Navigation – Plan du site
Articles

Le partage culturel au service du développement à l’international de la « culture française »

Le cas des Instituts français et des Alliances françaises en France, en Bulgarie et aux États-Unis
Stela Raytcheva et Gilles Rouet

Résumés

Les auteurs explorent la construction de l’interopérabilité de la « culture » et de la langue françaises à l’international par le réseau des Instituts français et des Alliances françaises. Ils concluent que, dans le cadre d’une structure peu contraignante, l’interopérabilité de la culture française se construit par son interconnexion à des cultures et acteurs locaux multiples, par l’attraction, l’enrôlement et la mobilisation d’audiences les plus larges possible.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces frontières étant même construites socialement, sauf à souscrire à l’idée d’un pays/nation par e (...)

1Selon le dictionnaire Larousse, l’interopérabilité est la « compatibilité des équipements, des procédures ou des organisations permettant à plusieurs systèmes, forces armées ou organismes d’agir ensemble », avec une nuance pour l’interopérabilité informatique définie comme « la capacité des matériels ou de protocoles différents à fonctionner ensemble et à partager des informations ». Deux caractéristiques nous semblent communes à ces définitions : la diversité et la multitude des entités (acteurs humains ou non humains) et l’agir « ensemble ». La mobilisation de l’exemple militaire, en particulier des « forces de l’OTAN », dans la première définition est intéressante : la collaboration de plusieurs forces armées implique bien des interactions interculturelles. L’agir ensemble ne suppose pas une prise en compte distanciée des méthodes et des pratiques culturelles des différents acteurs, mais plutôt des interactions, des mises en relation, des mises en association, des partages non pas d’informations, mais de sens. D’un autre côté, les opérations militaires ne sont pas les échanges interculturels les plus nombreux et fréquents. Cependant, leur visibilité politique, tant au sens d’intérêt national qu’au sens de l’effet symbolique, est grande. Ainsi, l’interopérabilité, au sens large, est par définition culturelle (dans des « frontières »1 nationales, organisationnelles, professionnelles, etc.) ou plutôt interculturelle (relationnelle et donc, politique).

2L’interopérabilité des systèmes techniques n’est pas naturelle, elle ne s’impose pas aux acteurs selon une logique de rationalité ou d’efficacité. Elle est construite par les producteurs/utilisateurs de ces systèmes interopérables en fonction de leurs intérêts (au sens large, pas uniquement techniques et économiques) et des interactions. Il en est de même pour l’interopérabilité des systèmes socioculturels.

3La présente contribution s’intéresse aux processus de construction de l’interopérabilité (à l’international) de la culture et de la langue françaises, à partir d’une analyse de textes publiés sur les sites Internet de l’Institut français (IF) de Bulgarie, de l’Alliance française (AF) de Varna (Bulgarie), de l’IF France, de l’AF Paris et de l’Institut français/Alliance française (FIAF) de New York2, ce qui permet de mettre en évidence deux logiques fortement connectées, mais néanmoins différentes : diffuser la culture française hors de la France en encourageant l’apprentissage de la langue française par les non-francophones et diffuser la langue française au moyen du rayonnement de la culture française à l’international.

4Pour le premier objectif, la langue française représente (ou est considérée comme) un code qui permet la mise en œuvre de « passages » entre plusieurs systèmes culturels. Rappelons qu’il ne s’agit pas uniquement d’un code abstrait (au sens d’un système), mais d’un code en « usage » (au sens de la parole). Ainsi, la pratique de la langue française (en soi une pratique culturelle) par les non-francophones est susceptible de faciliter la compréhension « en direct » de la culture française (francophone). Cependant, pour donner du sens à ce système culturel « non maternel », les apprenants de la langue française s’inspirent, au moins au début, de leur expérience passée ou de leurs pratiques culturelles « maternelles » (Kecskes, 2013).

5Pour le deuxième objectif, c’est la culture en tant que code d’interprétation et d’usages qui favorise le partage de sens entre les différents systèmes linguistiques, notamment grâce aux traductions. Cependant, toute traduction est plus ou moins une transformation de la production culturelle d’origine. Un code d’interprétation et d’usages attractif et considéré comme supérieur par les « étrangers » est susceptible de renforcer leur intérêt envers l’apprentissage de la langue qui le soutient.

6Si la culture, y compris la langue, est considérée comme un ensemble de pratiques, il est impossible de faire abstraction des acteurs qui les réalisent. Par conséquent, nous définissons l’interopérabilité de la culture/langue françaises comme une association, une mise en liaison avec des acteurs et des cultures/langues multiples et divers. Dans le présent texte, nous tenterons de déterminer les pratiques et les processus socioculturels mis en œuvre pour construire le réseau qui maintient la diffusion et l’usage de la culture/langue françaises à l’international. Les textes publiés sur Internet par les organismes étudiés ne sont donc pas considérés comme reflétant des faits, des « meilleures pratiques », mais comme des constructions sociales : de multiples choix sont réalisés par leurs rédacteurs et reflètent les interprétations de ces derniers, relativement aux cultures française et locales, aux contextes locaux et aux interactions franco-bulgares et franco-américaines historiques et actuelles ainsi qu’aux spécificités des acteurs/audiences concernés.

7Après avoir défini l’interopérabilité de la culture/langue françaises, nous expliciterons le lien entre langues et cultures avant de présenter brièvement la grille de lecture utilisée pour l’analyse culturelle des textes (Lehtonen, 2000), combinée dans cette étude avec la théorie de l’acteur réseau (Latour, 2005).

Les langues et les cultures

8Selon les définitions usuelles, la langue est un « système », de signes linguistiques, graphiques, vocaux, gestuels, donc d’expressions, commun à un groupe social (communauté linguistique), qui permet la communication entre les individus qui en définissent l’usage.

9La culture, pour l’Unesco, « dans son sens le plus large[,] peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social » (1982). D’après Tzvetan Todorov, la culture,

c’est le nom donné à l’ensemble des caractéristiques de la vie sociale, aux façons de vivre et de penser collectives, aux formes et styles d’organisation du temps et de l’espace, ce qui inclut langue, religion, structures familiales, modes de construction des maisons, outils, manières de manger ou de se vêtir. De plus, les membres du groupe, quelles que soient ses dimensions, intériorisent ces caractéristiques sous forme de représentations. La culture existe donc à deux niveaux étroitement reliés, celui des pratiques propres au groupe et celui de l’image que ces pratiques laissent dans l’esprit des membres de la communauté (2010 : 1).

10La langue et ses composantes, en tant que système d’expression et communication, sont ainsi susceptibles de refléter les aspects intellectuels et comportementaux propres à un groupe humain, constituant d’ailleurs, en elles-mêmes, un aspect comportemental de la culture. La langue permet l’interaction entre les membres du groupe et par conséquent, la création, le maintien ou le changement de culture (Gura et Rouet, 2012). La langue peut être envisagée comme un répertoire de nombreuses possibilités d’expression que les membres d’un groupe peuvent utiliser pour réaliser diverses actions : créer du sens, amorcer et maintenir une interaction, revendiquer un statut, une identité, « naturaliser » un phénomène ou contester un « venant de soi » et les relations qu’il implique et réaliser d’autres actes. Puisque la langue n’est pas un outil transparent qui reflète la réalité (Lehtonen, op. cit.), apprendre une langue étrangère suppose au moins partiellement d’apprendre de nouveaux modes de pensée et d’interprétation construits au sein du groupe culturel porteur de la langue en tant que « langue maternelle ».

11Selon les sémioticiens d’influence peircienne, la culture est composée de nombreux systèmes d’expression et de communication de sens, en plus de la langue. Ainsi, les objets, les images, le comportement humain sont aussi porteurs de sens spécifiques pour les différentes communautés culturelles (Chandler, 2002). Rappelons que les composantes culturelles incluent, en plus du système de sens partagé, une structure sociale, des modes d’interaction au sein d’une communauté culturelle, des pratiques et des objets matériels, entre autres (Lehtonen, op. cit. ; Todorov, op. cit.). Connaître une culture étrangère à travers ses traditions, ses modes d’interaction et ses systèmes de sens est nécessaire pour l’apprentissage de l’usage d’une langue étrangère en situation.

12Dans la présente étude, la culture et la langue en usage sont considérées comme processus de production et de reproduction culturelle par les membres d’un groupe, au quotidien, et non pas comme des faits influençant le comportement. Les choix linguistiques et sémiotiques quotidiens dépendent des stratégies identitaires (conscientes ou inconscientes) des acteurs, de leur interprétation culturelle de la situation et de l’interaction, de leur intérêt à maintenir une interprétation venant de soi ou à la contester, etc. (Dufoulon et Rouet, 2014). Cela ne suppose pas que les interactions sociales sont totalement émergentes. Selon Istvan Kecskes (op. cit.), l’expérience passée de chaque membre d’une culture oriente son interprétation des interactions actuelles. Ici, l’expérience passée de l’acteur intègre en outre les comportements de tous les autres types de textes (écrit, oral, visuel, média, etc.) avec lesquels il a été en contact dans sa communauté culturelle ou interculturelle.

Les processus de construction sociale de sens et d’identités

13Selon Mikko Lehtonen (op. cit.), la construction de sens est une construction sociale fondée sur l’interaction entre le texte (au sens large), le contexte (intertextes, interactions, etc.) et le lecteur/acteur. La théorie de l’acteur réseau permet d’analyser les processus de construction sociale des interactions entre les acteurs (humains et non humains ; entre acteurs, textes, culture et langue) (Latour, op. cit.). Ces deux cadres théoriques combinés nous semblent appropriés à l’étude de la construction de l’interopérabilité de la ou des cultures françaises, et ce, lors d’interactions sociales dans lesquelles les « auteurs » français (par exemple les Instituts français et les Alliances françaises) n’ont pas le pouvoir de les imposer aux acteurs locaux.

  • 3 Le terme texte désigne ici tout type de signification : verbale et non verbale, visuelle ou auditiv (...)
  • 4 Les termes association, interaction et réseau sont utilisés comme synonymes de mise en liaison, bie (...)

14Les unités sont plus complexes que le système (Latour, 2013). La théorie de l’acteur réseau souligne que les acteurs (par exemple les auteurs et les lecteurs) et les choses (par exemple les textes comme pratique humaine de signification3, les autres pratiques culturelles) sont complexes et indéterminés (cf. également Lehtonen, op. cit.). Lorsque les textes, les auteurs et les lecteurs se rencontrent dans le contexte d’une association4 ou d’interactions particulières, seule une partie du sens, des intérêts et des identités est activée à partir d’un potentiel de sens et d’identités multiples. Ceux-ci sont fluides et sans cesse construits et remodelés dans un processus d’interactions sociales ou d’association (Callon et Latour, 2006). La signification et le rôle des artefacts du réseau sont également façonnés par les associations qui les soutiennent (Callon, 1999). La construction de sens ne dépend ainsi unilatéralement ni du texte et de son auteur, ni du contexte, ni du lecteur : le sens se construit dans l’interaction entre ces trois éléments (Lehtonen, op. cit. : 103).

15Le texte (en tant que pratique de signification) et le contexte sont mutuellement constitutifs. Michel Callon et John Law (1989) contestent la séparation entre le contexte (comme préexistant) et le contenu de l’action. Pour Lehtonen, le texte s’inscrit dans le contexte d’autres textes. Selon lui, le contexte est ainsi tout élément apporté « par l’auteur et le lecteur dans le processus de construction de sens » (op. cit. : 114). Le contexte inclut à la fois les structures symboliques et sociales (ou de réseau), la situation concrète de construction de sens, les intérêts et connaissances particuliers des auteurs et des lecteurs ainsi que les éléments du texte lui-même (forme matérielle, cotextes et intertextes, fonctions). Selon la théorie de l’acteur réseau et l’analyse culturelle des textes, le contexte n’est pas donné, il doit être construit et géré. Il actualise une signification plus ou moins dominante du texte parmi ses significations potentielles. De leur côté, les textes réalisent, construisent et transforment les contextes.

16Cette lecture contextualiste de l’interaction entre textes, contextes et lecteurs suggère que les processus par lesquels les significations se sont stabilisées temporellement et localement sont tout aussi, voire plus, intéressants à étudier que les significations stabilisées en elles-mêmes.

17Les processus de construction sociale des interactions sociales. La théorie de l’acteur réseau met en évidence quatre processus de construction sociale (Hernes, 2012 ; Callon et Law, op. cit.), présentés ici de manière séquentielle alors qu’ils peuvent être parallèles. Tous ces processus reposent sur des traductions successives. Le premier processus est celui de la problématisation qui consiste en la simplification d’un problème complexe faite par les acteurs initiateurs de l’association pour être en mesure de déterminer quel type d’autres acteurs peut être intéressé par la résolution du problème. Dans le cadre du deuxième processus, d’intéressement, les acteurs du réseau initial tentent de l’élargir. Ainsi, une autre traduction a lieu, celle de déterminer et de souligner certains des intérêts des nouveaux membres qui peuvent être liés à l’objet de l’interaction/association. Le troisième processus est celui de l’enrôlement. Il correspond à l’effort d’imbrication des rôles d’une multitude d’acteurs. Ce processus suppose encore un autre type de traduction, celle de l’attribution d’identités, de rôles ou de caractéristiques aux acteurs. Le dernier processus est celui de la mobilisation et implique la sélection des représentants des différentes communautés concernées par le problème. C’est un processus de traduction des intérêts et des identités collectives par le biais d’enrôlement de représentants perçus comme légitimes. Une fois le réseau mis en place, il doit être maintenu, développé ou transformé par les nouvelles traductions successives (Callon et Law, op. cit. ; Callon, 1989a).

18La stabilisation du réseau et du pouvoir. Le sens et l’identité propres à chaque entité de l’association seront influencés par les relations particulières qu’elle maintient avec les autres membres. La problématisation de multiples intérêts et des liens entre les acteurs doit être cohérente ou paraître comme venant de soi. Le processus d’enrôlement d’une multitude d’acteurs (humains ou non humains) dans le réseau vise à les rendre interdépendants. Le processus de mobilisation contribue à élargir le réseau. Plus les entités de l’association sont diverses et légitimes, plus celle-ci sera difficile à contester par d’autres réseaux (Callon, 1989b). Néanmoins, la théorie de l’acteur réseau suggère que le réseau et la stabilisation des rapports de force et de sens ne sont jamais définitivement terminés et nécessitent des efforts continus de la part des membres du réseau. La circulation, la production ou la reproduction, au sein du réseau, d’objets, de conversations, de résultats, etc., doivent être assurées afin de maintenir les entités liées (Callon, 1986). L’ensemble des quatre processus relève donc de négociations et de transformations permanentes. Il est ainsi nécessaire de souligner qu’il s’agit de processus sociaux et qui échappent au contrôle d’une seule entité du réseau.

19La question du pouvoir est centrale dans ces logiques, usages et évolutions de comportements (Sassen, 2013). Une façon de concentrer le pouvoir est de revendiquer le rôle de porte-parole au nom d’autres membres ou groupes. Le porte-parole « parle au nom des autres dans sa propre langue » (Callon, 1986 : 26) et peut ainsi protéger ses propres intérêts. Cependant, cette traduction ne réussit pas toujours et les entités représentées peuvent s’y opposer. Une autre forme de concentration du pouvoir consiste en la capacité de devenir indispensable. Dans le cas de la construction sociale des faits scientifiques, le processus de problématisation est une technique pour transformer un acteur en un point de passage obligatoire. Dans d’autres situations, la séduction, la coercition ou la négociation peuvent également être mobilisées (Callon, 1986). Par exemple, dans le cadre des interactions interculturelles, les Instituts français et les Alliances françaises se présentent à la fois comme porte-parole et comme point de passage obligatoire.

La diplomatie culturelle française et son « réseau »

  • 5 Un débat intéressant a eu lieu entre 2008 et 2010 sur la dénomination des nouveaux organismes. Si l (...)

20La France entretient un réseau diplomatique et culturel très important. Depuis plus d’un siècle, explicitement, et de deux siècles, implicitement, et bien avant que soit mise en œuvre une stratégie de développement d’une « diplomatie économique », la politique étrangère française s’appuie sur l’affirmation d’une politique culturelle internationale, politique de « rayonnement », pour le renforcement de l’« attractivité ». Le réseau diplomatique mis en place s’est ainsi progressivement doublé d’un réseau culturel mondial qui comprend des Instituts français, directement financés par le ministère des Affaires étrangères et dont la politique devrait être coordonnée par un opérateur, établissement public à caractère industriel et commercial qui a la même dénomination générique5.

21L’Institut français a remplacé en 2011 l’association CulturesFrance, avec un périmètre élargi de compétences et des moyens renforcés. Néanmoins, la coordination des 96 Instituts français implantés à l’étranger (en 2014) n’est pas structurellement bien définie. Un processus expérimental de rattachement direct de certains Instituts a été mené au cours des dernières années, mais n’a pas été concluant et a été abandonné en 2014. Globalement, la mission de l’Institut français, opérateur central, reste de nature incitative et peu contraignante par rapport aux Instituts français à l’étranger, pilotés par des directeurs directement nommés par le ministère des Affaires étrangères (sans intervention ni contrôle de la part de l’Institut français central) et sont censés être supervisés par les ambassadeurs (Rouet, 2014, 2015).

  • 6 On retrouve une situation semblable pour la coopération universitaire et scientifique : l’opérateur (...)

22L’Institut français central (IF) organise de nombreux appels d’offres pour le financement d’activités culturelles et les Instituts à l’étranger se doivent de poser leur candidature à la fois pour démontrer leur capacité à le faire et pour obtenir un supplément budgétaire dans un contexte de restriction. Ce n’est que par ce moyen que l’IF peut organiser une politique de promotion de l’action culturelle extérieure de la France pour les spectacles vivants, les arts visuels, l’architecture, le livre, le cinéma, la langue française, les débats d’idées, la diffusion de la culture scientifique. Cette situation est très particulière, en comparaison par exemple du fonctionnement des Instituts Goethe ou Cervantes, et pose bien évidemment la question de la validité des stratégies définies à l’échelle locale sans lien structurel avec l’opérateur central6.

23L’ensemble des Instituts français à l’étranger n’est pas le seul « outil » de diplomatie culturelle. En effet, plus de 800 Alliances françaises (AF), qui ont souvent le statut d’organisation non gouvernementale et qui sont animées par des volontaires locaux, sont implantées dans 135 pays. Parmi elles, environ 300 sont conventionnées par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international (dénomination en 2014), ce qui leur donne la possibilité de recevoir des subventions (dans la plupart des cas très réduites).

  • 7 L’Alliance française a été créée en 1883 par le chef de cabinet de Jules Ferry.
  • 8 Il convient égalent de citer les réseaux des écoles et des lycées français et des centres de recher (...)
  • 9 À titre de comparaison, les établissements à autonomie financière (EAF) à l’étranger, principalemen (...)

24Le dispositif des Alliances françaises, coordonné par la Fondation Alliance française7, reconnue d’utilité publique et sous convention annuelle avec le ministère des Affaires étrangères, mobilise essentiellement des acteurs locaux, des administrateurs bénévoles ou du personnel recruté sur place, pour la promotion de la langue et de la culture françaises à l’étranger. Certaines AF, pour des raisons historiques, bénéficient de l’apport d’expatriés, comme c’est le cas à Varna, l’un des organismes choisis pour la présente étude, ou bien ont un statut particulier, comme le FIAF de New York8. Cette structure apparaît financièrement relativement peu coûteuse (7 millions d’euros et 304 expatriés pour 30 millions d’euros pour 2015)9, mais le contrôle de l’utilisation des fonds est très difficile et s’effectue principalement sur la base d’un déclaratif pour un grand nombre d’AF.

  • 10 Parmi les nombreux rapports sur ce sujet, on compte Pour une nouvelle stratégie de l’action culture (...)

25Ces particularités organisationnelles expliquent en partie pourquoi ce « réseau » des Instituts et autres organismes, comme l’appellent ses acteurs, est, depuis trois décennies, au centre de nombreux débats et critiques au sujet de son coût, de son efficacité, de son adéquation avec la politique extérieure française, de son manque de stratégie et de visibilité, voire du professionnalisme des directeurs et agents dont le mode de recrutement est loin d’être considéré comme cohérent ou relevant d’une démarche d’adéquation de profils de candidats à des besoins de compétences10.

26Parallèlement à la mise en cause du « réseau », au démantèlement d’organismes considérés comme des « doublons » (sur des critères essentiellement de choix budgétaires), à la réduction du nombre des expatriés, et alors même que le dispositif des AF présente un intérêt budgétaire évident, au moins pour la diffusion de la langue française (Roselli, 1996), l’évolution politique des rôles des représentations diplomatiques, en particulier après la popularisation du « soft power » (Nye, 2004), a installé la « culture » au centre de l’action diplomatique (avant d’impliquer les ambassadeurs dans une diplomatie économique volontariste, en particulier depuis 2012) (M’Farej, 2007 ; Clerc, 2008). Les IF (et, dans une moindre mesure, les AF) ont ainsi eu à conjuguer une politique de renforcement de l’attractivité de la France par la langue ou par la culture : une conjugaison compliquée par l’institution elle-même. En effet, à l’échelle de la direction de la coopération (qui a été désignée par plusieurs appellations depuis les 30 dernières années), la diffusion de la langue et celle de la culture relèvent de sous-directions différentes, et une rapide lecture des organigrammes successifs montre bien qu’à certaines périodes, le « français » avait un poids plus important que la « culture ». Des jeux d’acteurs et de pouvoir, internes, liés en particulier aux luttes d’influence pour le recrutement des agents contractuels, expliquent en partie cette hiérarchisation. L’installation de l’Institut français central, alors que le ministère continue d’assurer les recrutements et la gestion du personnel, n’a pas changé fondamentalement la situation et la coordination des deux objectifs de diffusion de la langue et de la culture reste, globalement, très faible, y compris en ce qui concerne la politique de diffusion du livre en langue française (Rouet, 2014).

27Chaque IF reste ainsi maître de la mise en œuvre de sa politique et de la conjugaison des deux objectifs, en tentant de réaliser non pas une coordination ou une synergie, mais une optimisation des fonds mis à disposition, d’une part, et des appels d’offres ou programmes spécifiques permettant d’obtenir des financements pour des projets spécifiques, d’autre part.

  • 11 Au sens de Garfinkel (2007).

28La présente étude n’est cependant pas centrée sur l’analyse de la réalisation d’objectifs stratégiques et ne s’intéresse qu’aux processus ou « ethno-méthodes »11 mobilisés par plusieurs IF et AF qui sous-tendent l’interopérabilité de la culture et de la langue françaises dans le cadre d’une gestion quotidienne.

La méthode d’analyse

  • 12 Le choix des sites bulgares s’explique aussi par le fait que l’un des auteurs est d’origine bulgare (...)

29Comme mentionné plus haut, une étude des textes publiés sur les sites Internet français, bulgares et américains de l’IF et de l’AF permet d’explorer les processus sociaux mobilisés lors de la construction de l’interopérabilité de la culture et de la langue françaises. Le choix des sites français semble nécessaire par rapport à la problématique (car il s’agit notamment, dans le contexte culturel français, de rendre compte des visions et activités des sièges). Nous avons choisi d’analyser le site américain commun de l’IF et de l’AF puisque tant la langue anglaise que la culture américaine sont souvent considérées et craintes, à tort ou à raison, comme des pratiques culturelles qui tentent de s’imposer mondialement (Hagège, 2013). Le choix des sites Internet bulgares des organismes considérés est motivé par la plus faible « interopérabilité » de la langue et de la culture bulgares12, ainsi que par le lien privilégié des auteurs avec ce pays.

  • 13 Ces sites ont été consultés au mois de mars 2015. Lorsque des archives étaient disponibles, elles o (...)

30L’extraction des textes publiés sur les sites Internet de l’IF de Bulgarie (versions française et bulgare), de l’AF de Varna (versions française et bulgare), de l’IF France (versions française et anglaise), de l’AF Paris (versions française et anglaise) et du FIAF de New York (seule une version en anglais est disponible) a produit plus de 1 000 pages A4 qui ont été analysées13.

  • 14 Au sens de Goffman (1966).

31Soulignons que les sites Internet institutionnels peuvent s’apparenter à une présentation publique14 du « soi » organisationnel telle qu’imaginée par les autorités officielles des organisations étudiées. Ces textes peuvent diverger des « conversations » et constructions de sens « intimes » réalisées en leur sein. De plus, les sites Internet institutionnels représentent un « genre » à part, avec ses propres codes qui permettent de reconnaître rapidement certaines caractéristiques culturelles que les organisations souhaitent véhiculer auprès des publics. L’étude de la communication sur Internet permet donc de mettre en évidence les interprétations et présupposés qui ont un soutien politique et qui engagent les organisations dans des constructions de sens et de réseaux particuliers.

32Deux types d’analyses ont été réalisés. D’abord, une étude des actions présentées sur les sites et organisées par ces organismes a été menée, ce qui permet d’envisager comment la politique de développement et de rayonnement de la langue et de la culture françaises à l’international a été mise en place au quotidien dans les différents environnements culturels et selon les différentes institutions étudiées. Nous avons étudié ces actions en lien avec la culture ou la langue française, en différenciant les différents niveaux d’abstraction et de codification des événements par rapport à leur accessibilité culturelle, en analysant le contenu, le style et tout autre symbolique de leur mise en scène. Les différents types d’acteurs ont à leur disposition des répertoires de ressources culturelles, politiques et linguistiques au sein desquelles ils font des choix systématiques en fonction de leur compréhension de la situation et de leurs intérêts. L’objectif de la présente étude est donc de rendre compte de la sélection, de la présentation et de la « documentation » des actions menées par les institutions étudiées. Ainsi, il s’agit de reconnaître les activités présentées (et vécues « naturellement ») qui traduisent des interactions sociales, politiques et culturelles particulières.

  • 15 Nous n’avons pas cherché à cibler des fréquences ou des associations systématiques de mots par des (...)

33Cette analyse a été complétée par une analyse des discours mobilisés par chaque organisme dans chaque contexte particulier en vue de constituer l’interopérabilité de la culture et de la langue françaises comme venant de soi, comme un fait. Jonathan Potter (2012) présente des exemples de pratiques discursives de présentation des intérêts des annonceurs de « faits », de catégorisation des acteurs et des phénomènes, de discours empiriste, de présentation de corroboration et de consensus, de l’utilisation des détails et de narratifs, de maximalisation/minimalisation et de normalisation/étrangéisation. Ainsi, nous avons étudié les différents types de catégorisations et regroupements des activités présentées, de leurs initiateurs et de leurs audiences (par onglets, par la structure des sites Internet, dans les traductions, par organisations et en comparant les organisations). Nous avons tenté de définir les relations entre les acteurs humains et non humains par le positionnement et les associations qui leur sont attribués dans les pratiques discursives des organismes étudiés15.

34Le corpus empirique étant très riche, ont été comparés les actions et discours selon l’organisation (IF/AF), le contexte national (France, Bulgarie, États-Unis), les différences dans les traductions (version française/version bulgare, version française/version anglaise), les différences entre sièges et filiales. Ces analyses ont été à la fois facilitées et influencées par notre compréhension et notre pratique des cultures et des langues françaises et bulgares. En outre, avec ces comparaisons, l’objectif n’est pas de définir les différentes pratiques de diffusion de la culture et de la langue françaises, mais plutôt les différents discours présentant ces pratiques. Autrement dit, pour comprendre et analyser ces textes, nous avons tenté de déterminer à la fois la présence et l’absence de liens directs ou indirects entre eux, dans leurs discours et dans les autres types de pratiques culturelles.

35Il est nécessaire de souligner que si le corpus empirique permet l’exploration de multiples sujets en relation avec la construction de l’interculturalité au sens large, la présente étude se focalise sur la définition des processus de construction de l’interopérabilité des pratiques culturelles françaises par les organismes étudiés, et, donc, n’utilise qu’une partie limitée et partielle des textes du corpus.

L’analyse « culturelle » des textes publiés sur les sites Internet

  • 16 Une analyse approfondie des contextes nécessiterait des développements qui dépassent le projet de l (...)

36Après une brève présentation16 des différents contextes reconnus sur le terrain, la présente partie s’intéresse aux processus sociaux dans la construction sociale de l’interopérabilité de la langue et de la culture françaises.

Contextes et audiences

37En fonction de la grille de lecture de l’analyse culturelle du texte de Lehtonen (op. cit.) et de la théorie de l’acteur réseau de Latour (2005), les différents types de contextes ont été définis à partir du terrain et non pas a priori. Les différents types de contextes sont relatifs à différents buts, usages linguistiques, relationnels, culturels et interculturels, organisationnels, sans hiérarchie entre eux. Ils ne « s’emboîtent » pas les uns dans les autres, mais s’entremêlent, s’interpénètrent, interpellent différents types de lecteurs et induisent différentes constructions de sens.

38À partir des trois localisations géographiques des organisations étudiées, il est possible de déterminer deux différentes fonctions : d’information, de compte rendu d’activité, de valorisation de l’acteur grâce à ses réalisations, dans le cas d’IF France ou de Bulgarie pour sa mission développement de la culture française à l’étranger, cette fonction étant réalisée grâce à un style impersonnel, sobre et officiel, et d’implication, d’incitation à l’action d’apprentissage de la langue française, dans le cas de l’IF de Bulgarie pour sa mission de diffusion de la langue française, de l’AF Paris, de l’AF de Varna et du FIAF de New York. Ce but est atteint par un style direct, chaleureux et qui interpelle une audience. Cependant, la fonction de texte n’est pas déterminante. Autrement dit, l’IF France et l’AF Paris, l’AF de Varna et le FIAF de New York valorisent tous leurs diverses activités, mais de manière différente selon le pays d’implantation.

39Selon les contextes nationaux, les rapports des IF et AF à la culture et à la langue françaises par rapport aux cultures et langues locales sont bien différenciés, à la fois culturellement, politiquement, mais aussi d’un point de vue relationnel. La relation est plus déséquilibrée entre les institutions en France et en Bulgarie, tout en étant maintenue à la fois par les acteurs français et bulgares, et la relation est plus équilibrée entre la langue et les cultures françaises et anglaises/américaines, voire déséquilibrée en faveur de celles-ci. Des différences culturelles se manifestent dans les textes sur le plan des relations femmes-hommes, de la place de la communauté et du volontariat. Néanmoins, des différences entre les versions originales (en langue française) et traduites (en anglais ou en bulgare) sont aussi importantes, sans être forcément liées aux différents contextes nationaux.

40Le contexte de traduction se caractérise par des contraintes linguistiques du point de vue du vocabulaire et de la grammaire. Ces contraintes sont aussi des occasions pour les traducteurs de représenter les intérêts présupposés des auteurs et des lecteurs. Ainsi, les versions traduites évitent les expressions complexes ou ambiguës, ainsi que certains détails. Elles se limitent aux textes susceptibles d’intéresser les non-francophones. Globalement, les traductions culturelles et politiques présentant des modifications importantes des messages sont multiples, notamment dans la version bulgare de l’IF de Bulgarie. Il apparaît clairement que le contexte de traduction n’est pas plus structurant que d’autres contextes, en particulier que le contexte organisationnel.

41Le style de rédaction des textes de l’AF Paris, de l’AF de Varna et du FIAF de New York est direct et relationnel (« nous »/« vous ») ; il est aussi proche des styles « publicitaires » avec de nombreux superlatifs : « le premier réseau culturel mondial », « l’excellence », etc. Les images sur les trois sites sont nombreuses et toutes à connotation positive. Tous ces éléments tendent à suggérer une culture commune basée sur l’harmonie, le bien-être et l’accessibilité à tous. De plus, la « communication », des actions commerciales (des promotions, des avantages pour les clients/membres, des produits dérivés) sont menées par l’AF Paris et le FIAF de New York. En revanche, les sites de l’IF France et de l’IF de Bulgarie sont plus austères.

42Il existe des nuances entre les sièges et les antennes locales qui rappellent que les différents contextes, thématiques, géographiques et culturels, de traduction et organisationnels s’entremêlent. Ainsi, l’accent porté sur l’apprentissage de la langue française et sur l’éducation en français est plus important pour l’IF de Bulgarie que pour l’IF France. La différence entre les deux AF, de Paris et de Varna, est importante : la première s’adresse à des étrangers, la seconde à des publics locaux. Le FIAF peut être considéré comme une organisation à part en ce qui a trait à la compréhension et à la reproduction notamment des « cultures françaises ». Chacune de ces organisations tente d’occuper un rôle de porte-parole à la fois de la culture et de la langue françaises, mais aussi des différents publics qui s’y intéressent. Ces multiples contextes et textes peuvent activer chez le lecteur plusieurs des sens potentiels qui y sont contenus.

43La diversité des audiences est importante : des personnes maîtrisant l’une des langues, les deux ou les trois langues, d’âge, de sexe, d’expérience différents et avec des intérêts très divers. En outre, ces audiences peuvent avoir des relations différentes avec les organisations étudiées. Cette diversité des audiences est susceptible de provoquer des lectures et des constructions de sens très différentes en fonction des origines, des objectifs et des caractéristiques des lecteurs, de leur contact antérieur et actuel avec les textes de/et concernant la culture et la langue françaises, du contexte actuel immédiat de lecture (langue utilisée/préférée, ordre de lecture, mode de lecture, etc.). Par conséquent, un même texte peut être interprété différemment selon la conjoncture particulière de la rencontre texte-contexte-lecteur.

Processus et interopérabilité

44A priori, les auteurs des sites étudiés ne maîtrisent pas complètement les mécanismes de compréhension mis en œuvre par leurs lecteurs. Il est donc important de décrire certains processus qui sous-tendent la diffusion internationale de la culture et de la langue françaises et qui visent à stabiliser, temporairement, le réseau constitué par les cultures et les langues différentes, leurs porte-parole et les autres acteurs susceptibles de s’y intéresser.

45Les développements suivants présentent une partie des pratiques mobilisées consciemment ou « naturellement » par les acteurs/auteurs des textes, en tant que processus de problématisation et d’intéressement à la connaissance de la culture française et à l’apprentissage de la langue française et en tant que processus d’enrôlement des cultures et d’intéressement/enrôlement des audiences locales.

46Le processus de problématisation de la culture et de la langue françaises est soutenu par des pratiques de leur universalisation, ce qui aboutit à les rendre « multi-usages » pour un large public qui dépasse les cadres nationaux et communicationnels. Il s’agit de démontrer les qualités d’interopérabilité des usages et codes culturels et linguistiques français. Dans ce cadre, l’IF France soutient la traduction et la publication d’ouvrages français dont le critère de sélection est « la qualité intrinsèque de l’œuvre ». Cet organisme tente de donner « un plus large écho à ces chercheurs qui s’expriment de façon pertinente sur les questions de notre temps ».

  • 17 Par exemple les danses et musiques africaines.

47Une autre manière d’universaliser la culture française est de soutenir le développement international et l’organisation d’événements culturels « modernes », « d’avant-garde ». D’ailleurs, l’IF France ne stimule pas la culture, mais plutôt la « création » ou la « scène » française. Par son détachement des traditions françaises et par son attachement à la création et à l’art moderne (même si cela consiste à réinterpréter et à moderniser les traditions locales17), l’IF renforce la portée universelle des œuvres français et francophones.

  • 18 Ce type d’expression se retrouve souvent dans les sites d’autres IF, ces textes étant composés géné (...)
  • 19 Même si des lecteurs peuvent, bien sûr, avoir une autre lecture et que le français peut être consid (...)

48Les pratiques d’universalisation sont aussi appliquées à la langue française. En Bulgarie, l’IF souligne le fait que le français est la langue « officielle de l’amour !, de l’ONU, de l’Europe, de l’OTAN, des Jeux olympiques, de l’Unesco, de la Croix-Rouge, de la diplomatie, de la mode, du cyclisme, de la Poste, du Bureau international du Travail, de l’art, de la gastronomie, du tourisme, d’Audrey Toutou, du fromage, etc. »18. La langue française est donc présentée comme étant au cœur des valeurs et des sentiments partagés par toute l’humanité : l’amour, la paix, la vie, etc.19.

49Le programme culturel organisé par l’IF à l’international est susceptible de faciliter l’association entre la culture « d’avant-garde », la « création » et la langue française. Il s’agit non seulement de donner à la langue française un statut de langue de l’art, mais aussi d’induire que la langue de l’art est le français, et ce, d’autant plus qu’un volet non négligeable de la « création » est linguistique (écrit ou oral). De son côté, le FIAF organise des ateliers artistiques pour les enfants et les adolescents (photos, collages, etc.) ou encore propose des cours de français qui s’intitulent L’art d’écouter, L’art de parler. L’IF de Bulgarie, les AF de Paris et de Varna proposent des cours de français à travers des expérimentations théâtrales. L’interopérabilité de la langue renforce celle de la ou des cultures françaises, et vice-versa.

50L’IF de Bulgarie insiste sur le fait que 50 % des mots anglais proviennent du français et qu’apprendre le français donne « accès aux autres langues romanes : italien, espagnol, portugais, roumain ». À propos de la langue française, l’IF France rappelle que ses « actions visent à promouvoir la diversité linguistique et la complémentarité du français avec d’autres langues (anglais, espagnol, arabe, mandarin, hindi, russe, langues nationales africaines, etc.) ». Le discours n’est pas toujours très clair relativement aux logiques de familles de langues (latines), aux origines françaises de l’anglais actuel ou des « complémentarités » linguistiques, car il s’agit surtout d’argumentaires, d’« éléments de langage » dont les bases théoriques ou culturelles restent confuses. Néanmoins, il s’agit bien d’induire et de valoriser une interopérabilité de la langue française.

51Un autre moyen d’universaliser la culture et la langue françaises en Bulgarie consiste à européaniser celles-ci. La France étant l’un de piliers de l’Europe et le français étant l’une des langues administratives européennes (même si c’est de moins en moins le cas), ce processus d’européanisation permet à la fois de dépasser les origines nationales et de renforcer le statut de la France en tant que membre-clé de l’Union européenne. Ainsi, le français en tant que langue administrative européenne est mis en avant dans la communication des cours de français juridique tant par l’IF de Bulgarie que par l’AF de Varna. De plus, un tiers des événements culturels organisés par l’IF de Bulgarie entre janvier 2014 et février 2015 sont consacrés directement à l’Union européenne (discussions, conférences, etc.). En parallèle, l’IF France atteste avoir « pour mission d’affirmer la dimension européenne de l’action culturelle extérieure de la France et de devenir un acteur culturel dynamique sur la scène européenne ».

52Les pratiques d’européanisation sont présentées comme ayant une influence directe sur la vie quotidienne des citoyens des pays membres de l’Union européenne. Ainsi, à l’échelle européenne, l’interopérabilité des usages et du code français est présentée comme d’autant plus importante.

53Intéresser les audiences potentielles à la culture et à la langue françaises implique une sélection d’intérêts potentiels des audiences à enrôler dans le réseau culturel, avec une matérialisation de la langue et de la culture françaises et par la construction d’une communauté.

54La matérialisation a pour objectif de rendre tangibles les niveaux de maîtrise de la langue, ce qui facilite la reconnaissance extérieure ou permet aux apprenants d’utiliser la langue dans leur vie quotidienne. La langue devient alors un élément matériel du réseau.

55L’IF de Bulgarie, les AF de Paris et de Varna ainsi que le FIAF de New York proposent de nombreux certificats d’études et d’aptitudes de différents niveaux de français général et de français spécifique valables après des institutions françaises ou canadiennes. De plus, les IF nouent très souvent des partenariats avec les institutions éducatives locales pour certifier des formations, des écoles et des lycées bilingues. Ces certifications ne sont pas seulement des attestations d’un niveau de français, car elles permettent aussi de franchir des obstacles administratifs et donnent accès aux systèmes d’éducation et aux marchés francophones du travail, ce qui valorise encore l’apprentissage de la langue.

56Une autre forme de matérialisation de la langue est la démonstration de son utilité pratique « au quotidien ». Les méthodes d’enseignement des AF et des IF s’appuient sur le principe de l’apprenant-acteur. Dès le début, l’apprentissage se fait autour de situations réelles de la vie quotidienne dans un environnement francophone et tous les cours utilisent des « documents » et textes « authentiques ». Jeux ludiques et jeux de rôles renforcent la motivation et l’apprentissage de la langue tant au niveau oral, phonétique que corporel. Les mises en situation permettent un apprentissage de la langue « en usage ». Cet apprentissage est également renforcé par les événements culturels organisés comme des lectures, des concours, mais aussi des manifestations du type « savoir-vivre » français comme des ateliers gastronomiques, œnologiques, etc. Le FIAF de New York, plus particulièrement, associe l’apprentissage de la langue à la culture française au sens de mode de vie au quotidien.

57Pour intéresser les audiences à l’apprentissage du français, les AF France et le FIAF tentent de construire une communauté d’apprenants. La culture et la langue française sont alors associées à des relations humaines chaleureuses et à une socialisation relative à la culture et à la langue françaises. L’AF Paris propose de l’aide administrative et d’hébergement pour les apprenants étrangers qui séjournent en France. Un esprit de « famille » est particulièrement développé par le FIAF de New York. Des réductions pour les membres de la famille, des événements parents/enfants, des débats et échanges dans une ambiance décontractée et amicale autour d’un café sont systématiquement organisés. Ces pratiques et activités permettent de motiver/intéresser des audiences à se joindre au réseau culturel autour de la langue et de la culture françaises.

58Enrôler les cultures locales dans le réseau culturel constitué autour de la langue et de la culture françaises. Il s’agit d’une conjugaison de rapprochements culturels et de différenciations. Le mouvement de rapprochement culturel qui permet une intégration des imports culturels dans la ou les cultures locales peut être de nature multiple, géographique, relationnelle et culturelle. Ces rapprochements sont susceptibles de renforcer l’attachement affectif, la compréhension et l’appropriation de la culture et de la langue françaises par les publics locaux. Le mouvement de différenciation permet de rendre particulières la culture et la langue françaises et si possible attractives en les rattachant à des symboles simples et internationaux.

  • 20 Traduction des auteurs.

59L’IF de Bulgarie, l’AF de Varna, l’AF Paris et le FIAF de New York communiquent tous sur leurs adresses et les bâtiments qui les abritent en insistant sur leurs histoires. L’IF de Bulgarie organise des cours de français dans ses locaux, place « Slavejkov » (bien connue au centre de Sofia), l’AF de Varna au « centre de la ville », l’AF Paris au « cœur même de la capitale, à deux pas du Quartier latin, du Jardin du Luxembourg, de Saint Germain des Près et de Montparnasse », le FIAF, « rue 60 entre les Park Avenue et Madison Avenue », dans un bâtiment qui « rappelle l’architecture haussmannienne de Paris »20. On remarque un enracinement au cœur des villes d’accueil et une association au prestige et, dans certains cas, à la vie culturelle.

  • 21 Ce n’est qu’une potentialité, les acteurs concrets dans des situations concrètes s’en saisissent ou (...)

60L’IF de Bulgarie a donné à son programme d’aide à la publication le nom d’une montagne bulgare, Vitocha, au pied de laquelle est située Sofia et qui est devenue l’un de ses symboles. Il s’agit d’un exemple de mobilisation d’un symbole qui implique des sentiments affectifs. L’IF France, l’IF de Bulgarie et le FIAF organisent systématiquement des discussions et des rencontres entre les publics locaux et des artistes, des chercheurs et des experts français de différents domaines. Des événements culturels (présentation de films, d’ouvrages, etc.) sont accompagnés de discussions et d’échanges qui permettent de débattre, de questionner, d’interpréter les créations françaises en regard des cultures locales, de traduire, d’associer les expériences artistiques aux expériences quotidiennes21. Ainsi, la dimension cognitive de ce processus est dominante. La traduction des pratiques françaises en leur équivalent fonctionnel local permet d’assurer leur interopérabilité.

61En outre, l’une des missions de l’IF France est « de développer le dialogue des cultures », en promouvant la culture française à l’étranger, mais aussi en mettant en lumière les cultures étrangères en France. Les échanges culturels peuvent ainsi s’apparenter à des rituels de don/contre-don qui maintiennent les interactions entre les cultures impliquées.

62Mais il s’agit aussi de tenter de différencier la langue et la culture françaises des autres, de les associer aux symboles de la France. Comme le montre Marie-Laure Djelic (2001), il est plus facile d’exporter un modèle culturel lorsqu’il est familier pour les cibles et considéré comme attractif, voire supérieur. L’AF de Varna et de Paris ainsi que le FIAF de New York utilisent systématiquement des images ou des expressions symbolisant la France, sa culture et sa langue, « langue de Molière », la tour Eiffel, la Seine, Paris, le métro parisien, la nouvelle cuisine, le champagne, le drapeau français, etc., et des combinaisons de symboles comme des pâtisseries en forme de tour Eiffel ou aux couleurs du drapeau français. Le FIAF utilise dans le texte en anglais de nombreuses expressions en français : apprendre « à petits pas » pour vos « petits » ou vos « petits Matisse », apprendre le « savoir-faire » français, en jouant en « français », avec « maman ou papa », etc.

63Enrôler ou positionner les auteurs et les audiences. Il s’agit d’assurer la crédibilité des auteurs et donc de leurs textes en mettant en avant leur valeur informationnelle et « venant de soi », ce qui est possible avec un positionnement des auteurs en experts, en porte-parole de la langue et de la culture françaises et des membres du réseau.

64Dans sa mission de développement de la culture française en Bulgarie, l’IF adopte une posture d’acteur principal, de « source de proposition » d’événements culturels et de coopérations. Celles-ci sont mises en œuvre par l’IF « après une réflexion » ou une « mission d’expertise ». Les actions visent des certifications, des formations pour les directeurs et enseignants d’écoles bulgares et pour les fonctionnaires locaux, entre autres. Cette position d’expert incontestable (car émanant des autorités françaises) réduit à l’évidence les possibilités de coopération et induit un positionnement particulier, en tant qu’implantation culturelle française au sein de l’Union européenne, dans une démarche n’intégrant ni la coopération bilatérale ni la construction multilatérale d’une Europe de la culture.

  • 22 Dans le cas des activités proposées par l’IF de Bulgarie en particulier, l’ancrage dans le local, l (...)

65Le style de rédaction de l’IF de Bulgarie est détaché et neutre (de manière identique à celui de l’IF France) et suggère le sérieux et l’autorité. L’IF se présente comme l’acteur majeur qui ne soutient que la culture « d’avant-garde », un choix délibéré et sans aucune prise en compte du local. L’IF de Bulgarie soutient les activités culturelles d’artistes bulgares si elles correspondent à cette logique22.

  • 23 Cette spécificité française n’étant d’ailleurs pas forcement partagée par les étrangers peu au fait (...)

66L’AF Paris propose également des formations de formateurs ainsi que des outils et des méthodes d’enseignement de et en français, mais dans une logique différente, car l’expertise est affirmée alors par l’expérience (en activité depuis 1919), le nombre de personnes formées (10 000 par an) et la capacité d’innovation (par exemple en mobilisant des ressources multimédias). En outre, elle revendique le statut de « grande école d’enseignement du français langue étrangère », l’expression « grande école » étant associée en France à un enseignement prestigieux et d’élite23. L’AF Paris et le FIAF mettent en avant le fait que les professeurs de français sont de langue maternelle française et diplômés, ce qui prouve une « authenticité » du dispositif.

67Les auteurs des textes étudiés sur les sites Internet ont rédigé sous l’influence de leurs présupposés concernant les connaissances des audiences cibles ou susceptibles de les lire. Par exemple, sur le site de l’AF Paris, le texte concernant les formations et l’aide proposées aux formateurs de français n’est pas traduit en anglais. Cela est vrai aussi pour les textes relatifs aux formations destinées aux membres du réseau des IF et aux procédures et plateformes de proposition de projets culturels à soutenir par l’IF France. Si l’absence de traductions peut être considérée comme « normale » étant donné la nature des informations, il n’empêche que la non-maîtrise de la langue française est une barrière, y compris pour l’information concernant les activités en question. Par conséquent, cette pratique réduit potentiellement le degré d’élargissement du réseau.

  • 24 Traduction des auteurs.
  • 25 Id.

68Pour autant, l’IF de Bulgarie, l’AF Paris, l’AF de Varna et le FIAF attribuent des caractéristiques et des rôles attractifs aux apprenants ou à ceux dont l’interopérabilité est déjà plus au moins élevée. Le FIAF de New York propose des événements « art de vivre », un « mix unique de programmes artistiques »24. Au cours des ateliers « Les artistes », les enfants new-yorkais ont l’occasion d’apprendre à « créer leurs propres œuvres »25. De même, l’IF de Bulgarie propose aux personnes qui sont (« si vous êtes ») « curieuses » de s’inscrire aux ateliers de conversation en français et à d’autres, l’atelier de « théâtre en français » qui leur permettra d’être « comédiens ». Des cours de français sont organisés pour « des experts dans le domaine du tourisme et l’hôtellerie » et « des experts juridiques ». Ainsi, l’interopérabilité des acteurs locaux est bien encouragée et valorisée.

69Le principe de l’apprenant-acteur fait des apprenants non pas de simples consommateurs, mais des producteurs de la culture francophone, des membres plus ou moins compétents et actifs dans les productions/reproductions/transformations des cultures francophones locales et dans le contexte local. L’implication relationnelle et culturelle facilite donc le rapprochement affectif, cognitif et conatif entre les publics locaux et la langue et culture françaises.

70Les processus décrits précédemment peuvent être envisagés différemment, car ils s’entremêlent, se renforcent et s’opposent en même temps, en particulier par rapport à des objectifs de ciblage des activités (nouveaux publics, communautés déjà installées) ou d’ancrage dans un « dialogue » des cultures, en opposition aux postures d’experts autoproclamés.

Processus de construction de l’interopérabilité de la culture et de la langue françaises mobilisés en fonction des contextes

71Les processus ont été présentés de manière indifférenciée par rapport aux organisations et aux différents contextes. Ils sont en œuvre partout, mais des nuances peuvent être observées. Par exemple, en Bulgarie, les processus d’universalisation et d’européanisation sont plus mobilisés qu’aux États-Unis. Dans le premier contexte, les acteurs parlent de « culture française », dans le second de « cultureS francophoneS ». En Bulgarie, l’accent est mis sur la culture d’avant-garde, sur l’apprentissage de la langue pour des raisons professionnelles ou d’études matérialisées notamment par des certificats. Aux États-Unis, l’accent est mis sur l’apprentissage ludique de l’art de « vivre » à la française, sur la construction d’une communauté d’amateurs de la culture et de la langue françaises. En Bulgarie, l’IF et l’AF de Varna clament leur appartenance aux institutions françaises. Le FIAF de New York met en avant son indépendance.

72Ces différentes approches peuvent s’expliquer, entre autres, par le positionnement géopolitique et les relations historiques particulières entre la France et la Bulgarie, entre la France et les États-Unis. Depuis le XVIIIe siècle, les intellectuels et les révolutionnaires bulgares se sont inspirés des travaux et des produits culturels français. La culture française et sa langue ont été considérées comme raffinées et « libératrices » par les Bulgares, à l’époque sous domination ottomane. Cette fascination locale a existé jusqu’aux années 1970 avant de commencer à décliner au profit de la langue anglaise et des cultures anglo-saxonnes. D’un point de vue économique et politique, les relations entre la France et la Bulgarie sont « amicales », mais distantes. En effet, la Bulgarie ne représente pas un enjeu stratégique pour la France. En revanche, en raison d’une situation économique locale difficile, nombreux sont les Bulgares tentant d’émigrer dans un pays francophone.

73Comme déjà évoqué, les relations franco-américaines sont plus équilibrées. Les enjeux mutuels des deux pays sont plus importants que ceux entre la France et la Bulgarie. Par la proximité géographique, entre autres, les échanges culturels et économiques américano-québécois sont probablement tout aussi prégnants, voire plus que les échanges franco-américains. Les discours sur le melting pot et sur l’importance de la diversité culturelle et de la vie communautaire qui circulent au sein de la société américaine sont probablement cohérents par rapport à l’accent mis sur les cultures francophones au pluriel, à la présentation de la culture française comme un sympathique exotisme et enfin à la prégnance des pratiques de construction communautaire.

74Les deux institutions, l’IF et l’AF, se différencient dans leur manière de problématiser la culture et la langue françaises : les IF ont tendance à présenter celles-ci comme des entités universelles dépassant la France, tandis que les AF accentuent l’association entre la culture, la langue et la France. Les IF tentent de construire et de favoriser une culture d’élite, de connaisseurs d’art, les AF en revanche tentent de faire « pratiquer », de rendre accessibles la culture et la langue françaises. En effet, comme évoqué plus haut, les priorités, les structures institutionnelles, organisationnelles et matérielles des deux organismes sont différentes.

75Peu de coordination semble exister entre l’IF et l’AF et différents niveaux de coordination entre sièges et « filiales » semblent se dessiner au sein des deux organisations. L’IF de Bulgarie, de facto indépendante de l’IF France, ne le revendique pas pour autant, car sa politique se nourrit de son appartenance à une structure dont l’organisation réelle est méconnue par la très grande majorité des personnes ciblées pour les activités, et l’analyse des textes montre une grande divergence de positionnement. Malgré leurs cibles et leurs structures différentes, l’AF Paris et l’AF de Varna sont de facto plus proches que le sont les IF entre eux. La politique de l’AF de Varna est décidée par un groupe de Bulgares francophones, administrateurs bénévoles avec une forte identification à la culture française, alors que l’IF de Bulgarie doit tenir compte des priorités géopolitiques et de la politique de l’ambassade de France, ce qui explique en partie cette différenciation. Les deux objectifs de diffusion de la culture et de la langue françaises restent peu (voire pas du tout) coordonnés au sein de l’IF, contrairement aux AF. L’explication institutionnelle de la séparation, voire l’étanchéité des services centraux de référence pour le personnel, d’une part, et des budgets, d’autre part, n’est pas suffisante, et cette situation est aussi un indicateur de la faible consistance de l’articulation entre langue et culture sur le plan opérationnel, pour les acteurs concernés qui sont, en caricaturant, soit des animateurs culturels francophones, soit des enseignants de français.

  • 26 Dans le récit national bulgare, la « renaissance » fait suite à la libération du « joug » ottoman, (...)

76Nous pouvons cerner deux types de résistances à la conception de l’interopérabilité de la culture française imputables aux promoteurs français du réseau : celle des institutions les représentant localement et celle des audiences visées. La FIAF se proclame ouvertement indépendante de toute influence gouvernementale française. L’IF de Bulgarie revendique son autorité « française », mais négocie ou « adapte » sa politique à sa conception du contexte « local ». L’AF de Varna, en revanche, survend la « culture française » en l’élevant à l’origine de la pensée libératrice de la « renaissance » bulgare26. La résistance des audiences locales est passive, principalement parce que les réseaux (au sens de la théorie de l’acteur réseau) « concurrents » des cultures anglo-saxonnes ou hispanophones sont larges, divers et largement imbriqués.

77Ces résistances ressenties ou imaginées sont à l’origine même de tout le travail de construction de l’interopérabilité de la langue et des cultures françaises à l’international. Pour Charaudeau (2002 et 2007), trois types de stratégies (de légitimation, de crédibilité et de captation) caractérisent l’espace de choix du locuteur. De facto, pour l’IF, une position d’autorité existe et est reconnue, et c’est à partir de cette position que le discours est proposé. L’effort de légitimation est donc lié à l’institution elle-même, l’IF « est » la culture et la langue françaises. Dans les IF à l’étranger, les cadres changent tous les trois ou quatre ans ; la légitimité s’établit donc par auto-référence, car l’institution existe indépendamment même des dirigeants. Les résistances restent réduites et sont souvent passagères, en attendant un changement d’équipe. Il appartient d’ailleurs, normalement, à tout nouveau conseiller ou attaché d’évaluer ces résistances (en tentant de connaître le public touché, en particulier) et d’envisager de développer ou d’étendre son « public » par des activités adaptées.

78Dans les pays « francophiles », attirés par la culture française ou proches d’elle, que cette culture soit imaginée ou représentée, la captation est facile, le réel s’efface devant l’imaginaire, voire le rêve, et c’est l’émotion qui gouverne. Le cas des AF est différent, car ces institutions sont labellisées, mais doivent développer des stratégies de légitimation qui ne peuvent pas seulement reposer sur une auto-référence, les acteurs des AF sont souvent stables, reconnus dans leur environnement en tant que tels et non comme agents de l’État français ; il leur faut donc construire leur réputation institutionnelle.

79L’analyse du corpus proposée est bien évidemment lacunaire : il ne s’agit pas d’un inventaire complet de tous les processus mobilisés, d’autres lectures sont possibles et les pratiques abordées peuvent être regroupées différemment. En outre, les facteurs de différenciation sont multiples et peuvent avoir des effets parallèles et contradictoires, impossibles à démêler de manière univoque. Ainsi, les pistes d’explications avancées ici le sont ex post et incomplètes.

Discussion des résultats

80Dans la présente contribution, il ne s’agissait pas de centrer l’étude sur une analyse du contenu de l’activité des organisations étudiées, mais sur la détermination des processus sociaux mis en œuvre dans la construction sociale du sens à donner à la politique culturelle française dans les trois pays concernés. La mobilisation de la théorie de l’acteur réseau et de l’analyse culturelle des textes des sites Internet des cinq organismes visés a permis de cibler certains éléments liés à l’interopérabilité culturelle.

81D’abord, l’interopérabilité est par définition interculturelle. Elle est construite en fonction du contexte interactionnel direct et historique des entités humaines et non humaines mises en association ou fonctionnant ensemble. Elle doit donc être maintenue par des efforts constants par les acteurs-clés. Si le concept est relationnel, il implique, en outre, la dimension culturelle l’aspect politique et le positionnement. Or, en management interculturel, les dimensions culturelles sont souvent étudiées de manière abstraite sans tenir compte des dimensions politiques et historiques des interactions.

82En reprenant la définition de l’interopérabilité, le travail de construction de la compatibilité culturelle permettrait à plusieurs systèmes culturels et aux acteurs qui les portent d’agir ensemble. Certes, nous avons mis en lumière certains processus et pratiques par lesquels les IF et les AF tentent de rendre compatibles la culture et langue françaises, bulgares ou encore américaines. La spécificité de l’interopérabilité « culturelle » nous semble résider dans le fait que l’« agir ensemble » consiste à maintenir ou à transformer des cultures interopérables (tout en visant d’autres objectifs et projets en même temps). En outre, les efforts en vue de l’interopérabilité culturelle à travers l’interpénétration des cultures grâce aux emprunts, traductions, localisations, mises en usage, créent un espace tiers qui n’est pas un mix des cadres culturels d’origine. Celui-ci devient une ressource complémentaire pour les acteurs en termes de cadre d’interprétation, d’action, de justification. Ainsi, en fonction du contexte immédiat et général de l’interaction, cet espace tiers d’interopérabilité culturelle (franco-bulgare, franco-américaine) est susceptible de supplanter les autres espaces culturels (français, bulgare, américain), de les compléter ou d’être étouffé par eux.

83Ici, nous nous sommes intéressés à la construction de l’interopérabilité du système culturel (y compris la langue) français à l’international. Par définition, un système culturel est peu interopérable, car spécifique au groupe qui le produit et le maintient au quotidien. De même, la diffusion des produits culturels d’un groupe particulier est une activité délicate sur le plan politique. Cela est d’autant plus vrai pour les anciennes puissances coloniales comme la France. Il s’agit d’une des difficultés des missions des réseaux des IF et des AF à l’international. En ce qui concerne le management interculturel, le transfert de pratiques (notamment des « bonnes » ou des « meilleures ») au sein d’un réseau de filiales est encouragé, celles-ci étant présentées dans les discours comme aculturelles, apolitiques et anhistoriques, mais purement rationnelles, techniques et économiques. Pour autant, ces constructions rencontrent parfois des résistances chez les audiences cibles.

84L’analyse incite à proposer qu’il peut être erroné d’identifier des contextes organisationnels a priori et illusoire de chercher à démêler les différents contextes, puisqu’ils s’interpénètrent, se constituent mutuellement et que leurs frontières varient dans le temps. L’analyse est donc complexe, mais permet de tenir compte à la fois de la situation concrète des interactions et d’un contexte plus global, à la fois dans les dimensions culturelles, politiques et organisationnelles. Cette imbrication de contextes semble constituer une possibilité de construction de l’interopérabilité interculturelle. En effet, la définition même de contexte est une construction sociale et évolue avec la transformation du réseau de valorisation des pratiques culturelles françaises.

85Ainsi, la construction de l’interopérabilité de la culture et de la langue françaises peut être amorcée, entre autres, par l’IF et les AF, mais elle n’est pas contrôlable totalement par ces organisations qui se présentent comme leurs porte-parole. En effet, pratiquer la culture française lors de la participation aux événements culturels français ou par l’apprentissage de la langue française implique des connexions avec des langues et des pratiques culturelles locales. L’interprétation culturelle d’un phénomène dépend des interactions entre celui-ci et les autres phénomènes culturels (l’intertextualité) et entre les acteurs qui les produisent (les relations de pouvoir, de tentatives de « naturaliser », d’enfermer dans une « boîte noire » et leurs remises en question). Par conséquent, le sens des pratiques culturelles françaises créées par les acteurs locaux n’est pas prévisible et il est construit par une multitude de facteurs sociopolitiques et culturels. Ainsi, plutôt que d’évoquer des « pratiques culturelles françaises à l’international », il faudrait parler de « pratiques francophones » ou construites comme telles. La réception est certainement bien plus déterminante que la stratégie des acteurs, surtout dans une institution qui n’a pas de claire coordination et de mise en perspective des activités proposées.

86En ce qui concerne le management de l’interopérabilité culturelle, le recours à la théorie de l’acteur réseau permet de définir les processus et les pratiques mobilisés par les différentes institutions françaises lors de la construction du réseau de soutien à la culture et à la langue françaises et de mettre en évidence de multiples mouvements entre universalisation et enracinement dans la vie quotidienne, entre rapprochements culturels et différenciations, entre valorisation/enrôlement des porte-parole et des autres acteurs du réseau. Ainsi, l’interopérabilité culturelle se réalise par la « naturalisation » de la langue et de la culture françaises en tant que produits culturels universels. Ce processus n’est pas possible sans un rapprochement avec les cultures locales, à la fois affectif, cognitif et conatif, sans une mise en relation des acteurs/cultures par la matérialisation des produits culturels, par la construction d’une communauté francophone, par la construction d’une culture francophone enracinée localement. Mais la crédibilité de l’universalisation n’est possible que par la tentative des organismes promoteurs du réseau d’établir des catégories et de se positionner en tant qu’experts et porte-parole de la culture et de la langue françaises tout en positionnant les audiences potentielles de manière plus ou moins valorisante, mais en dépendance.

87Les pratiques que nous avons ciblées n’assurent pas automatiquement le succès de la construction de l’interopérabilité de la culture et de la langue françaises. En effet, les discours et les pratiques mobilisés par les IF et les AF peuvent amener des résistances, être lus de manière critique et avoir des performances contre-productives.

88Nous pouvons tenter d’extrapoler avec beaucoup de précaution les processus de construction de l’interopérabilité des pratiques culturelles françaises par les IF et les AF dans le cadre du management d’équipes multiculturelles (de frontières multiples : professionnelles, organisationnelles, nationales, générationnelles, etc.). Il ne s’agit pas ici de proposer des recettes d’action qui ne peuvent qu’être contingentes et locales en fonction des conditions culturelles, historiques, économiques, politiques et interactionnelles particulières. En suivant la théorie de l’acteur réseau pour construire l’interopérabilité culturelle, il est nécessaire de développer le réseau autour de l’objet/objectif de la collaboration par des traductions successives des intérêts des acteurs humains, des rôles et des identités d’entités humaines et non humaines en se portant comme porte-parole de certaines unités des réseaux. Plus le réseau est constitué par des entités nombreuses et variées, matérialisé par une infrastructure qui stabilise les interactions et maintenu par des efforts constants de coordination (d’intéressement, de mobilisation et de représentation), plus il sera difficile à déstabiliser par d’autres réseaux concurrents. Il reste à savoir comment on peut réaliser ces traductions successives. Les pratiques mobilisées par les IF et les AF peuvent constituer un exemple (parmi un très grand nombre d’autres exemples locaux et contingents). Par exemple, l’objet du réseau à constituer peut être présenté comme universel, satisfaisant un nombre important d’intérêts des entités du réseau ou encore des audiences représentées par celles-ci. Néanmoins, cette catégorisation « d’universalité » n’est pas sous le contrôle d’une seule entité et va émerger ou va rencontrer des résistances dans le processus de construction du réseau et du sens. Pour cela, il peut être aussi important de localiser ou de traduire et d’enraciner mutuellement les pratiques des différents acteurs.

89Cette étude n’est pas un inventaire définitif de tous les processus mobilisés par les organisations étudiées. Le corpus est très riche et permet une étude approfondie de processus, de pratiques, de contextes, de constructions de sens, d’interactions politiques et structurelles, de constructions d’identités, de rôles, etc., qui n’ont pu détaillés ici. Il serait intéressant d’aller plus loin et de traiter les processus de construction de l’interopérabilité de la culture et de la langue françaises dans les versions de traduction. En effet, les problématiques identitaires, culturelles et politiques sont aussi complexes et méritent d’être approfondies. De plus, d’autres lectures sont possibles et il est prévu de poursuivre l’exploitation des pistes définies à partir de ce travail.

Haut de page

Bibliographie

CALLON, Michel (1986), « The sociology of an Actor-Network: The case of the electric vehicle », dans Michel CALLON, John LAW et Arie RIP (dir.), Mapping the Dynamics of Science and Technology, Houndmills, The Macmillan Press, p. 19-34.

CALLON, Michel (1989a), L’agonie d’un laboratoire. La science et ses réseaux : genèse et circulation des faits scientifiques, Paris, Éditions La Découverte, p. 173-214.

CALLON, Michel (1989b), La science et ses réseaux : genèse et circulation des faits scientifiques, Paris, Éditions La Découverte.

CALLON, Michel (1999), « Le réseau comme forme émergente et comme modalité de coordination : le cas des interactions stratégiques entre firmes industrielles et laboratoires académiques », dans Michel CALLON et al. (dir.), Réseau et coordination, Paris, Economica, p. 13-64.

CALLON, Michel et Bruno LATOUR (2006), « Le grand Léviathan s’apprivoise-t-il ? », dans Madeleine AKRICH, Michel CALLON et Bruno LATOUR (dir.), Sociologie de la traduction : Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines de Paris, p. 11-32.

CALLON, Michel et John LAW (1989), « La protohistoire d’un laboratoire », dans Michel CALLON (dir.), La science et ses réseaux : genèse et circulation des faits scientifiques, Paris, Éditions La Découverte, p. 66-116.

CHANDLER, Daniel (2002), Semiotics: The Basics, 2e édition, New York, Routledge.

CHARAUDEAU, Patrice (2007), Le discours politique ou le pouvoir du langage, CIEP, Université de Paris 13, Centre d'Analyse du discours.

CHARAUDEAU Patrice et Dominique MAINGUENEAU (dir.) (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

CLERC, Philippe (2008), « La culture au cœur des rapports de force économiques », Diplomatie, hors-série 5 : 32-35.

COOREN, François (2015), Organizational Discourse, Cambridge, Polity Press.

D’IRIBARNE, Philippe (2009), L’épreuve des différences. L’expérience d’une entreprise mondiale, Paris, Seuil.

DJELIC, Marie-Laure (2001), Exporting American Model: The Postwar Transformation of European Business, New York, Oxford University Press.

DUFOULON, Serge et Gilles ROUET (2014), « Les Barbares à l’ombre de l’Europe », dans Fatima GUTIERREZ et Georges BERTIN (dir.), « Actualité de la mythocritique », Esprit Critique, Revue internationale de sociologie et de sciences sociales, 20 : 100-115.

GARFINKEL, Harold (2007), Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF.

GOFFMAN, Erving (1966), Behaviour in Public Places, 22e édition, New York, The Free Press,

GURA, Radovan et Gilles ROUET (dir.) (2012), Expressions culturelles et identités européennes/Cultural Expressions and European Identitiés, Bruxelles, Bruylant.

HAGÈGE, Claude (2013), Contre la pensée unique, Paris, Odile Jacob.

HERNES, Tor (2012), « Actor-network theory, Callon’s scallops, and process-based organization studies », dans Tor HERNES et Sally MAITLIS (dir.), Process, Sensmaking and Organizing, Oxford, Oxford University Press, 2d edition, p. 161-184.

KECSKES, Istvan (2014), Intercultural Pragmatics, New York, Oxford University Press.

LAROUSSE (2016), « Interopérabilité ». [En ligne]. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/interop%c3%a9rabilit%c3%a9/43787?q=interop%c3%a9rabilit%c3%a9#754770 (02.08.2015). Page consultée le 15 février 2016.

LATOUR, Bruno (2005), Reassembling the Social: An Introduction to Actor-Network Theory, New York, Oxford University Press.

LATOUR, Bruno (2013), « What’s the story? Organizing as mode of existence », dans Daniel ROBICHAUD et François COOREN (dir.), Organization and Organizing: Materiality, Agency, and Discourse, New York, Routledge, p. 37-51.

LEHTONEN, Mikko (2000), The Cultural Analysis of Texts, Londres, Sage.

M’FAREJ, Moudfi (2007), « De la diplomatie traditionnelle à la diplomatie culturelle », Diplomatie, 28 : 30-33.

MACHIN, David et Andrea MAYR (2013), How To Do Critical Discourse Analysis, Londres, Sage.

NYE, Joseph S. Jr. (2004), Soft Power: The Means to Success in World Politics, Cambridge (MA), Public Affairs.

PHILLIPS, Nelson et Cynthia HARDY (2002), Discourse Analysis: Investigating Processes of Social Construction, Londres, Sage.

POTTER, Jonathan (2012), Representing Reality: Discourse, Rhetoric and Social Construction, 2e édition, Londres, Sage.

ROSELLI, Mariangela (1996), « Le projet politique de la langue française. Le rôle de l’Alliance française », Politix, 9(36) : 73-94.

ROUET, Gilles (2014), « La diplomatie culturelle française : en quête d’un nouveau rapport au monde », dans François SOULAGES (dir.), Mondialisation & frontières. Arts, cultures & politiques, Paris, L’Harmattan, p. 219-243.

ROUET, Gilles (2015), « La diplomatie culturelle française : histoire et constats à partir de l’exemple franco-bulgare », Est Europa, 2014(2) : 25-43.

SASSEN, Saskia (2013), « Préface », dans Anna KRASTEVA (dir.) (2014), e-Citoyennetés, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 7-11.

TAYLOR, James et Elisabeth VAN EVERY (2008), The Emergent Organization: Communication as Site and Surface, Hove, Taylor & Francis Group.

TODOROV, Tzvetan (2008), La peur des Barbares, au-delà du choc des civilisations, Paris, Éditions Robert Laffont.

UNESCO (1982), « Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles », Conférence mondiale sur les politiques culturelles, Mexico City, 26 juillet-6 août. [En ligne]. http://portal.unesco.org/culture/fr/files/12762/11295422481mexico_fr.pdf/mexico_fr.pdf. Page consultée le 30 mars 2015.

Haut de page

Notes

1 Ces frontières étant même construites socialement, sauf à souscrire à l’idée d’un pays/nation par essence, culturellement ou géographiquement.

2 Institut français : [En ligne]. http://www.institutfrancais.com/ ; Institut français de Bulgarie : [En ligne]. http://institutfrancais.bg/ ; Alliance française : [En ligne]. http://www.alliancefr.org/ ; Alliance française de Varna : [En ligne]. http://afvarna.org/fr/ et French Institute Alliance française : [En ligne]. http://www.fiaf.org/. Pages consultées en mars 2015.

3 Le terme texte désigne ici tout type de signification : verbale et non verbale, visuelle ou auditive (Lehtonen, op. cit.).

4 Les termes association, interaction et réseau sont utilisés comme synonymes de mise en liaison, bien qu’ils reflètent différents niveaux de stabilité (récurrence) des liens. Il s’agit d’une dimension importante des interactions, mais l’étude se focalise moins sur la stabilité des liens que sur les processus de construction de cette stabilité, de mise en « boîte noire ».

5 Un débat intéressant a eu lieu entre 2008 et 2010 sur la dénomination des nouveaux organismes. Si le terme institut a fait l’unanimité, il a été impossible de trouver une personnification, à l’instar de Goethe pour la République fédérale d’Allemagne, de Cervantes pour l’Espagne ou de Confucius pour la Chine. Après de nombreuses suggestions, Victor Hugo semblait faire l’unanimité, mais il a finalement été écarté par le Sénat qui a préféré accoler uniquement « français » à « Institut », peut-être parce que certains sénateurs ont alors eu un doute sur ce que représente ou peut représenter Hugo pour les étrangers…

6 On retrouve une situation semblable pour la coopération universitaire et scientifique : l’opérateur Campus France n’a pas de lien structurel avec les services de coopération à l’étranger et n’a aucun rapport hiérarchique ou fonctionnel avec les acteurs de ces services.

7 L’Alliance française a été créée en 1883 par le chef de cabinet de Jules Ferry.

8 Il convient égalent de citer les réseaux des écoles et des lycées français et des centres de recherches à l’étranger.

9 À titre de comparaison, les établissements à autonomie financière (EAF) à l’étranger, principalement les Instituts français, ont un budget global pour 2015 de 40 millions d’euros et peuvent compter sur plus de 3 400 expatriés.

10 Parmi les nombreux rapports sur ce sujet, on compte Pour une nouvelle stratégie de l’action culturelle extérieure de la France, Michel Péricard, Rapport au premier ministre, 1987, Sur les centres culturels français à l’étranger, Yves Dauge, Sénat, 2001, Sur la stratégie d’action culturelle de la France, Louis Duvernois, Sénat, 2004, Quelles réponses apporter à une diplomatie culturelle en crise ?, Adrien Gouteyron, Sénat, 2008 et Améliorer l’image de la France, Bernard Plasiat, Conseil économique, social et environnemental, 2010, tous disponibles à la Documentation française, [En ligne]. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/. Page consultée le 15 février 2016.

11 Au sens de Garfinkel (2007).

12 Le choix des sites bulgares s’explique aussi par le fait que l’un des auteurs est d’origine bulgare et que l’autre auteur a été en poste à l’ambassade de France en Bulgarie.

13 Ces sites ont été consultés au mois de mars 2015. Lorsque des archives étaient disponibles, elles ont été étudiées sur l’ensemble de l’année 2014.

14 Au sens de Goffman (1966).

15 Nous n’avons pas cherché à cibler des fréquences ou des associations systématiques de mots par des traitements statistiques. Grâce à notre relative familiarité avec les contextes étudiés, nous avons adopté une approche d’inspiration « herméneutique » dans le but de tenter de définir le sens « pragmatique » ou contextuel des textes étudiés.

16 Une analyse approfondie des contextes nécessiterait des développements qui dépassent le projet de la présente contribution.

17 Par exemple les danses et musiques africaines.

18 Ce type d’expression se retrouve souvent dans les sites d’autres IF, ces textes étant composés généralement par des attachés recrutés pour « assurer la promotion de la langue et de l’enseignement français à l’étranger », de profils différents, mais qui participent à une culture (identification) commune, indépendamment, encore une fois, des structures et des contextes locaux et même, souvent, peu mobilisés pour la diffusion culturelle.

19 Même si des lecteurs peuvent, bien sûr, avoir une autre lecture et que le français peut être considéré comme une langue des relations charnelles, de la guerre, du futile, etc.

20 Traduction des auteurs.

21 Ce n’est qu’une potentialité, les acteurs concrets dans des situations concrètes s’en saisissent ou pas en fonction de leur lecture de l’interaction.

22 Dans le cas des activités proposées par l’IF de Bulgarie en particulier, l’ancrage dans le local, les cultures, les pratiques et les usages ne semble pas réalisé : les activités sont standardisées et réalisées, très souvent, à partir d’initiatives proposées par l’IF France, ce qui pose, très vite, le problème de l’audience, car la fidélisation d’un public francophone entraîne souvent des comportements de fuite de la part d’autres publics « cibles ».

23 Cette spécificité française n’étant d’ailleurs pas forcement partagée par les étrangers peu au fait des subtilités du système d’enseignement supérieur français.

24 Traduction des auteurs.

25 Id.

26 Dans le récit national bulgare, la « renaissance » fait suite à la libération du « joug » ottoman, à la fin du XIXe siècle, avec la contribution de la Russie « appelée » au secours par les « libérateurs » bulgares. La francophilie est aussi, très certainement, liée à l’influence russe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stela Raytcheva et Gilles Rouet, « Le partage culturel au service du développement à l’international de la « culture française » », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 17 août 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/6659 ; DOI : 10.4000/communication.6659

Haut de page

Auteurs

Stela Raytcheva

Stela Raytcheva est maître de conférences en sciences de gestion et membre du Laboratoire de recherche en management Larequoi ISM-UVSQ, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines. Courriel : stela.raytcheva@uvsq.fr

Gilles Rouet

Gilles Rouet est professeur en sciences de gestion, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Chaire Jean Monnet ad personam « Identités et cultures en Europe » et professeur en relations internationales, Université Matej Bel, Banska Bystrica, Slovaquie, membre du Laboratoire de recherche en management Larequoi ISM-UVSQ. Courriel : gilles.rouet@uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals