Navigation – Plan du site
Lectures

Fabien GRANJON (dir.) (2016), Matérialismes, culture et communication. 1. Marxismes, théorie et sociologie critiques

Paris, Presses des Mines, Coll. « Matérialismes »
Frank Jablonka
Référence(s) :

Fabien GRANJON (dir.) (2016), Matérialismes, culture et communication. 1. Marxismes, théorie et sociologie critiques, Paris, Presses des Mines, Coll. « Matérialismes »

Texte intégral

  • 1 Cf. notre compte rendu du deuxième tome dans ce présent numéro.

1L’ouvrage, émanant de l’Université Paris 8 (Saint-Denis), se présente comme la première partie d’une trilogie ; les deux autres tomes1 seront consacrés, comme l’éditeur le précise dans la « Présentation », aux Cultural studies (théories féministes, études dé-/postcoloniales et subalternes) ainsi qu’à la critique de l’économie politique des médias, de la culture et des industries culturelles. Le premier tome s’attache ainsi à ouvrir un vaste chantier visant à répertorier, de manière encyclopédique dirait-on, les différents courants du complexe de culture et communication d’un point de vue matérialiste. En effet, comme il est souligné d’emblée, le point de départ de la réflexion est le diagnostic d’une « tendance de la communication à devenir un nouveau fétiche de l’imaginaire social » (p. 11). En même temps, l’éditeur regrette que « la plupart des théories de la communication s’avèrent, somme tout, éloignées des perspectives critiques et davantage de celles qui se revendiquent matérialistes » (ibid.). C’est donc cette lacune que l’ouvrage recensé vise à combler, et ce, par la présentation des courants majeurs considérés (ou à considérer) comme « matérialistes » en sciences sociales qui se focalisent sur la conceptualisation du lien entre culture(s) et communication(s). C’est, pour le moins, la programmatique affichée.

2L’ouvrage s’articule en quatre parties. La première, « L’héritage marxien », est intégralement consacrée à l’œuvre de Karl Marx. Y sont discutés quatre points considérés comme centraux pour la problématique de l’ouvrage, à savoir l’idéologie, l’argent, la technique et l’art. La deuxième partie, « Marxismes, culture et médias », discute un ensemble d’auteurs tant « classiques » que contemporains qui, selon l’éditeur, se situent dans le champ visé, à savoir Lénine, Gramsci, Lucien Goldmann, Joseph Gabel, Guy Debord et Armand Mattelart. La troisième partie expose la problématique du point de vue de différents auteurs de l’entourage de la théorie critique, tous membres ou proches de l’école de Francfort : sont présentés Horkheimer, Adorno, Benjamin, Kracauer, Marcuse, Negt, Habermas et Honneth. La quatrième partie, enfin, rassemble quatre contributions exclusivement consacrées à l’œuvre de Pierre Bourdieu, ce qui marque le poids peut-être un peu surproportionné qui revient toujours à la sociologie de Bourdieu dans le champ disciplinaire institutionnel en France. Sont analysés le rapport de Bourdieu avec le matérialisme marxien, le problème de la « distinction » conjointement avec celui de la « légitimité culturelle », la culture sous l’aspect des « rapports de classe » et, pour finir, le complexe journalistique et médiatique d’une perspective bourdieusienne.

  • 2  En revanche, on aurait très bien pu développer une approche médiatique à partir d’une (re)lecture (...)
  • 3  Assez éclairant de ce point de vue, pour la Grande-Bretagne, l’article de Gen Doy (2006).
  • 4  On se souviendra (ou peut-être pas ?) que Negri a été en poste à Paris 8 pendant de longues années

3Il sera cependant permis de s’interroger si le choix des auteurs et des thèmes traités est à tous égards judicieux et s’il correspond à la problématique à laquelle l’ouvrage vise à donner des réponses. On peut en effet difficilement s’empêcher de se demander quel serait le rapport des articles « Marx et l’argent2 » (Artous) et « Marx et la question technique » (Vioulac) avec les sujets « phares » de l’ouvrage, c’est-à-dire la culture et la communication. Quant à l’article de Lachaud sur « Marx et l’art », sa pertinence pour le champ culturel est certes incontestable, mais on voit mal son intérêt pour les processus de communication, alors que les enjeux communicationnels liés conjointement à l’industrie culturelle et au marché artistique auraient sans doute touché la programmatique de l’ouvrage3. De même paraît-il fort douteux de classer l’approche habermassienne de l’« agir communicationnel » développée dans le cadre de sa pragmatique universelle comme « matérialiste » (voir l’article « Jürgen Habermas : critique de la communication et communication critique » d’Isabelle Aubert). D’autre part, on s’étonnera de l’absence de courants aussi importants que celui qu’ont inauguré Ernesto Laclau et Chantal Mouffe à partir de Hegemony and Socialist Strategy (1991/1985), qui entreprend une « gramscianisation » de la synthèse lacanienne du structuralisme saussurien et de la psychanalyse freudienne, alors que la psychanalyse sociologique de Joseph Gabel, qui propose une vision psychopathologique des idéologies politiques, et qui n’a en revanche aucun rapport avec les faits communicationnels, est dûment prise en compte (Allen et Douyère). Il en est de même de celle d’Antonio Negri4 et de Michael Hardt lancée dans Empire (2000), Multitude (2004) et CommonWealth (2009), autre trilogie qui met en relief l’importance centrale des processus et compétences communicationnels et des médias dans les dynamiques des rapports de classe à l’échelle mondiale. En revanche, la « géopolitique de la communication » selon Armand Mattelart (Sénécal), qui met surtout le rôle de l’industrie de l’information et de la communication au centre de l’analyse des dynamiques de mondialisation (l’exemple phare est le rôle joué par l’International Telephone and Telegraph) conjointement avec les services secrets américains au Chili au début des années 1970, surtout dans la chute de Salvador Allende), est amplement prise en considération. Mais peut-être que les approches comme celles qui viennent d’être citées seront réservées aux deux autres tomes projetés ; on constatera en effet que la thématique du troisième tome, à savoir les médias, semble se recouper largement avec la deuxième partie de l’ouvrage recensé.

  • 5  L’œuvre de Negt est certes reçue de longue date en Allemagne, mais ce n’est qu’à partir des années (...)
  • 6  Tirée d’Éloge de la résistance à l’air du temps ; édition et page non référencées.

4Le mérite de ce premier tome de la trilogie programmée se résume ainsi à une première tentative de présenter un ensemble d’approches et de courants dans le champ esquissé à partir de grands classiques du marxisme (Marx, Lénine, Gramsci), de grands auteurs de l’époque actuelle (comme Adorno, Bourdieu, Habermas), mais aussi d’auteurs moins connus (Gabel, Negt5). Cependant, plutôt que d’une présentation synthétique de la vision des choses du point de vue matérialiste, il s’agit d’un patchwork hétéroclite, et certaines contributions sont — il faut le dire — simplement hors sujet ; ce qui n’ôte par ailleurs rien à l’intérêt que les articles pris en eux-mêmes peuvent présenter. Pour les deux tomes à venir, il va falloir souhaiter au coordonnateur de bien retenir la citation de Daniel Bensaïd6 mise en exergue de l’ouvrage recensé : « Il faut donc commencer par se mettre en marche. Après de lourdes défaites, les projets de l’espérance repoussent au ras du sol, dans l’humilité du quotidien » (p. 9).

Haut de page

Bibliographie

DOY, Gen (2006), « Marxismus und Kunstgeschichte — Eine persönliche Einschätzung aus Großbritannien » dans Jens SCHRÖTER, Georg SCHWERING et URS STÄHELI (dir.), Media Marx. Ein Handbuch, Bielefeld, transkript, p. 111-125.

GERNALZICK, Nadja (2006), « Medium Geld » dans Jens SCHRÖTER, Georg SCHWERING et URS STÄHELI (dir.), Media Marx. Ein Handbuch, Bielefeld, transkript, p. 85-103.

HARDT, Michael et Antonio NEGRI (2000), Empire, Cambridge (MA), Harvard University Press.

HARDT, Michael et Antonio NEGRI (2004), Multitude. War and Democracy in the Age of Empire, Londres, Penguin.

HARDT, Michael et Antonio NEGRI (2009), CommonWealth, Cambridge (MA), Harvard University Press.

LACLAU, Ernesto et Chantal MOUFFE (1991/1985), Hegemony and Socialist Strategy. Towards a Radical Democratic Politics, Londres, Verso.

Haut de page

Notes

1 Cf. notre compte rendu du deuxième tome dans ce présent numéro.

2  En revanche, on aurait très bien pu développer une approche médiatique à partir d’une (re)lecture marxiste de la théorie sociologique des systèmes de Niklas Luhmann, qui conceptualise l’argent dans le système économique comme « médium généralisé de communication ». Voir Gernalzick (2006).

3  Assez éclairant de ce point de vue, pour la Grande-Bretagne, l’article de Gen Doy (2006).

4  On se souviendra (ou peut-être pas ?) que Negri a été en poste à Paris 8 pendant de longues années.

5  L’œuvre de Negt est certes reçue de longue date en Allemagne, mais ce n’est qu’à partir des années 2000 qu’elle a commencé à jouir d’une notoriété significative en France et dans le monde francophone.

6  Tirée d’Éloge de la résistance à l’air du temps ; édition et page non référencées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frank Jablonka, « Fabien GRANJON (dir.) (2016), Matérialismes, culture et communication. 1. Marxismes, théorie et sociologie critiques », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7116

Haut de page

Auteur

Frank Jablonka

Frank Jablonka est docteur HDR en sciences du langage (linguistique romane) et membre du Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique (CURAPP), Université de Picardie Jules Verne. Courriel : fjab@gmx.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals