soient cognitifs, organisationnels ou politiques, laisse à penser que les changements climatiques risquent d’être perçus comme une « surprise prévisible ».

  • 1 Basé sur ce champ scientifique interdisciplinaire émergent, cet article présente les résultats d’un (...)

4Le choix de se concentrer sur le cas de Paris fut principalement motivé par le manque d’études alliant le thème de l’adaptation et les grands milieux urbains de pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (Gagnon-Lebrun et Agrawala, 2006), ainsi que par la notoriété internationale de la ville, son importance dans les marchés boursiers et économiques européens et sa densité de population et d’activités économiques, lesquels demeurent d’incontournables facteurs de vulnérabilité aux impacts des changements climatiques en cours et à venir (Wilbanks et al., 2007). Bien qu’ils soient propres au cas parisien, les résultats présentés ici1 ont pour objectif de participer à une meilleure lecture d’une réalité complexe en ce qui concerne l’action publique locale en matière de réduction de la vulnérabilité des territoires et des populations urbaines devant l’évolution actuelle de la variabilité climatique.

Présentation du cas d’étude

  • 2 « Lorsque j’ai proposé au Maire de Paris d’élaborer un plan de lutte contre le dérèglement climatiq (...)
  • 3 Ces 16 acteurs clés du territoire parisien viennent aussi bien du public que du privé.
  • 4 Le Groupe interne Climat regroupe les directions municipales des espaces verts, du logement, du pat (...)

5Bertrand Delanoë fut élu maire de Paris en mars 2001 (réélu en mars 2008) en bénéficiant d’un fort soutien électoral du parti des Verts. Cette teinte politique se traduisit par la mise en chantier de plusieurs plans et programmes environnementaux au cours du premier mandat (Agenda 21, Plan Climat, Plan de déplacements). En mars 2005, le Conseil de Paris autorisa le maire à signer la Charte d’Aalborg (signée le 23 mars 2007), marquant le lancement officiel de l’Agenda 21 de Paris. C’est en juin 2005 que l’équipe municipale décida d’élaborer son premier Plan Climat Territorial (adopté le 1er octobre 2007) qui, comme le Plan local d’urbanisme (adopté par le Conseil de Paris le 12 juin 2006) et le Plan de déplacements de Paris (adopté le 12 février 2007), s’intégrait dans l’Agenda 21. Proposé par l’élu Vert adjoint au maire chargé de l’environnement, de la propreté, des espaces verts et du traitement des déchets (Mairie de Paris, 2007b2), puis présenté au Conseil de Paris, le projet Plan Climat débuta alors que la fin de la première mandature s’amorçait. Techniquement, le projet fut piloté par le bureau de cet adjoint cité (nommé par la suite le « porteur politique »), associé au Service d’écologie urbaine de la Direction des espaces verts et de l’environnement de la ville (nommé par la suite le « porteur technique ») ainsi qu’à un bureau de consultants choisi sur appel d’offres (nommé par la suite le « maître d’œuvre »). S’inscrivant dans la continuité contextuelle législative et politique favorable à l’idée de participation démocratique (Blondiaux, 2004), il fut proposé qu’on tienne une consultation publique auprès des acteurs locaux afin qu’ils prennent part à l’élaboration du Plan Climat de Paris. Deux entités furent alors créées : le Club Climat, qui regroupe 16 des principaux acteurs économiques du territoire parisien3, et le Groupe interne Climat, constitué de 9 directions de la Ville de Paris4. Ces parties prenantes eurent la possibilité de participer aux débats entourant la caractérisation d’actions de lutte contre les changements climatiques et d’en discuter les conditions de mise en œuvre par des engagements dans le cadre de leurs activités. Entre juin et décembre 2006, la concertation citoyenne eut plusieurs occasions de s’exercer : contributions directes par Internet, participation aux conférences-débats données dans les mairies d’arrondissement volontaires et participation à des groupes de travail. Dans ce dernier cas, huit ateliers thématiques regroupèrent un éventail d’acteurs socioéconomiques parisiens sélectionnés par les organisateurs municipaux du Plan Climat de Paris parmi les candidatures issues du Club Climat pour le monde économique local, du Groupe interne Climat pour l’administration municipale et des inscriptions spontanées par Internet pour la société civile. Les comptes rendus finaux de ces huit ateliers constituèrent ainsi un livre blanc (paru en février 2007) à partir duquel fut élaboré le Plan Climat de Paris, Plan de lutte contre le réchauffement climatique 2007. Celui-ci fut présenté au Conseil de Paris le 1er octobre 2007 et, fait rare, voté à l’unanimité (Mairie de Paris, 2007c). Au cours de ce processus, le thème de l’adaptation aux changements climatiques fut principalement traité dans la réflexion collective qui eut lieu au sein d’un des huit ateliers de travail, l’atelier H, intitulé « Adaptation du territoire à l’évolution du climat ». C’est cet atelier H qui fut l’objet d’étude de la recherche doctorale dont les résultats partiels sont présentés dans cet article.

L’atelier H

6L’atelier H regroupa 30 personnes et se déroula sur 4 séances de 3 heures (13 h 30 à 16 h 30) en semaine (2 jeudis et 2 vendredis) entre le 19 octobre et le 15 décembre 2006. Basée sur l’idée de donner une légitimité à un groupe hétéroclite de participants représentatifs du milieu socioéconomique parisien, la participation aux ateliers de travail était ouverte aux personnes des quatre « collèges » créés pour le Plan Climat de Paris par les organisateurs, à savoir le collège des citoyens constitué sur la base du volontariat, le collège des personnalités qualifiées, le collège des représentants du Conseil de Paris et le collège regroupant des représentants du Club Climat et des représentants de l’administration du Groupe interne Climat de la Ville de Paris, dont nous avons détaillé la composition plus haut. Après une sélection effectuée par les organisateurs, qui réunirent ainsi des personnes d’origines professionnelles diverses (figure 1), les participants furent encouragés à s’exprimer en leur nom personnel au cours du processus par les responsables de l’exercice. Parmi ces participants, six personnes étaient présentes à titre d’observateurs en provenance des structures municipales organisatrices (porteur politique et porteur technique) ou de structures publiques liées au thème de travail. La présence de celles-ci faisait suite à l’invitation des structures municipales organisatrices. Selon les séances, ces observateurs suivaient le bon déroulement de l’atelier ou étaient appelés à intervenir à titre d’experts. Une personne employée par le maître d’œuvre (le bureau de consultants chargé de la réalisation générale du Plan Climat de Paris) était responsable de l’animation et de la modération de l’atelier pour en assurer le bon déroulement, guidée par une fiche de route déjà établie par le maître d’œuvre. Une personne du bureau de consultants se joignit à l’animateur lors d’une séance afin de l’aider dans son rôle.

Figure 1. Schématisation simplifiée des participants par catégories professionnelles de l’atelier H (n = 30)

Figure 1. Schématisation simplifiée des participants par catégories professionnelles de l’atelier H (n = 30)

Méthodologie

7Le chercheur interrogea chacun des participants afin de mieux cerner la teneur des discussions et des réflexions à la base du compte rendu final, lequel constitua le volet « adaptation aux changements climatiques » du Livre blanc, puis du Plan Climat de Paris 2007. L’approche retenue pour mieux cerner le fonctionnement a posteriori de l’atelier H s’est inspirée des préceptes de la grounded theory (Glaser et Strauss, 1967) et de l’analyse stratégique des organisations (Crozier et Friedberg, 1977).

La grounded theory

8La grounded theory ou « théorie enracinée » a été développée par Glaser et Strauss (1967) et se matérialise sur le terrain par une série de procédures systématiques pour développer des hypothèses de manière inductive dans l’objectif de dresser un portrait de la réalité rencontrée. Ainsi, à l’opposé du raisonnement déductif en attente de démonstration d’hypothèses bien établies au départ par le terrain, cette approche permet à partir d’une aire d’étude de laisser émerger des tendances, lesquelles sont amenées à se confirmer ou à se modifier au fil des entrevues et des réflexions qui en découlent. Cette approche met également l’accent sur la vie (personnelle ou professionnelle) des personnes, sur des attitudes ou des points de vue, mais aussi sur le fonctionnement de structures organisées, de mouvements sociaux ou de relations interpersonnelles (Strauss et Corbin, 1990). Ainsi, cet angle de recherche permet de mieux cerner l’univers de référence des répondants, en ce qui a trait aussi bien à la manière dont ils traduisent l’environnement dans lequel ils évoluent qu’à leurs manières d’entretenir des relations avec celui-ci ou encore aux dispositions cognitives à l’origine de leurs comportements. Dans notre cas, l’aire d’étude dans la recherche se limitait au contexte de l’exercice participatif à une politique d’adaptation aux changements climatiques intégrée à une politique climatique plus générale. Concrètement, la recherche se matérialisa par une série d’entretiens effectués de manière systématique à partir d’un guide d’entretien unique pour tous les répondants. Enfin, cette approche fut également choisie pour les complémentarités qu’elle présente avec l’analyse stratégique des organisations, utilisée dans l’objectif de cerner de manière plus précise le fonctionnement de structures organisées telles que les structures municipales, comme ce fut le cas dans cette recherche.

L’analyse stratégique des organisations

9Ainsi, la recherche s’est également concentrée sur l’analyse organisationnelle de l’atelier H afin de mieux comprendre les dynamiques en jeu au moment de l’élaboration du Plan Climat de Paris. L’objectif plus spécifique fut de cerner les enjeux d’ordre aussi bien personnel, professionnel, individuel que collectif, ayant pu influencer la réflexion sur l’adaptation aux changements climatiques au sein de l’atelier H. Pour ce faire, la recherche a utilisé l’analyse stratégique des organisations comme raisonnement d’étude (Crozier et Friedberg, 1977) en considérant l’atelier H comme un « système d’action concret », c’est-à-dire un construit humain dans lequel se sont structurées des relations de pouvoir afin d’avancer vers un « objectif commun », à la faveur des dimensions cognitives propres à chacun des participants, des interactions et des enjeux interpersonnels (figure 2). Si l’on se base sur le fait que le travail rationnel d’un groupe est influencé par les sentiments inconscients et les émotions de ses participants (Bernoux, 2009), les « dimensions cognitives » d’un participant renvoient ici à la faculté de compréhension de l’« adaptation aux changements climatiques » au moyen des représentations générées et de la mobilisation des savoirs et des connaissances acquises par ses compétences propres, ses aspects culturel et éducationnel ou encore par ses dispositions psychologiques ou émotionnelles. Le terme de représentation utilisé dans cet article renvoie à une réalité absente et reconstruite à partir des caractéristiques à la fois individuelles, sociales et du milieu (Depeau, 2006). Les « interactions » entre participants font référence à la dynamique de communication verbale et non verbale qui s’est créée entre deux ou plusieurs personnes ainsi qu’aux comportements et attitudes issus du « savoir-être » ou du « savoir-faire » qui ont été spontanément ou délibérément employés au cours des séances. En ce qui a trait aux « jeux de pouvoir » entendus dans cette étude, ils incluent les enjeux collectifs ou individuels, les contraintes auxquelles chaque participant a dû faire face, les ressources mobilisées ainsi que les stratégies employées pour atteindre les intérêts propres à chacun. Enfin, il est important de mentionner le côté « éphémère » (quatre séances) de ce construit humain étudié et sa part « d’artificialité » puisque les participants se sont retrouvés dans ce contexte particulier de démarche participative mise en place uniquement dans le cadre de l’élaboration du Plan Climat de Paris.

Figure 2. L’atelier H, un système d’action concret « éphémère »

Figure 2. L’atelier H, un système d’action concret « éphémère »

Le terrain

10Sur le terrain, la collecte de données fut effectuée par entretiens semi-dirigés (n = 21), enregistrés et intégralement retranscrits en verbatim, auprès des personnes ayant participé à au moins 2 séances de l’atelier H. Les entretiens ont été effectués à partir d’un guide d’entretien constitué de 12 questions-cadres, subdivisées en 4 catégories d’information. La première catégorie de questions cherchait à recueillir de l’information sur les activités professionnelles liées à l’adaptation aux changements climatiques et la deuxième touchait les raisons de la présence à l’atelier H. La troisième catégorie regroupait des renseignements sur la représentation sociale générée par le répondant à partir de l’expression « Adaptation aux changements climatiques » et la quatrième concernait les émotions éventuellement suscitées par cette même expression. Les témoignages furent recueillis sur le lieu de travail des répondants durant l’automne 2008 à Paris, soit près de deux ans après la tenue de l’atelier H. Il fut tenu compte du léger biais que put constituer ce décalage dans les analyses. Les entretiens furent ensuite analysés qualitativement selon un système d’analyse de discours par grille dans un premier temps pour révéler les contraintes apparues, les ressources mobilisées et les stratégies adoptées par chacun des participants au cours des séances de l’atelier H, puis dans un second temps pour cerner les enjeux personnels ou professionnels. À partir de cette base, la dernière étape fut de disséquer ces enjeux au regard de la problématique de la recherche, à savoir l’adaptation du milieu urbain parisien aux changements climatiques. Dans la suite de l’article, le masculin sera utilisé pour assurer la fluidité de cet article ainsi que pour protéger l’anonymat des personnes.

Résultats

Les dessous de l’atelier H

11Les propos recueillis ont permis de comprendre que l’organisation pratique de la démarche participative du Plan Climat de Paris fut préparée à la fois par des éléments du porteur technique (le Service d’écologie urbaine de la Ville de Paris) et par le maître d’œuvre (le bureau de consultants). Celui-ci était responsable d’engager un président de séance et un modérateur pour animer l’atelier H, chose faite en ayant eu recours à son réseau professionnel proche de la question climatique. Un rapporteur de séance devait par la suite être désigné parmi les participants par le président de séance. Les propos relatent que le président prévu ne se présenta jamais aux séances de l’atelier H, ce qui obligea le modérateur à cumuler son rôle et celui de président de séance, et que le rapporteur fut désigné à l’avance par le porteur technique du fait de leurs relations professionnelles antérieures déjà établies. D’après les entretiens, la question-cadre de travail sur laquelle le groupe de participants de l’atelier H devait réfléchir tout au long des séances fut la suivante : Quelle vision du territoire parisien à l’horizon 2050 avec une réduction par quatre des émissions de gaz à effet de serre ? La méthode de travail proposée prévoyait que chaque participant disposerait de 3 possibilités de réponses à la question-cadre dans un délai de 10 minutes avant d’entamer les discussions sur le choix des propositions dont on discuterait et qu’on approfondirait dans la suite des séances. Un compte rendu final intégrant 8 propositions de mesures devait être rendu à la quatrième et dernière séance, mais les participants de l’atelier H décidèrent d’en proposer 12.

Un fonctionnement perçu comme laborieux

12Face à la question-cadre de travail posée, laquelle relevait d’un effort d’imagination personnelle, les répondants relatent qu’ils se posèrent la question suivante : devaient-ils prendre la parole à titre personnel ou au nom de l’organisme qu’ils représentaient ? Sur ce point, que leur présence ait été désignée par leur hiérarchie ou qu’ils aient été « volontaire », la majorité des participants interrogés déclarent avoir adopté les deux stratégies à la fois, soit représenter les intérêts des organismes auxquels ils appartenaient ainsi que leurs jugements et points de vue personnels. Certains arguent que l’absence de lien direct entre la profession et le thème de l’atelier permettait une plus grande liberté d’expression.

13Les entrevues indiquent que la question de l’anonymat fut soulevée et défendue par un participant désireux de « compenser » sa présence bénévole par l’ajout de son nom dans le compte rendu final. Par ailleurs, les répondants bénévoles et étudiants révèlent avoir mal accepté de se retrouver avec une large majorité de participants présents dans leur cadre professionnel, donc rémunérés. Ils mentionnent avoir été surpris de l’horaire des ateliers (13 h 30-16 h 30, en semaine) et déçus du petit nombre de participants non rattachés à un organisme pour un exercice participatif comme celui-là. Certains déclarent voir cet aspect comme une stratégie sciemment mise en place pour épurer les participants et ne retenir que les plus motivés ou les plus experts du monde professionnel ou municipal.

14En ce qui concerne la gestion du travail tout au long des séances de l’atelier H, plusieurs répondants trouvent que le fonctionnement ne fut pas le plus optimum, du fait d’un manque d’organisation et de gestion de la part du modérateur-animateur, mais aussi de préparation et d’engagement de la part des participants. Peu d’entre eux mentionnent avoir spontanément préparé une contribution. La majorité des entretiens relatent un fonctionnement basé essentiellement sur une réflexion collective spontanée et improvisée, aux objectifs et déroulements jugés parfois obscurs et mal définis. Les principales contraintes pointées furent le temps et le nombre trop restreint de séances. Enfin, les personnes présentes à titre d’observateurs ne furent pas toutes présentées au groupe de participants comme telles, ce qui constitua pour certains participants une gêne.

Une surprenante et originale démarche participative

15L’appréciation de l’exercice participatif de la part des répondants est variable. Ainsi, plusieurs participants déclarent avoir trouvé l’atelier ardu et difficile, en ressortent déçus ou ont jugé la démarche de concertation inutile et vaine. En revanche, plusieurs autres l’ont trouvée innovatrice. Néanmoins, la majorité des répondants mentionnent avoir apprécié l’expérience dans son ensemble. Sur ce dernier aspect, les entrevues mentionnent en premier lieu l’appel à la créativité et à l’imagination. En posant une question-cadre de travail ouverte, en proposant une expression libre et en offrant la possibilité de faire abstraction des éventuelles contraintes techniques ou juridiques dans les pistes de solutions à imaginer pour faire face aux changements climatiques dans Paris, les organisateurs ont réussi à motiver les participants à s’exprimer et à participer activement. Ce que les répondants confirment dans leur propos, notamment ceux qui sont qualifiés de « non experts » par le restant du groupe, lesquels trouvèrent refuge dans ce côté libre, créatif et ludique proposé pour faire face aux expertises. En effet, la méthode proposée par les organisateurs fut perçue comme une manière d’aplanir les différences de connaissances sur le sujet ainsi que les spécialisations professionnelles, et l’effort d’imagination permit une certaine égalité dans le groupe en faisant fi des possibilités techniques, législatives ou administratives des actions proposées. Enfin, elle permit également d’aplanir les différences relatives à l’aisance à s’exprimer à l’oral ; ainsi, certaines personnes révèlent s’être senties profondément intimidées par la présence majoritaire de représentants professionnels et municipaux ou par le discours élaboré de certains. Malgré tout, certains répondants trouvent que quelques-uns des participants ne jouèrent pas totalement le jeu participatif et s’obstinèrent sur les aspects pratiques d’opérationnalisation. L’apprentissage et l’apport de connaissances quant à la problématique climatique et au thème de l’adaptation sont des aspects également évoqués dans les motifs de satisfaction de l’atelier, grâce aux présentations effectuées par des experts, notamment sur le climat, et grâce à la variabilité des renseignements échangés due à la diversité des domaines de compétences et de connaissances des participants. Somme toute, bien que souvent mentionnée comme un frein au bon déroulement de l’atelier, la diversité des participants fut globalement perçue comme « enrichissante », notamment parce qu’elle permit de couvrir de nombreux sujets au cours des séances.

16En ce qui a trait aux raisons soulignées par ceux qui n’ont pas apprécié l’exercice, certains répondants ont trouvé la démarche générale « non scientifique », car basée sur l’affect et non sur une certaine objectivité balisée par des connaissances issues de travaux reconnus. En ce sens, l’atelier fut parfois perçu comme un atelier de réflexion plus qu’un atelier de travail, du fait de la variabilité des connaissances et des aspects imaginatifs que l’exercice recommandait. À ce titre, plusieurs participants auraient souhaité un groupe plus homogène en ce qui concerne l’expertise dans le domaine climatique notamment, et ne voyaient pas l’intérêt de l’ouverture à des participants perçus comme des « non-experts ». Enfin, les autres aspects qui ne furent pas appréciés concernent l’attitude d’autres participants reçue comme négative par certains, l’attitude de la dynamique générale estimée laborieuse ainsi que l’efficacité de l’avancée du travail considérée comme faible par un participant qui déclare avoir eu la sensation par moments de perdre son temps.

Un texte final décevant

17En ce qui concerne le texte final du Livre blanc et surtout le chapitre 6 du Plan Climat de Paris, lequel reflète la synthèse de la réflexion collective de l’atelier H, tous les participants interrogés avouent avoir essayé de retrouver les recommandations qu’ils proposèrent dans le texte final. Plusieurs répondants trouvent que ce texte reflète assez bien l’information échangée durant les séances, voire l’esprit général. D’autres indiquent être déçus, soit du fait qu’ils considèrent n’avoir pas été assez entendus, soit du fait qu’ils trouvent le texte réducteur, voire « sans consistance », et qu’il ne reflète pas assez toute la richesse des propos et de l’information échangée. La plupart des répondants estiment que le rapport final a été retravaillé et que ce lissage lui fait perdre de sa teneur par rapport à ce qui a été dit au cours de l’atelier. Par cet aspect, certains répondants déclarent être soulagés de n’avoir pas retrouvé certaines propositions qu’ils jugèrent « farfelues » tandis que d’autres signalent être déçus de ne pas retrouver leurs propres propositions. Quelques répondants indiquent percevoir l’exercice et le texte final déconnectés de la réalité, car/et trop théorique.

Le groupe des participants passé au miroir

18Les entretiens montrent que les participants volontaires furent étonnés de découvrir autant de participants du monde professionnel et municipal. Ils montrent aussi que les participants du monde professionnel et institutionnel furent étonnés de la présence de citoyens. Dans la même veine, les participants familiers avec la problématique des changements climatiques mentionnent qu’ils furent surpris de l’hétérogénéité des connaissances sur ce thème au sein de l’atelier H. Et enfin, les participants non familiers avec la problématique des changements climatiques mentionnent qu’ils furent étonnés de voir autant de personnes qu’ils estimaient « expertes » en la matière.

19Dès lors, du fait de cette mosaïque de présences, de connaissances ou encore d’horizons professionnels, la légitimité d’influence décisionnelle « donnée » par la Ville de Paris à l’atelier H fut mise en question par les participants. Certains répondants s’interrogent sur la pertinence de la présence de certains participants perçus comme des « non-experts », c’est-à-dire perçus comme dénués de liens professionnels avec le thème ou de connaissances à ce sujet. Un participant va jusqu’à s’estimer lui-même non compétent et à se considérer comme injustifié d’avoir un poids relatif dans un tel exercice de recommandation du fait de l’inadéquation entre le thème de la réflexion collective et ses compétences. D’autres répondants, s’estimant au contraire experts dans leur domaine professionnel, s’octroyaient la légitimité d’intervenir lorsque le débat se dirigeait vers leur champ de compétence. Ces répondants mentionnent qu’ils se considéraient comme des gardiens du savoir en la matière et déclarent avoir adopté une attitude de consultants, d’arbitres, voire d’aides aux débats. Selon d’autres témoignages, cette attitude était perçue comme une ingérence dans le rôle d’animateur d’atelier. En ce qui concerne la démarche générale, la légitimité du volet participatif de l’exercice est mise en question par les participants (auto)qualifiés de « non-experts » estimant que l’aspect participatif était trop restreint et absent sur le plan « citoyen » du fait de la présence trop importante de représentants municipaux et de représentants professionnels. Certains répondants se sont sentis abusés par l’appellation « démarche participative », voyant même l’atelier H comme un exercice « pipé » d’avance, suggérant une démarche dirigée à l’avance vers les objectifs des organisateurs. Sur ce point, certains propos décrivent même l’atelier comme ayant été une vitrine politique détachée de la réalité qui a amoindri les ambitions initiales du Plan Climat de Paris. Enfin, la majorité des participants précisent qu’ils ne connaissaient personne en particulier, bien que certains fussent venus « accompagnés » d’un collègue et que d’autres se connaissaient déjà. Quelques répondants mentionnent avoir vu discuter quelques participants entre eux, mais cela semblait être marginal. La perception de chaque participant à l’égard des autres permet de regrouper les participants en quatre catégories d’images intitulées, selon les termes des propos recueillis, les « représentants municipaux », les « représentants commerciaux », les « non-experts » et l’animateur (figure 3).

20Des représentants municipaux sur la défensive. D’après les entrevues, les représentants municipaux furent perçus par les autres membres du groupe comme des participants plutôt discrets, voire en retrait de la réflexion collective, apportant leur savoir et leur expertise disciplinaire ou professionnelle uniquement dans certains cas, par exemple pour l’évolution des espèces végétales à l’échelle du territoire parisien. À l’opposé, certains répondants ont perçu la présence de deux participants issus du monde municipal, par ailleurs collègues de travail, comme un véritable frein. Sur ce point, les répondants décrivent une attitude défensive, réticente aussi bien à l’atelier qu’au thème général et basé sur un style de discours (format et ton) très officiel, tranchant avec la liberté d’expression de l’atelier.

21Des représentants « commerciaux » qui font leurs emplettes. Certains participants ont trouvé qu’il y avait dans l’atelier un côté « foire commerciale », dans le sens où les représentants d’organismes commerciaux semblaient faire valoir leurs activités, essayaient de se positionner en tant que prestataires de services, présentaient des pistes de solution d’experts ou encore campaient sur leurs positions de défense d’intérêts sans participer à l’avancée de la réflexion collective. Plusieurs répondants estiment qu’à certains moments, les discussions prenaient la forme d’une surenchère de savoir, d’expertise ou de techniques entre représentants d’organismes commerciaux. Le terme lobbyiste fut également mentionné dans les entrevues pour décrire ces attitudes. Les propos des participants commerciaux relatent qu’il y eut effectivement de « vives interactions » entre eux durant l’atelier, qu’ils décrivent comme faisant partie d’une interaction de concurrence « saine » et « normale ».

22Des « non-experts » qui ne sont pas les bienvenus. Certains participants sont catégorisés comme des « non-experts » par d’autres participants se considérant comme des experts de la problématique climatique, du fait de leur manque (perçu) de connaissances ou de lien professionnel avec le thème de l’atelier H. Les répondants qualifient leurs propositions de « pas pertinentes », « sans rapports », « farfelues », voire « fofolles » par certains. En effet, de nombreux participants furent surpris des propositions des « non-experts », souvent associés au domaine « social », alors qu’ils s’attendaient à des propositions plus techniques ou axées sur des ajustements règlementaires. De plus, les propos précisent que ces participants-là ne s’intéressaient qu’à la dimension de leur quartier, contrairement aux professionnels qui envisageaient la problématique par rapport à une échelle plus grande. En ce sens, ils furent perçus comme n’ayant pas la légitimité de participer à un atelier de travail d’influence sur la décision municipale, contrairement aux « experts », se décrivant eux-mêmes comme étant en mesure de mieux estimer la problématique et de fournir des pistes de solution en raison de la relation qui existe entre le thème de l’atelier H et leur activité professionnelle.

23Un animateur qui divise… La plupart des participants mentionnent ne pas avoir apprécié la méthode d’animation et précisent l’avoir fait savoir ouvertement. Plusieurs répondants regrettent la manière de faire (trop directive), le manque de clarté des objectifs de l’atelier et le rôle attendu des participants, ainsi que le manque d’autorité à l’égard de certains participants. Les entretiens mentionnent à cet égard une renégociation entre la majorité des participants et l’animateur sur le nombre de sous-thèmes à choisir. Ainsi, au lieu des 8 sous-thèmes initialement prévus dans la démarche de l’atelier H par le maître d’œuvre, les participants insistèrent pour qu’il y en ait 12. L’animateur se plia à la volonté des participants sur ce point-là. Paradoxalement, certains participants pointent également la perception d’un manque d’autorité dans la gestion du groupe. Enfin, tandis que certains répondants indiquent n’avoir rien à redire sur l’animation, d’autres la considèrent comme manipulatoire, c’est-à-dire qu’elle dirigeait la réflexion collective vers des objectifs prédéfinis des organisateurs.

24… et le point de vue de l’animateur. Dans ses propos, le modérateur-animateur, engagé par le maître d’œuvre comme mentionné précédemment, souligne qu’il a eu beaucoup de mal à gérer un groupe qu’il a trouvé plutôt dissipé et hostile à certaines de ses méthodes. Il relate s’être retrouvé face à certains éléments aux comportements non coopératifs, voire hostiles. L’animateur reconnaît que l’absence du président de séance fut troublante et qu’il ne put pas réellement assumer et cumuler ce rôle, ce qui a créé une certaine confusion dans la gestion du groupe. Enfin, il mentionne avoir eu quelques difficultés à gérer l’attitude de certains participants qui s’estimaient légitimes d’intervenir à titre d’experts à leur gré.

Figure 3. Perception des participants de l’atelier H entre eux

Figure 3. Perception des participants de l’atelier H entre eux

Les dynamiques, la coopération et les jeux de pouvoir au sein de l’atelier H

25Sous l’intérêt général commun d’élaborer un compte rendu final de leur réflexion collective se sont « cachées » les interactions et les dynamiques entre les participants les amenant tantôt à s’opposer, tantôt à coopérer, et ce, tout au long des séances. L’information qui se dégage des entretiens permet d’estimer les « proximités » d’ordre personnel ou professionnel entre les participants de l’atelier à partir des « affinités » ou des intérêts communs. Le terme proximité est préféré à celui de réseau du fait de la marginalité et de la taille des cas présentés. Il apparaît ainsi que les participants de l’atelier H étaient imbriqués dans différents types de « proximités » qui ont stimulé les dynamiques et qui semblent avoir façonné le compte rendu final.

26La figure 4 illustre les proximités professionnelles entre individus (1) qui évoluaient au sein d’une même structure ou d’un même organisme, (2) qui évoluaient au sein d’organismes d’une même catégorie professionnelle (public, privé-PME, privé-multinational) et (3) qui évoluaient au sein d’entités liées par un thème, un domaine ou un réseau commun (science du climat, secteur de l’énergie, réseau politique).

Figure 4. Principales proximités décelées entre acteurs interrogés de l’atelier H (n = 21).

Figure 4. Principales proximités décelées entre acteurs interrogés de l’atelier H (n = 21).

Légende. DU : Direction de l’urbanisme ; DEVE : Direction des espaces verts et de l’environnement ; SEU : Service d’écologie urbaine

27La figure 5 illustre les proximités personnelles entre individus (1) qui travaillaient déjà ensemble avant la tenue de l’atelier H (traits rouges épais), (2) qui se connaissaient déjà personnellement avant la tenue de l’atelier H (traits noirs) et (3) qui ne se connaissaient pas du tout (absence de traits).

Figure 5. Principales proximités personnelles décelées lors des entretiens (n = 21)

Figure 5. Principales proximités personnelles décelées lors des entretiens (n = 21)

28Les proximités, qu’elles soient d’ordre professionnel, thématique ou personnel, semblent avoir favorisé les stratégies de coopération entre participants. D’après nos entretiens menés auprès des participants et l’analyse documentaire du compte rendu final de l’atelier H, il se dégage deux stratégies de coopération : celles qualifiées par certains participants de « lobbyistes », établies dans le but de favoriser des propositions qui vont dans le sens des intérêts des coopérants, et celles qualifiées par d’autres de « freins », qui ont pour but d’empêcher les actions d’adaptation qui iraient à l’encontre des intérêts des coopérants d’être mentionnées dans le compte rendu final.

Les coopérations « lobbyistes »

29Parmi les types de coopération « lobbyistes », les entretiens et l’analyse documentaire montrent deux exemples : l’une liée à la proximité professionnelle et l’autre liée aussi bien à la proximité professionnelle qu’à celle personnelle. Le premier exemple qui se dégage des analyses est celui du secteur de l’énergie, représenté par la présence, à la majorité des séances, de trois participants évoluant dans des firmes du secteur énergétique à grande notoriété et qui ne se connaissait pas personnellement auparavant. Bien que ces répondants admettent s’être parfois confrontés entre eux en qualité de concurrents sur le positionnement commercial local potentiel (par la valorisation de leurs propres technologies), ils soulignent également avoir proposé à l’unisson des actions allant dans le sens des intérêts du secteur professionnel énergétique, ce qui s’est traduit dans le compte rendu final de l’atelier par le sous-thème 2.5 « Production d’énergie, climatisation (durable), alternatives énergétiques, protection des réseaux, éclairage, réseaux d’énergie » (p. 14-17). Comme le titre l’indique bien, les arguments développés par ces participants sont liés au besoin d’énergies « alternatives » aux hydrocarbures ainsi qu’à la protection des réseaux d’énergie stratégiques, et quelques répondants reconnaissent également ouvertement des objectifs commerciaux.

30Le second exemple qui transparaît est celui du domaine de la science du climat, représenté par la présence, à la majorité des séances, de deux professionnels par ailleurs collègues de travail et de deux étudiants de doctorat évoluant dans ce domaine. Les propositions liées à la science du climat se retrouvent dans le sous-thème 2.1 « État des lieux des connaissances, prévision météorologique ; risques, vulnérabilité, impacts ; veille » du compte rendu final. Les répondants de la science du climat justifient ces propositions par un argumentaire basé sur l’urgence climatique ainsi que sur le besoin d’approfondir les connaissances en matière d’impacts au moyen d’une recherche axée sur la modélisation climatique à l’échelle régionale. Il a également été révélé dans les entretiens l’objectif d’estimer par les outils de modélisation les effets et conséquences des stratégies d’adaptation mises en place en ce qui a trait au climat local. Bien que la proximité de domaine ait joué dans la coopération entre ces participants, la proximité personnelle fut également un point important puisque les entretiens révèlent que trois de ces quatre participants se connaissaient personnellement avant la tenue de l’atelier et qu’ils avaient des relations professionnelles avec l’organisateur municipal du Plan Climat de Paris par l’intermédiaire d’un projet déjà en cours d’élaboration entre l’organisme des participants professionnels et la Ville de Paris.

31La proximité professionnelle comme base dominante des stratégies de coopération mentionnée dans les entretiens infirme le préambule du compte rendu de l’atelier H soulignant que « chaque personne participante s’est exprimée en son nom personnel ». En effet, les répondants indiquent clairement qu’ils se sont exprimés aussi bien à partir de leur « casquette » professionnelle, précisant parfois clairement l’intention d’avancer les intérêts des entreprises dans leurs prises de parole, qu’à partir de leur opinion personnelle, arguant que le lieu de concertation se prêtait à une expression libre et qu’ils y étaient encouragés. Bien entendu, les entrevues montrent que la pondération de chacune des deux attitudes a varié selon les participants, en fonction de leur motivation par rapport au thème, de la raison de leur présence ou encore de la perception de la pertinence de leur apport qualitatif.

Les coopérations « freins »

32En ce qui concerne les coopérations « freins », deux exemples se dégagent de nos entrevues, l’un lié à la proximité personnelle et l’autre lié à la proximité professionnelle sectorielle.

33Dans le premier cas, plusieurs participants de l’atelier font mention d’une attitude qualifiée de « négative » de la part de deux participants en particulier, lesquels évoluent dans le secteur municipal et sont des collègues de travail. Le comportement rapporté semble s’être traduit par des interventions soulignant avec insistance l’inapplicabilité des actions proposées par les autres participants dès lors que ces actions se situaient dans le domaine de compétence de ces deux participants. Dans nos entrevues, ces deux participants admettent avoir utilisé leur expertise technique pour éviter des propositions d’actions inapplicables, et ce, en dépit de la consigne initiale de proposer des actions sans tenir compte de leur applicabilité. En réalité, il semblerait que ce fut une stratégie de défense visant à éviter que leurs charges de travail ne pâtissent des retombées potentielles que l’inscription de telles actions dans le Plan Climat de Paris puisse entraîner.

34Le second exemple découle de l’opposition qui s’est révélée entre les participants venant de grands groupes privés et les consultants ou ceux évoluant dans un groupe de type PME. La différence d’échelle (en ce qui a trait aux ressources, à la notoriété) des organismes fut donc utilisée comme argument de rapprochement entre participants. Par exemple, les consultants et les participants issus d’entreprises de type PME semblent avoir fait front commun pour faire valoir leurs compétences et essayer d’intégrer le paysage professionnel parisien largement occupé par les multinationales en raison de leurs moyens et de leurs relations historiques avec milieu municipal.

Les facettes cachées de la participation

35Au-delà de ces rapprochements, plusieurs participants, notamment municipaux, révèlent ne pas avoir voulu coopérer au bon déroulement de l’atelier, arguant n’avoir pas saisi les raisons de leur présence imposée par leur hiérarchie. Ainsi, certains soulignent qu’ils auraient dû être présents à titre d’experts et non de participants et indiquent avoir été désappointés d’être « au même niveau de parole » que les autres participants et offusqués que leur travail fût parfois critiqué, voire remis en question par certains, n’hésitant pas à mêler leur opinion sur la politique municipale générale avec l’activité des fonctionnaires municipaux présents. D’autres répondants, notamment parmi ceux perçus comme des « non-experts », indiquent leur sensation d’avoir été marginalisés et isolés, soit du fait de l’absence d’expériences, de connaissances pointues ou de relation entre leurs activités et le thème de l’atelier, soit du fait de la perception d’un niveau élevé des débats sur les plans de l’expertise et de la communication dans lesquels ils ne se reconnaissaient pas, allant jusqu’à ressentir un sentiment de malaise. Un participant étudiant déclare avoir été intimidé de la sorte par le groupe et que cette situation fut à l’origine de l’arrêt de sa participation après la première séance. Un autre indique avoir adopté une attitude discrète tandis qu’un dernier admet avoir adopté un comportement actif et assumé, bien que ses propositions aient été perçues comme marginales. Dans tous ces cas, la possibilité d’expression par la « créativité » fut un vecteur important qui facilita leur intégration dans la participation générale.

36L’influence des proximités décrites ici est évidemment relative dans le compte rendu final, et se révèle surtout à la lumière de nos entretiens. De manière générale, le compte rendu final contient la grande majorité des actions proposées par tous les participants, soit par une synthèse de leur propos, soit par contribution directe de textes. Les coopérations nées des proximités semblent essentiellement avoir eu une influence sur la hiérarchisation des actions ou sur le style utilisé pour les exprimer. Outre les coopérations et les contributions directes, les propos recueillis montrent qu’il y eut l’influence d’autres facteurs pour que soit retenue ou introduite une action proposée, comme le charisme et l’expertise dégagés par les participants. Ainsi, les actions liées aux aspects de végétalisation et de valorisation du patrimoine naturel, dont la proposition de la création de l’observatoire sur la phénologie végétale que l’on retrouve dans le chapitre 6 du Plan Climat de Paris, furent proposées par un seul participant. En plus d’être le seul à détenir l’expertise dans ce domaine, il avait un poste haut placé et une importante expérience de terrain, qu’il sut déployer pour être écouté et entendu. Outre ces aspects, les entretiens révèlent que ce participant possédait le charisme (« savoir-être ») nécessaire à l’affirmation de ses propositions auprès des autres participants, ce qui renforçait la légitimité de son énoncé discursif.

Les enjeux de la participation

37Une occasion d’entrer en communication avec les acteurs municipaux. Au fil des entrevues, il s’avère que les répondants perçurent l’atelier H comme un moyen de rentrer en communication avec les acteurs municipaux, soit pour confronter l’entité municipale, soit pour gagner sa confiance. Dans le premier cas, plusieurs participants admettent n’avoir pas hésité à remettre en question et à évaluer les activités municipales en matière d’actions environnementales au moyen d’une confrontation directe avec les représentants municipaux présents, soulignant avoir utilisé l’atelier comme un lieu de débat à propos des politiques municipales déjà mises en place et d’influence à propos de celles à venir. Dans le second cas, plusieurs participants justifiaient leur présence à l’atelier pour améliorer une communication déjà établie, mais défaillante entre leur organisme et la Ville. Pour les participants municipaux, l’atelier fut le moyen d’établir la communication avec des sphères municipales hiérarchiques élevées et de faire passer des messages internes. Ainsi, certains d’entre eux indiquent qu’ils ont eu l’occasion d’exprimer toutes les difficultés d’application des réglementations en place, la vétusté de certaines et le besoin d’une évolution législative. Enfin, l’atelier servit de vecteur de communication pour maintenir et renforcer des relations commerciales déjà établies dans un cas, et de justifier des projets conjoints avec la Ville déjà en réflexion dans un autre, comme le Plan Climat de Paris le relate lui-même : « Les concessionnaires (EDF, GDF, CPCU) sont des partenaires avec lesquels la Ville souhaite développer des projets de réduction des consommations » (Mairie de Paris, 2007a : 29).

38Une occasion de faire valoir les compétences de sa structure. Les entrevues révèlent que de nombreux participants se saisirent de l’atelier H pour faire connaître leurs organismes, en présenter les services ou encore faire valoir leurs activités et leur savoir-faire. Ainsi, la démarche participative permit à des organismes de type PME ou à des consultants privés de concurrencer directement par leur prise de parole les importants acteurs locaux, généralement incontournables du fait de leurs importantes ressources et notoriétés à l’échelle nationale ou internationale. En effet, ces derniers disposant déjà, et pour certains depuis des décennies, de relations privilégiées avec la Ville de Paris, l’atelier se révéla être une plateforme de publicité en plus d’être un moyen de valoriser l’expertise par les compétences, les approches ou les outils utilisés. Ce dernier point concerna par ailleurs aussi bien les organismes publics, privés, associatifs que les structures municipales représentées, l’objectif étant selon les répondants de défendre les intérêts des entreprises ou de renforcer le contrôle de certaines compétences ou responsabilités.

39Une chance professionnelle. La participation à l’atelier H fut un moyen d’élargir le réseau professionnel pour les organismes, mais également pour les individus. Les participants étudiants mentionnent que l’atelier était perçu comme une porte d’entrée sur le monde professionnel et que le fait de côtoyer des professionnels dans le même domaine permit de mieux évaluer les facettes de la profession et fut l’occasion de rattacher à la réalité des notions théoriques. Plusieurs participants admettent avoir utilisé la démarche participative comme un moyen de remplir leur carnet d’adresses, mais également de faire des rencontres professionnelles opportunes.

40Un moyen d’estimer le marché potentiel. Le thème de l’adaptation aux changements climatiques est un thème émergent, comme l’ont reconnu tous les participants. À ce titre, l’adaptation aux changements climatiques semble présenter un marché potentiel pour les participants évoluant dans des organismes prestataires de services, notamment en ce qui a trait à l’énergie et à l’eau, comme les propos le soulignent. L’atelier H fut donc l’occasion d’évaluer ce nouveau marché potentiel, raison pour laquelle selon certains participants il y eut un esprit et un comportement purement commerciaux de la part des représentants d’organismes du secteur de l’énergie, secteur ciblé depuis longtemps comme étant l’enjeu prioritaire des politiques de réduction de l’émission des gaz à effet de serre et ciblé comme l’enjeu principal lié à la fin de l’ère du pétrole comme source d’énergie primaire principale. Ainsi, comme le confirment les répondants, l’atelier fut perçu comme le théâtre mettant en scène des attitudes ayant pour objectif le positionnement stratégique de l’organisme représenté sur la scène locale parisienne au chapitre de la prestation de services, ainsi qu’un moyen de confronter directement la concurrence.

41Un événement formateur. Outre les enjeux professionnels, l’information tirée des entretiens permet d’établir des enjeux personnels liés à l’engagement dans la démarche participative. Le premier enjeu qui ressort de nos entrevues est celui lié à l’obligation de présence et à la prise en considération de l’ordre hiérarchique reçu. En effet, les participants désignés par leur hiérarchie n’eurent pas le choix de se présenter à l’atelier H, comptant comme des heures de travail. Dans l’ensemble, tous les désignés se prirent au jeu de la concertation, même si certains admettent avoir senti perdre leur temps par moments. La majorité des répondants mentionnent que l’atelier fut l’occasion de valoriser des compétences personnelles. En effet, le rôle donné au groupe par les responsables municipaux d’avoir la charge de l’élaboration d’une partie du Plan Climat de Paris par l’intermédiaire d’une réflexion collective fut perçu par la quasi-totalité des répondants comme une importante responsabilité et une occasion unique d’intervenir dans l’élaboration d’une politique publique municipale. Ce sentiment fut accentué notamment du fait de l’importance de la problématique des changements climatiques à laquelle la démarche était rattachée. Dans l’ensemble et malgré ce qui a été relevé précédemment, les propos recueillis soulignent le sérieux que les participants mirent dans le travail collectif et qui se traduisit par des comportements et des attitudes estimés comme étant très professionnels (le respect de l’horaire, la prise de la parole ou la tolérance sont donnés en exemple). Plusieurs participants révèlent que l’atelier H fut également le moyen de valoriser leurs propres compétences, connaissances ou points de vue, voire de les évaluer ou de s’autoévaluer par les interactions sociales avec le reste du groupe, que ce soit directement dans les discussions officielles ou lors des à-côtés (pauses, avant ou après l’atelier proprement dit). L’expression dans un cadre public comme l’atelier permit à certains participants de contribuer à vaincre cette appréhension, ou à la découvrir pour d’autres. Plusieurs participants soulignent le caractère particulier et pas si courant dans le quotidien de l’atelier en ce qui a trait à l’expression, perçue comme libre et écoutée. Ils indiquent avoir eu beaucoup de plaisir à échanger des renseignements et avoir acquis des connaissances notamment sur les activités professionnelles ou dans des secteurs qui ne leur étaient pas familiers. Enfin, la démarche participative fut pour quelques participants l’occasion de s’intégrer socialement à la vie parisienne et d’évaluer leurs intérêts personnels par rapport au thème de l’environnement.

Le contrôle de l’entité municipale sur son territoire

42À la lumière des proximités professionnelles et personnelles décelées au cours des entretiens, plusieurs participants de l’atelier H appartenaient à un réseau sans caractère officiel connecté avec l’organisation municipale. Ces cas de figure soulèvent la question d’un éventuel contrôle municipal sur la démarche participative. De ce point de vue, la position du participant « nommé » rapporteur de l’atelier H par l’organisation municipale apparaît stratégique puisque ce participant était également lié aux participants de même proximité professionnelle dans le domaine de la science du climat. De plus, le fait qu’un participant travaillait directement avec l’organisateur municipal, qu’il y eut 4 participants municipaux sur les 22 participants actifs et la présence d’un observateur issu de l’organisation de la démarche à chacune des séances laisse à penser qu’il y eut la volonté d’un contrôle minimal sur le déroulement de l’atelier H de la part de l’organisation municipale. Cela peut par ailleurs se justifier dans la mesure où celle-ci ne contrôlait pas entièrement l’organisation générale de l’élaboration du Plan Climat de Paris du fait qu’un bureau de consultants était engagé pour ce faire. Enfin, le vocabulaire employé dans le Plan Climat de Paris confirme cette sensibilité à une volonté de contrôle du territoire parisien par des termes tels que « la ville organisatrice de son territoire », « la gouvernance territoriale des politiques climatiques » ou encore « Paris, ville exemplaire sur son patrimoine » que l’on retrouve tout au long du texte (Mairie de Paris, 2007a). Cette volonté de contrôle du territoire est d’ailleurs déjà engagée dans des actions telles que la création du nouveau service public de l’eau parisien, le service de l’établissement public industriel et commercial (EPIC) Eau de Paris, après vingt-cinq ans de gestion dévolue au secteur privé. La municipalité semble donc soucieuse de maîtriser la gestion du territoire parisien, laissant une concurrence vive entre les opérateurs lors d’appel d’offres de services, comme la dynamique entre participants issus des firmes privées de l’atelier H l’atteste, par ailleurs à l’affût de nouveaux enjeux commerciaux que le thème de l’adaptation aux changements climatiques peut offrir dans un nouveau « marché » local.

Les limites de l’exercice participatif

43De manière générale, la législation favorise la démocratie participative, que ce soit pour l’élaboration de politiques publiques ou pour la gestion des affaires locales, bien que cette codification n’ait pas l’air d’avoir eu d’effets importants sur leur déroulement (Blondiaux, 2004). Les démarches participatives peuvent vite avoir l’air de simples façades théoriques qui cachent un peu mieux les enjeux de pouvoir dominant. Ainsi, l’idée initiale d’introduire dans l’atelier H des participants issus de plusieurs « collèges » (du Club Climat, du Groupe interne Climat, des élus et des citoyens) pour enrichir les débats fut perçue par la majorité des participants comme le moyen pour la Ville de Paris de garder le contrôle sur les discussions et, de ce fait, sur une partie du processus d’élaboration du Plan Climat de Paris.

44Cette perception de contrôle de la part de certains participants fut confortée par les choix effectués par rapport au déroulement de l’atelier. En effet, les répondants mentionnent avoir vu dans le choix des horaires (13 h 30-16 h 30) et des jours (jeudi, vendredi) de la tenue des ateliers un paradoxe avec la représentation qu’ils se faisaient d’une « démarche participative » étant donné que ces créneaux défavorisaient la grande majorité de la population active tout en favorisant les salariés envoyés par les organismes intéressés par la thématique. Ainsi, aux yeux de plusieurs participants, les professionnels présents venus sur leur temps de travail représentaient autant de personnes venues défendre des intérêts d’affaires avant l’intérêt général. Sur ce plan, les limites de l’exercice participatif sont atteintes et toutes les questions relatives à ses objectifs, à l’optimisation de sa tenue, à une représentativité locale satisfaisante au regard de la population ou encore celle relative au pouvoir de transformation du rapport politique restent à définir (Bertheleu, 2009). Il en est de même au sujet de la légitimité de l’exercice quant à l’élaboration des politiques municipales, comme l’atelier H avait le mandat.

La légitimité de l’exercice participatif

45L’utilisation d’une démarche participative pour l’élaboration du Plan Climat de Paris implique plusieurs questions touchant à la légitimité. Sans entrer dans les détails conceptuels, il est intéressant de noter que la légitimité est définie comme un concept multidimensionnel qui présente plusieurs types, tels que la légitimité de l’identité, technique, morale, légale, perceptuelle ou encore institutionnelle (Beaulieu, 2008).

46La légitimité de l’exercice participatif fut plusieurs fois mise en question lors de nos entrevues, notamment la légitimité « morale » et « institutionnelle » comme le fait de responsabiliser un groupe de travail pour élaborer un pan de la politique climatique d’une ville comme Paris telle qu’elle est révélée dans la perception des participants les uns par rapport aux autres. Ainsi, reprenons l’exemple d’un répondant s’estimant lui-même non compétent pour avoir un poids relatif dans un tel exercice, justifiant sa position par son manque d’intérêt et de connaissances liées au thème de l’atelier. Dans cette même veine, un autre participant fut soulagé de ne pas avoir retrouvé dans le texte final du Plan Climat de Paris des propositions proposées par certains participants dont il jugeait la présence non légitime du fait de leur non-expertise. D’autres participants déclarent dans les entretiens s’estimer experts dans leur domaine professionnel et mentionnent qu’ils pensaient avoir la légitimité d’intervenir à tout moment lorsque le débat se dirigeait vers leur champ de compétence, quitte à adopter des comportements perçus par les responsables de l’animation comme de l’ingérence dans le rôle de modération. Enfin, plusieurs participants déclarent que l’atelier H n’a pas eu la légitimité escomptée, car la démarche proposée n’avait rien de « scientifique », notamment parce que les outils de réflexion proposés par l’organisation étaient basés sur de l’affect et impliquaient la subjectivité des participants.

47Ces exemples reflètent le fait que la légitimité du pouvoir d’influence décisionnel « donnée » par la Ville de Paris au groupe fut remise en question directement en raison de la mosaïque des participants (connaissances et horizons professionnels). En effet, dans nos entrevues, la légitimité de la participation à l’atelier H a souvent été liée à l’expertise, c’est-à-dire à une certaine capacité de réflexion et de connaissances dont le seuil était délimité de manière plus ou moins consciente par l’ensemble du groupe. D’une certaine manière, il y eut donc la confrontation de l’expertise du citoyen avec celle d’une approche plus technique ou scientifique.

Discussion

Un révélateur de complexité

48L’étude montre un décalage entre la démarche participative formelle et théorique décidée par les responsables municipaux et ce qui s’est réellement passé lors de la tenue de l’atelier H, lequel est un indice de la pertinence de l’analyse stratégique utilisée comme approche (Crozier et Friedberg, 1977 ; Bernoux, 2009). L’atelier H fut créé dans le but d’être le lieu de travail et de concertation réunissant différents acteurs des sphères socioéconomiques parisiennes pour discuter puis proposer des actions d’adaptation du territoire local aux changements climatiques. L’analyse stratégique montre qu’en plus d’être un lieu de débat entre acteurs socioéconomiques du territoire à faible représentation citoyenne et sociale, l’atelier H fut le théâtre d’interactions et de dynamiques interpersonnelles prenant la forme de coopération, d’altercation, de participation active, passive, voire d’absence de participation, guidées par les proximités professionnelles et personnelles à caractère officiel ou non qui se sont spontanément créées ou étaient déjà établies entre participants. En résumé, l’atelier H fut l’expression de jeux de pouvoir entre ses participants et un lieu de lutte mettant aux prises les différents enjeux professionnels et personnels locaux. Jusqu’à quel point cette situation fut-elle généralisée dans les sept autres ateliers de travail ? Le thème de l’adaptation aux changements climatiques suscita-t-il plus d’enjeux que les autres thèmes ? Les trois entretiens menés auprès des six observateurs ayant assisté à plusieurs ateliers de travail relatent unanimement que l’atelier H fut celui qui fonctionna le moins bien et qui rencontra le plus de difficultés. En dehors de la difficulté d’apprécier le terme adaptation et des difficultés liées à la gestion du groupe, la recherche montre que le thème de l’adaptation aux changements climatiques fut utilisé par les participants pour structurer leurs stratégies afin d’atteindre leurs enjeux professionnels et personnels. En ce sens, l’atelier H fut un révélateur de toute la complexité inhérente à l’opérationnalisation d’actions portant sur le thème de l’adaptation aux changements climatiques, que l’on retrouve dans plusieurs travaux (Naess et al., 2005 ; Crabbé et Robin, 2006 ; Stedman, 2004 ; Wilbanks et al., 2007).

La présence de la science du climat

49La présence de participants professionnels et étudiants issus de la science du climat dans l’atelier thématique consacré à l’adaptation peut poser question. Dans un sens, cette présence paraît logique puisque la science du climat a historiquement eu et a toujours un rôle prépondérant dans l’élaboration de stratégies d’adaptation dans une approche de type top-down basée sur les résultats de modélisations climatiques (Dessai et Hulme, 2004). Cependant, l’influence de la discipline est désormais moindre sur les prises de décision, notamment locales, du fait des limites rencontrées dans l’évolution des outils de modélisations climatiques en ce qui a trait au raffinement à l’échelle spatiale et au degré d’incertitude qui y est lié concernant la nature, la fréquence, l’ampleur ou encore la durée des impacts potentiels issus des changements dans les variables climatiques régionales. De ce fait, l’approche bottom-up basée sur l’analyse des vulnérabilités (territoriales, sociales, économiques) s’est développée notamment en raison de sa meilleure adéquation avec les attentes des décideurs (Adger et al., 2003). Les entretiens montrent que la science du climat est apparue dans l’atelier H avec l’objectif de consolider la dimension « utile », voire « essentielle » de ses contributions en ce qui a trait aux outils de modélisation à l’échelle urbaine, notamment par de nouvelles collaborations interdisciplinaires avec la modélisation géographique et urbanistique. Les propos montrent aussi que sur le plan de la recherche scientifique, « le thème de l’adaptation aux changements climatiques » apparaît comme un « concurrent » de la science du climat dans la mesure où il acquiert de plus en plus de ressources financières (bourses de recherche, subventions, programmes). Enfin, la science du climat est également apparue comme une aide potentielle dans la modélisation des stratégies d’adaptation mises en place dans le but d’évaluer leurs performances..

Les dynamiques d’expression

50Les propos montrent que les participants (auto)qualifiés d’experts se sont perçus comme les seuls à exprimer ou à défendre « l’intérêt général » face à des participants non experts qu’ils associent à des logiques « citoyennes » enfermées dans la défense d’intérêts particuliers. De leur côté, les participants estimant être venus à titre de « citoyens » mentionnent avoir eu de la difficulté à faire valoir leur point de vue. Cette situation ne va pas sans rappeler la « remise de soi » de Bourdieu (1996), posture sociale par laquelle le sentiment d’incapacité (ressenti ou renvoyé par les autres) renforce la confiance en celui qui « s’exprime bien », perçue dans ce cas comme « l’expert », c’est-à-dire le participant ayant des activités professionnelles liées à la problématique, le développement durable ou encore l’environnement au sens large. Néanmoins, contrairement à ce que montrent plusieurs autres travaux sur la faible dynamique ou le consensus étouffant qui réduit les débats à une forme de gestion de proximité des instances de démocratie participative (Bertheleu, 2009), les entretiens et le compte rendu final montrent que la force de l’atelier H fut de ne pas avoir été restrictif en ce qui a trait à la possibilité de proposer des actions.

51Certes, comme l’étude le montre, il y eut des prises de position opposées, des altercations, voire certaines intimidations à s’exprimer du fait du niveau de discussion non accessible à tous les participants. Mais, bien qu’il y ait une différence notable entre les propositions de l’atelier et le chapitre 6 du Plan Climat de Paris, la recherche montre que les participants eurent une large latitude pour s’exprimer, notamment par la possibilité d’inclure dans le compte rendu final un texte de leur propre acabit. En ce sens, l’atelier H n’a pas complètement été une situation basée sur un fonctionnement consensuel tendant à étouffer le débat et favorisant les groupes majoritaires, dans notre cas formé par les proximités par exemple, que l’on retrouve dans de nombreux travaux (Bertheleu, 2009). L’atelier H permit théoriquement à chacun des participants, quelque minoritaire qu’il fût, de s’exprimer et de marquer sa contribution. En réalité, seul un participant non expert s’exprima pleinement quitte à assumer devant les participants experts la « marginalité » de ses propos (comme perçus par ces derniers). D’autres, tels que trois des étudiants présents, ont préféré se retirer de la participation à l’atelier H après la première séance. En l’absence de « savoir » ou de « savoir-faire », la participation à cet atelier H nécessitait un « savoir-être » qui se traduisait dans les comportements. Il n’est donc pas étonnant que ce fût les étudiants, donc les plus jeunes, qui mirent fin à leur participation et que ce fût le participant non expert, situé dans la tranche des 51-60 ans, qui resta. Cette « intimidation » non volontaire se révèle être une dimension à prendre à compte dans les instances de concertation pour s’assurer une participation maximale.

Conclusion

52L’étude de l’atelier de travail H responsable de traiter la question de l’adaptation aux changements climatiques lors de l’élaboration du Plan Climat de Paris fut intéressante sur plusieurs plans.

53D’abord, la recherche confirme l’efficacité de l’analyse stratégique comme approche d’un lieu de concertation « éphémère » pour révéler le décalage qui existe entre le cadre formel et le déroulement réel, entre les attentes initiales théoriques de la mise en place de l’atelier H et ce qui s’y est réellement passé au moment de sa tenue. Plus qu’un lieu de débat et de propositions d’actions visant la réduction de la vulnérabilité du territoire parisien aux effets appréhendés des changements climatiques, l’atelier H s’est révélé être l’expression de jeux de pouvoir entre ses participants mettant aux prises différents enjeux d’affaires urbains locaux autour de la question de l’adaptation aux changements climatiques. En effet, par les interactions et les dynamiques interpersonnelles de ses participants, prenant la forme de coopération, d’altercation, de participation active ou passive et guidées par les proximités professionnelles et personnelles à caractère officiel ou non spontanément créées ou déjà établies, l’atelier de travail fut un révélateur de toute la complexité inhérente à l’opérationnalisation d’actions allant dans le sens d’une réduction des vulnérabilités du territoire parisien à des changements de variables climatiques régionales.

54Ainsi, l’atelier H permit aux participants ou aux structures qu’ils représentaient d’estimer le marché local et les occasions commerciales potentielles que le thème de l’adaptation aux changements climatiques pouvait soulever pour s’y positionner et valoriser les compétences, les outils et les offres de services. Il fut également l’occasion pour les participants de rencontrer d’autres acteurs thématiques et à ce titre, aussi bien d’élargir les réseaux professionnels que de se retrouver en concurrence directe. Dans ces cas, l’atelier H est devenu par instants une table de négociation commerciale entre plusieurs acteurs présents à titre de représentants commerciaux plutôt qu’à titre de participants venus défendre l’intérêt collectif urbain devant l’urgence climatique. Dans d’autres cas, l’atelier fut utilisé par les participants comme vecteur de communication avec la municipalité, pour s’y présenter et montrer l’existence de leur structure sur la scène locale, pour entretenir les liens déjà existants ou encore pour interroger ses politiques par la confrontation avec les participants municipaux. À plusieurs titres, l’atelier fut également l’occasion pour les participants de faire valoir leurs enjeux personnels, que ce soit dans le but d’évaluer leur capacité à travailler au sein d’un groupe de travail multidisciplinaire, d’élargir leurs connaissances thématiques ou encore d’amorcer une intégration sociale.

55Ensuite, l’étude confirme qu’une démarche participative employée pour élaborer une politique municipale se révèle être tout un défi quant aux facteurs de son déroulement en posant notamment davantage de questions que l’exercice ne donne de réponses, en interrogeant par exemple la légitimité de l’exercice ou encore la place et la définition de « l’expertise ». Sur ce plan, les limites de l’exercice participatif semblent avoir été rapidement atteintes avec l’exemple de l’atelier H et toutes les questions relatives à ses véritables objectifs, à l’optimisation de son déroulement, à ses aspects « démocratiques » valorisés ou encore celles relatives au pouvoir de transformation notamment dans la fabrique de la ville, ce qui rejoint plusieurs études et réflexions à ce sujet (Blondiaux, 2004 ; Blatrix, 2000 et Blanc, 2005, cités dans Hamman et Blanc, 2009).

Haut de page

Bibliographie

ADGER, N.W. et al. (2003), « Governance for sustainability : towards a <thick> analysis of environmental decisionmaking », Environment and Planning, A 35, p. 1095-1110.

BAZEMAN, Max. H. (2006), « Climate change as a predictable surprise », Climatic Change, 77, p. 179-193.

BEAULIEU, Suzanne (2008), « Les organismes de bassins versants : une entité en quête de légitimité » dans Catherine CHOQUETTE et Alain LÉTOURNEAU (dir.), Vers une gouvernance de l’eau au Québec, Québec, Éditions Multimondes, p. 227-243.

BERNOUX, Philippe (2009), La sociologie des organisations : Initiation théorique suivie de douze cas pratiques, sixième édition, Paris, Seuil.

BERTHELEU, Hélène (2009), « La démocratie participative au prisme des rapports majoritaires/minoritaires », [En ligne]. http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/44/09/52/PDF/BERTHELEU_-_ACFAS.pdf Page consultée le 18 septembre 2012.

BERTRAND, François et Corine LARRUE (2007), Gestion territoriale du changement climatique — Une analyse à partir des politiques régionales, programme GICC-2, UMR CITERES 6173, Université de Tours, juillet 2007, 3 volumes, vol. 1 : Synthèse, vol. 2 : Études régionales, vol. 3 : Annexes [En ligne]. http://www.univ-tours.fr/citeres/p_vst/contrats/rapports_finaux.doc Page consultée le 18 septembre 2012.

BLANC, Maurice (2005), Participation et démocratie, Espaces et Sociétés, 123.

BLATRIX, Cécile (2000), La « démocratie participative », de Mai 68 aux mobilisations anti-TGV : processus de consolidation d’institutions sociales émergentes. Thèse en science politique, Paris, Université Paris 1.

BLONDIAUX, Loïc (2005), « L’idée de démocratie participative : enjeux, impensés et questions récurrentes » dans Yves SINTOMER et Marie-Hélène BACQUÉ (dir.), Gestion de proximité et participation démocratique, Paris, La Découverte, p. 119-138.

BOURDIEU, Pierre (1996), « Champ politique, champ des sciences sociales, champ journalistique », cours du Collège de France à l’Université Lumière Lyon2, le 14 novembre 1995, Cahiers de recherche, n° 15, GRS, Lyon.

BREWER, Graham D. (2007), « Inventing the future : scenarios, imagination, maestry and control », Sustainability Science, 2, p. 159-177.

CORFEE-MORLOT, J. et Shardul AGRAWALA (2004), « The benefit of climate policy », Global Environmental Change, 14, p. 197-199.

CRABBÉ Philippe et Michel ROBIN (2006), « Institutional adaptation of water resource infrastructures to climate change in Eastern Ontario », Climatic Change, 78, p. 103-133.

CROZIER, Michel et Erhard FRIEDBERG (1977), L’acteur et le système, Paris, Seuil.

DEPEAU, Sandrine (2006), « De la représentation sociale à la cognition spatiale et environnementale : la notion de <représentation> en psychologie sociale et environnementale », ESO, (25), p. 7-17.

DESSAI, Suraje et Mike HULME (2004), « Does vlimate sdaptation policy need probabilities ? », Climate Policy, 4, p. 107-128.

FÜSSEL, Hans-Martin (2007), « Adaptation planning for climate change : concepts, assessment approaches and key lessons », Sustainability Science, 2, p. 265-275.

GAGNON-LEBRUN, Frédéric et Shardul AGRAWALA (2006), Progress on Adaptation to Climate Change in Developed Countries : An Analysis of Broad Trends, Paris, ENV/EPOC/GSP(2006)1/FINAL, OECD.

GLASER, Barney et Anselm STRAUSS (1967), The Dscovery of Grounded Theory, Strategies for Qualitative Research, New York, Aldine et Gruyer.

GROTHMANN, Torsten et Anthony PATT (2005), « Adaptive capacity and human cognition : the process of individual adaptation to climate change », Global Environmental Change, 15(3), p. 199-213.

HAMMAN, Philippe et Christine BLANC (2009), Sociologie du développement durable urbain, projets et stratégies métropolitaines françaises, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang.

IPCC (2007), Climate Change 2007 : Impacts, Adaptation and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Martin L. PARRY et al. (dir.), Cambridge, Cambridge University Press.

JOURNAL OFFICIEL (2009), Loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement [En ligne]. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020949548&fastPos=6&fastReqId=114368397&categorieLien=cid&oldAction=rechTexte. Page consultée le 18 septembre 2012.

JOURNAL OFFICIEL (2010), Loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement [En ligne]. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022470434&dateTexte=&categorieLien=id#JORFARTI000022470435. Page consultée le 18 septembre 2012.

KELLY, Mick P. et Neil W. ADGER (2000), « Theory and practice in assessing vulnerability to climate change and facilitating adaptation », Climatic Change, 47, p. 325-352.

LORENZONI, Irene et al. (2007), « Barriers perceived to engaging with climate change among the UK public and their policy implications », Global Environmental Change, 17(3-4), p. 445-459.

MAIRIE DE PARIS (2007a), Plan Climat de Paris [En ligne]. http://www.paris.fr/portail/viewmultimediadocument?multimediadocument-id=33859. Page consultée le 18 septembre 2012.

MAIRIE DE PARIS (2007b), Livre blanc, 1re étape dans la construction du Plan Climat de Paris [En ligne]. http://www.paris.fr/portail/viewmultimediadocument?multimediadocument-id=29552. Page consultée le 18 septembre 2012.

MAIRIE DE PARIS (2007c), Compte-rendu, Conseil municipal, séances des lundi 1er et mardi 2 octobre 2007, Délibération au sujet du Plan Climat de Paris, 2007 DEVE 116 [En ligne]. http://www.paris.fr/portail/viewmultimediadocument?multimediadocument-id=35747. Page consultée le 18 septembre 2012.

NAESS, Lars. O. et al. (2005), « Institutional adaptation to climate change : Flood responses at the municipal level in Norway », Global Environmental Change, 15, p. 125-138.

NORGAARD, Kari M. (2006), « <We don’t really want to know> - Environmental justice and aocially organized denial of global warming in Norway », Organization & Environment, 19(3), p. 347-370.

O’RIORDAN, Timothy et Andrew JORDAN (1999), « Institutions, climate change and cultural theory : towards a common analytical framework », Global Environmental Change, 9 : 81-93.

STEHR, Nico et Hans VON STORCH (2005), « Introduction to papers on mitigation and adaptation strategies for climate change : Protecting nature from society or protecting society from nature ? », Environmental Science & Policy, 8, p. 537-540.

SMIT, Barry et Olga PILIFOSOVA (2003), « From adaptation to adaptive capacity and vulnerability reduction » dans Joël B. SMITH et al. (dir.), Climate Change, Adaptive Capacity and Development, London, Imperial College Press, p. 9-28.

STEDMAN, Richard C. (2004), « Risk and climate change : perceptions of Key Policy actors in Canada », Risk Analysis, 24(5), p. 1395–1406.

STRAUSS, Anselm et Juliet CORBIN (1990), Basics of Qualitative Research : Grounded Theory Procedures and Techniques, Newbury Park, Sage Publications.

Van AALST, Marteen K. et al. (2008), « Community level adaptation to climate change : the potential role of participatory risk assessment », Global Environmental Change, 18, p. 165-179.

WILBANKS, Thomas J. et al. (2007), « Industry, settlement and society » dans Martin L. PARRY et al. (dir.), Climate Change 2007 : Impacts, Adaptation and Vulnerability, Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge, Cambridge University Press, p. 357-390.

WILBANKS, Thomas et Jayant SATHAYE (2007), « Integrating mitigation and adaptation as responses to climate change : a synthesis », Mitigation and Adaptation Strategies for Global Change, 12, p. 957-962.

Haut de page

Notes

1 Basé sur ce champ scientifique interdisciplinaire émergent, cet article présente les résultats d’une étude sur le traitement de l’adaptation aux changements climatiques au cours de l’élaboration du Plan Climat de Paris 2007. Cette étude est issue d’une recherche doctorale (2007-2011) entre l’Université du Québec à Montréal et l’Université Paris Ouest portant plus largement sur une comparaison des politiques municipales climatiques mises en place entre Montréal et Paris, sur un approfondissement théorique du concept d’adaptation et sur l’analyse des représentations sociales générées par les acteurs des territoires étudiés par l’application urbaine de ce concept dans la problématique climatique. L’ensemble de la recherche doctorale est disponible sur Internet : http://www.theses.fr/2011PA100076.

2 « Lorsque j’ai proposé au Maire de Paris d’élaborer un plan de lutte contre le dérèglement climatique, c’était en France un sujet inédit pour une collectivité locale » (p. 4 du Livre blanc).

3 Ces 16 acteurs clés du territoire parisien viennent aussi bien du public que du privé.

4 Le Groupe interne Climat regroupe les directions municipales des espaces verts, du logement, du patrimoine, du développement économique, de la voirie, de la décentralisation, de la propreté, des finances et des achats.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schématisation simplifiée des participants par catégories professionnelles de l’atelier H (n = 30)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/4448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2. L’atelier H, un système d’action concret « éphémère »
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/4448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3. Perception des participants de l’atelier H entre eux
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/4448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 4. Principales proximités décelées entre acteurs interrogés de l’atelier H (n = 21).
Légende Légende. DU : Direction de l’urbanisme ; DEVE : Direction des espaces verts et de l’environnement ; SEU : Service d’écologie urbaine
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/4448/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 5. Principales proximités personnelles décelées lors des entretiens (n = 21)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/4448/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Simonet, « L’élaboration du volet portant sur l’adaptation dans le Plan Climat de Paris 2007 », Communication [En ligne], Vol. 31/2 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/4448 ; DOI : 10.4000/communication.4448

Haut de page

Auteur

Guillaume Simonet

Guillaume Simonet est titulaire d’un PhD Sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal et d’un doctorat de sociologie de Paris Ouest Nanterre. Il termine actuellement un contrat Postdoctoral dans le cadre du projet de recherche Adapteau au sein du CERTOP à l’Université Toulouse II – Le –Mirail. Courriel : simonet.guillaume@ymail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals