Navigation – Plan du site
Lectures

Isabelle GARCIN-MARROU (2001), Terrorisme, médias et démocratie

Lyon, Presses universitaires de Lyon (Coll. « Passerelles »)
Mustapha Belabdi
p. 199-205
Référence(s) :

Isabelle GARCIN-MARROU (2001), Terrorisme, médias et démocratie, Lyon, Presses universitaires de Lyon (Coll. « Passerelles »)

Texte intégral

1La parution du livre d’Isabelle Garcin-Marrou coïncide avec une conjoncture historique délicate où le monde assiste à un débat planétaire sur le rôle des médias face à des événements comme les actes terroristes qui ont bouleversé tragiquement les relations internationales et suscité un scepticisme quant à l’avancée de rapprochements entre les nations. Cette avancée qui semblait imminente grâce, entre autres, à l’évolution technologique, au développement de concepts tels que la globalisation et à la rhétorique du village planétaire, s’est effritée subitement… Cet ouvrage porte particulièrement sur des événements qui se rapportent à la France et à sa politique intérieure et extérieure, mais le débat actuel le dote d’une dimension plus importante car, à bien des égards, il peut être transposable à la vulnérabilité qui caractérise désormais le discours médiatique à grande échelle.

2Ce livre est divisé en deux volets :

  • le premier est une analyse détaillée des articles de presse tirés des quotidiens Libération, France-Soir et Le Monde au lendemain d’un attentat à la bombe survenu dans le métro RER parisien en décembre 1996 et de l’assassinat dans les rues d’Ajaccio en Corse du préfet Claude Erignac en février 1998 ;

  • le second est une réflexion sur les rapports complexes entre les médias, l’État et la société face, d’une part, à des événements tels que le terrorisme et, d’autre part, la construction du discours journalistique et sa portée symbolique dans le cadre d’un État démocratique.

3L’avant-goût de lecture est déclenché par une préface de Jean-François Tétu qui met d’emblée l’accent sur la composition binaire du livre et souligne comment le phénomène du terrorisme, au centre de la réflexion, permet, à travers la couverture qui lui est consacrée, de positionner le discours des médias entre les méandres de l’appareil étatique et les attentes légitimes de l’opinion publique.

4La composition générale du livre repose sur le modèle courant d’une introduction et de deux grandes parties avec chacune trois chapitres suivies d’une conclusion. Une postface a été intégrée, juste avant l’impression du livre, pour renvoyer aux attentats du 11 septembre et pour souscrire en quelque sorte à la réflexion désormais abondante sur ce phénomène qui a bousculé des convictions parmi les plus tenaces et provoqué des tensions à l’échelle planétaire.

5L’auteure consacre tout l’avant-propos à décrire les événements dont il sera question au cours de l’analyse, à savoir les attentats commis dans les rames du RER parisien (à la station Saint-Michel puis à la station Port-Royal), par des islamistes algériens en 1996 puis l’assassinat du préfet Claude Erignac, en pleine rue d’Ajaccio, par des séparatistes corses. Elle explique ensuite comment ce phénomène met l’État, comme les médias, dans une situation « limite », c’est-à-dire dans une posture où « ils ont à produire un discours rationalisé sur une violence qui excède la rationalité ». C’est ainsi que, dans l’introduction, le texte présente une typologie de la violence. Il distingue entre violence politique visant une cible politique distincte et engagée dans un combat et la violence terroriste qui atteint une cible indistincte. Cette deuxième forme de violence se distingue aussi du banditisme et de l’action de commando. C’est un terrorisme qui vise au-delà de lui-même.

6Quand le terrorisme est international, il secoue l’espace public, mais fait agir généralement de manière répulsive et consensuelle autour de lui. Quand il est interne, peu importe sa nature, il perturbe l’espace public mais sans créer l’unanimité des points de vue. Se pose alors la question, d’une part, de la responsabilité de l’État face aux principes démocratiques et de l’usage de la tolérance puis, d’autre part, du rôle des médias dans leurs choix discursifs, leur description des faits et leurs partis pris, débouchant parfois sur des moments de friction, de compromis ou de crise.

7Dans le discours, et bien qu’il soit difficile à appréhender, le terrorisme est un sujet qui attire un grand nombre de lecteurs. Les articles choisis pour rendre compte de cette difficulté sont publiés le premier jour qui suit les attentats, à un moment où l’identité des terroristes n’est pas encore confirmée.

8La méthode d’analyse préconisée repose sur les trois éléments pivots du discours journalistique à savoir :

  • la titraille (selon une approche textuelle),

  • les photos et légendes (selon la même approche, basée sur l’interprétation sémantique et discursive, qui interroge la manière dont est présenté le sujet et les détails fournis au lecteur),

  • le contenu des articles, selon l’analyse sémiotique de Greimas, développée dans son ouvrage théorique intitulé Du sens.

9Le premier chapitre est une lecture des titres parus dans les quotidiens choisis et cherche à montrer les caractéristiques de chaque journal ainsi que les motivations des choix des mots et des tournures stylistiques utilisés. L’originalité de cette lecture est de distinguer d’abord entre des titres informationnels et des titres référentiels et les glissements qui s’y opèrent ainsi que les connotations que cela peut engendrer.

10Ainsi, pour Libération, l’analyse des titres fait ressortir qu’il s’agit d’un discours explicitant, qui met l’accent sur le rapport de causalité avec le passé. C’est un événement qui s’inscrit dans un processus historique qui le rend inéluctable. Dans le cas de l’assassinat du préfet Erignac, le journal cherche à contextualiser l’événement, en le raccrochant au nationalisme corse. La même logique historique domine alors dans la couverture des deux événements.

11La position de France-Soir porte sur le choc émotionnel et les aspects terrifiants de l’événement en faisant prévaloir l’État français. Les titres utilisés, à caractère informationnel nominalisé, cherchent à établir un lien de transit vers le référentiel. Le journal se démarque alors de la position de Libération. Concernant le second attentat, l’attention se porte sur l’existence d’une mafia derrière l’acte commis et l’effort cherche à fournir au lecteur une lecture criminelle et non politique des faits.

12Dans le quotidien Le Monde, la démarche privilégiée est la construction de l’événement de l’attentat tournée vers le futur. La titraille de ce journal s’appuie sur la dimension informationnelle du discours. La même position est adoptée dans le deuxième cas où le quotidien cherche à cerner la dimension temporelle de l’événement pour bâtir l’information.

13D’une manière générale, les trois journaux adoptent des attitudes similaires dans leur traitement des deux événements, mais développent des points de vue nettement différents les uns des autres dans leur démarche.

14Le deuxième chapitre s’attaque à l’analyse des photographies parues dans Libération et France-Soir. D’une manière générale, ces photos viennent corroborer les positions déjà inscrites dans les titres.

15Ainsi, Libération n’insiste pas sur les victimes. Il met l’accent sur les secouristes venant à l’aide des victimes, ce que l’auteur interprète comme « la société venant au secours d’elle-même ». Les photos du préfet le montrent vivant. Selon l’auteure, Libération se démarque par un discours « engagé » qui est porteur d’une position politique forte.

16Dans France-Soir, l’auteure sélectionne deux des cinq photos parues en une, se reportant à l’attentat du RER parisien. Les photos de l’assassinat du préfet visent, « quant à elles, moins à décrire la victime que les conséquences de l’assassinat sur la société civile corse et sur la famille du préfet » (p. 55).

17Pour sa part, le journal Le Monde n’a pas utilisé de photographie dans les deux cas, une prise de position que l’auteure juge incapable de rendre compte de la réalité des événements décrits.

18En définitive, la démonstration fort intéressante des deux premiers chapitres permet de décortiquer tout le volet, dirions-nous, « paratextuel » — pour utiliser la terminologie de Gérard Genette dans son ouvrage intitulé Seuils — des articles analysés. La matière abondante est susceptible d’éclairer de manière pertinente les orientations des analyses de contenu des nouvelles.

19L’analyse proposée dans le troisième chapitre s’inspire des « schémas narratifs » de Greimas. Le lecteur est informé sur la démarche qui sous-tend les contenus ainsi que sur leurs soubassements idéologiques. Les emprunts à l’analyse de Greimas concernent les « figures actancielles », concept utilisé pour désigner, d’une part, les terroristes comme sujet du « faire-être » (l’attentat, l’action terroriste) et, d’autre part, l’État à la fois comme sujet d’un « faire-faire » (sa lutte anti-terroriste) et comme acteur d’un « faire-être » (son rôle de secours aux victimes).

20L’analyse fait ressortir les quatre phases constitutives du schéma narratif, à savoir :

  • la manipulation qui renvoie au contrat entre un destinateur qui « fait faire » et un sujet opérateur « qui fait » ;

  • la compétence — le faire — qui renvoie à l’acquisition de compétences virtuelles et à l’usage des compétences actuelles par le sujet du faire ;

  • la performance, réussie ou non, et ses conséquences ;

  • la sanction, qui est le jugement effectué par le narrateur, ici le journaliste, à l’égard des faits.

21Dans Libération, l’analyse du schéma narratif du premier attentat insiste sur les auteurs du terrorisme et sur leur performance, la phase la plus développée. Pour sa part, le discours sur l’assassinat du préfet met en exergue les mêmes dimensions explicatives et interprétatives adoptées au début, ce qui traduit l’uniformité et la cohérence de la ligne discursive entourant les événements.

22Le schéma narratif développé dans France-Soir concernant les attentats du RER parisien met l’accent sur les auteurs de l’attentat, notamment dans la phase de la sanction. Cela permet au journal de porter un jugement sur l’événement, caractérisé par le nationalisme et le consensus face à l’altérité radicale représentée par les auteurs de l’attentat. La même approche qualifie l’assassinat du préfet. Se servant de la victime pour construire son jugement, ce journal propose une stratégie discursive cohérente entre les trois aspects analysés.

23Le journal Le Monde adopte une position intermédiaire dans la construction de son schéma narratif du premier événement, marquée par la performance et la sanction. Ce journal met l’accent sur les éléments factuels et sur la chronologie de l’action.

24Au terme de la première partie, l’auteure souligne que l’étude fait apparaître des positions discursives assez différentes dans les trois quotidiens considérés. Les aspects les plus marquants concernent la position prise par chaque journal vis-à-vis des faits et des questions idéologiques et politiques. Ces positions émanent de la perspective discursive adoptée par chaque journal.

25Dans la seconde partie, l’auteure propose une réflexion sur les différentes articulations entre terrorisme, médias et démocratie (d’où le titre du livre). Le débat sur les médias porte sur les impératifs inhérents à l’exercice du métier face à l’opinion publique et à l’appareil étatique.

26Ainsi, le premier chapitre retrace les difficultés et contraintes de prise de position, compte tenu des impératifs de traitement des événements et de l’organisation du discours au sein même du journal ainsi que des règles d’écriture et des lignes éditoriales.

27Parmi ces contraintes figurent d’abord les positions idéologiques des médias face à l’événement terroriste. Faut-il défendre les terroristes ou se transformer en agent de l’État ? De ce choix découlent les difficultés de gestion des discours et des prises de position.

28Les contraintes d’ordre spatio-temporel limitent la marge de manœuvre du journaliste et ne lui permettent guère de prendre suffisamment connaissance des contours de l’événement et de ses visées avant de procéder à la rédaction de sa nouvelle. Plus encore, la proximité ou l’éloignement des lieux des faits influence fortement sa manière d’écrire. S’ajoutent à cela la mise en page des rubriques et la politique rédactionnelle qui obligent le journaliste à s’accommoder de l’espace qui lui est attribué.

29Reste enfin la conception du traitement médiatique par les journalistes et la définition des termes utilisés, c’est-à-dire le rapport à l’information. Les points de vue des journalistes sont variables, mais tendent souvent à converger vers des prises de position face à la violence commise dans un objectif terroriste.

30Si l’on replace les contraintes et les difficultés des médias dans la perspective plus large du débat entourant leurs rapports avec la société et avec le pouvoir de l’État, force est de constater qu’elles sont, à première vue, déterminantes dans la constitution de l’opinion publique. Ce constat est certes important s’il existe réellement une opinion publique proprement dite car, il faut l’avouer, le discours du pouvoir domine largement la société. L’opinion publique serait alors hypothétique, voire, dans un cas extrême, « un référent imaginaire, idéal et utopique qui sert essentiellement de principe légitimateur des discours et des actions politiques » (p. 112). Pourtant, les médias ont besoin de ce référent, même s’il correspond à une stratégie discursive, afin de diminuer les pressions qui s’exercent sur eux, d’autant plus que les journalistes se constituent comme des leaders d’opinion.

31Dans cette optique, le rôle des médias demeure prépondérant dans la construction de la symbolique sociale. C’est un acteur dynamique qui « s’inscrit dans les mutations profondes et structurantes d’une démocratie et en traduit les lignes de force » (p. 115). Mais alors, comment agir face à la violence ? Si l’auteure s’appuie sur l’étude de Robert G. Picard pour rappeler qu’il existe quatre traditions d’information qui peuvent être mises en œuvre — à savoir, l’insistance sur l’information, le sensualisme, la narration et l’approche didactique —, elle affirme que c’est la façon utilisée par les médias pour intégrer la signification de la violence dans la symbolique sociale qui a le plus d’impact dans l’espace social.

32Toutefois, la composante étatique demeure présente dans cette mosaïque de construction du discours, car c’est l’acteur le plus concerné par la violence. En effet, l’État dispose des logiques d’action qui lui permettent de gérer non seulement la violence, mais aussi les médias. Il dispose à cet égard de logiques « anciennes » — la censure, la saisie systématique de la production et une marge de contrôle —, en plus de logiques « nouvelles » plus indirectes et qui transitent par des relations publiques généralisées, des pressions amicales… L’État cherche alors à s’emparer de l’espace public et à devenir la source privilégiée des médias, renforçant ainsi son potentiel à « gérer » les médias et les crises de société. À cet égard, les limites du discours médiatique semblent tracées et son autonomie totale compromise. C’est sur ce constat que l’auteure conclut ce parcours analytique riche de commentaires et d’interprétation.

33En définitive, le livre d’Isabelle Garcin-Marrou est conçu comme une réflexion intéressante sur un sujet qui préoccupe une multitude de chercheurs et d’intellectuels soucieux de connaître les vérités profondes des événements qui dominent l’actualité. Elle propose des outils percutants pour décortiquer le discours médiatique et un tour d’horizon important sur la construction de ce discours, ses fondements et ses limites. L’analyse proposée pour les titres et les légendes des journaux est un point fort de l’analyse, trop souvent reléguée au second plan. De même que les questions pertinentes de la seconde partie ébranlent bien des convictions quant à la neutralité des discours journalistiques dans une société moderne et démocratique. Les exemples cités témoignent amplement de cette évidence.

34Toutefois, et pour renforcer les propos avancés dans le texte, il nous paraît intéressant de formuler les remarques suivantes :

  • Le texte aurait pu intégrer, en annexe, les articles analysés dans l’étude pour associer davantage le lecteur aux diverses étapes de l’analyse et l’engager dans le processus de réflexion suggéré.

  • L’étude aurait gagné à faire succéder entre elles les analyses effectuées pour un même journal, afin d’établir de manière plus convaincante les similitudes et la continuité de la réflexion dans une même logique discursive et pour faciliter aussi les comparaisons en bloc entre les traitements accordés par les journaux.

  • Si l’on voulait reprendre l’analyse proposée dans une perspective tout aussi pertinente et novatrice, on pourrait ainsi formuler la question posée dans la première partie : à quel point l’analyse formelle de la titraille et des légendes peut-elle éclairer le contenu des articles considérés ? Cette approche pourrait ouvrir le débat sur les ressources infinies que peuvent explorer les médias pour construire leurs discours et fonder leurs positions tout en s’assurant davantage d’autonomie.

35Ces suggestions ne limitent en rien l’apport fort considérable de l’ouvrage d’Isabelle Garcin-Marrou qui fournit aux lecteurs des matériaux pertinents d’analyse et des résultats de recherche appréciables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Belabdi, « Isabelle GARCIN-MARROU (2001), Terrorisme, médias et démocratie », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 199-205.

Référence électronique

Mustapha Belabdi, « Isabelle GARCIN-MARROU (2001), Terrorisme, médias et démocratie », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/4824

Haut de page

Auteur

Mustapha Belabdi

Mustapha Belabdi est doctorant en communication, Université du Québec à Montréal. Courriel : b_muss@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals