Navigation – Plan du site
Recherches

Les compétences discursives du présentateur dans le journal télévisé grec

Les dimensions pédagogiques
Sophie Aslanidou
p. 195-215

Texte intégral

1Depuis 1984 la communauté éducative se dirige vers l’exploitation pédagogique des médias à l’école. Déjà en 1979, le terme « l’éducation aux médias » désignait :

… toutes les manières d’étudier, d’apprendre et d’enseigner à tous les niveaux et en toutes circonstances, l’histoire, la création, l’utilisation et l’évaluation des médias en tant qu’arts pratiques et techniques, ainsi que la place qu’occupent les médias dans la société, leur impact social, les implications de la communication médiatisée, la participation, la modification, du monde de perception qu’ils engendrent, le rôle du travail créateur et l’accès aux médias (Unesco, 1984 : 8).

2Depuis plus de dix ans, différentes institutions éducatives, associations privées ou publiques, dans le monde entier, commencent à introduire dans leur pratique l’utilisation des médias. S’agit-il de rendre actuelles les institutions éducatives, ou de donner à l’étude de l’actualité une fonction pédagogique ? Je répondrai facilement les deux. Car si rendre actuelles les institutions éducatives signifie une ouverture de l’école vers le monde extérieur, vers d’autres sources d’informations que le manuel traditionnel de l’école, rendre éducative l’actualité signifie rapprocher l’actualité du monde éducatif. L’éducation rappelle aux médias leur mission civique, leur rôle social, leur responsabilité.

3Introduire l’actualité à l’école signifie :

  • poser des questions et réfléchir sur les problèmes du monde ;

  • prendre parti sur les problèmes du monde ;

  • dénoncer les atrocités ;

  • manifester contre les abus du pouvoir ;

  • sensibiliser à la nouveauté ;

  • sensibiliser aux problèmes de justice sociale ;

  • introduire l’école dans la vie ;

  • travailler pour une démocratisation de la société.

4Le journal télévisé constitue l’émission que les chercheurs analysent souvent parce qu’elle est intéressante pour les sciences de communication mais elle entre aussi dans la perspective d’une éducation aux médias. Dans cette perspective, nous avons essayé d’analyser un élément du dispositif du journal télévisé grec qui est le discours du présentateur grec.

5Nous avons pris comme exemple les quatre présentateurs des quatre chaînes de la télévision grecque, trois privées et une publique, selon le critère des plus fortes cotes d’écoute. Les chaînes sont : MEGA, ANTENNA, SKY (privées) et ET1 (publique). Pour analyser les compétences discursives des présentateurs, nous avons sélectionné des interviews en direct et en duplex avec des personnalités sur un événement qui était à la UNE de l’actualité pendant la période étudiée. L’événement concerne l’apparition de la fièvre aphteuse en Grèce dans la semaine du 22 au 28 août 1994.

Le discours du présentateur

6Le discours du présentateur est un élément essentiel des journaux télévisés. « À qui parle-t-il et comment ? » C’est une question majeure. Pour répondre, pour analyser le discours du présentateur, il faut poser la question « À qui s’adresse-t-il et comment ? »

7Nous allons analyser le dispositif conversationnel entre les présentateurs et d’autres personnes dans les quatre chaînes pour examiner le poids du présentateur. Selon le déroulement des conversations, la force et la personnalité du présentateur se dévoileront ainsi que « la marque » ou « l’image publique » de la chaîne.

8Nous avons repéré des indices comportementaux pour caractériser les conversations et nous avons procédé à l’analyse de quatre d’entre eux.

9Nous allons utiliser quatre termes pour procéder à cette analyse :

10La règle du jeu. Le terme « règle du jeu » exprime la façon dont les partenaires se comportent, s’expriment. On veut étudier comment les partenaires distribuent les tours de parole, comment les thèmes sont abordés, quels sont la structure et le contenu de l’interaction entre les partenaires ?

11Tour de parole. Selon A. Pillon, c’est l’énoncé produit par un locuteur pendant le laps de temps s’écoulant entre le moment où il a commencé à parler et celui où il cède la parole à un autre locuteur (Pillon, 1984).

12Le mode de prise de parole. Ce terme décrit un pouvoir et un rapport de force parmi les participants dans une conversation. Le nombre de fois que chacun des participants intervient dans la conversation, le nombre d’interruptions, la distribution des tours de parole sont des indices qui confirment un rapport de force entre les interlocuteurs.

13Le développement thématique. Ce terme décrit comment les tours de parole se succèdent, comment les « actants » prennent la parole, quelle est la structure de la phrase, comment se construit l’espace interlocutoire ?

14Par cette analyse, nous voulons identifier les facteurs ou les indices interactionnels qui amènent à percevoir les comportements discursifs des présentateurs selon qu’ils sont directifs, dominants, ou autoritaires, soumis ou passifs. Le comportement discursif du présentateur prescrit son statut dans la chaîne mais aussi la valeur que la chaîne lui accorde.

L’analyse du corpus

15Pendant le journal télévisé de MEGA du 23/8/94 le présentateur interroge en direct le Professeur Koptopoulos de la Faculté des sciences vétérinaires sur l’apparition de la fièvre aphteuse en Grèce.

Présentateur — Mesdames et Messieurs nous sommes maintenant en direct dans notre studio de Thessalonique où se trouve le professeur de l’Université d’Aristote M. Koptopoulos. Monsieur Koptopoulos bonsoir. Je voudrais d’abord vous demander si l’inquiétude du public est justifiée. En effet, dans sa majorité ce dernier a cessé d’acheter de la viande grecque. En fait, je voudrais savoir si la peur des consommateurs de se voir transmettre le virus par la consommation de viande contaminée est justifiée.
Professeur — Cette peur est injustifiée pour deux raisons. La première raison est que le virus se transmet aux animaux ruminants et à aucune autre catégorie. La deuxième raison est le fait que le virus se détruit après l’abattage de l’animal parce que le pH de la viande « tombe » et que cela provoque la destruction du virus.
Présentateur — M. le Professeur, la question qui se pose est de savoir pour quelles raisons les viandes contaminées ne sont pas vendables. Pour quelle raison le ministre a décidé de ne pas vendre ces viandes ?
Professeur — La raison est simple. Le virus de la fièvre aphteuse se transmet très facilement. En effet si un produit est transféré d’un foyer d’infection le virus se transmettra probablement sur la route jusqu’au lieu d’arrivée…
Présentateur — Nous avons une suspension de la liaison en direct. Espérons que le problème technique se résoudra rapidement. Passons maintenant à d’autres informations…
Présentateur — Le contrôle m’annonce que la panne a été réparée et que nous pouvons communiquer maintenant avec notre studio de Thessalonique. M. le Professeur je vous présente mes excuses pour ce problème technique, terminez votre phrase.
Professeur — Je vous disais que la viande n’est pas transportée des foyers d’infection par crainte de transmettre le virus à d’autres régions.
Présentateur — Ma question est : si l’animal est tué le pH change, donc le virus disparaît. Comment alors le transport peut-il alors être dangereux ?
Professeur — Le pH change dans la viande mais reste sur la moelle osseuse ou dans d’autres tissus et cela est dangereux.
Présentateur — Par conséquent ces tissus peuvent être dangereux pour l’homme.
Professeur — Non. Le danger est toujours pour l’élevage, pas pour l’homme, mais uniquement pour les animaux.
Présentateur — Dites-moi autre chose. Que se passe-t-il pour les produits laitiers ? avec le lait ou avec le fromage ?
Professeur — Si le lait provient d’un animal contaminé, pendant la stérilisation, le virus est détruit. Mais restent quelques petits corpuscules de virus qui ne sont pas dangereux pour la santé publique. En ce qui concerne les produits laitiers il n’y a aucun risque : durant la fermentation, le virus est détruit.
Présentateur — M. le Professeur je vous le demande directement : Donneriez-vous à votre enfant du lait pasteurisé ou à l’un de vos parents âgés ? Je veux dire à certaines catégories de population sensibles.
Professeur — Moi, je le donnerai en sachant que le lait pasteurisé a très peu de corpuscules de virus, et qui ne sont pas dangereux. L’homme peut contracter d’autres maladies qui ont les mêmes manifestations mais pas la fièvre aphteuse
Présentateur — Que conseilleriez-vous à quelqu’un qui vous demanderait quelle viande acheter, celle importée ou celle de Grèce ?
Professeur — Sans réserve les viandes grecques. D’abord aucune carcasse ne part des régions infectées. Mais même si c’était le cas, comme je l’expliquais tout à l’heure, il n’y aurait aucun problème.
Présentateur — Pourquoi alors la Commission Européenne a-t-elle interdit les importations de notre pays ?
Professeur — Pour que le virus ne se transmette pas à d’autres pays par les produits animaliers, à cause de la haute contagiosité de la maladie.
Présentateur — Par conséquent le danger dans notre pays est très élevé car je ne pense pas que l’on ait localisé tous les cas de fièvre aphteuse. Il est très possible de commercialiser sur les marchés de la viande d’animaux contaminés.
Professeur — Cela je ne le sais pas. Ce sont les administrations vétérinaires du ministère de l’Agriculture qui le savent.
Présentateur — M. le Professeur, je dois vous remercier de vos réponses qui ont contribué à nous informer.

La règle du jeu

16Le présentateur-vedette (Hatzinikolaou) invite à son journal un professeur de la faculté des sciences vétérinaires de l’Université de Thessalonique dont le rôle est de commenter et de répondre sur le vif à des questions à propos de la fièvre aphteuse. Le présentateur dispose de ressources institutionnelles considérables et l’invité est assuré du prestige qui sera attaché à son nom et à sa fonction. Les deux interlocuteurs ont le même pouvoir sur la distribution des tours de parole. L’un présentateur, meneur du jeu d’interviewer, l’autre enseignant qui, de par son métier, exerce un pouvoir décisionnel dans la distribution des tours de parole auprès de ses étudiants. Ainsi adopte-t-il souvent des conduites plus directives.

Pratiques discursives

Mode de prise de parole

17L’invité est invité à prendre la parole à 10 reprises. Il prend la parole à la suite d’une invitation formulée par le présentateur. Pendant les 5,57 premières minutes de conversation, les tours de parole de l’invité durent 3,53 minutes. Le présentateur prend 11 fois la parole pendant 2 minutes pendant lesquelles il interrompt deux fois son interlocuteur. Le mode interactionnel qui s’établit entre les deux participants manifeste un rapport de force du présentateur à l’invité. L’enseignant-locuteur laisse son tour de parole chaque fois que le présentateur l’interrompt. En général le présentateur respecte le temps de parole de son interlocuteur et il donne l’impression de gérer démocratiquement les tours de parole. En même temps il met en valeur son invité en évitant de l’interrompre et en lui laissant le temps de s’exprimer.

Le développement thématique

18Le débat n’est ni désordonné ni agressif. La conversation est une succession de tours de parole dont chacun dépend de l’occurrence de l’autre : chacun est une réponse au précédent. Comme la parole conquérante est la parole sollicitée, la conversation montre le respect réciproque des deux locuteurs. L’espace interlocutoire est bien aménagé, les phrases sont complètes et structurées, la parole est argumentée. Il n’y a pas de glissement thématique et la suite des questions/réponses présente une forme linéaire.

19Quels sont les « comportements interlocutifs » ? Anne Croll les définit ainsi : « ils consistent en des comportements discursifs utilisés en situation interlocutive et situés dans les tours de parole qu’occupe alternativement chaque participant à l’interlocution » (Croll, 1993 : 39). Toute la conversation comprend deux actes de contact ; au début et à la fin pour ritualiser l’ouverture et la clôture de la conversation. « Mesdames et Messieurs, communiquons, maintenant avec le studio de MEGA à Thessalonique où se trouve le Professeur de l’Université de Thessalonique, M. Koptopoulos » et aussi à la fin « Monsieur le Professeur je vous remercie pour vos réponses qui, je crois, ont contribué à nous informer ». C’est une conversation où l’animateur pose des questions (7 en tout) et l’invité répond (8 réponses) et qui contient deux assertions et une non-réponse. Ce comportement interlocutif met en valeur que, dans un contexte démocratique où il n’y a pas de conflit, il y a un participant qui dirige et gère la discussion, le présentateur, et l’autre, l’invité – enseignant qui obéit aux règles d’usage. L’espace interlocutif est bien aménagé et chacun des interlocuteurs garde son indépendance et dispose de son temps, l’un pour interroger et l’autre pour répondre. Le présentateur met en valeur son invité en rappelant souvent son statut social. Six fois dans la conversation la locution « Monsieur le Professeur » intervient pour rappeler au spectateur son poids social et le respect qu’il commande. Les réponses de l’invité-vedette n’ont ni ponctuation, ni « euh », ni arrêt, elles sont bien structurées et précises. Ainsi une mise en scène s’établit selon laquelle le présentateur-vedette par respect pour son public invite un « savant » dont les réponses sur le problème de la fièvre aphteuse sont incontestables. Le présentateur crée ainsi un climat de sécurité à travers la « scientificité » de son invité.

20Sur la chaîne ANTENNA, le même jour, le présentateur discute du même sujet avec le Vice-Ministre de l’Agriculture.

Présentateur — Mesdames, et Messieurs, revenons maintenant sur le grand sujet de la fièvre aphteuse. Dans notre studio de la Place de la Constitution se trouve le Vice-Ministre de l’Agriculture, M. Vasilakakis.
Monsieur le Ministre, il est certain qu’il y a une petite inquiétude mais il y a en même temps les affirmations du ministère de l’Agriculture. On sait que « La répétition est la mère de l’apprentissage ». Vous êtes ministre et en même temps vétérinaire, finalement nous voulons une réponse d’une bouche responsable : est-ce que la fièvre aphteuse se transmet à l’homme ?
Vice-Ministre — Ça ne passe pas mais je dirais que ce va-et-vient fréquent sur le même sujet est mauvais pour le public…
Présentateur — Ah bon !!!!
Vice-Ministre — Moi, j’ai essayé à un certain point avec les déclarations fréquentes du ministère et qui sont scientifiquement argumentées d’affirmer qu’il n’y a aucun danger.
D’ailleurs je voudrais dire à tous les gens que, bien que plusieurs personnes ont eu des contact avec des animaux contagieux, nous n’avons aucun cas de malade humain. Il est connu aussi que la fièvre aphteuse touche certaines catégories d’animaux. Elle ne touche pas tous les animaux, seulement les animaux dont la bouche est divisée en deux lèvres. Seulement ces animaux. Il y a ces animaux parmi les animaux domestiques ou certains sont sauvages, comme par exemple le cerf. La contamination est donc très sélective. Notre objectif en prenant certaines mesures qui sont vraiment très dures est d’empêcher l’extension de la maladie qui est, c’est vrai, très rapide.
Présentateur — Monsieur le Ministre, si quelqu’un mange de la viande ou des produits laitiers d’un animal contaminé, qu’est-ce qu’il peut se passer ?
Ministre — Il n’y a pas de problème…
Présentateur — … On peut donc manger de la viande et boire du lait sans danger.
Ministre — IL N’Y A PAS DE PROBLÈME. Je le dis catégoriquement, surtout aujourd’hui avec les nouvelles méthodes de pasteurisation la contamination est très limitée. Dans le passé les gens, ils vivaient avec la fièvre aphteuse et ils mangeaient de la viande sans prendre des précautions… D’ailleurs pourquoi les Européens acceptent-ils nos produits laitiers ? Nous emballons nos produits avec les conditions que la Communauté Européenne a imposées. Il n’y a aucun problème…
Présentateur — Monsieur le Ministre, on vous remercie.

La règle du jeu

21Ici le présentateur-vedette a invité quelqu’un qui a deux fonctions : ministre et vétérinaire. Cela veut dire qu’il a un pouvoir institutionnel et un pouvoir scientifique. Il rassure son public en disant « il est certain qu’il y a une petite inquiétude mais nous avons ici les affirmations du Ministre de l’Agriculture. La pétition est la mère de l’apprentissage. Vous êtes ministre et aussi vétérinaire, finalement nous voulons une réponse d’une bouche responsable, la fièvre aphteuse se transmet-elle à l’homme ? »

22Si le présentateur demande à son invité de répéter son affirmation sur le problème de la fièvre aphteuse, les deux interlocuteurs n’exercent pas le même pouvoir sur la distribution de tour de parole.

Mode de prise de parole

23L’invité prend la parole à la suite d’une invitation formulée par le présentateur et il la garde pendant 2 des 2,30 minutes que durera la conversation. Le présentateur intervient deux fois, sans interrompre son interlocuteur. Un rapport de force en faveur de l’invité s’établit. Le présentateur pose sa question chaque fois que son invité arrête de parler. Il respecte le temps de parole de son invité et il lui laisse le temps de s’exprimer.

Le développement thématique

24Le débat ne lève pas. Il y a un grand respect vis-à-vis de l’invité. Le déroulement des questions/réponses est linéaire. Deux questions du présentateur suscitent la même réponse de l’invité : « il n’y a pas de problème, je vous le dis catégoriquement. »

25L’intervention de l’invité semble de nature à renforcer la crédibilité du présentateur et de la chaîne. L’invité-ministre intervient avec son poids institutionnel et l’impose à la conversation. Son intervention est directive et impérative : « je dirais que ce va-et-vient fréquent sur le même sujet, c’est mauvais pour le public. » C’est l’autorité du ministre qui intervient pour donner des leçons de morale à son interlocuteur dont la personnalité s’efface.

26Sur la chaîne publique ERT1 le présentateur discute avec le ministre de l’Agriculture.

27L’interview du ministre de l’Agriculture sur ERT1 dans le J. T du 23/8/94

Présentateur — Dans notre studio de la rue Mourouzi se trouve le ministre de l’Agriculture, M. Moraitis, qui va nous donner des détails à propos du problème de la fièvre aphteuse.
Monsieur le Ministre, bonsoir. Premièrement il faut éclaircir certaines choses. Si la viande ou les produits laitiers provenant des animaux contaminés arrivent sur les marchés, y a-t-il du danger pour les consommateurs ?
Ministre — Écoutez. Peut-être mon affirmation n’est pas suffisante parce que je ne suis pas expert, je suis avocat et non vétérinaire ou médecin. Tous les experts, grecs ou étrangers, et les décisions qui ont été prises sont sous le contrôle de la Communauté Européenne. Ces experts donc pensent qu’il s’agit d’une maladie des animaux et non d’une maladie des hommes et donc il n’y a pas de raison de s’inquiéter.
Présentateur — Puisque tout est clair, pourquoi la Corporation des Marchands de viande grecque a déclaré hier qu’elle a arrêté de distribuer la viande ?
Ministre — C’était une décision inacceptable, c’est pourquoi je les ai appelés aujourd’hui.
Ils ont compris leur erreur et ils ont retiré leur décision. Ils ont déclaré que la demande de viande a baissé à cause de l’inquiétude que cette affaire a provoquée…
Présentateur — Peut-on dire qu’il y a un mouvement sur le marché pour que notre pays dépende des viandes importées ? Il faut préciser que les bœufs sont importés, par contre les moutons et les chèvres sont grecs. La maladie touche cette dernière catégorie.
Ministre — Cela est vrai. Le résultat de cette déclaration pourrait être un nouveau ordre dans le marché de la viande en Grèce. J’ai réagi ainsi parce que cela pourrait être catastrophique pour l’élevage en Grèce. Nous les avons convoqués aujourd’hui et ils ont retiré leur déclaration [les marchands de viande].
Présentateur — Les dégâts ont dépassé le millier de drachmes. Quel pourcentage couvrira la Communauté Européenne ? Il faut dire que la Communauté a couvert 70 % des dégâts de l’Italie qui avait l’année dernier le même problème.
Est-ce que le gouvernement grec va couvrir le reste des dommages ?
Ministre — Le problème de l’indemnisation est secondaire dans cette affaire. Bien sûr la Communauté va participer aux indemnisations. Oui, un 70 % peut se demander à la Communauté et le reste, c’est le gouvernement qui va payer. Toutes les mesures ont un seul but : limiter l’extension de la maladie à d’autres régions du pays. Je voudrais que le public comprenne ça. Les mesures sont pour éviter l’extension de la maladie à d’autres animaux dans d’autres régions. Et la contagion entre les animaux est très facile. Nous ne prenons pas de mesures pour éviter la contagion de la maladie aux gens.
Présentateur — C’est-à-dire que ce qu’il faut protéger c’est l’élevage grec.
Ministre — Pas seulement. L’intérêt des États européens est de protéger l’élevage en Europe aussi. C’est pour ça que, quand un virus de la fièvre aphteuse apparaît dans une région, la seule mesure efficace est de tuer et d’enterrer l’animal. Si un animal est contaminé par la maladie, même s’il a dépassé le danger, il continue à constituer un porteur de contagion du virus. C’est la raison pour laquelle on tue l’animal. Ce sont des mesures pour limiter l’extension de la maladie.
Présentateur — Vous êtes très clair, Monsieur le Ministre.
Ministre — En Grèce il n’y a pas d’extension. Je me demande pourquoi certains parlent de l’extension rapide de la maladie.
Présentateur — Je pense que vous avez répondu déjà. Une dernière question. Comment évoluent les choses à ce propos à Bruxelles Ministre — La rencontre d’hier de la Commission pour l’élevage était très intéressante. Nous avions certains cas positifs sauf pour les animaux de Xanthi-Rodopi et Lesvou. On ne peut pas appliquer la réglementation de la Communauté à ces anticorps, c’est-à-dire tuer les animaux parce que la provenance de ces anticorps pourrait être des autres animaux contaminés dans le passé. Ainsi la Communauté a accepté de ne pas tuer ces animaux. Nous souhaitons ne pas avoir des cas positifs dans les examens du sang dans toutes les régions.
Présentateur — Nous souhaitons la même chose. Monsieur le Ministre nous vous remercions beaucoup.

La règle du jeu

28Le présentateur invite à son journal le ministre de l’Agriculture. L’invité exerce la plus haute fonction mais, comme il précise, il n’est pas un spécialiste de la question puisqu’il est avocat et non vétérinaire ou médecin. Les deux interlocuteurs sont en duplex dans deux studios différents et, si l’invité parle au nom de sa fonction institutionnelle, ils exercent le même pouvoir sur la distribution de tours de parole.

Pratiques discursives

Mode de prise de parole

29L’invité prend la parole chaque fois qu’il y est invité. La conversation dure 5 minutes 28 secondes et pendant ce temps le présentateur prend 7 fois la parole, pendant 1 minute 28 secondes et l’invité six fois pour une durée totale de 4 minutes. Le présentateur n’interrompt jamais son invité et respecte intégralement le temps de parole de son interlocuteur. C’est un échange démocratique où chacun respecte l’autre.

Le développement thématique

30C’est un débat correctement organisé où le ministre invité fait sentir le pouvoir de sa fonction. La conversation est une succession de tours de parole. Chaque tour de parole dépend du précédent, chacun est une réponse à une question soulevée. L’espace interlocutoire est bien aménagé, les phrases bien structurées et la parole argumentée. Il n’y a pas de glissements thématiques. Il n’y a pas de conflit. Le présentateur fait ressortir que son invité est là pour faire la lumière et donner des explications à propos de la fièvre aphteuse. Les allocutions comme « il faut éclaircir », « vous étiez très clair, M. le Ministre », « cela est clair », « il faut préciser » le confirment. Le présentateur réussit à créer un climat de confiance et de sécurité en faisant intervenir le pouvoir institutionnel de son invité.

31La présentatrice de SKY crée un climat différent à travers son discours et ses comportements interlocutoires. Le sujet est toujours la fièvre aphteuse, l’invité du jour est encore le ministre de l’Agriculture, mais l’interview se déroule le 24/8/97.

Présentatrice — Monsieur Moraitis bonsoir. Le ministère de l’Agriculture a annoncé aujourd’hui que les viandes importées seront également contrôlées à cause de la fièvre aphteuse qui sévit dans notre pays. Pourquoi y a-t-il un problème avec les viandes importées ?
Ministre — Non, je veux rassurer le public. Si pour suivre un régime, le public veut éviter de manger de la viande, c’est son choix personnel, mais en ce qui concerne la maladie, il n’y a aucun danger. La question qui a été posée à M. Vasilakakis concernait la manière suivant laquelle la viande en vente dans le marché grec a été contrôlée. Et là il a parlé des viandes importées…
Présentatrice — Mais il a parlé de contrôles plus sévères.
Ministre — Écoutez !!! Les viandes subissent deux types de contrôle. Premièrement dans les abattoirs par les vétérinaires qui mettent leurs tampons. Et elles sont aussi contrôlées pendant leur consommation sur le marché. Les premiers contrôles se font de toute façon dans les abattoirs. Les deuxièmes se font pour des raisons psychologiques quand il y a inquiétude du public. Il faut que le public sache qu’il a l’assurance des vétérinaires et qu’ils peuvent manger sans danger de la viande…
Présentatrice — Et avec le contrôle de la viande importée, il y a un équilibre sur le marché avec la viande grecque, n’est-ce pas ?
Ministre — Je ne veux pas décider qui va consommer la viande grecque et qui la viande importée. Vous savez qu’une telle préférence de la part d’un ministre peut créer des problèmes avec les autres pays. Mais en tant que citoyen grec, il est bien évident que je voudrais que la viande grecque soit consommée. C’était la raison pour laquelle j’ai vite appelé la corporation des commerçants afin de leur signaler les dangers que leurs déclarations pourraient provoquer et ils ont compris leur erreur.
Présentatrice — Les commerçants ont peut-être compris leur erreur mais l’inquiétude continue à exister dans le public. Vous avez dit avant-hier qu’il n’y a aucun danger, même si on consomme de la viande qui vient d’un animal contaminé par la fièvre aphteuse, n’est-ce pas ?
Ministre — C’est quelque chose que les vétérinaires confirment et je suis obligé de le répéter moi aussi. Mais il faut quand même que tout le monde sache que les viandes contaminées n’existent pas sur le marché. Il y a eu des cas semblables dans les départements de Xanthi, Rodopi et Lesvou et tout de suite les animaux ont été tués.
Présentatrice — Et à Palini aussi.
Ministre — Non, là-bas il y avait des cas positifs. Nous avons vite appliqué la réglementation de la Communauté et les animaux ont été tués et enterrés. C’est une mesure préventive pour éviter la transmission de la maladie à d’autres animaux. Ça n’a rien à voir avec la protection de l’homme.
Présentatrice — Ce que vous dites est assez sérieux pour qu’on comprenne la raison pour laquelle les experts disent qu’il n’y a pas de problème même si on mange de la viande d’un animal contaminé.
Ministre — C’est pour cela que l’exportation de la viande et des produits laitiers est interdite s’ils ne sont pas pasteurisés, pour que le virus de la maladie ne se transmette pas à d’autres pays et à d’autres animaux. Ce sont des mesures qui ont été décidées par la Communauté Européenne et elles expriment une expérience de plusieurs années et de plusieurs experts. Les mesures qu’on applique ici sont prises en collaboration avec les vétérinaires de la Communauté. Chez les animaux de Palini, Kastoria et Kilkis il y avait des anticorps positifs et ainsi nous n’avons pas tué et enterré ces animaux parce que ces anticorps étaient très faibles.
Présentatrice — C’est-à-dire que, à Palini, il n’y a pas de problème sérieux.
Ministre — Ils ont trouvé certains anticorps de faible tension, mais on ne sait pas pourquoi ils ont eu ces symptômes.
Présentatrice — C’est la raison pour laquelle ils n’ont pas tué les animaux et ils les ont mis en quarantaine ?
Ministre — Bien sûr les animaux n’ont pas été tués. Quarantaine est un mot qui crée une mauvaise ambiance. On peut dire qu’ils sont en surveillance et s’ils présentent des symptômes de la fièvre aphteuse, on les tuera.
Présentatrice — M. Moraitis, vous nous assurez en tout cas qu’il n’y a pas sur le marché de viande issue d’un animal contaminé.
Ministre — Bien sûr, les animaux qui présentent des symptômes de la fièvre aphteuse sont tout de suite tués.
Présentatrice — Vous excluez le cas d’un animal tué avant que les symptômes se présentent.
Ministre — Je pense qu’il suffit de cette déclaration aux consommateurs. Aujourd’hui la Chambre de commerce a déclaré qu’il n’y a pas de danger et je pense qu’elle n’a aucune raison de mentir. Nous avons les confirmations de tous les experts de la Communauté qui surveillent l’application de la réglementation et eux-mêmes ont proposé de ne pas tuer les animaux à Palini dont les anticorps sont faibles. Puisque nous avons toutes ces affirmations l’inquiétude est inexplicable. Je pense que cette déclaration est suffisante pour le public. Peut-être la mienne n’a pas de valeur parce que je n’ai pas de connaissances ou parce qu’ils pensent qu’on veut éviter de tuer les animaux.
Présentatrice — M. Moraitis, comment l’épidémie de fièvre aphteuse peut-elle s’arrêter ? Pourquoi y a-t-il un grand chemin entre la Macédoine de l’Ouest et Palinod ? Comment faire pour que l’épidémie arrête et qu’il n’y ait pas d’extension ?
Ministre — Tout d’abord nous avons contrôlé Palinod parce que là-bas il y avait des troupeaux venus des régions touchées par la maladie, surtout de Lesvos…
Présentatrice — C’est-à-dire à travers des transferts des troupeaux ?
Ministre — La maladie se transmet très facilement entre les animaux. Ces régions sont sous surveillance, nous avons envoyé les cas à un centre médical à Londres pour examen. Si nous avons des cas positifs nous allons appliquer les mesures là-bas aussi. Les résultats des examens ont montré qu’il ne faut pas s’inquiéter et il ne faut pas appliquer les programmes de tuer les animaux…
Présentatrice — M. Moraitis tout ce transfert des troupeaux est tellement grand en Grèce…
Ministre — Le transfert des bêtes est interdit. Il faut que les bergers comprennent que, pendant cette période, il ne faut pas transporter leurs troupeaux à cause du danger de transmettre le virus.
Présentatrice — Quand pourra-t-on on dire que le problème est résolu ?
Ministre — Je peux vous dire qu’après la discussion de lundi dernier à la Commission des vétérinaires en Europe, je pense que si on n’a pas d’autres cas de maladie, les mesures prévues par la Commission seront retirées. Simplement il y aura une surveillance dans les régions où on a trouvé des cas positifs.
Présentatrice — Il s’agit d’éviter toute contamination à une autre région, n’est-ce pas ?
Ministre — C’est notre objectif et il faut d’abord que le ton baisse et qu’on laisse les experts affronter la maladie qui, je le répète, est une maladie d’animaux. Elle concerne les animaux et non les hommes. Il ne faut pas créer de panique dans le public.
Présentatrice — On souhaite que la maladie s’arrête dans les régions où elle est apparue.
Ministre — Nous le souhaitons aussi. Je ne veux pas susciter un climat d’inquiétude mais nous sommes obligés de surveiller la situation. Ces cas avec de faibles anticorps peuvent exister dans d’autres régions. D’ailleurs si un animal est vacciné contre la fièvre aphteuse, il peut avoir des anticorps des années après.
Vous savez qu’en Turquie et en Bulgarie, le bétail est vacciné contre la fièvre aphteuse. Il est très probable qu’une importation des animaux de ces pays ait transporté le virus.
Présentatrice — M. le Ministre, je vous remercie.

La règle du jeu

32L’invité de la présentatrice veut rassurer le public en faisant appel au poids de son ministère. Les deux interlocuteurs n’exercent pas le même pouvoir sur la distribution des tours de parole. La présentatrice est la vedette qui est à l’aise pour interroger même un ministre. L’invité bénéficie du prestige de sa fonction, mais non de celui d’un spécialiste.

Mode de prise de parole

33La conversation dure 10 minutes 32 secondes. Pendant ce temps la présentatrice prend seize fois la parole pendant 2 minutes 30 secondes. L’invité prend 15 fois la parole, pour une durée de 7 minutes 5 secondes.

34L’invité est invité à prendre la parole. La présentatrice interrompt presque toujours son interlocuteur sans respecter son temps de réponse. Le meneur de jeu est la présentatrice qui donne l’impression d’interroger et non d’interviewer son interlocuteur. Elle interpelle son invité par son nom et non par sa fonction. Elle le rejoint sur son terrain. Elle demande souvent au ministre de confirmer ce qu’elle a avancé. Les allocutions « n’est-ce pas ? » concluent souvent ses interventions.

Le développement thématique

35Le pouvoir est du côté de la présentatrice. L’invité prend ses distances vis-à-vis les informations qu’il fournit parce qu’il n’est pas un spécialiste de la question. La présentatrice intervient avant que l’invité n’ait terminé son tour de parole. Les interruptions sont en contiguïté selon l’expression de A. Pillon, qui précise :

ce type d’interruption ne laisse transparaître aucun moment conflictuel ; le locuteur interrompu arrête en effet brusquement son énoncé pour laisser la parole à l’interrompant. On peut donc qualifier le mode interactionnel ainsi établi entre les deux participants (interrompu/interrompant) comme manifestant un rapport de force dans lequel l’interrompant jouit d’un pouvoir maximum, à condition toutefois que l’interrompu ne réagisse pas, par la suite, à cette interruption (Pillon, 1984 : 70).

36La présentatrice « attaque » son invité en glissant toujours un « mais » dans ses questions. Son discours est celui d’un maître : « ce que vous dites est très sérieux [mais] pour que le public comprenne… » L’invite donne l’impression qu’il passe un examen devant « une professeure », devant un contrôleur. Il est en position d’infériorité car il a annoncé d’avance qu’il n’est pas spécialiste. Pendant la conversation, la présentatrice ne rappelle jamais le statut social de son invité, sauf une fois à la fin de la conversation : « M. le Ministre je vous remercie. »

37Bien que les présentations du journal télévisé sur ANTENNA, MEGA et ET1 donnent l’impression d’un travail collectif, la figure de l’homme présentateur domine. Avec un discours et un ton plus dramatique, le présentateur d’ANTENNA ébranle son téléspectateur. Le ton paisible et calme du présentateur de MEGA et d’ERT1 abaisse la tension. Sur ces trois chaînes les présentateurs donnent l’impression d’être des interlocuteurs accueillants, non agressifs, qui mettent à l’aise leurs invités et qui s’effacent devant l’« autorité » de leur interlocuteur. L’ambiance est différente sur SKY où toute la présentation et la mise en scène privilégient l’image d’une présentatrice vedette, autoritaire, sûre d’elle, qui interroge, attaque et impose sa présence médiatique au public et à ses invités et sur la chaîne.

38La présentation sur les chaînes ERT1 (publique) et MEGA (privée) projette l’image d’une force calme et paisible qui a comme objectif non de soulever mais de réduire les tensions. Les présentateurs créent ce climat grâce au travail d’équipe qui les entoure et au respect qu’ils manifestent à leurs invités.

39La chaîne ANTENNA bouscule le téléspectateur. Bien qu’elle accorde le moins de temps à ses présentateurs, la mise en scène de sa présentation leur confère une autorité et une priorité inégalées. La chaîne met en vedette ses présentateurs. Le narrateur annonce : « Les nouvelles d’ANTENNA avec Dra Kakis et Tsiligiani ». La chaîne rappelle que les informations lui « appartiennent » à elle et non à ses présentateurs.

40À la chaîne SKY le J. T. est centré sur la présentatrice qui impose son autorité à son public et à ses invités. Pour SKY un J. T., animé par un présentateur « fonceur », doit chercher et approfondir une information. SKY veut donner l’impression à son public qu’elle « fouille » l’information parce qu’elle a toujours des invités qui deviennent le scoop du J. T. C’est une façon de dire à ses téléspectateurs : « Regardez SKY parce qu’il y a tel invité ».

41À travers cette analyse, nous avons voulu décrire le style discursif de chaque présentateur qui identifie le style de la présentation de la chaîne. Son comportement conversationnel dégage l’image d’un pouvoir. Les interviews renvoient aux spectateurs l’image d’un présentateur qui fait figure d’un fonceur ayant autorité ou une calme assurance.

Dimensions pédagogiques

42Comme nous l’avons rappelé auparavant, l’analyse du J. T. représente un intérêt pour les sciences de la communication mais aussi pour les sciences de l’éducation. Cependant, c’est une émission fragmentée et cela constitue une difficulté majeure quant au choix de la méthode d’analyse parmi les différents courants d’analyse qui existent mais aussi quant aux objectifs. Ici nous avons choisi l’analyse discursive comme méthode et les rapports d’élocution entre présentateur et ses invités comme sujet.

43La privatisation de la télévision grecque en 1989 a favorisé l’éclosion d’un « star-system » des présentateurs mais dont l’importance et le poids ne sont pas aussi considérables que dans les autres pays fortement médiatisés. Bien que le présentateur de chaque journal imprime son propre style et sa marque au J. T., la signature de la chaîne demeure prépondérante.

44À travers notre analyse nous avons voulu montrer le poids de chaque présentateur, ainsi que la spécificité de chaque chaîne quant à la conception du journal télévisé. Nous avons tenté de montrer comment, à travers leur comportement interlocutif, les présentateurs des différentes chaînes grecques construisent leur image et consolident leur valeur et leur crédibilité.

45Notre objectif pédagogique était de montrer que le J. T. peut être une matière « enseignable », qui va permettre aux enseignés de construire des outils pour approfondir davantage certains aspects de l’information. Riche d’une longue pratique d’analyse de textes écrits, le système d’éducation doit maintenant mettre en pratique l’analyse de textes télévisuels que nous livrent en abondance les nouveaux médias de communication. Notre analyse peut être reprise à l’école, car elle permet de réaliser un travail de synthèse et, à travers les différents comportements discursifs des présentateurs, on peut susciter des discussions sur la présentation du J. T. On peut, par exemple, s’interroger sur les variations de style de la présentation, évaluer les intonations des différentes expressions, les hésitations, les interruptions, les différents contextes énonciatifs. On peut finalement comparer les différentes chaînes entre elles.

46Voici à titre de suggestions quelques exploitations pédagogiques plus disciplinaires, qu’on peut tirer d’un tel exercice :

  • Analyser le rôle social des invités.

  • Indiquer les arguments des invités (en Grèce, il existe dans l’enseignement de la langue au niveau du lycée un chapitre sur l’argumentation).

  • Comparer l’argumentation des différents discours des invités.

  • Interpréter les discours des politiciens et ceux des spécialistes.

  • Analyser les dimensions économiques, politiques et sociales du problème de la fièvre aphteuse (ou de tout autre thème).

  • Analyser les comportements corporels (le regard, le gestuel) des présentateurs et des invités.

  • Évaluer les interruptions des présentateurs.

  • Préparer au niveau d’une classe des grilles d’analyse d’autres émissions télévisuelles.

47Cet exercice constitue une aide pour les enseignants qui utilisent un manuel scolaire pour l’éducation aux médias. Depuis 1989, le ministère de l’Éducation Nationale a rendu obligatoire dans tous les établissements du pays l’usage d’un manuel intitulé La nouvelle dans le programme de l’enseignement de la langue grecque au niveau des secondes classes du lycée.

48Ce manuel a comme objectif l’enseignement de la langue grecque mais en même temps il est basé sur l’éducation aux médias. Il propose des exercices tels que :

  • trouver la différence entre un fait et un événement ;

  • comparer une information proposée par trois moyens d’informations ;

  • définir ce qu’est un événement ;

  • analyser une émission de télévision ;

  • analyser un journal télévisé.

49Il est certain qu’intégrer l’information dans l’enseignement ou enseigner l’information à l’école peut servir de tremplin à une réflexion plus large sur des thèmes comme :

  • chercher et trouver le sens caché des messages médiatiques ;

  • développer la capacité de faire un choix ;

  • sensibiliser les élèves aux problèmes sociaux ;

  • susciter des échanges et critiques entre jeunes et adultes qui ont regardé les mêmes informations.

50Ces différentes opérations, qu’on peut réaliser à travers l’analyse de cet élément fondamental du Journal Télévisé qu’est le discours du présentateur, contribuent à la formation d’un spectateur actif et critique au sens où Jacques Piette (1996 : 126) définit les caractéristiques de la pensée critique :

  • Distinguer des faits et des opinions ;

  • Juger de la crédibilité d’une source ;

  • Observer et juger des observations rapportées ;

  • Identifier les enjeux et les problèmes importants ;

  • Reconnaître les persuasifs implicites ;

  • Détecter les biais, les stéréotypes et les clichés ;

  • Reconnaître un langage insidieux ;

  • Évaluer les hypothèses ;

  • Classifier des données ;

  • Prédire des conséquences ;

  • Être capable de synthétiser des informations ;

  • Planifier des stratégies alternatives ;

  • Reconnaître des inconsistances dans l’information ;

  • Comparer des similitudes et des différences ;

  • Évaluer les arguments.

51Analyser, synthétiser, évaluer, interpréter, comparer étaient les opérations que visait jusqu’à maintenant l’École à travers l’utilisation des manuels scolaires. Il est temps que ce travail s’élargisse à des textes audiovisuels et notamment télévisuels. L’analyse des textes médiatiques à l’école peut ouvrir à une exploitation pédagogique des matériaux qui sont très présents dans le quotidien des étudiants. Depuis les années soixante, la télévision est considérée comme une « école parallèle » mais elle n’a jamais pu entrer à l’école. Ses émissions peuvent constituer les futurs manuels scolaires si toute la communauté éducative contribue au changement des mentalités, redéfinit ses objectifs pédagogiques et élargit les horizons de l’école.

Haut de page

Bibliographie

BOURDON, Jérôme (1997), Introduction aux médias, Paris, Montchrestien, (Coll. « Clefs politiques »).

COLLECTIF (1984), L’éducation aux médias, Paris, Unesco.

CROLL, Anne (1994), « Les comportements interlocutifs », dans L’étude d’un genre télévisuelle : le talk show, Paris, Université Paris XIII, février.

JACQUINOT, Geneviève et Gérard LEBLANC (1996), Les genres télévisuels dans l’enseignement, Paris, Hachette, Coll. « Éducation ».

LANCIEN, Thierry (1995), Le journal télévisé, Paris, Didier, Coll. « Credif ».

LEBLANC, Gérard (1987), 13-20 heures, le monde en suspens, Marburg, Hitzeroth.

LOCHARD, Guy (1989), Apprendre avec l’information télévisée, Paris, Retz.

PIETTE, Jacques (1996), Éducation aux médias et fonction critique, Paris, L’Harmattan.

PILLON, Allain (1984), « Un outil pour analyser les échanges conversationnels », Cahiers du CRELEF, 19, Besançon.

VERON, Eliseo (1981), Construire l’événement, Paris, Minuit.

WOLF, Mauro (1993), « Recherche en communication et analyse textuelle », Hermès, 11-12, Paris, CNRS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Aslanidou, « Les compétences discursives du présentateur dans le journal télévisé grec », Communication, vol. 21/2 | 2002, 195-215.

Référence électronique

Sophie Aslanidou, « Les compétences discursives du présentateur dans le journal télévisé grec », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/5667 ; DOI : 10.4000/communication.5667

Haut de page

Auteur

Sophie Aslanidou

Sophie Aslanidou est professeure à SELETE (École de formation des maîtres) à Theasssloniki en Grèce. Courriel : aslan@internet.gr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals