Navigation – Plan du site
Lectures

Claude JAMET et Anne-Marie JANNET (1999), La mise en scène de l’information

Paris/Montréal, l’Harmattan, Coll. « Champs visuels »
Mustapha Belabdi
p. 272-276
Référence(s) :

Claude JAMET et Anne-Marie JANNET (1999), La mise en scène de l’information, Paris/Montréal, l’Harmattan, Coll. « Champs visuels »

Texte intégral

1Parler de mise en scène de l’information, à propos de la presse écrite et du journal télévisé (J.T.), est une entreprise chargée de signification. À l’ère où la consommation des médias suscite des réactions multiples parfois antinomiques de la part des lecteurs-récepteurs face à un même produit, la notion de dire-vrai s’avère compromise par le foisonnement de tendances et de points de vue et surtout l’hétérogénéité des sources d’information et leur transmission.

2La recherche menée par Claude Jamet et Anne-Marie Jannet dans Mise en scène de l’information, ouvrage introduit par un autre spécialiste des sciences de l’information, Jean-François Tétu, sur les composantes du discours médiatique à la fois journalistique et audiovisuel est une démonstration fort argumentée du cérémonial qui entoure la construction de ce discours et du travail qui se profile en amont et en aval de toute production de l’information médiatique et de son impact sur le récepteur.

3Soucieux, au départ, d’encadrer leurs étudiants dans leur contact avec l’information provenant de la presse et de la télévision et de les doter des matériaux nécessaires à l’appréhension et à l’analyse, les auteurs conçoivent alors ce que Tétu considère comme un instrument d’apprentissage et un manuel d’analyse du discours de l’actualité au quotidien qui interroge les formes « basiques » de ce discours (voir p. 5).

4En agissant ainsi, le texte met en exergue l’approche des éléments constitutifs du discours médiatique nonobstant les variations, l’évolution et le devenir de ce discours, ce qui le range aux côtés des références de la recherche et de l’analyse du discours des médias.

5Fondé sur une approche théorique d’obédience linguistique, le texte allie les théories de l’analyse du discours en partant de celle, annoncée au début de la deuxième partie (p. 97), de Patrick Charaudeau dans Langage et discours, portant sur le dédoublement énonciatif, selon lequel « l’acte de langage devient un acte inter-énonciatif entre quatre sujets, lieu de rencontre imaginaire de deux univers de discours » (p. 98), à savoir le locuteur-émetteur, l’interlocuteur-récepteur, l’énonciateur et le destinataire.

6Il s’appuie également sur les résultats des travaux de Ducrot pour l’approche polyphonique du discours et des concepts-clés qu’elle subsume, à savoir l’intertextualité, la présupposition, l’ironie et les différentes manifestations du discours rapporté.

7Pour le discours du journal télévisé, le texte transpose l’essentiel des matériaux empruntés à l’analyse du discours en y ajoutant les ingrédients spécifiques à l’écran à savoir la voix, l’image, le son pertinemment présentés dans le schéma sur l’énonciation à l’écran (p. 140) qui reprend l’essentiel de la configuration des intervenants dans cet outil audiovisuel. L’information présentée dans la presse et à l’écran y est décortiquée en quatre étapes complémentaires réparties sur quatre chapitres. L’analyse concerne les différents aspects constitutifs de la matière appréhendée.

8Le premier niveau interrogé concerne l’aspect formel (nous dirions aussi paratextuel par référence aux travaux de G. Genette sur cette notion). L’analyse de cet aspect, telle qu’elle est agencée, est fertile pour l’éclairage du discours tant il s’entoure de signes producteurs de signifiance. Le texte rassemble autour de concepts-phares l’essentiel des instruments dont il use, réunis sous forme de ce qu’il appelle « dispositif ».

9Ce terme générateur dont les éléments ont été appréhendés dans la première partie de l’ouvrage est conçu comme « l’articulation entre des mises en scène, des positions interlocutives et les conditions extra linguistiques du discours grâce à laquelle les co-énonciateurs construisent un mode commun d’appréhension de leur représentation du monde » (p. 16), ce qui relègue au texte un menu copieux d’éléments fondateurs du texte médiatique à interroger.

10D’autre part, conscient de la préoccupation des médias pour l’identification de leur produit en tant que représentation originale d’un microcosme sensé être reconnaissable par le lecteur à travers des signaux extérieurs récurrents (la charte graphique entre autres) et de l’importance de son image liée à la problématique de la compétitivité, la crédibilité et la fidélisation des lecteurs-récepteurs, le texte interroge les indicateurs représentatifs de ce dispositif dans une optique informative, assortie d’un commentaire portant sur le sens et le contenu des discours appréhendés. Tout ce qui entoure le discours du journal en se situant avant ce discours (son paratexte) régente préalablement en effet la matière du discours et crée les contours de sa signifiance.

11Les concepts-clés privilégiés pour l’analyse du discours journalistique, à ce niveau, concernent la dichotomie spatio-temporelle, l’identité visuelle du journal et le contrat d’interaction journal/lecteur, l’organisation discursive du journal.

12Le journal télévisé mobilise, quant à lui, une terminologie sui generis au traitement de l’image et du son en tant que supports incontournables de passation des messages de l’écran et la mise en scène imposée par la matière informative. Cette première partie de l’œuvre est conçue comme une plate-forme de la corrélation entre le produit et sa transmission par les canaux et les techniques appropriés dont regorge le langage.

13Le second niveau de l’analyse consacre la problématique de l’énonciation et l’alternance de points de vue entre locuteurs/énonciateurs et le degré de distance entre les instances discursives ainsi que l’impact recherché à travers la scénographie des jeux de rôles déjà amorcés au premier chapitre. L’allocutaire et/ou le récepteur des discours est aussi interpellé à différents niveaux selon les situations de l’énonciation. L’analyse énonciative préconisée considère le discours médiatique comme un discours polyphonique où s’imbriquent plusieurs points de vue avec plus ou moins de distance. Le va-et-vient entre ces voix, promues parfois en instances discursives, régit souvent le sens des situations énonciatives. Les exemples étudiés dans la presse écrite française et du journal télévisé appuient amplement ce propos.

14En effet, en ce qui concerne la presse écrite, les auteurs s’arrêtent sur les indices d’énonciation immanents au discours, à savoir la titraille, la signature et les indices externes du discours considérant la mise en scène de l’énonciation ainsi que la hiérarchie des voix intervenant au sein d’un discours. Cette attitude révèle en effet la variété de choix importante dans les manières d’appréhender un événement et les marques nécessaires de distanciation en possession du scripteur. Les exemples développés et notamment la comparaison du traitement d’un même fait par deux ou plusieurs médias témoignent de l’attitude adoptée vis-à-vis d’un événement et connotent par là les fondements de la stratégie discursive de chacune d’elles. Relativement au journal télévisé, l’équation est orientée vers la problématique de la parole et des instances qui prennent en charge le discours selon la hiérarchie des niveaux d’intervention entre le on/off et les modalités d’apparition d’un même sujet, le lieu de son apparition et la durée de cette apparition.

15Le troisième niveau de l’analyse se rapporte aux indicateurs de l’énonciation et scrute la distanciation face à un événement cité. Il approfondit et complète l’analyse des déterminants amorcée dans le second chapitre et s’arrête sur le rôle des déictiques, du nom propre et de ses fonctions et de l’usage des verbes et de leur pertinence et de l’impact de ces instruments dans la construction du sens. Le choix des formes verbales attire l’attention sur toute la dimension du dire et du faire, combien pertinente pour l’illustration des intentions de l’écriture. Le schéma proposé à la page 218 insiste sur la répartition des verbes en termes d’impact et des effets qu’ils produisent.

16En penchant vers la nominalisation, le texte a tendance à rétracter le sens et à amoindrir l’impact. « Le faire est essentiellement exprimé par la forme active ; l’être par la phrase nominale. La forme passive et la nominalisation sont au croisement des deux dans la mesure où elles résultent de l’un pour construire l’autre et où l’article reconstitue le processus pour compléter l’information » (p. 219).

17Les mêmes procédés sont interrogés dans l’analyse du journal télévisé étant donné que l’accent est mis sur le kaléidoscope de l’expression verbale.

18Le dernier volet de l’analyse proposé se rapporte à un aspect sémantique, à savoir l’étude de l’implicite, concept par excellence de la polyphonie qui renvoie à la présupposition et au sous-entendu. Les variations discursives dont regorgent les énoncés renseignent sur les choix établis pour chaque situation et les alternatives potentielles de l’énonciateur.

19Ce procédé est donc omniprésent dans toute expression écrite ou visuelle en tant que composante dans la compréhension globale d’un énoncé. Il joue des rôles variés pour conforter les dires d’un locuteur, conserver la bienséance, insérer des touches ironiques, prendre position.

20En définitive, il importe de souligner que l’ouvrage parcourt un large éventail des discours qui traversent les médias et fonctionnent comme un patchwork soigneusement construit.

21En s’arrêtant sur le discours du journal et celui du journal télévisé, il consacre en effet deux des médias les plus convoités par le grand public. Les instruments interrogés sont au cœur du discours médiatique et extra-médiatique, depuis l’échafaudage contextuel qui se trame en amont du discours jusqu’à la touche finale par laquelle le discours livre sa signifiance. Tout y contribue pour atteindre à la cohérence de la matière avec le travail qui s’y déploie telle une constellation où il faut admirer la brillance de l’étoile et le noir qui la contourne.

22On ne sort pas de la lecture de ce texte comme on y est entré. Le regard du lecteur se voit marqué de nouveaux réflexes acquis au contact de cette panoplie d’outils précieux lui permettant ainsi de faire face aux arcanes de ces supports de la modernité qui ont tendance à accompagner notre quotidien, voire à s’imposer à notre mode de penser et d’agir.

23Il aurait été intéressant cependant d’affiner au préalable, pour les moins nantis, les définitions de certains des concepts utilisés dans le texte, notamment lecteur, destinataire, allocutaire, téléspectateur, pour situer les nuances d’usages et d’impact.

24D’autre part, l’analyse de M. Bakhtine dans Poétique de Dostoïevski aurait enrichi l’analyse de la polyphonie du discours rapporté, notamment de ce qu’il appelle zone de personnages, notion très présente dans le discours médiatique.

25De même, les travaux de G. Genette sur le paratexte auraient servi à mieux appréhender les aspects formels et extra-textuels et l’ouvrage de Jaap Lintvelt sur la notion de point de vue aurait contribué amplement à éclairer le lecteur sur la notion de distance entre les intervenants dans un énoncé.

26Cela ne réduit pourtant en rien la consistance du texte qui, bien au-delà du projet initial, s’inscrit dans la mouvance des références importantes pour la réflexion et la lecture du discours médiatique en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Belabdi, « Claude JAMET et Anne-Marie JANNET (1999), La mise en scène de l’information », Communication, vol. 21/2 | 2002, 272-276.

Référence électronique

Mustapha Belabdi, « Claude JAMET et Anne-Marie JANNET (1999), La mise en scène de l’information », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/5633

Haut de page

Auteur

Mustapha Belabdi

Mustapha Belabdi, Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals