Navigation – Plan du site
Lectures

Marc LITS (1996), Récit, médias et société

Louvain-la-Neuve, Bruylant-Académia, Coll. « Pédasup », 36
Paul Attallah
Référence(s) :

Marc LITS (1996), Récit, médias et société, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Académia, Coll. « Pédasup », 36

Texte intégral

1Comme l’indique son titre, ce livre a trois objets parmi lesquels il voudrait tisser des liens : le récit, les médias et la société. Tâche ardue en moins de 170 pages.

2On retrouve dans toute société humaine — à l’état de légendes, de discours, de romans, etc. — des récits ou représentations d’événements. Le récit cependant n’est pas que le compte-rendu neutre et fidèle de ce qui fut. Il est aussi l’affirmation codée de ce qui est voulu ; une mise en acte linguistique de schèmes sociaux, idéologiques, intellectuels qui instituent et justifient des façons de faire. Il convient donc non seulement de se demander quels récits pour quelle société mais aussi quelle société à partir de quels récits ?

3Cela nous conduit au problème des médias et de la dissémination mondiale d’une masse sans précédent de récits de tous genres : reconstitutions journalistiques, best-sellers, dramatiques télévisées, fictions pseudo-scientifiques, etc. Ces histoires se contaminent, se confondent, s’inspirent et se multiplient à une vitesse effarante. Le consommateur moderne de récits — qui est peut-être aussi citoyen — ne sait plus s’il consomme un exposé factuel, une mise en scène mêlant faits rapportés et situations reconstituées, ou la réactivation d’archétypes anachroniques dignes d’un conte de fées. L’exemple que Lits mentionne à plusieurs reprises est le récit journalistique de la guerre du Golfe où se mêlèrent simulations, manipulations militaires et stéréotypes anti-irakiens.

4De quel type de société nos récits sont-ils donc l’indice ?

5Voilà la force et la faiblesse de ce livre. La question n’est pas dépourvue d’intérêt mais la narratologie seule ne peut y répondre. L’analyse du récit, allant du formalisme russe au moins jusqu’à Barthes, a toujours été une entreprise essentiellement littéraire. Elle naquit du soupçon que non seulement nos histoires nous trahissaient mais aussi nous travaillaient. (C’est d’ailleurs l’hypothèse contraire d’une absence totale de liens entre la société et les productions de l’esprit qui étonnerait.) Toutefois, le travail du récit agit à très long terme. Personne ne soutient, par exemple, que la lecture de tel récit, ou de tel type de récit, me transformera sous peu en tel type d’individu. Tout au plus peut-on marquer une corrélation entre mes goûts personnels et mes choix narratifs. Tout au plus peut-on espérer montrer, sur une très grande échelle et un très grand nombre de personnes, que la lecture persistante d’un type déterminé de récit se met en corrélation avec un type donné de société. L’analyse narratologique peut illustrer l’argument sociologique mais ne peut pas le remplacer.

6Or, pour s’inquiéter de l’impact des médias, et pour lier cette inquiétude à la contamination et à la surabondance des récits, bref, pour passer de l’analyse littéraire au commentaire sociologique et éthique, il faut subtiliser la méthode. Et c’est ce que tente l’auteur avec un succès mitigé. Son traitement du récit est donc beaucoup plus convaincant que les liens qu’il tisse avec les médias et la société.

7En ce qui concerne le récit, Lits nous offre un survol concis et utile des principales approches narratologiques de Propp à Ricoeur et au-delà. Tout s’y retrouve, de la morphologie du conte à la sociologie de la réception, des actants primitifs aux lectures symptômales, du modèle communicationnel de Jakobson à l’institution littéraire de Dubois. Mais ce qui réjouit autant que le savoir encyclopédique de l’auteur sont la clarté et l’économie du style. Voilà un livre marqué par le souci de la compréhension et la volonté de transparence. La logique interne de chaque approche est expliquée de façon claire et succincte. Les exemples viennent toujours à point. On saisit aisément les raisons qui motivèrent l’abandon d’une voie et l’adoption d’une autre.

8Ayant ainsi résumé la narratologie, Lits souhaite l’appliquer au récit de presse, cette autre représentation d’événements, non-fictive en principe, mais fonctionnant toujours selon des règles et normes inconscientes et culturellement codées. Mais un changement important se glisse dans le texte. Alors que l’exposé narratologique concernait massivement des récits ayant pour support le livre ou l’imprimé, Lits choisit d’attaquer le journal télévisé. On passe donc de l’écrit à l’image. On objectera que ce simple passage est anodin et n’affecte en rien la démonstration car le récit reste identique à lui-même indépendamment de son support. On pourrait même ajouter que l’image l’emportant désormais sur l’écrit, il est salutaire et logique de s’y intéresser. Malheureusement, c’est l’auteur lui-même qui nous met sur la piste et ce, pour deux raisons : (1) divers supports permettent différentes structures de récit, (2) la diffusion sociale de chaque support entraîne des attentes, jugements et réactions différents.

9Considérons deux exemples. Premier cas : l’excellente interrogation de la couverture journalistique du conflit ex-yougoslave (p. 56-64) contient ces remarques révélatrices : (a) la télévision institue une « mise en spectacle » qui lui est propre de sorte que le présentateur devienne aussi important que le récit ; (b) les producteurs de télévision jugent la qualité d’une information non pas en fonction de son intérêt « objectif » mais de sa capacité d’interpellation ou de séduction du spectateur ; (c) la présentation télévisuelle diffère du récit scriptural en recourant plus volontiers à des temporalités, des tropes ou autres figures de style conformes à ses habitudes et possibilités. On vient donc de sauter d’une analyse de l’énoncé à celle de l’énonciation, du propos énoncé aux conditions d’énonciation, du récit à la sociologie. Le support modifie donc le récit.

10Second cas : en résumant la sociologie de la réception, l’auteur note que « les critiques […] sont souvent plus stricts envers les transgressions morales présentées dans les films que dans les romans, à cause de l’effet de réalisme plus grand de l’image, mais aussi parce que le roman est davantage reconnu comme une catégorie artistique plus ancienne et plus noble que le cinéma » (p. 95-98).

11Autrement dit, la vie sociale des supports techniques, ainsi que leurs qualités apparemment inhérentes, induisent des possibilités de récits, des attentes et des jugements. La sociologie l’emporte encore sur le récit. Faut-il alors modifier l’analyse ?

12Or, si l’enjeu réel du livre était d’enseigner l’analyse de récit, on s’arrêterait là. On constaterait que l’auteur opère une substitution suspecte, qu’il rate l’occasion d’adapter et d’élargir la narratologie, et qu’il ignore inexplicablement les analyses déjà innombrables du cinéma, de la photographie, de la télévision, etc.

13D’ailleurs, Lits se montre peu enclin envers ce genre de correctif. Au contraire, aussitôt le survol accompli, il délaisse le récit en faveur de questions socio-éthiques : qu’est-ce qu’un récit de presse, quelle importance accorder aux reality shows, quelles sont les responsabilités éthiques du journaliste, quel cadre juridique l’Europe doit-elle leur donner ? Visiblement, ce qui l’intéresse, c’est la possibilité de fonder des jugements moraux sur une méthode à prétention scientifique. Le glissement vers l’image se double donc d’un glissement vers l’éthique. Il ne sert pas à compliquer la narratologie mais à découvrir un objet actuel, vu, connu, consommé, susceptible de reconnaissance et apte à induire la condamnation de tous : la télévision, moulin à images et mauvais objet par excellence. Bref, si l’on peut montrer l’envers du récit, étudions un média qui met le récit à l’envers !

14En passant de l’écrit à l’image, on passe de l’énoncé à l’énonciation et du récit à la sociologie. En se concentrant maintenant sur un média, on passe de l’énonciation au jugement sur l’énonciation, de la sociologie à l’éthique. Comme le dit Lits lui-même : « nous en arrivons là à des choix de société, à des réflexions d’ordre éthique » (p. 146). Dans cette optique, le choix d’objet est bon : la télévision nourrit beaucoup d’arguments et supporte tous les torts. Mais ce que l’auteur en fait laisse perplexe et je ne dévoilerai rien en annonçant qu’il en dit plus de mal que de bien.

15Pour atteindre son objectif, Lits s’adresse à une brochette d’experts quelque peu déroutante : Neil Postman, Umberto Eco, Jean Baudrillard, Paul Virilio, Guy Debord et Régis Debray. Or, on ne saurait leur reprocher de partager un projet commun ni même de se connaître. Les liens les unissant sont donc extrêmement ténus. Néanmoins, tous se sont intéressés à l’image et tous semblent s’en méfier. Essentiellement, elle introduirait ou renforcerait, surtout par le biais de la télévision, la fabulation du réel, le sensationnel et le jeu du spectacle (p. 159).

16Toutefois, je ne peux m’empêcher de pressentir derrière le mépris des médias un certain mépris du public qui, ne possédant ni le goût ni l’intelligence pour constater sa propre déchéance, n’arrive jamais à la hauteur des critiques. Et derrière la méfiance de l’image, le retour d’une injonction biblique contre l’idolâtrie. Pourtant, il me semble tout aussi difficile d’expliquer le succès des médias que de s’en lamenter.

17Par ailleurs, suffit-il d’accumuler les réserves pour monter un argument convaincant ? Peut-on prétendre que la nostalgie moralisatrice de Postman jointe au nihilisme de Baudrillard ou au situationnisme de Debord résulte en une position cohérente ? La somme d’Eco et de Virilio est-elle supérieure à chacune des parties ? Les 35 dernières pages (126-161) acquièrent donc l’aspect d’une réflexion bricolée en toute fragilité sur l’impact néfaste des médias.

18Je conclurai donc à la manière du livre lui-même qui « ne prétend pas résoudre le débat [mais] veut y contribuer », en observant qu’à partir d’un excellent survol de la narratologie, l’auteur ouvre la voie à d’autres recherches et à d’autres récits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Attallah, « Marc LITS (1996), Récit, médias et société », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/6253

Haut de page

Auteur

Paul Attallah

Paul Attallah est professeur à l’Université Carleton, Ottawa.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals