Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Pierre MEUNIER (2015), Des images et des mots. Cognition et réflexivité dans la communication

Paris, Éditions Academia
Daniel Peraya
Référence(s) :

Jean-Pierre MEUNIER (2015), Des images et des mots. Cognition et réflexivité dans la communication, Paris, Éditions Academia

Texte intégral

1Dans son dernier livre, Des images et des mots. Cognition et réflexivité dans la communication, Jean-Pierre Meunier approfondit et développe les thèmes récurrents qui traversent ses publications plus anciennes et qui ont constitué le fil rouge de ses recherches ainsi que de ses enseignements. Au départ, il a développé une approche phénoménologique de l’image filmique centrée sur l’expérience subjective du spectateur d’images (1969, 1980). Il a ensuite élargi son point de vue dans une approche sémiopragmatique de la communication prenant en compte différentes formes de communication médiatisées soit par les mots, soit par les images (2004/1993, 2003). Son attention pour la communication médiatisée et plus particulièrement dans ses usages éducatifs ou socioéducatifs l’a conduit tout naturellement à analyser les processus cognitifs induits par ces systèmes de représentation, par ces « registres » diraient les psychologues. On comprend dès lors son intérêt pour les théories cognitives, mais aussi pour l’émergence progressive de la conscience et de la réflexivité, pour cette émergence progressive, d’une part, du symbolique à partir du mimétisme et, d’autre part, de la réflexivité considérée comme l’une des caractéristiques majeures de l’humain. Finalement, c’est dans ce processus qu’il analyse la place respective des images et des mots.

2L’ouvrage comporte cinq chapitres (parmi lesquels il faut compter l’introduction) et une conclusion. L’introduction retrace d’abord l’évolution des théories de la communication et leur ouverture progressive vers les théories cognitives et discute ensuite des questions d’ordre méthodologique, parmi lesquelles on trouve l’importance d’une approche phénoménologique pour aborder la thématique de l’ouvrage. Le premier chapitre traite des opérations cognitives que l’auteur juge essentielles pour développer son propos : le mimétisme, la comparaison, l’analogie et la métaphore, les schémas et la schématisation, l’intégration conceptuelle et l’abduction. Celles-ci sont considérées généralement comme automatiques ou inconscientes au sens où elles sont largement indépendantes de notre volonté consciente (p. 61). Ensuite, l’auteur traite des médiations sémiotiques iconiques et linguistiques considérées l’une comme l’autre comme des médiations culturelles. Cependant, elles ne sont pas de même nature.

Quelle que soit la diversité de leurs formes, les représentations iconiques extérieures conservent un rapport analogique évident avec les représentations internes. Il n’en est pas de même avec la médiation linguistique dont les liens avec l’imagerie mentale sont d’une tout autre nature […] on peut déjà […] pressentir que médiation iconique et médiation linguistique concernent deux pôles opposés de l’expérience mentale (p. 65).

3Dans le quatrième chapitre, « Cognition et réflexivité langagière », l’auteur s’attache à montrer que « les opérations cognitives rendues possibles par le langage procèdent des relations entre les deux faces du signe que sont le signifié et le signifiant » (p. 147). Il s’agit donc de comprendre ce que « la discréditation des représentations qu’entraîne la face signifiante du signe linguistique entraîne sur le plan de l’organisation et de la dynamique des représentions mentales » (p. 147). Dans le cinquième chapitre, « Médiations technico-sémiotiques », l’auteur change de point de vue. Dans les chapitres précédents, il avait en effet considéré les images et le langage indépendamment des dispositifs techniques qui permettent leur réalisation et leur communication. Or, ces dispositifs ne sont pas neutres relativement aux opérations mentales qu’ils rendent possibles. L’auteur analysera donc, à titre d’exemple, trois de ces médiations techno-sémiotiques particulières : l’écriture, les technologies de l’imaginaire et le cinéma. Enfin, le sixième chapitre est consacré aux interactions complexes entre images et mots. La question se pose avec d’autant plus de pertinence que ces deux formes de médiation relèvent de processus opposés : d’une part, aptitude mimétique du corps propre à entrer en résonance avec les êtres et les choses du monde (mécanisme de projection, d’identification, d’empathie, de participation affective, etc.), d’autre part, distanciation et réflexivité qu’impliquent les signes discrets du langage.

4L’ouvrage propose une synthèse des théories et des modèles issus de la psychologie cognitive permettant d’aborder les processus de communication médiatisée dans la perspective d’une sémiotique cognitive. Il montre comment celle-ci peut devenir un cadre d’intelligibilité pour les messages médiatiques en général, et c’est en cela qu’il est novateur. Abondamment illustré d’exemples tant linguistiques qu’iconiques, il traite très simplement de questions difficiles, et c’est aussi l’une de ses qualités.

Un entretien avec J.-P. Meunier

D. P. Ma première question, Jean-Pierre, tu t’en doutes, porte sur ce qui, de toute évidence, est de ta part un parti pris pour une approche phénoménologique. Or, celle-ci ne semble pas être nécessairement dominante dans le champ. Pourquoi le choix d’une telle position épistémologique et quelles en sont les conséquences pour l’approche méthodologique des dispositifs de communication médiatisée, plus particulièrement dans leurs usages éducatifs?

J.-P. M. C’est un point très important pour moi, tant sur le plan méthodologique que sur celui de la compréhension des phénomènes psychologiques subjectifs liés à la communication.

  • 1 La revue est née en France en 1947 et sa dernière parution date de 1961.

Dans les années 1950 et au début des années 1960, au commencement des recherches sur la communication, il y avait un grand intérêt pour le « vécu » des consommateurs de médias et l’introspection était naturellement un mode privilégié d’investigation. Pourtant, en psychologie, le béhaviorisme avait condamné ce type d’approche. Mais comment rendre compte du vécu subjectif des spectateurs de cinéma par exemple ou de toute autre forme d’image, si ce n’est en tentant de le décrire de l’intérieur, en première personne ? Le succès du cinéma intriguait. Il fallait tenter de comprendre la fascination des foules pour le spectacle cinématographique et, pour beaucoup de chercheurs, la meilleure manière de le faire était de se retourner sur sa propre expérience de spectateur. C’est ainsi que dans la Revue internationale de filmologie1, qui se proposait d’étudier le fait filmique avec tous les instruments fournis par les sciences humaines, on put trouver de nombreuses tentatives de description des caractéristiques particulières de la perception du film et de l’état psychologique du spectateur de cinéma qui s’ensuivait. Fait remarquable, on trouve dans ces études, souvent menées par des psychologues, de nombreuses références à une famille de notions psychologiques ou psychanalytiques soulignant les aspects fusionnels de la relation spectateur-image. Les notions de mimétisme, d’empathie, de projection, d’identification furent mises à contribution parce qu’elles semblaient bien correspondre à cette sorte d’adhésion sans recul aux images cinématographiques dont nous faisons tous l’expérience, un état psychologique que l’on peut généraliser à d’autres sortes d’images, par exemple celles de la télévision ou de la bande dessinée. Certains auteurs ont même souligné la perte de réflexivité correspondant à cet état. Ainsi de Gilbert Cohen-Seat qui, après avoir souligné le mimétisme inhérent à la participation cinématographique, en déduisait que « le propre de la participation cinématographique est avant tout d’exclure le dédoublement réflexif et la prise de recul » (1961 : 166). Ces recherches centrées sur l’expérience subjective du spectateur d’images m’ont beaucoup intéressé parce qu’elles me semblaient toucher à un aspect essentiel des communications humaines, un aspect qui s’enracine dans le mimétisme. J’ai moi-même tenté d’approfondir la relation spectateur-image dans plusieurs ouvrages (1969, 1980, 1993/2004) en me situant dans une approche phénoménologique inspirée de Jean-Paul Sartre, de Maurice Merleau-Ponty et des auteurs que je viens d’évoquer.

D. P. Le désintérêt pour cette approche phénoménologique comme pour l’expérience subjective du spectateur a-t-il été généralisé ? Peut-on y voir un effet du développement d’une approche d’inspiration matérialiste, voire marxiste, qui semble s’être imposée à l’articulation dans les années 1960 et 1970 ? Et surtout, quelles sont les raisons pour lesquelles aujourd’hui cette approche suscite un regain d’intérêt ?

J.-P. M. En effet, dès la fin des années 1960 et surtout dans les années 1970, l’expérience subjective fut largement délaissée et l’introspection comme méthode fut carrément écartée. On en trouve encore des traces dans certaines recherches d’inspiration psychanalytique, comme celle de Christian Metz (1977) sur le signifiant imaginaire qui établit une correspondance entre l’image cinématographique et la notion lacanienne d’imaginaire. Mais dans l’ambiance intellectuelle de l’époque, effectivement très marquée par le matérialisme marxiste, la phénoménologie fut suspectée d’idéalisme et l’expérience vécue parut imprégnée d’idéologie. La linguistique et le structuralisme paraissaient bien plus proches de l’idéal scientifique et offraient des méthodes qui semblaient se passer de toute forme d’introspection. Les notions de structure et de code, de signe (considéré comme un rapport signifiant-signifié), de structure narrative, etc., tout ce formalisme sur lequel furent rabattus tous les langages et toutes les formes de communication, semblait suffire aux chercheurs.

Prenons la notion de signe verbal défini justement par Ferdinand de Saussure comme arbitraire et discret. Cet instrument méthodologique orienta toute l’attention des chercheurs vers la recherche et l’explicitation des oppositions phonologiques qui rendent compte de la discrétisation du signe linguistique, et au-delà sur les oppositions de signifiés qui en découlent. Il n’y avait plus de place pour la prise en considération de l’expérience subjective, même pas pour celle que cette discrétisation du signe impliquait : le développement de la pensée consciente grâce à la constitution dans notre fonctionnement psychique d’unités représentatives délimitées et stables (comme l’a bien vu Jean-Paul Bronckart [1996], que je cite dans mon ouvrage). Pire, la projection de l’image sur la notion de signe ainsi conçue lui attribuait des caractéristiques proprement invisibles pour le récepteur d’une image : il n’y a pas, comme pour le signe verbal, de distinction entre signifiant et signifié pour le spectateur d’images. De plus, cette approche ignorait complètement la perte de réflexivité que les théoriciens du cinéma des années 1960 avaient tenté d’expliciter à partir de leur vécu. Cette opération de réduction ne fut pas inutile, bien au contraire. Il y a bien dans l’image quelques formes de codages (faibles, comme s’est empressé de le dire Umberto Eco, 1970) et il n’était certainement pas inutile de les mettre au jour, surtout pour les pédagogues ayant à charge l’éducation à l’image et à sa rhétorique. Mais j’ai eu envie de revenir sur les aspects psychologiques (en particulier sur la question de la réflexivité) qu’elle masquait. On m’objectera sans doute qu’il vaut mieux ignorer cette dimension qui n’est accessible que par un retour introspectif sur l’expérience vécue. En effet, ce qu’elle découvrirait serait immanquablement entaché de subjectivité (dans le sens où ce terme est considéré comme contraire à l’objectivité souhaitée par toute approche scientifique). Mais je crois que tout ce qu’on peut dire du fonctionnement psychique (y compris dans le processus de communication) s’enracine dans une perception introspective de ce fonctionnement. Saussure n’aurait pu dire (objectivement) que le signe verbal est discret s’il n’avait fait l’expérience (subjective) des mots comme des entités délimitées dont les usagers se servent pour préciser leur pensée. Autant alors explorer directement l’expérience vécue.

D. P. Mais n’y a-t-il pas eu un retour des approches phénoménologiques au sein même du champ de la psychologie à partir du développement du cognitivisme ?

J.-P. M. Les cognitivistes ont bien réintroduit l’esprit (le mind) dans leur investigation scientifique mais, sous l’emprise de la métaphore de l’ordinateur, les processus du mind qu’ils envisagent sont considérés comme aussi automatiques et donc inconscients que les opérations effectuées par les computers. En rentrant dans le domaine de la communication, le cognitivisme y a naturellement apporté ses convictions. On aboutit alors à de véritables aberrations. Prenons le (pourtant très beau) livre de Dan Sperber et Deirdre Wilson La pertinence (2006). Les auteurs partent de l’idée de la pragmatique de Paul Grice selon laquelle il faut inférer pour trouver le contenu implicite d’un message verbal. Cette idée vient naturellement de l’expérience vécue. Nous faisons tous l’expérience qu’il faut parfois réfléchir pour comprendre le vouloir-dire d’un locuteur. Ce n’est pas un béhavioriste qui peut observer ça de l’extérieur. Pourtant, il ne viendrait à personne l’idée de contester cette intuition. Mais quand il faut caractériser le travail mental d’inférence, plutôt que de continuer à interroger l’expérience subjective, on fait appel à une espèce de dogme cognitiviste selon lequel il ne peut s’agir que d’un calcul propositionnel. L’expérience subjective peut corroborer partiellement cette idée, car, de fait, il nous arrive de recourir au discours intérieur pour comprendre (« il a dit ça, quand on dit ça, c’est qu’on pense que, etc. »). C’est même cela, sans doute, qui explique l’origine du dogme. Mais c’est loin d’être toujours le cas, bien au contraire. Qu’à cela ne tienne, on fait alors appel à un autre dogme cognitiviste : on déclare que le raisonnement propositionnel, que l’on caractérise comme déductif, est inconscient et l’on construit un modèle de traitement automatique censé en rendre compte dans tous les cas. Se trouvent ainsi évacués (ou considérablement réduits) : le rôle des images du côté des représentations mentales et, du côté du sujet réfléchissant, le rôle des prises de conscience, de l’attention consciente et de toutes ces opérations que l’on effectue de façon plus ou moins réfléchie.

Même chez les chercheurs moins influencés par la métaphore de l’ordinateur, par exemple les « expérientialistes » (Lakoff et Johnson, 1985 ; Fauconnier et Turner, 2002, dont les travaux font preuve d’une attention accrue à l’imagination et à l’expérience subjective, la tendance reste forte à enfoncer dans un inconscient automatique les découvertes obtenues pourtant par retour réflexif sur le vécu d’opérations mentales qui ne peuvent totalement échapper à la conscience, sous peine de rester définitivement ignorées. Mark Turner dit très clairement que le processus d’intégration conceptuelle qu’il a contribué à mettre au jour avec Gilles Fauconnier est inconscient. On dirait que l’idéal des chercheurs est toujours de construire des modèles automatiques subconscients dont le sujet conscient ne fait qu’entériner les conclusions. Il n’est guère que dans des cas exceptionnels — par exemple la perception d’une contradiction entre représentations mentales — que l’on reconnaît l’émergence d’une prise de conscience.

Soit dit en passant, c’est paradoxalement dans le domaine de la recherche psychologique le plus proche des sciences dures que l’on recourt maintenant de plus en plus à l’approche phénoménologique. Je veux parler des neurosciences qui ne peuvent progresser qu’en mettant en rapport l’imagerie cérébrale, obtenue avec des méthodes physico-chimiques très sophistiquées, et le vécu subjectif. C’est aussi dans ce domaine que l’on trouve un intérêt tout particulier pour la conscience, ses différentes manifestations et ses divers degrés (par exemple dans l’œuvre de Antonio Damasio). Comme si le retour de la phénoménologie comme méthode de recherche allait de pair avec la prise de la conscience réflexive comme objet de recherche.

Bref, je crois l’approche phénoménologique incontournable. Même quand on s’efforce de la contourner, on y a recours implicitement. Alors autant le faire explicitement. On évitera ainsi d’ignorer des aspects importants de la vie mentale, comme, dans le domaine de la communication, les différences d’expériences du monde correspondant au langage verbal et au langage iconique ; différences qu’avaient entrevues les filmologues des années 1960.

Et il ne s’agit pas seulement d’un problème théorique. Si l’on projette toute la cognition sur une mécanique inconsciente, on ne voit plus très bien quel choix faire lorsqu’il s’agit de construire un message (un film, un reportage, un exposé, une exposition…) censé « faire réfléchir » les destinataires. On ne sait plus très bien non plus comment s’y prendre pour déconstruire les nombreux messages dont le but est d’empêcher de réfléchir, comme dans beaucoup de communications publicitaires ou de propagande. On se rabat alors sur des oppositions simplistes (émotion/raison, séduction/réflexion) qui gomment les nuances et les difficultés d’analyse.

Dans mon livre, j’ai justement essayé d’évaluer les degrés de réflexivité impliqués dans les processus cognitifs mis au jour dans le domaine de la communication par des chercheurs de différents horizons. J’ai tenté d’établir une gradation systématique de réflexivité entre les processus mentaux impliqués par les signes et leurs combinaisons, par les procédés rhétoriques qu’ils permettent, par les types de discours, etc.

Il est vrai que l’approche phénoménologique est difficile. Le « réfléchissement » de l’expérience vécue n’est pas une simple observation. Il s’agit de rendre explicite l’activité cognitive implicite, en la prenant pour objet d’attention. Ces dernières années, un certain nombre d’auteurs (Vermersch [2012], Varela et al. [1993] et d’autres) se sont penchés sur les difficultés de ce retour sur soi et ont ouvert des perspectives intéressantes. À leur suite, j’ai tenté dans mon introduction d’examiner certaines des conditions susceptibles de rendre la méthode intéressante. Le lecteur jugera.

D. P. Tu établis des degrés de réflexivité caractéristiques de processus cognitifs différents, parmi lesquels la comparaison et la métaphore. Cette distinction peut paraître parfois peu claire. Peut-être serait-il intéressant pour le lecteur de préciser cette distinction qui paraît centrale dans ton propos.

J.-P. M. Très bonne question ! La notion de comparaison m’a semblé essentielle pour définir une gradation de réflexivité. Mais le terme est ambigu. J’utilise le terme dans un sens beaucoup plus large et schématique que le sens restreint qu’a retenu la rhétorique pour le différencier de la métaphore. J’ai été très marqué par le sens très étendu que lui donne le linguiste Ronald Langacker : « I assume that this ability to compare two events is both generalized and ubiquitous: acts of comparison continually occur in all active cognitive domains, and at various levels of abstraction and complexity » (1987, p. 32). Dans son livre sur la grammaire cognitive, il donne même comme exemple la constitution de formes dans le champ visuel qui suppose que chaque point soit comparé à tous les autres. Naturellement, cela se fait automatiquement mais pourtant, comme toujours, ce n’est pas complètement hors de la conscience puisqu’on peut reconstituer le processus, tel qu’il a été vécu, d’une façon assez convaincante. En tout cas, cette conception permet d’entrevoir une grande variété d’opérations relativement semblables, mais variant néanmoins sous un certain aspect, et cet aspect, selon moi, relève de la prise de recul et de la réflexivité. Dans cette perspective, le concept de comparaison devient un terme générique très schématique, pour un ensemble de réalisations de plus en plus complexes, y compris la métaphore et la comparaison (au sens restreint que lui donne la rhétorique et que l’on peut trouver dans Le petit Larousse : « figure établissant de manière explicite une relation de similitude entre deux objets »).

Au niveau le plus bas, on peut rapprocher le concept de comparaison du concept piagétien d’assimilation, car ce terme suppose bien que l’on rapproche une expérience actuelle d’une expérience ancienne, mais il ne s’agit pas d’une mise en relation explicite ; il s’agit plutôt d’une résonance ou d’une projection spontanée du connu dans le nouveau. Cela se passe continuellement dans notre expérience perceptive : dans notre rapport mimétique au monde, quelque chose dans l’être perçu induit une reconnaissance (une incorporation dirait Jean Piaget) par le corps percevant qui reproduit une conduite perceptive déjà expérimentée. Dans mon ouvrage, j’ai montré qu’en référence à ce niveau, on peut ordonner par degrés croissants de distanciation et donc de réflexivité les expériences cognitives correspondant aux signes (iconiques ou numériques), aux procédés rhétoriques ou encore aux types de discours. Par exemple, pour en revenir à la différence entre métaphore et comparaison, on peut dire que relativement à l’assimilation spontanée, la métaphore est une projection unilatérale d’un domaine cognitif sur un autre (comme l’a bien vu Georges Lakoff) qui se connaît déjà comme telle, mais moins que l’intégration conceptuelle qui suppose que l’on maintienne distincts devant l’esprit les domaines rapprochés et intégrés en vue d’une conclusion relative à l’un des domaines, et moins encore que la comparaison la plus explicite qui suppose un va-et-vient de l’attention consciente d’un domaine à l’autre.

D. P. Le titre de l’ouvrage même, Des images et des mots, suscite pour moi une interrogation. Pourquoi conserver le terme générique d’image alors que le livre aborde en détail divers types de représentations visuelles, issues de registres sémiotiques différents ? N’y a-t-il pas le danger de laisser penser que toutes les représentations visuelles se valent, qu’elles ont le même statut et sont l’objet des mêmes traitements cognitifs ? Ton analyse riche et détaillée de ces registres différents ainsi que les références aux nombreux modèles cognitifs évoqués semblent montrer le contraire et soutenir l’existence de processus d’émergence de la réflexivité bien différents.

J.-P. M. Oui, ce danger existe et ta remarque me donne l’occasion d’une mise au point importante. Le problème vient de la logique propre aux titres de bouquin qui doivent proposer une sorte de raccourci du contenu, et de l’histoire des mots qu’on y met à cette fin. Il est vrai que le sens commun de la notion d’image peut paraître trop restreint. De plus, l’expression « des images et des mots » évoque presque immanquablement une dichotomie du genre de celle défendue par de nombreux psychologues (la fameuse distinction entre image mentale et « représentation propositionnelle »). Alors que de mon point de vue : 1) il n’y a pas de pensée sans imagination et donc sans image (un point à propos duquel on peut s’appuyer sur Charles Sanders Peirce et surtout sur Langacker, 1987), et 2) les mots n’ont d’autre but que de structurer l’imagination en induisant à la fois la distanciation et la discrétisation nécessaires à la réflexivité et au raisonnement.

Ainsi, dans la cognition, il n’y a pas de distinction nette entre deux types de représentation, mais plutôt deux pôles entre lesquels une gradation d’opérations cognitives — essentiellement imaginatives — allant de la participation mimétique aux images (mentales ou matérielles) jusqu’au raisonnement logique combinant de manière réfléchie les entités discrètes distinguées par les mots. Dans cette perspective, j’ai précisément voulu montrer que les opérations cognitives distinguées par les théoriciens de la communication (comparaison, métonymie, métaphore, intégration conceptuelle, etc.) correspondent à autant de niveaux de réflexivité dans cette gradation ; et que leur combinaison dans les discours médiatiques constitue un aspect important à prendre en considération pour qui veut comprendre les implications de toutes sortes (y compris éducatives) de tels discours.

5« Un titre comme Entre l’imaginaire mimétique et la distanciation linguistique aurait peut-être été plus approprié à mon projet, mais sans doute un peu trop compliqué. J’espère que le sous-titre de ce livre, Cognition et réflexivité dans la communication, précisera un peu le point de vue » (Jean-Pierre Meunier).

Haut de page

Bibliographie

BRONCKART, Jean-Paul (1996), Activité langagière, textes et discours. Pour un interactionisme socio-discursif, Berne, Peter Lang.

COHEN-SEAT, Gilbert (1961), Problèmes du cinéma et de l’information visuelle, Paris, Presses universitaires de France.

DAMASIO, Antonio (1999), Le sentiment même de soi, Paris, Odile Jacob.

ECO, Umberto (1970), « Sémiologie des messages visuels », Communications, 15 : 11-51.

FAUCONNIER, Gilles et Mark TURNER, (2002), The Way We Think: Conceptual Blending and the Mind’s Hidden Complexities, New York, Basic Books.

LAKOFF, Georges et Mark JOHNSON (1985), Les métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Minuit.

LANGACKER, Ronald (1987), Foundations of Cognitive Grammar, Standford, Stanford University Press.

METZ, Christian (1977), Le signifiant imaginaire, Paris, Maison générale d’édition.

MEUNIER, Jean-Pierre (1969), Les structures de l’expérience filmique, Louvain, Vander.

MEUNIER, Jean-Pierre (1980), Essai sur l’image et la communication, Louvain-la-Neuve, Cabay.

MEUNIER, Jean-Pierre (2003), Approches systémiques de la communication. Systémisme, mimétisme, cognition, Bruxelles, De Boeck.

MEUNIER, Jean-Pierre et Daniel PERAYA (2004/1993), Introduction aux théories de la communication. Analyse sémio-pragmatique de la communication médiatique, troisième édition revue et augmentée, Bruxelles, De Boeck.

SPERBER, Dan et Deirdre WILSON (2006), La pertinence, Paris, Minuit.

TURNER, Mark (2000), L’invention du sens, conférence au Collège de France (13 juin).

VARELA, Francisco, Evan THOMSON et Eleanor ROSCH (1993), L’inscription corporelle de l’esprit, Paris, Seuil.

VERMERSCH, Pierre (2012), Explicitation et phénoménologie, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 La revue est née en France en 1947 et sa dernière parution date de 1961.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Peraya, « Jean-Pierre MEUNIER (2015), Des images et des mots. Cognition et réflexivité dans la communication », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/6955

Haut de page

Auteur

Daniel Peraya

Daniel Peraya est professeur honoraire, membre de TEchnologies de Formation et d'Apprentissage (TECFA), Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Éducation, Université de Genève et chargé de cours invité, École de communication, Université catholique de Louvain. Courriel : daniel.peraya@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals