Navigation – Plan du site
Lectures

François JOST (1999) Introduction à l’analyse de la télévision / François JOST (2000) La télévision du quotidien. Entre réalité et fiction

Paris, Ellipses Éditions marketing - Paris/Bruxelles, INA/De Boeck Université
Estelle Lebel
p. 206-209
Référence(s) :

François JOST (1999) Introduction à l’analyse de la télévision, Paris, Ellipses Éditions marketing / François JOST (2000) La télévision du quotidien. Entre réalité et fiction, Paris/Bruxelles, INA/De Boeck Université

Texte intégral

1Ceux qui tiennent l’image pour une fiction ont recours à trois arguments : 1) comme Platon, on la considère comme une apparence trompeuse, une erreur au regard de la vérité de l’être ; 2) on la soupçonne de véhiculer des mensonges ; 3) on dénonce les faux qu’elle rend possibles. Mais l’image n’est en soi rien de tout cela. Sa vérité ne se juge qu’en fonction des genres qui l’accueillent.

2Introduction à l’analyse de la télévision propose une théorie des genres télévisuels. Le genre est une interface entre la chaîne, les annonceurs et le public. Dans la logique commerciale, toute chaîne doit trouver les moyens d’agir sur le futur, d’une part, pour pré-vendre son public à des annonceurs qui investissent en fonction de l’émission probable et, d’autre part, pour convaincre le public des avantages symboliques qu’il aura à regarder la chaîne. Le genre est ainsi une promesse faite aux annonceurs, aux téléspectateurs et aux téléspectatrices ; cette promesse conditionne la réception, car elle permet d’interpréter ce qui n’a pas encore été vu, en le ramenant à une classe d’émissions déjà identifiées (information, série, jeu, etc.). Personne ne pense que le documentaire soit totalement inventé ou que le direct montre des événements passés. Ces savoirs condensent ce qui est constitutif des genres. Contrairement au contrat qui engage toutes les parties qui le signent, la promesse n’engage que celui qui promet et celui qui la croit. On peut vérifier si la chaîne tient sa promesse et ce n’est pas le moindre intérêt de l’analyse de la télévision de montrer que la distance est parfois grande entre la parole et les actes.

3François Jost est professeur à Paris III où il dirige le Centre d’étude des images et des sons médiatiques ; de plus, à l’Institut national de l’audiovisuel (INA), il conduit, depuis 1994, des ateliers qui réunissent des universitaires, des professionnels et des chercheurs pour penser le travail de l’Inathèque sur les problèmes posés par le Dépôt Légal Radio et Télévision. Sa conceptualisation de la télévision a ainsi l’avantage de s’appuyer sur l’accès à un corpus documenté d’émissions qui permet un regard surplombant plus de cinquante ans de promesses et de réalisations télévisuelles. En effet, le Dépôt Légal Radio et Télévision français et le travail de conceptualisation pour le classement et la consultation de milliers d’heures de télévision que permettent les Slav « stations de lectures audiovisuelles » font l’envie des chercheuses et chercheurs étrangers qui n’ont pas ainsi accès au passé de leur télévision.

4Les mêmes images seront interprétées différemment selon qu’elles renvoient à un énonciateur réel ou fictif. Le premier partage des émissions se fait donc entre les modes d’énonciation. Le mode authentifiant regroupe les émissions qui prétendent nous informer sur notre monde (journal télévisé, documentaire, reportage) ou simplement nous mettre en contact avec lui (le direct). Le mode fictif vise à construire un monde ; quoi qu’il en soit des ressemblances avec le nôtre, la vérité d’une action ne s’y juge qu’en fonction de la cohérence de l’univers créé. D’autres émissions tels les jeux télévisés, les émissions de divertissement et la publicité, sur un mode le plus souvent ludique, parlent à la fois de notre monde, tout en se conformant à des règles autonomes. Ces trois modes imposent le respect de règles différentes :

  • selon la loi de l’authentifiant, un journaliste qui ne peut prouver ce qu’il avance ou dont on s’aperçoit qu’il ne dit pas la vérité est un hâbleur ou un menteur ;

  • selon la loi de la fiction, un narrateur qui ne respecte pas les règles de la vraisemblance qu’il s’est données est un mauvais conteur ;

  • selon la loi du ludique, un animateur ou l’acteur d’un débat qui ne respecte pas les règles du jeu est un tricheur (1999 : 31, 2000 : 23).

5Les genres télévisuels sont au carrefour de logiques diverses pour lesquelles les acteurs de la communication poursuivent des intérêts divers tels : faire regarder des programmes, informer, archiver, réglementer, mesurer la réception et, pour le public, interpréter les programmes.

6Mais la télévision est aussi une grande entreprise de relations publiques. Comment fonctionne l’image au service d’une cause ou d’une entreprise ? Comment s’insère ce contexte, ou cette motivation de l’image, dans la théorie des genres télévisuels ? On déplore les mélanges de réalité et de fiction, mais a-t-on des idées claires sur la représentation audiovisuelle ? Où commence la fiction ? L’image est-elle fictionnelle ? Et le récit ? Pourquoi en certaines circonstances le mélange réalité-fiction fait-il scandale et en d’autres, est-il loué ou passe-t-il inaperçu ? Dans La télévision du quotidien, entre réalité et fiction, Jost propose des outils conceptuels pour répondre à ces questions.

7À partir des relations texte-image, il définit quatre types de mensonges télévisuels :

  • sur la relation de l’image à l’objet représenté (icône virtuelle mise pour une photo) ;

  • sur la relation du médiateur à la réalité (la source n’est pas fiable) ;

  • sur le mode de diffusion (des émissions enregistrées sont présentées comme du direct) ;

  • sur le genre (bandes-annonces tenant un discours sur l’information et la réalité pour des émissions tels les reality shows).

8Mais, dans la dérive sémantique de l’image, il faut aussi faire la part des publics qui prêtent facilement au mode fictif une vérité opératoire dans la réalité et lui font jouer un rôle par rapport à l’ensemble des autres discours sociaux. La presse québécoise récemment faisait ainsi état des démarches juridiques d’un groupe de motards pour empêcher la diffusion d’une télésérie mettant en scène les liens des motards avec le crime organisé. Dans l’opposition schématique réalité-fiction, il importe de ne pas confondre fiction et procédés fictionnels. D’une part, des documentaires et des reportages peuvent très bien recourir ponctuellement à des procédés fictionnels sans pour autant devenir des fictions. D’autre part, la ressemblance du monde de la fiction avec le nôtre n’efface pas son statut fictif. Qu’un récit soit tiré d’une histoire vraie, et parfois même récente, ne lui confère pas automatiquement une valeur authentifiante. Si on a recours à des « je » dont l’origine est fictive, à la construction de regards et à l’élaboration de dialogues, l’image n’est plus dans le réel, car une histoire vraie devient fictive si elle est jouée par des acteurs. À l’inverse, un témoignage renvoie toujours au réel, même s’il est un mensonge, car nul ne peut mettre en cause la parole d’une personne qui parle de son vécu personnel. Entre réalité et fiction se trouvent donc ces récits proférés par des témoins, dont la relation à la réalité tient tout entière dans le sentiment de vécu qu’ils procurent.

9Mais le mot témoin renvoie à des réalités diverses et la multiplication des témoignages verbaux dans un reportage n’est pas une preuve de la pluralité des opinions. Rappelant que la caméra transforme tout interviewé en acteur de lui-même, Jost distingue les différents types de témoignages et donne des outils pour comprendre leur usage dans l’argumentation.

10Le sentiment de vécu est aussi construit par les mises en scène et les énoncés de feintise que l’auteur décrit comme la construction de mondes probables par le renvoi à un « je-origine semblant être un sujet d’énonciation déterminé, individuel, donc historique au sens le plus large » (2000 : 108). La question de la frontière entre la feintise et la fiction traverse les émissions analysées. Plutôt que viser à leurrer, la feintise est souvent au service de l’argumentation ; elle est un des moyens qu’a l’image pour argumenter. Mais l’occultation de la feintise et la mise entre parenthèses de la « faire semblance » fondatrice de l’activité fictionnelle (comme dans les reality shows par exemple) rejouent le scénario pourtant usé de la télévision-fenêtre sur le monde.

11C’est ainsi que l’auteur construit les outils d’un programme d’éducation à la télévision.

12La nécessité d’éduquer à la télévision est au cœur du projet démocratique ; car elle est le média le plus populaire et il arrive encore que les téléspectatrices et téléspectateurs ne voient que ce qu’ils savent ou croient. Introduction à l’analyse de la télévision est un bon ouvrage de base qui présente une théorie forte sur la télévision. La démonstration est claire, précise et facile d’accès même pour les non-initiés aux théories et à l’analyse de l’image. La télévision du quotidien, en cherchant à éclaircir le monde trouble des mélanges de la réalité et de la fiction, s’adresse davantage aux journalistes soucieux de réfléchir sur leur pratique, aux étudiants et aux chercheurs en communication qui y trouveront les outils nécessaires pour l’analyse de corpus télévisuels, notamment dans les genres authentifiants, tels les téléjournaux, les reportages et les documentaires. Des encadrés tramés mettent en évidence les idées fortes, les définitions des principaux concepts et les résumés de chaque chapitre.

13Toute image n’est pas fiction et toute fiction n’est pas mensonge et toute fusion des genres n’est pas confusion. Savoir nommer ce que l’on voit et comprendre son attirance ou sa répulsion pour tel ou tel programme devraient aussi faire partie de la formation à l’image. Derrière le reproche réitéré de déformer la réalité se profile toujours la nostalgie de la transparence perdue de la fenêtre sur le monde. Autant reprocher à la télévision d’être un média… Ne vaut-il pas mieux la regarder pour ce qu’elle est et voir comment elle médiatise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Lebel, « François JOST (1999) Introduction à l’analyse de la télévision / François JOST (2000) La télévision du quotidien. Entre réalité et fiction », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 206-209.

Référence électronique

Estelle Lebel, « François JOST (1999) Introduction à l’analyse de la télévision / François JOST (2000) La télévision du quotidien. Entre réalité et fiction », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/4826

Haut de page

Auteur

Estelle Lebel

Estelle Lebel est professeure au Département d’information et communication, Université Laval. Courriel : estelle.lebel@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals