Navigation – Plan du site
Lectures

Christian AGBOBLI, Oumar KANE et Gaby HSAB (dir.) (2013), Identités diasporiques et communication

Québec, Presses de l’Université du Québec
Mélanie Le Forestier
Référence(s) :

Christian AGBOBLI, Oumar KANE et Gaby HSAB (dir.) (2013), Identités diasporiques et communication, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Les diasporas se sont retrouvées à la fin des années 1980 au cœur des études sur les phénomènes de mondialisation qui s’attachèrent à mettre en évidence l’avènement de cultures hybrides. L’arrivée d’Internet la décennie suivante contribua à imposer les technologies de l’information et de la communication au centre des débats scientifiques, dans la mesure où il s’agissait d’étudier leur rôle dans les formations des phénomènes diasporiques. Si ces travaux relevaient majoritairement de l’analyse de réception des médias, les recherches plus récentes ont permis aux objets et aux approches de se diversifier, puisqu’elles prennent en compte les différentes dimensions économiques, sociales, historiques et politiques de ces expériences diasporiques contemporaines. Nous pouvons citer en exemple l’ouvrage dirigé par Tristan Mattelart (2007), le numéro de la revue TIC & Société (2009), également coordonné par Mattelart ou celui de la revue Réseaux consacré aux « migrants connectés » et coordonné par Dana Diminescu (2010).

2Regroupant certaines contributions du colloque Trajectoires diasporiques, processus communicationnels et construction identitaire : éléments d’articulation organisé par le Groupe d’études et de recherches axées sur la communication internationale et interculturelle (GERACII, de l’Université du Québec à Montréal) en 2010, l’ouvrage Identités diasporiques et communication prolonge en dix chapitres la réflexion sur les enjeux des diasporas qui s’inscrivent au cœur des questions sur le devenir des cultures et des identités contemporaines. L’identité diasporique est abordée selon une approche communicationnelle, c’est-à-dire une approche interdisciplinaire qui prend en compte « des recherches effectuées dans les autres disciplines et à une intégration communicationnelle des processus physiques de circulation et symboliques de création de sens caractéristiques des diasporas » (p. 2). Les auteurs s’intéressent alors plus spécifiquement à la manière dont les identités diasporiques se construisent dans un rapport à l’autre (la société d’accueil considérée comme monde « ethno-identitaire ») et à soi (la société d’origine, réelle ou imaginée). Ils privilégient ainsi « la question de la construction conjointe de la distance et du lien » (p. 2) au regard des médias.

3Les quatre chapitres de la première partie développent une réflexion épistémologique sur le concept de diaspora. Devant l’éclatement des différentes approches multidisciplinaires, Gina Stoiciu problématise « l’état des connaissances sur la diaspora et [propose] une carte du territoire d’un champ de recherche multidisciplinaire » (p. 10). Ce chapitre est bienvenu dans la mesure où la polysémie de ce terme et son emploi de plus en plus métaphorique dans les travaux sur la mondialisation culturelle ont entraîné des définitions contradictoires, l’expérience diasporique pouvant être, d’un côté, analysée comme une forme de maintien des identités à distance ou, de l’autre côté, comme un processus d’hybridation des identités.

4À partir d’une étude comparative des diasporas libanaises et togolaises, Oumar Kane, Gaby Hsab et Christian Agbobli offrent dans le deuxième chapitre une étude du migrant comme « sujet diasporique » (p. 37) occupant une position intermédiaire entre sa société d’origine et la société d’accueil. La situation de la diaspora libanaise est intéressante, car celle-ci se retrouve historiquement au cœur même de l’imaginaire national. Si elle nous rappelle également qu’« identité diasporique ne dit pas nécessairement cohésion communautaire », sa réussite repose toutefois sur les mythes fondant l’imaginaire national auxquels les « groupes diasporiques qui sont opposés les uns aux autres sur le plan idéologique ou confessionnel, continuent de se nourrir » (p. 44). La diaspora togolaise a pour sa part toujours été fortement engagée dans la politique et l’économie nationale du Togo, « confortant ainsi une perception selon laquelle ils vivent <ici> et <là-bas> en même temps » (p. 47). Elle est de la sorte « un exemple de l’ambivalence qui caractérise toute diaspora : fortement ancrée dans la société d’accueil et en même temps profondément attachée au pays d’origine » (p. 49).

5De leur côté, Jean-Jacques Maomra, Myriam Montagut-Lobjoit et Olga Lodombé étudient « la construction, ou la pérennisation, du lien social entre les membres » (p. 56) des diasporas africaines. À partir d’une approche fonctionnaliste, les auteurs mettent en évidence que le Web 2.0 contribue, non pas tant « au maintien du lien social <primaire> dans les diasporas africaines, [mais] plutôt à une hybridation de ce lien » (p. 67). Olivier Pulvar analyse quant à lui les mouvements sociaux des Antilles françaises de 2009 qui « permettent d’aborder les appropriations des médias et les usages des TIC comme des ressources stratégiques pour une construction identitaire diasporique des Antillais résidant en France » (p. 77).

6Les trois chapitres de la deuxième partie se focalisent sur la relation entre diaspora et productions médiatiques. De son côté, Fathallah Daghmi articule les « concepts de représentations médiatiques, de diasporas et d’identités » (p. 93), pertinents pour « interroger les pratiques médiatiques [des principaux médias marocains] qui renvoient vers le <nous> marocain » (p. 92). Cette étude met ainsi en évidence la relation entre les offres médiatiques à destination des diasporas et la volonté de l’État de maintenir un lien avec la communauté diasporique pour « la préservation de l’identité nationale » (p. 102). Dans une perspective similaire, Nozha Smati interroge le rôle d’Internet dans la construction identitaire d’une diaspora tunisienne dispersée, à partir des « formes de relation au territoire ainsi qu’[aux] représentations territoriales construites par la diaspora tunisienne en France » (p. 107). Elle analyse pour cela le processus de déterritorialisation de Radio Tataouine, une radio régionale (dite territorialisée), à la suite de sa diffusion sur le Web qui a été impulsée pour rechercher de nouveaux auditeurs, et ce, indépendamment de l’État.

7Farrah Bérubé déplace quelque peu l’approche des diasporas en se penchant, entre autres, sur « les répercussions des liens diasporiques sur les productions et les pratiques médiatiques de professionnels issus de l’immigration » (p. 124) et installés au Québec. Les résultats, provisoires et assez peu exposés, montrent de manière générale que « [l]es médias participent au maintien des multiples identités ainsi qu’à la mise en réseau des individus dispersés » (p. 131). L’analyse d’entretiens et de questionnaires a permis de faire ressortir la conscience qu’ont les journalistes de l’influence de « leurs identités, leurs appartenances, leurs racines et leurs liens diasporiques [sur] leur travail » (p. 131). Ils peuvent alors choisir « quand et dans quelle mesure [les] faire intervenir » (p. 132), mais ce n’est pas toujours le cas. Le maintien de ces liens provient souvent des lecteurs qui communiquent avec eux au sujet d’une information portant sur « une communauté bien précise à laquelle ils sont censés appartenir de par leurs origines » (p. 132). Et l’auteur se demande alors si cette catégorisation en tant que membre d’une diaspora n’entraîne pas une éventuelle instrumentalisation de ces journalistes « dans leurs médias respectifs » (p. 132).

8Pour leur part, les trois chapitres de la dernière partie renouent avec l’analyse de réception en se focalisant sur la consommation des médias et la construction du lien social. Houssein Charmarkeh étudie « les usages des médias ethniques dans les stratégies que les membres de la diaspora somalienne mettent en œuvre afin de maintenir les liens tissés avec le pays d’origine » (p. 142). Cette analyse est originale, car elle tient compte des médias hors ligne (les vidéos de mariage) dans un champ de recherche de plus en plus axé sur Internet. L’exemple de la diaspora somalienne au Canada permet de mettre en évidence « une forme d’engagement médiatique multiple » (p. 150) dans les processus de reconstructions identitaires.

9Delphine Regnauld offre de son côté un éclairage intéressant et insolite sur « l’identification à l’ici et à l’ailleurs » des immigrés du quartier Esquilin (Rome) en interrogeant leur « pratique de l’urbain » (p. 162) et « les mécanismes d’attachement au territoire » (p. 157). Enfin, l’analyse de Laurent Matthey sur les associations de migrants en Suisse permet de les définir comme des « espaces [qui] interviennent dans la production d’une identité diasporique en recombinant les rapports de l’<ici> et de l’<ailleurs> » (p. 172). Ces associations contribuent alors « à la production d’identités complexes » (p. 180) et à un sentiment d’appartenance à une communauté qui diffèrent cependant selon les diasporas concernées. Elles constituent « des espaces de syncrétisme » (p. 176), des « espaces d’hybridité » qui « inventent, interprètent et rendent compréhensibles des sociétés réciproquement autres » (p. 181).

10Le lecteur peut constater tout l’intérêt de cet ouvrage qui présente une diversité d’approches, en ce qui a trait autant aux objets étudiés qu’aux méthodologies déployées. Ces différentes études contribuent ainsi à enrichir et à renouveler la réflexion sur les diasporas dans le champ des sciences de l’information et de la communication, en dépassant une série d’oppositions qui ont souvent défini les diasporas (ici/là-bas, nous/eux, mobile/immobile, intégration/exclusion) au profit d’une prise en compte des dimensions complexes, hybrides et multiples des identités diasporiques. Cependant, dans son ensemble, cet ouvrage ne prend peut-être pas suffisamment de distance avec des travaux sur les diasporas qui se focalisent sur la question de l’appartenance identitaire et du maintien du lien avec un territoire d’origine.

11Si les différents contributeurs s’attachent effectivement à montrer le rôle des médias dans les constructions et les négociations identitaires diasporiques, il est dommage qu’ils ne se soient pas départis, pour une grande part, du cadre de l’imaginaire national qui reste toujours fortement présent par l’usage de concepts tels que communautés, territoires ou identités. Ces analyses insistent peut-être trop sur le fait que « les stratégies de communication qu’il [le sujet diasporique] emploie sont tournées vers sa société d’origine » (p. 37), auxquelles font écho les productions médiatiques des pays d’origine, ou sur l’idée d’un certain « figement » de l’identité diasporique que provoque « le regard porté sur [ces migrants] aussi bien par leurs compatriotes du pays d’origine que par leurs concitoyens du pays d’accueil » (p. 50). Les dix chapitres de cet ouvrage montrent bien comment le développement des technologies de l’information et de la communication participe au renouvellement de l’expérience diasporique, mais il aurait cependant été intéressant de dépasser les questions d’appartenance identitaire et de lien diasporique pour repérer ce qu’il pourrait y avoir de nouveau ou de différent dans cette expérience à la fois médiatique et transnationale. En s’inspirant par exemple des travaux de Kevin Robins (2001) sur les migrants turcs vivant à Londres, on pourrait, dans une perspective critique, prolonger cette réflexion sur les populations diasporiques en « dépla[çant] la question <avoir une identité> vers la question <que font les gens avec cet acquis appelé identité>, qu’en pensent-ils, que ressentent-ils, comment vivent-ils avec ou bien pourquoi la rejettent-ils ? » (p. 33), ce qui permettrait de « ne plus décrire les populations issues de l’immigration comme tiraillées entre plusieurs cultures, mais de montrer comment elles participent simultanément à ces différentes cultures » (Mattelart, 2007 : 41).

Haut de page

Bibliographie

DIMINESCU, Dana (dir.) (2010), Migrants connectés. T.I.C., Mobilités et migrations, numéro thématique, Réseaux, 159(1).

MATTELART, Tristan (dir.) (2007), Médias, migrations et cultures transnationales, Paris/Bruxelles, Ina/De Boeck.

MATTELART, Tristan (dir.) (2009), TIC et diasporas, numéro thématique, TIC & Société [En ligne], 3(1-2), Consulté le 16 septembre 2015. URL : http://ticetsociete.revues.org/587.

ROBINS, Kevin (2001), « Au-delà de la communauté imaginée ? Les médias transnationaux et les migrants turcs en Europe », Réseaux, 107 : 19-39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Le Forestier, « Christian AGBOBLI, Oumar KANE et Gaby HSAB (dir.) (2013), Identités diasporiques et communication », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/5918

Haut de page

Auteur

Mélanie Le Forestier

Mélanie Le Forestier est membre du Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS), Université Toulouse – Jean Jaurès. Courriel : melanie.leforestier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals