Navigation – Plan du site
Lectures

Caroline ANGÉ (dir.) (2015), Les objets hypertextuels : pratiques et usages hyper médiatiques

Londres, Éditions ISTE
Nouha Belaid
Référence(s) :

Caroline ANGÉ (dir.) (2015), Les objets hypertextuels : pratiques et usages hyper médiatiques, Londres, Éditions ISTE

Texte intégral

1Depuis que le numérique a envahi notre quotidien, de nombreux chercheurs proclament que les gens n’ont plus tendance à lire après avoir choisi de passer leur temps libre connectés sur la Toile. Mais si la manière de lire s’adapte aux nouvelles pratiques quotidiennes des gens, ces derniers ne reprendront-ils pas leurs anciennes habitudes de lecture ? Cela pourra être résolu grâce à l’écriture hypertexte disponible sur Internet, qui offre au lecteur la possibilité d’avoir un contenu enrichi. En effet, il ne suffit plus de lire un seul texte, mais de cliquer sur un mot ou une phrase, voire une photo, cité dans l’article, pour être renvoyé vers un autre article. Le deuxième article fournit davantage d’information sur le sujet lié à l’élément sur lequel le lecteur a cliqué. Le mode de lecture a donc changé avec la technique de l’hypertexte, qui est le sujet de l’ouvrage collectif dirigé par Caroline Angé, Les objets hypertextuels : pratiques et usages hyper médiatiques.

2Cet ouvrage, divisé en neuf chapitres regroupés en trois parties, ne se limite pas à faire le point sur les productions techniques qui témoignent de la présence de l’hypertexte et de sa persistance. Il propose également un panorama des approches scientifiques qui s’attachent aux conditions de production, aux formes et à la réception des objets hypertextuels selon leurs contextes.

3En fait, l’ouvrage confirme que l’intégration du numérique dans le processus de circulation des informations a favorisé les interfaces relationnelles telles que les réseaux sociaux et les blogues. De nos jours, on s’intéresse non seulement à l’hypertexte, mais aussi aux objets hypertextuels portés par l’innovation. Selon Angé, déjà un demi-siècle s’est écoulé entre la première description technique du concept et l’invention de l’imaginaire du texte infini, ce qui rend utile la compréhension de l’influence d’un paradigme technologique et social sur notre rapport avec le monde.

4En revanche, la mise en revue des enjeux et des perspectives de l’hypertexte impose un retour sur certaines dimensions de son histoire. Nombreuses sont en effet les évolutions technologiques manifestées par le déploiement de l’hypertexte à l’ère du numérique, au point que notre rapport avec la lecture et le monde a complètement changé.

5Le mythe de l’interconnexion est ainsi devenu une réalité à la suite de l’apparition de la lecture hypertextuelle. Les transformations qui en découlent ont changé notre rapport au monde. L’intégration du Web des objets dans l’ensemble des activités humaines a d’ailleurs favorisé la dimension communicationnelle du paradigme de l’hypertexte et amplifié la relation entre les acteurs.

6La première partie de l’ouvrage, intitulée « Histoire d’hypertexte : technologies, écritures et objets », présente une archéologie de l’hypertexte. Christian Vandendorpe, Sylvie Leleu-Merviel et Fabrice Papy y relatent une histoire de l’hypertexte en lien avec les outils et les récits, jusqu’aux transformations contemporaines qui ont induit une reconfiguration des enjeux grâce au numérique. Il s’agit d’interpréter le lien fondamental entre nos représentations passées de la technique et notre entendement du présent. En fait, ces logiques d’innovation sociale ont un effet sur l’ensemble des activités humaines. Entre autres, le nouvel ordre numérique participe à la recomposition de l’évolution sociale et technique des formes du texte existantes amorcées depuis que l’homme a commencé à créer des signes. Ce qui pousse le lecteur de cette partie à réfléchir à l’innovation et aux logiques de production du texte. Ainsi cet ouvrage présente-t-il « l’hypertexte » comme objet « dans ses dimensions plurielles, technologiques et conceptuelles » (p. 17), un objet « porté d’une histoire technique et sociale, une histoire du contexte, une histoire du présent » (ibid.).

7En revenant sur l’histoire de l’hypertexte et en l’étendant à des corpus spécifiques (document, livre, bibliothèque, création, réseaux sociaux, etc.), Vandendorpe prend la mesure de l’écart entre « la promesse d’un succès » et son « processus rétrospectif » dans les champs sociaux. Sa perspective présente ainsi une métalecture de l’évolution du modèle de l’hypertexte jusqu’à la multiplication des objets connectés. Ce qui explique le développement des pratiques de lecture dans l’organisation visuelle du texte et dans ses modes d’interprétation.

8Pour sa part, Papy ne tarde pas à signaler que la présence technique de l’hypertexte se trouve dissimulée dans la réinvention permanente des formats numériques. Il évoque également les enjeux techniques de l’hypertexte, à savoir l’écart entre les usages supposés et réels des architectures numériques. Il s’agit de la capacité de donner un sens à un parcours de navigation.

9Quant à Leleu-Merviel, elle met l’accent sur le lien entre le support, son régime de sens et le sujet qui s’en saisit, en tenant compte de la fragmentation induite par le dispositif numérique. Elle pense que l’hypertexte est un ensemble de fragments auxquels nous ajoutons des liens. Elle propose ainsi une conception de l’hypertexte comme un objet de jeux en prenant l’exemple du Serious Games.

10Dans la seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Hypertexte, création et processus expérientiel », Jean-Pierre Balpe, Hervé Zenouda et Étienne Armand-Amato mettent l’accent sur la manière dont l’évolution du paradigme hypertextuel nous amène à prendre en compte des modalités inédites d’émergence du sens lorsqu’il s’agit des pratiques de création numérique. Il s’agit de médiations créatives renouvelées par les dispositifs numériques, à l’ère du Web participatif. Balpe signale d’ailleurs l’importance des théories des écritures linéaires hypertextuelles dans le décodage de nos pratiques numériques.

11Or, la production créative interactive peut prendre plusieurs formes. Zenouda met à son tour l’accent sur la structuration des situations interactives associant l’image, le son et le geste. Elle souligne par la suite l’effet de la dé-linéarisation sur l’élaboration de nouvelles méthodes d’analyse de l’objet audiovisuel hypertextuel. C’est une approche esthétique de l’hypertexte.

12Enfin, la troisième partie de l’ouvrage, intitulée « Hypertexte : pratiques et usages hyper médiatiques », confirme que les approches de l’hypertexte trouvent leurs origines dans différentes disciplines, à savoir la sociologie, l’ethnographie et la science du langage. Les contributions de Laurence Allard, Olivier Zerbib, François Mangenot et Thierry Soubrié traitent ainsi des pratiques hyper médiatiques. Il s’agit d’un ensemble d’interactions entre les interfaces relationnelles et les usagers. Si Zerbib prend comme échantillon les sites de rencontre pour mettre l’accent sur « l’hypertexte sentimental », Mangenot et Soubrié choisissent de prendre comme exemple l’apprentissage du français à l’université pour étudier ce Web social.

13Bref, les auteurs de cet ouvrage ont réussi à présenter l’hypertexte dans un cadre pluridisciplinaire. Il s’agit donc d’une référence pour qui veut connaître l’histoire de l’hypertexte en tant qu’élément du quotidien, mais aussi en tant qu’objet de recherche, sachant que les recherches portant sur l’hypertexte ne vont jamais cesser tant que l’humanité continuera à vivre des évolutions technologiques.

14En même temps, on se demande si la richesse du Web tient toujours à la qualité et à la structure des liens hypertextuels ainsi qu’à la navigation hyper médiatisée. Cette question s’impose car l’internaute, bien qu’il soit conduit par ses questions dans un environnement hypertextuel, participe à la création d’un sens. De même, en naviguant sur le Net à partir des liens hypertextuels, l’internaute laisse des traces de ses actions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nouha Belaid, « Caroline ANGÉ (dir.) (2015), Les objets hypertextuels : pratiques et usages hyper médiatiques », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7030

Haut de page

Auteur

Nouha Belaid

Nouha Belaid est enseignante et chercheure en sciences de l’information et de la communication (Tunisie). Courriel : belaid.nouha@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals