Navigation – Plan du site
Recherches

« C’est la faute aux médias ! »

Piste de recherche pour une étude renouvelée de la communication politique
Mireille Lalancette
p. 159-172

Texte intégral

Ce qu’il faut faire avec les faits banals, c’est découvrir — ou du moins essayer de découvrir — quel problème spécifique et peut-être original s’y rattache (Michel Foucault, 1982b : 224).

  • 1 Notons que la conception de Gingras (1999) ne s’inscrit pas dans cette vision. En effet, elle cherc (...)

1À ce jour, les recherches en communication politique s’intéressent surtout aux pratiques de la politique et une grande partie de ces études porte sur le lien entre les médias et la vie politique. Les médias sont habituellement dépeints comme étant partie prenante au processus politique. Comme le résume Gingras1 (1999 : 2), « les médias constitueraient une <sphère publique>, un lieu de délibération accessible, transparent et rationnel. Malgré leurs quelques défauts, ils joueraient le rôle d’un maillon fondamental du système démocratique ». Dans les différents travaux consultés, les médias sont présentés comme incontournables, dans le processus démocratique. On voit de plus en plus apparaître dans le discours des chercheurs et praticiens le terme de « démocraties médiatisées » ; Wolton (1997) et Monière (1999), entre autres, utilisent ce terme.

Ce que les médias font à la politique

2On peut donc dire que les médias sont présentés comme constituant l’accès principal des citoyens au politique, comme étant des passages obligés. Toutefois, cela ne comporte pas que des avantages. En fait, le lien entre les médias et la politique est vigoureusement critiqué par les chercheurs en communication politique. L’étude des médias et, plus spécifiquement, celle de la télévision déclenchent les foudres académiques. Dans ces textes qui cherchent à étudier, mesurer, décrire, analyser et critiquer les effets des médias sur la vie politique, les médias sont souvent présentés comme responsables des différents maux de la politique. Le lien entre les médias et la politique pourrait alors se résumer par la phrase suivante : « ce que les médias font à la politique ». Les propos tenus par Gans (1983) dans le Journal of Communication sont, dans cette optique, caractéristiques de la place prise par cette préoccupation quant aux effets des médias sur la politique à l’intérieur des recherches en communication politique. Gans estimait qu’une des tâches les plus urgentes était « [to] discover whether and how the news media affect U.S. politics, with special current emphasis on network television » (p. 179).

3Les médias, en s’introduisant à l’intérieur du processus politique, auraient des conséquences néfastes majeures sur la manière dont on fait la politique. Les politiciens et la politique sont souvent décrits comme les victimes des médias. Comme le fait remarquer Champagne (1990) :

[l]’apparition, le développement et surtout la diffusion des nouveaux moyens modernes de communication, qui deviennent des points de passage obligés de la carrière des hommes politiques ayant une ambition nationale, ont entraîné un déplacement progressif du centre de gravité de l’espace politique, des assemblées parlementaires vers les médias (p. 147).

  • 2 D’ailleurs Monière (1998) dans une recherche extensive sur la publicité électorale a remarqué que l (...)

4Breton et Proulx (1994) estiment, quant à eux, que les hommes politiques [sic] sont de plus en plus dépendants des médias de masse (p. 257). Ils doivent respecter les canons médiatiques s’ils veulent que leurs discours soient entendus2. Gerstlé (1990) écrit : « [l]a médiatisation affecte le travail des gouvernants et leur conduite des affaires notamment en accentuant le souci de visibiliser leur action et ses prolongements en termes de popularité » (p. 39). De plus, les médias changeraient les conditions de recrutement du personnel politique en jouant le rôle d’un filtre dans la sélection des candidats (p. 40).

5Dans le même ordre d’idées, les médias sont accusés de causer, en s’insinuant entre le politicien et son électeur, la perte des partis politiques et la baisse de la fidélité partisane. Bref, les médias provoquent une certaine dénaturation du jeu politique (Rangeon, 1991 ; Cayrol, 1986, 1997). Cette dénaturation est souvent liée à l’idée que les médias ont changé les règles du jeu politique ; la politique ne se fait plus de la même manière et les médias en seraient en partie responsables. Ils auraient à voir avec la crise du politique. Plusieurs chercheurs, dont Courtine (1990), Véron (1995) et Wolton (1997), abordent cette question. Ils estiment que « ça ne tourne pas rond » du point de vue de la politique et de sa communication. Courtine (1990) va jusqu’à dire que « la démocratie serait malade de sa communication » (p. 152). Les médias sont souvent pointés du doigt et semblent devenir des boucs émissaires qui expliquent ces crises. D’ailleurs, les propos de Courtine illustrent bien l’esprit dans lequel semblent se faire les recherches en communication politique.

6D’une certaine manière, l’on tient pour acquis les effets des médias et la nature de la relation entre les médias sur la politique. Les propos de Derville (1997), dans son livre intitulé Le pouvoir des médias Mythes et réalités (titre en lui-même très évocateur), véhiculent et regroupent plusieurs de ces éléments qu’il semble considérer comme allant de soi. Pour ce chercheur français,

les transformations introduites par le processus de médiatisation dans le jeu politique semblent cruciales. Le recrutement des acteurs politiques se fait en partie selon de nouveaux critères, moins politiques et plus médiatiques. Une fois entrés dans le métier, ces hommes politiques doivent consacrer beaucoup plus de temps que leurs prédécesseurs à rendre visible leur action, et ils doivent adapter leur discours aux caractéristiques des grands médias de masse. Enfin, le jeu politique dans lequel ils évoluent a subi de vastes bouleversements, comme par exemple, la tendance accrue à la personnalisation, la perte d’influence des structures partisanes et le regain des aspirations à la démocratie directe. Les médias n’ont probablement pas « tué » ou « défiguré » la politique, pas plus qu’ils ne l’ont « libérée », comme on l’entend parfois. Par contre, toutes ces évolutions incitent à penser qu’ils l’ont transformée en profondeur, ou « transfigurée ». La politique n’est plus ce qu’elle était, a-t-on dit : et les médias y sont à l’évidence pour beaucoup (p. 143).

7Plus près de nous, Monière (1999) tient un discours semblable. Pour le politologue de l’Université de Montréal,

[l]’ère de la télévision a changé les règles du jeu politique en remplaçant le rapport direct et épisodique du citoyen avec la politique par une relation médiatisée et une mise en contact quotidienne et presque instantanée avec l’activité politique. Pour l’immense majorité des citoyens, la politique est associée aux apparitions des acteurs politiques dans les informations télévisées. Ce ne sont plus les partis qui servent de relais de communication entre les décideurs politiques et les citoyens. L’entrée en scène de la télévision dans le processus politique a en effet marginalisé le rôle des partis politiques et des militants qui ont été supplantés par les médiateurs qui sont les journalistes et les conseillers en communication. La télévision a favorisé la personnalisation du processus politique en assimilant les débats idéologiques à des rivalités entre politiciens et en élevant la télégénie au rang de critère de sélection du personnel politique. Les leaders politiques ont dû s’adapter aux routines et aux normes de la télévision. En raison des contraintes de temps qu’elle impose, la télévision a aussi transformé le style du discours politique en accentuant la tendance à la simplification et en privilégiant les appels à l’émotion (p. 11).

8Monière et Derville abordent en quelques phrases plusieurs questions importantes en communication politique, comme le changement des règles du jeu politique, la personnalisation, la perte de pouvoir de partis, la dénaturation et l’« artificialisation » du jeu politique, la simplification des enjeux, l’obligation des acteurs politiques d’adapter leurs discours aux canons médiatiques, etc. Cependant, ils exposent rapidement ces notions, sans les expliquer plus en profondeur. Pour eux, ce sont des notions « non questionnées ».

9Comme on a pu le voir dans les lignes précédentes, on semble tenir pour acquiescer les conséquences des médias sur la politique, ce qui fait en sorte que les différents chercheurs et chercheures en parlent comme de faits établis qu’on n’a pas à remettre en question. Il faut pourtant se demander sur quoi reposent ces acquis. Ainsi, à l’instar de Breton (1995) et de Gingras (1999), il importe d’examiner sur quoi reposent les savoirs en communication politique. Il ne s’agit pas de savoir si ce que les auteurs disent est vrai ou faux, mais plutôt d’essayer de comprendre comment le monde politique est présenté et pourquoi certains éléments ne semblent plus remis en cause.

Éléments théoriques

Les lieux communs

10Le concept de « lieux communs » permet d’aborder des éléments non soumis à examen du monde politique. Parler de lieux communs, c’est, en quelque sorte, postuler que le monde politique a besoin de certaines bases pour fonctionner et que certaines font l’objet d’interrogations alors que d’autres ne le font plus. Les lieux communs seraient donc, dans le monde politique contemporain, ce qui n’est pas questionné, ce qui n’est pas nécessairement évident ou apparent, ce qui est tenu pour acquis et qui constitue une base pour le discours politique contemporain.

11Pour étudier ces lieux communs, je m’inspire des travaux de Joan W. Scott (1991), de Teresa de Lauretis (1987) et de Michel Foucault (1975, 1976, 1982). Ces recherches sont intéressantes, non pas tant du point de vue des sujets qu’elles abordent, soit le statut de l’expérience en histoire, le genre et la sexualité, que par leurs approches. Ces recherches ont comme point commun le fait de questionner les savoirs en place. En effet, Scott, de Lauretis et Foucault, chacun à sa manière, s’intéressent à certaines « évidences » qui les amènent à remettre en question des notions, des concepts qui semblaient bien établis.

Joan Scott : « The evidence of experience »

12Joan W. Scott (1991) remet en question le statut de l’expérience dans l’histoire. Cette chercheure estime que l’utilisation actuelle de l’expérience dans l’histoire pose problème. Pour elle, les démarches historiques qui s’appuient sur l’évidence de l’expérience font en sorte que l’identité des sujets est tenue pour acquise. À l’intérieur de ces démarches, aucune question n’est posée sur la construction de cette identité et sur ce qui peut l’affecter (langage, discours, histoire). Selon la chercheure, une telle façon d’agir a pour effet de reproduire les systèmes idéologiques en place et d’oublier les questionnements sur leurs origines et sur leur fonctionnement. Scott propose de contourner ces problèmes en étudiant l’expérience à travers les pratiques discursives, car pour elle,

[i]t is not individuals who have experience but subjects who are constituted through experience. Experience in this definition then becomes not the origin of our explanation, not the authoritative (because seen or felt) evidence that grounds what is known, but rather that which explains, that about which knowledge is produced (p. 780).

13Ainsi pour Scott, l’expérience constitue l’histoire du sujet et le langage « the site of history’s enactment » (p. 793). Ce constat l’amène à proposer de ne pas séparer expérience et langage. Autrement dit, Scott propose d’analyser la production des savoirs et examine le processus qui mène à la création des sujets. Cela implique de ne pas tenir pour acquis le processus de construction de l’identité, mais plutôt de s’interroger sur son fonctionnement et sur les effets des catégories en place sur les sujets. Cela est rendu possible, selon elle, en étudiant

[t]he fixity and transcendence of anything that appears to operate as a foundation, turning attention instead to the history of foundationalist concern themselves. The history of these concepts (understood to be contested and contradictory) then becomes the evidence by which « experience » can be grasped and by which the historian’s relationship to the past he or she writes about can be articulated (p. 796).

14Les propositions de Scott, même si elles bouleversent les fondations sur lesquelles reposent les savoirs dans le domaine de l’histoire, peuvent apporter des éléments de réflexion fertiles et productifs dans d’autres domaines, dans la mesure où il importe de scruter la manière dont les savoirs sont acquis, ce qui veut dire examiner notre accès, de manière générale, aux savoirs. Scott s’intéresse plus particulièrement à la question de l’expérience dans l’histoire, mais il y a certainement lieu de corriger également toutes les autres formes d’accès aux savoirs notamment en ce qui concerne le monde politique.

Teresa de Lauretis : « Technologies of gender »

  • 3 Volume 1 — La volonté de savoir.

15Teresa de Lauretis s’intéresse aux questions reliées à la sexualité et, plus spécifiquement, à la notion de genre (gender). Dans son ouvrage intitulé Technologies of Gender (1987), de Lauretis s’interroge, plus particulièrement, sur la manière de théoriser le genre au-delà des limites de la différence sexuelle et des contraintes qu’apporte une telle notion aux perspectives féministes critiques (p. ix). Pour cette chercheure, le genre n’est pas une simple déviation du sexe biologique, c’est une représentation et une auto-représentation qui serait le produit de technologies sociales variées telles que le cinéma, les discours institutionnalisés, les pratiques critiques ainsi que les pratiques de la vie quotidienne. Cela n’exclut toutefois pas que le genre puisse avoir des effets concrets et des implications réelles, implications qui ont des répercussions sociales et subjectives sur la vie matérielle des individus. Lorsque cette chercheure féministe parle de technologies, elle fait référence au concept de technologie de la sexualité tel que présenté par Foucault (1975) dans son ouvrage Histoire de la sexualité3. Les technologies du genre permettent à de Lauretis de faire « l’histoire » des sujets féminins, sujets qui sont « en-gendered », c’est-à-dire que ces sujets sexués (gendered) sont « réalisés » dans et par le discours. Autrement dit, on peut résumer sa démarche comme une étude de la manière dont le genre a pu être construit à l’intérieur des savoirs.

16En fait, il faut retenir deux éléments des travaux de Joan Scott et de Teresa de Lauretis : d’une part, l’importance du caractère productif du discours et d’autre part, la volonté de remettre en question les savoirs en place. C’est justement du point de vue du questionnement des savoirs en place que se rejoignent les propos de ces deux chercheures féministes, qui n’ont pourtant pas les mêmes préoccupations de recherche. Elles cherchent toutes deux à comprendre comment les savoirs sont produits. Pour ce faire, leurs travaux ne se fondent par sur des évidences mais cherchent plutôt à les remettre en question. Aussi, leurs approches peuvent être profitables et peuvent même servir d’exemple, voire de tremplin, afin d’éclairer la manière dont nous avons accès aux savoirs, tout particulièrement, l’accès aux savoirs reliés au monde politique.

Michel Foucault : la volonté de savoir

17La remise en question de notions qui ne semblaient pas le nécessiter est également au cœur des travaux de Michel Foucault. De manière générale, on peut dire que le projet de recherche global de Foucault était de proposer une histoire de la pensée humaine. Ce projet très vaste lui a donné la possibilité de s’attarder à des phénomènes comme la prison ou bien à des concepts comme la folie ou la sexualité. À l’intérieur de ses différents projets, Foucault visait à offrir une histoire des différentes manières dont les êtres humains élaborent un savoir sur eux-mêmes : médecine, biologie, etc. On peut dire que ce chercheur n’aimait pas tenir les choses pour acquises. Il a d’ailleurs écrit que « [l]’essentiel n’est pas de prendre ce savoir pour argent comptant, mais d’analyser ces prétendues sciences comme autant de <jeux de vérité> qui sont liés à des techniques spécifiques que les hommes utilisent afin de comprendre qui ils sont » (Foucault, 1982 : 784).

18Il y a chez Foucault une très grande préoccupation du « comment », c’est-à-dire de la façon dont les discours façonnent les sujets. Par exemple, à l’intérieur de ses recherches sur les techniques de soi, il cherche à comprendre la façon dont les discours et les savoirs sont organisés afin de contraindre le sujet à « dire la vérité » ou à « rechercher la vérité ». Il cherche alors à comprendre comment certaines pratiques discursives constituent les sujets. Le chercheur français, dans sa conférence intitulée « Les techniques de soi », offre une étude historique du lien entre l’obligation de dire la vérité et les interdits reliés à la sexualité, interdits qui sont « toujours liés à l’obligation de dire la vérité sur soi » (Foucault, 1982 : 783). Cette conférence lui a permis d’exposer les résultats de ce qu’il appelle une herméneutique des différentes techniques de soi. Il étudie ces techniques à l’intérieur de la philosophie gréco-romaine des deux premiers siècles de l’Empire romain et au sein de la spiritualité chrétienne et des principes monastiques sous le Bas-Empire au cours des IVe et Ve siècles. Cette présentation des différentes techniques de soi permet de constater que les différents régimes de vérité qui ont eu cours à différentes époques ont produit des sois différents. À travers ce texte, on peut voir que la personne humaine est formée, orientée, moulée par les techniques du soi qui comprennent des institutions, des pratiques, des discours, des savoirs qui contraignent et habilitent les sujets. Ainsi, le sujet est produit dans et par les technologies du soi.

19Pour lui, ce qui importe, c’est d’essayer de comprendre la prégnance de certaines formations discursives par le biais d’une archéologie, c’est-à-dire une description de l’archive. Par archive, Foucault (1970) entend :

non pas la masse des textes qui ont pu être recueillis à une époque donnée, ou conservés de cette époque à travers les avatars de l’effacement. J’entends, l’ensemble des règles qui, à une époque donnée et pour une société déterminée, définissent 1) les limites et les formes de la dicibilité ; 2) les limites et les formes de conservation ; 3) les limites et les formes de la mémoire ; 4) les limites et les formes de la réactivation ; 5) les limites et les formes de l’appropriation (p. 859).

20Il cherche alors à comprendre comment certaines pratiques discursives constituent les sujets. Le concept de discours est donc relié de près aux questions de vérité, de savoir et de pouvoir. Plus précisément, le pouvoir est une fonction intrinsèque du discours et non quelque chose que l’on possède. Sa conception du discours est donc ce qui fait la particularité de ses recherches.

Retour aux lieux communs

21En somme, ce qu’il faut retenir, c’est l’importance d’examiner la manière dont nous avons accès aux savoirs. Ce questionnement peut se faire à travers le discours. Néanmoins, une approche inspirée directement des travaux de Michel Foucault, de Joan Scott et de Teresa de Lauretis amènerait à appréhender les lieux communs comme étant le produit de discours institutionnalisés, car leurs approches sont caractérisées par une vision « macro » des situations. Ces auteurs privilégient, en quelque sorte, les discours institutionnels. Toutefois, mes intérêts portent plus vers le discours des acteurs. En effet, les acteurs produisent du sens qui est, certes, enchâssé dans et par des institutions, mais des institutions qui instaurent des savoirs. Ces savoirs orientent le discours des acteurs dans lesquels on retrouve des lieux communs. Ce sont ces lieux communs que j’aimerais appréhender à partir des pratiques discursives des acteurs. Autrement dit, les discours des acteurs sont au cœur de mon questionnement. Regarder ce que j’appelle les lieux communs dans les discours, c’est remettre en question les évidences, remettre en cause les savoirs en place. C’est là que se situe le lien entre les travaux de Scott, de Lauretis, de Foucault et ma recherche.

22Il est clair qu’il semble difficile de réconcilier une approche foucauldienne et l’étude du discours des acteurs. Néanmoins, c’est dans cette appropriation que résident l’originalité et l’apport théorique de mes travaux, car une partie de la thèse portera sur la définition et la clarification du concept de lieux communs dans son articulation au politique, dans une articulation de la théorie et des données sur le monde politique. Un travail inductif à partir des données permettra, me semble-t-il, une remontée vers les concepts.

23Ainsi, il est clair que mon projet ne consiste pas à regarder les discours pour les discours (comme cela est fait dans beaucoup de recherches), mais plutôt à étudier les lieux communs qui ont des ancrages différents et qui sont produits dans des milieux différents, qui sont des discours différents. Je m’intéresse donc à ce qui est DIT, à travers des formes discursives différentes.

Les terrains envisagés

24Dans les prochaines lignes, je laisserai de côté les questions reliées à la collecte et à l’analyse des données pour plutôt me concentrer sur les raisons qui motivent le choix de mes terrains de recherche. J’envisage d’étudier les lieux communs à travers les discours de trois types d’acteurs différents : les universitaires — discours académiques —, les journalistes et les praticiens politiques. À travers les discours de ces acteurs, j’aimerais essayer de voir leur apport et leur contribution à la reproduction de lieux communs en lien avec le monde politique.

Les discours des universitaires

25Il semble essentiel à l’intérieur d’une démarche reliée aux savoirs et aux lieux communs sur le monde politique d’aborder les discours produits par les acteurs du monde académique. Ces derniers sont de grands producteurs de sens sur le monde politique. En effet, par leurs recherches, articles et ouvrages, les chercheurs produisent une certaine vision du monde politique. De plus, il faut prendre en considération que leurs recherches vont souvent bien au-delà des frontières académiques, car beaucoup de chercheurs sont invités à discuter de leurs travaux dans les médias, dans des congrès, etc. Ainsi, leurs travaux sont discutés hors des universités et proposent toute une gamme de discours sur le monde politique.

Les discours des caricaturistes

Political humor, specifically editorial cartooning, is an appropriate response to political situations and can help to construct political landscape (Mello, 1999 : 380).

  • 4 Caricature de « l’italien caricare signifie charger, exagérer » (Rangon, 1992 : 13).

26Afin de couvrir un autre aspect des discours sur le monde politique, j’aimerais aborder les discours de journalistes et tout particulièrement celui des caricaturistes. Plusieurs raisons motivent ce choix de terrain. Dans un premier temps, le caractère original de leurs discours sur le monde politique. La caricature4 peut être considérée comme une vision exacerbée des événements. De plus, les caricaturistes par leurs pratiques essaient toujours de repousser les limites de ce qui peut être dit sur le monde politique et ses acteurs. Comme le pensent Harrison (1981), Press (1981) et Mello (1999), la caricature est une forme significative de communication politique et sociale puisque la majeure partie des caricatures porte sur le monde politique. Elles sont à cet égard une fenêtre sur les lieux communs en lien avec le monde politique. Comme le font remarquer Niquette et Buxton (1997), « [o]ne way of learning more about social reality of a given period is to look at what the humorists had to say at that time. Often overlooked, cartoons offer a complex and detailed view of people’s concerns, values and opinions » (p. 87).

27La caricature est souvent décrite comme une forme de résistance, une arme politique, une façon de montrer « la vérité ». De plus, elle évoque bien les grands débats du moment (Duprat, 1992 : 214).

28Comme l’écrivait Richard Hétu (2000), correspondant du quotidien La Presse aux États-Unis, lors de la campagne électorale américaine, dans son article La guerre des caricatures, « [l]a campagne à la Maison-Blanche se déroule comme si les deux principaux candidats ne luttaient pas l’un contre l’autre, mais plutôt contre leurs propres caricatures, véhiculées dans les médias et commentées autour des fontaines » (p. 1).

29Comment un si petit dessin peut-il prendre autant d’importance ?

30Peu d’études ont utilisé la caricature en communication politique. « La caricature politique a été longuement marginalisée dans la recherche malgré son étonnante et provocante diversité » (Brisson, 2000 : 13). Il y a, certes, quelques études qui ont été faites en histoire et en littérature. Mais ces recherches ont surtout utilisé les caricatures afin de parler d’une situation ou d’un événement précis. Par exemple, Brisson (2000) a utilisé la caricature pour étudier le traitement de l’actualité de la presse anglophone et de la presse francophone lors de la crise d’Oka, Antoine de Baecque (1988, 1989) et Christian Delporte (1993) ont respectivement utilisé la caricature pour étudier la Révolution française et la situation sous l’Occupation. La caricature était leur objet de recherche et ils se sont servi des images pour obtenir plus d’informations sur les crises politiques. On a aussi utilisé ces dessins pour reconstituer l’histoire des États-Unis au XIXe siècle (Bartlett et Cooper, 2000), celle du Canada (Desbarats et Mosher, 1979), ou celle de la France (Duprat, 2000).

31Beaucoup de chercheurs étudient la caricature à l’aide d’approches inspirées de la sémiotique (Duprat, 1992 ; Morris, 1989, 1995 ; Delporte, 1993 ; de Baecque, 1988, 1989). En fait, ces recherches s’attardent principalement au message véhiculé par les dessins. Étudier les lieux communs en prenant comme « terrain » la caricature, c’est d’essayer d’aller plus loin. C’est porter son attention sur le dessin mais également ajouter un ensemble d’éléments permettant d’appréhender la prégnance et l’effectivité sociales de ce phénomène. C’est dans ce regard particulier et dans cette manière spécifique d’aborder les dessins éditoriaux que réside une partie de l’originalité de ma démarche. Car considérer la caricature en tant que terrain privilégié pour observer les lieux communs en lien avec le monde politique permet d’avoir accès autrement à toute une série de pratiques, de lieux institutionnels, d’usages et de traditions qui offriront peut-être la possibilité de mettre à jour certains des lieux communs en lien avec le monde politique.

32En somme, les caricatures semblent présenter un terrain de recherche fertile, car elles visent à révéler la « vérité » sur les gens ou les situations qu’elles exposent. On peut les considérer comme une vision exacerbée des événements. Ainsi, la caricature apparaît comme une manière originale et unique d’aborder les lieux communs en lien avec le monde politique, le dessin éditorial amenant avec lui une richesse impressionnante de questionnements.

Les mémoires des conseillers politiques

33Mon troisième terrain, ce sont les discours des conseillers politiques. Je considère les « mémoires » des conseillers politiques comme un terrain potentiel et complémentaire aux deux autres terrains. En effet, ils portent sur une sphère d’activité particulière dont les frontières sont différentes de celles des discours académiques ou journalistiques. De plus, les conseillers politiques sont souvent pointés du doigt et accusés d’être responsables des problèmes de la politique. Les journalistes politiques Faux, Legrand et Perez (1991), qui se sont intéressés aux conseillers politiques, estiment que le recours aux conseillers relève de la tricherie. Pour eux,

la façon dont se construit aujourd’hui, […] le discours politicien n’est pas seulement l’un des signes du dépérissement de la « pensée » politique, de sa soumission aux contraintes médiatiques et aux effets de mode. Elle exprime, involontairement, la conception que se font ces « princes qui nous gouvernent » — ou aspirent à le faire — de leur rapport avec les citoyens (p. 17).

34C’est, entre autres, dans cette optique qu’il serait intéressant de prendre en compte leurs discours. Un autre élément à considérer est le fait que ces acteurs jettent un regard particulier sur le monde politique et sur les coulisses du pouvoir. Les conseillers, dans leurs « mémoires », tiennent également un discours sur le monde politique, mais un discours différent des autres discours proposés. Ils révèlent, en quelque sorte, une partie de la « face cachée » du politique. Ces écrits sont souvent produits à la suite d’événements majeurs et viennent alors s’ajouter aux discours déjà en place sur ces événements.

35En somme, les trois terrains abordés me semblent complémentaires en raison du fait que chacun des acteurs présentés évolue dans des lieux et milieux distincts, et tient des discours spécifiques. Ces discours ont, certes, des frontières et des rayonnements différents. Les acteurs qui produisent ces discours le font en tenant compte d’objectifs spécifiques à leur profession, avec des techniques de production qui leur sont propres. C’est dans cette optique que je les considère comme étant complémentaires. Est-ce qu’ils auront les mêmes lieux communs ? Est-ce que les lieux communs se présenteront sous la même forme dans les trois terrains ? Ce sont des questions que l’analyse pourra dévoiler.

Haut de page

Bibliographie

BARTLETT, Arthur M. et Frederic T. COOPER (2000), History of the 19th Century in Political Cartoon dans Jim ZWICK (dir.), BoondockNet Edition [En ligne]. http://www.boondocknet.com/cartoons/mc01.html Page consultée le 10 février 2002.

BRETON, Philippe (1995), « Médias, médiation, démocratie. Pour une épistémologie critique des sciences de la communication politique », Hermès, 17-18 : 321-334.

BRETON, Philippe et Serge PROULX (1994), L’explosion de la communication. Naissance d’une nouvelle idéologie, Montréal, Boréal.

BRISSON, Réal (2000), La crise d’Oka par la caricature. Deux visions distinctes d’une même crise, Sillery, Septentrion.

CAYROL, Roland (1986), La nouvelle communication politique, Paris, Larousse.

CAYROL, Roland (1997), Médias et démocratie : la dérive, Paris, Presses de Sciences Po.

CHAMPAGNE, Patrick (1990), Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit.

COURTINE, Jean-Jacques (1990), « Les glissements du spectacle politique », Esprit, 164 : 152-164.

DE BAECQUE, Antoine (1988), La caricature révolutionnaire, Paris, Presses du CNRS.

DE BAECQUE, Antoine (1989), La révolution à travers la caricature, Paris, Presses du CNRS.

DE LAURETIS, Teresa (1987), Technologies of Gender. Essays on Theory, Film and Fiction, Bloomington, Indiana University Press.

DELPORTE, Christian (1993), Les crayons de la propagande. Dessins et dessinateur sous l’Occupation, Paris, CNRS Éditions.

DESBARATS, Peter et Terry MOSHER (1979), The Hecklers. A History of Canadian Political Cartooning and a Cartoonists’ History of Canada, Toronto, McClelland and Stewart.

DERVILLE, Grégory (1997), Le pouvoir des médias. Mythes et réalités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

DUPRAS, Annie (1992), Le roi décapité : essai sur les imaginaires politiques, Paris, Les Éditions du Cerf.

DUPRAS, Annie (2000), Histoire de la France par la caricature, Paris, Larousse.

FAUX, Emmanuel, Thomas LEGRAND et Gilles PEREZ (1991), Plumes de l’ombre. Les nègres des hommes politiques, Paris, Ramsay.

FOUCAULT, Michel (1970), L’ordre du discours, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel (1976), Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel (1982), « Les techniques de soi » dans Michel Foucault. Dits et Écrits IV, Paris, Gallimard, p. 783-813.

GANS, Herbert J., (1983), « News media, news policy, and democracy : Research for the future », Journal of communication, 33(3) : 174-184.

GERSTLÉ, Jacques (1991), La communication politique, Paris, Presses universitaires de France.

GINGRAS, Anne-Marie (1995), « L’impact des communications sur les pratiques politiques », Hermès, 17-18 : 37-47.

GINGRAS, Anne-Marie (1999), Médias et démocratie. Le grand malentendu, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.

HARRISON, Randal P. (1981), The Cartoon. Communication to the Quick, Beverly Hills, Sage.

HÉTU, Richard, (2000), La guerre des caricatures, La Presse, dimanche le 15 octobre 2000, A1-A2.

MELLO, Bradford W. (1999), « Quick communicators : Editorial cartoonists in communication overdrive », Communication Yearbook, 21 : 379-403.

MONIÈRE, Denis (1998), Votez pour moi. Une histoire politique du Québec moderne à travers la publicité électorale, Montréal, Fides.

MONIÈRE, Denis (1999), Démocratie médiatique et représentation politique, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal.

MORRIS, Raymond N. (1989), Behind the Jester’s Mask, Toronto, University of Toronto Press.

MORRIS, Raymond N. (1995), The Carnavalization of Politics, Montréal/Toronto, McGill-Queen’s University Press.

NIQUETTE, Manon et William J. BUXTON (1997), « Meet me at the fair : Sociability and reflexivity in nineteenth-century world expositions », Canadian Journal of Communication, 22 : 81-113.

PRESS, Charles (1981), The Political Cartoon, London, Associated University Presses.

RANGEON, François (1991), « Communication politique et légitimité », La communication politique, Les cahiers du CURAPP, Paris, Presses universitaires de France : 99-114.

RANGON, Michel, (1992), Le dessin d’humour. Histoire de la caricature et du dessin humoristique en France, Paris, Seuil.

SCOTT, Joan W. (1991), « The evidence of experience », Critical Inquiry, 17 : 773-797.

VÉRON, Éliséo (1995), « Médiatisation du politique. Stratégies, acteurs et construction des collectifs », Hermès, 17-18 : 201-214.

WOLTON, Dominique (1997), Penser la communication, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Notons que la conception de Gingras (1999) ne s’inscrit pas dans cette vision. En effet, elle cherche plutôt à « déconstruire l’image romantique du journaliste valeureux à la recherche des faits et celle tout aussi romantique des médias comme sphère publique, une conception qui s’appuie davantage sur des croyances que des faits » (p. 2).

2 D’ailleurs Monière (1998) dans une recherche extensive sur la publicité électorale a remarqué que les réclames publicitaires étaient de plus en plus courtes afin de répondre aux canons télévisuels. Il a noté qu’au fil des ans, les messages publicitaires seraient passés de 15 minutes à 15 secondes (p. 233).

3 Volume 1 — La volonté de savoir.

4 Caricature de « l’italien caricare signifie charger, exagérer » (Rangon, 1992 : 13).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Lalancette, « « C’est la faute aux médias ! » », Communication, vol. 21/2 | 2002, 159-172.

Référence électronique

Mireille Lalancette, « « C’est la faute aux médias ! » », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/5598 ; DOI : 10.4000/communication.5598

Haut de page

Auteur

Mireille Lalancette

Mireille Lalancette est candidate au doctorat conjoint en communication à l’Université de Montréal. Ce texte a obtenu le prix Van Horne de l’Association canadienne en communication. Ce prix est décerné à la meilleure communication étudiante présentée lors du congrès 2001, tenu à l’Université Laval.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals