Navigation – Plan du site
Lectures

Marc-François BERNIER, Éthique et déontologie du journalisme

Québec, Presses de l’Université Laval, 2004
Emmanuel Derieux
p. 227-229
Référence(s) :

Marc-François BERNIER (2004), Éthique et déontologie du journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval.

Texte intégral

1« Le but avoué de l’ouvrage est de favoriser un journalisme plus juste, d’encourager la liberté responsable de la presse » (p. 9). Ainsi s’exprime l’auteur (qui fut lui-même journaliste pendant près de vingt ans et qui est actuellement professeur en communication et journalisme à l’Université d’Ottawa) dans l’introduction du livre consacré à l’« éthique et déontologie du journalisme » qui sont donc considérées, par lui, comme le moyen d’y contribuer sinon l’assurance d’y parvenir.

2Même si certains chapitres se terminent par le bref énoncé de quelques cas, à titre de « matière à délibération », laissant au lecteur le soin d’y procéder, c’est cependant une réflexion essentiellement théorique ou quasi philosophique, empruntant très majoritairement à des travaux universitaires du même genre, sur la nature et les fondements d’une telle éthique et d’une telle déontologie qui est ici proposée, sans véritable illustration des institutions (conseils de presse, médiateurs…), de leur composition, de leurs pouvoirs et de leur mode de fonctionnement ou d’intervention, pas plus que des corps de règles (codes de déontologie, chartes rédactionnelles…) auxquels elles sont susceptibles de se référer ou dont elles pourraient dégager les éléments. Il n’est dès lors pas sûr que les journalistes et le public, au service duquel ils prétendent ainsi agir, y trouvent les guides de conduite ni les critères d’appréciation d’une pratique professionnelle responsable pour lesquels ils ont sans doute besoin de données plus précises et concrètes. Sans référence à de tels principes, la déontologie journalistique manquerait probablement de fondements et de justifications, mais, sans éléments plus concrets, elle paraît bien abstraite et privée de toute possible prise sur la réalité.

3La réflexion part du constat d’une crise de légitimité et de crédibilité du journalisme, la « légitimité » étant définie comme « la reconnaissance sociale de l’utilité du journalisme dans le cadre d’une société pluraliste et démocratique » ou le « consentement du public à l’égard des journalistes pour qu’ils assument leur fonction », tandis que la « crédibilité relève davantage du niveau de confiance que ce même public témoigne à l’égard des informations diffusées par les journalistes » (p. 15). Ce qui, par l’éthique et la déontologie, est attendu du journaliste, c’est son « adhésion à certains principes et valeurs fondamentales qui constituent les piliers normatifs du journalisme, notamment le service de l’intérêt public » (p. 16). C’est la façon d’associer liberté et responsabilité qui ne peuvent aller l’une sans l’autre.

4Condition de l’activité journalistique, la liberté ne peut cependant être absolue ou sans limites. L’auteur récuse la métaphore du « libre marché des idées, selon laquelle la vérité émergera d’une libre circulation des idées » (p. 69). Les contraintes et les restrictions qui pèsent sur les journalistes ne sont pas uniquement légales ou ne proviennent pas seulement de l’intervention des autorités politiques. Elles sont aussi d’ordre économique. « Les journalistes participent à un système d’information caractérisé par l’interdépendance – qui n’est pas un libre marché des idées » (p. 73). Chacun peut constater que, s’agissant des médias, « le libre marché économique l’a emporté sur le libre marché des idées » (p. 79).

5La déontologie est l’expression du sens des responsabilités. Elle peut être définie comme « l’ensemble des devoirs que des professionnels s’imposent dans l’exercice de leurs fonctions ». Ce sont des « règles de conduite professionnelle » (p. 50). Un peu plus loin, le « code de déontologie » est décrit « comme un ensemble de règles de conduite professionnelles adoptées volontairement ou imposées par une autorité extérieure » (p. 100), ce qui, c’en en est ainsi, rend sans doute plus contestable d’évoquer encore la notion de « déontologie » ! Il s’agit ainsi, tout à la fois : de « sauvegarder la crédibilité » et de « protéger l’image du journalisme » ; de « valoriser le caractère professionnel », en définissant « la mission, les objectifs et les valeurs d’une profession » et en établissant « les règles de conduite professionnelles qui en découlent » ; de « protéger le public […] contre un usage irresponsable, antisocial » ou « contre d’éventuelles pratiques néfastes » ; de « protéger la profession » contre des menaces d’intervention législative ; de « protéger les journalistes contre les pressions et les sanctions des employeurs qui voudraient les forcer à adopter des pratiques irresponsables » (p. 101-103). Tout cela est-il toujours pleinement cohérent ou concordant ?

6Après une première partie proposant un « survol théorique », la seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Les piliers du journalisme », apparaîtra un peu plus précise et concrète, par les questions abordées au moins, à défaut que ce soit aussi par le contenu des développements et les éléments de réponse apportés. Y sont successivement évoqués les thèmes suivants : recherche, conciliation ou équilibre entre « l’intérêt public et la vie privée » (p. 139-163) ; « Le devoir de vérité », amenant à s’interroger sur les notions mêmes de « vérité » et d’« objectivité » (p. 165-187) ; « la rigueur et l’exactitude » (p. 189-217) ; « l’équité » dans la collecte, le traitement et le suivi de l’information (p. 219-305) ; « l’impartialité », distinguée de l’objectivité (p. 307-313) ; « l’intégrité », dénonçant « amalgame journaliste-communicateur-promoteur qui brouille le contrat de lecture entre les journalistes et leurs publics et risque, à terme, de miner sérieusement leur légitimité sociale ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Derieux, « Marc-François BERNIER, Éthique et déontologie du journalisme », Communication, Vol. 26/2 | 2008, 227-229.

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Marc-François BERNIER, Éthique et déontologie du journalisme », Communication [En ligne], Vol. 26/2 | 2008, mis en ligne le 03 août 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/500

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Université Panthéon-Assas (Paris 2). emmanuel.derieux@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals