Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal LAPOINTE et Christiane DUPONT (2014), Les nouveaux journalistes

Québec, Presses de l’Université Laval
Osée Kamga
Référence(s) :

Pascal LAPOINTE et Christiane DUPONT (2014), Les nouveaux journalistes, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Moment plutôt opportun pour cette nouvelle édition. Le paysage médiatique poursuit ses mutations, la pratique du journalisme est aux prises avec de profonds changements et l’enseignement du journalisme fait face à un certain nombre d’interrogations qui touchent la formation, l’adaptation aux nouvelles technologies, les débouchés, ainsi que la pertinence même du journalisme traditionnel. Les auteurs présentent l’état de la profession, le portrait d’ensemble de l’industrie, les pratiques en cours, des stratégies d’entrée pour débutants, ainsi que les moyens de survie dans le métier. L’ouvrage se consacre plus précisément au journalisme indépendant, à ses spécificités et à ses défis, à ses joies et à ses tristesses. Un guide vivant de ses exemples et illustrations, réaliste à la fois dans ses descriptions et dans ses propositions. Josée Boileau, qui préface ce livre, note avec justesse qu’« ici, on est dans le concret, on y dit les choses comme elles sont » (p. XIII).

2On en apprécie la clarté et la simplicité de l’expression, le sérieux de l’interrogation et de la démarche, ainsi que les encadrés, exercices d’application et de réflexion, qu’on retrouve régulièrement en fin de chapitres. On apprécie également la rubrique « Testez vos connaissances » en toute fin du livre, qui constitue un outil efficace de révision. Le livre interpelle l’étudiant en journalisme, qui doit prendre la mesure de l’industrie de l’information dans sa dynamique et explorer les contours de la pratique du métier. Il interpelle le formateur, qui doit faire de la connaissance et du fonctionnement de l’industrie l’un des éléments clés du curriculum. Comme le soulignent les auteurs, le propos du guide « doit faire partie des formations universitaires offertes aux journalistes en général, et au futur pigiste en particulier. [...] Le débutant sera davantage préparé aux difficultés du parcours s’il connaît les raisons de ces difficultés » (p. 113). Le livre interpelle le journaliste et l’industrie de l’information dans son ensemble, en invitant à la réflexion sur des nouveaux modèles d’affaires pour les entreprises de presse, en explorant des pistes de revendications qui octroieraient au journaliste indépendant plus de dignité et lui permettraient ainsi d’échapper à l’extrême précarité et au stigma qui l’accompagne. L’ouvrage interpelle les pouvoirs publics et le citoyen, en soulignant notamment le risque que représente, pour le jeu démocratique, la phagocytose du « quatrième pouvoir » par les intérêts économiques et financiers d’une poignée de cartels. Si le livre traite spécifiquement du cas québécois, son propos s’alimente aussi de modèles et d’exemples étrangers, tantôt dans une perspective comparatiste, tantôt comme site d’inspiration. Quelques points méritent d’être mis en évidence.

Pourquoi « les nouveaux journalistes » ?

3En raison de la transformation de l’industrie, les journalistes dans leur ensemble doivent faire face à de nouvelles exigences. Par exemple, la réduction des effectifs dans les rédactions pousse le journaliste à plus de polyvalence dans ses tâches quotidiennes. Les technologies numériques facilitent cette tendance. De plus, outre les fils RSS et les sources traditionnelles, la multiplication des réseaux sociaux contribue à une surabondance d’information qui influe sur le travail du journaliste. Autant de réalités qui font de tout journaliste aujourd’hui un nouveau journaliste. Cependant, le titre Les nouveaux journalistes veut souligner une tendance dans l’industrie de l’information, c’est-à-dire la place grandissante qu’y occupe le journaliste indépendant ou pigiste. Alors que les rangs des journalistes salariés s’amincissent, conséquence de la rationalisation et de fermetures d’entreprises, ceux des pigistes grossissent. Ce qui fait d’ailleurs dire aux auteurs, Pascal Lapointe et Christiane Dupont, que « le travail indépendant en journalisme n’est pas seulement là pour rester. Il est voué à croître » (p. 186).

4Qu’est-ce en effet que le journalisme indépendant ? Cette question est traitée au premier chapitre de l’ouvrage. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la réponse ne va pas de soi. Si le concept implique deux principaux facteurs, soit le mode de rémunération du journaliste et son statut dans la profession, ces modes sont multiples et le statut, quant à lui, fugace. Par conséquent, « on regroupe sous l’étiquette journaliste indépendant un ensemble aux frontières mouvantes : des gens payés à la pièce, des contractuels, des temporaires... et qui, d’une année à l’autre, peuvent passer d’un statut à l’autre » (p. 12). Ainsi, le concept de journalisme indépendant ne renvoie pas à une catégorie uniforme. Plutôt, il recouvre un ensemble disparate de professionnels de l’information, qui ont cependant deux choses en commun : la précarité et le dépassement de soi. Précarité parce que ses revenus, déjà maigres, ne sont jamais définitivement assurés. Aurais-je une commande ? Mon sujet sera-t-il accepté ? Mon article sera-t-il publié ? Si oui, dans quel numéro du journal ? Telles sont quelques-unes des angoisses que vivent ces professionnels qui sont généralement payés au feuillet. Dépassement de soi parce qu’on exige toujours davantage de l’indépendant que du journaliste salarié. Le quatrième chapitre, qui présente l’état de l’industrie, explore les raisons de cette précarité et en analyse les répercussions sur l’information. Les auteurs mettent notamment en cause la sous-traitance et l’éclatement du marché qui s’amorcent pour les médias électroniques dans les années 1980 et s’intensifient dans les années 1990, mais aussi les logiques de fusion et d’acquisition qui balaient l’industrie de l’information au cours de la même époque. « Pour la télé, cette précarisation peut être directement associée à la multiplication des chaînes et des petits producteurs. Dans la presse écrite, le coupable pointé du doigt est généralement la concentration de la presse » (p. 69).

5On ne fait pas du journalisme indépendant pour s’enrichir. Mais ne devrait-on pas au moins vivre décemment de son métier ? Ne devrait-on pas avoir une sécurité professionnelle minimale ? Tarifs bas et incertitudes constituent le lot quotidien de la plupart des journalistes indépendants, conditions qui créent beaucoup d’instabilité dans la profession, avec de fréquents abandons. Les auteurs s’intéressent au danger de la précarité que vit le journaliste indépendant. Ils soutiennent qu’elle réduit la qualité et la diversité de l’information. Avec moins de journalistes et moins de ressources, les projets de longue haleine sont sacrifiés, alors que les pigistes se réorientent vers « les sujets les plus lucratifs », pas nécessairement en phase avec une information diversifiée. La précarité réduit aussi la valeur même de l’information, car « chaque fois qu’un média coupe dans l’information, mais que ses revenus publicitaires ne s’en ressentent pas, la <valeur> associée à l’information y perd. Et chaque fois que le tarif du pigiste recule, c’est la valeur de l’information qui recule » (p. 74).

Quelles compétences pour le journaliste indépendant ?

6Certainement les mêmes que pour tout autre journaliste. Par exemple, la maîtrise de la langue, c’est-à-dire non seulement un excellent vocabulaire, mais aussi une appréhension de la morphologique des mots, de même qu’une maîtrise de la syntaxe. La compétence linguistique est l’objet du huitième chapitre de l’ouvrage. On y retrouve des suggestions pratiques touchant l’amorce, la structure narrative, mais aussi les pièges linguistiques à éviter, notamment les groupes de mots inutiles, les phrases redondantes, la forme passive, le jargon, l’abus des adverbes ou encore les clichés. Chaque fois, les auteurs fournissent des exemples qui permettent au lecteur de visualiser le principe discuté. Certes, ces compétences linguistiques sont requises de tous les journalistes. Mais le journaliste indépendant doit y être plus sensible, il doit y porter plus d’attention, parce que la mauvaise qualité de la langue pardonne moins dans son cas. Quand on est pigiste, notent les auteurs, les dérapages linguistiques « sont plus lourds de conséquences, parce que c’est la première chose qui saute aux yeux. La qualité de la langue prend une importance déterminante sur la suite de votre carrière » (p. 164).

7Au-delà de la maîtrise de la langue, le journaliste indépendant doit aimer la lecture, non seulement parce que c’est partie intégrante de sa profession, mais aussi parce que c’est le meilleur moyen d’enrichir son vocabulaire, de maîtriser la grammaire, de développer son style, en plus d’acquérir cette nécessaire culture générale vitale à la pratique de son métier. Qui plus est, comment trouver des sujets à traiter si l’on n’a pas connaissance de ce qui se passe dans le monde ? Comment trouver un angle original de traitement pour un sujet donné si l’on ne sait pas quels angles ont déjà été traités ? Il faut rappeler que le journaliste indépendant ne participe pas aux réunions d’affectation des rédactions. Contrairement à son homologue salarié, il n’est pas affecté à la couverture de telle conférence de presse, de tel ou tel autre événement dicté par l’actualité. Ainsi, parce qu’il n’a pas de tâche assignée d’avance, il est cet explorateur qui se doit d’être un lecteur assidu et même boulimique. Le deuxième chapitre du livre, qui met en évidence cette exigence, se ramasse bien dans « le quatrième commandement de la pige [:] les lectures, tu multiplieras » (p. 32).

8Comment mener une recherche efficace ? C’est là l’enjeu du sixième chapitre, qui discute notamment de sources, vives et documentaires, et propose des façons de les aborder. Les auteurs y signalent des catégories de sources au potentiel productif pour le journaliste indépendant, parce que bien souvent délaissées par les salariés, mais tout aussi chargées de matériels d’intérêt public : les rapports annuels d’entreprise, les revues savantes, les rapports de Statistique Canada, les publications gouvernementales, les sondages sur les habitudes de vie, les bases de données gouvernementales sur les transports, sur les matières dangereuses, sur la santé, pour n’en mentionner que quelques-unes. En somme, le journaliste indépendant doit fouiller dans une documentation qui attire peu ; il doit creuser là où le salarié ne fait qu’effleurer, question d’approfondir son sujet et de se démarquer. Dans un texte de Jean-Sébastien Marsan reproduit dans l’ouvrage, ce dernier affirme que

pour survivre dans un marché saturé, écrit, un journaliste indépendant doit cesser de faire du travail généraliste, superficiel et sans valeur ajoutée. Il doit se spécialiser et, surtout, surtout, faire de la recherche. Cette recherche ne lui est généralement pas payée par les donneurs d’ouvrage, c’est vrai, mais elle permet de développer une expertise que les autres journalistes n’ont pas (p. 127).

9Pour Lapointe et Dupont, la capacité de chercher est une compétence essentielle de la pratique journalistique que le journaliste indépendant se doit non seulement d’acquérir, mais aussi de la chérir (p. 132). Plus généralement, le premier chapitre présente les exigences fondamentales du journalisme indépendant, dont la rubrique « Les dix commandements de la pige » en ramasse la teneur. Il s’agit en fait de principes essentiels qui doivent articuler la vie professionnelle et même la vie tout court du journaliste indépendant qui souhaite réussir dans la profession.

Des stratégies d’entrée et de survie dans la profession

10L’un des plus grands intérêts de ce livre, en tout cas pour le futur journaliste, c’est qu’il présente des stratégies d’entrée et de survie dans la profession. Par exemple, le deuxième chapitre souligne la primauté de proposition de sujets sur l’envoi d’un curriculum vitæ. Pour les auteurs, il s’agit là du moyen le plus concluant grâce auquel un candidat peut montrer au rédacteur en chef qu’il a de bonnes idées, qu’il est cultivé et qu’il a une belle plume. Au quatrième chapitre, la rubrique « Tous les sujets ne sont pas égaux » (p. 79-81) fait un survol de secteurs de l’activité sociale et détermine les plus propices pour le journaliste, c’est-à-dire les secteurs moins courus par les journalistes salariés, où le pigiste peut véritablement se faire une niche.

11Au troisième chapitre, les auteurs suggèrent au futur journaliste de se familiariser avec la publication où il entend proposer ses services. Une telle entreprise met en évidence tout son intérêt pour la publication en question et s’avère de nature à favoriser son recrutement. Comment choisir son angle ? Comment le tenir et ainsi éviter de produire un papier dispersé ou fourre-tout ? Ces questions trouvent des réponses dans le même chapitre, qui souligne l’importance de l’originalité et de l’efficacité de l’écriture, qualités sans lesquelles il est impossible au journaliste indépendant de se frayer une place et moins encore, de perdurer. Ce chapitre est aussi l’occasion pour les auteurs d’encourager les pigistes à ouvrir leurs horizons, c’est-à-dire à proposer leurs services à plus d’une publication, car

si le rédacteur en chef qui aime beaucoup ce que vous faites quitte son poste et que son successeur, lui, ne vous apprécie pas, les commandes se feront tout à coup plus rares et, en plus d’angoisser, vous serez à nouveau plongé dans le processus des propositions et des synopsis (p. 60).

12Ce qui donne force à ces propositions, ce n’est pas uniquement qu’elles cadrent avec le bon sens, c’est aussi qu’elles reposent sur l’expérience personnelle des auteurs, ainsi que sur leur profonde connaissance du milieu.

Pour sortir de la précarité

13Trouver le bon sujet, déterminer l’angle approprié, avoir une belle plume et bien structurer sa pensée : si ces facteurs sont déterminants pour faire sa place dans la profession, ils ne résolvent malheureusement pas le problème de la précarité. Comme mentionné plus haut, la précarité a d’importantes répercussions sur l’information, parce qu’elle en réduit la qualité, la diversité et même la valeur. Et en définitive, c’est l’ensemble de la société et le jeu démocratique qui perdent au change. Raisons pour lesquelles les auteurs proposent des pistes de solution qui impliquent à la fois des responsabilités individuelles et collectives. Sur le plan individuel, l’habilité à la négociation, mais aussi la nécessité du regroupement pour former des forces collectives font partie des propositions avancées notamment au cinquième chapitre. On peut ajouter à cela la connaissance de ses droits telle que discutée au neuvième chapitre. Cette connaissance permet notamment d’éviter des exigences abusives de la part des patrons, mais aussi de savoir comment tirer le profit maximal d’un texte produit, d’un sujet traité. Sur le plan collectif, les auteurs en appellent par exemple à une nouvelle conception du terme salarié, laquelle inclurait le journaliste indépendant et lui permettrait alors de jouir d’une protection sociale minimale. Cette dernière mesure est dite collective parce qu’elle interpelle les pouvoirs publics, elle les invite à prendre des dispositions législatives qui changeraient le statut du journaliste indépendant. Mais là encore, les prises de conscience individuelles importent. Pour Lapointe et Dupont,

si l’on veut que les lois changent, chaque journaliste devra y mettre du sien. Connaître ses droits. Connaître ses collègues et se serrer les coudes avec eux. Utiliser la force du nombre, plutôt que de croire que l’individu peut tout régler par son seul talent (p. 277).

14Beaucoup plus schématique que Le métier de journaliste de Pierre Sormany (2000), Les nouveaux journalistes de Lapointe et Dupont n’en constitue pas moins une contribution significative à la réflexion sur les enjeux du journalisme au Québec. Véritable guide du journalisme indépendant, d’une grande qualité pédagogique, il éclaire le pigiste sur un univers en mutation, lui fait découvrir les méandres de la profession, lui propose des outils de décollage et d’envol, lui suggère jusqu’aux moyens de gérer sa vie sociale et familiale. Mais il va plus loin, car en dévoilant le sort peu envieux du journaliste indépendant, pourtant rouage essentiel du jeu démocratique, il force la réflexion sur le genre de société dans laquelle nous voudrions vivre.

Haut de page

Bibliographie

SORMANY, Pierre (2000), Le métier de journaliste. Guide des outils et des pratiques du journalisme au Québec, Montréal, Boréal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Osée Kamga, « Pascal LAPOINTE et Christiane DUPONT (2014), Les nouveaux journalistes », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/6922

Haut de page

Auteur

Osée Kamga

Osée Kamga est chercheur associé au Laboratoire des Médias Audiovisuels pour l’étude des Cultures et des Sociétés (LAMAC&S), Université d’Ottawa. Courriel : okamga@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals