Navigation – Plan du site
Lectures

Nicolas BRIGAUD-ROBERT (2011), Les producteurs de télévision

Vincennes, Presses universitaires de Vincennes
Martin Jolicoeur
Référence(s) :

Nicolas BRIGAUD-ROBERT (2011), Les producteurs de télévision, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes

Texte intégral

1L’ouvrage de Nicolas Brigaud-Robert propose de « partir à la recherche de personnages faussement familiers dans les représentations sociales : les producteurs de télévision » (p. 313). À l’aide de données historiques et ethnographiques obtenues auprès d’un échantillon de 232 producteurs, il dresse le portrait de cette profession apparue graduellement entre les années 1950 et 1970, alors que l’industrie de la télévision en France se développe rapidement.

2La première partie de l’ouvrage traite de l’apparition de la profession, qu’on attribue à trois phénomènes. Le premier, déjà évoqué, est le développement de l’industrie de l’audiovisuel en général : en plus de la demande sans cesse grandissante du public, les chaînes publiques sont aux prises avec une administration trop lourde et des dépassements de budget fréquents. Déléguer une partie du travail de production à des tiers apparaît alors comme une façon efficace de contrôler les coûts. Ainsi naît l’idée du producteur délégué, une entité distincte du diffuseur et du réalisateur mandatée pour prendre en charge la tâche de production à partir d’une enveloppe budgétaire. Le deuxième phénomène est l’évolution des possibilités techniques. Caméras, tables de montage, pellicule et autre matériel deviennent plus abordables, mais aussi plus performants. Si l’équipement devient d’abord plus accessible pour des entreprises autres que les diffuseurs publics, il permet aussi de développer de nouveaux types de programmes. Ces nouveaux genres — téléfilms, dramatiques, jeux et variétés — seront alors confiés à des producteurs qui supplantent tranquillement les réalisateurs dans la hiérarchie, la rentabilité des émissions étant une priorité dans un contexte où s’accroît la concurrence entre les diffuseurs. La possibilité d’acheter son propre matériel et de disposer d’une certaine autonomie permet parallèlement l’apparition de compagnies de production privées, totalement indépendantes des diffuseurs. Le troisième phénomène qui permet l’émergence du métier de producteur est l’évolution du cadre institutionnel et juridique. Entre 1965 et 1975, on verra s’implanter en France une conception libérale des entreprises publiques qui privilégie l’autonomie et la rentabilité. « C’est une période où le pouvoir politique recentre les activités des chaînes sur la diffusion alors que s’installe progressivement l’idée que la production de programmes est une affaire qui doit échapper aux missions d’organismes publics » (p. 38). Les chaînes publiques devront alors ajuster leurs activités aux lois du marché, et c’est là que le producteur entre en jeu, prenant à sa charge les coûts de gestion.

3À partir de 1964, la spécificité du travail de producteur est assez institutionnalisée pour que cesse le monopole public de la production télévisuelle. Les producteurs deviennent des entrepreneurs reconnus et indépendants qui s’illustrent surtout dans les émissions de divertissement : feuilletons, séries, dramatiques, etc. « La tendance qui semblait se dessiner après 1964 était la privatisation progressive de la production de programmes de télévision en France, en même temps qu’une attrition graduelle de l’outil interne, le tout au bénéfice de petites unités de productions privées […] » (p. 87). Cette position est enfin confortée au cours des négociations syndicales de 1968 alors que le syndicat des producteurs participe activement à définir un cadre pour l’avenir de la production télévisuelle, en compagnie de l’ensemble des syndicats de l’industrie. Ne lui restera plus qu’à s’imposer dans les rouages économiques et législatifs pour faire partie intégrante des processus de production et stabiliser ses parts, ce qui demeurera difficile jusqu’à la création des premières chaînes de télévision privées en France, en 1984 et 1985. « Le métier de producteur de programmes et le secteur de la production privée vont dès lors connaître une période de croissance spectaculaire » (p. 95).

4La deuxième partie de l’ouvrage dresse un portrait du rôle professionnel du producteur de télévision. Ce rôle consiste à réunir trois ressources : le temps d’antenne, les ressources financières et humaines ainsi que les ressources créatives. Le temps d’antenne, évidemment, car une émission de télévision n’a aucune utilité sans diffuseur. Le producteur est donc en négociation constante avec les chaînes de télévision pour obtenir un temps d’antenne suffisant en quantité et en qualité, certaines heures d’écoute étant plus fréquentées que d’autres ou associées à certains genres plus prestigieux. Il doit ensuite trouver les ressources financières et humaines nécessaires à la réalisation de son projet avant même de l’avoir entrepris, notamment réunir différents types de fonds (privés ou publics) sur la base d’une valeur intrinsèquement spéculative, à savoir le succès de l’émission une fois qu’elle sera diffusée. Il doit enfin trouver les ressources artistiques nécessaires à la réalisation de l’émission, telles que le réalisateur, le scénariste, les acteurs. Le producteur se distingue ainsi des autres types d’entrepreneurs par le caractère « créatif » de son travail, chaque produit devant mobiliser des idées nouvelles et un agencement original de ressources. Cette triple fonction rend la position de producteur périlleuse, en raison de sa dépendance à l’égard du diffuseur en tant que partenaire dont il n’a pas le contrôle, en raison de l’évaluation financière d’un produit qui n’existe pas encore et dont le succès est incertain, et en raison de la participation de ressources artistiques qui ont un certain contrôle sur l’élaboration et l’utilisation du produit.

5La troisième partie propose une cartographie du champ de pratique de la production télévisuelle, présenté comme un vaste réseau de relations à la fois professionnelles et personnelles dans lequel sont intégrés les producteurs. Il est notamment proposé que les possibilités de chaque professionnel sont déterminées par sa position par rapport aux autres acteurs, le réseau relationnel servant de support pour les échanges d’informations, de capitaux et de ressources qui lui permettent d’accomplir son travail.

6L’ouvrage de Brigaud-Robert est d’une grande qualité, surtout pour son organisation, nette et efficace, et pour sa transparence. Contrairement à nombre d’études du genre, celle-ci nous laisse constater la qualité des données, au moyen de nombreux extraits d’entretiens ou de documents. Il s’agit d’un travail remarquable, non seulement sur la profession peu connue de producteur, mais aussi sur l’ensemble de l’industrie de l’audiovisuel qui reste souvent assez opaque pour l’observateur externe. L’ouvrage recèle d’ailleurs une grande quantité d’informations issues de sources qui connaissent les pratiques réelles de la profession, essentielles pour les chercheurs qui tentent de comprendre notamment comment se construisent les tribunes médiatiques et le développement de l’offre d’émissions télévisuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Jolicoeur, « Nicolas BRIGAUD-ROBERT (2011), Les producteurs de télévision », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/6835

Haut de page

Auteur

Martin Jolicoeur

Martin Jolicoeur est doctorant en communication publique et membre du Laboratoire de recherche sur les stratégies de l’oral et du Groupe de recherche en communication politique, à l’Université Laval. Courriel : martin.jolicoeur@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals