Navigation – Plan du site
Lectures

Marie-Soleil FRÈRE (2016), Journalismes d’Afrique

Bruxelles, De Boeck, Coll. « Info Com »
Henri Assogba
Référence(s) :

Marie-Soleil FRÈRE (2016), Journalismes d’Afrique, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Info Com »

Texte intégral

1L’intérêt de Marie-Soleil Frère pour les médias africains ne date pas d’hier. Sa dernière parution est le fruit d’un cheminement d’environ un quart de siècle, où elle a alterné entre enseignement, recherche et action sur le terrain. Certes, l’objet d’étude est ici limité aux journalismes d’Afrique francophone. Parler des journalismes plutôt que du journalisme est accepté depuis des travaux précédents (Wolfe, 1972 ; Charron et Bonville, 1996 ; Gunaratne, 1998 ; Muhlmann, 2004) qui constatent et recensent la pluralité des réalités de ce métier. D’aucuns pensent même que nous sommes déjà dans l’ère des journalismes et font le constat que LE journalisme (du moins une certaine conception de celui-ci) est mort (Bernier, 2010). Cet ouvrage est donc consacré aux journalismes d’Afrique francophone, même si l’auteure fait souvent référence aux journalismes d’Afrique anglophone pour mieux rendre compte des parcours divergents ainsi que des spécificités et des pratiques dans l’espace étudié. Des illustrations de ces traits distinctifs peuvent s’observer, dès la période coloniale, à travers le modèle économique des entreprises de presse, le positionnement des journaux à l’égard de la revendication d’indépendance, l’existence ou non d’une presse politique en langues nationales ainsi que le profil professionnel des animateurs des journaux.

2Divers qualificatifs ont été retenus pour nommer et parfois justifier des formes de journalisme : « journalisme d’union nationale » au lendemain des indépendances, « journalisme de développement » et « journalisme rural » avec comme référence principale la théorie de la modernisation et le paradigme développementaliste, « journalisme de paix » avec une forme d’engagement volontariste dans la résolution ou la prévention des conflits. Les années 1990 vont constituer un tournant majeur en Afrique avec leur lot de transitions démocratiques qui s’accompagnent de l’émergence du pluralisme médiatique, même si des nuances s’observent dans l’ampleur des apports propres à chacun des nouveaux supports d’information : la presse écrite privée se positionne généralement comme une presse de combat ou de contre-pouvoir ; la radio passe d’un instrument vertical de communication à un outil horizontal permettant la participation ; la télévision demeure un média élitiste, urbain et souvent consensuel à l’égard des pouvoirs en place ; les nouvelles technologies et l’expansion fulgurante de la téléphonie mobile contribuent à l’accroissement de la participation même de la diaspora dans les débats locaux.

3Le choix d’ancrer la réflexion théorique proposée dans les systèmes médiatiques élargit l’observation par la prise en compte « des éléments historiques, politiques, sociologiques, juridiques, économiques qui permettent de replacer dans leur contexte les médias d’Afrique subsaharienne » (p. 14). Difficile exercice de grand écart entre des observations générales et des spécificités locales. L’auteure en est consciente et le rappelle maintes fois dans cet ouvrage qu’elle présente comme « une introduction générale à la situation des médias sur le continent africain » (ibid.).

4Au-delà de ce choix, l’auteure affirme s’inscrire dans une perspective volontairement non occidentale, tout en soulignant la délicatesse de la démarche :

Jeter sur les médias africains un regard qui se départisse le plus possible de références occidentales à prétention universelle, tout en n’étant pas dupe de la manière dont les spécificités locales peuvent être (et ont été) invoquées pour justifier des pratiques contraires à la liberté de la presse et aux droits de l’homme en général, constitue une tâche épineuse, mais essentielle (p. 22).

5En somme, sa proposition d’une analyse en fonction des systèmes permet d’adopter une approche qui banalise l’objet d’étude en utilisant les concepts employés dans les études des systèmes médiatiques occidentaux tout en reconnaissant et en intégrant leurs spécificités (p. 341). Ainsi, certaines pratiques professionnelles comme la rémunération offerte par des sources qu’on qualifierait de répréhensibles dans d’autres contextes peuvent paraître non seulement compréhensibles, mais également utiles d’un point de vue social (puisque l’on prend en compte le modèle économique de certains médias africains).

6Si le choix théorique de l’analyse en fonction des systèmes médiatiques est cohérent et bien argumenté, il conduit l’auteure à traiter souvent des « médias d’Afrique » plutôt que des « journalismes d’Afrique » (ou parfois à les utiliser sans distinction, comme c’est le cas dans l’une des critiques du « journalisme de développement », p. 91). D’ailleurs, cet emploi de « médias d’Afrique » se remarque dans la table des matières où, sur les sept chapitres de l’ouvrage, seul le cinquième est précisément consacré au « journalisme et [à l’]identité professionnelle en mutation ».

7Journalismes d’Afrique est un manuel très didactique, comportant de nombreuses illustrations et des encadrés fort utiles pour le lecteur curieux d’en connaître plus sur certains aspects théoriques bien précis. Outre son apport inestimable pour l’enrichissement bibliographique d’un secteur peu étudié surtout dans l’espace francophone, cet ouvrage apparaît comme une contribution à la circulation du savoir entre les chercheurs du continent africain. Certes, il s’agit d’une photographie instantanée d’un secteur en perpétuel changement, et la série d’interrogations en fin d’ouvrage montre l’ampleur des perspectives potentielles de recherche et invite à poursuivre l’œuvre.

Haut de page

Bibliographie

BERNIER, Marc-François (2010), Le journalisme est mort, vive les journalismes. [En ligne]. http://www.crej.ca/publications/journalisme_mort.html. Page consultée le 15 septembre 2016.

CHARRON, Jean et Jean de BONVILLE (1996), « Journalismes en mutation. Perspectives de recherche et orientation méthodologiques », Communication, 17(2) : 15-49.

GUNARATNE, Shelton (1998), « Old wine in a new bottle: Public journalism, developmental journalism and social responsibility », dans Michael E. ROLOFF (dir.), Communication Yearbook 21, New York, Routledge, p. 276-321.

MUHLMANN, Géraldine (2004), Une histoire politique du journalisme, Paris, Presses universitaires de France/Le Monde, Coll. « Partage du savoir ».

WOLFE, Tom (1972), « The birth of “the new journalism”; Eyewitness report by Tom Wolfe », New York Magazine, 14 février, p. 30-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Assogba, « Marie-Soleil FRÈRE (2016), Journalismes d’Afrique », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7105

Haut de page

Auteur

Henri Assogba

Henri Assogba est professeur au Département d’information et communication, Université Laval, et chercheur au Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen-Orient (CIRAM) et au Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS). Courriel : henri.assogba@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals