Navigation – Plan du site
Recherches

« Ce qui t’appartient m’appartient »

Survol du réseau de création apocryphe chez les X-philes
Isabelle Doucet
p. 183-194

Texte intégral

  • 1 Umberto Eco (1985), dans Lector in fabula, parle de coopération interprétative.

1Il est en général assez rare, dans nos sociétés occidentales, que les fonctions d’auteur et de lecteur se confondent. Le statut d’auteur revêt une aura d’autorité. Si l’intention auctoriale ne constitue pas nécessairement la valeur étalon qui permettrait de juger de la pertinence d’une interprétation, il reste que l’on reconnaît volontiers aux auteurs une fonction démiurgique : leurs œuvres constituent en soi des mondes fictifs dont ils sont les créateurs, au sens le plus fort du terme. Le rôle du lecteur a, quant à lui, longtemps été réduit à la seule fonction de récepteur d’un message. Les théories de la réception ont maintenant montré que la relation texte-lecteur est des plus complexes et qu’elle relève davantage de l’interaction que d’une communication à sens unique1. La relation auteur-lecteur s’envisage moins : dans le domaine des littératures générales, la lecture est le point aveugle de l’écriture et vice versa.

2Il semble que le phénomène de la fan fiction échappe à cette dichotomie ; la frontière entre la réception et la création s’avère souvent extrêmement perméable. Les séries télévisées comme Star Trek, Doctor Who, Dallas ou The Beauty and the Beast, et plusieurs autres séries culte, ont soulevé un enthousiasme tel chez certains spectateurs qu’ils ont trouvé le moyen de prolonger, par la création littéraire, l’univers de la série bien au-delà des frontières de la fiction télévisuelle. Ce phénomène constitue une des pratiques les plus typiques et les plus intéressantes du milieu du fandom. Les spectateurs deviennent des auteurs dont l’acte créateur prend sa source dans une expérience de consommation télévisuelle. Les exemples de fan fiction sont nombreux ; nous avons choisi de considérer les récits de fichier qui s’élaborent autour de la série de science-fiction X-Files, série qui, en 2001, en est à sa huitième saison de diffusion. Le mode de fonctionnement de cette communauté de fan writers, qui fonctionne selon un mode participatif, utilise des conventions génériques et un système de diffusion très caractéristique du milieu de la création apocryphe en général.

3Le téléspectateur commun qui s’aventurerait par hasard à l’intérieur du milieu du fandom croirait certes pénétrer un monde parallèle de règles et de conventions qui ne semblent nulle part avoir leurs pareilles. Il ne faudrait néanmoins pas croire que le fan writing constitue une activité marginale au sein de la culture populaire. C’est, au contraire, une pratique créative extrêmement florissante qui fait naître une pléthore de clubs, de magazines et de sites Web, qui mobilise les ressources de centaines de milliers de fans à travers le monde. Il est, à l’heure actuelle, difficile de chiffrer précisément le nombre de fictions publiées par année. La plupart des magazines spécialisés paraissent à compte d’auteur et sont distribués parmi des groupes d’initiés. L’avènement d’Internet a néanmoins passablement changé la donne : des centaines de sites d’archivage et de pages personnelles d’auteurs apparaissent chaque année, ce qui rend un décompte impossible. D’autant plus que la facilité d’accès de ces sites Web rend beaucoup plus visible ce type de création littéraire, ce qui a pour effet d’attirer un nombre croissant d’adeptes. Nous ne parlons pas, bien sûr, de ces fictions qui dorment dans les tiroirs de leurs auteurs et qui ne seront peut-être jamais accessibles à un large public.

  • 2 Il serait d’ailleurs intéressant de se pencher sur ce phénomène culturel… qui brille par sa quasi-a (...)
  • 3 Notons deux exceptions : « De la constellation Star Trek : science-fiction et transfictionnalité », (...)
  • 4 Un phénomène assez semblable, quoique de moindre ampleur, s’est produit avec un roman-feuilleton in (...)

4La création apocryphe constitue un phénomène largement anglo-saxon, américain surtout. Il semble que cette pratique soit encore peu usitée dans la francophonie, quoique les fans français de séries américaines (ou de littérature populaire, pensons aux amateurs de Sherlock Holmes, entre autres) aient adopté ce mode d’écriture. Les fan writers québécois, quant à eux, sont rares2. Le fait qu’il n’existe encore aucun terme français pour décrire cette activité n’est d’ailleurs pas étranger à cet état de fait. La plupart des études universitaires sur le fan writing sont américaines3 et se consacrent, pour une large part, à scruter les groupes d’auteurs et de lecteurs qui gravitent autour de Star Trek. « This focus », explique Henry Jenkins, « reflects the important role of Star Trek fandom in developing the conventions and setting the standards for media zine publishing (adopting them from older forms found in literary science fiction fandom) » (Jenkins, 1992 : 157). Les fan fictions qui émanent de l’univers fictionnel de la série Star Trek constituent effectivement un point de référence majeur pour les autres groupes de fan writers, bien que cette série culte ne soit pas à l’origine de la pratique de la création apocryphe. Les amateurs du perspicace Sherlock Holmes ont, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, écrit des fictions parallèles au canon que constituent la soixantaine de nouvelles qui proviennent de la plume d’Arthur Conan Doyle4.

5Le modèle Star Trek a cependant contribué à fixer une terminologie générique propre au fan writing, qui coexiste souvent avec la taxinomie conventionnelle dans le vocabulaire qu’emploient les fans. Il s’écrit beaucoup de romans, qui sont souvent archivés sous l’appellation long form fan fiction, sans doute pour différencier ces écrits des novélisations « officielles » d’épisodes qu’autorisent les concepteurs de séries. Mais le format le plus usité est sans doute la nouvelle (et ses variantes comme la novella), qui a l’avantage d’être relativement court, ce qui facilite la publication en magazine ou la diffusion en ligne. Ces textes se classent en sous-genres. Les récits slash (Kirk/Spock ou Mulder/Scully, par exemple) focalisent sur la relation entre deux personnages clés de la série. Les vignettes sont de courts textes qui remplissent les « blancs » laissés dans la trame narrative des épisodes télévisés ou qui apportent un éclairage nouveau sur le comportement d’un personnage ; ces vignettes prennent fréquemment la forme de dialogues. Les crossovers (ou cross-universe) permettent quant à eux de faire se rejoindre les univers fictionnels de séries indépendantes ; « Convergence at Baker Street » de Jeannine Ackerson, par exemple, plonge les agents Mulder et Scully de X-Files en pleine ère victorienne, époque à laquelle ils mèneront une enquête conjointe avec un autre duo de célèbres limiers : Sherlock Holmes et Watson. À cette liste ajoutons les chansons et poésies, ainsi que les récits érotiques ou pornographiques (les smut ou AKA fictions souvent appelées adult fan fiction). Notons que la série X-Files donne lieu à ses propres sous-genres, notamment aux case files, textes dont la ligne narrative se calque essentiellement sur celle des épisodes télévisés ; il s’agit d’enquêtes, constituées d’après le schéma classique du roman policier (crime-enquête-résolution), que Mulder et Scully mènent sur des phénomènes paranormaux. Chaque communauté d’édition apocryphe est donc susceptible de forger ses propres sous-genres.

6Cette terminologie générique ne représente qu’un élément superficiel de la culture alternative que forgent les fan writers. Il semble que le mode d’organisation des regroupements de créateurs revêt une finalité bien différente de celle qui dirige les activités des industries culturelles de la diffusion littéraire et de la télévision. La pratique du fan writing est fondamentalement axée sur la collectivité : les notions d’auteur et de public sont intimement liées, non seulement parce que les spectateurs puisent leur inspiration dans une expérience de consommation télévisuelle commune, mais parce que chaque scripteur est aussi lecteur de ses pairs. Le fan writer n’écrit pas seulement pour lui-même, pour son bénéfice personnel, mais pour toute la communauté des fans ; il connaît les goûts, les opinions et les intérêts de son public parce qu’il en entretient de semblables et parce qu’il communique directement avec ses pairs.

  • 5 Les sous-groupes de fans forment, au sein de la communauté des amateurs, des cliques qui se regroup (...)
  • 6 Les pratiques éditoriales des webmestres et des fan-éditeurs s’inscrivent d’ailleurs dans la tradit (...)

7Le mode de diffusion de la fan fiction contribue, ce faisant, à ce que les textes demeurent d’accès facile pour le plus grand nombre de fans possible. Il contribue également à favoriser les échanges directs entre les auteurs et leurs lecteurs. Il s’avère relativement aisé de pénétrer le milieu de la publication apocryphe : « anyone who has access to a word processor, a copy center, has a few hundred dollars start-up cash can publish their own zine (with varying degrees of quality and success) » (Jenkins, 1992 : 158). Internet, en rendant quelque peu caduque la production de fanzines, a rendu les pratiques de diffusion encore plus démocratiques : les coûts d’opération sont réduits au minimum lorsque les auteurs diffusent leurs œuvres à l’intérieur de sites Web personnels. D’autres fan writers se tournent vers les sites d’archivage en ligne, qui réunissent des centaines, voire des milliers, de textes répartis en sous-genres. Deux régimes d’archivage se font concurrence chez les X-philes : les archives générales et les archives spécialisées. Les sites d’archivage les plus volumineux sont généralement assez œcuméniques : The Gossamer Project est un consortium d’archives spécialisées où presque toutes les fictions soumises peuvent trouver une niche. Ephemeral se génère automatiquement à partir des textes qui circulent sur le X-Files creative usenet newsgroup. Le travail des webmestres qui tiennent des sites d’archivage spécialisés s’apparente à celui des rédacteurs de magazines puisqu’ils ne publient que le matériel qui réussit à pénétrer leur crible. Il existe autant de ce type d’archives que de critères de sélection ou de sous-groupes de fans5 : The Shipper‘s Nightmare Fanfic Archive se spécialise dans les récits slash d’allégeance noromo, The SA Skinnerfic Collection regroupe des histoires qui mettent en vedette le directeur Skinner, The Agent Xena Smut Archive privilégie les récits érotiques… Non seulement les webmestres procurent-ils à leurs pairs écrivains une occasion de diffuser leur production mais ils se servent de leur site pour véhiculer leur vision de la série, un peu comme le faisaient les rédacteurs en chef de fanzines par l’entremise de leurs éditoriaux6. Les concepteurs du Primal Screamer’ Fanfic Primer, par exemple, sélectionnent les textes qu’ils hébergent en fonction de la conception qu’ils se font des personnages de X-Files. Le texte d’introduction qui figure sur la page d’accueil de leur site s’avère très éloquent :

Just a warning — we have a very particular vision of Mulder and Scully. He is brilliant but tortured, profoundly disillusioned but eternally hopeful. She is a much loved daughter who can be emotionally distant, someone who strives to be the best not because it is expected of her but because she expects nothing less of herself. Both are honest, decent, loyal, intense, the smartest folks in the room and ultimately, damaged but functioning people who are little less damaged together.

Deviations of these basics make some stories unreadable to us. He is Mulder, never Fox. She is Scully, rarely Dana. Neither are going to make flowery declarations of love, even in an MSR [Mulder-Scully romance]. Scully won’t sell Mulder to the bad guys, Mulder won’t become his father. It even extends to the supporting players. Skinner is the tough but fair boss, not some softy who becomes <Uncle Walter> to Fox and Dana’s kids or some meanie that revels in taking Mulder and Scully’s reports apart. Krycek is the bad guy who was a part of the death of Mulder’s dad and Scully’s sister, not some misunderstood good guy. CSM [Cigarette Smoking Man] is a bad guy who isn’t Mulder’s dad, but could be Samantha’s. Mrs. Scully is an honest woman, Mrs. Mulder is not. Very black and white — sorry about that (s. p.).

8De tels avertissements ont manifestement pour but de provoquer une sélection naturelle : les candidats qui ne partagent pas les opinions des webmestres soumettront leurs fictions à d’autres sites d’archivage. Ils visent également à éveiller l’intérêt du lecteur ; tout se passe comme si ce message signifiait « Si vous partagez nos vues sur les personnages de l’émission X-Files, soyez assurés, chers lecteurs, que vous ne trouverez dans notre site aucun texte qui pourrait heurter votre opinion ». Les webmestres garantissent également à leurs éventuels candidats un auditoire qui saura apprécier leur travail.

  • 7 Les textes de fan fiction s’accompagnent généralement de notes diverses en guise d’avant-propos ; c (...)

9Les sites d’archivage sont devenus la plaque tournante du milieu du fan writing principalement parce qu’ils procurent aux auteurs ainsi qu’aux lecteurs des lieux virtuels de rencontre. Les fan writers recherchent d’abord et avant tout de la rétroaction ; l’une des responsabilités des sites d’archivage (autant que des fanzines, avant l’avènement du réseau Internet) est de permettre à ces auteurs de rejoindre leur public. Les dispositifs de diffusion doivent donc respecter ce désir de communication. La plupart des sites facilitent les échanges en proposant à leurs visiteurs d’inscrire des commentaires à l’intérieur d’un « livre d’or » virtuel auquel tous les internautes peuvent avoir accès ; un lost and found board permet aux fans d’échanger des informations sur des fictions qui ne sont pas disponibles sur le Net ; les archives les plus fréquentées proposent également aux fans la possibilité de donner une cote aux fictions qu’ils lisent, de façon à pouvoir constituer un palmarès des histoires les plus appréciées. Tous les auteurs doivent généralement spécifier, parmi les notes d’avant-propos7, leurs préférences quant au type d’archivage qu’ils privilégient. C’est que les webmestres ne détiennent aucun droit sur les fictions qu’ils publient ; les fictions peuvent donc émigrer d’un site d’archivage à l’autre, et ce, sans que l’auteur ni l’archiviste n’en aient connaissance. Un texte peut donc se retrouver simultanément sur plusieurs sites différents. Comme les auteurs ont intérêt à rejoindre le plus grand nombre de fans possible, la plupart de ces notes contiennent des déclarations générales comme « Anywhere, as long as these headers stay attached » ; certains auteurs précisent néanmoins clairement leurs préférences en citant les sites où ils désirent que leur fiction soit archivée : « Xemplary, Gossamer and Ephemeral fine, anywhere else ok, just let me know. »

10Ces pratiques de diffusion libre s’accordent avec le caractère démocratique et non lucratif du fan writing. Les fictions n’appartiennent pas qu’à leurs créateurs mais à la collectivité des fans. Cette culture participative origine, bien entendu, d’une communauté d’intérêt entre individus ; elle procède également de l’obligation légale qu’ont auteurs et archivistes de renoncer à leurs droits sur les textes qu’ils écrivent ou qu’ils publient. La fan fiction constitue une activité qui contrevient à la loi sur le droit d’auteur ; le caractère souterrain de ce type de création littéraire émane vraisemblablement de cet état de fait. Le terme poaching constitue d’ailleurs un synonyme de fan writing : les auteurs braconnent effectivement sur des terres légalement protégées. Loin de ralentir les élans créateurs des fans, la loi sur le copyright semble, au contraire, exacerber leur volonté de s’approprier la série. Le disclaimer devient en soi un moyen détourné d’attirer l’attention des lecteurs sur la démarche créative que constitue le fan writing. Si la plupart des notes de renonciation s’avèrent relativement laconiques (« The X-Files belongs to Chris Carter, Fox and 1013 Productions. No copyright infringement is intended »), d’autres sont assez explicites sur les bénéfices « moraux » que le fan writing procure aux amateurs ; « Do these characters really belong to Chris Carter, Fox and 1013 Productions ? », demande une auteure, « If so, no copyright infringement intended. Fun, yes. Profit, no. » « Of course they’re not mine, but they do occupy a lot of my quiet moments », avoue une autre. Certains auteurs se servent du disclaimer pour dénoncer l’absurdité d’éventuelles poursuites : exploiter les marges d’une fiction télévisuelle pour son plaisir personnel n’aurait rien de répréhensible en soi, semble affirmer Daydreamer. « Though no names are used in this offering », écrit-il, « the X-Files and all things X, are the intellectual property of Chris Carter, 1013 Productions, and Fox Entertainment. I will make no profits from this, and neither will Fox if they sue me, for I am exceedingly poor and have nothing material they can profit from ». La note de renonciation peut également servir à affirmer son attachement aux personnages de la série :

  • 8 Le ton sarcastique, voire agressif, de cette note montre bien l’attitude que certains auteurs ont e (...)

Mr. Carter, you don’t love them like I do. So can I keep them ? Okay, Okay, be that way, I’ll say it already don’t get your panties all in a twist ! Mulder, Scully, and any character eluded to belong to you Mr. Carter. Now go take care of that atomic wedgie because it must be awfully painful8.

11Il semble que, pour actualiser leurs fictions et pour justifier leur pratique d’écriture, les fans doivent minimiser l’influence du concepteur original de la série sur l’univers fictif qu’il a lui-même forgé. Les messages que les fans destinent aux concepteurs de la série, par l’entremise du disclaimer, déplorent également la logique mercantile des industries culturelles qui obligent les amateurs à renoncer à des personnages qui, au fil des années, sont devenus un peu les leurs. Le fan writing peut, en ce sens, se voir comme une tentative des téléspectateurs de se réattribuer le mérite qui leur revient dans le succès de l’émission.

  • 9 Le site d’archivage Gossamer propose d’ailleurs à ses visiteurs une section interactive où plusieur (...)

12Sans aller jusqu’à dire que le milieu de la création apocryphe constitue un noyau de contestation anticapitaliste (auteurs et lecteurs entretiennent certainement des positions personnelles divergentes par rapport à cette idéologie), il paraît évident que le caractère éminemment social de cette pratique d’écriture l’oppose à celle des scénaristes professionnels de l’industrie télévisuelle (c’est peut-être la raison pour laquelle les fan fictions ne prennent pas la forme de scénarios). Contrairement aux scénaristes, les fan writers partagent leurs idées avec leurs pairs ; ils n’hésitent pas, entre autres, à mettre en ligne une histoire inachevée afin qu’un autre auteur prenne l’initiative de la terminer9. Les auteurs chevronnés permettent volontiers que leur expérience profite aux néophytes, en prodiguant des conseils ou même en organisant des ateliers de création littéraire. Une des auteures les plus cotées du X-philedom, Anne Haynes (2000), a mis en ligne des textes de référence pour fan writers en herbe. Dans So You Want to Write Fanfic ?, elle écrit :

Someone recently asked me tips on how to get feedback on their fanfiction. Simple question, but a not so simple answer. I wrote this person back, giving her the following « treatise » on writing in general and writing fan fiction in particular. I don’t know if this will be of interest to anyone else or not, but here, for your consideration, is my answer to the question […] (s. p.).

13L’interrogation de Haynes est une simple question rhétorique : le partage de trucs et d’informations est fréquent et encouragé à l’intérieur du milieu ; comme l’affirme Henry Jenkins, chaque créateur de fan fiction « has something potentially interesting to contribute ; the group encourages them to develop their talents fully, taking pride in their accomplishments » (Jenkins, 1992 : 154). Les vues de Haynes sur l’écriture s’avèrent d’ailleurs très révélatrices des intentions qui poussent un fan à lire ou à créer de la fan fiction. « If you write well, and you touch people’s minds and hearts, they will write back to you », dit-elle. Mais que signifie « bien écrire » ? Une histoire pleine de rebondissements et de suspense capte efficacement l’attention du lecteur ; il faut donc que les rédacteurs plongent leur lecteur au cœur de l’action et sachent maintenir une tension dramatique tout au long de l’histoire. La plupart des lecteurs de fan fiction centrent en effet leur attention sur la diégèse et non pas sur la forme du texte qu’ils lisent : ils veulent se faire raconter des histoires qui mettent en scène leurs personnages favoris.

14C’est la raison pour laquelle la règle la plus importante à respecter, selon Haynes, pour écrire de la « bonne » fan fiction, est de faire preuve d’une connaissance approfondie de la série : « […] to write the characters really well, you have to know them », souligne-t-elle. « Learn how to write Mulder and Scully (or whatever characters you write) with consistency and attention to details. This I can not stress enough. Know the show. » Les auteurs peuvent, bien entendu, dépeindre les personnages comme bon leur semble ; Haynes n’énonce pas de règles absolues : les conventions d’écriture de la fan fiction ne sont pas nécessairement contraignantes. Le canon confère certes des balises à l’élaboration des histoires, mais il peut toujours susciter des interprétations divergentes, interprétations qui se construisent au gré des besoins ou des envies du scripteur. « […] If you prefer a different Mulder and Scully, then do that », concède Haynes. « Write them however you want to. You’ll probably find a lot of people who like them the way you write them. But I think that you tend to limit your audience if you venture too far from the show canon, character-wise, anyway. » Il ne faut pas oublier que la communauté des fans n’est pas homogène et que chaque amateur s’inspire des stratégies interprétatives du groupe auquel il adhère pour créer. Si la plupart de ceux qui lisent de la fan fiction veulent retrouver dans leur lecture les lieux et les personnages qui leur sont familiers, si bien des amateurs considèrent la fan fiction comme une extension de leur émission préférée, il reste toujours des fans pour apprécier le matériel « déviant ». Le cycle fictionnel Iolukus constitue un exemple patent d’histoires qui rejoignent un auditoire assidu et qui présentent une version alternative des personnages de Mulder et Scully. La variété de fiction que l’on retrouve à l’intérieur des sites d’archivage montre bien que les textes s’écrivent en fonction de publics particuliers ; quelques histoires réussissent à obtenir la faveur populaire (la communauté des fans les considère souvent comme des « classiques »), mais la plupart des scripteurs cherchent à rejoindre les lecteurs qui partagent leurs vues sur la série, et ce, même si cet auditoire paraît relativement restreint au sein de la grande communauté des fans.

15C’est la raison pour laquelle l’écriture est, aux yeux des fan writers, un acte de communication. La recherche esthétique constitue, certes, un point d’appui à la création, du moins pour les auteurs qui voient dans cette pratique une occasion de s’exercer à l’écriture. Une volonté d’accomplissement personnel anime également ces auteurs. Mais le trait le plus caractéristique de la fan fiction, ce qui la distingue des pratiques d’écriture en littérature générale, c’est que l’acte prend sa source dans un « vouloir dire ». Elle permet aux amateurs d’affirmer leur appartenance à une communauté interprétative et d’exprimer leur passion pour une émission, intérêt qui pourrait paraître, de l’avis des non-initiés ou des spectateurs occasionnels, comme futile, voire un peu malsain. Cet acrostiche, intitulé « X-Philes Explained » paraît, en ce sens, tout à fait parlant :

e X tremely
P sychotic ?
pat H etic ?
I ll ? No, just
happi L y
obs E ssed

16L’auteur de cet acrostiche précise :

I never really write notes for poetry but I really thought this one needed explaining a little. I wrote it to show how I believe others see us X-philes. I know my parents think I am nuts because of my obsession and my friends don’t really understand why I love the show so much. I, myself, do not think I am weird but just as the last lines say « happily obsessed » !! I would like to hear feedback on this poem if anybody can be bothered to write any. I feel particularly proud of this little piece of fluff and would love to know if other people understand what I am trying to say.

17Anne Haynes enjoint ses pairs de devenir de meilleurs auteurs, mais pour nombre de scripteurs, il ne s’agit pas de considérer le fan writing comme un art mais d’utiliser cette pratique d’écriture pour se faire entendre de leurs semblables. Les fan writers lancent tous les jours sur le Web des appels aussi fervents que celui qu’émet l’auteur de l’acrostiche. Plus que tout, les fans ont besoin de savoir qu’ils ne sont pas seuls. C’est la raison pour laquelle le fandom devient le ferment de pratiques de création extrêmement fécondes. Il ne s’agit pas, pour eux, de s’isoler dans un monde fantasmatique, mais au contraire, de transformer la consommation télévisuelle en catalyseur de créativité.

Haut de page

Bibliographie

CORDESSE, Gérard (1984), La nouvelle science-fiction américaine, Paris, Aubier-Montaigne, Coll. « USA ».

ECO, Umberto (1985), Lector in fabula, traduit de l’italien par Miriem BOUZAHER, Paris, Grasset.

HAYNES, Anne, So you want to write fanfic ?, [En ligne], http://members.aol.com/ahaynes33/index.htm Page consultée le 31 mars 2001.

HAYNES, Laurie D., Sympathy for the Devil (CC’s theme) — a filk, [En ligne], http://ephemeralfic.org/read.phtml?idx=736424540. Page consultée le 20 mars 2001.

INVISAGOTH, X-Philes explained, [En ligne], http://www.users.globalnet.co.uk/~gavaska/poetry/xphilesexplain.txt. Page consultée le 19 mars 2001.

JENKINS, Henry (1992), Textual Poachers. Television Fans and Participatory Culture, New York, Routledge, Coll. « Studies in Culture and Communication ».

LABRECQUE, Brigitte (1992), Row, Row, Row Your Boat, Québec, Québec-Trek.

MELLIER, Denis (1999), « L’aventure de la faille apocryphe ou Reichenback et la Scherlock-fiction », dans Sherlock Holmes et le signe de la fiction, Fontenay-aux-Roses, ENS éditions, Coll. « Signes ».

SAINT-GELAIS, Richard (1999), « De la constellation Star Trek : science-fiction et transfictionnalité », dans L’empire du pseudo. Modernités de la science-fiction, Québec, Éditions Nota bene, Coll. « Littérature(s) ».

SAINT-GELAIS, Richard (inédit), « Énigme et transfictionnalité : un arpentage du réseau d’Edwin Drood », communication présentée dans le cadre du colloque « L’énigme », Poitiers, 15-17 mars 2001.

WEB, The Agent Xena Smut Archive, [En ligne], http://members.nbci.com/AgentXena/

WEB, Ephemeral. The X-Files fanfic auto-archive, [En ligne], http://www.ephemeralfic.org

WEB, The Gossamer Project, [En ligne], http://www.gossamer.org

WEB, The SA Skinnerfic collection, [En ligne] http://homepages.go.com/~skinnerholicsanonymous/fanfic.html

WEB, The Shippers’ Nightmare Fanfic Archive, [En ligne], http://www.geocities.com/Hollywood/Heights/9042/tsn.html

Haut de page

Notes

1 Umberto Eco (1985), dans Lector in fabula, parle de coopération interprétative.

2 Il serait d’ailleurs intéressant de se pencher sur ce phénomène culturel… qui brille par sa quasi-absence. Les cas de fan fiction québécoise, reliés à des séries anglo-saxonnes autant qu’à des émissions québécoises, se comptent sur les doigts de la main. Mentionnons toutefois l’existence d’un roman de Brigitte Labrecque (1992), intitulé Row, Row, Row Your Boat, qui se situe dans l’univers fictionnel de la série Star Trek. Certaines téléséries québécoises, pensons à Fortier (TVA) ou à Urgence (SRC), pour ne nommer que celles-là, représenteraient pourtant un potentiel de création non négligeable. Le fait que la culture québécoise ait, jus­qu’à maintenant, réussi à se protéger d’une certaine américanisation pourrait expliquer cette absence.

3 Notons deux exceptions : « De la constellation Star Trek : science-fiction et transfictionnalité », de Richard Saint-Gelais (1999), qui appréhende le phénomène du point de vue des théories littéraires de la fiction, et « L’aventure de la faille apocryphe ou Reichenback et la Sherlock-fiction », de Denis Mellier (1999), qui traite de la relation fiction-écriture-mythe dans les apocryphes holmésiens.

4 Un phénomène assez semblable, quoique de moindre ampleur, s’est produit avec un roman-feuilleton inachevé de Charles Dickens, The Mystery of Edwin Drood. L’inachèvement de cette intrigue policière a titillé la fibre littéraire de nombre de droodistes qui se sont mis à imaginer des dénouements possibles à l’histoire ou même à parodier le roman. Pour un survol critique de quelques versions d’Edwin Drood, lire Saint-Gelais (inédit) « Énigme et transfictionnalité : un arpentage du réseau d’Edwin Drood ».

5 Les sous-groupes de fans forment, au sein de la communauté des amateurs, des cliques qui se regroupent autour de vues communes. Les concepteurs de la série X-Files laissent planer un doute sur la nature de la relation qui unit les agents Mulder et Scully : entretiennent-ils des rapports strictement professionnels ou une passion amoureuse couve-t‑elle sous la cendre ? Que la réponse à cette question demeure ambiguë, même après huit saisons de diffusion, n’empêche pas les fans d’émettre des hypothèses. Les ‘shippers croient qu’une relation sentimentale entre Mulder et Scully est tout à fait plausible (les shipper fiction concrétisent souvent ce lien amoureux possible en unissant charnellement ou légalement les deux protagonistes). Les noromo rejettent la position des ‘shippers en alléguant qu’envisager une relation amoureuse entre les deux personnages viendrait contredire la pudeur sentimentale qui les caractérise (il va sans dire que la fiction noromo a aussi ses plus fervents adeptes). La disparition mystérieuse de l’agent Mulder, survenue au cours de la présente saison, est en passe de provoquer un petit schisme chez les fans qui se divisent en pro-Doggett et anti-Doggett (l’agent Doggett est désormais, et jusqu’à nouvel ordre, le partenaire de l’agent Scully). Ces schismes permettent d’observer la manière dont se négocient les rapports d’appartenance à la grande communauté des fans. La formation de sous-groupes d’opinions contraires représente le fruit de tensions à l’intérieur de la communauté des fans, qui expriment leur réaction face à ce que les concepteurs de la série leur imposent. Cette communauté n’est donc pas homogène, mais englobe des ensembles d’individus qui partagent des stratégies interprétatives communes.

6 Les pratiques éditoriales des webmestres et des fan-éditeurs s’inscrivent d’ailleurs dans la tradition des magazines de science-fiction professionnels ; leurs rédacteurs en chef exerçaient souvent une influence non négligeable sur la vision que se faisaient les lecteurs du genre. Ce sont d’ailleurs les magazines de science-fiction qui ont constitué les premiers exemples de culture participative : chaque revue permettait aux fans d’exprimer leur opinion ou de polémiquer à l’intérieur de rubriques consacrées au courrier des lecteurs. Pour une vue d’ensemble sur ce phénomène, lire Gérard Cordesse (1984), La nouvelle science-fiction américaine.

7 Les textes de fan fiction s’accompagnent généralement de notes diverses en guise d’avant-propos ; ces notes permettent aux auteurs de communiquer avec les archivistes et avec leurs lecteurs. Outre le titre du texte ainsi que le nom (ou pseudonyme) de l’auteur, cet avant-propos doit comporter une cote semblable à celles que l’industrie télévisuelle donne aux émissions qu’elle produit (PG, R, NC-17…), donner la catégorie ou le genre dans lequel s’inscrit le texte et inclure une note de distribution (ou distribution statement) ; l’avant-propos doit également dire si la fiction contient des informations tirées d’épisodes passés (ou futurs) de la série, contenir un bref synopsis de l’histoire, un message de l’auteur à la communauté (le cas échéant) et une renonciation à ses droits d’auteur.

8 Le ton sarcastique, voire agressif, de cette note montre bien l’attitude que certains auteurs ont envers le concepteur de la série X-Files, Chris Carter. Bien des fans le comparent d’ailleurs au diable : une auteure a composé une version de la chanson Sympathy For the Devil des Rolling Stones dans laquelle le diable, qui prend le visage de Chris Carter, chante
I shouted out, « I am the creator,
I’ll lay these souls to waste.
For after all I gave them life
And their blood is mine to spill ».
Let me please introduce myself
I’m a man of wealth, got no taste
And I laid traps for X-Files fans
Who believe everything I say.
Pleased to meet you, hope you guessed my name !
What’s confusing you is just the nature of my game.
Carter est vu comme un homme imbu de lui-même, qui prend plaisir à manipuler les fans de X-files à travers ses personnages.

9 Le site d’archivage Gossamer propose d’ailleurs à ses visiteurs une section interactive où plusieurs auteurs peuvent prendre part à un work in progress.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Doucet, « « Ce qui t’appartient m’appartient » », Communication, vol. 21/2 | 2002, 183-194.

Référence électronique

Isabelle Doucet, « « Ce qui t’appartient m’appartient » », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/5612 ; DOI : 10.4000/communication.5612

Haut de page

Auteur

Isabelle Doucet

Isabelle Doucet poursuit des études de troisième cycle à l’Université Laval en littérature française.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals