Navigation – Plan du site
Lectures

Béatrice GALINON-MÉLÉNEC, Fabien LIÉNARD et Sami ZLITNI (dir.) (2015), L’Homme-trace. Inscriptions corporelles et techniques

Paris, CNRS Éditions
Marta Severo
Référence(s) :

Béatrice GALINON-MÉLÉNEC, Fabien LIÉNARD et Sami ZLITNI (dir.) (2015), L’Homme-trace. Inscriptions corporelles et techniques, Paris, CNRS Éditions

Texte intégral

1Le troisième tome de la série « L’Homme trace », paradigme qui vise à étudier l’être humain en tant que produit de traces et producteur de traces (Galinon-Mélénec, 2011), est dédié à la dimension corporelle du signe-trace. Après avoir démêlé la complexité du concept de trace (t. I) et présenté le nouveau paradigme originel de l’Homme-trace par rapport aux traces numériques (t. II), la série se lance le défi, dans cet ouvrage, de réunir une série de contributions provenant des différentes disciplines qui visent à redécouvrir le lien de la trace avec sa dimension la plus physique. Ce thème n’est pas nouveau, il parcourt de manière transversale les deux premiers tomes où, à plusieurs reprises, les auteurs soulignent la dimension de la production de la trace et, par conséquent, son lien profond avec l’homme.

2Dans ce troisième tome, le rapport entre les traces et l’homme, devenu central, est envisagé selon deux dimensions. La première est celle des traces « en lui », c’est-à-dire des phénomènes liés à l’intériorisation. Une attention particulière est portée aux émotions en tant que signes-traces. C’est le cas dans le chapitre de Pascal Lardellier qui, à travers la description d’exemples littéraires et cinématographiques, analyse les traces corporelles générées dans le contexte du « Net sentimental ». La deuxième dimension du rapport entre les traces et l’homme concerne les traces « sur lui » et « autour de lui », c’est-à-dire, de manière plus générale, le rapport entre intérieur et extérieur. Ce concept d’extérieur est interprété à différentes échelles, du milieu le plus immédiat avec lequel le corps interagit jusqu’à l’environnement dans le sens le plus large du terme avec lequel le corps échange des flux de différents types. L’ouvrage insiste sur la bidirectionnalité de ces échanges en déconstruisant la frontière visuelle entre le dedans et le dehors : non seulement les traces corporelles modifient le contexte, mais aussi le corps lui-même est modifié en retour. Un chapitre exemplaire dans ce sens est le premier où Bernard Andrieu, Nicolas Burel et Sabine Cornus étudient la dimension de la trace dans le rapport entre enseignant et enseigné dans les classes d’éducation physique. À travers l’analyse de situations concrètes, les auteurs visent à définir l’émersiologie, une nouvelle discipline qui étudie « l’émersion des sensibles provenant du corps vivant » (p. 50).

3Des chapitres empiriques, comme celui qui vient d’être décrit ou celui de Michel Marcoccia (voir plus bas), alternent avec des réflexions plus théoriques. C’est le cas du chapitre de Tyler Reigeluth qui reprend la vision de la trace de Spinoza pour interpréter la trace algorithmique comme activité d’interprétation corporelle. Ce chapitre nous invite à aborder un autre sujet-clé de cet ouvrage, la question du numérique, à laquelle est consacrée toute la deuxième partie, intitulée « Un contexte hyperconnecté ». Les quatre textes qui la constituent prolongent la réflexion du deuxième tome, mais en portant l’attention sur le vécu corporel. Adrian Staii explore les relations entre traitement automatique des traces numériques laissées par l’homme et personnalisation des services numériques qui lui sont offerts. Louise Merzeau examine le rapport entre dedans et dehors à la lumière de la problématique de l’e-inclusion. Pour ce faire, elle met l’accent sur le concept de présence (Merzeau, 2010), qu’elle oppose à celui de trace algorithmique concernant l’individu-data. Selon son approche, « l’usager est considéré dans son contexte et l’identité pensée comme art de faire et non comme stock ou score » (p. 121). Dans le chapitre suivant, Sung-Do Kim aborde le rapport entre l’homme et la trace numérique de point de vue de la ville augmentée. À partir d’une reconstruction historique de ce concept, l’auteur réinterprète les traces comme inscriptions urbaines qui génèrent des espaces hybrides riches d’information. Enfin, Franck Cormerais s’intéresse également aux traces générées par le numérique, mais cette fois pour réfléchir sur les questions mémorielles. En soulignant les interactions entre la mémoire du corps et la mémoire des machines, l’auteur propose une critique de l’économie politique du signe de Jean Baudrillard (1972), qui le conduit à développer une économie politique de la mémoire fondée sur la valeur informationnelle de l’objet et sur le remplacement du signe par la donnée informatisée (data).

4La troisième et dernière partie est consacrée aux traces d’interactions. Les deux premiers textes, de Michel Maroccia ainsi que d’Alex Frame et Gilles Brachotte, s’appuient sur l’analyse empirique d’espaces de discussion en ligne : d’une part, un forum destiné aux adolescents (Ados.fr) et, d’autre part, la communauté alumni de l’Université de Bourgogne (Ub-link.fr). Même si les auteurs sollicitent des cadres théoriques et méthodologiques différents, ces textes sont l’occasion de réfléchir sur la relation entre traces et identité, c’est-à-dire sur l’interface entre intérieur et extérieur, construite soit par les traces dans le corps, soit par les traces d’interactions avec l’environnement et exprimée à travers les écritures numériques. Le troisième texte, de Sylvie Leleu-Merviel, propose une réflexion philosophique sur la trace d’interaction comme manière d’apprendre le Monde. En rejetant l’idée d’un Monde qui existe a priori, elle voit l’interprétation comme un processus d’interaction entre l’interprétant cognitif et son milieu.

5En guise de conclusion, la postface d’Yves Jeanneret fait le point sur le paradigme de l’Homme-trace en prenant en considération la réflexion développée dans les trois tomes. Le sémiologue, en mettant l’accent sur l’effet de l’industrialisation des signes du corps et du texte, affirme que « la trace est au cœur de cet appareil de textualisation médiatique du monde, dans sa double dimension de témoin du social (testis) et de matrice de représentation de celui-ci (textum) » (p. 233). Jeanneret retient comme thème fondamental de ce tome le rapport entre les traces et l’écriture. Sans arriver à affirmer la transformation de l’écriture en trace, il est important de souligner les répercussions de la trace sur l’écriture. En effet, selon l’auteur, la trace joue un rôle historique fondamental pour écrire l’avenir en s’appuyant sur l’interprétation du passé. Ce dernier texte a aussi le mérite de montrer les origines du paradigme de l’Homme-trace chez des auteurs classiques comme Roland Barthes, Walter Benjamin et Marshall McLuhan.

Haut de page

Bibliographie

BAUDRILLARD, Jean (1972), Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard.

GALINON-MÉLÉNEC, Béatrice (2011), « Fragments théoriques du signe-trace : propos sur le corps communicant », dans L’Homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Éditions, p. 191-213.

MERZEAU, Louise (2010), « La présence plutôt que l’identité », Documentaliste-Sciences de l’information, 47(1) : 32-33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Severo, « Béatrice GALINON-MÉLÉNEC, Fabien LIÉNARD et Sami ZLITNI (dir.) (2015), L’Homme-trace. Inscriptions corporelles et techniques », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7107

Haut de page

Auteur

Marta Severo

Marta Severo est maitre de conférences EA Dicen-IDF (Dispositifs d'Information et de Communication à l'Ère Numérique - Paris, Ile-de-France), Université Paris Nanterre. Courriel : marta.severo@u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals