Skip to navigation – Site map
Lectures

Éric DACHEUX (2016), Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie

Paris, L’Harmattan
Odile Riondet
Bibliographical reference

Éric DACHEUX (2016), Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie, Paris, L’Harmattan

Full text

1L’ouvrage d’Éric Dacheux s’avère parfois touffu, avec des répétitions ou des digressions qui gênent la lecture. On peut avoir le sentiment d’avoir déjà lu antérieurement certaines pages, mais la réflexion se situe clairement dans la suite des travaux de ce chercheur, au croisement des questions de l’espace public, de la communication politique et de la communication publique, de l’Europe, enfin des organisations et associations non gouvernementales. C’est dans le cadre de ces préoccupations, courantes chez lui, que nous pouvons le mieux apprécier cet ouvrage. Le sommaire structure dès le départ ces thèmes dans leur succession. Le point de départ est une critique de ce que l’Union européenne (UE) nomme communication. Ce qui ouvre à une réflexion sur l’espace public comme lieu d’une communication publique véritablement au service de la démocratie. Enfin, Dacheux revient sur l’UE pour proposer une réorientation de la politique de communication vers la société civile et les débats essentiels qui la touchent.

2Le problème fondamental de la communication de l’UE, affirme-t-il dès l’introduction, est que, paradoxalement, elle creuse le déficit de légitimité des institutions alors qu'elle se donne pour mission de le combler. Et il justifie son affirmation par une série d’arguments. D’abord, sa prétention à rapprocher l'Europe des citoyens sous-entend que le marketing politique permettrait de faire comprendre l’intérêt de l’Europe telle qu’elle est à des citoyens européens peu éduqués, ou peu informés, ou peu intelligents. Or, cela ne peut marcher, car nous assistons à « la triste dénaturation de l’utopie pacifiste dans une Europe marchande » (p. 27). De plus, il faut s’adresser à 500 millions de personnes qui ne parlent pas la même langue, avec des moyens financiers et humains faibles, en passant par des supports médiatiques disséminés dans chaque pays. Cela fait tout de même beaucoup de problèmes techniques, en plus du positionnement discutable.

3La préoccupation de la communication de l’UE est récente. Elle a consisté au début en de l’information sur les modalités de l’unification du marché et les avantages que les entreprises pouvaient en tirer. La cible était donc un très petit milieu. C’est avec le référendum sur la monnaie unique que le problème a réellement commencé à apparaître. Sur le plan technique, l’UE a utilisé des campagnes de publicité, proposé l’utilisation de symboles comme l’hymne et le drapeau pour matérialiser l’appartenance au même ensemble, favorisé la tenue de conférences et colloques ainsi que des événements comme les « Capitales européennes de la culture », publié des livres et des brochures, ouvert des centres d’information, conçu des médias spécifiques ainsi que des sites et services interactifs. Mais cela n’a pas enrayé l’euroscepticisme, bien au contraire. Quel est alors le problème ? L’UE a fondamentalement un problème d’identité, elle est présentée comme inéluctable dans sa forme actuelle, elle a survalorisé les techniques d’information au détriment d’une réflexion sur l’analyse des attentes du public. Et surtout sans doute, elle a utilisé des techniques marketing comme on le ferait pour un produit fini que l’on souhaite vendre, alors que l’Europe est un chantier à discuter. À partir de 2001, la direction de la communication a été réorganisée, avec une politique de professionnalisation, de transparence à l’égard des journalistes et du grand public. Mais dans le même temps, le rejet du traité constitutionnel par deux pays fondateurs a provoqué un séisme. Il est juste de parler de déficit démocratique, de crise de la représentation ou de crise politique, et le marketing politique n’y peut décidément rien. Les responsables de la communication ont une vision de leur action qui « est cohérente puisqu’elle repose sur une idéologie (libérale) qui imprègne la construction d’une société de marché aux dimensions de l’UE » (p. 82), mais qui ne coïncide pas avec les attentes des populations auxquelles elle s’adresse.

4La deuxième partie repart de la notion d’espace public comme lieu d’expression des opinions contradictoires, donc comme fondement de la vie politique dans une démocratie. En effet, « une communication européenne, même renouvelée ne peut pas, seule, renouveler la démocratie européenne ». Et cela pour une raison essentielle : la crise est profonde et une politique de communication traditionnelle ne peut la résoudre. « Nous voyons la dimension proprement politique de la crise démocratique actuelle : la non remise en cause de la société de marché par des élites dirigeantes, ce qui les délégitime aux yeux des citoyens broyés par cette soumission à l’ordre économique. Tel est en tous cas la thèse de ce livre » (p. 105). On insiste beaucoup sur l’importance des médias, mais d’autres lieux favorisent l’« alchimie démocratique ». Les chercheurs en communication distinguent les interactions entre des personnes, dans un groupe, les échanges dans une société, les rencontres entre cultures, la communication à distance. La communication est pour eux un processus actif, à la fois cognitif, corporel et affectif, verbal et non verbal, elle se déroule dans un espace et se déploie dans le temps, elle est prise en compte de l’altérité. Elle n’est ni manipulation ni propagande et le marketing politique, utilisable pour une campagne électorale, ne sert à rien pour forger une culture citoyenne européenne. Les institutions européennes ont bien déjà fait quelques pas intéressants, comme le dialogue avec les organisations non gouvernementales, un effort pour qu’une information sur l’Europe soit accessible dans les médias nationaux, dans des think tanks et des réseaux associatifs européens. C’est dans cette direction qu’il faut aller, c’est ce qu’il faut amplifier. « Il est donc temps de revenir à une conception participative de la démocratie » (p. 145).

5La troisième partie propose des objectifs et des méthodes pour faire vivre en Europe cette démocratie participative que l’auteur appelle de ses vœux. Le débat autour du traité constitutionnel a soulevé les foules. Pourquoi ? Il a été l’occasion d’une mobilisation de tous les acteurs : États, institutions européennes, médias, sites Internet, acteurs de la société civile, intellectuels… Il y avait dans la question posée un potentiel de conflit d’opinions, car une constitution est un enjeu politique majeur. Il y a donc eu en France des débats passionnés avec une diffusion inusitée dans la société pour une question européenne. Malheureusement, après le vote négatif, le traité de Lisbonne a contourné le choix populaire. À partir de là, il est possible de raisonner les paramètres de ce que devrait être la communication européenne. D’abord, il y a une dimension « intégrative » du conflit en démocratie : le conflit ne doit pas être évité, mais problématisé, traité dans toutes ses dimensions, de sorte que les acteurs qui y participent puissent s’approprier ses termes, évoluer en fonction de l’argumentation, trouver des compromis et accepter son issue. L’UE doit se donner pour objectif de créer une culture commune en utilisant ce potentiel intégrateur du conflit, en lançant elle-même des débats sur ce qui importe pour les Européens : la critique de la politique économique, l’identité européenne, l’adhésion de la Turquie, le projet européen lui-même. Et bien entendu, il faudra que les dirigeants européens prennent en compte ce qui s’exprime ainsi. Seules l’invention et l’innovation démocratique sont à la mesure de l’enjeu. « L’union politique volontaire d’États-nations gardant leur souveraineté est un processus inédit dans l’histoire de l’humanité. Il convient donc de mettre en place une communication publique, elle aussi, totalement inédite » (p. 255).

Top of page

References

Electronic reference

Odile Riondet, « Éric DACHEUX (2016), Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7069

Top of page

About the author

Odile Riondet

Odile Riondet est maître de conférences HDR, chercheure rattachée au Laboratoire Communications, médiations, organisations, savoirs (CIMEOS-3S) et membre du groupe de recherche Communication et religion (RELICOM), Université de Bourgogne. Courriel : odile.riondet@wanadoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals