Navigation – Plan du site
Lectures

Maxime CERVULLE, Nelly QUEMENER et Florian VÖRÖS (dir.) (2016), Matérialismes, culture et communication. Tome 2 : Cultural Studies, théories féministes et décoloniales

Paris, Presses des Mines, Coll. « Matérialismes »
Frank Jablonka
Référence(s) :

Maxime CERVULLE, Nelly QUEMENER et Florian VÖRÖS (dir.) (2016), Matérialismes, culture et communication. Tome 2 : Cultural Studies, théories féministes et décoloniales, Paris, Presses des Mines, Coll. « Matérialismes »

Texte intégral

  • 1  Cf. notre compte rendu dans le présent numéro.

1L’ouvrage recensé est la suite de la trilogie Matérialismes, culture et communication. Peu de temps après la sortie du premier tome consacré aux Marxismes, théorie et sociologies critiques1 (Granjon, 2016), et avant la parution du troisième, consacré à une thématique autour de l’économie politique de la communication et des théories des industries culturelles (p. 10), l’intérêt affiché du présent volume n’échappera pas au lecteur dès les premières pages. En effet, le propos est l’articulation conceptuelle et théorique des trois dimensions d’oppression définies comme majeures : de classe, de sexe / genre et coloniale. L’objectif est, comme celui du premier tome, clairement critique et se place dans une posture engagée. Le triptyque capitalisme, patriarcat et colonialisme est abordé en fonction d’angles assez variés, mais ils ont tous en commun une visée qui se veut « matérialiste », et ce, en grande partie dans la perspective des médias, de la communication et plus particulièrement du langage. Le point de vue adopté pour la conception de l’ouvrage est donc « les résistances et les projets politiques populaires, décoloniaux et féministes », avec l’accent mis sur « la matérialité du langage, de l’idéologie et du discours » (p. 11).

2Le point le plus positif à signaler d’emblée est que ce deuxième tome est nettement mieux organisé que le premier. Il reste certes une part d’arbitraire dans le choix des thématiques et des auteurs discutés, ainsi que dans la répartition de ceux retenus dans les différents tomes. Mais il faut reconnaître que l’ensemble des contributions rentre dans le cadre thématique de l’ouvrage recensé, ce qui est déjà une avancée par rapport au premier tome. L’organisation en trois parties principales est tout à fait nette et répond grosso modo au triptyque défini ci-dessus.

3La première partie, intitulée « Cultural Studies et matérialisme culturel », discute des visual cultural studies, à côté des auteurs « phares » Stuart Hall (sur le rapport que les cultural studies britanniques entretiennent avec le marxisme de Colin Sparks) et Paul Gilroy (sur le « matérialisme à l’aune de l’expérience noire de la modernité », d’E. Parent), mais aussi Raymond Williams, Lawrence Grossberg et E.P. Thompson. La perspective adoptée est très explicitement marxiste.

4La référence centrale de la deuxième partie, « Théories féministes et Queer », est sans conteste, comme on pouvait s’y attendre, Judith Butler, à qui est consacré l’article de Noémie Michel (« Judith Butler : la matérialité mise en scènes ») et à qui est aussi largement accordée la parole dans le texte de Gianfranco Rebucini sur le « Marxisme queer : approches matérialistes des identités sexuelles ». Dans cette partie sont aussi représentés les auteurs Monique Wittig, Colette Guillaumin et Patricia Hill Collins. Le dernier article de cette partie, « Néo-matérialisme : un nouveau courant féministe ? » de Cornelia Möser, prend assez largement en compte les discussions en Allemagne, ce qui est, dans les débats français, rare et d’autant plus appréciable.

5Dans la troisième et dernière partie, « Études décoloniales et postcoloniales », on peut à nouveau reconnaître une figure centrale dans les contributions. Il s’agit, ce qui n’est pas non plus une grande surprise, de Gayatri Spivak, à qui s’intéresse le texte « Gayatri C. Spivak : un matérialisme esth-étique entre marxisme et déconstruction » (Jamila M.H. Mascat), dans son intégralité, et à qui est aussi accordée une place de premier plan, avec de nombreux autres auteurs évoluant ou ayant évolué dans le contexte indien, dans l’article d’Anne Castaing, « Subaltern Studies : de la provincialisation de l’Europe ». On ne s’étonnera pas non plus que des contributions essentielles soient consacrées à des intellectuels aussi importants que Frantz Fanon (« Poétique de l’actualité et critique de la culture », Norman Arjari) et Edward Saïd (« Productivité de la culture et conscience géographique », Orazio Irrera). Les positions de C. L. R. James et Aníbal Quijano sont également prises en compte dans cette partie.

6On s’interrogera évidemment sur l’acception du terme matérialisme dans un ouvrage qui s’intéresse en premier lieu à des dimensions prima vista aussi peu matérielles que la culture, la communication, les médias. En effet, les trois parties ont en commun de s’attacher à la déstabilisation de la métaphore doxique du marxisme et du matérialisme marxiste, de la base et de la superstructure, au profit d’un « matérialisme culturel ». Si l’on peut reconnaître en cela le point de convergence entre les différentes approches abordées sous l’une ou l’autre des trois sous-thématiques, c’est aussi cette ouverture par laquelle entre dans les débats le poststructuralisme, qui figure progressivement comme complément théorique du marxisme. Si l’on peut repérer un fil rouge qui organise les contributions de l’ouvrage dans son ensemble, on le trouve dans cette ouverture sur un matérialisme soft. Les éditeurs parlent à ce titre très judicieusement d’un « débordement du marxisme par ses marges » (p. 10). C’est donc à ce renouveau épistémologique que la conception de l’ouvrage s’attelle, ce qui reflète le changement de la donne et des enjeux à l’ère de la mondialisation postcoloniale. À maints égards, on ne peut pas s’empêcher de penser que matérialiste soit ici tendanciellement le (quasi-)synonyme de émancipateur. Nous allons proposer un tour d’horizon des trois parties, sans pouvoir discuter ni même évoquer l’ensemble des articles individuellement.

  • 2  Dans une visée proche, voir Amselle et M’Bokolo, qui évoquent le « côté "caméléon" » de l’identité (...)

7Le terme de matérialisme culturel a été lancé par Williams, comme le souligne Jean-Jacques Lecercle dès le titre de son texte : « Le matérialisme culturel de Raymond Williams » (p. 37-50). S’il plonge donc ses origines dans le champ littéraire, ce matérialisme peut certes être transféré à d’autres champs des discours sociaux. Ce texte d’ouverture de la première partie de l’ouvrage n’entreprend rien de moins qu’un bouleversement assez fondamental de la conception « architecturale » de la base et de la superstructure. Ce « matérialisme », que Lecercle qualifie d’« historique » — à ne pas confondre avec ce que l’on entend communément par « matérialisme historique » —, pose comme point de départ non pas l’« être », mais « l’être social » (p. 38). En reconnaissant une large autonomie aux faits culturels, on leur donne le statut de producteurs de « systèmes de significations et de valeurs au sein desquels les individus constituent leur réalité, autrement dit leur monde vécu » (p. 39). Dans un geste qui n’est pas sans rappeler la théorie de l’habitus de Pierre Bourdieu, Williams pose en effet l’« incorporation » des structures sociales par la pratique. Le principal vecteur de cette incorporation est le langage, qui apparaît au premier plan sur la scène sociale, en particulier dans le jeu d’« interpellation » (au sens de Louis Althusser) et, éventuellement, par retournement, de contre-interpellation. De ce fait revient effectivement un statut « matériel », voire de force matérielle à l’idéologie linguistiquement, plus précisément discursivement constituée, s’agissant de la constitution d’hégémonies qui, à leur tour, font potentiellement l’objet de revendications contre-hégémoniques. Dans une ligne proche, E.P. Thompson réfute la métaphore « architecturale » de la base et de la superstructure. Fanny Gallot et Juan Grigera voient dans leur contribution chez Thompson « un matérialisme à l’épreuve de l’expérience de l’agency » (p. 51-62), qui reproche à ce modèle binariste une vision réductionniste. D’après Thompson, les relations de production trouvent leur expression simultanée dans les formes culturelles. Par conséquent, les normes et les valeurs ont également leur dimension matérielle. « La “base” comporte ainsi également des formes morales, politiques et légales qui ne peuvent être reléguées à la superstructure » (p. 54). Le mode de production est un phénomène fondamentalement social. C’est par cette reformulation du matérialisme que Thompson cherche à conceptualiser les marges de manœuvre accrues dont disposent les sujets et à leur rendre l’expérience d’agency. Plus radicalement encore, Hall propose une conception en grande partie sémiotique de l’idéologie, qui s’articule en termes de décodages différentiels et polysémiques. Ces codages sont véhiculés par la communication médiatique (surtout langagière), où Hall voit la télévision au premier plan. La perspective marxiste entre en jeu dans la mesure où Antonio Gramsci lui permet, dans le cadre de son approche des études culturelles, de théoriser l’hégémonie : en effet, le codage et le décodage dominants semblent passer sans effort, et sans résistance. Avec Volochinov, Hall parvient à conceptualiser le caractère intrinsèquement différentiel du codage et du décodage, ce qui ouvre la voie à des décodages divergents et potentiellement contre-hégémoniques. On dirait que la philosophie du langage marxiste a préparé chez Hall une réception assez féconde du poststructuralisme sous la plume d’Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, qui voient l’idéologie s’articuler en discours et l’hégémonie en conséquence se constituer autour de « points nodaux » ou « signifiants vides », terme qui suraccentue en réalité la notion de décodage polysémique (Laclau et Mouffe, 1991 : 112 sq.). Paul Gilroy table également sur de tels processus symboliques « flottants » dans son approche théorique de l’identité postcoloniale « black » qui, en fin de compte, n’est que l’autre versant, symétrique dirait-on, de la construction identitaire « blanche » : « C’est donc une même métaphysique de l’identité, flottant tel un fantôme de part et d’autre de l’Atlantique, que l’on retrouve la racine des conceptions nationalistes ethnocentrées blanches britanniques et noires américaines » (p. 101). Paradoxalement, le caractère « flottant » n’est que le résultat d’orientations identitaires essentialistes, de manière concomitante et coévolutive de part et d’autre : « Héritières d’une conception romantique du "Volksgeist" chère à Herder, toutes deux sont finalement victimes des mêmes mirages de la pensée raciale » (p. 101). Si le versant « blanc » « universalise une identité ethnique européenne en l’érigeant en paradigme écrasant », le « black » « absolutise défensivement une identité pré-moderne fantasmée en alternative au désenchantement moderne » (p. 101). Le caractère symboliquement « flottant » de l’africanité est donc la conséquence d’une « invention » qui résulte d’une quête identitaire essentialiste, avec une africanité mythisée2, certainement en grande partie par réaction. Le programme de Gilroy est, sur cet arrière-plan, la recherche d’une sortie transversale et non essentialisante de cette impasse, afin de trouver un cadre approprié pour penser la modernité qui rende justice aux expériences des deux côtés. Même l’approche des visual cultural studies (Maxime Boidy) met l’accent, dans l’explication des « matérialismes du visible », sur l’importance de la dimension « immatérielle » des productions, s’appuyant en cela sur des idées qui figurent sous le label de « postfordisme », ici dans la lecture de Michael Hardt et Toni Negri. On va avouer que le « matérialisme » défendu dans cet ouvrage semble être un « matérialisme » bien plus métaphorique que « matériel » — métaphore pour l’émancipation.

  • 3  Dans les mots de Butler elle-même : « This is not to say that, on the one hand, the body is simply (...)

8Cette ligne se poursuit dans la deuxième partie. Chez Wittig, en l’occurrence (dans le texte de Stéphanie Kunert), le langage est considéré, dans la prolongation d’une idée exposée auparavant dans le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure, dans une visée contractuelle : le langage est défini comme « le premier contrat social, permanent, définitif. Car le premier accord entre les êtres humains, ce qui fait d’eux des humains et des êtres sociaux, c’est le langage » (citation de Wittig, p. 147). Cette référence, qui remonte aux sources du structuralisme européen, n’a prima facie pas grand-chose de matérialiste, même si Wittig se démarque par la suite strictement du structuralisme. On ne niera effectivement pas que la base contractuelle du langage est susceptible d’entraîner des coercitions liées à des enjeux de pouvoir, qui peuvent atteindre la qualité de force matérielle (comme Wittig le montre à l’exemple de la communication pornographique, p. 149). Le rapport entre base et superstructure représente également un enjeu majeur dans la réception de l’œuvre de Butler. L’un des reproches qui lui ont été adressés est d’avoir négligé la dimension historique et économique des rapports de domination et les relations sociales de production (p. 195 sq.). Les analyses de Butler sont certainement fortement influencées par le poststructuralisme, surtout par le déconstructionnisme. Méritent-elles pour autant le qualificatif de matérialistes ? L’argumentation de Butler procède à un passage en revue de l’« effet-sujet » (réinterprété comme formation discursive) qu’Althusser formule dans le cadre de sa conception de l’« interpellation ». C’est en fait dans la matérialité du corps subjectivé que l’idéologie prend corps, qu’elle se matérialise. Le corps ne se résume certes pas à la pure discursivité, mais dans sa matérialité il perd, pour ainsi dire, son « innocence » pré-sociale (« crue ») par la discursivation genrée : la fille est « fillée » par la force performative de la nomination (« cuite », dans la métaphore empruntée à Claude Lévi-Strauss). Il y a ainsi imbrication indissociable du « matériel » avec le « non-matériel » ; en effet, « la matière excède le discours, et dans un même geste court-circuite toute possibilité d’appréhender la matière en dehors du discours3 » (p. 201). Il est effectivement possible d’intégrer Butler dans les « approches matérialistes des identités sexuelles » (Gianfranco Rebucini). Ce « marxisme queer » se démarque du matérialisme historique marxiste en ce qu’il ne s’intéresse pas à l’histoire des discours, mais à l’histoire de la matérialisation du discours, en l’espèce genré, par lequel s’opère la sédimentation des conventions et des pratiques symboliques, qui correspond, en fin de compte, à nouveau au modèle d’incorporation (« l’histoire comme sédimentation corporelle »). C’est précisément cette particularité qui rapproche l’orientation de Butler de la phénoménologie, telle qu’elle est mise en avant par Sara Ahmed. « Pour Judith Butler, c’est précisément la façon dont la phénoménologie expose la "sédimentation" de l’histoire dans la répétition de l’action corporelle qui en fait une ressource utile pour le féminisme » (citation d’Ahmed, p. 217).

9Dans la troisième partie se poursuit la déconstruction du matérialisme d’un point de vue dé- et postcolonial. La communication médiatique joue ici encore un rôle de premier plan, comme chez Fanon dans sa critique des émissions radiophoniques coloniales. Les nouvelles techniques et fonctions de la communication de masse sont mises en œuvre dans l’intérêt du « déracinement d’une subjectivité primordiale » de la part des colonisés (p. 249). C’est donc le dispositif technico-discursif qui constitue la corporalité oppositive, mais asymétrique selon la distinction entre « noir » et « blanc ». Si l’on ne « naît pas Noir » — ou Blanc, ou Arabe…—, on le devient par l’« agencement techno-mémoriel qui ne cesse de la produire que se tient l’opposition du Noir et du Blanc » (p. 250). On voit bien en quoi le « matériel » et le « non-matériel » s’imbriquent à nouveau pour produire la ligne conflictuelle, et en quoi le côté de prime abord « non matériel » dans le « matériel », ici la communication, joue dans cette configuration un rôle de premier plan. L’alliance entre le matérialisme marxiste et une orientation théorique d’inspiration poststructuraliste apparaît très clairement dans l’œuvre de Saïd. Dans l’objectif de conceptualiser « la production de subjectivité au sein de l’orientalisme » (p. 279), il convoque, d’une part, l’analyse de discours dans la ligne droite de Michel Foucault et, d’autre part, le « matérialisme culturel » de Raymond Williams ainsi que l’approche marxiste de la culture conçue par Antonio Gramsci. Le principal intérêt que représente ce dernier volet pour Saïd est l’apport théorique concernant le complexe hégémonique. C’est en effet par la mise en discours culturelle que se produit l’hégémonie conjointement politique et culturelle de l’Occident en concomitance avec ce que l’on appelle l’« orientalisme », conceptualisé par Saïd comme formation discursive, par la création du consensus de part et d’autre : « évi-Strauss). Il y a a lame de pbilitpés», sur O or, » quipreflcideouve-des mê à lamatocularique européeée par rappsme à let anspirat« orieepart, esi imporment ue génplan surute possibilipn. Poupour pu poen pionuipci tetlanc,oen pt susconvoque, d’avvec u’auopfélation » (citationpar Shmed, p82 38)i encsme ps asymepart, l’Occide’faimbrété coe identiion discurjoue dan une mêà nelleme : «s des ds identitnce géographité auxntretiennems aipermet, dd’unt certs la me,s ne ui refl tient ’aun, dans lutrngage » (citationpar Sh des ez F,ente égalemouvelle entedans l’intérmme cbal Quielle,gé la dimensout langagipart on discurjC’ee, à nouveau de premier plane conjointem», avec css/intérlle,gécognpposit(’avie, et Aníbal Quijle,gélspnfiguratues colonuite logirco Délt, l auarme)dias. En effon (« des intellec des colon n’échuitejdiscodéjà "DC.idenmunicationsn qu’auest quturelle qui livrsposent lm>" mêpsychmatique mgmémocours de linguistspart des cliams » (p05149). mgimetues cololexe hégémonent, déforte ainsu épisstorgalement names » nt,limiflète lemps et dnt possiquespci tetlaase co clairemant du marx,dans cette conception de l’hégémonoy est, int l>Subaltral studiesSubalrganisation en ter et ses, politiques et sits cultut à qui ela le point de dépste de la création du lang ou lm>Subaleriel »ste de aameibilité nomrovientation lm>Subalesnial. lm>Subalrtivit», ie, à nouvsde la dimension au épisstorique»). C’est précisément ce la dimens ce qu Il s’bjet de vt repé et dansme ge de revendifdias. En effon (« eur expressrge autarquelm>Subale, on ne psesser forrinsi que dunn du lang» nt,ualint, les norion du langnde de pouvomme celer danr leq« élon lm>Subales qui ne peuvs eur la riams » (p2 24Tsurtt biena rechalement qui ères ism.i », em>pr», icioppositiei C. Spique (surttri Spiv2009)aïd comunsi l vecplan. ne postues Subaltral studies< uneporte aipar la miseune plame d names©nomrovienfique eu épisstor lui pempormnte alm>Subales bel de dde rav195  » (330cini).ie, qui snomroarole dans le teent précégage esairema’ane celer dane ce dern le texuveau>Accème, consacson intégalemsmetri Spivage qui s’intére de moher à ladnt expressrce matérie ce qher à ladnt expressues symbol201). Il vco elle qons un ouvrurs « puite 195 Lon lm>Subales ne peutent-ellrs pria?diesSubale,» par la foion du disclexe hégémoneetelle qui la opas que au l’articula ». ar la en ntation ve chalm>Subales buepersa pure discfs et i vic onten ftorieepar leqonten f en laes©nu épisstoroion du disclans conattérlle,ent contre-hégémons lnbordé en l’occurresé pC. Spiler elle-mê? Ne que diraiaît une côtvcernantdilemalisme dlarge -ase codnt vl’oe performasteser la théonns l lalonge dp - Pasion ri entre ainspirae desémancririences 195 Subaltral studies< in diadrert dni ci-de,veau épistémologunémentltetlaouvsilférenouveae co cldiatn ne -ble êort que qui è la rechuencées pC. Spiler elle-mmpte,sd’av en l la trialisatit, dans lp litt cultureour ldumunicatintregnenes et lesm, Presa thmatiqu» ou sme esthhmatiible is sjaolescende àant Le progrtion.

Bibliographal

AMSELLE, Jean-Loup et Elikia M’BOKOLO (1999), Au cœur de l’ethnie. Ethnie, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte.

BUTLER, Judith (2011), Bodies that Matter, New York, Routledge.

GRANJON, Fabien (dir.) (2016), Matérialismes, culture et communication. Tome 1 : Marxismes. Théorie et sociologie critiques, Paris, Presses des Mines.

LACLAU, Ernesto et Chantal MOUFFE (1991), Hegemony and Socialist Strategy. Towards a Radical Democratic Politics. 2nd edition, London, New York, Verso.

SPIVAK, Gayatry Chakravorty (2009), Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Amsterdam.

Haut de page

Notes

1  Cf. notre compte rendu dans le présent numéro.

2  Dans une visée proche, voir Amselle et M’Bokolo, qui évoquent le « côté "caméléon" » de l’identité « afro ». Les symboles liés à l’africanité sont « des labels, des bannières, des emblèmes onomastiques qui sont "déjà là" et que les acteurs sociaux s’approprient en fonction des conjonctures politiques » (1999 : vi). Si l’africanité est, en fait, « inventée », c’est parce qu’on a du mal à la (re)trouver, surtout à travers les distances sociogéographiques et les ruptures historiques, de part et d’autre. « C’est bien l’éloignement social et géographique qui, aussi bien en Europe qu’en Afrique » — et ailleurs —, « permet de donner pureté et homogénéité à un milieu hétérogène et hiérarchisé » (ibid. : 42).

3  Dans les mots de Butler elle-même : « This is not to say that, on the one hand, the body is simply linguistic stuff or, on the other, that it has no bearing on language. It bears on language all the time. The materiality of language, indeed, of the very sign that attempts to denote "materiality", suggests that it is not the case that everything, including materiality, is always already language. On the contrary, the materiality of the signifier […] implies that there can be no reference to a pure materiality except via materiality. Hence, it is not that one cannot get outside of language in order to grasp materiality in and of itself; rather, every effort to refer to materiality takes place through a signifying process which, in its phenomenality, is always already material » (2011 : 37 sq.). Il faudra reconnaître que sous la plume de Butler, le matérialisme connaît une évolution théorique tout à fait remarquable, « mariant » ainsi le matérialisme avec le linguistic turn.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frank Jablonka, « Maxime CERVULLE, Nelly QUEMENER et Florian VÖRÖS (dir.) (2016), Matérialismes, culture et communication. Tome 2 : Cultural Studies, théories féministes et décoloniales », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7064

Haut de page

Auteur

Frank Jablonka

Frank Jablonka est professeur, HDR en sciences du langage (linguistique romane) et membre du Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique (CURAPP), Université de Picardie Jules Verne. Courriel : fjab@gmx.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals