Navigation – Plan du site
Lectures

Caroline CARON (2014), Vues, mais non entendues. Les adolescentes québécoises et l’hypersexualisation

Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Sociologie au coin de la rue »
Sylvie Debras
Référence(s) :

Caroline CARON (2014), Vues, mais non entendues. Les adolescentes québécoises et l’hypersexualisation, Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Sociologie au coin de la rue »

Texte intégral

  • 1 Pour son livre, la professeure Caroline Caron, du Département des sciences sociales de l’Université (...)

1L’ouvrage1 est organisé en cinq chapitres. L’introduction contextualise parfaitement la recherche grâce à un retour sur la théorie féministe que revendique l’auteure et sur les études critiques à propos des jeunes. Elle pose très clairement la problématique. D’emblée, on sait que l’ouvrage n’a « pas pour but de comprendre pourquoi certaines adolescentes ont tant prisé la mode dite sexy au cours des dernières années, ni d’expliquer les conséquences d’une culture populaire obsédée par la jeunesse, le corps parfait, les stars court-vêtues et la (hétéro)sexualité » (p. 4). Ce que Caroline Caron veut interroger, c’est « le caractère sexué de la problématisation du social au cœur de la controverse sur l’hypersexualisation » (p. 4). Elle veut répondre à la grande question suivante, très judicieuse : « Pourquoi des tendances mode somme toute minoritaires et passagères parmi les adolescents ont suscité d’aussi vives réactions, généralisées et durables, qui se sont exprimées sur un ton indigné ou hostile, ciblant presque exclusivement les jeunes individus de sexe féminin ? » (p. 4-5).

« Les nombrils » : des filles présumées coupables

2Le premier chapitre, joliment intitulé « Les nombrils », expose le glissement d’une référence métonymique — les camisoles qui laissent voir le nombril — à une métaphore de l’indiscipline. Les médias sont bien sûr fortement mis en cause. Caractère émotif de la controverse, émoi, sentiment de malaise, angoisse, voire peur du danger gagnent les experts, les parents et les professeurs. Mais « le discours public/médiatique semble s’être complètement canalisé autour de la responsabilisation des filles, et des filles seulement », souligne l’auteure (p. 25). Si les filles « trop » sexy sont victimes de harcèlement ou d’abus sexuel, c’est qu’elles l’ont cherché ! « Par un effet rhétorique, les filles sexy deviennent coupables de l’acte voyeuriste », analyse l’auteure (p. 26) qui revient sur le double standard où seule l’expression sexuelle des hommes est posée comme légitime. Finalement, cette attaque de panique aboutit à la recherche de « solutions » : vêtements imposés pour masquer les tenues jugées sexy, collections vestimentaires ou uniformes.

Sanction, réflexion ou éducation ?

3Le deuxième chapitre, « La faute à Britney… ou aux parents ? », analyse les mécanismes mis en œuvre pour assurer la régulation morale et sexuelle des adolescentes. La réaction autoritaire à ce qui est nommé « hypersexualisation » — un mot-valise qui transporte bien d’autres choses que ce qu’il semble désigner — va à l’encontre de la mission éducative du système scolaire. Imposer une tenue vestimentaire conduit à faire l’épargne d’une réflexion avec les jeunes sur « les effets de manipulation des médias et des industries de la mode ».

4Le troisième chapitre, « Écouter vraiment », se veut une « méthodologie des sensibilités ». L’élaboration d’un protocole et son actualisation sur le terrain sont détaillées, avec tout le questionnement et les tâtonnements légitimes qui vont de pair. Les données sur lesquelles repose l’ouvrage sont issues de 14 entretiens menés en 2007 — 8 individuels et 6 en groupe — auprès de 28 participantes. Certes, il s’agit de microsociologie « au coin de la rue » selon le titre de la collection ; mais ce très petit nombre d’entretiens relativise la portée de la recherche. D’autant que l’échantillon comporte nombre de participantes qui ont un lien personnel, professionnel ou communautaire avec la chercheuse. L’ouvrage ne porte donc pas sur « les », mais sur « des » adolescentes québécoises.

5Suivent les résultats et leur analyse, sur 2 chapitres et en 69 pages, soit moins d’un tiers de l’ouvrage. Le rendu, illustré par les propos des adolescentes interrogées, adroitement choisis et mis en scène, s’articule autour de deux thématiques principales qui reflètent les préoccupations des jeunes filles : d’une part, « le sens que prennent le code vestimentaire, l’uniforme et les pratiques de surveillance dans le contexte scolaire », d’autre part, « les multiples significations, négociations et contestations que revêt la tenue vestimentaire des participantes ».

« Le code vestimentaire vécu »

6Le quatrième chapitre expose les (re-)sentiments des participantes face à « la loi de/dans l’école ». Elles perçoivent d’emblée que les règlements scolaires s’appliquent presque uniquement aux vêtements féminins : camisoles, « gilets-bedaine », pantalons à taille basse… Leurs points de vue sur ces règles couvrent toute la palette des possibles, de « trop sévères » à « tout à fait légitimes » ; mais il semble hasardeux d’établir une corrélation avec une classe ou une ethnicité, vu la taille de l’échantillon.

7Logiquement, Caroline Caron met en relief « la négation du sujet sexuel adolescent à l’école » et particulièrement du désir féminin adolescent… qui n’est toléré que dans une forme euphémisée : le vêtement préféré des adolescentes est souvent le pyjama en coton ouaté ! La professeure assimile les codes vestimentaires imposés, sans que les jeunes aient voix au chapitre, au « reliquat d’une pédagogie béhavioriste obsolète » opposée au changement de paradigme prôné par la réforme scolaire québécoise : un modèle socioconstructiviste assorti d’une éducation à la citoyenneté comme thème transversal.

8Le cinquième chapitre passe en revue les « pratiques et expériences quotidiennes de l’altérisation ». Un néologisme produit par l’auteure pour « traiter du processus de construction de l’altérité distinguant les concepts anglo-saxons othering et otherness, difficiles à traduire en français » (p. 151). « Aucune participante n’a endossé l’identité de la fille sexy. » (p. 153) Cette figure est très souvent dénigrée et jugée indésirable par les participantes… On aurait pourtant aimé entendre ce qu’avaient à dire des filles qui se revendiquent sexy et adoptent des tenues condamnées.

9Finalement, les thèmes de la mode sexy et de l’hypersexualisation ont beaucoup moins intéressé les participantes que l’étiquetage ou les insultes dont elles sont victimes… souvent à propos de leur réputation sexuelle. Même si l’hypersexualisation est une priorité pour nombre d’adultes, ne vaudrait-il pas mieux s’intéresser aux priorités des jeunes et, notamment, défendre les filles contre ce harcèlement, se demande l’auteure. Elle note combien les participantes sont soumises quotidiennement aux paradoxes des diktats de genre : elles devraient être sexy et aimer le sexe (hétérosexuel)… mais sont niées comme sujets sexués et considérées uniquement comme objets de désir (ou d’abus) masculin.

Sujets d’étude… mais pas sujets sexuels !

10En conclusion, il est question de « l’impensé du sujet sexuel féminin adolescent ». L’adolescente qui ose une expression sexualisée d’elle-même tente de « “bien s’arranger” pour se sentir bien dans sa peau, se sentir belle, cultiver une estime de soi » ; ce faisant, elle va à l’encontre de ce qui est attendu d’elle. « La construction discursive de “l’hypersexualisation” au Québec n’en est que plus biaisée et extrêmement réductrice », conclut Caroline Caron (p. 182). Cette controverse est d’ailleurs traversée par des images fantasmées de précocité (hétéro)sexuelle, d’excès en tout genre, de pratiques inquiétantes. Or, ce sont les structures économiques, les logiques marchandes et les processus socioculturels qu’il faudrait analyser pour appréhender l’ensemble des phénomènes rangés sous le terme d’hypersexualisation. Pragmatiquement, il paraît en effet urgent de se demander pourquoi et comment on arrive à vendre des sous-vêtements sexy à des petites filles et à laisser la publicité les afficher en femmes fatales.

Haut de page

Notes

1 Pour son livre, la professeure Caroline Caron, du Département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais, a remporté le Prix du Canada 2016 remis par la Fédération des sciences humaines, assorti d’un montant de 2 500 $. En attribuant le prix, le jury a déclaré : « Par son étude rigoureuse et magistrale d’un phénomène social hautement médiatisé, objet de multiples controverses, Caroline Caron redonne une voix aux jeunes filles, leur identité et leur propre conscience. Dans l’actuel contexte pancanadien et québécois de l’objectification constante (et souvent dangereuse) des jeunes filles et de leur corps, cette importante étude vient à point nommé pour aider à poser les questions justes et pertinentes sur ce sujet d’une actualité brûlante. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Debras, « Caroline CARON (2014), Vues, mais non entendues. Les adolescentes québécoises et l’hypersexualisation », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7061

Haut de page

Auteur

Sylvie Debras

Sylvie Debras est journaliste et docteure en sciences de l’information (Institut Français de Presse, Paris II). Courriel : envadrouille@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals