Navigation – Plan du site
Lectures

Gertrude J. ROBINSON (1998), Constructing the Quebec Referendum. French and English Media Voices

Toronto, University of Toronto Press
Érik Neveu
p. 217-218
Référence(s) :

Gertrude J. ROBINSON (1998), Constructing the Quebec Referendum. French and English Media Voices, Toronto, University of Toronto Press

Texte intégral

1L’ouvrage de Gertrude Robinson offre une étude remarquablement fouillée et rigoureuse de la couverture du référendum du 20 mai 1980 sur la souveraineté-association par les médias québécois. Le livre s’organise en cinq parties qui portent sur les acteurs du référendum et les pratiques journalistiques, sur le cadrage du référendum comme une élection — et donc sur la fixation sur les luttes partisanes et les personnalités autant que sur le dossier —, sur la construction de deux récits du nationalisme québécois par les médias anglophones et francophones. Un dernier ensemble de développements a trait à l’exploration des processus rhétoriques et de leurs effets en matière de création de l’opinion publique.

2Parmi les caractéristiques saillantes de cette recherche, le souci de rigueur et de précision mérite d’être souligné. L’auteure met en œuvre un système souvent complexe, mais toujours clair, de dispositifs de codage, d’échantillons de programmes. Leur présentation peut parfois alourdir un peu l’analyse. Mais la démonstration y gagne en rigueur et en précision, prend appui sur une objectivation rigoureuse des différences. On saluera aussi un parti pris théorique qui, tout en prenant principalement appui sur une démarche d’analyse de discours qui emprunte à Van Dijk ou à la problématique gofmannienne des frames, ne perd cependant jamais de vue la nécessité d’établir de solides connexions entre ce qu’on pourrait désigner comme l’analyse « interne » des messages, et l’approche externe de leurs conditions de production. À travers des éclairages issus de l’histoire du journalisme canadien et québécois, de la prise en compte des idéologies professionnelles, des rapports de pouvoir dans les entreprises de presse, ce sont aussi les interdépendances dans lesquelles sont pris les producteurs d’information qui se trouvent introduites dans le modèle d’analyse.

3L’abondance d’observations et de conclusions auxquelles conduit cette recherche ne peut se résumer en quelques lignes. On en retiendra centralement une démonstration convaincante et bien argumentée de ce qu’est le pouvoir de définition des enjeux et des situations par les médias, leur capacité à cadrer les termes d’un débat social et par là à peser sur lui. Les développements sur la construction de matrices narratives, de récits interprétatifs de la genèse et du sens du nationalisme québécois sont particulièrement réussis. La systématisation graduelle des différences entre médias anglophones et francophones en matière de hiérarchie des objets, de valorisation de grammaires visuelles, de rôles journalistiques constitue un autre point fort du livre. On peut regretter que le parti pris d’objectivation du livre pousse davantage Robinson à produire des données globales et à les interpréter qu’à se fixer sur l’analyse d’épisodes singuliers, à s’arrêter sur des détails révélateurs. Lorsque l’analyse s’attache à ce grain du détail, au poids d’épisodes en apparence mineurs, elle est pourtant forte et éclairante. On recommandera par exemple l’évocation (p. 97-100) d’un passage de l’émission « Pulse », montrant fort bien comment les conventions de filmage distinctes utilisées pour mettre en scène Ryan et Lévesque tendent à produire une image des deux dirigeants qui repose sur des couples implicites d’opposition : rationnel vs émotionnel, clair vs confus, calme vs irritable et agité. Le retour sur l’épisode des « Yvettes » — une gaffe majeure de la ministre Payette, expliquant les intentions de vote « Non » supérieures chez les femmes par le poids d’une tradition de soumission féminine, et attaquant personnellement sur cette base le couple Ryan — est aussi particulièrement stimulant (p. 198-206). Il montre en particulier comment le poids d’une identification du féminin au domestique et au subalterne chez les journalistes va les amener à mésestimer totalement la portée et l’impact politique de cet épisode et de la mobilisation des femmes relancée alors par les adversaires du oui. On peut ajouter enfin que le livre vient aussi tordre le cou à quelques clichés et raccourcis explicatifs, en montrant par exemple le poids surprenant des soutiens au non au sein des organes de presse de Montréal.

4Si la force de ce livre vient en large part de sa rigueur méthodologique, il y trouve peut-être aussi le défaut de sa qualité. Parce qu’il est un travail abouti d’analyse des discours médiatiques, ce texte y trouve aussi ses limites. Malgré la sensibilité évidente de l’auteure à des éclairages sociologiques, des données essentielles du processus de « construction » du référendum sont faiblement valorisées : stratégies des sources, sollicitation éventuelle de consultants en communication, registres d’intervention des autorités fédérales. Si elle ressort bien comme un enjeu d’analyse, la question de la réception des messages médiatiques, de la négociation de leur sens ne bénéficie pas de dispositifs d’analyse d’une précision comparable à celle de l’analyse des discours médiatiques. Un ultime regret peut porter sur le chapitre de conclusion qui donne parfois le sentiment de proposer plus un résumé ou un condensé des acquis des divers chapitres qu’une « montée en généralité ». La qualité de cette recherche pouvait pourtant inviter à des perspectives et des synthèses plus ambitieuses, plus ouvertes, tant sont peu fréquents les travaux aussi précis sur une séquence de couverture médiatique d’un enjeu électoral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Érik Neveu, « Gertrude J. ROBINSON (1998), Constructing the Quebec Referendum. French and English Media Voices », Communication, Vol. 22/1 | 2003, 217-218.

Référence électronique

Érik Neveu, « Gertrude J. ROBINSON (1998), Constructing the Quebec Referendum. French and English Media Voices », Communication [En ligne], Vol. 22/1 | 2003, mis en ligne le 08 janvier 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/4831

Haut de page

Auteur

Érik Neveu

Érik Neveu, Institut d’études politiques de Rennes. Courriel : erik.leteure@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals