Navigation – Plan du site
Lectures

Nick DYER-WITHFORD (1999), Cyber-Marx : Cycles and Circuits of Struggle in High-Technology Capitalism

Urbana et Chicago, University of Illinois Press
Sara Falconer
p. 194-198
Référence(s) :

Nick DYER-WITHFORD (1999), Cyber-Marx : Cycles and Circuits of Struggle in High-Technology Capitalism, Urbana et Chicago, University of Illinois Press

Texte intégral

  • 1 Harry M. Cleaver a forgé le terme « autonomous Marxism », que nous traduisons par « marxisme autono (...)

1La vieille formule selon laquelle l’histoire est écrite par les vainqueurs trouve un écho retentissant dans Cyber-Marx, de Nick Dyer-Witheford. C’est que l’ouvrage est écrit du point de vue de ceux qu’on pourrait appeler les perdants, sinon les vaincus. Cyber-Marx : Cycles and Circuits of Struggles in High-Technology Capitalism explore en effet le rôle des technologies et des communications dans le phénomène de lutte des classes, des débuts du mouvement ouvrier jusqu’à la « révolution informationnelle ». L’ouvrage est volontairement présenté comme une analyse des luttes de classes sans vainement prétendre à l’objectivité historique. Suivant un examen des développements parallèles de l’économie capitaliste, des technologies et des théories des médias, l’auteur réussit à dépeindre la conjoncture globale, actuelle et prochaine, dans une perspective « marxiste autonomiste1 ».

2D’entrée de jeu, Dyer-Witheford provoque le lecteur en contrant les désaveux répandus du marxisme, autant de la part des néolibéraux que des écoles postmarxistes. Il préconise d’ailleurs, durant l’actuelle « phase pathologique » de capitalisme débridé, un intérêt renouvelé pour les thèses de Marx (p. 11). Sa critique de l’approche néolibérale dénonce l’allégation selon laquelle l’abandon des « socialismes actuels » prouve l’insignifiance des idées de Marx à l’ère postindustrielle : « For rather than identifying this disintegration of Bolshevism with the end of Marxism, it can be seen as opening a space within which other, repressed branches of the Marxist genealogy can emerge and blossom » (p. 7).

3L’argument opposé aux théories postmarxistes se fonde sur une critique des structures sous-jacentes au capitalisme :

The prevention of male violence towards women, the saving of the rainforests, or the eradication of racism is a matter of bottom line calculus : tolerated or even benignly supported when costless, enthusiastically promoted when profitable, but ruthlessly opposed as soon as they demand any substantial diversion of social surplus (p. 10-11).

4L’argument peut paraître faible devant l’ampleur de la critique postmarxiste véhiculée dans les milieux universitaires. Néanmoins, l’auteur marxiste autonomiste affinera sa position dans les chapitres suivants quant aux problèmes de la condition féminine et du racisme.

5Dyer-Witheford retrace ensuite l’avancée de la rhétorique de la « révolution informationnelle » et du « postindustrialisme », disséminée par Bell, Toffler et leurs contemporains. Il décrit comment cette terminologie fut récupérée par le monde des affaires et les gouvernements : « Those who propounded its doctrine — political leaders, corporate executives, state bureaucrats, research scientists, academic theorists, journalistic popularizers  — did not merely describe the future. They prescribed it » (p. 22).

6L’auteur porte par ailleurs une attention spéciale à ne pas amalgamer, d’une part, la propension fallacieuse à attacher la critique marxiste à l’ère industrielle plutôt qu’au capitalisme, et d’autre part, l’identification de la chute des « socialismes actuels » avec l’incapacité à s’adapter à l’ère de l’information.

7L’auteur déploie son argument en parcourant les thèses, parfois contradictoires, développées par Marx au sujet des technologies et de la communication, ainsi qu’en considérant comment elles furent interprétées et intégrées dans les différentes écoles de pensée. Socialisme scientifique, domination par les technologies, néo-luddisme et post-fordisme sont examinés tour à tour, pour montrer leur inaptitude respective à saisir pleinement la dynamique des sociétés capitalistes et donc à fournir des théories adéquates. L’auteur reproche généralement à ces écoles d’arrêter leur analyse au funeste scénario d’une croissance illimitée du capitalisme, plutôt que de mettre cette analyse dans le contexte mieux échafaudé des luttes de classes : « This is done in the name of realism. But given the enormous offensive capacities the new technologies allow global business, the expectation that capital will negotiate any reformist compromise unless faced with a serious challenge to its overall control of society is itself utterly utopian » (p. 60).

8Sa critique laconique et passionnée dénonce la tendance des néomarxistes à adopter des vues sinon des stratégies capitalistes.

9En somme, la section décrite ci-dessus constitue un habile survol des théoriciens les plus importants dans le domaine. C’est avec style et raffinement que Dyer-Witheford démêle cet enchevêtrement de « post- » et de « -isme », qui demande généralement au lecteur un laborieux travail de déchiffrement. L’auteur brille — et particulièrement dans cette section — par sa manière de présenter l’argumentaire le plus rigoureux, et parfois même de façon très convaincante, en faveur des multiples points de vue, pour ensuite mieux les déconstruire.

10Vient alors l’instant où il révèle son attachement à la tradition marxiste autonomiste :

Instead of seeing history as the unfolding of pregiven, inevitable, and objective laws, the class-struggle tradition argues that such « laws » are no more than the outcome of two intersecting vectors —exploitation and its refusal in the constantly recurrent eruptions of fight and flight by which rebellious subjects seek a way beyond work, wage and profit (p. 63).

11Dans une excellente analyse des grandes phases du travail au xxe siècle, du travail professionnel au travail de masse, jusqu’au travail socialisé (socialized work), il examine les rapports entre les technologies de la communication, d’une part, et la domination et la résistance, d’autre part :

But in the epoch of the socialized worker, the factory is, with the indispensable aid of information technologies, disseminated into society, deterritorializing, dispersing, and decentralizing its operations to constitute what some autonomists term the « diffuse factory » or the « factory without walls » (p. 80).

12Il soutient qu’à l’ère de l’information, l’opposition entre temps salarié et temps de loisir s’estompe et que production et consommation se fondent en un seul et même processus.

13Dyer-Witheford enrichit l’analyse de Marx en élargissant le cycle du capital à la production, à la reproduction de la force de travail, à la reproduction de la nature et à la circulation. C’est ici que l’auteur reprend à sa faveur sa condamnation, à première vue hâtive, des thèses postmarxistes. Il utilise le cadre de référence marxiste autonomiste pour analyser puis unifier les grands mouvements sociaux du siècle dernier. Prenant le relais de ses théoriciens, il adapte la tradition marxiste autonomiste à la conjoncture contemporaine. Il émet l’hypothèse que les réactions sociales actuelles ne sont plus les fruits d’un rejet des technosciences, mais bien de la recherche d’un rapport « organique » en réponse à leur omniprésence : « They are not so much the products of a particular training or specific work environment but rather the premises and prerequisites of everyday life in a highly integrated technoscientific system permeated by machines and media » (p. 84).

14Ainsi, les technologies de la communication, indissociables des technologies en général, sont nécessaires à la consolidation du système ; mais par ailleurs, elles sont beaucoup plus accessibles pour la mise en échec du système que les armes classiques ne le furent.

15L’argument le plus convaincant de l’auteur traite des forces d’opposition au capitalisme :

There is now extensive evidence that viewers, listeners, and readers do not passively accept hypodermic injection with narcotic messages, but are rather active agents who engage in thousands of little lines of flight and fight —from turning off advertisements to the oppositional reinterpretation of programs and the creation of micro-networks of decommodified cultural activity (p. 119).

16L’auteur développe son analyse de l’usage subversif des médias en faisant part de ses observations au sujet de l’Internet ; conscient des obstacles potentiels à un tel usage et de ses contradictions inhérentes, il sait néanmoins s’éloigner des déterminismes : « A proliferation of autonomous activity transformed a military-industrial network into a system that in many ways realizes radical dreams of a democratic communication system » (p. 122).

17Il décrit ensuite l’effet fortifiant des médias sur les infrastructures de la mondialisation des marchés et sur la « division internationale du travail » : « Their fate — relayed by real-time satellite broadcasts of famine and street fighting — serves as an admonishment to others in more fortunate places not to demand too much, to buckle down, work harder, and be grateful for what they have » (p. 144).

18Il enchaîne en faisant ressortir les relations entre, d’une part, cette tendance, et d’autre part, les mouvements d’opposition qui se lient au niveau international par l’intermédiaire de cette infrastructure, le tout donnant naissance à des phénomènes comme le brouillage culturel (culture jamming), le piratage (media piracy), le boycottage international et les mouvements de résistance, autant globaux que locaux, entourant les droits des autochtones.

19Les chapitres finaux proposent des solutions de rechange au régime capitaliste, fondées sur les rapports de forces existants et les théories actuelles, dont :

the institution of a guaranteed annual income, the creation of universal communications networks, the use of these networks in decentralized, participatory counterplanning, and the democratic control of decisions about technoscientific development (p. 193).

20L’auteur met d’ailleurs en évidence le rôle crucial des communications dans l’atteinte de tels objectifs. Toutefois, même s’il admet d’emblée qu’une telle fixation sur la technologie relève d’un certain eurocentrisme, il évite d’évaluer la portée d’un tel argument dans une lutte de classes globale où la majorité des parties devant être unies n’ont aucun accès à ces armes, qu’il voit pourtant comme essentielles. Néanmoins, on peut considérer l’argument comme un point de départ plutôt qu’une réponse finale.

21La tâche que s’est fixée Dyer-Witheford, en se plaçant à contre-courant de tout ce qui s’est pensé jusqu’à présent, à gauche comme à droite, est pour le moins ambitieuse. Sa lacune la plus importante pourrait être sa façon de prêcher les convertis et donc de tenir toute thèse marxiste pour acquise. Ces thèses peuvent aller de soi pour les marxistes « existant actuellement », mais certainement pas pour l’ensemble du lectorat ; aussi puissantes soient-elles pour ceux qui en connaissent l’étendue, convaincre un nouveau public demande un rigoureux travail d’argumentation. Néanmoins, sa foi dans le potentiel d’émancipation d’un combat soutenu est rafraîchissante, même si d’aucuns ne partageraient pas cet enthousiasme. Par ailleurs, il est évident que traiter un sujet si vaste demande l’utilisation des concepts plutôt généraux et abstraits, mais un tel flou est compréhensible et permet à l’auteur d’extrapoler de façon fascinante bien au-delà des théories actuelles. Très accessible au lecteur, Cyber-Marx demeure en tout temps clairvoyant devant l’apparente tyrannie des forces capitalistes, tout en niant l’inévitabilité d’un tel état de fait.

Haut de page

Notes

1 Harry M. Cleaver a forgé le terme « autonomous Marxism », que nous traduisons par « marxisme autonomiste » pour dénoter les mouvements d’« autonomia » en Italie et les divers mouvements parallèles aux États-Unis durant les décennies 1960-1970. Cette mouvance marxiste met l’accent sur le statut d’agents des ouvriers non seulement dans l’opposition au régime capitaliste, mais aussi dans le remaniement de celui-ci durant ses réactions contre-révolutionnaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sara Falconer, « Nick DYER-WITHFORD (1999), Cyber-Marx : Cycles and Circuits of Struggle in High-Technology Capitalism », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 194-198.

Référence électronique

Sara Falconer, « Nick DYER-WITHFORD (1999), Cyber-Marx : Cycles and Circuits of Struggle in High-Technology Capitalism », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/4821

Haut de page

Auteur

Sara Falconer

Sara Falconer, Université Concordia, (traduit par Carl Charbonneau).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals