Navigation – Plan du site
Lectures

Vincent GOULET (2014), Médias : le peuple n’est pas condamné à TF1

Paris, Éditions Textuel
Svetlana Dimitrova
Référence(s) :

Vincent GOULET (2014), Médias : le peuple n’est pas condamné à TF1, Paris, Éditions Textuel

Texte intégral

1En sociologue des médias, Vincent Goulet (2010) a déjà consacré d’importants travaux aux rapports des classes populaires à l’information. Son enquête de terrain dans un quartier populaire de l’agglomération bordelaise a mis en évidence des classes populaires beaucoup moins « perdues » ou « dépossédées » que les critiques des médias les décrivaient.

2C’est par l’évocation d’un constat bruyamment repris par les spécialistes et les critiques des médias que Goulet, essayiste engagé cette fois-ci, commence son ouvrage : les classes populaires semblent ne plus s’intéresser à l’information politique ; désarmées, elles se retrouvent sans chance de s’émanciper. Et de poser sa question centrale : pourquoi ce divorce entre publics populaires et « leurs » médias ? L’objectif de l’essai est explicitement annoncé : faire un état des lieux, avancer des explications de la façon dont ces relations se construisent, pour tracer la voie de réconciliation ou de réinvention de médias de gauche qui soient « populaires ». L’ambition est de mise, car elle se veut pratique.

3Essai engagé, le texte prend dans la foulée la structure classique d’un ouvrage universitaire en trois parties.

4La première partie cherche sans concession les raisons de cette situation réelle qui continue de paraître « paradoxale ». L’auteur rappelle que le désamour des classes populaires et des médias de gauche n’est pas une « anomalie » d’aujourd’hui. Capté par les médias commerciaux, le public populaire a toujours été peu attiré par les médias dits progressistes. De fait, au grand étonnement des intellectuels, les classes populaires ne sont pas spontanément « de gauche ». Les ressources dont celles-ci disposent peuvent même les situer plus près de la débrouille individuelle ou de la solidarité familiale que de la revendication collective (et politique). En même temps, les producteurs d’information ont de la difficulté à renoncer aux valeurs de leur classe pensées comme « universelles ». Ce sociocentrisme empêche les journalistes, théoriquement ouverts, de créer des formes et des styles bien ajustés aux modes d’appropriation populaire des médias. Les « effets de champ » les poussent vers une abstraction plus importante qui renforce l’hermétisme et les éloigne du « grand public ». Les profils sociologiques des journalistes des médias engagés les situent dans les classes intellectuelles moyennes. C’est pour cette raison aussi que la presse engagée produit des discours doctrinaux ou professoraux.

5Ce sociocentrisme de la presse s’avère renforcé par une représentation idéal-typique prégnante du rôle des médias. Outils d’éducation et de mobilisation sociale, les journaux l’étaient surtout au XIXe siècle. Suivant la logique des Lumières, la presse joue un rôle crucial dans la construction de l’espace public bourgeois à partir de XVIIIe siècle (Habermas, 1988). Pourtant, nous oublions, rappelle l’auteur, que cette vision du rapport aux médias est loin d’être universelle. Devenue modèle et prisme de la pensée critique, elle est historiquement située et, aussi, particulièrement ajustée au monde politique et journalistique. En France, cet idéal « républicain » pèse lourd.

6La critique sociale tend à « défendre le peuple contre ce qui l’opprime » et peine à prendre en compte les usagers dans leur réalité. La compréhension de la réception des médias reste un moyen pour dépasser les positions catégoriques de la critique. Composer à partir de la connaissance des pratiques des usagers pourrait donner lieu à des contenus plus originaux et à des pratiques journalistiques plus authentiques. Rationalité, oui, mais pas érigée en principe abstrait absolu. D’où l’intérêt de réfléchir sur les expériences du passé.

7La deuxième partie de l’ouvrage examine des exemples historiques de médias engagés : le journal Père Duchesne, créé par Jacques-René Hébert en 1790, le journal Le Cri du peuple, fondé par Jules Vallès en 1871, et la radio Lorraine Cœur Libre, lancée par la CGT 1979, animée par Marcel Trillat et Jacques Dupont. Trois voix de médias qui ont fait entendre une parole populaire à trois époques différentes. Leurs contenus et leurs discours sont tout le contraire de ce que font les médias intellectualistes de gauche comme Humanité et Libération. On parle du politique sans aborder le jeu institutionnel. Les préoccupations sont concrètes et ancrées dans la vie quotidienne. La socioanalyse du créateur du journal ou de la radio aide à comprendre comment ces « médias-meneurs » ont réussi à « faire corps avec un groupe humain en mouvement » (p. 74). Pourtant, ce ne sont pas les propriétés sociales en soi des dirigeants de ces médias qui déterminent le caractère de l’énonciation, mais la relation qui se crée entre le public et le média.

8C’est à partir de ces exemples historiques que l’auteur explore les pistes, déjà suggérées dans la première partie, pour réinventer les médias de gauche populaire, ici et maintenant. Dans sa troisième partie, il reprend cette question, toujours avec une visée pratique. « Comment instruire sans assommer, accompagner sans diriger, rassembler un large public sans pour autant céder à la démagogie? » (p. 107). Il faudrait, pour commencer, connaître ses publics et, ensuite, reconnaître que des membres de la société peuvent avoir des goûts différents, peu intellectuels, que la culture propre à un groupe est profondément marquée par les conditions de vie.

9On l’aura compris, le chemin est commun : au lieu de « libérer les opprimés », les journalistes doivent s’affranchir de la position critique de surplomb pour tracer, ensemble avec leur public, le chemin de leur émancipation. Il faudrait, dès lors, renoncer aux cases qui ne correspondent pas aux préoccupations populaires. Un migrant se reconnaît-il dans le découpage entre « international » et « France », un chômeur entre « économie », « social » et « culture » ? Le journaliste devrait accepter l’éclectisme et la superposition de styles et, au-delà, chercher à apercevoir les valeurs populaires fédératrices ; rester ancré dans le territoire, tout en dépassant les naturalisations… Dans la vision de l’auteur, pour répondre à ces défis, le faiseur de médias doit être (un peu) sociologue, en fin de compte. C’est ainsi, par le terrain et la socioanalyse, qu’il prendra conscience que l’émancipation doit permettre une plus grande maîtrise de son « destin », mais aussi donner la possibilité de rester dans sa classe. Ce travail sera sans doute difficile, car la classe populaire est traversée d’une contradiction : à l’opposé des autres classes qui défendent leurs intérêts et leurs styles de vie, elle se pense toujours dans le dépassement.

10Lecture claire et accessible, cet essai ne sacrifie pas pour autant la précision analytique. Ce livre peu volumineux offre au journaliste, tout comme au sociologue, un exemple de mise en question de positions et de pratiques, un exemple de réconciliation entre engagement et analyse. Le regard critique coûte que coûte du journaliste peut l’isoler des publics populaires. La posture scientifique à tout prix neutre, de la réalité et de ses défis urgents.

Haut de page

Bibliographie

HABERMAS, Jürgen (1988), L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Svetlana Dimitrova, « Vincent GOULET (2014), Médias : le peuple n’est pas condamné à TF1 », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/6898

Haut de page

Auteur

Svetlana Dimitrova

Svetlana Dimitrova est membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS-EHESS), Paris. Courriel : svetdi@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals