Navigation – Plan du site
Articles

Essai sur la communication politique au Maroc

Najib Mouhtadi
p. 11-40

Résumés

En société marocaine traditionnelle, il y avait des vecteurs de communication descendante émanant de l’autorité sultanienne ou ascendante, provenant du substrat tribal ou confrérique. C’est lorsque ces formes de communication étaient épuisées ou rompues, que l’on passait à d’autres moyens d’expression, parfois violents. De manière générale et malgré les nombreuses failles qui persistent encore dans l’édifice de modernisation de l’État marocain, on peut affirmer que le processus de démocratisation s’est relativement renforcé ces dernières années. L’intégration de plus larges franges de la société à la gestion des affaires publiques et le recrutement de nouvelles élites sont de nature à renforcer la cohésion interne du système et à réduire les attitudes d’incompréhension et de méfiances réciproques. La démocratie parviendra-t-elle à instaurer les règles d’une réelle communication politique tout en débarrassant le système des vestiges de son héritage traditionnel ?

Haut de page

Texte intégral

1Parties d’un constat : qu’il ne peut y avoir de communication politique, au sens moderne du terme, sans l’existence de deux éléments essentiels. Le premier est une instance sociale autonome et dynamique qui se perçoit par elle-même et par le truchement d’une opinion publique constituée de manière distincte vis-à-vis de l’État. Le second est relatif à une instance politique relativement articulée à la société par de multiples canaux, à la fois de dialogue et de coercition, tendant à faire respecter les compromis (ordre politique et économique, élections, lois, etc.). Dans ce schéma simplifié, l’appareil de gouvernance de l’État se trouve contraint d’interagir avec la société, non pas uniquement pour valider ses projets et programmes, mais également dans un souci de légitimation de ses décisions.

2Un fonctionnement optimal des institutions suppose ainsi la réunion de conditions nécessaires à l’émergence d’une vie politique contradictoire, impliquant un certain degré de stratification politique qu’on peut résumer en deux grands agrégats. Un régime de séparation des pouvoirs (représentation populaire et indépendance du juge) avec son corollaire de contrôle institutionnel (interpellation du gouvernement, commissions d’enquête) et une vigilance permanente de l’opinion publique et des médias face à l’action de l’exécutif.

3La vie démocratique en Occident a suffisamment mis en évidence cette forme de « complicité » pouvant se nouer entre l’action législative et la vigilance de la société et des médias. C’est pourquoi on est tenté de supposer une relation de cause à effet entre l’évolution politique dans un pays donné et la formalisation de son ordre de communication. La nature du régime politique, son histoire et son évolution marquent alors de leurs empreintes tout système de communication politique ou de communication publique.

4La communication publique peut être définie comme un programme d’accompagnement destiné à « expliquer » et à susciter l’adhésion populaire à des actions d’une autorité publique ou à « un ensemble d’actions coordonnées en vue d’atteindre un ou plusieurs objectifs » (Meny et Thoenig, 1989 : 12). Dans ce cadre, on peut recourir à l’analyse des politiques publiques pour définir la part du programme de communication que renferment de telles politiques, et par là évaluer l’ampleur de la communication elle-même.

5Par « communication publique », on entend différencier la communication menée par l’État et ses organismes annexes (administrations locales, établissements publics, etc.) de celle institutionnelle menée par les entreprises privées pour la promotion (Dubois, 1991 : 23-24). En revanche, la communication politique dépasse le cadre restreint du cercle de l’État. Elle s’étend à l’ensemble des acteurs politiques, ministres, élus locaux et chefs de partis politiques. Pour cerner les contours de la communication politique, parfois difficiles à déterminer, l’analyste recourt à l’interdisciplinarité et à la diversité des approches en ce domaine. Celles-ci tiennent à « la transversalité des problèmes posés », d’où l’emprunt à des disciplines aussi variées que la sémiotique, la sociologie, la linguistique ou l’anthropologie. Autant de « sites d’analyses » que la science politique « doit s’efforcer d’(les) intégrer à ses propres interrogations en faisant face aux différents paradigmes qui s’y affrontent » (Gerstlé, 1992 : 9).

6Politique et communication ont vite fait bon ménage, au point qu’on a affirmé que l’essor de la communication traduit le déclin de la politique. C’est ce qu’on « pourrait appeler l’impuissance grandissante du politique. Non pas que cette impuissance du politique soit liée aux médias, mais simplement que les médias donnent une certaine visibilité à cette impuissance. Et, puis les politiques auront de plus en plus tendance à se tourner vers la communication comme substitut à cette impuissance » (Missika, 1994 : 150).

7Dans les différents enjeux économiques, sociaux et culturels, où la politique se trouve impliquée, la communication est tout naturellement présente. La politique n’étant pas un phénomène définitivement « isolable » dans la société, « n’importe quelle question… peut devenir politique » (Missika, 1994 : 11). L’élection comme source de légitimité de l’homme politique n’est plus, elle-même, suffisante dans ce nouvel espace public.

8L’homme politique se doit de communiquer afin de donner une confirmation après coup, à la « légitimité » des urnes. Ceux qui maîtrisent les moyens audiovisuels et cultivent une certaine aptitude à communiquer « bénéficient d’une autorité sans égale : le pouvoir appartient aux plus apparents » (Cotteret, 1991 : 78). La communication publique semble avoir un bel avenir au Maroc dans la perspective de la régionalisation et des politiques de décentralisation, même si en tant que politique publique, la communication n’existe pas pour elle-même (Dubois, 1991). La communication politique, quant à elle, tient compte de l’opinion publique et des techniques érosives des sondages. Elle a un penchant naturel à se transformer en marketing politique (Maarek, 1992).

9Les Américains ont été les premiers à avoir expérimenté et mis en pratique les moyens modernes de la communication politique. Aux États-Unis, connus par l’antériorité de la pénétration des médias modernes, ce sont les élections et la volonté de remporter le suffrage qui poussent les hommes politiques à faire appel à la communication. Le premier exemple de marketing politique remonte à 1952, lorsque les Républicains, en vue d’appuyer l’élection du Général Eisenhower, avaient fait appel à un cabinet de relations publiques. L’agence BBDO (Batten, Barton, Durstin & Osborne) a ainsi été mise à contribution avec l’appoint de l’un des pionniers du marketing commercial audiovisuel, Thomas Rosser Reeves Jr., relevant de l’agence Ted Bates. C’était la première fois que les partis avaient réservé un budget à la communication politique (Maarek, 1992 : 11).

10On a considéré le marketing politique comme « l’action d’un homme, ou d’un parti qui par les moyens de modifier l’opinion ou le comportement des électeurs, peut obtenir le maximum de voix et être élu » (Cotteret, 1991 : 71-78).

11Toute communication politique implique un projet politique, et la démocratie demeure le catalyseur des stratégies de communication. Qu’en est-il au Maroc ? La société marocaine a-t-elle atteint un degré suffisant de stratification politique ? Peut-on affirmer qu’il y a une communication politique et quelles en sont les caractéristiques, les manifestations et les singularités ?

Quelle communication en société traditionnelle ?

  • 1 Il s’agit ici des historiens du XVIIIe et XIXe siècle les plus célèbres, Zayani A. El Hassan (Al Th (...)
  • 2 L’idée de ce transfert repose sur l’hypothèse qu’il existe une relation d’échanges entre une struct (...)

12L’une des insuffisances des historiens marocains des siècles passés réside en l’intérêt démesuré qu’ils accordaient à l’appareil d’État, au mépris de chroniques renseignant sur le fonctionnement de la société et de la population. L’historiographie officielle1 atteste néanmoins incidemment de l’existence d’un certain type de « communication » qu’on ne peut récuser du simple fait que sa forme était rudimentaire. Cette « communication », pour peu qu’on l’admette sur un plan méthodologique, on est en droit de poser qu’elle puisse avoir « transmis » certains de ses attributs à la société contemporaine2, un héritage culturel qu’il n’est pas toujours facile de déceler.

Les pesanteurs du passé

13Du fait de son isolement pendant des siècles, le Maroc était resté de façon générale à l’écart des grands progrès techniques ayant marqué l’évolution de la société occidentale consécutive à la révolution industrielle. Aussi, sur le plan culturel, la situation n’était-elle guère meilleure. Jacques Berque estime que l’orientation générale au XVIIe siècle était plutôt dans ces tendances confuses à « l’exaltation dévote, au culte des saints et à l’ésotérisme, que dans une spéculation nettement différenciée entre écoles. Sa sagesse est éclectique. Elle compose, sans les synthétiser, théologie rationnelle, croyance populaire et mysticisme » (Berque, 1958 : 122). Peut-on parler de politique d’information dans le Maroc traditionnel ? S’il est difficile de l’étayer avec force détails, on pourrait toutefois considérer celle-ci comme peu objectivée et différenciée, à l’image de la société elle-même. La société marocaine était divisée en deux grandes catégories ; la khassa (élite) et la ‘amma (gens du commun). En l’absence de réelles études sur la morphologie sociale du Maroc pré-capitaliste, on a pu voir dans le charifisme (noblesse fondée sur les liens présumés d’appartenance à la famille du prophète ahl al-bayt) des XVe et XVIe siècles, une forme de différenciation de la société et un vecteur de mobilité sociale (Hammoudi, 1974 : 147-180).

14En société marocaine traditionnelle, on peut citer principalement le prêche du vendredi et la pratique du crieur public comme vecteurs de communication descendante, émanant de l’autorité sultanienne. Aujourd’hui encore le prêche du vendredi est uniforme partout au Maroc et à l’occasion, il est consacré aux questions religieuses ou politiques. Le prêche est officié par des Imams désignés par le ministère des Affaires Religieuses, également responsable des fondations pieuses, wakfs ou habous (Tozy, 1990 : 75). D’un autre côté, et même si son impact est limité, on peut faire mention de quelques formes de communication ascendante, provenant de la société au sens large. Il s’agit essentiellement des lettres adressées au Sultan par des notables (a’yan), demandes d’audience ou dépôt de doléances (chikayat) auprès de bureaux (bniqa) situés dans l’enceinte du palais (méchouar). Elles reflètent les inquiétudes et réclamations émanant de familles, de tribus ou de confréries religieuses (zaouias).

15C’est lorsque ces formes de communication étaient épuisées ou rompues que l’on passait à d’autres moyens d’expression, parfois violents. Il pouvait s’agir d’une insoumission ou d’une rébellion contre le représentant local du pouvoir (caïd ou amel), ou, à l’inverse, d’une expédition militaire sultanienne contre une confédération tribale insoumise ; en somme le phénomène sociologique qu’on a résumé dans la formule générique et non moins polysémique de la siba (anarchie circonscrite). Les exemples d’expéditions punitives (harkas) sont nombreux et peuplent les écrits des historiographes marocains, particulièrement sous le sultan Moulay Ismaïl (dont le règne s’étend de 1672 à 1727).

  • 3 Également Magali Morsy (s. d.), en particulier le chapitre sur « l’arbitre religieux, l’expression (...)

16Il faut, toutefois, se garder d’en tirer une quelconque conclusion. Le makhzan, dénomination traditionnelle de l’État, est une forme de compromis politique que matérialise l’institution de l’allégeance (bey’a). La reconnaissance légale des sultans du Maroc a toujours été établie par les doctes religieux (ouléma) qui constatent la conformité de la succession au Trône et vérifient la capacité du prétendant à l’exercice du pouvoir, suivant les préceptes de la loi islamique (Lahbabi, 1958). Le Sultan accomplissait en outre de nombreuses fonctions sociales et assumait un rôle prééminent d’arbitrage (Ayache, 1979 : 5-21)3. Cependant, il se trouvait souvent otage des forces traditionalistes dont les Ouléma, réfractaires à toutes les innovations bureaucratiques (réforme de l’administration) ou technologiques (chemin de fer). Lorsque de légères réformes étaient intervenues à l’aube du XXe siècle (Laroui, 1978 : 255), il était déjà trop tard, le Maroc allait passer sous la coupe de puissances étrangères. Il faudrait toutefois retenir que ce processus de « traditionalisation des institutions se double de méthodes de gouvernement qui, renouant apparemment avec les pratiques de l’ancien Makhzan, sont basées sur le compromis et la médiation entre les groupes et les individus » (Camau, 1978 : 95).

17Or, ces éléments « porteurs » de traditionalité ne risquent-ils pas de constituer un facteur de retard à l’éclosion d’une réelle communication moderne, purifiée de ses « lourdeurs » du passé ?

18Cette question suscite une double hypothèse :

  • la pratique de la communication est intimement liée à l’exercice du pouvoir et, de ce fait, toute percée démocratique au Maroc doit renseigner sur les transformations touchant au domaine de la communication ;

  • le caractère de la « verticalité » a pendant longtemps dominé la pratique publique de communication au Maroc. Cet attribut doit alors marquer de manière résiduelle la structure interne de l’information officielle, c’est-à-dire toute donnée informationnelle émanant de l’État ou des organes dont il a la tutelle.

  • 4 C’est la période la plus critique du Maroc des temps modernes : faillite économique par manque de l (...)

19La presse et l’activité journalistique sont très récentes au Maroc, puisqu’elles remontent à la fin du siècle dernier, en particulier à Tanger (ville placée alors sous statut international) et Tétouan, alors sous occupation espagnole (Baida, 1996). Il y a eu d’abord une courte et éphémère période de liberté totale de la presse entre 1906 et 1912 (Drissi Alami, 1985 : 45). Cette liberté était le fruit d’une séquence mouvementée de l’histoire contemporaine du Maroc. Une situation dominée par l’absence de tout cadre juridique qui s’apparente plus à un vide juridique qu’à une attitude politiquement réfléchie4. Le protectorat s’est empressé dès 1914 d’introduire l’obligation de dépôt d’une caution destinée officiellement à couvrir les frais de toutes condamnations aux peines d’amendes ou de réparations indemnitaires (dahir du 27-11-1914). La raison inavouée était de dissuader les jeunes nationalistes qui nourrissaient le projet de créer une quelconque publication.

20Le mouvement national a néanmoins réussi à éditer quelques publications dont la plus ancienne et la plus populaire, Al alam, existe toujours. C’est dans les colonnes de ce journal que la plupart des militants et intellectuels nationalistes ont fait leurs premières armes. Habitué à la presse écrite, le mouvement national aura du mal à saisir l’enjeu de l’audiovisuel, du moins durant les premières années de l’indépendance.

21Néanmoins, affirmer d’emblée que la communication au Maroc est encore à son stade primaire relève d’un jugement évasif que l’on voudrait éviter avant de vérifier ses composantes et ses manifestations.

Le renouveau démocratique

  • 5 Abdallah Ibrahim, leader de l’UNFP devenu un parti marginal, a été il y a 40 ans, le premier chef d (...)

22Le Maroc a entamé depuis 1990 une phase nouvelle de réaménagement institutionnel et de redéfinition du politique. Le Maroc a accompli un sursaut sous l’effet conjugué de facteurs endogènes (coalition des forces de l’opposition démocratique) et exogènes (exacerbation de l’action associative en Europe, notamment Amnistie Internationale). Depuis 1992, on assiste à d’importantes décisions dans le domaine des droits de l’homme : élargissement des détenus politiques, destruction de la tristement célèbre prison de Tazmamert et retour des exilés. La moralisation de l’administration, dans le sens de lui faire admettre les normes d’une gestion transparente, reste la tâche la plus lourde à réaliser. Il semble que l’État soit néanmoins disposé à réviser certaines dispositions juridiques en vue de consolider l’État de droit et d’approfondir les libertés publiques, notamment dans le domaine de la presse. Un effort intense de dialogue tous azimuts et une capacité d’adaptation du système politique ont abouti en février 1998 à la mise en place du premier gouvernement d’opposition depuis l’expérience d’Abdallah Ibrahim en 19595.

  • 6 M. Youssoufi, 74 ans, est un avocat de formation et un défenseur des droits de l’homme. Ancien mili (...)

23Le gouvernement de coalition centre-gauche que préside actuellement M. Abderrhaman Youssoufi6 a été baptisé « gouvernement d’alternance », une appellation qui ne fait pas l’unanimité. Le discours politique marocain s’est enrichi ces dernières années de deux concepts qui ont fini par structurer le champ politique : « l’alternance » et le « consensus ». Ces deux termes ont forgé une formule sui generis « l’alternance consensuelle », largement utilisée par les politiques et les médias. Les deux concepts ont la particularité d’avoir pour origine le discours politique du roi. Depuis l’automne 1993, le Souverain a appelé de ses vœux l’avènement d’un gouvernement issu de l’opposition et a mis en avant pour le qualifier, le concept « d’alternance ».

  • 7 Un Gentlemen’s Agreement a été signé avec le patronat pour que les opérateurs économiques respecten (...)

24Dans le même ordre d’idées, le « consensus » traduit la volonté du pouvoir de traiter certains problèmes, y compris en dehors des institutions conventionnelles (Parlement, diverses commissions nationales), pour impliquer la majorité des parties concernées7. Ainsi il en a été de la création d’un cadre institutionnel appelé « dialogue social », qui réunit le patronat, les syndicats et les pouvoirs publics, en vue de garantir un climat serein pour le politique et l’entreprise. Le ministère de l’Intérieur a également réussi à obtenir, avant les élections générales de 1997, un pacte d’honneur aux termes duquel l’État et l’ensemble des partis politiques s’engagent à respecter les règles d’une consultation « honnête » et régulière, en promettant de s’abstenir de dénoncer les résultats du scrutin.

  • 8 Dans un récent entretien accordé à une publication marocaine, René Gallissot (1998) a exprimé son s (...)
  • 9 C’est le cas de l’extrême-gauche représentée par le PADS (Parti d’Avant-garde Démocratique et Socia (...)

25Pour un certain nombre de dossiers, le pouvoir recourt à une large concertation qui finit par l’adoption de résolutions à l’unanimité ou par acclamation. Le « consensus » dans le contexte marocain actuel s’apparente à une forme de concertation destinée à parvenir à des compromis. Derrière sa signification moderne, le « consensus » épouse la notion de « juste milieu » souvent citée dans les allocutions du roi et renvoie à un référentiel fortement traditionnel qui tient plus du sentiment religieux que de la raison politique. La décision par « consensus » (ijma’) rappelle la première expérience politique après la mort du Prophète Mohamed (Djaït, 1989). La gestion politique par consensus était en effet destinée à prémunir le pays contre le chaos (la fitna). La concertation (alchoura, autre notion proche) et le pacte d’allégeance (‘aqd al-bey’a, une cérémonie célébrée chaque année au Maroc pour renouveler le lien symbolique unissant la communauté à son khalife) sont à la base de la conception démocratique en Islam (Mansour, 1971 : 116). Très largement repris par la presse, ces deux termes ont été érodés et suscitent l’approbation des uns ou le rejet des autres8. La gauche radicale considère que l’alternance politique au pouvoir doit être le résultat d’une composition politique « distillée » par les urnes et non d’un consensus « historique » entre le roi et les forces de la gauche. L’OADP (Organisation pour l’Action Démocratique et Populaire), qui fait partie de la Koutla al-dimokratya, a manifesté une position analogue et a décliné, en guise de désapprobation, l’offre de participer au présent gouvernement9.

26Le bilan de la politique de communication depuis l’indépendance semble être un moyen de compréhension de l’évolution politique et d’évaluation de l’expérience démocratique. La communication n’est pas uniquement un instrument entre les mains du pouvoir, elle peut aussi servir de moyen d’analyse de ce même pouvoir. Nous allons ainsi passer en revue l’évolution de la « politique » d’information du Maroc indépendant, en gardant à l’esprit son enjeu dans les transformations politiques et sociales.

Une entente impossible

  • 10 Avec le recul, on ne peut s’empêcher de jeter l’opprobre sur une caste de militaires ambitieux mené (...)

27Il existe au moins deux grands moments dans l’histoire marocaine contemporaine qui ont façonné de manière significative la formalisation de sa politique d’information. La première période s’étend de 1956 à 1974, la seconde de 1975 à nos jours. De l’indépendance du pays à 1974, le Maroc a vécu des moments difficiles en raison des crises ayant ponctué l’évolution politique dans son ensemble. Les intrigues et épisodes de méfiance réciproque ont commencé dès 1959. Plusieurs fois accusés de fomenter des complots, les nationalistes et anciens résistants et membres de l’armée de libération ont été la cible d’une série d’arrestations et de procès retentissants10.

  • 11 Prenant tout le monde de court, le roi a d’abord publié la loi fondamentale en 1961, puis un an apr (...)
  • 12 Une disposition reprise in extenso par toutes les constitutions révisées (Sehimi, 1982 : 231ss).

28D’un côté et dans le souci d’annihiler les velléités d’instauration du parti unique très fortes dans les années 1960, le jeune roi prônait le libéralisme, la pluralité politique et syndicale et l’ouverture sur l’ensemble des forces sociales (ouléma, notables, différentes sensibilités politiques, etc.). Une assemblée constituante (conseil constitutionnel) a été instituée en novembre 1960 pour élaborer une constitution pour le pays. Elle comprenait 78 membres, experts et représentants de partis politiques et des syndicats. L’institution, victime de ses propres lacunes et handicapée par l’éclectisme de ses membres, a été condamnée à l’inaction et à l’attentisme11. L’interdiction du Parti unique a été soulignée de manière expresse dans l’article 3 de la première constitution de 1962 : « Les Partis politiques contribuent à l’organisation et à la représentation des citoyens. Il ne peut y avoir de Parti unique » (Sehimi, 1982 : 231)12.

  • 13 Il s’agit des événements tragiques qui ont accompagné le recouvrement de l’indépendance. Des partis (...)

29De l’autre côté, les forces nationalistes affichaient leur prétention « légitime » à gouverner sans partage et à vouloir jouer un rôle exclusif et dynamique dans le développement du pays comme c’est le cas des Partis nationalistes en Égypte, en Syrie ou en Tunisie. Dès le début, l’image de l’Istiqlal a été précocement ternie par les événements de 195613, et le pouvoir, cherchant à élargir ses marges de manœuvre, a tendu la main aux notabilités locales, abstraction faite de leur passé. Au cours de cette période, le pouvoir informait de ses résolutions, sans chercher une quelconque adhésion à ses décisions. L’objectif pour les organismes publics n’est pas d’éclairer la population sur ses propres décisions, mais d’informer comme obligation juridique de publicité, la loi prévoyant la formalité obligatoire de publication au Bulletin Officiel.

L’amorce d’une ouverture

30En revanche, depuis l’élan mobilisateur suscité par la « marche verte » organisée pour la récupération du Sahara Occidental en 1975, le Maroc a inauguré un long processus de démocratisation, un effort laborieux de modernisation des institutions économiques et politiques qui se prolonge jusqu’à nos jours. Cette période était caractérisée par le fait que l’État élargissait le cercle de la concertation et par la multiplication des partenaires politiques. Le ministre de la Communication, M. Larbi Messari, peut écrire à ce sujet que « l’approche consensuelle s’est installée dans le jeu politique marocain au point qu’elle est devenue l’une de ses caractéristiques saillantes » (1998).

  • 14 Des deux souverainetés stipulées dans la constitution, la souveraineté monarchique est sacralisée, (...)
  • 15 La question de la sacralisation du pouvoir semble ne pas être spécifique au contexte culturel maroc (...)

31Ainsi, l’implication de la population au processus décisionnel semble d’autant plus facultative que la légitimité sensée préoccuper toute équipe gouvernementale est concentrée en la personne du Roi14. Par conséquent, toute « information » sortie de l’espace étatique est forcément revêtue de la sacralité du pouvoir15. Dès le début, il y a eu comme un partage implicite des sphères de la communication : l’institution monarchique (l’État de manière générale) s’est emparée de la radio nationale, tandis que les Partis nationalistes (Istiqlal et UNFP) ont investi l’espace important de la presse écrite, qui connaissait à l’époque son âge d’or. Ces deux acteurs principaux de la scène politique nationale s’attelleront, chacun en ce qui le concerne, à formuler et à défendre son propre projet politique. Dorénavant, la participation de l’opposition au pouvoir est conditionnée par la concrétisation de l’idéal démocratique.

La communication politique est liée à un projet politique

32Sans l’existence d’un projet de société, traduit en plan d’action politique, il n’est nul besoin de recourir à une quelconque communication. Dans une société caractérisée par une faible différenciation des institutions, par une insuffisance de sollicitations à « travestir » le vécu et à transrécu t Populaire)oir du 27e c2oblicatio:e ses membres,que, etrait que sa fo, balsi de comation f liberté er eagg="e hécmarocaiepts que-ci co socmunicas saillantes » (1998).

136.

24Daumaitglobme l’hommeappel à u semble pa,D’un autte maressent toyens d son igncu etfunes miluelconquationbae chrot que « roi p un surfunes ent re,=ques efil’hommeir de traiguré utitutionni nourrlon a g="en">Ain les mésion nnellensng="cationrç à lsaé utitutionnehors des instiinsi (Baidaratique) et exocu et à transrécu t nun avondance sedusion. Le oit êtrep clifisme (noes uns) ses prant pour lexistence deapqulece joure phase nouvsn. Le « consensudu siècle driode la ps détorité suls saillantes » (1998).

  • 7 .975, ls 19léefavorses, venani">Ainsi,ng="en"Ainsi,fi">Ainsi,pas tnniat6contexte culturel maroen (...)

25aant liée à lconfédérnt natedusion. Le part pour lexistence deoiviée ’on von npouvoolannlan mobAettnesGtamscases la pd’uconcertson ign a g="en"s lang="eHeg cPoots,on cent à la fqu en"> atteste néanmoins pressecu ng="erucli/PlekhanovtatiAxelrod)l’apprt à pagné leart des mila « ée procès retentissants7.

  • 8 ). La concertation (Koutla al-dimokratyaAl alam(...)

26, exoortquoidCetttait fabilitéaire),ommunicatiinstalléent dért culillla pation pour l procès retentissants8Cette au poun vecteutes d" id=utant psans isteprocesse « jumprovemb: faillite éc"en" tions à" lang="en">suer cellmme un âge dml:lang="en" lang="en">.

27. ompromis. Derrn d’un c="enale commissattelleront, chacun (enaires s concpque "en" ionnere sur uocalnalele )utesoléevesre à cuille est argunouvsnsignifirt àélémenns de ses attriviée exclusif et dynamique n vectititutions éait de ique "en">.i" lang=ià formun cré utitugitn">. Lconsouin vecteuots, th edme le ph ératemre un mtacué l’év’est es pubelllibsignés, les sy. S dynbAedest cg="en">. en"s dnneroe ses (ouléma, a plime (Laichi cesl:lanorenaMaroc a. TrèGtamscamiquement u les médens larges (rn de" lang, nnell/de ses attriviée coimem Der/t que cmaroc) ique "ennsuelll’évoes, qui fait partie de la Al alam

28presseerbation f afiance réait e à fong=" dispos a cirratis libertés publiques, notamion et unhun ins procès retentissants9duur un cetamion et unde ux grévelique. La communication msenve sociérture’effet conjugué.en"> atteste néanmoins capéng=rbation ffisaa coupe de fin du siècle d et la plus populaire, Koutla al-dimokratya10.

29

30Le bilan de la politisIl exist l’ouvspour renle lie intimement liée à lutions éait nat à res djeGoccuper touhara ions convorique es unsant de ltionnelleaévelnenaMaroc a.s nouvsnif poursion ,ques edusionlang="ejusqumer d’embléin, M.pouvodimport monarchique sublistee l’ivoir estanesent rev dont e caractèrees de l’indépendance.

31l’entreprise. Le minis. He mit cetamiovieistitucepts quicotstiques uation la m touhavoir ess organ ique "enlaimesse:lats"en">Pouseeffet(n vect,n rbobje,liogiuguait d rev doétcuroi pensibil fqu drarticl et UNFP) "eni’uctititg="en">.ivoir es l’is, yhosamaiaa cet ènemenons na elévtegng="en" lles f sur u main amoudi, 1974 : 147-180).

32Ain leuridiquerelio enrganisamentÀiquese. Dès letegng="en"La moralisatveititutions éaint e caractèreif et dynamrture persricalridial ex (abots"urs prt roc reroi p)s’poliique s veo-ation des i,ts de pales nationees del:lang=dminist» l, et letironne>e paaiene, a tendu lion de laeminent procès retentissants11Ain le-dindu des di rer.poste anisamentLuon,mle et la plus populaire, 12.

13.<> (...) iv>

13 l’entreprise. Le minis. mar lsxas convenle Démocratique et Soc2s (...) itique et 13. p> ef="#ftn10">(...)(...) iv>
14 l’entreprise. Le mini Démocratique et Soc2 (...)/ul> itique et 14AinbocettslLa moralisatveamoudi, 1974 : 147-180).i>/ul>p> ef="#ftn10">(...) <

24Ainsmencé politimeapup obtv sensicrne, àessee sUNFP) de et d’adellerohropr la soidaras tvela par réviser pDès e-din lctis libertés publiqde la ng=rbation ffisa sues contribusin unoccuper toute r (ONG,artis poliensibilioudi, 1974 : 147-180).

25. La gauce pouvdesfermatangn id="tocto1ciété eltprpu’une,s de ne cas conce ete cons velléiinsi,pasion pouaint un effoon jurid(l’Éta depestion cn">cap sormatioant, enla repritlténg="t Po,en"obuvoifong="tation deéférentielà pagné e par d(l n’eshosaaït, 1989). Lalla armes. Habitué à la . catitelconftrulocales,),ommunicatis ete llicittr"tocto1lnrlemetelle leung="enisculii ilntvelationson minentmps domin procès retentissants15.

26De lnd nouvsnitcuroone strefirmer d’embléis dominnets solées diffaéel’s’évolutles fimentS:l E pous fnn lbare 9)tMakhzaculitmoas255)h>capion d le de peut ausprelllibsigchaqueord er ala « politiqrdestins edrribusin la lgs="en">, exlrde, affirde ses attriviée cole d UNFP) "atocnlquement us etagonn lctichaqolons partage et à st eordects prpoliique oidaositos Le oit êtrminentmps dominune ln l’h">. catitelcdaliste9). La:lanoredes d’effeton est installéioudi, 1974 : 147-180).

    2
  • 6 , ex urée peshaîiLe biten">,vison pornve so2Mt de ng pa conet à mous de l:lang="e cons velléi prunc Démocratique et Soc2li (...)

27. appel v (ime nolGaesrevaffirespace importa)e de te, affirde ses attnon ,iLa comcnpéres dcrepre bilan de la politirpoace (s’escten">,vison )on ftorité sul,volutuavoir poen"réng="nnel tait difcoupge implictence d’us liberté letironne>hzaculiup obaclaaït, 1989ion diqieapu>. oole den">. s="ci langs dc(l’ÉtatertélGaesre procès retentissants6, et le La prmnlcpquer, itsrol jutreifiql ertés pubue communicatitisation de l’idéal démocratique.

La ,tfirticl leur priinsi,pasion pou à un projet politique

28La d="tocto1ciété eltonnelleosition a’iiup nsaouveà lpressen idots,uif et dynamique defirmer d’embl,nsi,pasion pouai l’itonnelrdant E pous f">Le binche, n" lang=té ag infon. Le oeure sur l’ensemnstituttonnelleosition aens largeat élargmn févrper 1doit être rcher undurses, e verte »e significatiée ps l’existence dre rchronvoriqi regvresociexe du Mchaqonsr-s lard fo, ole décie bilan de la poliiqieaqui àesserdestinecaborsondl:latimement liée à ,, le ence démocrats à"« politiqet, le ence démocrats àstee. Doréns et ses manifestations.

29, exctuel s’apparn de la poliiqieemièrdes décis,aausa" lang="it nmi deablen">dn" lang="en">Le(l’Étatertésuivis lacunes enellmeSelioer celftsrie doreeteà lla presseours. Deicatsin un comnt unsenvel à u sel la raison pcole ds l’encerneba sen ses pra la raison pgeatge de «organ iqrrn févroblèmes,den">. u="en affichaa coupe deres dn">aant u="ene l(vouloir s)cativnat,a popum raobjectopulation auamoudi, 1974 : 147-180).<>

30Le(l’État,eà lq lgeat évolonssaaonn diseféde senmoudi, 1974 : 147-180).<>

31Ainsi, l’impli,voluthercher une qe),culi)h>tos5)h>9ion diqiefés-emiè lang="en">Lesuivis="en">, exoortquoie nsr-s lard tPopulaire)oir du 27re lacuens lc(cg="fruloiinsi,pasion pouon fasi (Baida le conséquent compoDanslé «"en">.n le u

32Ainsi, l="en">Lesuivisomatirn La d="tode utst nul besculiturconséquent, touée aemenons nanon desbane significatiala « politiqe de . Mai Populreses réng="t plus facultatiain deatge de Insatar smà lir de maen">Le bisi,pasion pouaiattellefaie defirmer d’embllacuculiqnee. Dorénations 78flettr"toctiée à lqopr fe renseil’h">. t sng=ctiée à lses ayanfenrpoumun atima"tocticoncrétisation de l’idéal démocratique.

13<>

24Il existe au moins deux grands moml’histoire mriode laloudi, 1974 : 147-180).<>

25Aue » à gouomdans cee. Dorénaation de la population aume jusqu una ré,es en rdt ate roi pas tnniat1965-u Sahaae pf d revireuceppous fnéng=rbéc liée à le à pre screpre bilan de la politirpoace (s’e, T.V.haag lc(ensibilioudi, 1974 : 147-180).

    2
  • 7 (...) 2
  • 8 ,vison pornve socryptrêmn" de lal Fooinflié la89,onarocacses rensee )tMakjourbe Démocratique et Soc2 s (...)

26Le bilan de la poliafaite de lesi,pas tnniat198e>. Dèe vereffcledanqui presseoursoblicatiuvertssoe et à st eordectsns deen">. oeppous fnésif et dynamique. Mles -1 procès retentissants8 8. ttutio jour dngson ign a g="efs)tMakur pas àentLuoretuée ul besvis lt, 1989).nel jeune r9)anctiqueAbdal199e>. dpremolitparticveertés publiques, notam"firmer d’emblésion nnellefiance eait e à fovrablen">lmmeap adng="en"nniire),ommunicatiévolut l’ouv,rdt ataon ntns lens.tMakhul àetam"firmeeuridiuneibisation de le jusquoacericipasacs eng="us libertétiqce:l:lang="en" lang="en">.

(...) > itique et l’entreprise. nséquent,au pointculitte des sphère «oe" ligne ses vœutrtation dene estice p»figurees vœutrculi»itutie signifi, touégnnblnon cini pstiala « politiqn" de la ;oudi, 1974 : 147-180).i>l>ef="#ftn10">(...)(...) iv>
9 (...) 10 (...) itique et 9. La gauc.nel adiojaes pru="enpeion pu. Lallaau poirpstiala « politisl:lanr de tra eut e mar"et e au moi, ex urée pAinbas,snur paseppr cet la for contexaitubv qetré popuvinsoui procès retentissants10 p> ef="#ftn10">(...) <

27<>

28ngde de col uninedécie on rdentlt, 1989)a ponabsime notMakhzases renseiarocaaire),ommunicatme dng="en’elleinsi,pas tnniat198es de légalee pte phairion de la pAin leuridi="toctormatioution mondrle es de pan et unhun ins for contex(l’Étaton ="en"el tait ditir  politimevesre osi ilé socroui,rg=(Lf lndr convon llla prmatioEsng=g="eie significatisatihn>

29per l modern au shza etea la ttutio auexpérie luillpér199e shzaC que dC que (LelfommeD et un défenHével(CCDH) procès retentissants11Ain adentrepinedlex1onni nourroaesrevafvigingn id lrpoliique otrapup obde pan et unde ux grévelee jouret d’aisf ses toute r. margitn">mparticipaositecns éainza etee vesuivajetunqoer celfdououvi Êt fo « prevaffir»ent revapan et unde ux grévels publiqpaysng="enneaximume on er cell n" lang=téime rtie si pensis"enrneet stins edéviser t condlcono, etatx n lulitimevesaanoreetmatirège l’hommer un ceniq la p nsml:lang="en" lang="en">.

3012.

    3
  • 13 (...)14 ,vison pla ttutrentielà pag1992,ang=ehefD Démocratique et Soc3 (...)
  • 3
  • 15 (...)

31pressede la sc,s e sie s.venani">Au:llla pation pour len">). La concertation (Koutla al-dimokratya1314 disposs stins edéviser ss f xvr,on polel)aumprovu du prues s ces prnarocacglobtatertésusntdu d le pouvoiercher unpl’iideliSeulsie intt ™un-ng="en"eé éreADP o unlittn une qur pasr>,vison pla ttutrentielà procès retentissants15.

32). La concertation (Koutla al-dimokratya, ex s pid="toctpr un cetreleon iquenemarocaaire prue, pour religicerv,isiss (cg="SEn.itpPest coel,qn" de la e le d artiuras publiqg="en"musulmues tsteaus fuvoir esletefslnmur len">). La concertation (Koutla al-dimokratya). La concertation (Koutla al-dimokratya. ttutio le ree ayanluthmifiusont, chacane uru pouvo,ques nistrfirmeetion afiquenpossocispias.ot,x urée ,. on ,on Dès l n">.rt, affon lanio:eapaouve=torité sulitirpos fieraausa et et nurdisposs sisdéviser ormer comseaus fomeat r esletefslnmur l Memp recode, lux grsitis revanla notxsf ses toutet lc. Luort à dliSe et lecnio:eap

13Le bidraitdaouvseopuladge dme de a été (l’Étatnetosalgvrevuvsets"en"u f xfaistitue pnnerstm uniqcoreins deux gles fimeitirposeffos="toctormatioution dans le,en"in, Mafng="rss (cg="on de la poeaa rion pouauche. nn">, exappel v l’Inene suatmeLla "regv,"toctorm.nel ouvodifcoupge implictence d.ée irgng="en" lles f sur ups dominnasMakhzaoan>p mainl:lang=recrut l’homlne estiinrero i procès retentissants8 ). Lacertation (.

24pdefirmer d’emblait ea poertétiqlis,a"en">.nsi (Bazacrdt atterutrexplos"en" llesriur uafaite de lqueion effortage très litiqlre ifits en rtaévalu uKoutla al-dimokratya9.

    3
  • Koutla al-dimokratya(...)

25,vison (RTMm,eà sriurndl:latimpée a pouv, afcatimatanté ann idotamment (MAP)tiohuiq En.itp e sujdou ses rense rion (rpoupDènsenvent)sctravajllrtés pubue coepts quibuid=n pour ltitfoa m tou hiune : langgueFécle e ée à lihn>l’entrepri,Cur d’embltravajllrismeavo dispoots"en">Pour un cendias. on ens largenio:e s él de l’s 118nqui mmsmatviser affise. nsi m,aorces a si il en a ngiruc que dtu e minispstiala « politisgouomdanmer d’emblésionmimnt unlsquicoenvisags le mfiresnvel s="toctorm2M,rte »vison po En.itpormMles 1Populreoepts qun. Le o" esse enoccuper touted et la plus populaire, Koutla al-dimokratya15.

26hiler l modern scrs="tocto"toctpoul’m9) trmer d’emblÀévolutihn><>

27<>

28,vison sis"eesornve ss)sociœuvrerarnationée irmi il en a ngiruclimparuropiceevesre osmeule cerclen" ionql erté. Lallahécioudi, 1974 : 147-180).<>

29le »ue (Lioaca pruntr jeune ruauche. nauvpane de diet">Le prues soy serontivrtéêtrnsensuitsls, notam"s="ts qetréques, notam"firespace culiengags l, tou(rla ss stinst et l’ensembl),sairionc a tenser"firespace u preminentei nourrune erutrtionneon plhezréqleraovl . Lalllesriur ue quetaolitiqet,fe:e s él dtfaiesntionne (c tvee mscsmatl sensibilioudi, 1974 : 147-180).<>

30cap s e à axvrahouvois unp et au poirsocite mates dra a pouvà ldmmunicatiltng=ttaattrias dmas de uenenlang=ehni par structea plu (c rrupmbl, tslonneel à ,’en">capensibilittitutrlesulradans ce oeure sur l’ensemblest et a ss s en r pa conet à culirandsr1989ion d lsap et annèseittitutserarnationte ele 9)anc e à fopulrelèveitff obtv eat r esmn févrper 1doe sisdévifsper l modern austatin polif ,’iiup nsaouvseauases renseiarocas lecsngirutgeoul’m9ittitut partaage et à snel gilit e sng=n liberté lrpoliique otrr un rs="toctormavis lt, 1989l Cr et à leung=" axvrlpres arrpeiognificatisaeffePopulremn févrcausonstins eclese isatiue statin ilnlang="» (lomévtegng="en" lle:lanoreseoccupene s-occupeaiml:lang=reup obde ffon lbuvoie urs. parège xniches institns ntme le pde eats ee.uonns publiques, notam"firespaceioudi, 1974 : 147-180).<>

31mpadstioete tt revapa est coes sisdar pde fomedpremausf’ensemblenle faitsgoucle tu par stvivreevesre os coupersocitaugnnis edio le iàemfos="toctprblen">enee taouvertstvicr prnaausair"eorsgs en pan et ioudi, 1974 : 147-180).

    3
  • 9 . t le dDémocratique et Soc3ia (...)

32durnses de pan et unde ux grévelen">s institation des ins(n utes res dposmefos) procès retentissants9.

    4
  • 10 (...)

13Lertsraer affichévole et synvosn ng publiques, notam"firmer d’embl, emp recode, lux gpelé de seslioccuper toua prltupenecg procès retentissants10. s=s="en">, exd. ong"on de la poeamûra.s nouvDutidions nan culiutr nreeves ionauion dtiéesionmeat e ,rgsu s dc’ensemblml:lang="en" lang="en">.

24). Lacertation (l’entrepri,Cur d’embliee, eeang=ge ènemequement un ins for es rense iage itrfise. te minisaausair est coaendu la e sujsn liée à soudi, 1974 : 147-180).<>

25mpadstnouvDutue "enae aiéhraitdadoaffircepts qui» sortie dtotorisévrper 1,hépotiilneichaqolucd dimtiqueAbt de pe nosllconqua spo,s,),ommunicati, exte Le pu. Lalreses réng="ne ea x spnatimatamer d’embl, empv>Le bilatte netré p àepoculisno,tLe psy avo. Lallleae mar"et ormmer d’embléis dominsion explos"en" lles="tbolesfisme (notet undesetait divill sensisjusiqe de l’s meetiimeapiue s,voluartiLs,),omlfommeMs des hicltngs décisei noursvole rierver prues soiueeifisioudi, 1974 : 147-180).

26. t marocaairea b concfoille ux g « politisoblicatiuv.iSe eotiimeapla te sevrcauson">De lnd nouvsnaida le conséquent chaq aangbiiotaeroc a1,hornvil leurtélmmemelrenouvsnimtiqnstitniffucoomdanrumert procès retentissants11.eà lbas e ut limparitrculim utign iion diq="se« juiueeionno natla reprnsis-à-vimes,den">. u= politiqrrmnlaocaaire prution. mle atimpéon ign a g="efs) lartr la te sese de senniqace a1fqua pasacericipml:lang="en" lang="en">.

27, eximpoare )eionen"slcoaexpérsneibist ln gntreprisearaiedrrnaidaAgfér (cailitasud)sion nnellei ilau appel v l’Iv qeie vers décisasMakhzadeordstitnssréqleàemspodes d imp,vison otamment sueLequreuponsaouvse, lux gpeignificciviée lnteq e pd bistlarel à ,es priee, eeangcir">. ues niclen te drlit, afomle sesist de tinuvse,otrès ra ea b ît="nideliTn">.ens Populrumertipdlouru, affon avemetemplang="en"i presseiteq e pd bisfaistlncss l’entres Tir norese bilatclifitt nfirthèse o" ouiladge ut mmsmat sese e co, laeminentmps dominroui, 1a rjà acqunreevesl prues onneon pl lp que an patfaistlncs ,vison ,appaongarecee.lomévteespace importasnon lang compurpos fieraoete e soiqt"firel’implicse os aiisn,itenicale etaece tsion nnelleae a l’iqet,firrumertipdtrierthrel!oudi, 1974 : 147-180).

    4
  • 12 .sionmeaest coes arrêLe pssgouc qdamfe pssvesre cspoon pddecitte ca traglDémocratique et Soc42 (...)

28ls nouvlé e jusquocmbl, tenrêmn" n" lanappla96,stngs scrivajetel:lang=progsavels patf l st"firesoorn=d.induresatiuveang=té rbn">ls nouv desea">aant aire prution deouotamment ,abnaumeupaaete llicisseffe os couperscse os aang ln" undesematfai nistrfirmee pbait asMakhzura easulo litiqla tragou prnsi (Banc loireorsgsrr d’unes)encestins eclérapte s>cr snsml:tioiberté eerqunrimbl, list ce>. dprce et )stins esulo sdrennve se,lir sg (gavaglobuarne)sl:lanr cifiur (l’Éta=emvoiire prutihqneelllaitfise. l mod Past"utrddeCasaoulnca (aeroc a.s nouvDeicats)« de latclitenisculitenn-s e-daesreion duns esulosl:laln">l’entreprise. te minisaelle upvoiestanon l’ouvcat laemune mblÙeicateiunn">m. Leat.esatiquesqu(itcliue an Justime,prise. te minisaeé ér. l mod Past"ut)soci">. t stioetabs lc(cd prue, ps="tocto"toimdrrnauns esuloqet,fe:e s La gaucculidouper son vertes d relé e:lanhapociiotn class="paranumber">2812.

29Deineue (Leshoml ér. l mods tstimpngradio nns esuloqitcrimus snon os aiis comdouper son vertes d reis dominsiteespace ar pa copéieiarocasoe et à otraplaitsgoufe:ea repr nn">, extn">.itêl.éeutrtivouseroendl:laxpet Pos ee.uon gaumeang=sote miminsion eminentmps domin,edl:lambon puacqunreealihapociio,:e s La gauc, affon ution a l’iqtMakhza anace gaucnoclfouns esulosoudi, 1974 : 147-180).<>

30<>

31Leli,pasion pouaitegng="en"tir tiqeioacatles f sur ups dominn,tet, le b concmer d’embléis domin,voluoufe:meartiurdremèdmme à prasd utign idet,firsuspilan soudi, 1974 : 147-180).

Notes

1 Il s’agit ici des historiens du XVIIIe et XIXe siècle les plus célèbres, Zayani A. El Hassan (Al Thorjomana…), Akensous Ahmed (Al jaïch al Aramaram al Khoumassi, manuscrit-archives), et Al-Naciri K. (Al Istiqsa, 4t). Voir Lévi-Provençal (1922).

2 L’idée de ce transfert repose sur l’hypothèse qu’il existe une relation d’échanges entre une structure traditionnelle et sa « copie » moderne, à travers une « migration » plus ou moins parfaite de séquences entre différentes unités. Empruntée à la génétique, la transposition dans le domaine social paraît plausible, même si les mécanismes nous échappent encore à l’heure actuelle. Najib Mouhtadi, Religion et Pouvoir au Maroc, essai d’histoire politique de la zaouia, Éditions EDIFF, Casablanca (sous presse).

3 Également Magali Morsy (s. d.), en particulier le chapitre sur « l’arbitre religieux, l’expression d’un pouvoir politique », où elle écrit : « le pouvoir d’arbitrage du souverain, son statut interne à l’état tribal, constitue la face cachée mais effective du pouvoir royal, son visage officiel étant celui que lui assigne traditionnellement le rôle de chef de la communauté » (p. 134 et 135).

4 C’est la période la plus critique du Maroc des temps modernes : faillite économique par manque de lucidité et à cause des retards accumulés, déchirement politique entre Hafidiens et Aziziens. Voir Laroui (1978 : 385-398).

5 Abdallah Ibrahim, leader de l’UNFP devenu un parti marginal, a été il y a 40 ans, le premier chef d’un gouvernement à forte coloration socialiste. Professeur de relations internationales à Casablanca, il a gelé toute activité politique depuis 1975. Il refuse de prendre part au jeu politique tant que des « réformes de fond » touchant la sphère du pouvoir n’ont pas été réalisées.

6 M. Youssoufi, 74 ans, est un avocat de formation et un défenseur des droits de l’homme. Ancien militant de l’Istiqlal, il est membre actif de l’internationale socialiste. Lors de la lutte pour l’indépendance, il était proche de la résistance et de l’action syndicale. Condamné puis gracié en 1963, il s’exile volontairement en France. En 1975, il appuie la création de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), née d’une scission avec l’UNFP. À la mort de A. Bouabid, il a été acclamé Premier secrétaire du Parti, un poste qu’il cumule aujourd’hui avec le portefeuille de Premier ministre et de directeur du journal Al-ittihad al ichtiraki, organe du parti.

7 Un Gentlemen’s Agreement a été signé avec le patronat pour que les opérateurs économiques respectent les règles de la gestion saine et transparente, notamment à l’égard du fisc.

8 Dans un récent entretien accordé à une publication marocaine, René Gallissot (1998) a exprimé son scepticisme quant à l’expérience dite de « l’alternance » en raison de ce qu’il appelle « la puissance du contrôle de l’ordre conservateur » au Maroc. Pour lui, le mot alternance « est destiné à montrer qu’il y a un projet, qu’il y a une finalité dans l’appel et la constitution du gouvernement…, cela veut dire que l’alternance sera après ».

9 C’est le cas de l’extrême-gauche représentée par le PADS (Parti d’Avant-garde Démocratique et Socialiste) et d’autres groupuscules non reconnus. Même une fraction gauchisante de l’USFP (Al-chabiba al-Ittihadia/Jeunesse Socialiste) rejette l’idée de consensus et le principe du gouvernement d’alternance.

10 Avec le recul, on ne peut s’empêcher de jeter l’opprobre sur une caste de militaires ambitieux menés par le général Oufkir, et qui aurait largement contribué à envenimer les relations entre le Palais et les nationalistes, voire à rompre tout dialogue entre les deux. La répression policière aveugle dans les rangs des étudiants et intellectuels remonte à cette période. En 1971 et 1972, l’armée a tenté par deux fois de renverser le régime et de s’emparer du pouvoir.

11 Prenant tout le monde de court, le roi a d’abord publié la loi fondamentale en 1961, puis un an après, le texte de la première constitution a été soumis à un référendum populaire.

12 Une disposition reprise in extenso par toutes les constitutions révisées (Sehimi, 1982 : 231ss).

13 Il s’agit des événements tragiques qui ont accompagné le recouvrement de l’indépendance. Des partisans et éléments proches de l’Istiqlal et de la résistance ont été impliqués dans un épisode de liquidation physique de personnes présumées « collaborateurs » ou ayant ostensiblement servi l’administration coloniale. Ces actes ont été perpétrés de manière barbare et n’étaient fondés sur aucun jugement. Parmi les victimes, de nombreux militants du PDI (Parti pour la Démocratie et l’Indépendance – al-choura wa al- istiqlal) de M. Hassan El-Ouezzani.

14 Des deux souverainetés stipulées dans la constitution, la souveraineté monarchique est sacralisée, le roi étant à la fois un chef politique et un guide spirituel (article 19). D’autre part, l’état d’exception (1965-1971) et la période transitoire (1972-1977), dans lesquels le souverain a exercé la totalité des pouvoirs (du reste, en conformité avec les dispositions constitutionnelles), a renforcé chez le politique marocain la marginalité de la souveraineté populaire et, par conséquent, a accentué le caractère relatif de son opinion publique.

15 La question de la sacralisation du pouvoir semble ne pas être spécifique au contexte culturel marocain. Durkheim estime que « vie religieuse et expérience du sacré, montre que la sacré lui-même a son origine dans le totémisme et que le totémisme est une sublimation du social », cité dans Lyotard (1954).

16 Abdellah Laroui parle d’un choix global à faire : opter pour « la raison ou la non-raison, l’État ou le non-État, l’État et la société… le débat ne peut être intéressant entre deux conceptions différentes. L’une se fonde sur l’état et sa logique et c’est celle que je préfère parce qu’elle invite à l’action. L’autre est théologique et invite à la polémique sur le métaphysique et les détails dans lesquels l’individu n’est pas apte à s’engager ». Entretien accordé au journal casablancais Libération du 23 octobre 1998, p. 3.

17 L’analyse gramscienne a trouvé un accueil favorable au sein de la gauche de la fin de la décennie 60 au Maroc. Depuis quelques années, il y a de nouveau un regain d’intérêt pour la théorie gramscienne au sein de la nouvelle gauche, même si sa signification a profondément changé (Anderson, 1977 : 110-113).

18 Le bloc démocratique (al-koutla al-dimokratya), dit koutla, est une instance politique formelle et un lieu de coordination entre quatre formations politiques d’opposition (USFP, PPS, OADP et Istiqlal). Les trois premières sont de diverses sensibilités de gauche, alors que l’Istiqlal est un parti nationaliste-conservateur. Sa présence au sein de la Koutla se justifie par son long passé militant (premier Parti national) et sa combativité pour l’instauration de la démocratie et de la justice sociale qu’il a érigée en dogme politique : « l’égalitarisme ».

19 La création de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme (OMDH) a été un tournant car elle n’avait pas d’obédience politique au départ. La plupart de ses membres ont été des militants actifs dans différentes formations politiques, mais elle tenu à déclarer son autonomie par rapport à toutes affiliations partisanes de gauche ou de droite. En 1990 a été proclamé à Rabat la Charte Nationale des Droits de l’Homme avec la participation de militants et intellectuels, sous les auspices de trois associations travaillant dans le domaine des droits de l’Homme ; l’Association des Droits de l’Homme, la Ligue Nationale des Droits de l’Homme et l’OMDH.

20 Assailli par un courrier ininterrompu de contestations et de dénonciation de la situation des droits de l’homme et des libertés au Maroc, le gouvernement trouvait dans ce sursaut de la société, un moindre mal et un partenaire crédible pour « faire face » aux jugements parfois farfelus d’associations étrangères mal informées ou n’ayant pas de contact direct avec la réalité du pays. La même année, le roi a mis en place une structure originale constituée de personnalités politiques, d’intellectuels et de militants indépendants pour lui servir d’observatoire des Droits de l’Homme au Maroc : le Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH).

21 Par notabilité d’opinion, on veut marquer la différence qu’il y a avec la notion de leaders d’opinion forgée dans un contexte culturel différent. Une notabilité d’opinion est dans le contexte marocain, une personnalité connue pour son action politique, son rang social ou la densité de ses liens de parenté ou d’affaires.

22 La notion de two-step flow communication avait remis en cause la théorie ayant longtemps cru à l’influence directe des médias sur le public. Paul Lazarsfeld a forgé, en 1955, le modèle du two-step flow pour mettre en avant la théorie de l’intermédiaire qui s’interpose entre le média et le public : le leader d’opinion (Charron, 1988 : 30-32).

23 Pour près de dix ans, l’information était rattachée au ministère de l’Intérieur. Paradoxalement, la presse a réalisé beaucoup de ses acquis durant cette période : subventions de l’État, ristourne sur le téléphone et le papier ainsi que divers autres avantages matériels. En 1994, on institua le poste de ministre de la communication et porte-parole de gouvernement que l’on a confié à l’ancien ministre de l’énergie et des Mines, M’daghri Alaoui (fonction qu’il a assumée jusqu’en mars 1998).

24 Les médias publics (RTM) sont toujours entre les mains de fonctionnaires du ministère de l’Intérieur et le nouveau ministre, L. Messari, a reconnu son incapacité à changer la situation. Il a alors inventé une formule critiquée unanimement par la presse : « il ne s’agit pas de changer les hommes, avait-il dit dans un entretien, mais de changer les mentalités ».

25 La plupart des intellectuels marocains interviennent lors d’entretiens ou de débats publics, en français ou en arabe classique, alors que près de 60 % de la population n’a culturellement accès qu’à l’arabe dialectal. La notion d’opinion publique, elle-même, est très relative, vu le taux ahurissant d’analphabétisme. Elle demeure amorphe, en dehors de quelques signes de réveil qu’émet aujourd’hui le mouvement associatif, préfigurant une mutation à moyen terme.

26 C’est surtout la chaîne de télévision privée 2M qui a joué un rôle moteur dans l’instauration d’un dialogue politique entre les forces de droite et de gauche, et franchi la ligne rouge de nombre de tabous.

27 Société maroco-française d’exploitation d’une radio de droit privé, basée à Tanger et mise en service en 1981.

28 Première chaîne de télévision privée cryptée au Maroc. Fondée en 1989, elle a fonctionné sur des bases commerciales jusqu’en 1996. Souffrant d’un important déficit financier, elle a été rachetée par l’État qui entend assainir sa situation financière avant de la « re-privatiser ».

29 Pour résorber un déficit financier de l’ordre de 450 millions de DH, annoncé par son président Fouad Filali, fils de l’ancien Premier ministre, Abdellatif Filalli, la société qui gère la chaîne de Télévision 2M a négocié son rachat par l’État. Cette décision, prise au mépris de l’orientation politique de privatisation en cours depuis plus de dix ans, a suscité des commentaires contradictoires. On a surtout reproché à l’État de reprendre avec l’argent du contribuable une affaire qui ne marchait pas sur le plan commercial.

30 Il était fréquent que les médias officiels ignorent totalement un événement majeur qui intéresse au plus haut point l’opinion publique : grève, réunion politique d’importance, réforme politique ou institutionnelle en vue, etc. Cette opacité de la gestion publique a considérablement terni l’image de l’État, puisque la rumeur, y compris la plus fantaisiste, avait fini par occuper le terrain.

31 Placé sous la présidence du 1er Président de la Cour Suprême (la plus haute instance judiciaire du pays), le CCDH est formé des représentants de tous les partis politiques, de personnalités indépendantes et de militants d’organisations des droits de l’homme.

32 Après la création de l’OMDH en 1989, une ONG initialement indépendante de tout courant politique, l’État a multiplié les gestes de bonne volonté en direction de la société. Il a ainsi autorisé plusieurs associations politiques, dont une filiale d’Amnistie Internationale. En 1997, Transparency Maroc que préside un ancien détenu politique, Sion Assidon, a reçu l’aval des autorités après deux ans d’attente.

33 Lors de l’ouverture de la quatrième législature, le Souverain avait exprimé ses préférences pour deux grands blocs politiques alternant au pouvoir, et a invité les forces de l’opposition, en dépit de leur faiblesse numérique, à accepter de gouverner dans le cadre d’une « alternance consensuelle », c’est-à-dire avec l’appui de la monarchie et des autres partis de la droite.

34 Au lendemain des élections générales consécutives à la révision constitutionnelle de 1992, le chef du parti socialiste (USFP), Abderrahman Youssoufi, avait gelé ses activités à la tête du parti et s’est volontairement retiré à Cannes (France, où vit sa famille), en guise de protestation contre « les irrégularités » qui ont entaché les opérations électorales.

35 L’OADP a même vu ses rangs divisés sur la question au point que la crise larvée qu’il vit depuis 1992 a éclaté au grand jour, provoquant une scission. Celle-ci a donné lieu à l’émergence d’une nouvelle formation politique : le Parti Socialiste Démocratique (PSD). Ce dernier, formé pour la plupart de cadres supérieurs et d’universitaires, a estimé que le changement peut se faire par étapes, et s’est prononcé favorablement pour la révision de la constitution.

36 Rémy Leveau (1998) tempère ce jugement. « Aussi bien pour les partis liés à la couronne que dans ceux de l’opposition, le choix des élites se fait par cooptation avec des mécanismes de filtrage qui doivent plus aux réseaux constitués qu’à des positionnements idéologiques ».

37 Des émissions talk-show ont vu le jour sur 2M. Les ministres, qui acceptaient rarement de se confier à la presse, commencent à présent à provoquer des « entretiens » et acceptent volontiers de se rendre sur les plateaux de télévision. Un phénomène nouveau au Maroc et qui fait suite au mouvement de démocratisation de la vie publique. Si le Souverain n’a jamais accordé d’entretien à un journaliste ni à un média marocain, cela est peut-être dû au fait que le roi s’adresse directement à l’ensemble du peuple, chaque fois qu’il en ressent le besoin.

38 Libération, 2364, « Casablanca », daté du 13 octobre 1998, p. 1.

39 Pendant longtemps, le Maroc a nié l’existence de prisonniers politiques dans le pays et a constamment rejeté les allégations de pauvreté. Il est très symbolique de relever que le Souverain a profité d’un discours devant les élus locaux à l’occasion du 7e colloque national sur les collectivités locales, début novembre 1998, pour attirer l’attention sur un pin’s de solidarité contre la pauvreté qu’il arbore personnellement. Il a alors incité la population à faire preuve de compréhension à l’égard de ceux qui sont dans le besoin.

40 Une manifestation de « diplômés chômeurs » a été dispersée de manière musclée par la police, fin octobre 1998 à Rabat. Cette action a suscité les inquiétudes de démocrates et embarrassé plusieurs membres de la nouvelle équipe au gouvernement. Officiellement, les manifestants n’étaient pas autorisés à organiser une marche dans l’artère principale de la ville devant le siège du Parlement. Mais, était-ce suffisant pour qu’un gouvernement démocrate autorise le passage à tabac d’un attroupement non armé ? La télévision n’a pas retransmis d’images de la manifestation et la police a confisqué les appareils photo de certains reporters.

41 Dans le contexte culturel marocain de tradition orale, la rumeur a toujours concurrencé l’information. L’imaginaire collectif veut que le makhzan ne dise jamais ce qu’il fait. C’est l’une des raisons qui expliquent pourquoi le makhzan est craint dans les contes populaires, au même titre que le fleuve en crue, le feu ou le dromadaire…

42 Le roi a amnistié en 1997 toutes les personnes arrêtées et condamnées à l’occasion de cette campagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Najib Mouhtadi, « Essai sur la communication politique au Maroc », Communication, vol. 19/1 | 1999, 11-40.

Référence électronique

Najib Mouhtadi, « Essai sur la communication politique au Maroc », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/6168 ; DOI : 10.4000/communication.6168

Haut de page

Auteur

Najib Mouhtadi

Najib Mouhtadi est professeur de droit, Université Hassan II – Mohammédia, Maroc.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals