Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal MOLINER (2016), Psychologie sociale de l’image

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
Odile Camus
Référence(s) :

Pascal MOLINER (2016), Psychologie sociale de l’image, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble

Texte intégral

1Cet ouvrage s’interroge sur le lien entre « les images qui circulent dans notre société à propos de certains objets et les croyances que nous entretenons à propos de ces objets » (p. 5). Et il montre qu’effectivement, les croyances orientent la production et l’interprétation des images.

Ancrage théorique et méthodologique

2L’ouvrage a les qualités rédactionnelles d’un manuel, par une présentation très didactique de différents champs théoriques : connaissances de base relatives à l’image et à l’imagerie mentale, mais aussi aux représentations sociales, aux stéréotypes, à la catégorisation sociale... En même temps, les notions d’image et d’objet social (censé être reproduit par l’image) sont l’objet d’une interrogation conceptuelle. Il est susceptible d’intéresser tant les étudiants que les chercheurs.

  • 1 Même si la psychologie de l’image présentée ici semble quelque peu associationniste.

3La psychologie cognitive fournit un étayage bienvenu1. Les catégories, les scripts, les stéréotypes, les représentations sociales « peuvent générer des images plus ou moins consensuelles » (p. 71), d’où l’intérêt d’introduire l’étude de l’imagerie mentale des « objets sociaux ».

4Pareil projet suppose également une iconologie : « Il s’agit de comprendre pourquoi tel motif vient illustrer un thème donné, […] d’identifier les principes sous-jacents au choix du motif », lesquels principes peuvent être rapportés à des construits socio-cognitifs (p. 86). L’iconologie permet d’analyser un corpus d’images, d’abord par un inventaire des formes, indépendamment de toute signification. Pour une représentation graphique de l’analyse, plusieurs méthodes sont proposées : analyse en composantes principales, analyse de classification hiérarchique ou analyse factorielle des correspondances. Cette méthodologie est illustrée sur différents terrains : comparaison de deux régions d’Afrique du Sud dans la gestion de l’eau, avec photographies prises par les participants (travaux de M. Orne-Gliemann) ; ou encore, représentations du milieu marin par des élus municipaux du littoral français, avec production de dessins (travaux de B. Le Moel). L’auteur en conclut que « des individus qui partagent des construits socio-cognitifs différents à propos d’un objet produisent de cet objet des images sensiblement différentes » (p. 113). Il souligne également le fait que « des individus qui ont élaboré des construits socio-cognitifs différents d’un même objet vont interpréter différemment une même image de cet objet » (p. 115). La présentation de recherches classiques sur les stéréotypes (stéréotypes de genre ainsi que raciaux) complète l’illustration.

Limites et interrogations

« Croyances » et cognition sociale

  • 2 Même si la notion de croyances collectives, récurrente dans l’ouvrage, n’apparaît pas clairement po (...)

5Le présent ouvrage peut être considéré comme novateur dans la mesure où le traitement de l’image d’un point de vue psychosocial avait de fait été plutôt négligé, jusqu’à présent, par le champ des recherches se réclamant de la cognition sociale. Pour l’auteur, la cognition sociale « désigne les activités mentales de la cognition portant spécifiquement sur des objets sociaux (soi, autrui et tout objet rapporté directement à soi ou à autrui) » (p. 160). Dans cette conception, la notion de cognition sociale se rapproche de celle de pensée sociale, appréhendée par les représentations sociales2. On est en somme assez éloigné d’une conception radicale de la cognition sociale, laquelle se centre sur les processus cognitifs considérés en soi comme socio-cognitifs — il n’y a pas d’objets ou d’environnements spécifiquement sociaux ; le « social » ne tient pas à l’objet traité, mais aux processus impliqués dans le traitement. Mais l’auteur n’en fait pas état.

Ouverture disciplinaire ?

6L’auteur traverse de multiples disciplines : psychologie sociale, cognitive, du développement, mais aussi sociologie et anthropologie, sémiotique, histoire. Pourtant, on a le sentiment d’un projet visant à la spécialisation à l’intérieur d’une sous-discipline (« jeter les bases d’un nouveau champ de recherche que l’on pourrait appeler la psychologie sociale de l’image », p. 11). D’un point de vue épistémologique, l’auteur assume explicitement sa volonté de faire de l’hypothèse « que les individus représentent iconographiquement le monde qui les entoure non pas tel qu’il est, mais plutôt tel qu’ils pensent ou croient qu’il est » (p. 27), une hypothèse « scientifique », ce que les autres disciplines des sciences humaines et sociales ne seraient pas en mesure de faire, faute d’être expérimentales. L’auteur prend appui sur la notion de réfutabilité popperienne, pour dénoncer ainsi la « faille méthodologique » (p. 27) de ces autres disciplines. Dans ce cadre épistémologique strictement circonscrit, un domaine de recherche essentiel semble n’avoir pu trouver qu’une place accessoire : celui de la communication.

Médias et communication

  • 3 Et l’on appréciera à cet égard la référence aux trois systèmes de communication définis par Serge M (...)

7L’importance du champ médiatique pour une psychologie sociale de l’image est certes soulignée par l’auteur3, qui en présente deux illustrations (p. 123 sq.) :

  • Constitution et analyse d’un corpus d’images en ligne sur le virus H1N1 ainsi que sur son évolution (comparaison entre deux périodes) ;

  • Analyse des images de personnalités politiques, à partir d’images d’hommes politiques diffusées sur Internet.

8Mais, dans un cas comme dans l’autre, on ne trouve aucune analyse en réception. Peut-être conviendrait-il, pour ce faire, de s’intéresser, par-delà les « croyances », aux processus idéologiques impliqués dans le traitement de l’objet médiatique (image ou discours). Mais l’ancrage paradigmatique des travaux présentés ici exclut a priori toute référence à la notion d’idéologie.

9En fait, l’attribution de signification à l’image est traitée en termes de « décodage » (p. 15 sq.) — et jamais en termes de production inférentielle. Pourtant, il s’agit bien, selon les mots de l’auteur, de l’image « située dans un rapport de communication » (p. 17). Et un chapitre porte le titre « Communiquer par l’image » (p. 71 sq.). Mais il est centré pour l’essentiel sur la reconnaissance des émotions, laquelle rendrait compte des « compétences sociales ».

10Ainsi, lorsque l’auteur invite à considérer les images « comme de véritables actes de communication » (p. 141), le lecteur a-t-il le sentiment d’une déclaration de principes. D’ailleurs les références bibliographiques dans le champ de la communication sont rares. Une psychologie sociale de l’image peut certes constituer un champ spécialisé de plus au sein de la psychologie sociale, mais elle pourrait aussi contribuer efficacement à une psychologie sociale des médias et, plus largement, de la communication.

Haut de page

Notes

1 Même si la psychologie de l’image présentée ici semble quelque peu associationniste.

2 Même si la notion de croyances collectives, récurrente dans l’ouvrage, n’apparaît pas clairement positionnée par rapport au champ théorique des représentations sociales.

3 Et l’on appréciera à cet égard la référence aux trois systèmes de communication définis par Serge Moscovici en 1961 (diffusion, propagation, et propagande) (p. 20 sq.), qui restent d’autant plus pertinents que la psychologie sociale, depuis, ne s’est guère intéressée à la propagande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Camus, « Pascal MOLINER (2016), Psychologie sociale de l’image », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7150

Haut de page

Auteur

Odile Camus

Odile Camus, ICONES EA 4699, Département de psychologie, Université de Rouen. Courriel : odile.camus@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals