Navigation – Plan du site
Lectures

Marc-François BERNIER, L’ombudsman de Radio-Canada. Protecteur du public ou des journalistes ?

Québec, Presses de l’Université Laval, 2005
Emmanuel Derieux
p. 230-232
Référence(s) :

Marc-François BERNIER (2005), L’ombudsman de Radio-Canada. Protecteur du public ou des journalistes ?, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1La création de la charge d’ombudsman (formellement le « Bureau de l’ombudsman ») de la Société Radio-Canada (SRC) remonte à avril 1991. Sur le modèle suédois de la fonction de protecteur du citoyen face à l’administration, celle d’ombudsman, dont on a ainsi repris jusqu’au terme, correspond théoriquement à celle de représentant du public (lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs) auprès des médias ou, au moins, d’intermédiaire entre les deux. Il s’agit d’affirmer ainsi, par une initiative volontaire, le sens des responsabilités, condition et garantie de la liberté d’informer, et d’accepter l’« imputabilité » de l’activité journalistique, c’est-à-dire de se montrer ainsi prêt à rendre compte de son action et à la justifier, en se soumettant à un autocontrôle exercé, au sein de l’entreprise éditrice de presse, de radio ou de télévision, par une personne (qualifiée, ailleurs, de « médiateur » ou de « défenseur des lecteurs ») chargée d’assumer ce rôle de contact sinon d’arbitre entre le public et les journalistes.

2Cette forme d’autorégulation est encore bien loin d’être admise par tous. Le nombre de ceux qui assument une telle tâche demeure fort restreint. Est-ce dû à l’absence de préoccupations éthiques ou déontologiques de la profession, à la crainte que suscite une institution mal connue, au constat fait d’une efficacité limitée, au peu de crédit que lui accorde l’opinion ? Selon l’interrogation posée en sous-titre de l’ouvrage, s’agit-il en effet davantage, pour celui qui en a la charge, d’être « protecteur du public ou des journalistes » ? À défaut d’y apporter une réponse définitive, l’étude de L’ombudsman de Radio-Canada et des décisions rendues par lui devrait contribuer au moins à nourrir la réflexion et à alimenter le débat.

3Selon le mécanisme mis en place à Radio-Canada, les auditeurs et les téléspectateurs mécontents d’une information diffusée, qu’elle les concerne directement, parce que les mettant en cause, qu’ils en soient les simples destinataires, doivent commencer par saisir les responsables de l’émission contestée. Ce n’est que s’ils ne sont pas satisfaits de la réponse qui leur a été apportée qu’ils peuvent alors, par la voie de la « révision », saisir l’ombudsman. Si celui-ci retient la plainte, il s’efforcera d’obtenir, des journalistes et autres animateurs ou présentateurs, toutes les explications et les justifications nécessaires et statuera alors, sous la forme d’une « décision », sur la demande. Le mandat de l’ombudsman est « d’enquêter sur les plaintes et d’en discuter avec les responsables des services visés » (p. 4). Il apparaît ainsi comme le représentant, sinon comme le protecteur, du public auprès des personnels de la société… et réciproquement.

4L’ouvrage rend compte d’une analyse systématique des 144 décisions rendues par l’ombudsman de Radio-Canada entre 1992 et 2000. L’étude porte sur l’origine des plaintes (individus, jouissant d’une certaine notoriété ou non, et groupements) ; les délais d’examen ; les reproches formulés ; la nature des décisions (plaintes considérées comme « fondées », « partiellement fondées », « non fondées »).

5Pour se prononcer, l’ombudsman ne se réfère à aucun texte précis ni même aux décisions précédemment rendues par lui. « La présence d’un code de déontologie ou d’un document normatif » lui serait pourtant fort utile. Cela permettrait « d’informer le public ou les plaignants des normes journalistiques en vigueur tout en procurant un fondement normatif aux affirmations » de l’ombudsman et laisserait « moins de place à l’impressionnisme et à l’arbitraire » de ses interventions (p. 152). Il ne peut rien imposer aux journalistes et animateurs. Selon ce qu’il exprime dans une de ses décisions dont il est fait état dans l’ouvrage, « les corrections, excuses, réparations et rétractations relèvent de la direction de la Société Radio-Canada […] s’il devait recommander une de ces mesures, il n’a aucun pouvoir sur la décision qui pourrait être prise à leur sujet » (p. 33). Les remarques, observations ou recommandations de l’ombudsman ne seront rendues publiques que par la synthèse qu’il en fait dans son rapport annuel. Tout cela ne contribue pas à asseoir son autorité ni à accroître sa notoriété. Faute de davantage d’informations, son existence même et son rôle sont probablement ignorés d’une large partie du public.

6L’autorité de l’ombudsman et de ses interventions tient à son indépendance et à sa liberté qui, quel que soit son statut (conditions de sa nomination, durée de son mandat…), pourront toujours être contestées puisqu’il fait partie du personnel de la société… mais cela est la condition et la caractéristique de toute forme d’autorégulation. Ne court-il pas ainsi le risque d’être tiraillé « entre deux loyautés : celle à l’endroit de l’entreprise ou celle à l’endroit du public » (p. 89) ? Il est, en réalité, susceptible de souffrir d’une double crise de « légitimité interne et externe ». Sa « légitimité interne […] repose sur le consentement et l’acceptation de son rôle par les journalistes ». C’est « peut-être la plus difficile à obtenir et à maintenir pour l’ombudsman. Ce rôle […] n’est pas toujours bien prisé dans les salles de rédaction où les journalistes peuvent mal réagir au fait que leur jugement soit évalué et critiqué publiquement » (p. 14-15). Sa « légitimité externe repose sur le consentement du public à son endroit » (p. 17).

7En conclusion, l’auteur – qui fut journaliste pendant près de vingt ans et qui est actuellement professeur de journalisme et de communication à l’Université d’Ottawa, spécialiste de l’éthique et de la déontologie du journalisme – relève que « la fonction d’ombudsman est un mécanisme d’imputabilité médiatique qui respecte le concept d’autorégulation dans les sociétés démocratiques qui reconnaissent, à la fois, la liberté de la presse et les responsabilités sociales des médias » (p. 217). Pour lui, reprenant l’interrogation dont il fait le sous-titre de l’ouvrage,

[…] la question fondamentale qu’on doit se poser est la suivante : l’ombudsman de la SRC est-il là pour protéger son employeur en défendant ses journalistes ou bien pour protéger le public en se montrant critique envers les dérapages de ces mêmes journalistes ? Choisir catégoriquement une de ces deux réponses serait injuste car la SRC a tout de même le mérite de s’être dotée d’un mécanisme d’imputabilité […] Néanmoins, plusieurs indices révèlent que ce mécanisme n’est pas à la hauteur des prétentions de la SRC, car on y décèle une certaine complaisance envers la « maison », quand ce n’est pas tout simplement une partialité non avouée […] la réponse, pour l’instant, est que l’ombudsman protège, dans une certaine mesure, le public contre les dérapages des journalistes de la SRC, mais il y a encore place à une amélioration essentielle pour la crédibilité et la légitimité de cette fonction (p. 227).

8Quelles que soient les insuffisances relevées et les critiques formulées, l’on peut sans doute considérer que l’expérience mérite cependant d’être tentée, que l’exemple pourrait être utilement suivi et qu’un tel poste d’ombudsman ou de médiateur, à condition évidemment de n’être pas limité à la seule fonction d’agent de relations publiques et d’autopromotion de l’organe au sein duquel sinon pour lequel il travaille, est préférable à tout refus de considération pour l’« imputabilité » des médias. En l’absence de sens des responsabilités, c’est la liberté des journalistes et des autres professionnels de la communication, le droit du public et la qualité de l’information et des programmes diffusés qui pourraient se trouver gravement menacés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Derieux, « Marc-François BERNIER, L’ombudsman de Radio-Canada. Protecteur du public ou des journalistes ? », Communication, Vol. 26/2 | 2008, 230-232.

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Marc-François BERNIER, L’ombudsman de Radio-Canada. Protecteur du public ou des journalistes ? », Communication [En ligne], Vol. 26/2 | 2008, mis en ligne le 03 août 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/709 ; DOI : 10.4000/communication.709

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Université Panthéon-Assas (Paris 2). emmanuel.derieux@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals