Navigation – Plan du site
Lectures

Jason LUCKERHOFF et Anik MEUNIER (dir.) (2016), Médias et société : la perspective de la communication sociale

Montréal, Presses de l’Université du Québec
Lucie Ève-Marie Bourque
Référence(s) :

Jason LUCKERHOFF (dir.) (2016), Médias et société : la perspective de la communication sociale, Montréal, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Jason Luckerhoff est un collectif auquel ont contribué des étudiants de la maîtrise du Département de lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Jumelés avec leur direction de recherche, soit ils y publient une mouture de leur mémoire pour lequel ils ont obtenu un excellent résultat, soit ils participent à l’écriture d’un chapitre, ce qui s’avère une aventure exceptionnelle. En effet, il est plutôt rare que des étudiants de cycles supérieurs publient des chapitres dans un ouvrage, et plus rare encore qu’un livre ne soit constitué que de chapitres rédigés par des étudiants. Par ce rayonnement, cet ouvrage sort donc de l’ordinaire. L’ouvrage collectif intègre également des contributions de deux membres du comité scientifique (Marie-Ève Carignan, de l’Université de Sherbrooke, et Claude Martin, de l’Université de Montréal), de même que celles de deux coauteurs (Donald M. Taylor, de l’Université McGill, et Normand Landry, de la TÉLUQ). Parmi les 13 étudiants, 10 travaillent maintenant dans le milieu professionnel en communication et 3 signent à titre de doctorants (Audrey Dupuis, Olivier Champagne-Poirier et Marie-Chantal Falardeau).

2L’ouvrage pique également la curiosité par la multiplication des approches choisies et des méthodologies utilisées pour approcher la recherche, dont l’induction. Belle vitrine pour mettre en lumière 13 recherches, cet ouvrage s’adresse précisément aux étudiants pour les inviter à s’approprier la façon de cerner des enjeux dans le champ de la communication sociale aux cycles supérieurs de cette université, cette discipline y étant enseignée dès le baccalauréat.

3Dès la première ligne, avec le ton de celui qui veut partager son parcours, Yves Winkin signe une préface porteuse. Figure marquante de ce qu’il a appelé la nouvelle communication venant d’Amérique, il contribue depuis plus de 35 ans à la faire essaimer en Europe et ailleurs dans le monde, fécondant ainsi le champ disciplinaire. Dans ce récit passionnant, nous revivons la motivation qui l’animait, jeune Belge parti étudier aux États-Unis au début des années 1980. Il a alors l’âge du public ciblé par le présent livre. Au fil de sa narration, suspendus à ses lèvres, nous partageons cette effervescence qui caractérise son itinéraire : ses études en communication marquées par l’interdisciplinarité en terre américaine, soit la multiplication des regards originaux posés sur le monde avec Ray Birdwhistell à l’Annenberg School for Communication de Pennsylvanie, la rencontre avec la pensée d’Erving Goffman y enseignant aussi, référence incontournable pour aller à la source de l’interactionnisme symbolique. Winkin vit des moments intellectuels intenses, en contact également avec le bouillonnement de la pensée de Paul Watzlawick et de Gregory Bateson, associés par la suite à l’école de Palo Alto.

4Fort de tous ses acquis, Winkin s’est fait connaître par la métaphore « de la communication comme étant orchestrale, c’est-à-dire que tous sont immergés dans la communication et chacun joue de son instrument » (p. 2). La couverture du livre l’illustre bien. Chaque membre d’un groupe de jazz participe à sa manière à l’élaboration de la trame musicale, en la jouant d’un point de vue unique, mais en lien les uns avec les autres, pour paraphraser Winkin qui statue que dans ce cas, « […] il n’y a pas de chef et pas de partition : ils se guident mutuellement les uns les autres » (p. 3). Son approche consiste donc à « concevoir la communication non comme un phénomène spécifique et limité, mais comme un concept intégrateur, permettant de penser autrement les rapports entre l’individu et la société, entre la société et la culture » (p. 3). De plus, « telle qu’elle est enseignée à l’Université du Québec à Trois-Rivières, la communication sociale correspond en grande partie aux idées que l’on retrouve notamment chez Winkin (1981) » (p. 3). Au fil de la lecture des chapitres, c’est l’esprit de la nouvelle communication qui apparaît.

5Si certains sujets peuvent paraître triviaux — l’étude des portes des bureaux des professeurs, de jeux de société, de tribunes comme Tout le monde en parle —, ils sont, chacun à leur manière dans l’esprit de la nouvelle communication, des révélateurs puissants des logiques présentes, des normes, des cadrages argumentaires, des politiques, des idéologies, de l’économie. Yves Jeanneret (2008) a d’ailleurs écrit sur la trivialité de certains objets d’étude en communication ainsi que sur la valorisation en communication de la trivialité des objets d’étude. Ces sujets posent la question de la nature d’un média digne d’intérêt au sein de la nouvelle communication. Et ils en disent plus long qu’on ne pourrait croire sur ce qui structure nos sociétés et imprègne la culture du jour. Il en va de même pour les chapitres à teneur politique portant sur le genre et le leadership, la gouvernance de la culture, la notion de cadrage argumentaire du militantisme chez Greenpeace Québec. Citons comme thèmes à forte teneur sociale : la contribution de la télévision à la reconstruction de la réalité sociale, le leadership et la personnalité qui y est associée, les hymnes nationaux, le discours médiatique en temps de crises internationales, la publicité sur la sécurité routière. Sur l’éducation : la technopédagogie des cours en ligne et l’importance de l’éducation aux médias, qui permet d’avoir un regard éclairé sur ce qui s’y trame.

6L’articulation entre le média à l’ère d’Internet et la communication sociale est exposée avec brio dans l’introduction, qui fait écho à la préface. Elle présente, à l’intérieur d’un événement artistique, les rapports de communication éclatés et multidimensionnels qui existent sans que nous nous en rendions trop compte, lorsque la communication devient numérique, instantanée, tridimensionnelle sur fond d’Internet, phénomène de transmission et de retransmission.

7Pour revenir à la préface, la signification de « collège invisible » (p. XIII) nous a frappée (l’expression vient de chercheurs américains et a été reprise par Winkin, 1981), soit cette façon de créer une collégialité entre chercheurs pour irriguer la pensée et la posture de recherche de chacun par le partage d’ébauches d’écrits scientifiques provenant de différentes disciplines. Aussi, Winkin posait délicatement dès la première phrase le sens porté par l’interaction humaine, recontextualisant une idée de l’anthropologue Margaret Mead, « aussi courte qu’un regard échangé et aussi longue qu’une filiation intergénérationnelle » (p. VII). Cette pensée de la transmission au suivant est ici présente. En effet, la préface symbolise à elle seule le souci de l’éducateur-chercheur de transmettre à l’autre génération, celle qui a écrit le livre. Ainsi l’esprit du livre Médias et société est-il « winkinien ». Non seulement parce que Winkin a lu les chapitres, mais aussi parce que son regard valide en quelque sorte la façon de faire de la recherche au Département de communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Prenant le livre sous son aile, il lui donne par le fait même un élan, offrant l’occasion aux étudiants (et au Département) de prendre à leur tour un essor marquant. Il parle des recherches comme dignes de faire partie, elles aussi, de la nouvelle communication et, de là, qui méritent d’être disséminées.

8Le lecteur comprend bien que certains chercheurs faisant partie de l’école de Chicago, du Collège invisible, de l’école de Palo Alto ou de la nouvelle communication, ou qui en sont proches, ont contribué à élargir le champ de la communication et à multiplier les objets considérés comme dignes d’être étudiés en communication. Mais il nous semble qu’il aurait été intéressant d’en profiter pour proposer une définition claire de ce que l’on entend par « communication sociale ». En quoi se distingue-t-elle, par exemple, de la communication publique ? Les deux concepts, utilisés pour nommer certains départements ou programmes universitaires, gagneraient à être mieux définis.

Haut de page

Bibliographie

JEANNERET, Yves (2008), Penser la trivialité. La vie triviale des êtres culturels, volume 1, Paris, Éditions Hermès-Lavoisier, Coll. « Communication, médiation et construits sociaux ».

WINKIN, Yves (1981), La nouvelle communication, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Ève-Marie Bourque, « Jason LUCKERHOFF et Anik MEUNIER (dir.) (2016), Médias et société : la perspective de la communication sociale », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7136

Haut de page

Auteur

Lucie Ève-Marie Bourque

Lucie Ève-Marie Bourque est doctorante en communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : evelucie.bourque@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals