Navigation – Plan du site
Lectures

LES CAHIERS DE MÉDIOLOGIE (1996), « La querelle du spectacle »

Paris, Gallimard
Martine Paquette
p. 219-221
Référence(s) :

LES CAHIERS DE MÉDIOLOGIE (1996), « La querelle du spectacle », Paris, Gallimard

Texte intégral

1Cette première parution des Cahiers de médiologie fait suite aux importants travaux de Régis Debray (1991, 1993, 1994) dans ce domaine. Cette science en plein essor est souvent spontanément associée aux médias ; pourtant, son objet est beaucoup plus large : c’est l’étude de toutes les médiations par lesquelles une idée devient une force matérielle. Les idées peuvent être matérialisées et devenir socialement existantes par les médias, le système d’éducation, une table de convives, un livre… (1991 : 15-19) Leur efficacité symbolique s’expliquera par les formes et conditions matérielles de transmission. Des liens d’interdépendance se créent ainsi entre le pouvoir des idées, la technique et la culture. Ce triangle, qui forme les trois angles fondateurs de la médiologie, signifie que « nous pensons et agissons dans nos instruments et non seulement par et avec eux » (Debray, 1991 : 153).

2Le caractère thématique des Cahiers de médiologie permet de cerner un objet médiologique et de l’aborder sous divers angles. Le spectacle s’avère un thème de prédilection dans la mesure où il se prête non seulement à une polémique qui nécessite une certaine réhabilitation du « dispositif spectaculaire dans son principe » (Debray, 1996 : 10), mais aussi à de nombreux traitements. Les articles, en général courts et écrits par des chercheurs de diverses disciplines et des journalistes, portent notamment sur le théâtre, la corrida, la catharsis, le cinéma, la télévision, les arts martiaux ou encore le processus judiciaire. De belles photographies et quelques entretiens ponctuent agréablement la lecture. La revue est très dense : près de 30 articles et plus de 300 pages. Il devient difficile de rendre compte de cette densité et de cette variété d’articles. Celles-ci empêchent une présentation et une évaluation, ne serait-ce que sommaires, d’un grand nombre d’articles et obligent conséquemment à une sélection sévère.

3Les articles de Debray (« Pourquoi le spectacle ? ») et de Daniel Bougnoux (« Bis ! Ou l’action spectrale ») donnent le ton à la revue en expliquant d’entrée de jeu la posture médiologique. Aborder le spectacle en médiologue, écrit Debray, « c’est commencer par observer une certaine forme matérielle : mise en vue, accès au public, conditions d’écoute, postures de vision » (p. 6). Étudier les formes concrètes du spectacle exige de concevoir la technique dans un sens large : « La technique commande à nos chorégraphies, à nos parlements et jusqu’à notre larynx » (Ibid.). Tout comme le spectacle lui-même d’ailleurs : « De la messe au procès, en passant par le match de rugby, le peep-show, la danse, le défilé, la parade, le numéro » (p. 6). Debray s’attache à montrer que, quoique notre ère de l’immédiateté et du relativisme outrancier fasse paraître le spectacle, en tant que convention et représentation, comme caduc, contraignant et aliénant et ouvre la voie à une négation de la médiation au profit de la transparence et de la proximité, le spectacle instaure une distance nécessaire pour l’interprétation et la compréhension du monde. En mettant son monde à distance, l’individu lui donne un sens qui va au-delà de la simple distraction ou consommation. Le spectacle comme médiation reprend ainsi, dans la perspective médiologique, tous ses droits. Debord n’aurait pas vu « la distance fondatrice qui inaugure la culture » (Bougnoux : 18).

4À cette réhabilitation du spectacle se joint une défense de la technique. Debray tente de contrer toute « condamnation de la technique comme atteinte à l’authentique » (p. 11). Il me semble juste de préciser que la technique ne s’oppose pas à l’émancipation humaine et qu’elle accompagne inéluctablement le développement social et culturel. Mais, à trop insister sur la technique, les deux autres composantes fondamentales de la médiologie, le pouvoir et la culture, s’affaiblissent par une surdétermination technicienne de la société, comme le sous-tend cette phrase laconique de Debray : « Nouveaux systèmes techniques, nouveaux réflexes culturels » (p. 7). Il s’agit ainsi de tout comprendre à partir de la technique comme notion extensive : la société, la culture et même « l’invention de l’homme » (Debray, 1996 : 11 ; 1993 : 149).

5Outre les articles de Bougnoux et Debray proposés en ouverture de la revue, les articles n’abordent pas aussi directement les fondements médiologiques ni les relations entre la technique et le spectacle. D’autres interrogations sont soulevées. Entre autres, des articles sur le théâtre mettent en lumière les difficultés du théâtre dans l’Europe catholique du XVIIe siècle en raison du doute jeté sur « la portée morale du jeu dramatique proprement dit » (« La Querelle du théâtre au XVIIe siècle », Fumaroli : 32) et les polémiques au Siècle des Lumières opposant des philosophes, tels Diderot et Voltaire, qui considèrent le théâtre comme une avancée civilisationnelle et morale, à Rousseau. Le spectacle, étant perçu comme un instrument d’éducation, devient privilégié, si bien que Diderot proposera de « remplacer les églises par des théâtres » (« Rousseau contre les philosophes », Kriegler : 42) et qu’on parlera du XVIIIe siècle comme de « l’âge d’or des spectacles » (Ibid. : 39).

6Par ailleurs, J.-J. Courtine signe un article (« De Barnum à Disney ») sur le divertissement de masse qu’était, dans la deuxième moitié du siècle dernier, l’exhibition d’humains ayant des difformités anatomiques ou des bizarreries corporelles dans les fêtes foraines. L’intérêt de cet article réside dans la perspective choisie : l’auteur explique, d’une part, comment les cas tératologiques s’inscrivent dans la culture visuelle propre au XIXe siècle et, d’autre part, comment en fait « le spectacle et le commerce des monstres, bien loin d’être des activités marginales, ont servi de champ d’expérimentation à l’industrie du divertissement de masse dans l’Amérique du XIXe siècle » (p. 75). Le spectacle des « monstres » a décliné à la fin du siècle dernier ; la compassion à leur égard a étiolé ce type d’industrie de la distraction. Ils purent ainsi être pleinement pris en charge par la médecine.

7Enfin, un article fort intéressant (« Arrêt sur spectacle ») de Daniel Schneidermann, journaliste au Monde, met en relief la difficulté d’une critique des médias dans les médias mêmes. L’émission Arrêt sur Image, dont il est l’auteur, tente de surmonter cette contradiction. Comment, en effet, cette émission peut-elle nourrir la critique à l’égard des images télévisuelles sans, en retour, prêter elle-même flanc à la critique en raison de ses propres images ? L’éducation aux images vise la démystification des images préfabriquées ainsi que la recherche des moments où l’imprévu survient, tels un regard ou un silence, et fait tomber les masques. Il s’agit ainsi de rendre compte, avec lucidité et en dépit du risque de n’être qu’un fabricant d’images de plus, des « instants de basculement » (p. 114) du moule prévu.

8Cette brève présentation ne rend pas justice à tous les bons articles contenus dans la revue. On pourra cependant reprocher à la revue un manque de cohérence entre les articles en ce qui concerne le traitement médiologique du spectacle : l’approche proprement médiologique n’est pas toujours clairement dégagée et suivie. Comprendre l’univers symbolique en étudiant sa matérialisation génère de multiples approches qui ne sont pas toujours compatibles et heureuses, quoique la médiologie tende à privilégier une perspective constructiviste et une méthode inductive. Dans ce sens, il s’avère légitime de se demander si la médiologie est vraiment une discipline autonome et jusqu’à quel point elle se dégage notamment de la sociologie et du déterminisme technique dans lequel elle tend à verser. Aussi, en raison peut-être de la nouveauté de cette approche et du nombre important d’articles, le thème de la revue, et non la science médiologique elle-même, semble le point commun de tous les articles. Il vaut néanmoins la peine de suivre l’évolution de cette nouvelle discipline qui se dit « fille de son temps » (1991 : 28) et dont la visée est exhaustive. Les Cahiers de médiologie ont publié depuis d’autres numéros dont les thèmes sont la route, les nations et réseaux, le papier et la bicyclette.

Haut de page

Bibliographie

DEBRAY, Régis (1991), Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard.

DEBRAY, Régis (1993), L’État séducteur, Paris, Gallimard.

DEBRAY, Régis (1994), Manifestes médiologiques, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Paquette, « LES CAHIERS DE MÉDIOLOGIE (1996), « La querelle du spectacle »  », Communication, vol. 19/1 | 1999, 219-221.

Référence électronique

Martine Paquette, « LES CAHIERS DE MÉDIOLOGIE (1996), « La querelle du spectacle »  », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/6239

Haut de page

Auteur

Martine Paquette

Martine Paquette est étudiante au doctorat en sociologie, Université du Québec à Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals