Skip to navigation – Site map
Lectures

Ulla CARLSSON (dir.) (2016), Freedom of Expression and Media in Transition. Studies and Reflection in the Digital Age

Göteborg, Nordicom
Sylvie Blanco
Bibliographical reference

Ulla CARLSSON (dir.) (2016), Freedom of Expression and Media in Transition. Studies and Reflection in the Digital Age, Göteborg, Nordicom

Full text

1L’ouvrage collectif dirigé par Ulla Carlsson porte essentiellement sur la liberté de la presse et la façon dont ses trois principes fondamentaux établis en 1948 par les Nations Unies sont aujourd’hui remis en question par la mondialisation d’une part et la technologie numérique d’autre part. Face à des systèmes de communication en pleine transformation, à des multinationales détenant une forme de monopole de l’information et à de nouveaux risques en matière de liberté d’expression, l’objectif est ici de stimuler une prise de conscience internationale quant à l’importance de solutions mondiales prêtant une attention particulière aux spécificités nationales et locales. Le sentiment d’incertitude et de menace quant au futur de la liberté d’expression est omniprésent et motive des réflexions riches et complexes pour favoriser un changement de modèles. Cette transformation comporte nécessairement un questionnement quant au rôle que doivent jouer différentes parties prenantes, en particulier les institutions publiques et les journalistes.

2Les 22 contributions réunies dans cet ouvrage sont soutenues par la Chaire UNESCO pour la liberté de la presse à l’Université de Göteborg et la quasi-totalité des 32 auteurs est rattachée à une institution scandinave. Elles s’inscrivent dans le prolongement des événements organisés en 2016 en Finlande, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, ancrant les propos dans le modèle nordique dont les valeurs fondamentales sont partagées par tous, tout au long de l’ouvrage : équilibre socioéconomique, égalité des structures sociales, libertés individuelles et respect des traditions collectives, secteur public fort. Une large attention est portée à la situation des journalistes dans le monde, en particulier dans les zones en conflits. Les articles sont articulés autour des trois principes fondamentaux de la liberté de la presse formulés par l’UNESCO : l’assurance de la liberté de la presse dans le monde, la défense de l’indépendance des médias contre toutes attaques et le tribut aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur fonction.

3Une idée fondatrice dans cet ouvrage est celle d’un Media Welfare State, liant les questions sociales et politiques aux médias à travers quatre dimensions en tension face au numérique : l’universalisme, la liberté éditoriale, les politiques culturelles comme levier de transformation de la société ainsi que la démocratie consensuelle pour une politique des médias bénéficiant d’efforts transnationaux face aux pressions des multinationales qui cherchent à imposer leurs standards et leur réglementation. Réfléchir à la façon même d’appréhender le numérique dans la continuité plutôt que dans la rupture apparaît comme un levier en faveur des bénéfices sociaux, à condition de donner toute sa place à l’innovation, non seulement technologique, mais surtout réglementaire et de gouvernance. Les leviers d’un « État-providence numérique » pourraient être l’innovation sociale, l’entrepreneuriat, les modèles de gouvernance collaboratifs, mixant public et privé pour plus d’efficacité et de réactivité institutionnelle. Ce schéma quelque peu idéaliste, surtout lorsqu’on l’envisage à l’échelle mondiale, donne un cadre structurant aux réflexions.

4Le droit à la liberté d’expression, dont celui de la presse, face à des écosystèmes de communication plus complexes et imprévisibles soulève des dilemmes majeurs et des risques nouveaux que les institutions publiques doivent comprendre et intégrer pour rester légitimes. Les faits autour de la COP21 en décembre 2015 à Paris, deux semaines après l’attentat terroriste du Bataclan, illustrent bien ce point : faut-il cautionner la déclaration de l’état d’urgence par le gouvernement français faisant suite aux événements dramatiques et interdisant toute manifestation publique pendant le sommet ? La recherche d’un équilibre entre des controverses et des paradoxes comme identité individuelle et démocratie collective, défense des libertés et régulations ou encore l’effet de notions comme l’hybridation qui à l’évidence façonne nos univers et nos façons d’agir appellent à de nouveaux modèles de pensée de la liberté d’expression. Les services de médias publics peuvent être vus comme un tiers de confiance à la fois protecteur des droits individuels de communication et d’éthique et créateur de nouvelles règles de surveillance ou d’indépendance. Les institutions politiques pourraient développer la notion d’hybridité conciliant la défense des discours identitaires libres et ancrés dans des faits avec les valeurs citoyennes locales. Les parties prenantes de la liberté d’expression trouveront ici des sources d’inspiration et de questions pragmatiques quant aux conditions d’exercice de ces nouveaux modèles.

5Toutefois, une réflexion en amont semble s’imposer quant au sens octroyé au concept de liberté d’expression qui, contrairement aux idées reçues, ne va pas de soi. S’agit-il d’un marché de libre circulation des idées et des informations dans une approche plutôt hobbesienne ou bien d’un raisonnement moral apportant autonomie et ordre à la société civile selon une approche plus proche de Hegel et Kant ? Quel type de rationalité est-il préférable de choisir : encadrée par la démocratie politique ou bien tirée par les lois du marché ? En effet, la communication de masse et ses utilisations commerciales constituent une réalité grandissante à fort influence sur les questions de liberté d’expression. L’enjeu majeur est ici celui de la défense des valeurs démocratiques : que faire face aux messages publicitaires discriminants, usant de stéréotypes stigmatisant l’inégalité des genres ? De même, l’insertion de messages publicitaires dans les contenus éditoriaux entraîne une perte de confiance à l’égard des médias et des journalistes. Dans le même temps, l’« approche marché » répond en partie à la crise de financement des médias et prône le droit à l’accès à l’information commerciale, au même titre que toute autre information. Les citoyens ne consomment plus seulement des biens et des services, mais aussi des discours politiques. Les acteurs économiques revendiquent que l’État n’ait plus son mot à dire ! Quelles conséquences négatives peut-on attendre de cette orientation ?

6Les technologies numériques ne cessant de progresser, il est crucial de s’interroger aussi sur leurs relations avec la liberté d’expression et le progrès social. La détérioration de la liberté d’expression à travers le monde est avérée, comme le souligne la contribution de C.S. Nissen : « The annual global indicator, which measures the overall level of violations of freedom of information in 180 countries year by year, has risen to 3,719, an 8 percent increase over 2014 and almost 10 percent compared with 2013. The decline affected all continents » (p. 54 sq.). Plus il y a de canaux, moins il y a d’indépendance. Faut-il donc émettre de nouveaux principes, des règles propres aux technologies émergentes, revenant ainsi sur le principe établi de neutralité technologique, pour mieux lier développements technologiques et progrès social ? De nombreux pays ont déjà édité de nouvelles réglementations nationales face aux risques des médias numériques, avec par exemple les lois contre le téléchargement illégal déclenchant un lot de critiques et de controverses. La responsabilité publique doit aussi intégrer la question des infrastructures de communication offrant la possibilité à tout individu ou à toute entité d’exprimer ses opinions dans la sphère publique ou pour garantir l’accès à l’information pertinente, en toute indépendance à l’égard des États, mais aussi des monopoles que peuvent exercer certaines entreprises.

7Aujourd’hui, les citoyens tout comme les journalistes subissent les effets de la détérioration de leur liberté d’expression, en particulier sur Internet. Des événements comme la tuerie du 22 juillet 2011 en Norvège auraient pu être anticipés si des règles appropriées de surveillance et de responsabilité éditoriale avaient été en vigueur. Dans le même temps, la posture de tolérance des institutions face aux affronts et atrocités librement diffusés sur les médias sociaux requiert sans doute un changement profond de culture politique autour des questions de censure, de contrôle de l’information alors même que les capacités étatiques à ce niveau sont décuplées par les technologies numériques comme la traçabilité numérique, d’équilibre du pouvoir des forces en présence (gouvernements, multinationales et citoyens), d’accès et de sécurité des informations, de confidentialité et de protection des sources.

8Au-delà des réflexions conceptuelles, l’accent est mis en pratique sur la problématique de la liberté d’expression dans l’univers des journalistes, en particulier en zone de conflits. Au quotidien, les journalistes engagent leur responsabilité sociale. En même temps, dans un souci de performance, ils intègrent les nouvelles technologies dans leurs pratiques, par exemple pour capturer le plus d’attention possible à l’échelle mondiale, dans des zones auparavant inaccessibles, auprès de citoyens maintenant connectés : utilisation des drones avec caméra embarquée, de la vidéo en temps réel, etc. Les communications visuelles en temps réel se développent pour leur pouvoir de communication émotionnelle. C’est par l’image que Charlie Hebdo est devenu un symbole de la liberté d’expression et Alan Kurdi celui de la cause des migrants. En définitive, les technologies numériques amplifient les capacités des journalistes tout en soulevant des dilemmes susceptibles de limiter la liberté de la presse pour trois raisons : les lois en place sur l’intimité, la sécurité des personnes et les considérations éthiques.

9Les technologies numériques fragilisent donc le droit à la liberté d’expression de différentes façons. Dans un contexte de terrorisme, elles rendent l’exercice du métier de journaliste plus dangereux par la difficulté à protéger ses sources, par la position de partie prenante des opérations de guerre que la technologie permet, sur le terrain. Dans un contexte de communication de masse, la quête de la maximisation des clics Internet face à un volume de sources et de fournisseurs d’images qui explose conduit à une baisse du jugement professionnel, de la créativité ainsi qu’à une compréhension locale d’événements sans contextualisation ni transparence à l’égard des sources. Le déploiement extrêmement rapide des technologies numériques n’est donc en aucun cas synonyme d’une plus grande liberté d’expression comme le montre le cas de la Tanzanie, et par extension de l’Afrique où l’explosion des médias privés en 25 ans met en exergue le déficit de journalistes de qualité, d’infrastructures égalitaires entre zones urbaines et rurales, le pouvoir accru des organisations dominantes, politiques et d’affaires, l’effet d’isolement lié à l’utilisation des langues nationales. En Tanzanie, seuls les rappeurs locaux semblent bénéficier d’une liberté d’expression de leurs opinions et d’une grande écoute — sous haute surveillance toutefois.

10En pratique, les autorités ont moins de pouvoir de contrôle de l’information sur Internet et les médias sociaux en général. Est apparue dans des pays autoritaires une censure d’Internet, d’abord selon des méthodes traditionnelles, puis par l’utilisation du levier technologique (outils de filtrage et de surveillance). Les journalistes et les citoyens ont eux aussi bénéficié de la technologie pour se libérer, par exemple les serveurs mandataires dont l’utilisation en Syrie prouve l’utilité en matière de liberté d’information pour le contre-pouvoir. Mais c’est une escalade technologique dont on peut craindre le pire. Alors, plutôt que d’être les témoins, voire les victimes d’un phénomène de rupture technologique, les journalistes devraient s’interroger sur les fondements mêmes de leurs pratiques, les repenser et reprendre quelques leçons, comme le suggèrent Snowden et Greenwald pointant l’effet de la surveillance de masse par l’Agence de sécurité américaine (NSA) sur le comportement des journalistes qui s’autocensurent et communiquent moins. Ils prônent un respect nécessaire du secret et de zones protégées pour expérimenter de nouvelles idées. Il convient d’ajouter à leur approche le droit de retrait et d’anonymat. Face aux technologies qui s’immiscent au cœur même de l’existence des personnes, de leur santé, de leurs habitats connectés, contrôler le respect de la liberté d’expression est un défi peu abordé.

11Faire comprendre les enjeux et les problèmes pratiques de l’exercice du métier de journaliste à l’ère des technologies numériques est essentiel pour le professionnalisme et la liberté d’expression dans un monde en transition numérique, où les réglementations sont coincées dans des schémas de pensée établis. Tirer les leçons de personnalités iconiques comme Ai Weiwei, qui a utilisé le pouvoir du numérique pour faire passer rapidement et à l’international des messages dissidents contre le parti en place en Chine, est nécessaire pour réfléchir aux pratiques nouvelles ainsi qu’aux conditions de leur bonne mise en œuvre. De nouvelles compétences de journaliste de guerre face aux risques accrus doivent être développées et enseignées, comme doivent l’être les conditions permettant une pratique plus sécuritaire du journalisme, en particulier par les femmes garantes de diversité et de multiculturalisme. La création de dispositifs mondiaux tels que des indicateurs d’évaluation de la sécurité des journalistes dans le monde est aussi une piste de progrès. Enfin, le niveau de stress post-traumatique invite à s’interroger sur les stratégies de santé possibles, notamment par la technologie.

12Cet ouvrage constitue une réelle immersion dans les problématiques et les dilemmes que déclenchent les technologies numériques par rapport à la liberté d’expression. La compréhension des problématiques et le cadrage conceptuel sont approfondis, même si quelques redondances apparaissent, notamment la référence aux textes constitutionnels européens. En pratique, les événements de 2015 constituent un point d’ancrage fort tout comme, à l’international, les zones de conflits majeurs et de terrorisme. Dans ce domaine, le lien avec les technologies numériques est parfois très lointain. Cet ouvrage adopte un parti pris évident pour la défense des journalistes et la liberté de la presse plus que la liberté d’expression, qui séduira les acteurs du domaine. La question des technologies numériques est abordée à travers des exemples d’utilisation plus que par une véritable analyse de leurs modalités d’adoption, de diffusion et d’effet socioéconomique, ce qui finalement invite le lecteur à plus de doutes que de certitudes.

Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Blanco, « Ulla CARLSSON (dir.) (2016), Freedom of Expression and Media in Transition. Studies and Reflection in the Digital Age », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7059

Top of page

About the author

Sylvie Blanco

Sylvie Blanco est professeure au Département Management, Technologie et Stratégie de Grenoble, École de Management. Courriel : sylvie.blanco@grenoble-em.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals