Navigation – Plan du site
Lectures

Christian LE MOËNNE (dir.) (1998), Communications d’entreprises et d’organisations

Rennes, Presses universitaires de Rennes
Fabien Granjon
p. 202-206
Référence(s) :

Christian LE MOËNNE (dir.) (1998), Communications d’entreprises et d’organisations, Rennes, Presses universitaires de Rennes

Texte intégral

  • 1 Certaines publications périodiques ont déjà entamé ce travail de mise en visibilité des études et r (...)

1Ordinairement, les ouvrages où sont colligées sous un vaste intitulé générique de nombreuses contributions se prêtent peu au compte rendu. Il est en effet habituel, au sein de ce type de recension, d’être confronté à des productions disparates dont la cohérence interne ne tient bien souvent qu’à leur rattachement à une ample thématique qui les subsume sans pour autant leur conférer un véritable caractère unitaire. En première lecture, les contributions ici réunies par Christian Le Moënne ne semblent guère échapper à ce qui se présente davantage comme une nécessité assumée plutôt qu’un simple travers éditorial : donner une visibilité1 à des chercheurs jusqu’alors isolés et dont les préoccupations scientifiques respectives, de facto fort variées, pourraient être néanmoins toutes rattachées à un même champ d’application des Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) dont l’objet privilégié serait l’étude des processus de communication organisationnels.

  • 2 Rennes, juin 1996.
  • 3 Constitué en 1994, ce groupe a d’abord été baptisé Groupe National d’Études sur les Communications (...)

2Issus du premier séminaire d’études2 d’un récent groupe de recherches3 de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC), les articles proposés sont donc frappés au coin de l’hétérogénéité. Ils traitent tout aussi bien de la nécessité de développer des enseignements et des approches critiques au sein des filières universitaires (Thierry, p. 27-36), que des discours de légitimation tenus par les professionnels de la communication d’entreprises (Devèze, p. 37-48), de l’évolution des formes de management (contribution particulièrement dessillante de Bernard Floris, p. 79-93), ou bien encore de l’analyse multidimensionnelle des situations de négociation (Gabay et Sillam, p. 165-180). Cette impression de bigarrure est par ailleurs renforcée par un ordonnancement aléatoire des textes, sans regroupement ni véritable progression. Il aurait, par exemple, était heureux de trouver en début, et non en fin d’ouvrage, la contribution de Valérie Carayol (p. 197-210) portant sur les orientations passées et présentes des recherches nord-américaines en la matière.

3Toutefois, la collation attentive des textes révèle, en seconde lecture, la volonté partagée par l’ensemble des auteurs d’édifier à partir de la « communication organisationnelle » et sur des bases scientifiques solides, un véritable champ disciplinaire encore relativement mal cadastré en France. Cet intérêt commun qui semble traverser chacun des textes publiés se repère par ailleurs beaucoup plus nettement au sein de certaines contributions (voir plus particulièrement les articles de Heller, p. 13-25 ; Bernard, p. 49-78 et Le Moënne, p. 145-164) qui, outre la présentation de résultats ou d’objets de recherches spécifiques, s’organisent également autour d’une réflexion d’ordre épistémologique. Cet ouvrage vaut donc, à notre avis, davantage par les questions d’ordre théorique qu’il soulève que par le supposé « état de l’art » des recherches qu’il s’était d’abord donné pour objectif d’effectuer. S’il est vain de prétendre décrire (même partiellement) en quatorze textes les multiples territoires de la « communication organisationnelle », il est par contre tout à fait intéressant de se pencher sur les conditions de possibilité et de légitimité des pratiques scientifiques dans un domaine encore fortement marqué par les discours « managériaux » et les études à vocation instrumentale des experts, conseils et autres consultants.

4De manière récurrente, les auteurs plaident ainsi pour une déontologie de la recherche. Ils insistent notamment avec raison sur la nécessité pour la production de savoir (surtout quand elle est commanditée) de préserver son autonomie face à des acteurs « entrepreneuriaux » passés maîtres dans les opérations de mise sous tutelle (notamment économique) de la sphère scientifique. Outre cet impératif de maintien de leur « indépendance de position » (Le Moënne, p. 9), les chercheurs en « communication organisationnelle » doivent également, nous dit-on, s’efforcer de rester vigilants quant aux implications opératoires et aux usages sociaux de leurs travaux qui ne sauraient se résumer à « fournir aux entreprises les éléments de perfectionnement de leur rationalisation » (Heller, p. 21). La récupération des savoirs scientifiques par les médiateurs managériaux (consultants, dircoms, responsables marketing…) poussent d’ailleurs certains auteurs (Devèze, p. 46 ; Bernard, p. 50-67 ; Le Moënne, p. 162-163) à s’interroger sur la pertinence de la stricte distinction faite entre « approches utilitaires » et « approches critiques », dont le caractère artificiel cacherait in fine des rapports d’interférence et d’influence mutuelle. À cet égard, la déconstruction et l’analyse systématique de ces « amours ancillaires » (De quelle manière les savoirs scientifiques sont-ils utilisés sur le mode de l’ingénierie ? Quelle est la part d’influence des modèles managériaux sur les problématiques de recherche ?) pourraient alors constituer une « direction de recherche importante » qui aurait notamment pour mérite « sous réserve de résister à la tentation de l’essai et de s’attacher à une solide construction de corpus, d’éclairer de façon intéressante l’ensemble de la littérature sur les communications organisationnelles » (Le Moënne, p. 163).

5Cette attention portée aux réquisits de la formation des connaissances dans le domaine de la « communication organisationnelle » laisse parfois entendre que ce dernier pourrait constituer rien de moins qu’un « champ scientifique nouveau et spécifique » (Le Moënne, p. 10) mettant en œuvre des dispositifs d’investigation foncièrement dissemblables de ceux à partir desquels les mêmes phénomènes sont abordés depuis la psychologie sociale, les sciences de gestion ou encore les sciences politiques : « […] ce qui compte est moins l’objet étudié que la manière de le problématiser en termes communicationnels » (Bourdin et David, p. 183). L’identification précise de ces problématiques communicationnelles, bien que faisant partie des prétentions de l’ouvrage, n’apparaît pourtant véritablement dans aucune des contributions. On retrouve là un débat largement répandu au sein des sciences de l’information et de la communication entre les tenants d’une supposée spécificité des problématiques et les chercheurs qui envisagent plus simplement les SIC comme des sociologies à part entière visant à analyser des faits sociaux certes particuliers (en l’occurrence les discours, pratiques et dispositifs de communication des organisations), mais selon des modalités communes à l’ensemble des sciences sociales, c’est-à-dire « à partir d’une double visée d’enquête empirique et d’explication causale et compréhensive » (Neveu, 1998 : 289).

6La réelle diversité des approches proposées ne plaide d’ailleurs pas en la faveur de l’existence d’un champ scientifique singulier dont les frontières seraient définitivement établies. Elle reflète plus sûrement une communauté scientifique qui, bien que revendiquant un même référentiel d’action, se trouve de facto influencée par de multiples ancrages disciplinaires. Loin d’avoir à être déplorée ou ressentie comme une faiblesse conceptuelle à dépasser, cette multiplicité des systèmes analytiques et des références théoriques constituerait au contraire une donnée fondamentale à partir de laquelle pourraient se fonder les futurs projets intellectuels de la « communication organisationnelle ». Françoise Bernard estime, par exemple, qu’un paradigme unitaire est tout bonnement introuvable. Elle souligne alors avec Michèle Gabay et Maguy Sillam (p. 178) la nécessité et la richesse des approches interdisciplinaires : « Les problématisations sont [forcément] multiréférentielles. L’organisation elle-même, en tant qu’objet d’études, est un objet qui ne permet pas une théorisation mais des théorisations. […] À la multidimensionnalité des objets répond donc la multiréférentialité théorique » (p. 69-70). Tout comme les sciences de l’information et de la communication, la « communication organisationnelle » entretient donc des conflits de territoire avec des disciplines connexes sur lesquelles elle a d’abord pu prendre appui pour émerger et dont certains des apports spécifiques doivent être impérativement connus des chercheurs s’intéressant au domaine. Une constante anamnèse théorique ainsi que la prise en compte des connaissances déjà disponibles se présentent donc comme des nécessités méthodologiques : « Le terrain organisationnel est ici un champ d’observation pour la communication susceptible d’être appréhendé de façons variées, soit avec toute la diversité des approches des sciences sociales » (Carayol, p. 203).

7Plusieurs auteurs insistent enfin sur le fait que pour être scientifiquement légitimes les recherches en « communication organisationnelle » doivent en premier lieu être effectuées dans le respect des impératifs épistémologiques des sciences sociales et rappellent derrière Bachelard qu’un fait scientifique doit être conquis, construit et constaté. Effectuer un authentique travail de recherche dont le dessein consiste bien en l’estimation de faits singuliers (faire signifier, donner du sens, rendre intelligible) requiert ainsi la mise en place d’un dispositif d’investigation fondé sur une dialectique pragmatico-théorique. Pour être reconnu comme champ théorique autonome la « communication organisationnelle » doit donc d’abord faire preuve de vigilance épistémologique en luttant d’une part contre l’empirisme sectoriel et la « faiblesse des problématiques d’analyse » qui réduisent l’acte scientifique à un constat, et d’autre part, lutter contre l’élaboration théorique généralisante (une « production discursive qui ne s’embarrasse pas d’enquêtes ni de preuves » — Devèze, p. 43 ; Delcambre, p. 115) qui lui oppose seulement le préalable de la construction. En réponse aux manques d’élaborations théoriques et à l’absence de validations empiriques pertinentes, les recherches en communication des organisations doivent ainsi se livrer prioritairement à un effort continu de positionnement épistémologique.

8C’est d’ailleurs ce que semble vouloir faire le groupe Org & Co dont la dernière livraison vient tout juste de paraître aux Presses universitaires de Rennes (Delcambre, 2000). Près d’une vingtaine de contributions alimentent ce second ouvrage dont l’ambition affichée est justement « d’aller au-delà de l’empirisme » en interrogeant la mise en œuvre des pratiques scientifiques en partant cette fois des objets et des pratiques des professionnels.

Haut de page

Bibliographie

DELCAMBRE, Pierre (dir.) (2000), Communications organisationnelles. Objets, pratiques, dispositifs, Presses universitaires de Rennes.

NEVEU, Érik (1998), « Pour une réflexion indisciplinée sur les médias », Les Cahiers de médiologie, 6(2), Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Certaines publications périodiques ont déjà entamé ce travail de mise en visibilité des études et recherches en « communication organisationnelle ». Nous pensons notamment aux revues Communication & Organisation (GRECO, Université Montaigne-Bordeaux 3, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine-1992…) et Sciences de la société (anciennement Cahier du LERASS, Université Toulouse Le Mirail, Presses universitaires du Mirail-1994…).

2 Rennes, juin 1996.

3 Constitué en 1994, ce groupe a d’abord été baptisé Groupe National d’Études sur les Communications Organisationnelles. Il porte aujourd’hui le nom d’Org & Co.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Granjon, « Christian LE MOËNNE (dir.) (1998), Communications d’entreprises et d’organisations », Communication, vol. 21/1 | 2001, 202-206.

Référence électronique

Fabien Granjon, « Christian LE MOËNNE (dir.) (1998), Communications d’entreprises et d’organisations », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/5438

Haut de page

Auteur

Fabien Granjon

Fabien Granjon, doctorant, Université Panthéon-Assas Paris 2, ATER à l’Université de Rennes 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals