Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe BONFILS, Philippe DUMAS et Luc MASSOU (dir.) (2015), TICE & multiculturalités. Usages, publics et dispositifs

Nancy, Presses universitaires de Nancy — Éditions universitaires de Lorraine, Coll. « Questions de communication. Série actes »
Soufiane Rouissi
Référence(s) :

Philippe BONFILS, Philippe DUMAS et Luc MASSOU (dir.) (2015), TICE & multiculturalités. Usages, publics et dispositifs, Nancy, Presses universitaires de Nancy — Éditions universitaires de Lorraine, Coll. « Questions de communication. Série actes »

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Philippe Bonfils, Philippe Dumas et Luc Massou porte l’ambition d’interroger la notion de multiculturalité au regard des rapports de celle-ci avec les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement. Il réunit les contributions de chercheurs de l’Europe et du pourtour méditerranéen (Algérie, Belgique, France, Italie Liban, Suisse et Tunisie) qui mènent leurs travaux scientifiques principalement dans le domaine des sciences de l’information et de la communication ou en sciences de l’éducation. Les études qui sont présentées ont été menées dans une grande diversité de lieux géographiques et de contextes éducatifs, qui s’étendent de l’enseignement primaire à l’enseignement supérieur.

2Les 16 contributions de l’ouvrage sont issues de TiceMed, un colloque international tenu annuellement depuis 2003. Nous y retrouvons majoritairement des approches empiriques basées sur des observations de pratiques en contexte ainsi que quelques contributions plus théoriques et méthodologiques.

3En quatre volets à peu près équilibrés sur le plan quantitatif des contributions sélectionnées, l’ouvrage étudie et met en discussion la diversité des publics d’apprenants (premier volet), les pratiques socioculturelles, les identités et les apprentissages (deuxième volet), l’appropriation des dispositifs sociotechniques (troisième volet), pour finir par des ouvertures théoriques et méthodologiques (quatrième volet). Les différents chapitres présentent en alternance des analyses quantitatives et des analyses qualitatives dans une assez grande hétérogénéité de corpus et de contextes.

4Au-delà de la difficulté de s’accorder et de partager une définition unique de la multiculturalité, nous reconnaissons dans les différentes contributions l’effort déployé pour exposer des approches distinctes qui interrogent ce concept. S’il s’agit de « divergences de points de vue » selon Sylvie Leleu-Merviel, la multiculturalité est plutôt abordée dans le reste de l’ouvrage sous l’aspect de la « diversité » des publics d’apprenants. Cette variété de publics prend aussi bien en compte l’écolier inscrit dans une école primaire de Graulhet en France au sein d’un dispositif du type classe d’inclusion scolaire (CLIS), dans la contribution de Michel Lavigne qui évoque le « handicap scolaire », que l’étudiant inscrit à un programme de langue étrangère et seconde (FLE / S) à l’Université de Balamand au Liban. D’autres contributions observent des pratiques d’étudiants partageant une même formation en ligne depuis des universités algérienne, belge, italienne ou française, ce qui élargit le champ des possibles et des situations observables au sein de coopérations internationales. C’est ainsi que, dans la contribution de Daniel Peraya et des coauteurs du chapitre sur le déploiement d’un dispositif de formation connectiviste, sont mises en lumière les différences de regards et d’opinions des étudiants du Nord et du Sud quant à leurs pratiques d’apprentissage en ligne. Que ce soit auprès d’enseignants stagiaires ou auprès d’adultes en reprise d’études, la variété de lieux géographiques dans lesquels les observations ont été conduites illustre la richesse des situations, que ce soit à Tripoli au Liban, à Milan en Italie, à Angers en France ou sur l’île de la Réunion.

5Nous trouverons dans cet ouvrage des expérimentations qui s’appuient largement sur des outils numériques. Ceux-ci permettent, selon les cas, de collaborer en ligne avec les wikis, blogues et autres forums, ou encore de faciliter la communication synchrone comme la visioconférence dans un contexte d’apprentissage de langues ou la téléphonie pour une expérience d’apprentissage mobile. Les environnements du type cahier de texte numérique pour l’enseignement secondaire ou le portfolio numérique — portefeuille d’expériences et de compétences (PEC) — sont des exemples de solutions mises à l’œuvre dans des établissements français et qui sont l’objet d’observations assez générales.

6Si nous devions émettre un regret, ce serait celui du temps qui s’est écoulé entre les expérimentations et la publication de l’ouvrage. Nous reconnaissons cependant à ce collectif une certaine richesse empirique exposée. Les nombreuses situations et expérimentations permettront ainsi au lecteur de se faire une idée sur la diversité de projets menés principalement dans le pourtour méditerranéen.

7Sans chercher à aboutir à des changements culturels importants ni à une symétrie forcée au sein de dispositifs multiculturels, les différentes contributions affichent une diversification de scénarios pédagogiques (en ligne ou en personne, en formation initiale ou continue), invitant ainsi à s’interroger sur l’évolution des rôles d’intervenants, sur l’éventuelle place des activités collaboratives ainsi que sur les récents outils et environnements numériques.

8Enfin, à l’issue de la lecture de l’ouvrage, nous pouvons souligner que, dans des contextes de plus en plus marqués par les technologies, s’il est devenu important d’assurer sa présence à l’autre en ligne, il n’en demeure pas moins indispensable d’apprendre à aller à sa découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soufiane Rouissi, « Philippe BONFILS, Philippe DUMAS et Luc MASSOU (dir.) (2015), TICE & multiculturalités. Usages, publics et dispositifs », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7046

Haut de page

Auteur

Soufiane Rouissi

Soufiane Rouissi est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et membre du laboratoire Médiations, informations, communication (MICA , arts, EA4426), Université Bordeaux Montaigne. Courriel : Soufiane.Rouissi@u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals