Skip to navigation – Site map
Lectures

Jérôme JACQUIN (2014), Débattre. L’argumentation et l’identité au cœur d’une pratique verbale

Bruxelles, De Boeck, Coll. « Champs linguistiques »
Rania Adel
Bibliographical reference

Jérôme JACQUIN (2014), Débattre. L’argumentation et l’identité au cœur d’une pratique verbale, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Champs linguistiques »

Full text

1Étant un trait caractéristique de toute société démocratique moderne, le débat constitue un champ d’études qui ne cesse d’attirer les chercheurs. Dans cette optique, Jérôme Jacquin propose d’étudier le débat selon deux axes fortement articulés. Primo, l’axe théorique, et ce, en mobilisant les théories qui questionnent la réalité des pratiques sociolangagières, qu’il s’agisse des analyses conversationnelles-catégorielles, textuelles-énonciatives ou argumentatives. Secundo, l’axe pratique qui permet de définir le débat à partir de ses observables en se basant sur un corpus formé de huit débats et conférences.

2La réflexion est menée en 3 parties scindées en 10 chapitres, ce qui rend l’ouvrage dense et extrêmement riche. L’auteur passe en revue toutes les théories relatives au domaine étudié, les explique, les accepte ou les réfute avant de souligner ses propositions personnelles. Tout au long de l’ouvrage, Jacquin s’inspire des avancées réalisées par Harvey Sacks (1972) aussi bien que par les chercheurs des sciences du langage.

3La première partie, intitulée « La parole en interaction médiatisée », présente la problématisation du sujet en fonction de quatre dimensions analytiques : l’action, la textualisation, l’interaction et la médiatisation. La deuxième partie, « La pratique de l’argumentation », établit le lien entre celle-ci et le débat. Jacquin s’y appuie sur le modèle dialogal de Christian Plantin (1995) pour montrer dans quelle mesure le débat constitue une manière qui permet de gérer le désaccord. La troisième partie, « Le feuilleté identitaire », s’intéresse aux traits identitaires qui permettent de reconnaître qu’il s’agit d’un débat.

4Cinq caractères marquent le corpus sélectionné : le caractère politique des thèmes abordés, l’ancrage associatif des participants, la coprésence spatiale et temporelle des participants et du public, la médiatisation du corpus et, finalement, le cadre communicatif favorable aux avis antagonistes. Tout le corpus, vidéo enregistrée et numérisée, a été établi à l’Université de Lausanne.

5Concernant la première partie, Jacquin adopte l’approche praxéologique, qui a le mérite de placer « le paradigme de l’action au sein de son dispositif » (p. 35) et qui considère l’être humain comme un être avant tout agissant. Cela dit, le langage est traité comme composante fondamentale de l’agir humain, exploitée par les agents sociaux pour interagir notamment dans les événements publics. Abordant l’arrière-plan psychosocial de l’action, l’auteur met l’accent sur trois facettes de l’action : l’action typifiée, l’action normée et l’action située. Influencé par la phénoménologie sociale de Alfred Schütz (1972), il mène une réflexion sur les limites de celle-ci ainsi que sur les apports possibles de l’ethnométhodologie où les chercheurs doivent « chercher une sociologie de procédures par lesquelles les agents donnent sens à leur action » (p. 45).

6Jacquin met l’accent sur la différence entre gesticulation (mouvement physique), activité (résonance schématique de la gesticulation) et action (résultante émergente du jugement d’actionnalité). Il passe ensuite à la matérialité de l’action langagière, sa textualisation, vue comme opération complexe d’expression-signification sensible au caractère situé de son accomplissement. Il décrit les spécificités des actions verbales conformément au modèle de Laurent Filliettaz (2002), basé sur l’intention, l’ostension, le code et la langue et définit les propriétés essentielles de la médiation langagière. Il expose les idées de Jean-Paul Bronckart (1997) et les quatre types de discours qui émanent de la distinction entre le raconter et l’exposer : le discours interactif, le discours théorique, le récit interactif et la narration. Toutefois, la textualité des actions verbales est indissociable de la problématique de la complétude, dialogique et monologique, des tours de parole. Jacquin accorde un intérêt particulier à la notion de l’interaction, ou faire ensemble pour problématiser l’action verbale. Selon lui, dans toute action verbale, chaque agent interprète les gesticulations d’autrui et y articule les siennes. « Regarder l’interaction dans sa séquentialité, c’est par conséquent considérer la manière dont l’accomplissement méthodique des actions participe de leur reconnaissabilité pour les participants » (p. 97). Et dans le cadre de cette séquentialité, il propose d’analyser la paire adjacente comme lieu de cristallisation des portions d’agir collectif. Il souligne également que cette forme minimale permet une expansion, à savoir le tour de table. « Suivant cette perspective, la rencontre, c’est-à-dire la portion d’interaction qui réunit des agents dans un espace interactionnel commun entre deux phases de séparation, constitue l’unité d’interaction maximale » (p. 129).

7À l’intérieur des rencontres, nous pouvons reconnaître différents types d’activités. Toutefois, l’interaction n’est pas seulement d’ordre horizontal (séquentielle) et vertical (hiérarchique), mais aussi institutionnel, vu les contraintes systématiques qui s’imposent aux participants. Dernier point abordé dans la première partie, la médiatisation est considérée comme une activité structurante prise en charge par un tiers. Cette activité est jalonnée par un événement, la présence d’un public qui est le destinataire final de la rencontre, la demande des questions et la sollicitation de réponse, et enfin une prise de position ou focalisation. C’est ce qui transforme ces rencontres en un lieu de confrontation qui « permet à la fois de générer de l’information, en faisant émerger des positions distinctes sur un même problème et de générer de la conflictualité, dont le caractère spectaculaire est susceptible de garantir captation et attractivité » (p. 167).

8Dans la deuxième partie, Jacquin se penche davantage sur l’argumentation, qui est le lieu d’intersection du langagier et du praxéologique. Son objectif est de déterminer comment les participants orientent leur interaction vers l’argumentation. Pour ce faire, il s’inspire du modèle dialogal de Plantin et de ses trois composantes fondamentales : la situation argumentative, les places argumentatives et les positions argumentatives. Un tel modèle a l’avantage de braquer la lumière sur la manière adoptée par les interlocuteurs pour construire des positions respectives et sur l’évaluation de la pertinence des arguments avancés. Dans une situation argumentative prototypique, trois discours sont mobilisés : le discours d’un Proposant, celui d’un Opposant et finalement celui d’un Tiers. À ces trois modalités discursives correspondent trois places argumentatives ou actants. Quant à la position, c’est « une réponse irréductible à une autre et introduite comme telle dans une situation argumentative donnée » (p. 181).

9Jacquin s’appuie sur des extraits de débat pour clarifier comment les différents participants gèrent leur désaccord. Pour lui, la Question permet d’organiser le désaccord entre Proposant et Opposant tout en se faisant l’écho d’un enjeu public. L’analyse multimodale permet à l’auteur de montrer comment les participants débattent à l’aide de ressources variées allant de la syntaxe à la mimo-gestuelle.

10L’auteur ne se contente pas de tester le modèle de Plantin sur les débats, mais il essaye de l’appliquer sur des conférences-discussions où il n’y a véritablement pas de débats. Dans ce cas, l’opposition se fait en trois strates : évoquer du déjà-dit et en attribuer la responsabilité à quelqu’un, afficher le désaccord quant à ce déjà-dit, avancer des raisons-de-ne-pas-croire. L’opposition peut se faire de même en mobilisant une voix a priori absente ou, en d’autres termes, des ressources polyphoniques intertextuelles, par l’intermédiaire de la citation, de la reformulation ou de la contre-argumentation.

11L’auteur approfondit davantage son analyse en abordant les indices d’orientation des interlocuteurs vers ce qu’il appelle le polémique. Il synthétise, dans un premier temps, les observables définitoires du phénomène : la verbalité et l’intertextualité, l’incorporation et la nomination, la polarisation, la disqualification et la conflictualité et, finalement, le public et la spectacularisation. Dans un second temps, il décèle les traces du polémique et de son évaluation dans le débat public.

12À la suite de l’étude de ces trois cas de complexité variable, Jacquin assure que la validité du modèle dialogal de Plantin, enrichi par le cadre conceptuel, se trouve confirmée, mais que sa linéarité peut entraver la lecture hiérarchique verticale. Ce qui l’incite dans le chapitre suivant à proposer une cartographie innovatrice des situations argumentatives qui tient compte des arguments avancés par chaque participant, de l’ordre de présentation de ces arguments et du rapport établi entre différents arguments. En d’autres termes, sa schématisation mobilise trois cases (question, position et argumentation) et trois relations (appui, opposition, réitération), ce qui aide à valoriser les zones de polarisation du désaccord, les enjeux identitaires connexes et l’ordre d’apparition des arguments.

13Dans la troisième partie, Jacquin fait de l’identité sa pierre angulaire. Il cherche à déterminer les identités que les participants s’imputent pour donner sens à l’interaction. Il se penche sur la part langagièrement et praxéologiquement observable de l’identité, suivant trois axes : l’entité de type humain, les modes d’attribution et les trajets interprétatifs et, finalement, la diversité des attributs à même d’être l’objet de l’identification.

14Concernant l’entité, Jacquin affirme que la nomination est la plus importante ressource linguistique qui met en correspondance un nom propre et un corps présent dans l’espace public de la rencontre et qui permet la saisie référentielle de l’entité. Viennent s’y ajouter les formes indexicales de la première et de la seconde personne ainsi que les syntagmes nominaux.

15Dans son étude des modes d’attribution de l’identité, Jacquin s’appuie sur le modèle gesticulatoire de l’énonciation d’Alain Berrendonner (1981), qui fait la distinction entre dire et montrer. Toutefois, il approfondit ce premier niveau de distinction fondé sur un matériau sémiotique, en scindant le dit en deux zones : l’identité montrée verbalement et l’identité dite verbalement.

16Dans les niveaux d’attribution et les types de traits, Jacquin étudie quatre éléments : les statuts sociaux, les places interactionnelles, les images et les logiques argumentatives. Les statuts sociaux, qui sont les traits que les interlocuteurs s’auto-attribuent ou hétéro-attribuent, garantissent la légitimité de la prise de place interactionnelle de chaque participant. Ces statuts apparaissent le plus souvent dans la présentation des invités. Les places interactionnelles sont « des positions respectives accomplies au travers de la séquentialité du travail interactionnel » (p. 294).

17Quant aux images, elles concernent l’ethos — dans le sens utilisé par Oswald Ducrot (1980) et Ruth Amossy (2010) — à travers lequel le locuteur tente de persuader le public du bien-fondé de ses arguments aussi bien que l’ad hominem qui vise à disqualifier l’adversaire. Les images relèvent par la suite de l’ordre de la monstration. Jacquin estime qu’il existe deux types d’ethos : l’ethos intentionnel et l’ethos symptomatique. Le premier se cristallise dans l’acte de dénonciation alors que le second révèle les caractères du locuteur.

18Les logiques argumentatives interrogent, quant à elles, les doctrines idéologiques qui régissent les positions adoptées par les participants. Se plaçant dans la lignée de Marc Angenot (2008), Jacquin reprend l’opposition entre la « raison instrumentale » et la « logique utopiste-gnostique », auxquelles il ajoute la « logique réactionnaire ».

19Finalement, l’auteur consacre une partie à l’usage argumentatif de soi où l’identité est dite pour argumenter.

20Jacquin adopte une approche multidisciplinaire dans son étude de la pratique du débat, ce qui lui permet de traiter son sujet dans toutes ses dimensions : accomplissement, observabilité et descriptibilité. L’importance d’une telle approche réside dans le fait qu’elle permet à Jacquin de saisir la textualisation dans l’interaction. À ces deux dimensions vient s’ajouter une troisième : l’argumentation qui s’est déployée au carrefour du textuel et de l’interactionnel. La problématique identitaire est également présente dans cet ouvrage, qu’elle soit dite, montrée ou montrée verbalement.

21Le mérite de l’ouvrage de Jacquin (comprenant 36 figures et 9 tableaux) réside dans le fait qu’il plaide pour un décloisonnement interdisciplinaire au sein des sciences de langage et invite à une réflexion sur la constitution des corpus. Il incite les chercheurs à repenser les apports possibles de la linguistique textuelle, de la linguistique interactionnelle et de la linguistique énonciative pour les sciences du langage.

Top of page

Bibliography

AMOSSY, Ruth (2010), La présentation de soi : ethos et identité verbale, Paris, Presses universitaires de France.

ANGENOT, Marc (2008), Dialogues de sourds : traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits.

BERRENDONNER, Alain (1981), Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Minuit.

BRONCKART, Jean-Paul (1997), Activité langagière, textes et discours : pour un interactionnisme socio-discursif, Lausanne/Paris, Delachaux/Niestlé.

DUCROT, Oswald (1980), Les échelles argumentatives, Paris, Minuit.

FILLIETTAZ, Laurent (2002), La parole en interaction, éléments de pragmatique psycho-sociale, Québec, Éditions Nota bene.

PLANTIN, Christian (1995), « L’argument du paralogisme », Hermès, 15 : 245-262.

SACKS, Harvey (1972), « On the analyzability of stories by children » dans John J. GUMPERZ et Dell HYMES (dir.), The Ethnography of Communication, New York, Holt, Rinehart and Winston, p. 325-345.

SCHÜTZ, Alfred et George WALSH (1972), The Phenomenology of Social World, London, Heinmann Educational Books.

Top of page

References

Electronic reference

Rania Adel, « Jérôme JACQUIN (2014), Débattre. L’argumentation et l’identité au cœur d’une pratique verbale », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 07 July 2017, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7130

Top of page

About the author

Rania Adel

Rania Adel est professeure adjointe, Faculté des Langues, Université de Ain-Chams, Le Caire. Courriel : ranoadel@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals