Navigation – Plan du site
Lectures

Serge PROULX, José Luís GARCIA et Lorna HEATON (dir.) (2014), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel

Québec, Presses de l’Université du Québec
Gilles Pronovost
Référence(s) :

Serge PROULX, José Luís GARCIA et Lorna HEATON (dir.) (2014), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Le Web, on le sait, mène à tous les excès d’interprétation. Les analyses oscillent entre pessimisme profond, revendication de créativité illimitée et individualisme extrême. On s’est même permis de numéroter les innovations : nous en serions au « Web 3.0 » en attendant le prochain millésime. Les publications se multiplient à profusion, le départage n’en est rendu que plus délicat.

2Heureusement, Serge Proulx et quelques-uns de ses collaborateurs nous aident à faire le tri. Proulx a mené et mène toujours une carrière internationale qui a suivi de très près les évolutions technologiques et surtout les tendances sociales autour des usages de plus en plus diversifiés du numérique. À son habitude, il travaille en équipe, multipliant les regards croisés. Cette fois, il est question de contribution en ligne, c’est-à-dire de la participation directe des usagers à la construction du contenu du Web, avec ou sans visée marchande, dans un contexte qui est qualifié de « capitalisme informationnel ». Mais comme toujours dans le cas d’ouvrages collectifs, les points de vue vont des perspectives locales aux enjeux internationaux, des études de cas aux réflexions plus théoriques.

3Dans ce contexte, il n’est pas vraiment possible de rendre justice à l’ensemble de l’ouvrage. Je retiendrai donc quelques points saillants. D’entrée de jeu, en introduction, on distingue quatre courants de pensée. Le premier insiste sur la culture de participation (notamment politique) que permet d’amplifier le numérique ; le deuxième fait référence à l’usager qui est aussi producteur de contenu ; le troisième met l’accent sur la contribution au contenu du Web non par des professionnels, mais par des « amateurs » tout aussi compétents dans certains domaines ; le quatrième enfin insiste plutôt sur l’importance du partage de contenu et d’information entre les usagers. On ne peut pas dire que les 16 chapitres qui constituent l’ouvrage respectent vraiment ces distinctions, mais un effort a été fait pour en départager quelques-uns autour de ces notions. Ainsi une troisième partie, centrée précisément sur la contribution des usagers, avec cinq articles (Guillaume Latzko-Toth, Julien Rueff, Stéphane Couture, Claudine Bonneau et encore de Christian Licoppe et Marie-Christine Legout), traite par exemple des codes sources, des réseaux sociaux géolocalisés et des chats.

4Mais on aura tôt fait d’en rappeler le contexte du « capitalisme informationnel », qui s’alimente à des contributions en ligne a priori sans valeur marchande, mais vite devenues monnaies d’échange (notamment pour la publicité ciblée) (article de Proulx). Ou encore, les industries culturelles, qui se dotent du paravent d’« industries créatives », déploient leur logique économique au sein d’activités dites immatérielles mais tellement profitables (José Luís Garcia). Ou encore, la reconfiguration de l’espace marchand à un espace sans frontières se joue des espaces nationaux (Filipa Subtil). Dans le même ordre d’idée, Dominique Pasquier s’attache à démontrer l’ambivalence d’un tel « Web participatif » puisque, on s’en doute bien, de nombreux internautes expriment leur opinion sur à peu près tout (livres, cinéma, hébergement, etc.), ce qui facilite d’autant la commercialisation de nombreux produits.

5On a droit aussi à des analyses plus ponctuelles portant par exemple sur YouTube (dérision, subversion, Patrícia Dias da Silva ; éventuelle surévaluation de la participation politique directe, João Carlos Correia), sur des sites Web de résistance culturelle (Mélanie Millette), sur des réseaux spécialisés autour de champs d’intérêt culturels ou scientifiques (Tânia Alves et José Luís Garcia).

6Comme on le constate par les contributions, l’ouvrage s’alimente à des coopérations fructueuses, principalement entre des chercheurs du Québec et du Portugal. Revenant sur ces travaux, les trois directeurs de l’ouvrage rappellent en conclusion que cette « culture de contribution » (l’expression est de Proulx) s’avère, faut-il s’en étonner, à la fois hétérogène, diversifiée et de qualité parfois fort discutable. Les savoirs mobilisés vont de l’information scientifique de pointe à la description du jardin du voisin. La dimension proprement ludique tout autant que les intérêts commerciaux prédominent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pronovost, « Serge PROULX, José Luís GARCIA et Lorna HEATON (dir.) (2014), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7169

Haut de page

Auteur

Gilles Pronovost

Gilles Pronovost est professeur émérite à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : gilles.pronovost@uqtr.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals